1948 en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chronologies
Description de cette image, également commentée ci-après
Années :
1945 1946 1947  1948   1949 1950 1951
Décennies :
1910 1920 1930  1940  1950 1960 1970
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Aéronautique Architecture Arts plastiques Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Dadaïsme et surréalisme Disney Droit Échecs Économie Fantasy Football Informatique Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Philosophie Radio Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision TerrorismeThéâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Hégirien · Persan · Républicain

Chronologie de la France


Cette page concerne l'année 1948 du calendrier grégorien.

Évènements[modifier | modifier le code]

 Sommaire :  Haut - Janvier - Février - Mars - Avril - Mai - Juin - Juillet - Août - Septembre - Octobre - Novembre - Décembre 

Janvier[modifier | modifier le code]

Le déficit du budget, l'inflation et la surévaluation du franc oblige le gouvernement à adopter un vaste plan d’assainissement de l'économie française pour répondre simultanément aux différentes causes de l’inflation (décalage entre les charges et les ressources de l’État, écart entre les prix et les coûts de revient dans l’industrie et l’agriculture et surévaluation du franc par rapport aux autres devises).
  • 1er-7-25 janvier : l’Assemblée nationale adopte le plan Mayer d’assainissement financier[1]. Il est composé d'un train de mesures économiques (dévaluation, blocage des billets de 5 000 francs[2] ; relèvement des salaires[3] ; libéralisation progressive du contrôle des prix[4] et du marché de l'or[5] ; accroissement du prix des matières premières industrielles dès le 1er janvier[1] ; hausse de 10 % des tarifs publics[6],[7] ; majoration de 40 % du prix du blé[8]) et fiscales (prélèvement exceptionnel de lutte contre l'inflation le 7 janvier, emprunt obligatoire[1],[9] ; diminution des dépenses publiques[10] ; amnistie fiscale[11] ; nouveaux impôts sur les ménages et les entreprises[12])[13].
  • 7 janvier : loi qui institue le prélèvement exceptionnel de lutte contre l'inflation ; elle crée un « Fonds de Modernisation et d'Équipement » (FME), alimenté par un tiers des ressources du prélèvement, destiné au financement du secteur privé[14].
  • 19 janvier : inauguration du barrage de Génissiat, sur le Rhône. La centrale électrique sera la plus importante d’Europe occidentale[15].
  • 25 janvier : dévaluation effective du franc de 44,44 %[15].
  • 26 - 27 janvier : un cyclone tropical dévaste La Réunion[16].
  • 29 janvier : blocage des billets et suppression du billet de 5 000 francs[2].

Février[modifier | modifier le code]

Mars[modifier | modifier le code]

Avril[modifier | modifier le code]

  • Nouvelle vague de grèves[23].
  • 1er avril : début de la distribution de l’aide américaine dans le cadre du plan Marshall[24].
  • 4 - 11 avril : élections truquées en Algérie[25].
  • 12 avril : congrès constitutif de la CGT-FO (Confédération générale du travail - Force ouvrière), fondée par les partisans de Léon Jouhaux après la scission de décembre 1947 au Palais de la Mutualité à Paris[26].
  • 13-16 avril : grève des usines Peugeot à Sochaux[27].
  • 16 avril :
    • décret relatif à l'organisation de l'administration centrale du ministère des finances. Cette réforme fait suite aux changements apportés au système d'imposition dans les années 1920 (création de l'impôt sur le revenu et des taxes sur le chiffre d’affaires des entreprises) ainsi qu'à la nécessité d'une nouvelle administration fiscale pour gérer l'aide financière du plan Marshall. Le décret crée, en remplacement des régies de l’Enregistrement, des Contributions directes et des Contributions indirectes, une administration fiscale unique, la Direction Générale des Impôts. Seule l’ancienne direction générale des Douanes, rebaptisée direction générale des Douanes et des Droits indirects sans voir pour autant modifier son domaine de compétence, reste à l’écart de ce mouvement de concentration. La nouvelle administration est chargée de centraliser les données fiscales des contribuables afin de mieux cibler les contrôles et d'améliorer le recouvrement de l'impôt[1].
    • fondation de l'Organisation européenne de coopération économique (OECE)[23].
  • 19 avril : une explosion dans le puits 11 de Sallaumines, dans les mines de Courrières provoque la mort de douze personnes et en blesse 35[28].

Mai[modifier | modifier le code]

Juin[modifier | modifier le code]

Juillet[modifier | modifier le code]

Août[modifier | modifier le code]

Septembre[modifier | modifier le code]

  • 1er septembre : loi sur la reconstruction urbaine. Le texte prévoit la création d’une allocation logement et réorganise le marché du logement afin de rentabiliser l'investissement des capitaux privés dans l'immobilier. La loi établit un droit au maintien dans les lieux pour les locataires des immeubles anciens et du parc locatif social. Un fonds national pour l’amélioration de l’habitat, ancêtre de l’ANAH, est également créé pour réorienter les aides de l’État vers le logement[37]. Elle permet la revalorisation progressive des loyers au niveau de l'inflation et la hausse des financements destinés à la construction de logements. Les investissements publics passent de 138 à 465 milliards de francs.
  • 3 septembre : sortie de Dédée d'Anvers, film d’Yves Allégret[38].
  • 5-7 septembre : deuxième gouvernement Schuman ; l'Assemblée nationale lui refuse l'investiture par 295 voix contre 289[39].
  • 7 septembre : les vaccinations antidiphtérique et antitétaniques deviennent obligatoires[40].
  • 11 septembre : premier gouvernement Queuille, jusqu'au [25].
  • 22 septembre : sortie à Paris du film L'Aigle à deux têtes de Jean Cocteau[41].
  • 23 septembre : décret qui instaure une taxe de 10,9 % sur les billets de cinéma pour alimenter le Fonds d'aide à l'industrie cinématographique, organisme qui finance les productions cinématographiques françaises[42].
  • 24 septembre : loi reformant en profondeur la fiscalité de l'État. Le gouvernement, devant le dérapage budgétaire des comptes publics (recettes estimées à 924 milliards de francs, mais dépenses estimées elles à 1 039 milliards de francs) oblige au vote d'une nouvelle loi fiscale accroissant les ressources de la nation. Le projet qui prévoit initialement un effort de 80 milliards, est amendé et ramené par le parlement à un prélèvement fiscal de 51 milliards de francs, essentiellement sur les entreprises. Les bénéfices industriels, commerciaux et agricoles sont surtaxés à hauteur de 20 % et l'impôt sur le revenu est majoré pour les hauts revenus[1],[43].
  • 25 septembre :
    • loi retirant son privilège d’émission à la Banque de l’Indochine, transféré à « un Institut d’émission de l’Indochine » qui reste à créer. La banque continue à assurer le service de l’émission jusqu’à une date qui reste à fixer. Début du trafic des piastres, révélé en 1952[44] ; la piastre vaut officiellement 17 francs, mais on l’achète pour 7 à 8 francs. C’est 10 francs de bénéfice pour ceux qui peuvent la changer au cours officiel, règlementé.
    • décret réformant la taxe sur la production industrielle, instaurant le paiement fractionné, afin de réduire les charges pesant sur les entreprises[1].
  • Septembre-novembre : vague de grèves violentes[23].

Octobre[modifier | modifier le code]

  • 1er octobre : décret créant une taxe de 5 % sur la masse salariale des entreprises. Suppression de la taxe sur les traitements et les salaires d'un montant équivalent. La mesure, neutre pour le trésor, permet d'éviter de relancer les revendications de hausse de salaire et de nourrir une spirale inflationniste. Mais ce transfert de charges sur les entreprises renforce une tendance lourde de la loi du qui est de faire peser très largement la hausse des recettes fiscales sur les sociétés, ce qui mine à terme leurs capacités d’investissement[1].
  • 4 octobre-29 novembre : grève des mineurs organisée par la CGT[45].
  • 6 octobre : présentation au Salon de l’automobile de Paris de la Citroën 2 CV, produite jusqu’en juillet 1990[46].
  • 8 octobre : Bartel Jan Sek, mineur d'origine polonaise, est tué à Merlebach la tête fracassée à coups de crosse par les CRS[47].
  • 11 octobre : le gouvernement rappelle 60 000 réservistes de l'armée pour faire face à la grève des mineurs[23].
  • 16 octobre : les équipes de sécurité ayant été supprimées dans les mines, le gouvernement fait occuper les puits. S’ensuivent des affrontements très violents avec les grévistes, à Saint-Étienne, Carmaux, Montceau-les-Mines puis Alès à la fin du mois[48].
  • 21 octobre :
    • à Firminy, près de Saint-Étienne, les CRS tirent sur une manifestation de mineurs et font deux morts et plusieurs dizaines de blessés[49].
    • le journal conservateur L’Époque prend parti au sujet des grèves des mineurs, sous la plume de Frédéric Vauthier (pseudonyme de François Valentin) : « M. Queuille, M. Moch : bombardez les quartiers généraux ! Atomisez-les ! »[50].
  • 26 octobre : l'ouvrier maçon Max Chaptal est tué près d'Alès par une rafale de mitraillette pour avoir voulu franchir un pont défendu par les forces de l'ordre[51].

Novembre[modifier | modifier le code]

  • 2 novembre : les forces de l'ordre occupent Béthune, Lens, Liévin et Courrières[52]. Le Pas-de-Calais, département qui compte le plus de bassins miniers est massivement occupé par les forces de l'ordre avec 31 000 policiers et militaires. Ce déploiement massif des forces de sécurité contraint les mineurs grévistes à reprendre le travail après le 20 novembre[53].
  • 7 novembre : élections au Conseil de la République[54].
  • 29 novembre : la CGT appelle à la reprise du travail, après plus d’un mois d’affrontements qui auront fait deux morts. Le bilan des grèves commencées en 1947 est de 6 grévistes tués et plus de 500 blessés. Un gendarme a été tué. 300 policiers ont été blessés. 3 000 mineurs sont licenciés[45]. 500 autres seront condamnés à des peines de prison.

Décembre[modifier | modifier le code]

  • 1er décembre : première du film Les Parents terribles de Jean Cocteau au studio des Champs-Élysées[55].
  • 9 décembre : décret no 48-1986 sur la réforme fiscale des impôts indirects, directs, des droits d'enregistrement et des droits de mutations[56]. La préparation du décret est l'œuvre essentiellement des fonctionnaires de la DGI, les politiques n'y ont pas participé. Le système fiscal en vigueur en 1948 se présente comme un ensemble d’impôts et de taxes, au rendement divers et à l’assiette souvent très complexe. 57 % des impôts sont assis sur la consommation, 33 % sur le revenu, 10 % sur le capital. Cette répartition de la charge fiscale est problématique pour le développement économique du pays. Elle favorise la hausse des prix, est très injuste socialement et impose de façon très inégale les différentes catégories de revenu. Le décret crée un impôt sur les bénéfices des sociétés (au taux de 24 %), un versement forfaitaire sur les salaires est mis à la charge des employeurs. Les entreprises personnelles restent soumises au taux de 18 %. Création d'un nouvel impôt sur le revenu des personnes physiques différencié de l'impôt sur les bénéfices des sociétés. Ce nouvel impôt comporte une taxe proportionnelle, au taux moyen de 9 %, frappant uniformément les revenus et une surtaxe progressive, chargée d’ajuster la charge fiscale à la capacité contributive de chacun, cela par le jeu de l’abattement à la base, du quotient familial et du taux progressif. La surtaxe comporte 9 tranches, de 0 à 60 %. Suppression de la taxe professionnelle de 15 % sur les salariés, remplacée par un impôt de 5 % sur la masse salariale, payé par les employeurs. Enfin, le système de décote est fusionné en un abattement unique de 18 % sur le revenu (entreprise et particulier)[1].
  • 10 décembre : l’Assemblée générale des Nations unies, réunie à Paris, adopte la Déclaration universelle des droits de l’homme[57].
  • 15 décembre : démarrage de Zoé, le première pile atomique française, installée dans le fort de Châtillon[23]
  • 21 décembre : loi de simplification de la procédure de vote du budget et de programmation de nouvelles économies budgétaires[58].
  • 24 décembre : déclaration à l’assemblée nationale française du groupe parlementaire des Indépendants d’outre-mer (IOM) en faveur d’une « émancipation des peuples dépendants à l’égard du joug colonial »[59]. Fondé en septembre sous l’égide de Léopold Sédar Senghor, il regroupe des hommes d’horizons différents comme Sédar Senghor (Sénégal), Jean-Hilaire Aubame (Gabon) et Nazi Boni (Haute-Volta), des Algériens, des habitants de la Côte Française des Somalis, des originaires des autres territoires d’outre-mer (Nouvelle-Calédonie, Inde) ainsi que des élus des régions françaises. Ils utilisent la manœuvre parlementaire pour obtenir des avancées économiques, sociales puis politiques dans les colonies françaises.
  • 31 décembre : loi sur les maxima fixant les grandes orientations budgétaires. Les recettes ordinaires de l’État (dépenses régaliennes et sociales) sont fixées à 1 250 milliards de francs. Les recettes exceptionnelles pour financer le gigantesque programme de reconstruction du pays sont estimées 620 milliards de francs, 140 provenant de majoration de droits indirects, 100 de l’emprunt et 280 de la contrepartie de l’aide Marshall. Le gouvernement augmente la taxe sur la production de 25 % et les droits d'accise sur le tabac de 15 %. L’ensemble de ces mesures aboutit à une majoration de 40 % des droits d'accise[1].

Naissances en 1948[modifier | modifier le code]

Décès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j et k Frédéric Tristram, Une fiscalité pour la croissance : La direction générale des impôts et la politique fiscale en France de 1948 à la fin des années 1960, , 604 p. (lire en ligne), p. 79-150
  2. a et b Michel-Pierre Chélini, Inflation, État et opinion en France de 1944 à 1952, Institut de la gestion publique et du développement économique, (ISBN 9782110898234, présentation en ligne)
  3. Michel-Pierre Chélini, op. cit, p. 825.
  4. Michel-Pierre Chélini, op. cit, p. 873.
  5. a et b Marcel Netter, Les institutions monétaires en France, Presses universitaires de France (ISBN 9782705906122, présentation en ligne)
  6. électricité, carburant, transport, afin de rendre ceux-ci plus conformes à la réalité du marché
  7. Paul-Jacques Lehmann, Histoire de la Bourse de Paris, Presses universitaires de France (ISBN 9782130677147, présentation en ligne)
  8. Michel-Pierre Chélini, op. cit, p. 505.
  9. 3 % sur 10 ans estimé à 108 milliards de francs
  10. 100 milliards de francs par une baisse de 25 %, soit 30 milliards de francs, des subventions aux entreprises minières et sidérurgiques, suppression de 150 000 postes de fonctionnaires
  11. rapatriement de capitaux estimé à 50 milliards de francs
  12. Surtaxe de 85 % sur les hauts revenus, taxe de 10 % sur les bénéfices agricoles et industriels, taxe de 20 % sur les ménages estimés à 110 milliards de francs.
  13. « René MAYER », sur economie.gouv.fr
  14. a et b Laure Quennouëlle-Corre, La direction du Trésor 1947-1967 : L’État-banquier et la croissance, Institut de la gestion publique et du développement économique, (ISBN 9782821828582, présentation en ligne), p. 88 ; 101
  15. a et b Philippe Valode, L'histoire de France en 2 000 dates, Acropole, (ISBN 9782735703616, présentation en ligne)
  16. P. Fayot, « Le cyclone du 26 janvier 1948 à la Réunion », L'information géographique, vol. 12, no 5,‎ , p. 196 (présentation en ligne)
  17. Aline Angoustures, Histoire de l'Espagne au XXe siècle, Éditions Complexe, (ISBN 9782870274934, présentation en ligne)
  18. « Ruy Blas », sur www.unifrance.org
  19. Louis-Georges Placide, Les émeutes de décembre 1959 en Martinique : un repère historique, L'Harmattan,
  20. Françoise Berger, Gilles Ferragu, Le XXe siècle, Hachette Éducation, (ISBN 9782013201124, présentation en ligne)
  21. Luc Rouban, « Les préfets entre 1947 et 1958 ou les limites de la république administrative », Revue française d'administration publique, no 108,‎ , p. 551-564 (présentation en ligne)
  22. René Mouriaux, L'année sociale: les dates, les faits, les dossiers, les documents- clés, les repères économiques, Ed. de l'Atelier, (ISBN 9782708233485, présentation en ligne)
  23. a b c d e f et g Serge Berstein, Pierre Milza, Histoire de la France au XXe siècle, Place des éditeurs, (ISBN 9782262070915, présentation en ligne), p. 568
  24. Charles P. Kindleberger, Marshall Plan Days, Taylor & Francis, (ISBN 9780415563437, présentation en ligne)
  25. a b c d et e Dominique Lejeune, La France des Trente Glorieuses - 1945-1974, Armand Colin, (ISBN 9782200603830, présentation en ligne)
  26. Bernard Georges, Denise Tintant, Marie-Anne Renauld, Léon Jouhaux dans le mouvement syndical français, Presses universitaires de France (ISBN 9782130677529, présentation en ligne)
  27. Nicolas Hatzfeld, Les gens d'usine : 50 ans d'histoire à Peugeot-Sochaux, Editions de l'Atelier, (ISBN 9782708235656, présentation en ligne)
  28. Dominique Simonnot, op. cit, p. 11.
  29. Pierre Leprohon, Gérard Philipe=, République des Lettres, (ISBN 9782824900766, présentation en ligne)
  30. Eric Nguyen, L'Asie géopolitique : de la colonisation à la conquête du monde, Studyrama, (ISBN 9782844728678, présentation en ligne)
  31. Bernard Chenod, Les Entreprises nationalisées, Presses universitaires de France (ISBN 9782130677925, présentation en ligne)
  32. Odette Hardy-Hémery, Trith-Saint-Léger : du premier âge industriel à nos jours, Presses Universitaires du Septentrion, (ISBN 9782757422281, présentation en ligne)
  33. Pierre Montagnon, La France Coloniale : Retour à l'Hexagone, Éditions Flammarion (ISBN 9782756409382, présentation en ligne)
  34. Patrice Gélinet, Indochine 1946-1954, Place des éditeurs (ISBN 9782735703876, présentation en ligne)
  35. Jacqueline Sainclivier, Christian Bougeard, La Résistance et les Français, Presses universitaires de Rennes (ISBN 9782868471635, présentation en ligne)
  36. Arnaud Haquet, Droit constitutionnel. Séquence 5 : Aux origines de la Cinquième République, Dalloz, (ISBN 9782247196876, présentation en ligne)
  37. Maud Loiseau, Catherine Bonvalet, « L'impact de la loi de 1948 sur les trajectoires résidentielles en Île-de-France », Population, vol. 60, no 3,‎ , p. 351-366 (présentation en ligne)
  38. « Dédée d'Anvers », sur www.unifrance.org
  39. Alessandro Giacone, Jean Guyot. Un financier humaniste, CNRS Editions (ISBN 9782271087812, présentation en ligne)
  40. Pierre Lépine, Les vaccinations, Presses universitaires de France (ISBN 9782705915186, présentation en ligne)
  41. Malou Haine, Jean Cocteau, textes et musique, Editions Mardaga, (ISBN 9782870099018, présentation en ligne)
  42. Catherine Sieklucka, Les aides à l'industrie cinématographique dans la Communauté économique européenne, Presses universitaires de France, (ISBN 9782705903527, présentation en ligne)
  43. « Loi n°48-1477 du 24 septembre 1948 RESSOURCES NOUVELLES ET AMENAGEMENTS D'IMPOTS : », sur legifrance.gouv.fr
  44. Hugues Tertrais La piastre et le fusil, le coût de la guerre d'Indochine 1945-1954, vol. 2, Paris, Comité pour l'histoire économique et financière de la France, (présentation en ligne)
  45. a et b Gérard Noiriel, Une histoire populaire de la France : De la guerre de Cent Ans à nos jours, Agone, (ISBN 9782748903027, présentation en ligne)
  46. Centre de Recherche en Éducation, Questions éducatives, l'école et ses marges, Université de Saint-Étienne, (ISBN 9782862724188, présentation en ligne)
  47. Jenny Raflik, La république moderne. La IVe République (1946-1958), Points (ISBN 9782757872673, présentation en ligne)
  48. Sociologie du travail : les relations professionnelles, Armand Colin, (ISBN 9782200275747, présentation en ligne)
  49. Dominique Simonnot, Plus noir dans la nuit : La Grande grève des mineurs de 1948, Calmann-Lévy, (ISBN 9782702155585, présentation en ligne)
  50. Marianne Payot, « Germinal: la grande grève des mineurs de 1948 », L'Express,‎ (présentation en ligne)
  51. Michelle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves : Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours, La Découverte, (ISBN 9782355221149, présentation en ligne)
  52. Paul-Marie de La Gorce, L'après-guerre : Naissance de la France moderne, Grasset (ISBN 9782246795445, présentation en ligne)
  53. Philippe Roger, « Les grèves de 1947 et 1948 dans le Pas-de-Calais, déroulement, violence et maintien de l'ordre », Revue du Nord, no 389,‎ , p. 156 (présentation en ligne)
  54. Bruno Benoit, Édouard Herriot en quatre portraits : Le Lyonnais, l'humaniste, le politique et l'européen, Presses universitaires du Septentrion, (ISBN 9782757429655, présentation en ligne)
  55. Antoine de Baecque, Noël Herpe, Biographie d'Éric Rohmer, Stock, (ISBN 9782234075900, présentation en ligne)
  56. « Décret n° 48-1986 du 9 décembre 1948 portant réforme fiscale », sur legifrance.gouv.fr
  57. http://www.un.org/fr/documents/udhr/
  58. « Loi n°48-1921 du 21 décembre 1948 EXERCICE 1949 : SIMPLIFICATION DE LA PROCEDURE DE VOTE », sur legifrance.gouv.fr
  59. Jacques Le Cornec, La calebasse dahoméenne, ou, Les errances du Bénin: Du Dahomey au Bénin, vol. 2, L'Harmattan, (ISBN 9782738489067, présentation en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]