Tertiaire (géologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tertiaire.

Le Tertiaire est l'ancien nom d'une ère géologique s'étendant de -65 millions à -2.6 millions d'années[1].

Définition temporelle[modifier | modifier le code]

L'ère tertiaire fait partie de l'ère Cénozoïque, qui comprend également les époques du Pléistocène et de l'Holocène (antérieurement regroupées en Quaternaire).

La limite de -2.6 millions d'années donnée pour la fin de la période tertiaire tient compte de la ratification de la définition de la base du Quaternaire Système/Période (et le toit du Néogène Système/Période), et la redéfinition de la base du Pléistocène Époque/Série (et le toit du Pliocène Époque/Série)[1],[2],[3],[4],[5]

Sous-périodes[modifier | modifier le code]

Cette période géologique comprend le système Paléogène et les époques du Miocène et du Pliocène.

Histoire du mot « Tertiaire » dans son sens géologique[modifier | modifier le code]

Ce terme est utilisé pour la première fois par Giovanni Arduino dans les années 1730 qui classifie les temps géologiques en Primaire, Secondaire et Tertiaire, à partir d'observations faites en Italie du Nord[6]. Une quatrième période, le Quaternaire sera ajoutée plus tard.

En 1828, Charles Lyell reprend le terme pour l'utiliser dans sa propre classification beaucoup plus détaillée. Il subdivise le Tertiaire en fonction du pourcentage de mollusques ressemblant à des espèces modernes découvert dans les strates géologiques.

Ces divisions, adéquates localement sur les terrains étudiés par Lyell (Alpes et certaines parties de l'Italie), se révèlent inapplicables quand elles sont étendues au reste du monde. La classification par les mollusques est donc abandonnée et le nom et la définition des époques géologiques ont été changés et/ou redéfinis.

Événements géologiques[modifier | modifier le code]

L'activité tectonique s'est poursuivie alors que le Gondwana a finalement formé une unité séparée et que l'Inde entrait en collision avec la plaque eurasienne.

L'Amérique du Sud a été connecté à l'Amérique du Nord vers la fin du Tertiaire, et d'importants changements climatiques surviennent du milieu à la fin du Tertiaire.

L'Antarctique qui était déjà séparé dérive vers sa position actuelle (au pôle Sud) à cette époque. L'activité volcanique est généralisée

Climats[modifier | modifier le code]

Avec la dérive des continents, la tendance est à un lent refroidissement des climats des terres émergées qui commence au Paléocène où les températures étaient initialement tropicales à travers le monde. Le climat devient peu à peu plus modéré et cette période se conclue par la première glaciation étendue qui marquera le début du Quaternaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b [PDF](en)Ratification
  2. Cohen KM, Finney S, Gibbard PL (2013). "International Chronostratigraphic Chart". International Commission on Stratigraphy, Janv. 2013.
  3. Ogg JG; Gradstein FM ; Gradstein FM (2004) "v1: Chronostratigraphy: linking time and rock". A geologic time scale 2004. Cambridge, UK: Cambridge University Press. p. 45. ISBN 0-521-78142-6.
  4. Gradstein FM; Ogg JG & van Kranendonk M "On the Geologic Time Scale 2008". International Commission on Stratigraphy. p 5. Consulté 2013-12-18
  5. Vandenberghe N, Hilgen FJ & Speijer RP (2012) "28: The Paleogene Period". In Gradstein FM, Ogg JG, Schmitz MD & Ogg GM (2012) The geologic time scale 2012 (1st ed. ed.). Amsterdam: Elsevier. p. 856. ISBN 978-0-44-459425-9.
  6. Dunbar C0 (1964), Historical Geology, 2nd ed. John Wiley & Sons, New York, voir p. 352

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pomerol C (1973) Stratigraphie et paléogéographie: tertiaire et quaternaire. Ère cénozoïque. Doin.
  • Rudwick MJS (1992): Scenes from Deep Time: Early Pictorial Representations of the Prehistoric World, University of Chicago Press, 280 pages. (extrait avec Google books)