Menhir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le menhir de Kerloas, Plouarzel (Finistère), plus grand menhir encore dressé de Bretagne.

Un menhir est une pierre dressée, plantée verticalement. Il constitue l'une des formes caractéristiques du mégalithisme.

Les menhirs se rencontrent de façon générale un peu partout en Afrique, Asie et Europe, mais c'est en Europe de l'Ouest qu'ils sont le plus répandus. Dans cette région, ils ont été érigés au Néolithique.

Pour certains chercheurs, il existe au Néolithique à côté de ces mégalithes, leurs équivalents en bois appelés, faute de terme créé pour les désigner, menhirs en bois[1].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Couchés sur le sol, les quatre morceaux du Grand menhir brisé d'Er Grah, à Locmariaquer (Morbihan).

Le terme « menhir » est construit à partir du breton maen, « pierre », et hir, « longue ». Il semble que ce soit Théophile-Malo de La Tour d'Auvergne-Corret qui, le premier, officialise le terme « menhir », dans son ouvrage Origines gauloises. Celles des plus anciens peuples de l'Europe puisées dans leur vraie source ou recherche sur la langue, l'origine et les antiquités des Celto-bretons de l'Armorique, pour servir à l'histoire ancienne et moderne de ce peuple et à celle des Français, publié entre 1792 et 1796. Cette appellation « menhir » est vite relayée par l'historien Pierre Jean-Baptiste Legrand d'Aussy (1737-1800). Le 7 ventôse de l'an VII (), Legrand d'Aussy fait, à l'Institut, une lecture de son ouvrage, Des Sépultures nationales, publié par la suite en 1824, dont voici un extrait (en respectant la graphie des termes) :

« On m'a dit qu'en bas-breton ces obélisques bruts s'appellent ar-men-ir. J'adopte d'autant plus volontiers cette expression, qu'avec l'avantage de m'épargner des périphrases, elle m'offre encore celui d'appartenir à la France, et de présenter à l'esprit un sens précis et un mot dont la prononciation n'est pas trop désagréable. La nécessité où s'est vue la nation bretonne d'imaginer une expression pour désigner cette sorte de monument, semble annoncer qu'elle en avait chez elle une très grande quantité. [...]

Ar-men-ir, littéralement la pierre longue. Ar, dans la langue bretonne, de même qu'al dans la langue arabe, est l'article défini qui répond à notre le, la; le transporter dans notre langue en y joignant le nôtre, serait une faute, parce que ce serait employer deux articles au lieu d'un. Je dirai donc menir, et non l’almenir; de même qu'on dit le Koran, et non l’alkoran. »

Legrand d'Aussy a ainsi créé un mot de toutes pièces signifiant « pierrelongue »[2] car le mot breton utilisé pour désigner ce type de monument est peulvan (littéralement, « pieu de pierre »). Dans les autres régions de France, avant la généralisation du terme « menhir », on utilise des locutions comme « pierre fichée », « pierre plantée », « pierre levée », « pierre longue », « pierre fiette », « pierre latte », etc.[3] ou leurs équivalents en langue régionale, lesquels ont été conservés par la toponymie (« Pierrefiche », « Pierrefitte », etc.).

En gallois, les pierres dressées de la sorte sont décrites comme maen hir, « pierre longue ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

En Europe, les menhirs constituent l'une des formes caractéristiques du mégalithisme au Néolithique jusqu'à la fin du Chalcolithique. Jusqu'à récemment, les menhirs sont associés à la culture campaniforme qui occupait l'Europe à la fin du Néolithique et au début de l'âge du bronze, entre 4 500 et 2 500 ans avant notre ère. Certains travaux récents sur les mégalithes de Bretagne suggèrent une origine plus ancienne, jusqu'à 6 000 ou 7 000 ans avant notre ère[4].

Quasiment rien n'est connu de l'organisation sociale et des croyances des populations ayant érigé les menhirs. Aucune trace de leur langue n'est parvenue jusqu'à notre époque ; cependant, nous savons qu'ils enterraient leurs morts et pouvaient cultiver des céréales, produire des poteries, des outils de pierre et des bijoux. Identifier l'utilisation des menhirs reste entière spéculation. Toutefois, il est probable que certains usages impliquent des rites de fertilité et des cycles saisonniers.

La culture populaire a souvent associé les menhirs aux Celtes, ce qui est inexact puisque les menhirs existaient depuis plusieurs milliers d'années avant l'arrivée des Celtes en Europe. Certaines pierres plantées à la Protohistoire sont plus des stèles que des menhirs mégalithiques. En France, c'est le cas notamment du menhir d'Ensérune dans l'Hérault.

La fonction des menhirs n'est pas non plus connue. Au cours des siècles, il a été suggéré qu'ils avaient pu être utilisés par les druides pour des sacrifices humains, avoir servi de bornes territoriales ou comme éléments d'un système idéologique complexe, ou encore comme calendriers primitifs[5]. Jusqu'au XIXe siècle, les archéologues ne possèdent pas une connaissance suffisante de la Préhistoire et leurs seules références sont fournies par la littérature classique. Le développement de la datation par le carbone 14 et de la dendrochronologie ont fortement avancé les connaissances dans ce sujet.

Au Moyen Âge, les menhirs sont supposés avoir été bâtis par les Géants ayant habité sur terre avant le Déluge. De nombreux mégalithes sont christianisés par les chrétiens, notamment en sculptant le sommet en forme de croix ou des symboles sur leur surface. Dès le VIe siècle selon la Vita prima sancti Samsonis, saint Samson aurait gravé une croix sur un menhir autour duquel les Bretons d'outre-Manche s'adonnaient « par jeu » à des rites ancestraux (notamment la pratique des jeunes femmes désireuses de se marier de danser autour des pierres, de se frotter contre les blocs ou de s'asseoir dessus, leur symbole phallique étant associé à la fertilité)[6]. C'est principalement le XVIIIe, le XIXe avec l'invention de la dynamite et les remembrements du XXe siècle qui sont responsables des trois-quarts des destructions[7].

On estime que sur les 50 000 mégalithes ayant été érigés en Europe de l'Ouest et du Nord, environ 10 000 subsistent à notre époque[8].

Description[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

De façon générale, les menhirs sont des pierres dressées verticalement. Le matériau employé dépend de la région (granite, porphyre, etc.). Leur taille varie fortement, de quelques dizaines de centimètres à plusieurs mètres de hauteur. La pierre peut être taillée (en forme de colonne, d'amande, de dalle anthropomorphe, etc.) ou avoir été plantée telle quelle, plus ou moins brute. Leur forme générale est toutefois généralement irrégulière et varie selon la nature du matériau : le granite et le grès peuvent aisément être régularisés par bouchardage, le quartz ou le schiste ne se prêtent pas à la taille, schiste et calcaire se débitent facilement en dalle.

Répartition de statues-menhirs en Europe.

Des menhirs aujourd'hui disparus peuvent être décelés par leur trou de calage (appelé aussi fosse ou cuvette de calage qui permet de les enfoncer dans le sol d'un dixième ou vingtième de leur longueur en moyenne et de les caler avec des pierrailles coincées en force)[9]. Lors des opérations de fouille, les archéologues peuvent y découvrir des charbons de bois (lesquels rendent possible la datation au carbone 14) et des mobiliers lithique (éclats de silex taillés, pointes de flèche, haches polies, meule à broyer…) ou céramique (tessons de poterie grossière) qui attestent que l'érection des mégalithes était accompagnée de rites spécifiques[10].

Décorations et sculptures[modifier | modifier le code]

Les menhirs sont parfois gravés de formes abstraites (lignes, spirales, etc.) ou d'images d'objets comme des haches de pierre, des houlettes de bergers ou des jougs. À l'exception de la hache de pierre, aucun de ces motifs n'est certain et les noms employés pour les décrire le sont par pure commodité. Certains menhirs sont brisés et incorporés dans des tombes à couloir ultérieures où de nouveaux motifs ont été gravés sans considération pour les images antérieures. On ignore si cette réutilisation est délibérée ou simplement un usage pratique d'une source de pierre déjà existante. Certains menhirs sont peints (Espagne).

Certains menhirs, érigés entre le Néolithique final et l'âge du bronze, sont gravés et taillés de façon anthropomorphe. Ces statues-menhirs sont gravés (parfois sur les deux faces) d'attributs en bas-relief (parfois sculptés en ronde-bosse) comme le visage, les seins, les bras avec les mains, les jambes et les pieds, mais aussi les parures (colliers, pendeloque, crosse, objet mystérieux), des armes, le baudrier, la ceinture, les plis des vêtements, les cheveux en tresse, etc.

Au Moyen Âge, certains menhirs sont christianisés par l'adjonction de croix et de gravures religieuses.

Alignements[modifier | modifier le code]

Les alignements du Ménec à Carnac, en France, comportent plus d'un millier de menhirs.

Les menhirs peuvent être implantés de façon isolée ou en alignement, dont le nombre varie énormément (de seulement trois menhirs à plusieurs centaines, sur plusieurs rangées).

Plus rarement, plusieurs menhirs peuvent être disposés en cercle ; on parle alors de « cercle de pierres » ou de cromlec'h.

Répartition[modifier | modifier le code]

Répartition générale[modifier | modifier le code]

Les menhirs sont présents un peu partout dans le monde, tout particulièrement en Afrique, Asie et Europe, mais sont les plus nombreux en Europe de l'Ouest.

On les retrouve à travers toute l'Europe, de la zone méridionale (Portugal, Espagne, Corse, etc.) au pourtour de l'océan Atlantique (France, Irlande, Grande-Bretagne), et de l'Europe centrale (Suisse, Autriche, Allemagne) à la Scandinavie (Danemark et Suède). La région a compté jusqu'à 50 000 mégalithes[11], tandis que le seul Nord-Ouest de la France en compte 1 200[12]. Ils trouvent leur origine à différentes périodes de la Préhistoire et sont érigés comme éléments d'une culture mégalithique plus grande qui s'est développée en Europe et au-delà.

Sous des formes plus récentes, les menhirs se rencontrent également en Afrique (Sénégal), en Asie (Inde, Indonésie, Corée) et même en Amérique du Sud.

Amérique du Sud[modifier | modifier le code]

Des menhirs sont érigés par les U'wa de Colombie sur leur territoire ancestral. Selon les légendes du peuple, il s'agit des anciens des clans U'wa clans transformés en piliers de pierre. On rencontre également des menhirs à Chita et Chiscas, Boyacá[réf. nécessaire].

Le parc de los Menhires en Argentine compte 114 menhirs. Les pierres mesurent entre 4 et 5 m de hauteur sur 1 m de largeur. Ils ont été érigés par les Tafí, une culture de la province de Tucumán.

Asie[modifier | modifier le code]

Arménie[modifier | modifier le code]

L'Arménie compte de nombreux menhirs (appelés en arménien Վիշապաքար, vichapkar, littéralement « dragon de pierre »). Ce sont des pierres en forme de cigare, de 3 à 6 m de haut. On les rencontre souvent dans les montagnes près des sources de rivière ou des lacs. Un grand nombre sont gravés en forme de poisson.

Le plus ancien vichapkar daterait des XVIIIe au XVIe siècle av. J.-C. Une inscription en cunéiforme urartéen gravée sur un vichap du temple de Garni montre qu'ils ont été créés avant l'époque du royaume d'Urartu (avant le VIIIe siècle).

Inde[modifier | modifier le code]

À Mudumala (district de Mahabubnagar, Andhra Pradesh), un site archéologique compte environ 80 grands menhirs, certains de 4 m de hauteur, et plusieurs centaines de petits menhirs éparpillés dans les champs. Selon le Dr Rao, dont l'équipe a visité le site aux solstices et équinoxes, certains alignements seraient alignés avec le soleil levant et couchant à ces dates[13].

Iran[modifier | modifier le code]

Les menhirs sont appelés سنگ‌افراشت (sang-afrāsht) en persan. On en trouve dans plusieurs villages et régions d'Azerbaïdjan oriental, et près d'Amlash et Daylam dans le Gilan ; un double menhir est situé à Kharg dans le Golfe Persique.

Europe[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Huelgoat : destruction d'un menhir par des carriers pour en exploiter le granite vers 1900 (carte postale ND Photo).

En France, on rencontre la plus forte concentration de menhirs en Bretagne[14], de formes très diverses. Le plus grand menhir du monde est situé à Locmariaquer ; le grand menhir brisé d'Er Grah mesurait près de 20 m de hauteur et gît actuellement à terre, fracturé en quatre morceaux. Il aurait pesé plus de 330 tonnes intact, ce qui en fait le 3e plus lourd objet déplacé sans moteur par l'homme (après le socle du Cavalier de bronze de Saint-Pétersbourg, une partie du Mur occidental à Jérusalem et les blocs de Baalbek).

Les alignements de menhirs ne sont pas rares, les plus connus étant les alignements de Carnac, où plus de 3 000 menhirs individuels sont arrangés en quatre groupes et alignés en rangées s'étirant sur 4 km. Chaque ensemble est organisé avec les pierres les plus hautes à l'extrémité ouest et les plus basses à l'extrémité est. Certaines rangées se terminent par un cromlech semi-circulaire, mais certains ont été détruits ou se sont effondrés[4].

La deuxième concentration de menhirs est située en Lozère sur le site de la Cham des Bondons, qui en compte plus de 150[15], sur une plaine calcaire des Cévennes granitiques. Le site est protégé par le parc national des Cévennes. Depuis la mise en place du pastoralisme, il est maintenu par écobuage et pâturage[16].

La Vendée, proche de la Bretagne, en compte également un grand nombre. La Société préhistorique de France recensait (en 2000) 102 monuments allant du petit menhir au mégalithe[17]. Mais c'est aussi une région où ces monuments ont été détruits en masse à la dynamite. Marcel Baudoin signale la Pierre au Diable de La Garnache (ou Menhir tombé de La Grande Emonnière) qui a échappé à la destruction mais garde "un trou de mine"[18].

Le Rouergue compte plus de 120 statues-menhirs[19], le Languedoc une vingtaine. On en rencontre également en Provence et à Sailly-en-Ostrevent dans le Pas-de-Calais. En Corse, plusieurs dizaines de statues-menhirs sont inventoriés un peu partout dans l'île (sites mégalithiques de Filitosa et de Palaghju notamment).

En Lorraine et dans les Vosges, l'on compte un nombre important de menhirs et quelques dolmens. Des exemples en sont, la Pierre au Jô située en Meurthe-et-Moselle[20], le Wieselstein, situé en Moselle, mégalithe de six mètres de haut et de quatre mètres de large, qui a également servi de borne. Il a été un point de ralliement des mineurs lors des grandes grèves de 1920. Il est situé entre la cité Cuvelette et le puits Reumaux de Freyming-Merlebach. Un autre exemple est la Pierre des douze Apôtres de Meisenthal appelé également Breitenstein. Ce monolithe marque la frontière entre la Lorraine et l'Alsace. Ce monument fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [21]. Proche de Raon-l'Étape (Vosges) et de la ferme de Maladrie se situe le menhir de Pierre Borne, un monolithe en granite rose de 3,25 mètres de hauteur. Sa masse est estimée à 7,8 tonnes. Un autre menhir situé près de Raon-l'Étape est le menhir des Léches. Sa hauteur est d'un mètre quatre-vingt. Un menhir vosgien est le Spitzenstein situé près de Volksberg. Sa hauteur est estimée à trois mètres.

En Alsace, on trouve certains menhirs en plaine, comme le petit menhir appelé Lange Stein proche du village d'Altorf. Situé au lieudit Gansweidt, le menhir Lange Stein (« la longue pierre ») marque la limite du village du haut de son mètre quarante. Il est probablement d'origine antérieure au peuplement celte de la région. Le blason du village est visible à mi-hauteur (sculpture tardive). Classement le aux monuments historiques[22]. Proche de Soultzmatt, sur le versant alsacien des Vosges, se situe le Langenstein, un menhir redressé et mis en valeur en 1906 par un industriel de Soultzmatt nommé Fritz Kesseler.

Le plus grand menhir du Sud-Ouest est le Menhir de Pierrefitte à Saint-Sulpice de Faleyrens. Il mesure 5,20 m de hauteur pour un poids estimé de 50 tonnes.

Grande-Bretagne[modifier | modifier le code]

Les deux menhirs de Giant’s Grave, en Cumbrie, se dressent au pied du dôme de Black Combe, une montagne dans le Parc national du Lake District. Le plus petit menhir porte trois pétroglyphes en spirale, alors que le plus grand n'en a qu'un. On peut accéder au site par l'A595 via un champ jouxtant le passage à niveau[23].

Le menhir de Longstone est l'unique menhir de l’île de Wight. Le toponyme de Mottistone, qui désigne le village au sud, est une allusion à ce monolithe. C'est en fait un assemblage de deux pierres taillées dans le grès, qui fermaient sans doute à l'origine l'extrémité d'un dolmen disparu de la côte sud-ouest de l’île.

Allemagne[modifier | modifier le code]

En Allemagne l'on peut citer le menhir du Gollenstein situé proche de Blieskastel en Sarre. Avec ses six mètres soixante de hauteur il passe pour être l'un des plus hauts d'Europe centrale. L'on peut également citer les menhirs du Spellenstein proche de Rentrisch (commune de Saint-Ingbert) et le Hinkelstein de Walhausen (commune Nohfelden, tous deux également situés dans le Land Sarre. Le Dölauer Jungfrau (aussi appelé Steinerne Jungfrau) est situé près de Halle-sur-Saale dans le Land Saxe-Anhalt. Il mesure cinq mètres cinquante de hauteur.

Suisse[modifier | modifier le code]

L'ensemble de menhirs de Clendy, situé près d'Yverdon au bord du lac de Neuchâtel.

Vieux de 6000 ans certains d'entre eux atteignent 4,5 mètres de hauteur pour un poids de 5 tonnes[24].

On a découvert en 2021 à Saint Léonard en Valais un alignement de 13 menhirs ayant au moins 3000 ans[25].

Scandinavie[modifier | modifier le code]

En Scandinavie, les menhirs sont appelés bautasteiner ou bautastenar et continuèrent à être érigés pendant l'âge de fer pré-romain (Ve au Ier siècle) et même plus tard, généralement au-dessus des cendres des morts. Ils sont érigés à la fois seuls et en formations, comme les bateaux de pierre et quelques cromlech. Parfois, ils sont érigés simplement comme monuments commémoratifs, une tradition qui se poursuit par la suite avec les pierres runiques.

La tradition est la plus forte au Bornholm, au Gotland et au Götaland, et semble s'être poursuivie par les Goths au Ier siècle jusqu'à la rive sud de la mer Baltique (maintenant dans le Nord de la Pologne) où elle est une caractéristique de la culture de Wielbark[26],[27].

Frostating (Frosta, comté de Nord-Trøndelag, Norvège) est le site d'une assemblée norvégienne primitive. Il est représenté par le menhir de Frostatinget.

En Suède au XIIIe siècle, des menhirs sont érigés comme stèles pour les tombes des guerriers. Dans l'introduction à la saga Heimskringla compilée par Snorri Sturluson (1179-1241), celui-ci écrit :

« Quant aux rites funéraires, le premier âge est appelé Âge du Feu ; car tous les morts étaient consumés par le feu, et sur leurs cendres furent dressées des pierres.

Pour les hommes importants, un tertre devait être dressé en leur mémoire, et pour tous les autres guerriers qui s'étaient distingués par leur virilité, une pierre dressée ; cette coutume demeura longtemps après l'ère d'Odin[28]. »

Dans le même document, Snorri écrit que les Suédois brûlèrent leur roi mort Vanlandi et érigèrent une pierre sur ses cendres près de la rivière Skyt (un affluent de la Fyrisån) :

« Les Suédois prirent son corps et le brûlèrent près de la rivière nommée Skytaa, où une pierre fut dressée sur lui[28]. »

Cette tradition est également mentionnée dans le poème Hávamál.

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

Dans les aventures d'Astérix et Obélix, Obélix exerce la profession de tailleur et livreur de menhirs : il est souvent représenté portant un menhir sur le dos. Cette activité est au centre du scénario de l'album Obélix et compagnie ; une allusion à l'aménagement d'un certain terrain à Carnac est également faite dans les albums Astérix en Hispanie et Le Fils d'Astérix. On notera l'anachronisme plaisant : la plupart des menhirs, y compris les alignements de Carnac, ont bien entendu été érigés plusieurs millénaires avant l'époque des aventures de ces Gaulois (autour de 50 avant. J.-C.). Pendant longtemps des scientifiques pensaient que les menhirs étaient beaucoup plus récents et contemporains de l'époque gauloise[29] où l'on érigeait effectivement encore des stèles[30], certaines oblongues appelées souvent lec'h en Bretagne[31], mais qui ne sont pas comparables aux menhirs. Les recherches, puis les datations au radiocarbone ont complétement changé cette idée déjà avant l'apparition de la bande dessinée, mais celle-ci a été créée en 1959 et à cette époque la théorie des menhirs datant des gaulois perdurait dans les esprits[29]. Si depuis cela a changé, le menhir porté par Obélix reste emblématique du personnage et est resté présent dans la série.

Théories, mythes et légendes[modifier | modifier le code]

De nombreux mythes, légendes et théories entourent les menhirs, liés à la curiosité et l'envie de comprendre, mais aussi de croyances populaires sans aucun fondement scientifique parfois souvent liées simplement à la forme phallique des menhirs et à l'inculture mêlée à la curiosité, laissant libre cours à l'imagination.

Théories[modifier | modifier le code]

Il existe aussi des théories qui ne sont souvent pas vérifiées ni prouvées de manière scientifique et certaines sont enracinées à tort comme certitudes.

De nombreuses théories lient les menhirs aux astres et il est prouvé que l'entrée de nombreux dolmens était orientée dans l'axe du lever de soleil au solstice d'hiver de l'époque et que certains menhirs avaient des orientations précises[32]. En partant de cette constatation, plusieurs théories exposent que les menhirs et d'autant plus les alignements, servaient à calculer la position des astres, ce qui n'est pas totalement impossible, mais actuellement non prouvé scientifiquement et quasiment impossible à vérifier de manière certaine[32]. Par exemple les théories astrales les plus étayées sur les alignements de Carnac ne tiennent pas compte que certains menhirs ont été déplacés[33] et qu'une grande partie du site a été relevée au XIXe siècle, de manière rudimentaire et sans les connaissances avancées de fouilles que nous avons actuellement. De ce fait certains menhirs ne sont très probablement pas à leur emplacement exact originel et encore moins dans leur position d'origine et il est impossible d'affirmer des théories basées sur des éléments faussés. De même, la majorité des sites ont été bouleversés par le temps et ne sont probablement qu'une partie parfois infime du site d'origine, ce qui ne permet pas des affirmations et calculs sur leurs positions et signification globale. La découverte d'un nouveau monument sur un site peut totalement réduire à néant la moindre théorie astrale aussi étayée soit-elle.

Outre les théories astrales, on retrouve de nombreuses théories parfois plausibles, parfois complétements loufoques. Certains pensent par exemple que les menhirs servaient à mesurer la montée des eaux des mers[34], méconnaissant ou n'expliquant pas l'existence de menhirs à plusieurs centaines de kilomètres de toute mer et contemporains de ceux de leurs études, qui infirment cette idée incongrue.

On ne peut négliger non plus l'influence de phénomènes naturels pour expliquer certaines croyances et théories. Par exemple les moraines et rochers laissés par le déplacement et la fonte des glaciers à la fin de l'ère glaciaire, a généré différents phénomènes qui ont induit des légendes et contribué à des erreurs. Des alignements d'origine naturelle sont toujours visibles dans de nombreuses régions et ont parfois été confondus avec des alignements néolithiques, notamment dans les landes de Lanvaux très riches en monuments mégalithiques, d'anciens inventaires y font état d'alignements autour du site de Larcuste. Or si l'on étudie le terrain et les amas de roches entassées laissés par le remembrement, tous semblent plus probablement naturels, ce qui infirmerait qu'il ait existé de nombreux alignements dans le secteur. Ils restent d'ailleurs parfaitement alignés dans un bois à une centaine de mètres du site, trois pierres dont une à bassin, qui correspondent plus à une formation glaciaire qu'autre chose. Des pierres à bassins sont parfois trouvées aux alentours voire incorporées dans des monuments mégalithiques et au début du XXe siècle elles étaient encore souvent attribuées à l'homme par les scientifiques[35] et sont à l'origine des légendes sur les sacrifices humains qui auraient été pratiqués par les religions mégalithiques. L'étude de ces pierres a pour la majorité d'entre elles avéré une origine naturelle et les rares autres ne permettent aucune conclusion dans ce sens, voire l'infirment aussi. De même au XIXe siècle certains alignements naturels et blocs erratiques résultant du glissement des glaciers ont été pris pour des ouvrages humains, la géologie ne les ayant pas encore expliqués et l'explication était encore à démontrer au début du XXe siècle[36]. Tout comme des hommes ont pu y voir encore récemment une œuvre humaine et plus anciennement surnaturelle au même titre que les menhirs, les hommes préhistoriques ont pu y voir des œuvres divines, en faire un culte et en ériger pour leurs divinités, ce qui pourrait être une explication parmi tant d'autres de l'existence des alignements et menhirs[réf. souhaitée], ce qui est impossible à vérifier et même s'il existe des monuments conçus à partir de blocs erratiques[37], ils sont rares et ne prouvent en rien l'existence d'un culte antérieur autour d'elles.

Mythe et légendes[modifier | modifier le code]

On a prêté souvent aux menhirs des vertus sur la fécondité et jusqu'au début du XXe siècle il est rapporté que l'on prêtait à certains menhirs de nombreuses vertus thérapeutiques. Dans la région de Carnac, les jeunes filles qui désiraient trouver un mari allaient la nuit se frotter contre un menhir complétement déshabillées. À Maël-Pestivien, les femmes stériles allaient se frotter sur la saillie d'un bloc de granit. À Plouarzel les jeunes mariés allaient se frotter le ventre la deuxième nuit de leurs noces sur des saillies du menhir de Kerloas, l'homme pour avoir des enfants masculins et la femme pour être la maitresse de maison. À Landunvez, les gents soufrant de l'épaule allaient se frotter à un menhir dit de saint Samson. À l'île de Sein les fiévreux faisaient apporter neuf pierres dans leur mouchoir, qui étaient disposées au pied d'un menhir pour transférer leur maladie au premier qui les prendrait[38].

Beaucoup de mythes et légendes ont des points communs pour de nombreux menhirs et alignements. En prenant l'exemple des alignement de Carnac, une légende indique qu'ils seraient des soldats romains changés en pierre par saint Cornély ; cette légende de soldats ou personnes transformés en pierre se retrouve elle aussi sur d'autres sites. Dans une autre légende des korrigans, créature légendaire de Bretagne dotée d’une force extraordinaire, auraient formé les alignements se servant des menhirs comme habitation et de nombreux contes et légendes tournent autour d'elfes, fantômes et autres lutins[39], certains faisant des rondes la nuit autour des menhirs[40], d'autres y attirant avec de l'or les malheureux qui les croisent, pour leur faire différentes misères. Le nom de nombreux monuments se rapporte aussi à Gargantua (cuillères, fourchettes, etc.)[39] et des légendes de pierres magiques apportées par des géants[41]. Souvent d'or et de trésors cachés sous les menhirs, de pierres à serments[39] et bien d'autres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Charles-T. Le Roux et Jean-L. Monnier, « Des menhirs en bois ? », La Recherche, no 360,‎ , p. 21
  2. En breton, maen est un substantif et hir un adjectif.
  3. Gustave Flaubert, "Par les champs et par les grèves", 1886.
  4. a et b (en) Elyn Aviva, Gary White, « Mysterious Megaliths: The Standing Stones of Carnac, Brittany, France », World and, vol. 13,‎
  5. (en) Mark Patton, Statements in Stone : Monuments and Society in Neolithic Brittany, New York, Routledge, , 209 p. (ISBN 978-0-415-06729-4), p. 4
  6. Bernard Merdrignac, Les vies de saints bretons durant le haut Moyen Âge, Editions Ouest-France, , p. 6.
  7. Victor-Henry Debidour, L'Art de Bretagne, Arthaud, , p. 56.
  8. (en) Brad Olsen, Sacred Places Around the World : 108 Destinations, Consortium of Collective Consciousness, , 288 p. (ISBN 1-888729-10-4, lire en ligne), « Carnac », p. 232
  9. La Bretagne, Larousse, , p. 13
  10. Olivier Wieviorka, Michel Winock, Les lieux de l'histoire de France, Place des éditeurs, (lire en ligne), p. 29
  11. (en) Janice Greene, Strange But True Stories, Saddleback Pub, , 76 p. (ISBN 978-1-59905-010-2)
  12. (en) Margaret Oliphant, The Atlas of the Ancient World : Charting the Great Civilizations of the Past, Simon & Schuster, (ISBN 978-0-671-75103-6), p. 81
  13. (en) « Signature of the sky in rock », Chennai, Inde, The Hindu,
  14. « Accueil », Mégalithes bretons
  15. « Préhistoire », Parc national des Cévennes
  16. « Sentier du Pradal », Parc national des Cévennes
  17. https://www.persee.fr/doc/bspf_0249-7638_2000_num_97_3_11131
  18. https://www.persee.fr/doc/bspf_0249-7638_1925_num_22_4_5817
  19. « Accueil », La France des mégalithes
  20. Louis Robert, Bulletin de la Société préhistorique de France, vol. 2, numéro 3, p. 80 à 85.
  21. « Autel druidique, à 3 km sortie sud de la ville », notice no PA00106808, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. « La stèle de l'Âge du fer », notice no PA00084583, base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. Julian Cope, The Modern Antiquarian : A Pre-millennial Odyssey Through Megalithic Britain : Including a Gazetteer to Over 300 Prehistoric Sites, Thorsons Pub, , 438 p. (ISBN 978-0-7225-3599-8), p. 249
  24. [1]
  25. [2]
  26. (en) « The Goths in Greater Poland », Musée archéologique de Poznan
  27. (en) « Jewellry of the Goths », Musée archéologique de Poznan
  28. a et b (en) « The Ynglinga Saga », Sacred Texts
  29. a et b Catherine Bertho-Lavenir, « Pourquoi ces menhirs ? Les métamorphoses du mythe celtique : Astérix. Un mythe et ses figures », Ethnologie française nouvelle série, Presses Universitaires de France, vol. 28, no 3,‎ , p. 303-311
  30. Martial Caroff, Bertrand Grall, Marine Moysan, Bernard Le Gall et Anne-Françoise Cherel, « Aires d'extraction et façonnage des stèles de l'âge du Fer de Cornouaille (Finistère, France) : Apports de la pétrographie et de l'analyse structurale des roches », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 113, no 4,‎ , p. 765-784
  31. Yves Milon et P.-R. Giot, « IV e Circonscription : Mayenne », Gallia, CNRS, vol. 11, no 2,‎ , p. 315
  32. a et b Daniel Lavalette, « Directions astronomiques canoniques des sépultures mégalithiques de Bretagne et de l’Europe atlantique », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 106, no 3,‎ , p. 535–551 (DOI 10.3406/bspf.2009.13874)
  33. « ECHERCHES ARCHÉOLOGIQUES EN GAULE EN 1953 (Généralités, Époque préhistorique) », Gallia, CNRS, vol. 13, no 2,‎ , p. 16-17
  34. « Megalithisme reponse a la montee des eaux », sur teviec0001.free.fr (consulté le )
  35. Delort, « Les Pierres à Bassins », Bulletin de la Société préhistorique de France, vol. 8, no 2,‎ , p. 170-171
  36. Edmond HUE, « Les blocs erratiques : Des environs de Luc-Sur-Mer (Calvados) », Bulletin de la Société préhistorique de France T. 22, No. 8/10 (), pp. 3-38 (44 pages), Société Préhistorique Française, vol. 22, nos 8/10,‎ , p. 3-38
  37. Jean-Claude Bessac, « Les carrières du Bois des Lens (Gard) : l'emploi et la diffusion de la pierre des Lens », Gallia, CNRS, vol. 59,‎ , p. 33
  38. Salomon Reinach, « es Monuments de pierre brute dans le langage et les croyances populaires », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 14, no 3,‎ , p. 158–160 (DOI 10.3406/bspf.1917.7522)
  39. a b et c Salomon Reinach, Les Monuments de pierre brute dans le langage et les croyances populaires, E. Leroux,
  40. Alain BEYNEIX, « Que sont les mégalithes gersois devenus ? », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 104, no 2,‎ , p. 284
  41. Édouard Schuré, Paysages historiques de France, vol. 106, Revue des Deux Mondes, coll. « La Revue des Deux Mondes / 3 » (no 2), , p. 415

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fédération archéologique de l'Hérault, Actes des journées d'études des statues-menhirs à Saint-Pons-de-Thomières, 1984, Parc régional du Haut-Languedoc,
  • Fédération archéologique de l'Hérault, Actes du 2e colloque international sur la statuaire mégalithique à Saint-Pons-de-Thomières, 1997, Parc régional du Haut-Languedoc,
  • Jean Danzé, Le secret des menhirs : de Bretagne et d'ailleurs, La Rochelle, La Découvrance, , 125 p. (ISBN 978-2-84265-700-0)
  • Dominique Garcia et Jean Guilaine, La Protohistoire de la France, Paris, Hermann, , 540 p. (ISBN 978-2705695941)
  • Franck Leandri, Michel Maillé et Emmanuel Mens, « Pierres levées et anthropomorphisme : stèles bretonnes, menhirs anthropomorphes, statues-menhirs », dans Dominique Garcia, La protohistoire de la France, Paris, Hermann, (ISBN 978-2705695941), p.187-203.

Articles connexes[modifier | modifier le code]