Irles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Irles
Église Saint-Martin.
Église Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Albert
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Coquelicot
Maire
Mandat
Hubert Macron
2014-2020
Code postal 80300
Code commune 80451
Démographie
Gentilé Irlois(es)
Population
municipale
102 hab. (2014 en diminution de 12,82 % par rapport à 2009)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 06′ 01″ nord, 2° 45′ 16″ est
Altitude Min. 82 m
Max. 132 m
Superficie 5,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Irles

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Irles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Irles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Irles
Liens
Site web Irles

Irles est une commune française, située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Nature du sol et du sous-sol[modifier | modifier le code]

Le sol de la commune est de nature argileuse. Le sous-sol est de nature calcaire ou caillouteuse. La craie domine dans le sud de la commune[1].

Relief, paysage, végétation[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est traversé par plusieurs vallées sèches. Au sud, la plus profonde due être parcourue par un ruisseau asséché depuis longtemps. Au nord, se trouve une vallée plus étroite et au nord-ouest une troisième vallée sépare les communes d'Irles et de Miraumont[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Il n'y a aucun cours d'eau qui traverse aujourd'hui la commune. La nappe phréatique alimente vraisemblablement la source de l'Ancre qui se trouve à la gare de Miraumont[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat d'Irles est tempéré océanique avec vents dominants d'ouest et de sud-ouest.

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Urbanisme et aménagement du territoire[modifier | modifier le code]

La commune d'Irles possède un habitat groupé en une seule agglomération. Le village fut totalement détruit pendant la Grande Guerre et fut reconstruit pendant l'entre-deux-guerres.

Activités économiques et de services[modifier | modifier le code]

L'agriculture reste l'activité dominante de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Irles
Achiet-le-Petit
(Pas-de-Calais)
Miraumont Irles Grévillers
(Pas-de-Calais)
Pys

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouve plusieurs formes pour désigner Irles dans les textes anciens: Irium (1081), Illes (1532) puis Irles[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Au sud-est de la communes ont été mis au jour, au XIXe siècle, les vestiges d'une nécropole gallo-romaine avec des armes, des monnaies, des bijoux et des poteries[1].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Il y a fort peu de traces sur l'histoire de la commune pendant l'époque médiévale. On sait par les textes qu'Irles appartenait au comte de Vermandois[1].

En 1081, dans son testament, Sohier de Vermandois lègue, à son fils Hugues, la terra de Irio (Irles)[2]

Il n'y eut pas au Moyen Âge de seigneur portant le nom d'Irles.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle, la terre d'Irles dépendait pour partie de l'abbaye d'Eaucourt, de la famille de Vaulx et de la famille de Miraumont[3]

À la fin du XVIIe siècle, avec le retour de la paix, l'église d'Irles fut reconstruite[1].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Le village fut totalement détruit pendant la Grande Guerre, au cours de la bataille de la Somme.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 6 mai 2014)
Hubert Macron   Réélu pour le mandat 2014-2020[4], [5]

La commune fait partie de la communauté de communes du Pays du Coquelicot[6]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants s’appellent des Irlois(es)[7]. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9].

En 2014, la commune comptait 102 habitants[Note 1], en diminution de 12,82 % par rapport à 2009 (Somme : +0,33 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
404 404 408 432 445 415 429 421 422
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
424 443 420 378 344 323 311 294 292
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
279 276 245 173 179 202 192 178 194
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
167 135 129 120 113 104 113 115 117
2013 2014 - - - - - - -
104 102 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2017 on compte 101 habitants.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Chapelle route de Miraumont. Elle remplace une chapelle dédiée à Notre-dame de Lorette, depuis 1912[13].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

À ce jour, aucune personnalité marquante n'est liée à la commune.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Paul Decagny, Histoire de l'arrondissement de Péronne ou recherche sur les villes, bourgs et hameaux qui le composent, 1844, réédition Paris, Rassorts Lorisse, 1999, (ISBN 2 - 87 760 - 937 - 5)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Notice géographique et historique sur la commune d'Irles, rédigée par M. Estévé, instituteur, 1899, Archives départementales de la Somme
  2. a et b Abbé Paul Decagny, Histoire de l'arrondissement de Péronne ou recherche sur les villes, bourgs et hameaux qui le composent, 1844, réédition Paris, Rassorts Lorisse, 1999, p. 111 (ISBN 2 - 87 760 - 937 - 5)
  3. Abbé Paul Decagny, Histoire de l'arrondissement de Péronne ou recherche sur les villes, bourgs et hameaux qui le composent, 1844, réédition Paris, Rassorts Lorisse, 1999, p. 112 (ISBN 2 - 87 760 - 937 - 5)
  4. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 8 septembre 2008)
  5. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  6. Pays du Coquelicot, « Irles » (consulté le 11 novembre 2010)
  7. habitants.fr, « Somme > Irles (80300) » (consulté le 11 novembre 2010)
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  12. clochers.org, « Église Saint-Martin » (consulté le 11 novembre 2010)
  13. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, imp. Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 230-231 (ASIN B000WR15W8).