Communauté de communes du Ternois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Communauté de communes du Ternois
Communauté de communes du Ternois
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais et Somme
Forme Communauté de communes
Siège Saint-Pol-sur-Ternoise
Communes 104
Président Marc Bridoux
Date de création
Code SIREN 200069672
Démographie
Population 38 458 hab. (2014)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Superficie 609,91 km2
Liens
Site web http://www.ternoiscom.fr/
Fiche Banatic Données en ligne

La communauté de communes du Ternois, parfois appelée « Ternois com, terre d’avenir »[1]) est une communauté de communes française, située dans les départements du Pas-de-Calais et de la Somme, dans la région Hauts-de-France.

Créée le , elle résulte de la fusion de plusieurs intercommunalités en application des disposition de la loi NOTRe, ce qui a nécessité de nombreuses réunions entre élus et services afin de faire un état des lieux dans chaque domaine, puis pour se projeter sur l’avenir en définissant les moyens et objectifs de Ternois Com[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[3], le préfet du Pas-de-Calais a publié le 12 octobre 2015 un projet de schéma départemental de coopération intercommunale qui prévoyait diverses fusion d'intercommunalité[4]. À l'initiative des intercommunalités concernées[5], la Commission départementale de coopération intercommunale (CDCI) adopte le 26 février 2016 un amendement à ce projet, proposant la fusion de :

Le schéma, intégrant notamment cette évolution, est approuvé par un arrêté préfectoral du [7],[8], et les conseils communautaires et municipaux appelés à donner leur avis sur la fusion.

La majorité qualifiée de ces conseils ayant approuvé ce projet, l'intercommunalité constatant cette fusion est créée sous le nom de « Communauté de communes du Ternois » par un arrêté préfectoral du qui a pris effet le [9].

Territoire communautaire[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

Territoire communautaire[modifier | modifier le code]

En 2017, l'intercommunalité est constituée des 104 communes suivantes[10] :

Liste des communes de l’intercommunalité
Nom Code
Insee
Gentilé Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Saint-Pol-sur-Ternoise
(siège)
62767 Saint-Polois 8,24 5 056 (2014) 614
Anvin 62036 Anvinois 7,83 778 (2014) 99
Aubrometz 62047 Aubromessins 2,72 151 (2014) 56
Aumerval 62058 Aumervalois 3,42 199 (2014) 58
Aumerval 62058 Aumervalois 3,42 199 (2014) 58
Averdoingt 62061 Averdoingtois 8,33 290 (2014) 35
Bailleul-lès-Pernes 62071 Bailleulains 3,49 424 (2014) 121
Beauvoir-Wavans 62881 Beauvoiriens 9,49 389 (2014) 41
Beauvois 62101 Beauvoisains 2,68 146 (2014) 54
Bergueneuse 62109 Bergueneusois 2,78 208 (2014) 75
Bermicourt 62114 Bermicourtois 5,53 155 (2014) 28
Blangerval-Blangermont 62137 Blangervalois-Blangermontois 4,61 111 (2014) 24
Boffles 62143 Bofflois 3,27 55 (2014) 17
Bonnières 62154 23,76 657 (2014) 28
Boubers-sur-Canche 62158 Boubérois 9,23 612 (2014) 66
Bouret-sur-Canche 62163 Bouretiens 4,87 256 (2014) 53
Bours 62166 Boursicotiers 11,84 603 (2014) 51
Boyaval 62171 Boyavalois 5,38 134 (2014) 25
Brias 62180 7,74 318 (2014) 41
Buire-au-Bois 62182 Buirois 11,81 226 (2014) 19
Buneville 62187 Bunevillois 3,84 177 (2014) 46
Canteleux 62210 Cantelesiens 3,40 16 (2014) 4,7
Conchy-sur-Canche 62234 Conchiaquois 9,83 202 (2014) 21
Conteville-en-Ternois 62238 2,29 95 (2014) 41
Croisette 62258 Croisettois 7,64 317 (2014) 41
Croix-en-Ternois 62260 Cruciens 6,62 327 (2014) 49
Écoivres 62283 Écoivrois 2,22 126 (2014) 57
Eps 62299 Epsois 6,87 254 (2014) 37
Équirre 62301 Équirrois 4,19 67 (2014) 16
Érin 62303 Érinois 6,36 207 (2014) 33
Fiefs 62333 Fieffois 10,97 387 (2014) 35
Flers 62337 5,50 222 (2014) 40
Fleury 62339 2,75 124 (2014) 45
Floringhem 62340 Floringhemois 4,65 885 (2014) 190
Fontaine-lès-Boulans 62342 Fontainois 5,62 93 (2014) 17
Fontaine-lès-Hermans 62344 Hermanifontains 3,80 120 (2014) 32
Fontaine-l'Étalon 62345 Estalifontains 3,98 112 (2014) 28
Fortel-en-Artois 62346 Fortelois 5,89 216 (2014) 37
Foufflin-Ricametz 62348 Foufflinois 3,00 132 (2014) 44
Framecourt 62352 Framecourtois 2,28 100 (2014) 44
Frévent 62361 Fréventins 15,23 3 632 (2014) 238
Gauchin-Verloingt 62367 5,92 845 (2014) 143
Gennes-Ivergny 62370 Gennois 10,98 128 (2014) 12
Gouy-en-Ternois 62381 Gouyésiens 5,65 149 (2014) 26
Guinecourt 62396 Guinecourtois 2,24 19 (2014) 8,5
Haravesnes 62411 2,40 51 (2014) 21
Hautecloque 62416 Hautecloquois 6,84 222 (2014) 32
Héricourt 62433 Héricourtois 4,95 101 (2014) 20
Herlincourt 62435 Herlincourtois 2,95 109 (2014) 37
Herlin-le-Sec 62436 Hulinois 3,86 174 (2014) 45
Hernicourt 62442 Hernicourtois 9,85 541 (2014) 55
Hestrus 62450 Hestrusiens 7,80 245 (2014) 31
Heuchin 62451 Heuchinois 8,16 547 (2014) 67
Huclier 62462 Hucliérois 3,32 130 (2014) 39
Humerœuille 62467 Humeroeuilois 3,23 156 (2014) 48
Humières 62468 Humiérois 6,81 227 (2014) 33
La Thieuloye 62813 Thieuloisiens 4,06 482 (2014) 119
Le Ponchel 62665 Ponchelois 4,68 207 (2014) 44
Ligny-Saint-Flochel 62514 Linéens 5,23 272 (2014) 52
Ligny-sur-Canche 62513 Lignysiens 7,17 175 (2014) 24
Linzeux 62518 Linzois 4,71 162 (2014) 34
Lisbourg 62519 Lisbourgeois 17,77 581 (2014) 33
Maisnil 62539 Maisnilois 5,14 249 (2014) 48
Marest 62553 Marestois 3,16 290 (2014) 92
Marquay 62558 3,47 184 (2014) 53
Moncheaux-lès-Frévent 62576 Montcellois 3,92 113 (2014) 29
Monchel-sur-Canche 62577 Monchelois 5,06 91 (2014) 18
Monchy-Breton 62580 Monchois 6,90 437 (2014) 63
Monchy-Cayeux 62581 Monts-Cayens 6,22 318 (2014) 51
Monts-en-Ternois 62590 Montois 3,53 61 (2014) 17
Nédon 62600 Nédonnois 4,89 164 (2014) 34
Nédonchel 62601 Nédoncelois 3,89 246 (2014) 63
Neuville-au-Cornet 62607 2,28 77 (2014) 34
Nœux-lès-Auxi 62616 Noeuxois 6,26 177 (2014) 28
Nuncq-Hautecôte 62631 Nuncquois 6,64 433 (2014) 65
Œuf-en-Ternois 62633 Eusiens 8,75 256 (2014) 29
Ostreville 62641 Ostrevillois 3,88 266 (2014) 69
Pernes 62652 Pernois 4,58 1 622 (2014) 354
Pierremont 62655 Pierremontois 6,14 280 (2014) 46
Prédefin 62668 Prédefinois 3,82 216 (2014) 57
Pressy 62669 Percialquois 4,33 300 (2014) 69
Quœux-Haut-Maînil 62683 Quoeusiens 12,01 250 (2014) 21
Ramecourt 62686 Ramecurtiens 8,09 351 (2014) 43
Roëllecourt 62717 Roëllecourtois 9,42 558 (2014) 59
Rougefay 62722 Rougefayais 3,86 88 (2014) 23
Sachin 62732 Sachinois 5,90 332 (2014) 56
Sains-lès-Pernes 62740 Sanctanois 4,20 279 (2014) 66
Saint-Michel-sur-Ternoise 62763 5,97 898 (2014) 150
Séricourt 62791 Séricourtois 2,45 55 (2014) 22
Sibiville 62795 Sibivillois 7,35 111 (2014) 15
Siracourt 62797 Siracourtois 3,14 264 (2014) 84
Tangry 62805 Tangriois 4,84 233 (2014) 48
Teneur 62808 Teneurois 6,85 279 (2014) 41
Ternas 62809 Ternasiens 2,51 128 (2014) 51
Tilly-Capelle 62818 Tilliaciens 6,31 163 (2014) 26
Tollent 62822 Tollentois 4,31 92 (2014) 21
Troisvaux 62831 Trivalois 6,18 286 (2014) 46
Vacquerie-le-Boucq 62833 Vacariais 3,30 93 (2014) 28
Valhuon 62835 Valhuonnais 9,17 580 (2014) 63
Vaulx 62838 Vaulxois 4,92 93 (2014) 19
Villers-l'Hôpital 62859 Villerois 8,40 259 (2014) 31
Vitz-sur-Authie 80810 4,66 119 (2014) 26
Wavrans-sur-Ternoise 62883 Wavransois 4,81 208 (2014) 43
Willencourt 62891 Willencourtois 2,45 139 (2014) 57

Organisation[modifier | modifier le code]

Siège[modifier | modifier le code]

Le siège de l'intercommunalité est à Saint-Pol-sur-Ternoise, 8 place François Mitterrand[10].

Élus[modifier | modifier le code]

La communauté d'agglomération est administrée par son conseil communautaire, composé de 135 conseillers municipaux représentant chacune des communes membres, répartis sensiblement en fonction de leur population, les communes de plus de 900 habitants disposant de deux délégués, les autres d'un seul et son suppléant[11].

Le premier conseil communautaire s'est tenu le 3 janvier 2017, et a élu son président, Marc Bridoux, président de l'ex-communauté de communes des Vertes Collines du Saint-Polois et maire de Hautecloque.

Il a également désigné ses 15 vice-présidents, répartis sensiblement en fonction de leur appartenance aux anciennes intercommunalités supprimées. Il s'agit de :

  1. Jean-Paul Hermant, président de l'ex-communauté de communes du Pernois, maire de Sains-lès-Pernes, délégué à la santé ;
  2. Jean-Luc Fay, président de l'ex-communauté de communes de la région de Frévent, maire de Bonnières, délégué aux finances ;
  3. Yves Hostyn, président de l'ex-communauté de communes de l'Auxillois, maire de Willencourt, délégué à la jeunesse ;
  4. Claude Coquart, ancien président du communauté de communes du pays d'Heuchin et vice-président des Vertes Collines du Saint-Polois, maire de Fontaine-lès-Boulans, délégué au tourisme et au patrimoine ;
  5. Claude Bachelet, président du Pays du Ternois, maire de Croisette, délégué à la contractualisation et à la planification ;
  6. Josette Édouart, ancienne vice-présidente des Vertes Collines du Saint-Polois, maire de Saint-Michel-sur-Ternoise, déléguée à l'action sociale ;
  7. Freddy Bloquet, ancien vice-président des Vertes Collines du Saint-Polois, maire de Siracourt, délégué à l'assainissement et à l'eau potable ;
  8. Pascal Decofour, ancien vice-président des Vertes Collines du Saint-Polois, maire de Bergueneuse, délégué aux services techniques ;
  9. Didier Hochart, ancien vice-président des Vertes Collines du Saint-Polois, conseiller municipal de Saint-Pol-sur-Ternoise, délégué au développement économique ;
  10. Claude Roussez, maire-adjointe de Saint-Pol-sur-Ternoise , déléguée à l'école intercommunale de musique et à la programmation culturelle ;
  11. Henri Dejonghe, ancien vice-président de l’Auxilois, maire d'Auxi-le-Château, délégué à l'insertion et l'emploi ;
  12. Daniel Melin, ancien vice-président de l’Auxilois, maire de Nœux-lès-Auxi, délégué aux espaces numériques et médiathèque ;
  13. Olivier Rigot, ancien vice-président du Pernois, maire de Tangry, délégué à la petite enfance ;
  14. Jean-Marie Olivier, maire de Pernes, délégué à l'urbanisme et à l'environnement ;
  15. Tony Ramon, ancien vice-président de la Région de Frévent, conseiller municipal de Frévent, délégué à la piscine[12],[13].

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

Liste des présidents successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2017[12] en cours
(au 8 février 2017[14])
Marc Bridoux[15]   Technico-commercial
Maire de Hautecloque (1977 → )
Président de l'ex-CC des Vertes communes du Saint-Polois (2013 → 2016)

Compétences[modifier | modifier le code]

L'intercommunalité exerce les compétences qui lui ont été transférées par les communes membres, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Dans l'attente du choix de ses compétences définitives par le conseil communautaire et une majorité qualifiée des conseils municipaux, Ternois Com exerce les compétences des anciennes intercommunalités au bénéfice des communes concernées. Toutefois, dès son premier conseil communautaire, l'intercommunalité a restitué aux communes de l'ex-communauté de communes du Pernois les problématiques concernant l'éclairage public, et à celle de Frévent la compétence concernant la construction d’une gendarmerie. À l'inverse, la compétence optionnelle concernant les équipements sportifs et culturels dont était déjà dotée les Vertes Collines du Saint-Polois et le Pernois est étendue, le , aux communes de l'ex-Auxilois et de la Région de Frévent[16].

Régime fiscal et budget[modifier | modifier le code]

La Communauté de communes est un établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre.

Afin de financer l'exercice de ses compétences, l'intercommunalité perçoit la fiscalité professionnelle unique[10] (FPU) – qui a succédé à la taxe professionnelle unique (TPU) – et assure une péréquation de ressources entre les communes résidentielles et celles dotées de zones d'activité.

Elle perçoit également une dotation globale de fonctionnement bonifiée[10].

Projets et réalisations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Ternois Com s’affiche », L'Abeille de la Ternoise, no 1702,‎ , p. 16.
  2. Alexis Degroote, « Dans la future com de com, « à budget égal, on augmente l’offre de services » : Bruno Duvergé a suivi les travaux de fusion des quatre com de com du Ternois en tant que consultant. L’occasion pour ce dernier de venir présenter la démarche et l’avancée des travaux aux élus des Vertes collines du Saint-Polois et de la Région de Frévent », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  3. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  4. « Ternois : le redécoupage des intercommunalités est en marche ! : La commission départementale de coopération intercommunale (CDCI) se réunissait hier après-midi à la préfecture pour continuer à dessiner les contours du futur nouveau découpage des com de com du Pas-de-Calais », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  5. « Vertes collines du Saint-Polois: la fusion avec ses voisines est déjà sur de bons rails : C’est l’actualité du moment : dans la plupart des communautés de communes, les élus s’arrachent les cheveux pour se mettre dans les clous de la loi NOTRe (elle les oblige à fusionner pour créer des intercommunalités de plus de 15 000 habitants). Mais dans le Ternois, les Vertes collines du Saint-Polois et ses trois voisins (Pernois, Auxilois, Région de Frévent) font office de très bon élève et en sont déjà à discuter des modalités de l’« après-fusion », La Voix du nord,‎ (lire en ligne).
  6. Le populations mentionnées dans les actes concernant les intercommunalités sont des populations totales, au sens de l'INSEE, c'est-à-dire regroupant la population municipale, c'est-à-dire les personnes ayant leur résidence habituelle sur le territoire de la commune à laquelle s'ajoute la population comptée à part, qui regroupe principalement les personnes vivant dans certaines collectivités (internats, casernes, hôpitaux, couvents, prisons…).
    Dans les tableaux de population mentionnés dans les articles de wikipédia ne sont habituellement mentionnés que les populations municipales, ce qui explique l'écart entre les chiffres mentionnés dans le SDCI et ceux des tableaux démographiques
  7. « Arrêté préfectoral du 30 mars 2017 portant schéma départemental de coopération intercommunale du Pas-de-Calais » [PDF], SDCI, Préfecture du Pas-de-Calais (consulté le 23 mars 2017)
  8. « Dix-neuf atouts pour la carte intercommunale », L'actualité de L'Institution, Conseil départemental du Pas-de-Calais, (consulté le 23 mars 2017).
  9. « Arrêté interpréfectoral du 30 août 2016 portant création d'une communauté de communes issue de la fusion des communautés de communes de l'Auxilois, de la région de Frévent, du Pernois et des Vertes Collines du Saint-Polois », Recueil des actes administratifs de la Préfecture de la Somme, no 2016-069,‎ , p. 37-39 (lire en ligne).
  10. a, b, c et d « CC du Ternois (N° SIREN : 200069672) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur, (consulté le 22 mars 2017).
  11. Alexis Degroote, « Pour la future com de com, «on entre dans la dernière ligne droite : Il a été question de la future grande communauté de communes du Ternois, mardi soir, lors de la réunion de la Région de Frévent. Une intercommunalité pour laquelle il est proposé un nombre de 135 délégués », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  12. a et b Anthony Hoyer, « Ternois : Quelques surprises lors des élections à la nouvelle communauté de communes », L'Abeille de la Ternoise,‎ (lire en ligne).
  13. Alexis Degroote, « Plus de 7 heures de conseil pour l’installation de Ternois Com… : Mardi soir, à Croisette, première réunion de la toute nouvelle com de com du Ternois, baptisée Ternois Com. Une réunion fleuve, pour les 135 délégués communautaires, avec l’élection du président et des quinze vice-présidents », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  14. Alexis Degroote, « Développement économique en tête de gondole des compétences de Ternois Com : Après l’élection du président et des vice-présidents de la nouvelle com de com du Ternois en janvier, il a fallu voter les compétences de l’instance, mardi soir. Et forcément, parmi ces compétences, il y a le développement économique… », La Voix du Nord, édition du Ternois,‎ (lire en ligne).
  15. David Derieux, « Marc Bridoux a été élevé au rang de chevalier dans l'ordre national du Mérite : C'est un hommage qui lui est allé droit au cœur, parce qu'il vient des hommes et des femmes qui le connaissent bien et avec qui il a travaillé pendant de nombreuses années. Marc Bridoux a été élevé au rang de chevalier dans l'ordre national du Mérite. Pour ses multiples initiatives professionnelles et publiques, et pour ses qualités d'homme d'action et de décision », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  16. Anthony Hoyer, « Fusion des intercom : les conséquences pour les communes : Conséquences de la fusion des quatre intercommunalités », L'Abeille de la Ternoise, no 1702,‎ , p. 12.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]