Joseph Sauty

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Joseph Sauty
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance

Amettes
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
LilleVoir et modifier les données sur Wikidata

Joseph Jean-Baptiste Sauty, né le à Amettes et mort le à Lille, est un résistant et dirigeant syndical du XXe siècle en France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Joseph Sauty est né Amettes, dans le Pas-de-Calais en 1906 dans une famille très croyante[1] et dans un village qui a vu naître Benoît-Joseph Labre, un vagabond canonisé par l'Église. Le village a pour curé le chanoine Raux, un homme austère mais proche des mineurs et sensible à leurs revendications sociales. Joseph Sauty commence à travailler à la mine à 12 ans[1], comme ouvrier mineur à la fosse 7 de Marles[2]. Joseph Sauty s'installe à Méricourt et adhère comme son père, Antoine Sauty, à la CGT, alors le seul syndicat vraiment organisé, puis il se lie d'amitié avec un collègue, Jules Catoire, fondateur le 17 juin 1923 à Allouagne du tout nouveau "Syndicat libre des mineurs", qui se heurte aux pressions des houillères auprès de l'Evéché. Le "Syndicat libre des mineurs" se rattache dès 1924 à la Fédération Française des Syndicats Professionnels des Mineurs, animée par Henri Meck, qui a travaillé à l'implantation de la CFTC au sein des houillères de Lorraine puis est devenu secrétaire général de la Fédération CFTC des mineurs, qui sera rejoint par Louis Delaby[3].

Le 27 septembre 1930, dans son village, il épouse Eugénie Dumetz.

En 1936, il veut sauver le syndicalisme chrétien et s'oppose à la CGT, qui veut faire disparaître la CFTC. La CGT tente même de l'empêcher de descendre au fond et décrète la grève lorsqu'il prend son poste. Joseph Sauty devient à son tour secrétaire général de la fédération des mines de la CFTC en 1937[4] et fait l’acquisition du siège du syndicat au 21, Rue Diderot à Lens[5].

Il s'implique dans la résistance syndicale en participant à la survie clandestine de la CFTC, officiellement dissoute en novembre 1940, puis à la Grève des mineurs du Nord-Pas-de-Calais (1941). Aux côtés de ses amis Jules Catoire, Louis Delaby et Joseph Martin, il devient responsable de la diffusion des Cahiers du Témoignage chrétien pour le département du Pas-de-Calais[6]

Puis il devient président de la fédération des mines de la CFTC en 1962. En 1963, il est l'un des organisateurs de la Grève des mineurs français de 1963, avec son collègue Jean Bornard, au cours de laquelle il est identifié par la presse et les radios comme le père de la grève[7].

La Grève des mineurs français de 1963 a fait chuter la production française de charbon à 24,7 millions de tonnes contre 27,1 millions de tonnes l'année précédente[8]. Lorsque les représentants syndicaux sont reçus par le ministre de l'industrie Michel Maurice-Bokanowski, Joseph Sauty s'interroge sur la justification économique de l'utilisation du gaz de Lacq dans les centrales EDF au lieu des bas produits charbonniers qui forment les deux tiers des stocks[8].

Puis l'année suivante il refuse la déconfessionnalisation de la CFTC, avec environ 10 % des délégués qui ont voté contre. Il devient dans la foulée président de la CFTC "maintenue", puis son secrétaire général, avec pour adjoint son collègue mineur Jean Bornard qui lui succèdera en 1970[9].

Joseph Sauty est décédé de la silicose à Lille le , à l'âge de 63 ans[10],[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bruno Duriez, Chrétiens et ouvriers en France: 1937-1970, Editions de l'Atelier, , 349 p. (ISBN 978-2-708-23561-8, lire en ligne), p. 195
  2. "Amettes, la terre de plusieurs personnalités", le 28/07/2014 dans L'Écho de la Lys
  3. Pierre Pierrard, Les laïcs dans l'Eglise de France: XIXe-XXe siècle, Editions de l'Atelier, (ISBN 9782708225633, lire en ligne), p. 184
  4. a et b Lys, « Amettes, la terre de plusieurs personnalités », L'Echo de la Lys,‎ (lire en ligne)
  5. "La comète" Fédération CFTC - Chimie - Mines - Textile - Énergie
  6. Caudron André, « Démocrates chrétiens de la région du Nord dans la Résistance », Revue du Nord, vol. 60, no 238,‎ juillet- septembre 1978, p. 589-628 (DOI 10.3406/rnord.1978.3518, lire en ligne [PDF])
  7. « Histoire de la CFTC », sur cftceuropalaces1.free.fr (consulté le 19 février 2017)
  8. a et b Eric Kocher-Marboeuf, Le Patricien et le Général. Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle 1958-1969, vol. 1, Institut de la gestion publique et du développement économique, (ISBN 9782821828452, lire en ligne)
  9. Duriez 2001, p. 196
  10. Nord Eclair, « « La mine et la foi », la vie de Joseph Sauty. Info - Béthune.maville.com », sur www.bethune.maville.com, (consulté le 19 février 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]