Ligne de Doullens à Arras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligne de
Doullens à Arras
Image illustrative de l'article Ligne de Doullens à Arras
La section encore active de la ligne est la deuxième voie (en tronc commun avec la ligne d'Arras à Saint-Pol-sur-Ternoise, dont la voie est au premier plan), à proximité de l'ancienne gare d'Achicourt.
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Doullens, Achicourt, Arras
Concessionnaires Banque franco-autrichienne-hongroise (1873 – 1875)
Nord (1875 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 306 000
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Pente maximale 12
Nombre de voies Anciennement à voie unique
Trafic
Propriétaire SNCF

La ligne de Doullens à Arras est une ancienne ligne ferroviaire française de la région Nord-Pas-de-Calais, à écartement standard et à voie unique, qui reliait la gare de Doullens à celle d'Arras. Elle est déclassée sur la majeure partie de son parcours.

Elle constitue la ligne no 306 000[1] du réseau ferré national.

Historique[modifier | modifier le code]

La ligne est déclarée d'utilité publique, au titre de l'intérêt local, par deux décrets le 8 octobre 1873. Le premier approuve aussi la convention signée 23 novembre 1872 entre le conseil général du Pas-de-Calais et la Banque franco-autrichienne-hongroise pour la concession de cette ligne[2]. Le second approuve de même la convention signée 23 janvier 1873 entre le conseil général de la Somme et la Banque franco-autrichienne-hongroise pour la concession de cette ligne[3].

La ligne est rachetée par la Compagnie des chemins de fer du Nord à la Banque franco-autrichienne-hongroise par une convention signée le 5 mars 1874. Cette convention est approuvée par deux décrets le 19 juin 1875[4],[5].

Dans le cadre de son reclassement dans le réseau d'intérêt général, la concession de la ligne est confiée à la Compagnie des chemins de fer du Nord selon les termes d'une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie le 5 juin 1883. Cette convention est approuvée par une loi le 20 novembre suivant qui reclasse la ligne dans le réseau d'intérêt général[6].

Description de la ligne[modifier | modifier le code]

Tracé - Parcours[modifier | modifier le code]

La gare de Doullens, vers 1908.

La ligne prend naissance près de la gare de Doullens et se termine près de la gare d'Arras sur la ligne d'Arras à Saint-Pol-sur-Ternoise.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Superstructure[modifier | modifier le code]

Exploitation[modifier | modifier le code]

La voie a été déposée sur la majeure partie du parcours. Il subsiste seulement une section qui sert d'embranchement particulier à une entreprise : l'usine Primagaz de Dainville, site classé Seveso[7].

Le reste de la ligne, déclassée, est partiellement transformée en voie verte (depuis septembre 2011) par le conseil départemental du Pas-de-Calais, entre Dainville et Saulty, et est ainsi appelée la Véloroute de la mémoire[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fascicule Gares et lignes du nord édité par le COPEF (Cercle Ouest Parisien d'Études Ferroviaires) en 1985.
  2. « N° 3012 - Décret qui déclare d'utilité publique l'établissement, dans le département du Pas-de-Calais, des chemins de fer d'intérêt local d'Arras à la limite du département de la Somme, vers Doullens, et de Frévent à Bouquemaison : 8 octobre 1873 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 8, no 200,‎ , p. 701 - 719 (lire en ligne).
  3. « N° 2777 - Décret qui déclare d'utilité publique l'établissement d'un chemin de fer d'intérêt local de Doullens à la limite du département du Pas-de-Calais, vers Arras, par Authieule : 8 octobre 1873 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 8, no 186,‎ , p. 322 - 339 (lire en ligne).
  4. « N° 4265 - Décret qui autorise la cession à la compagnie du chemin de fer du Nord des chemins de fer d'intérêt local d'Arras à la limite du département de la Somme et de Frévent à Bouquemaison : 19 juin 1875 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 10, no 259,‎ , p. 783 - 784 (lire en ligne).
  5. « N° 4266 - Décret qui autorise la cession à la compagnie du chemin de fer du Nord des chemins de fer d'intérêt local de Doullens à la limite du département du Pas-de-Calais, vers Arras : 19 juin 1875 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 10, no 259,‎ , p. 784 - 785 (lire en ligne).
  6. « N° 14214 - Loi qui approuve la convention passée, le 5 juin 1883, entre le ministre des Travaux publics, et la Compagnie des chemins de fer de du Nord : 20 novembre 1883 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 28, no 834,‎ , p. 333 - 339 (lire en ligne).
  7. LAURENT BOUCHER, JOHAN BEN AZZOUZ, « Primagaz à Dainville: un site Seveso qui ne s’effacera pas du paysage (PHOTOS) », sur lavoixdunord.fr, (consulté le 1er septembre 2017) : « Le gaz de pétrole liquéfié (GPL) arrive par train (deux convois par semaine depuis Le Havre) » ; cette page est une archive.
  8. « Voie verte départementale Dainville-Saulty : 17 km de détente et de découverte au cœur de la nature ! », sur pasdecalais.fr, (consulté le 16 décembre 2015).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]