Gamaches

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gamaches (homonymie).
Gamaches
Hôtel de ville.
Hôtel de ville.
Blason de Gamaches
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Canton Gamaches
Intercommunalité Communauté de communes des Villes Sœurs
Maire
Mandat
Daniel Destruel
2014-2020
Code postal 80220
Code commune 80373
Démographie
Gentilé Gamachois
Population
municipale
2 666 hab. (2014)
Densité 269 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 59′ 15″ nord, 1° 33′ 29″ est
Altitude Min. 19 m – Max. 126 m
Superficie 9,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Gamaches

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

Voir sur la carte topographique des Nord-Pas-de-Calais-Picardie
City locator 14.svg
Gamaches

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gamaches

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gamaches
Liens
Site web site officiel

Gamaches est une commune française située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont les Gamachois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Gamaches est située sur la rive droite de la Bresle, à son confluent avec la Vimeuse à une quinzaine de kilomètres de la mer. La Bresle marque la limite entre la Somme (Hauts-de-France) et la Seine-Maritime (Normandie).
Gamaches est située à 8 km de Blangy-sur-Bresle, à 13 km d'Eu, à 16 km d'Oisemont, à 18 km de Moyenneville, à 24 km de Saint-Valery-sur-Somme et à 26 km d'Abbeville.

L'accès à l'A 28 est situé à 9 km en direction de Rouen (échangeur n° 5) et à 16 km en direction d'Abbeville (échangeur n° 4).

Gamaches est desservie par la gare de Longroy - Gamaches située sur la ligne d'Épinay - Villetaneuse au Tréport - Mers. Autrefois, la gare était également desservie par la ligne de Canaples à Longroy - Gamaches.

À l'ouest du bourg, en direction du Tréport, le long de la Bresle, de vastes étangs, en partie anciennes sablières et paradis pour pêcheurs, accueillent depuis quelques années une base de loisirs nautiques. La proximité de la forêt d'Eu procure un intérêt supplémentaire à la bourgade, côté normand.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom est mentionné dès le VIIIe siècle sous la forme Gamapium, puis Gamachiae en 1150[1].

Le second élément -ache serait issu d'un thème *ap- désignant une « eau », lui-même d'une langue proto-celtique, mais également indo-européenne. Il semble équivalent au thème celtique ab- (vieil irlandais ab « rivière », gaulois *abu-). La forme d'origine devait être -appia[Note 1].
Le premier élément Gam- a été rapproché du latin gemelli « jumeaux » et du grec gamein « marier ». Le sens global serait donc : « confluent » [2].

Le nom correspond à la situation de Gamaches au confluent de la Vimeuse et de la Bresle. François de Beaurepaire fait cependant remarquer que Gamaches-en-Vexin (Eure, Gamapium 707) n'est pas situé au confluent de deux rivières, ce qui rend douteux le rapprochement de Gam- avec gamein et gemelli[3].

Homonymie avec Guémappe (Nord-Pas-de-calais), Jemappes (Belgique), Jemeppe (Belgique) et Gempe (Flandres)[3], tous situés au nord.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le bourg et la gare de Longroy - Gamaches au début du XXe siècle.

Le bourg était autrefois protégé par une enceinte percée de cinq portes.

  • Les Romains avaient construit deux ponts à Gamaches, sur la Bresle, pour établir une liaison entre les Amiénois et les peuples du pays de Caux[4].
  • 1471 : Après dénonciation par Louis XI du traité de Péronne et sa déclaration de saisie de la seigneurie du Vimeu, les Bourguignons, maîtres d'Abbeville, ravagent la région. Gamaches est alors prise et de nouveau brûlée.

Les cahiers de doléances de la commune sont consultables sur le site des Archives départementales, p. 188 à p. 198[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[6]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
[01/1793]   Pierre André Bourgeois    
[03/1793] [03/1795] Jean Schreyer   Officier de santé.
[12/1795] 09/1799 Jean-Baptiste Guillot    
09/1799 03/1800 François Nicolas Creton   Président de l'administration municipale du canton de Gamaches.
04/1800 [05/1800] Théodore Routtier   Adjoint, maire provisoire.
[09/1800] 09/1808 Jean-Baptiste Guillot   Démission envoyée en juin 1808.
10/1808 05/1812 Pierre André Nicolas Joseph Antoine Bourgeois   Ex-inspecteur de l'enregistrement et des domaines.
05/1812 08/1813 Louis Tinturier   Maire par intérim.
08/1813 09/1815 Louis Charles Ménélé Sangnier    
09/1815 10/1816 Jean-Baptiste Guillot    
10/1816 10/1825 Jean Schreyer   Officier de santé. Démission en octobre 1825 en raison de son âge (né en 1755).
12/1825 09/1830 Jean-Baptiste Guillot[Note 2]    
10/1830  ? François Camille Marie Darsy    
1912 1919 Florimond Mauduit    
en cours en 1981[7]   Rémy Danneels    
mars 1983 4 avril 2014 Jacques Pecquery PCF-COM Conseiller général de Gamaches (1979 → 1985 et 1998 → 2011)
4 avril 2014[8] en cours
(au 8 juillet 2016[9])
Daniel Destruel PS  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[11],[Note 3].

En 2014, la commune comptait 2 666 habitants, en diminution de -5,46 % par rapport à 2009 (Somme : 0,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 012 1 037 1 085 1 081 1 273 1 488 1 448 1 301 1 450
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 794 1 986 2 035 1 920 1 998 1 897 2 101 2 220 2 205
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 247 2 246 2 290 2 331 2 635 2 829 2 855 2 907 2 990
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
3 194 3 216 3 467 3 270 3 099 2 949 2 834 2 687 2 666
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul, avec son clocher carré (gothique flamboyant), est le résultat d'un savant mélange architectural influencé par différentes époques, les parties les plus anciennes datant du XIIIe siècle[14],[15].
Elle fait l'objet d'un classement au titre des Monuments historiques depuis le classement par liste de 1862[16].
  • Les deux tours de l'ancien château (XIIe-XIIIe siècle), qui font l'objet d'une inscription au titre des Monuments historiques depuis le 16 décembre 1986[19].
  • La chapelle Sainte-Marguerite. En 1225, Robert III, comte de Dreux et Aénor de Saint-Valery, son épouse, font construire l'édifice qui est rattaché à la maladrerie servant de refuge aux lépreux. Elle est utilisée comme remise[20],[21].

Sports[modifier | modifier le code]

Football : l'AS Gamaches est le club de football local, évoluant en Interdistricts Picardie. Il a joué en DH Picardie lors de la saison 1995-1996.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Blason fam fr Rouhault de Gamaches.svg De sable à deux léopards d'or posés l'un sur l'autre, armés et lampassés de gueules[22].

Ces armes figurent au fronton de la mairie et dans l'Armorial de la Somme publié en 1972 par le Conseil général de la Somme sous contrôle de sa commission héraldique, faisant foi.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Activités économiques[modifier | modifier le code]

  • Base de loisirs nautiques.
  • Située sur la Bresle, Gamaches est une ville dont le destin a été fortement lié à la verrerie[24].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

[1]Site de l'Office de tourisme de Gamaches

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La terminaison -ache résultant d'une évolution de -appia ne doit pas surprendre : elle est semblable à celle du vieux bas francique *happja (francique happia) > hache. Elle est observée en Picardie et dans la partie nord est de la Normandie
  2. Décédé le , âgé de 91 ans.
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Volume 1. p. 28.
  2. Jacques Chaurand et Maurice Lebègue, Noms de lieux de Picardie (page 19), Condé-sur-Noireau, Bonneton, (ISBN 978-2-862-53265-3)
  3. a et b François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard, , 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154), p. 114 - 115
  4. Histoire d'Abbeville et du comté de Ponthieu jusqu'en 1789, François-César Louandre, p.8, Le Livre d'histoire, Paris, 1998, Tome 1, 439 pages, (ISBN 2-84435-013-5), ISSN 0993-7129.
  5. http://archives.somme.fr/ark:/58483/a0113409565588ytyui/1/1
  6. Sources pour 1793-1830 : Archives départementales de la Somme, registres d'état civil et cotes 3 M 72 et 3 M 140.
  7. Légifrance, 15 avril 1981.
  8. Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 7 avril 2014, p. 16.
  9. Karine Lapostolle, « Gamaches Daniel Destruel réélu maire », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. Agence régionale du Patrimoine de Picardie, « Église de Gamaches - Éditions Coudray - Gamaches » (consulté le 14 juin 2008)
  15. Direction départementale de l'Équipement de la Somme, « Aménagement de la rue de Normandie » (consulté le 14 juin 2008)
  16. « Église de Gamaches », notice no PA00116169, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. Ministère de la culture, « "Poilu en plein combat défendant le drapeau" » (consulté le 14 juin 2008)
  18. Dominique et Jean Étienne Guerrini - "SE SOUVENIR " les monuments aux morts de la guerre 1914/1918 dans le département de la Somme, « "la commune de...à ses héroïques enfants" » (consulté le 14 juin 2008)
  19. « Les deux tours de l'ancien château », notice no PA00116168, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 62 (ASIN B000WR15W8).
  21. FI Darsy, Gamaches et ses seigneurs
  22. Michel Popoff et préface d'Hervé Pinoteau, Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit : d'après l'œuvre du père Anselme et ses continuateurs, Paris, Le Léopard d'or, , 204 p. (ISBN 2-86377-140-X).
  23. Emil Cioran: Cahiers 1957-1972, Gallimard, 1997.
  24. Ministère de la Culture - mémoire, « Usine de flaconnage S.A. des verreries Saint-Martin » (consulté le 14 juin 2008)