Salomé (Nord)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Salomé
Salomé (Nord)
Une entrée de la commune.
Blason de Salomé
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Circonscription départementale Cinquième circonscription du Nord
Arrondissement Lille
Intercommunalité Métropole européenne de Lille
Maire
Mandat
Pierre Canesse
2020-2026
Code postal 59496
Code commune 59550
Démographie
Gentilé Saloméens
Population
municipale
2 945 hab. (2019 en diminution de 0,98 % par rapport à 2013)
Densité 561 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 32′ 08″ nord, 2° 50′ 24″ est
Altitude Min. 20 m
Max. 31 m
Superficie 5,25 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Béthune
(banlieue)
Aire d'attraction Lille (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Annœullin
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Salomé
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Salomé
Géolocalisation sur la carte : Métropole européenne de Lille
Voir sur la carte topographique de Métropole européenne de Lille
City locator 14.svg
Salomé
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Salomé
Liens
Site web www.mairie-salome.fr

Salomé est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France. Elle fait partie de la Métropole européenne de Lille.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Salomé dans son canton et son arrondissement

Au carrefour d’un réseau fluvial et routier, à la limite de l’ex-bassin houiller du Pas-de-Calais, et desservie par le canal d’Aire-à-La Bassée qui la relie au canal à grand gabarit Valenciennes-Dunkerque, le village possède les atouts d’une économie dynamique et accueille de nombreuses entreprises.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Salomé[1]
Illies Marquillies
La Bassée Salomé[1] Hantay
Douvrin Billy-Berclau

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La gare en 2017.

La commune abrite une gare SNCF, où circulent simplement des TER de Lille à Saint-Pol-sur-Ternoise, via Béthune.

La commune compte 6 arrêts de bus (République, Coisne, Saint-Michel-sur-Loire, Place des écoles, Rue Pasteur et Millénaires), desservis par la ligne 61 de la société Ilévia, allant de La Bassée Gare à Lomme Saint-Philibert. Des bus scolaires circulent également pour le Collège Albert Schweitzer et le Lycée Boilly à La Bassée (ligne 209), Beaucamps-Ligny (ligne 928) et le Lycée Beaupré à Haubourdin (ligne 930).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Salomé est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Béthune, une agglomération inter-départementale regroupant 94 communes[5] et 356 052 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lille (partie française) dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 201 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (73,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (78,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (73,7 %), zones urbanisées (17,4 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (8,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,2 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Robert, évêque d'Arras, donna, en 1182, l'autel de ce village à l'abbaye de Saint-Bertin.

La proximité d'une ancienne place forte portant ce nom et à laquelle elle fut reliée par un canal au XIIIe siècle, valut à cette commune, citée dès 984, son nom actuel. La rue du Millénaire fut donc inaugurée en 1984.

Maintes fois envahi du fait de sa proximité avec la ville fortifiée de La Bassée, le village était, avant la Révolution[Laquelle ?], dissocié en fiefs et seigneuries dont certains ont conservé le nom. En 1918 la localité sortit ruinée des combats de la plaine de la Lys.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Maire en 1802-1803 : Ferdinand Barbry[12].

L'hôtel de ville.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
c. 1900   Edmond Lestarquit    
novembre 1972
(démission)
Émile Dubois SFIO Secrétaire de mairie
Sénateur du Nord (1959 → 1965)
Député de la 2e circonscription du Nord (1951 → 1955)
Conseiller général du canton de La Bassée (1945 → 1958 puis 1964 → 1970)
4 septembre 1982 25 juin 1995 Bruno Noblet PS Cadre à la CPAM - Conseiller de la communauté urbaine de Lille (83 à 95)
2004 Raymond Nowacki SE Vice-président de la Communauté urbaine de Lille
2004 mars 2008 Gilberte Alexandre SE  
mars 2014 Philippe Amielh PS Fonctionnaire
En cours Pierre Canesse DVG Retraité de la fonction publique
Réélu pour le mandat 2020-2026[13]

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Lille, du tribunal de grande instance de Lille, de la cour d'appel de Douai, du tribunal pour enfants de Lille, du tribunal de commerce de Tourcoing, du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[15].

En 2019, la commune comptait 2 945 habitants[Note 3], en diminution de 0,98 % par rapport à 2013 (Nord : +0,49 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
480566601625716746811870860
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9611 0351 1351 1901 2151 2191 2941 4411 518
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6521 6901 8601 3971 7971 8641 8042 0242 290
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
2 4872 5242 9292 7812 9552 9292 9933 0022 972
2017 2019 - - - - - - -
2 9692 945-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 37,0 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 20,3 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 444 hommes pour 1 512 femmes, soit un taux de 51,15 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,77 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[18]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
1,0 
4,3 
75-89 ans
6,8 
13,5 
60-74 ans
14,9 
20,2 
45-59 ans
20,5 
22,7 
30-44 ans
22,0 
16,9 
15-29 ans
14,7 
22,4 
0-14 ans
20,1 
Pyramide des âges du département du Nord en 2018 en pourcentage[19]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,1 
75-89 ans
8,1 
14,3 
60-74 ans
15,6 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,6 
30-44 ans
18,7 
20,7 
15-29 ans
19,1 
20,7 
0-14 ans
18,5 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le cimetière est situé sur la route d'Hantay, petite commune jouxtant le village. Il comporte un cimetière militaire allemand de la Première Guerre mondiale ainsi que deux tombes du Commonwealth de la Seconde Guerre mondiale.

L'église Saint-Vaast, quasiment détruite pendant la Première Guerre mondiale, est reconstruite dans les années 1920. De nouveau endommagée au début de la Seconde Guerre mondiale, elle est restaurée après guerre.

la chapelle des comtes d'Hespel d'Hocron

Deux édifices méritent une attention particulière : il s'agit du presbytère (que la municipalité n'a pas souhaité conserver et qui a été détruit en 2010) ainsi qu'une ancienne chapelle des comtes d'Hespel d'Hocron appartenant à la famille d'Hespel.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Seigneurs de Salomé[modifier | modifier le code]

  • Les comtes d'Hespel sont une grande famille issue de Wallerand Hespel 1er, de la lignée, depuis 1495. Ils possèdent des terres dans les quartiers des Weppes, Carembaut, Ferrain, Pévèle, Mélantois, en Artois et dans la Chatellenie de Courtrai. Ces domaines s’étendent au fil du temps plus particulièrement à Fournes et à Salomé [20].
  • Jean Baptiste de Lannoy (1616-1674), fils de Jean de Lannoy, seigneur des Plantis (à Cysoing) et de la Deusle, bourgeois de Lille, anobli en 1641, et de Marie Desbarbieux, nait à Lille en août 1616 (baptisé le ). Il est écuyer, seigneur des Prés, de la Deusle, Salomé, Rabodenghes. Bourgeois de Lille le , il est créé chevalier par lettres données à Madrid le . Mayeur de Lille en 1669 et 1670, il meurt à Lille le . Il épouse à Lille le Marie Catherine de Logenhagan, née à Lille en novembre 1426 (baptisée le ), fille d'Antoine, écuyer, seigneur d'Inglant, et de Catherine de Hangouart[21].
  • Jean Baptiste François Olivier de Lannoy (1650- avant 1700), fils de Jean Baptiste de Lannoy, est chevalier, seigneur des Prés, de Salomé, de la Deusle. Il nait à Lille en janvier 1650 (baptisé le ), devient bourgeois de Lille le , est nommé grand bailli de Furnes par lettres données à Saint-Germain-en-Laye le . Il meurt avant 1700. Il épouse le Françoise Henriette de Tramecourt, fille de Georges, écuyer et de Françoise Henriette de Haynin. Elle nait à Aire-sur-la-Lys en juin 1659 (baptisée le ) et meurt à Lille le [21]. Ils ont eu huit enfants, dont :
  1. Marie Thérèse Françoise de Lannoy (1682-1764) épouse en 1698 à Lille Balthazar de Sainte-Aldegonde, fils du seigneur de Genech.
  2. Marie Thérèse de Lannoy(1687-1756), dame d'Emmerin[22].

Autres personnalités[modifier | modifier le code]

  • Edmond Lestarquit (1858-1906), maire au début du XXe siècle, racheta l'entreprise de production de chicorée de La Bassée à laquelle il donna son nom.
  • Émile Dubois : maire, conseiller général, député du Nord, sénateur
  • Louis Danel, né le à Salomé, décédé le , maître imprimeur et ingénieur diplômé de l'École centrale de Lille (promotion IDN 1880), dirige à partir de 1884 l'imprimerie L. Danel à Lille qui devient l'une des principales imprimeries du Nord de la France à la fin du XIXe siècle  ; « Maître imprimeur. - Ingénieur. - A été président du Tribunal de commerce de Lille. - Vice-président du Cercle de la librairie »[23]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Salomé (Nord).svg

Les armes de Salomé se blasonnent ainsi :

D'azur à l'écu d'argent en abîme, accompagné en chef de trois merlettes d'or rangées en fasce.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Salomé sur Géoportail, consulté le 12 juin 2016.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Béthune », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lille (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. 274, lire en ligne.
  13. https://reader.cafeyn.co/fr/1926580/21599491
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  18. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Salomé (59550) », (consulté le ).
  19. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Nord (59) », (consulté le ).
  20. Les comtes d'Hespel.- Site de la mairie de Fournes-en-Weppes '19 décembre 2020)
  21. a et b Paul Denis du Péage, « Recueil de généalogies lilloises - tome I », Recueil de la société d'études de la province de Cambrai, vol. 12,‎ 1906-1909, p.104 (lire en ligne).
  22. Paul Denis du Péage, « Recueil de généalogies lilloises - tome I », Recueil de la société d'études de la province de Cambrai, vol. 12,‎ 1906-1909, p.105 (lire en ligne).
  23. Louis Danel (BNF 10584165).