Musée du Louvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée du Louvre
Image illustrative de l'article Musée du Louvre
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Ville Paris
Adresse 99, rue de Rivoli
75001 Paris
Coordonnées 48° 51′ 40″ N 2° 20′ 09″ E / 48.861073, 2.335784 ()48° 51′ 40″ Nord 2° 20′ 09″ Est / 48.861073, 2.335784 ()  
Informations générales
Date d’inauguration
Collections Antiquités orientales
Antiquités égyptiennes
Antiquités grecques, étrusques et romaines du Louvre
Arts de l'Islam
Sculptures
Objets d'art
Peintures
Arts graphiques
Nombre d’œuvres 35 000 en exposition
460 000 au total (dont 140 000 œuvres graphiques)
Superficie 210 000 m2 dont 60 600 m2 de galeries
Informations visiteurs
Nb. de visiteurs/an 6 894 000 (2004)

7 553 000 (2005)
8 314 000 (2006)[1]
8 224 643 (2007)[1]
8 422 207 (2008)[1]
8 387 667 (2009)[1]
8 346 421 (2010)[1]
8 841 000 (2011)[2]
10 millions (2012)[3]

Site web www.louvre.fr

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Musée du Louvre

Géolocalisation sur la carte : 1er arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 1er arrondissement de Paris)
Musée du Louvre

Le musée du Louvre est l'un des plus grands musées du monde et le plus grand musée de Paris par sa surface de 210 000 m2 dont 60 600 consacrés aux expositions[4]. Situé au cœur de la ville, entre la rive droite de la Seine et la rue de Rivoli, dans le 1er arrondissement, le bâtiment est un ancien palais royal, le palais du Louvre. La statue équestre de Louis XIV constitue le point de départ de l'axe historique, mais le palais n'est pas aligné sur cet axe. Le Louvre possède une longue histoire de conservation artistique et historique de la France, depuis les rois capétiens jusqu'à nos jours.

Sommaire

Variété des œuvres exposées[modifier | modifier le code]

Musée universaliste, le Louvre couvre une chronologie et une aire géographique larges, depuis l'Antiquité jusqu'à 1848, de l'Europe occidentale jusqu'à l'Iran, via la Grèce, l'Égypte et le Proche-Orient. Il est constitué de huit départements : Antiquités orientales, Antiquités égyptiennes, Antiquités grecques, étrusques et romaines, Arts de l'Islam, Sculptures, Objets d'art, Peintures, Arts graphiques et présente 35 000 œuvres dans 60 600 m2 de salles. Presque toutes les œuvres exposées sont consultables sur internet dans la base Atlas.

Les œuvres du musée sont de nature variée : peintures, sculptures, dessins, céramiques, objets archéologiques et objets d'art entre autres. Parmi les pièces les plus célèbres du musée se trouvent le Code de Hammurabi, la Vénus de Milo, La Joconde de Léonard de Vinci, et La Liberté guidant le peuple d'Eugène Delacroix (œuvre transférée au Louvre-Lens en 2012). Le Louvre est le musée le plus visité au monde, avec 8,5 millions de visiteurs en 2010.

À Paris, plusieurs musées nationaux sont complémentaires des collections du Louvre*.

Le palais royal[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Palais du Louvre.
La pyramide du Louvre au centre de la cour Napoléon

À l'origine du Louvre existait un château fort, construit par le roi Philippe Auguste en 1190, et qui occupait le quart sud-ouest de l'actuelle Cour Carrée. Le plan de la forteresse constituait un quadrilatère d'environ 70 à 80 mètres de côté, entouré de fossés, flanqué de tours et possédant deux entrées, au milieu duquel se trouvait un puissant donjon, la grosse tour du Louvre, de laquelle dépendaient tous les fiefs de France. L'une de ses principales missions était la surveillance de la partie aval de la Seine, l'une des voies traditionnelles empruntées lors des invasions et razzias depuis l'époque des Vikings. Avec le transfert des biens de l'ordre du Temple à l'ordre de l'Hôpital, le Trésor royal précédemment conservé à la Maison du Temple de Paris est transporté en 1317 au Louvre. Charles V fait du château une résidence royale.

Devenue obsolète, la Grosse tour est détruite par François Ier en 1528. En 1546, le roi commence la transformation de la forteresse en résidence luxueuse en faisant abattre la partie ouest de l'enceinte médiévale qu'il fait remplacer par une aile de style Renaissance érigée par Pierre Lescot. Ces travaux se poursuivent sous le règne d'Henri II et de Charles IX : la partie sud de l'enceinte du « vieux Louvre » est à son tour démolie pour laisser, là aussi, la place à une aile Renaissance.

En 1594, Henri IV décide d'unir le palais du Louvre au palais des Tuileries construit par Catherine de Médicis : c'est le « Grand Dessein », dont la première étape est la Grande galerie qui joint le pavillon de Lesdiguières (en l'honneur de François de Bonne, baron de Champsaur, dernier connétable de France et premier duc de Lesdiguières) au pavillon de La Trémoïlle (en l'honneur d'Henri de La Trémoille (1598-1674), mestre de camp de la cavalerie légère de France).

La Cour Carrée est édifiée par les architectes Lemercier puis Le Vau, sous le règne de Louis XIII et Louis XIV, quadruplant la taille de l'ancienne cour de la Renaissance (nécessitant donc la démolition du reste de l'enceinte médiévale). La décoration et l'aménagement du palais sont alors dirigés par des peintres comme Poussin, Romanelli et Le Brun. Mais tout ceci est brutalement interrompu lorsque Louis XIV choisit Versailles comme centre du pouvoir et résidence royale en 1678. Le Louvre reste alors longtemps tel quel. Ce n'est qu'au XVIIIe siècle que de nouveaux projets, menés notamment par Gabriel et Soufflot, viennent continuer et achever le « Grand Dessein ». Un de ces nouveaux projets est celui de transformer le Louvre en musée. Il prend naissance sous Louis XV mais n'aboutira véritablement qu'avec la Révolution.

Historique du musée[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Cour carrée et pavillon de l'Horloge

La collection de la couronne[modifier | modifier le code]

Premières collections royales et princières[modifier | modifier le code]

À partir de Charles V et de ses frères, Louis d'Anjou, roi de Naples et de Sicile, Jean, duc de Berry, Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, va se développer un goût du luxe qui les conduisent à faire des commandes de livres enluminés, d'étoffes et de pièces d'orfèvreries à de nombreux artistes.

Les œuvres ayant appartenu à ces princes ont, pour la plupart, été données à des institutions religieuses après leur mort. Elles ne sont entrées au musée du Louvre que par des achats de collectionneurs ou les saisies révolutionnaires.

Louis XII a acquis les premiers tableaux italiens de la collection de la Couronne. Léonard de Vinci lui a fait parvenir une Madone en 1507, qui a disparu. Il est peut-être le premier propriétaire de la Vierge aux Rochers. Le tableau de Fra Bartolomeo, Noli me tangere, est probablement celui que Domenico Perini a acheté en 1506 avec une Nativité, perdue, et qui ont été envoyés en France[5].

François Ier et le premier cabinet de tableaux[modifier | modifier le code]

François Ier est le premier roi de France à constituer un « cabinet de tableaux », c'est-à-dire une collection de peintures de chevalet non liées à la décoration des demeures royales et pouvant être exposées indépendamment. Le roi ayant réussi à faire venir en France en 1516, il acheta après sa mort, le 2 mai 1519, les tableaux que Léonard de Vinci possédait à son exécuteur testamentaire, Francesco Melzi :

Deux tableaux de Léonard vont quitter la collection à des dates et pour des raisons inconnues. Le premier, La Vierge, l'Enfant Jésus et sainte Anne, est racheté par Richelieu et donné au roi, le second, Saint Jean Baptiste, racheté par Mazarin, puis par Jabach qui le vend au roi en 1662. Des récits signalent un tableau représentant Léda qui a disparu, probablement détruit, ainsi que l’Enlèvement de Proserpine.

Le roi va faire venir d'Italie grâce à des conseillers artistiques — Battista della Palla, Giovan Battista Puccini et Pietro Aretino — d'autres artistes pour assurer la décoration de ses châteaux, en particulier le château de Fontainebleau où va se créer la première école de peinture école de Fontainebleau. C'est grâce à l'intervention de Puccini qu'Andrea del Sarto vient en France en 1518 où il réalise, d'après Giorgio Vasari, de nombreux tableaux, aujourd'hui disparus pour la plupart, avant son retour à Florence en 1520.

Le roi va aussi y faire acheter des tableaux. Connaissant son goût pour l'art italien, la papauté et les principautés italiennes lui ont offert des œuvres d'art comme les sculptures des esclaves de Michel-Ange offertes par le pape :

Les tableaux conservés dans l'appartement des Bains, sous la galerie François-Ier du château de Fontainebleau ont souffert de l'humidité.

De Henri II à Henri III[modifier | modifier le code]

Les troubles religieux qui commencent à apparaître à la fin du règne du roi Henri II vont limiter les achats d'œuvres d'art. Cette période est surtout marquée par la construction de nouveaux châteaux et palais, comme le début de la transformation du château du Louvre en palais. L'essentiel des tableaux entrés dans la collection de la couronne sont des portraits de François Clouet et son école ou de Corneille de Lyon.

Henri IV et Marie de Médicis pendant la minorité de Louis XIII[modifier | modifier le code]

Il faut attendre la fin des guerres de religion avec Henri IV pour voir la reprise de l'achat de tableaux et le développement d'une seconde école de Fontainebleau. Le roi a fait construire la Grande galerie du palais du Louvre reliant le Petite galerie construite par Charles IX au palais des Tuileries construit par Catherine de Médicis et il prévoit d'y loger des artistes travaillant pour lui. Il nomme « garde des tableaux » le peintre Jean de Hoey, petit-fils de Lucas de Leyde, en 1608 pour « les peintures des vieux tableaux de Sa Majesté au château de Fontainebleau, tant pour rétablir ceux qui sont gastez, peints à l'huile sur bois ou sur toile, ensemble pour nettoyer les bordures des autres tableaux à fresque des chambres, salles, galeries, cabinets d'iceluy château ». À sa mort, en 1615, la charge passe à son fils Claude (1585-1660), puis à son petit-fils qui a suivi les tableaux de Fontainebleau quand ils ont été installés au palais du Louvre. Jacques de Hoey a été garde du cabinet des peintures du Louvre entre 1618 et 1623. On connaît les œuvres se trouvant au château de Fontainebleau par le témoignage de Cassiano dal Pozzo, en 1625, et le père Pierre Dan qui a écrit, en 1642, Trésors des merveilles de la maison royale de Fontainebleau[6].

La régence de Marie de Médicis a été l'occasion de faire réaliser les peintures de la galerie Médicis pour le palais du Luxembourg par Pierre Paul Rubens, premier peintre flamand à entrer dans la collection de la Couronne. Cette galerie a été inaugurée le 11 mai 1625 pour le mariage d'Henriette de France avec Charles Ier.

Louis XIII, Richelieu et Mazarin pendant la minorité de Louis XIV[modifier | modifier le code]

Louis XIII n'a pas un intérêt particulier pour la peinture ou la sculpture. Il a fait venir Nicolas Poussin de Rome pour décorer la nouvelle aile du palais du Louvre en 1641. Mais sa mésentente avec Simon Vouet et Jacques Lemercier le fait revenir à Rome en 1642.

L'essentiel des œuvres d'art de cette période qui sont entrées dans la collection de la couronne l'ont été par l'intermédiaire des collections rassemblées par Richelieu et Mazarin. Une partie de la collection de Richelieu est acquise avec la donation du palais Cardinal et de tout ce qu'il contient au roi. Une autre partie entre au musée du Louvre au moment des confiscations révolutionnaires. Mazarin est un collectionneur passionné. Il va profiter de la vente de la plus belles des collections de tableaux, celle du roi Charles Ier, décidée par Cromwell pour envoyer le banquier Everhard Jabach en acheter des peintures qui étaient présentées dans la galerie Mazarine, construite par François Mansart, de ce qui est aujourd'hui la bibliothèque nationale de France, site Richelieu. La galerie de peintures est alors gérée par son secrétaire, Jean-Baptiste Colbert.

Louis XIV[modifier | modifier le code]

À partir de la prise de pouvoir par Louis XIV, en 1661, l'enrichissement de la collection de la couronne va devenir l'objet d'une attention particulière. L'achat d'une partie des œuvres d'art de la collection de Mazarin à ses héritiers a été un des premiers actes de Louis XIV. Mazarin est mort le 9 mars 1661. Sur ordre du roi, l'inventaire de ses biens-meubles est commencé le 31 mars 1661. Il est terminé le 22 juillet. L'inventaire donne 546 tableaux originaux : 283 de l'école italienne, 77 de l'école allemande et des Pays-Bas, 77 de l'école française et 109 de diverses écoles. Les experts pour la peinture ont estimé la collection pour 224 573 livres tournois. S'ajoutaient 92 tableaux, copies de maîtres, et 241 portraits de papes. La collection de Mazarin possédait aussi 130 sculptures. Louis XIV achète aussi les 196 bustes antiques et modernes. Les sculptures sont estimées 50 309 livres et les bustes 46 920 livres tournois. Bien que Mazarin ait acheté des tableaux au banquier Jabach quelques années auparavant, cette collection ne possédait pas de tableaux de d'Albane, Guerchin, Paul Véronèse, Claude Lorrain et Nicolas Poussin. Colbert va s'employer à combler ces manques[7].

Ainsi entrent dans sa collection le Balthazar Castiglione, le Saint Georges et le Saint Michel de Raphaël, la Vénus du Pardo de Titien, l’Allégorie des Vices et l’Antiope, le Mariage de sainte Catherine du Corrège, le Déluge d'Antoine Carrache et une Histoire de David de Hans Sebald Beham.

En 1665, la collection s'enrichit de tableaux achetés au duc de Richelieu : 13 tableaux de Nicolas Poussin, deux tableaux de Claude Lorrain, plusieurs autres, dont la Vierge au lapin du Titien. Cette vente aurait été la conséquence d'une partie perdue au jeu de paume par le duc contre le roi.

Il a acheté à Loménie de Brienne[Lequel ?] la Prise du Pas de Suze et le Siège de La Rochelle de Claude Lorrain.

En 1671 est créée, au sein des collections royales, une section particulière consacrée aux dessins. Cette section est l'ancêtre du département des Arts Graphiques du Louvre. Jabach décide de vendre sa collection[8]. Il écrit le 10 mars 1671 à Gédéon Berbier du Mets (1626-1709), conseiller du roi, intendant et contrôleur général des meubles de la Couronne entre 1663 et 1711 : Considérez, au nom de Dieu, que je me trouve entre le marteau et l'enclume et que j'ay affaire à des gens avec qui il n'y a aucun quartier. Estimée par lui à 581 025 livres, il en avait demandé 450 000. Après de longues discussions, le 11 mars 1671, Colbert fait acheter pour le roi 5 542 dessins et 101 tableaux de la collection Jabach pour la somme de 220 000 livres[9]. Jabach se plaint car ce n'est même pas le prix qu'il avait payé pour leur achat. Cependant le collectionneur Mariette fait remarquer en 1741 : « Monsieur Jabach dont le nom subsistera pendant longtemps avec honneur dans la curiosité, en vendant au Roi ses tableaux et ses dessins, s'étoit réservé une partie des desseins et ce n'étoient pas certainement les moins beaux ». La collection est installée dans l'hôtel de Gramont située à côté du Louvre, acheté en 1665 par le roi, le 4 janvier 1672, pour les 2 631 desseins d'ordonnance collés et dorés, et le 27 mai 1676, pour les 2 911 desseins non collés, estant le rebut de ma collection. Dans les dessins d'ordonnance, il y a 69 pages provenant du Libro de'disegni de Giorgio Vasari que Jabach a fait coller sur un carton en y ajoutant une bande dorée.

Il semble que les plus beaux tableaux de la collection Jabach avaient déjà été achetés : l’Homme au gant, la Mise au tombeau, les Pèlerins d'Emmaüs, l’Allégorie d'Alphonse d'Avalos, la Femme à sa toilette de Titien, le Repos de Sainte Famille de Gentileschi, le Concert champêtre de Giorgione, la Mort de la Vierge du Caravage, l’Allégrie des Vertus de Corrège, les Exploits d'Hercule de Guido Reni. En effet un document trouvé après décès dans les papier de Jabach est une « copie de l'ordonnance sur M. de Bartillat de la somme de 330 000 l. pour paiement des tableaux, bustes et bronzes que led. Jabach avoit vendu à Sa Ma en date du 20 avril 1662 »[10].

Après la guerre de Dévolution pendant laquelle les combats se sont portés dans les Pays-Bas Espagnols, la peinture flamande n'est plus considérée comme un art inférieur à l'art italien. Ce gpût va s'accroître dans la deuxième moitié du règne de Louis XIV. Le duc de Richelieu, après vendu ses tableaux de Poussin au roi, achète plusieurs tableaux de Rubens. Vers 1680 va surgir une querelle du dessin et de la couleur. Les anciens défendent le dessin, de Raphaël à Poussin, et les modernes défendent la couleur et prônent le réalisme de la peinture flamande. Les premiers traitent la peinture de Rubens de vulgarité avec son « gros air flamand » et « ses dieux gras ». Les partisans de Rubens louent les beautés de la couleur, de la lumière.

Les collections royales vont alors s'enrichir d'œuvres flamandes. Le roi achète, en 1671, le Autoportrait de Rembrandt âgé et la Vie des saints innocents de Rubens au marquis de La Feuille et, en 1685, la Kermesse de Rubens au marquis de Hauterive[11]. En 1681, le Mercure galant mentionne 14 tableaux de Van Dyck entreposés au Louvre, dans la galerie construite par Louis Le Vau après l'incendie de 1661 en doublement de la Petite galerie à côté de la cour de la reine.

Dans les 101 tableaux de la collection Jabach il y en a une vingtaine de l'école flamande, Pierre Paul Rubens, Antoon van Dyck, Paul Bril, Joos de Momper, Hendrik van Steenwijk II. Il y a avait aussi des tableaux des écoles du Nord, en particulier des œuvres de Holbein : Érasme, l’Évêque Warham, Nicolas Kratzer, Sir Henry Wyatt, Anne de Clèves.

En 1685, Gabriel Blanchard est envoyé dans les Pays-Bas et en Angleterre pour acheter des tableaux des écoles nordiques au nom du roi. Les inventaires et les comptes ne permettent pas de savoir quelles toiles ont été acquises.

Aux tableaux achetés viennent s'ajouter ceux offerts comme cadeaux diplomatiques, comme le Repas chez Simon de Véronèse offert par la République de Venise, ou par des courtisans souhaitant entrer dans les bonnes grâce du souverain. André Le Nôtre offre trois tableaux de Poussin, deux de Claude Lorrain, et ses Albane. Le prince Pamfili charge Le Bernin d'apporter au roi la Chasse et la Pêche d'Annibale Carrache, la Vierge des saints Maurice, Étienne et Ambroise de Titien, la Diseuse de bonne aventure du Caravage, des Albane. Des prélats italiens lui offrent des tableaux, comme monseigneur Cordini avec la Bataille de Salvator Rosa. Le tableau Diane et Callisto de Paul Brill est offert en 1674 par le cardinal Fabrizio Spada, le Saint François en extase de Gerard Seghers est un cadeau de l'ambassadeur du roi de Danemark, en 1682.

La charge de « direction et garde générale du cabinet des tableaux et dessins de Sa Majesté » est d'abord confiée à Charles Le Brun par brevet du 1er juillet 1664. À sa mort, en 1690, elle revient à Pierre Mignard. À la mort de Mignard, en 1695, elle est coupée en deux, une pour les objets des collections se trouvant au Louvre, l'autre pour les collections du palais de Versailles et des Maisons royales. Après le départ du roi pour Versailles, le Louvre n'est plus qu'un dépôt. C'est le peintre René-Antoine Houasse qui a la garde des tableaux du Louvre. Nommé à l'École de France à Rome, en 1699, il est remplacé par Gabriel Blanchard. À la mort de Blanchard, en 1704, Houasse demande à reprendre sa charge et la garde jusqu'à sa mort, en 1710. Antoine Coypel lui succède avec le titre de directeur des tableaux et dessins de la couronne. À sa prise de fonction de Houasse, en 1690, il n'y a que 86 peintures. Au cours du XVIIIe siècle, toutes les peintures vont quitter le Louvre où ne reste que le cabinet de dessin.

Le 5 décembre 1681, « le Roy honora Paris de sa présence et visita ses collections ». Avec Le Brun, en compagnie du Dauphin et de Monsieur, « Sa Majesté, après avoir veu les tableaux des sept grandes salles du vieux Louvre, alla voir ceux qui sont dans les quatre salles du vieil hôtel de Gramont »[12].

Le Brun a rédigé un « Inventaire des tableaux du Cabinet du Roi », daté du 18 octobre 1683, qui mentionne 426 tableaux, dont 65 flamands. Dans l'inventaire fait par Nicolas Bailly, garde des tableaux de Versailles et des maisons royales, en 1709-1710, il en compte 2 376 œuvres, comprenant 1 478 tableaux dont 369 des écoles italiennes, 179 des écoles du Nord, 930 de l'école française.

À la mort du Premier peintre du roi, Charles Le Brun, le roi décide de considérer que toutes les œuvres se trouvant dans son atelier sont la propriété de la Couronne[13]. Louvois fait aussi saisir et transporter à l'hôtel de Gramont les œuvres antérieures à son entrée au service du roi et les ouvrages qui lui ont été offerts malgré les Très humbles remontrances de sa veuve à Louvois. Louis XIV a utilisé le même procédé pour les ateliers de Van der Meulen, en 1690, et de Mignard[14], en 1695.

En même temps que le cabinet du roi s'enrichit de nombreux tableaux, des achats de dessins continuent. Colbert comprit rapidement que la gravure pouvait être un moyen pour faire connaître à tous et pour conserver à la postérité les entreprises et les victoires du roi. Il fait prendre au roi, en 1660, alors qu'il était à Saint-Jean-de-Luz, un arrêt donnant aux graveurs un statut d'artistes indépendants de la maîtrise et des corps de métiers. En 1667, le roi accorde sa protection aux graveurs qui travaillent aux Gobelins. Colbert va entreprendre de faire graver des planches par André Félibien pour représenter les maisons royales, Daniel Marot, Robert Bonnart, Van der Meulen et Israël Silvestre pour donner des vues des pays nouvellement conquis, Claude Mellan, Gilles Rousselet et Girard Audran doivent copier les tableaux et statues antiques appartenant au roi, François Chauveau les ornements des Tuileries… Le coût de la gravure étant élevé, Colbert décide en 1679 de mettre dans le commerce des tirages. Cette opération fut vite rentable. L'ensemble des planches gravées du Cabinet du Roi ont été déposées à la Chalcographie du Louvre à la Révolution.

La réplique romaine de la Vénus Genitrix est exposée au palais des Tuileries en 1678. En 1685, le roi acquiert à Rome, par l'intermédiaire de Poussin, les antiques Hermès rattachant sa sandale et Statue de Marcellus. Elles viennent s'ajouter à Artémis à la biche, dite Diane de Versailles, donnée à Henri II par le pape Paul IV en 1556, à l'Amazone blessée acquise par Louis XIV, à la succession de Mazarin et à la Vénus d'Arles qu'il s'est fait offrir par les édiles provençaux en 1683.

Le Roi, a écrit Saint-Simon, « aima en tout la splendeur, la magnificence, la profusion ». Son goût personnel a créé un style.

La création de l'Académie de peinture a fait naître un art officiel qui s'est progressivement séparé de celui des artistes les plus novateurs.

Si Louis XIV a aimé la peinture et a été un grand collectionneur par le nombre et la qualité. Les tableaux ont d'abord été achetés pour décorer les châteaux royaux, et le plus grand de tous, le palais de Versailles où il a fait transporté, après 1681, les tableaux qui se trouvaient au Louvre, ce qu'ont montré les études de Arnauld Brejon de Lavergnée[16] et d'Antoine Schnapper.

Ces châteaux sont meublés. André-Charles Boulle a été ébéniste, doreur et sculpteur du roi entre 1672 et 1732, a mis au point un type de marqueterie caractéristique du style Louis XIV. En 1689, le roi a dû fondre son mobilier en argent pour financer le guerre de la Ligue d'Augsbourg. Après la mort de Charles Le Brun les arts décoratifs vont évoluer vers le style Régence.

Louis XIV a constitué une collection de nombreux vases en pierres dures ou gemmes[17] et de bronzes. Il a enrichi la collection de joyaux de la Couronne. Les gemmes[18] et les joyaux sont exposés aujourd'hui dans la galerie d'Apollon.

Louis XV[modifier | modifier le code]

Louis XV augmente peu les collections royales. En 1717, le Régent fait retenir le portrait de Jean II le Bon, le plus ancien tableau représentant un personnage de profil, pour la bibliothèque du roi. Il est entré dans les collections du Louvre en 1925. En 1757, il fait transporter au Louvre le Portrait de Charles VII qui se trouvait à la Sainte-Chapelle de Bourges.

Il a acquis des œuvres en 1742 à la succession de Victor-Amédée Ier de Savoie-Carignan, prince de Carignan : le Tournoi, la Fuite de Loth de Rubens, l’Ange Raphaël quittant Tobie de Rembrandt, la Vierge au voile de Raphaël, la Vierge au coussin vert de Solario, des peintures du Seiccento.

Jean Antoine Watteau
L'enseigne de Gersaint
Château de Charlottenburg, Berlin

En 1704, Pierre Crozat installe sa collection de 19 000 dessins et 400 tableaux dans son hôtel de la rue de Richelieu. Le goût a changé. Les grandes peintures de l'école de Charles Le Brun ne conviennent plus pour la décoration des hôtels particuliers. La bourgeoisie se tourne vers les tableaux plus petits pour les petits appartements décorés de boiseries claires. À la pompe du Grand Siècle, on préfère les sujets galants, les petits maîtres hollandais ou flamands. Les Hollandais ont créé le marché de l'art. Des marchands comme Edmé-François Gersaint sont allés étudier le système de vente aux enchères des œuvres d'art en Hollande. Paris et Amsterdam sont les deux plus grands marchés de tableaux d'Europe.

Les dépenses des guerres vont empêcher l'achat d'aucune toile de la collection de Pierre Crozat et de la collection du comte de Thiers. Elles vont augmenter la collection de l'impératrice de Russie Catherine II, ce que déplore l'expert Rémy dans la vente de la collection Tallard, en 1756. L'impératrice Catherine II a pour démarcheur à Paris Denis Diderot. Le baron Stroganoff y a acheté des tableaux qui ont enrichi la collection d'œuvres d'art qui se trouvaient dans le palais Stroganov.

Louis XVI[modifier | modifier le code]

C'est Louis XVI qui va reprendre les achats de tableaux pour les collections royales[19].

Après 1775, le comte d'Angivillier, nommé directeur des Bâtiments en 1774, entreprend d'acheter des tableaux pour la collection de la Couronne afin d'en combler les lacunes pour pouvoir montrer au public l'ensemble le plus complet possible des écoles de peinture. Il achète, dès 1775, à madame Du Barry, le tableau Portrait de Charles Ier de van Dyck. Le principal fournisseur de tableaux est Jean-Baptiste Pierre Le Brun (1748-1813), le mari de madame Vigée-Lebrun. Il va procurer au roi deux tableaux de Jordaens, Le roi boit et Les Jeunes piaillent comme chantent les Vieux…. Il vend au roi, en 1782, le tableau de Murillo, Le Jeune Mendiant. Louis XVI a acheté plusieurs tableaux de Murillo, La Sainte Famille dit La Vierge de Séville, La Priére au jardin des Oliviers et Le Christ à la colonne et saint Pierre. D'Angivillier va profiter de la suppression des établissements des Jésuites aux Pays-Bas autrichiens, pour acheter des tableaux qui étaient proposés à la vente. L'achat par un certain Bosschaert du tableau L'Adoration des Mages de Pierre Paul Rubens aux Dames Annociades va nécessiter l'intervention de l'ambassadeur de France à Bruxelles pour obtenir l'autorisation de son exportation. Il a acheté au comte de Vaudreuil, en 1784, quatre tableaux de l'école flamande : Pierre Paul Rubens, Portrait d'Hélène Fourment et de ses enfants, Jordaens, Quatre Évangéliste, Antoine van Dyck, Portrait de Jean Richardot et de son fils, David Teniers le Jeune, L'Archiduc Léopold à la chasse au héron. Il fait aussi entrer des peintures de maîtres français que le goût académique avait méprisés : Le Nain, La Forge, Philippe de Champaigne, La Cène, Le Sueur, La Vie de saint Bruno, achetée aux chartreux en 1776, ainsi que la Chambre des muses et le Cabinet de l'amour qui se trouvaient à l'hôtel Lambert.

Le goût en art dépend de son époque et de ses orientations sociales. La critique d'art peut varier, sur une œuvre ou sur un peintre, des épithètes les plus élogieuses aux critiques les plus malsonnantes. On avait reproché à Louis XV son indifférence au bien public. Sous Louis XVI l'administration chargée des Beaux-Arts se préoccupa de l'éducation vertueuse du peuple. Monsieur Hautecœur fit remarquer que le comte d'Angivillier « montrait à l'égard de la vertu un zèle d'autant méritoire qu'il ne lui devait point ses hautes fonctions ». Il acheta des tableaux de Greuze, de Vernet, de Vien pour « ranimer les vertus et les sentiments patriotiques ». Jacques-Louis David reçut en 1784 la commande du roi pour le Serment des Horaces.

Le goût revint aux peintres italiens du Seicento, Guido Reni, Procaccini, Crespi[Lequel ?], Domenico Fetti

Le comte d'Angivillier a aussi mis en place une politique de restauration des objets d'art. Il a fait refaire les cadres des tableaux sur lesquels sont indiqués le nom du peintre et leur sujet. Alexandre Lenoir lui rendit justice : « D'Angivillier leur avait fait faire des cadres sans ajouter à leur valeur, leur donnaient de l'éclat ».

On n'oublie pas d'acheter des dessins pour enrichir le Cabinet du Roi. À la vente de la collection Mariette[20] le roi n'en a pas acheté la totalité, mais sur les instances de Charles-Nicolas Cochin, garde des dessins du Cabinet, il en choisi plus de 1 000 pièces pour la somme de 52 000 livres.

Premiers projets de musée[modifier | modifier le code]

C'est sous le règne de Louis XIV que naît l'idée de faire du palais du Louvre un dépôt d'œuvres d'art appartenant à la couronne. Malgré le départ du roi pour le palais de Versailles, en 1681, quatre cents peintures continuent à être conservées au palais du Louvre, dans le salon du Dôme et dans la galerie d'Apollon et les Antiques avec les moulages envoyés par les pensionnaires de l'Académie de France à Rome sont déposés dans la salle des Cariatides. Bien que propriété du roi, les collections étaient visibles aux amateurs et artistes qui en faisaient la demande.

En 1746, Étienne La Font de Saint-Yenne se plaint de l'impossibilité de voir les tableaux de la collection du roi. En 1747, dans les "Réflexions sur quelques causes de l'État présent de la peinture en France avec un examen des principaux ouvrages exposés au Louvre, ce mois d'août 1746" parues en 1747, il demande la création d'un musée accessible par tous. Ces protestations vont entraîner le transport de tableaux du dépôt de la Surintendance des bâtiments, à Versailles, au palais du Luxembourg, en 1750.

Le marquis de Marigny, par Alexandre Roslin

Tout commence par une exposition provisoire des plus beaux tableaux de la collection royale, qui se tient dans la Galerie royale de peinture installée au palais du Luxembourg de 1750 à 1779 et qui connaît un grand succès. Le marquis de Marigny demanda à Jacques Bailly (vers 1700-18 novembre 1768), peintre et garde des tableaux du roi à Versailles (fils de Nicolas Bailly (3 mai 1659-13 novembre 1736) et père de Jean Sylvain Bailly, tous les deux gardes des tableaux de la Couronne), d'aménager l'appartement de la reine d'Espagne au palais du Luxembourg pour y exposer par roulement 110 tableaux et des dessins. Ce musée est ouvert le 14 octobre 1750[21]. La galerie est visitable le mercredi et le samedi de chaque semaine, le matin depuis le mois d'octobre jusqu'au mois d'avril et l'après-midi le reste de l'année. La galerie Médicis est ouverte aux mêmes horaires. En 1778, le palais du Luxembourg est donné en apanage au comte de Provence. L'exposition est fermée en 1779. Les tableaux sont renvoyés en dépôt à la Surintendance des bâtiments, à Versailles, où Louis-Jacques Durameau, peintre ordinaire du roi, en fait l'inventaire en 1784[22].

En 1765, dans le tome IX de l'Encyclopédie dirigée par Denis Diderot et D'Alembert, à l'article Le Louvre, après avoir regretté l'inachèvement des bâtiments, il dresse un programme pour un futur musée :

« L’achevement de ce majestueux édifice, exécuté dans la plus grande magnificence, reste toujours à désirer. On souhaiterait, par exemple, que tous les rez-de-chaussées de ce bâtiment fussent nettoyés & rétablis en portiques. Ils serviraient ces portiques, à ranger les plus belles statues du royaume, à rassembler ces sortes d’ouvrages précieux, épars dans les jardins où on ne se promène plus, & où l’air, le tems & les saisons, les perdent & les ruinent. Dans la partie située au midi, on pourroit placer tous les tableaux du roi, qui sont présentement entassés & confondus ensemble dans des gardes-meubles où personne n’en jouit. On mettrait au nord la galerie des plans, s’il ne s’y trouvait aucun obstacle. On transporteroait aussi dans d’autres endroits de ce palais, les cabinets d’Histoire naturelle, & celui des médailles. »

Le comte d'Angiviller, par Jean-Baptiste Greuze

Le marquis de Marigny, directeur général des Bâtiments du Roi, et son successeur, en 1775, le comte d'Angiviller élaborent alors le projet de faire du Louvre un musée permanent. En 1780, au moment de la fermeture de la galerie du palais du Luxembourg, le comte d'Angiviller envisage de regrouper dans la Grande galerie au Louvre des objets d'art de la collection de la Couronne.

En 1777, la collection des plans-reliefs des forteresses du royaume qui était présentée dans la Grande galerie depuis 1697 avait été enlevée. Les tableaux qui se trouvaient au palais du Luxembourg y sont mis en dépôt en 1780. Jacques-Germain Soufflot fait les plans d'un nouvel escalier pour accéder à la Grande galerie construit par Maximilien Brébion à partir de 1781. Il propose un éclairage zénithal. Jean Sylvain Bailly qui avait remplacé en 1754 son père comme garde des tableaux de la Couronne, astronome et non peintre, dut abandonner son poste en 1783 au profit du premier peintre du roi, Jean-Baptiste Marie Pierre. Hubert Robert, un des peintres du roi, est alors désigné pour prendre en charge le projet de Musoeum dans la Grande galerie du Louvre[23]. En 1785, des tableaux commencent à arriver de Versailles pour être déposés au Louvre comme le montre le catalogue qui est dressé[24].

Depuis 1725 l'Académie de peinture présente les tableaux de ses membres dans la grande salle du Louvre appelée Salon carré et qui a laissé son nom à l'exposition. Le Salon devient bisannuel en 1751. Le problème posé par la Grande galerie est celui de son éclairage. L'éclairage zénithal est jugé le meilleur, aussi, pour faire un essai, il est réalisé en 1789 dans le Salon Carré.

Alors que les collections de la Couronne avaient été peu enrichies pendant le règne de Louis XV, le règne de Louis XVI va être une des périodes les plus fécondes dans l'accroissement des collections. Pour permettre l'instruction du public, le comte d'Angiviller va acheter avec discernement des tableaux de toutes les écoles pour compenser les écoles peu représentées dans les collections de la Couronne. Les tableaux ont été achetés auprès des particuliers, des marchands et surtout dans les ventes publiques.

En 1787, les Parisiens attendent l'ouverture du Museum comme le montre le Guide des amateurs et étrangers à Paris de l'abbé Thierry : « Cette galerie est destinée à faire un musée dans lequel seront placés les tableaux appartenant au roi qui se trouvent exposés également dans les magasins du Louvre et à l'hôtel de la surintendance de Versailles. Puissions-nous voir l'exécution d'un si glorieux projet, bien fait pour immortaliser celui qui l'a conçu : Monsieur le comte de La Billarderie d'Angiviller. »

Muséum central des arts de la République[modifier | modifier le code]

Le projet se transforme en loi le , et l'inauguration prévue initialement le a lieu finalement le 8 novembre 1793, le musée prenant le nom de Muséum central des arts de la République. Il ne comprend à son ouverture que la Grande galerie le long de la Seine où sont exposées les collections du roi propriétés de la nation après l'abolition de la monarchie un an plus tôt et les œuvres saisies chez les émigrés ou dans les églises.

Jan Van Eyck
La Vierge du chancelier Rolin

Saisi dans la collégiale Notre-Dame du Châtel d'Autun en 1793, déposé au musée du Louvre en 1800

La loi du 2 novembre 1789[25], prise à l'initiative de Mirabeau, avait déclaré que « le clergé n'est pas propriétaire à l'instar des autres propriétaires, puisque les biens dont il jouit et dont il ne peut disposer, ont été donnés non pour l'intérêt des personnes, mais pour le service des fonctions ». Les biens ecclésiastiques sont déclarés biens nationaux et remis aux administrations du département et du district. D'abord destinés à combler les déficits publics, on va rapidement se poser la question, à partir d'octobre 1790, si les œuvres d'art entrées en possession de la nation doivent être considérées que comme des marchandises. L'idée que l'État doit être un conservateur de ces œuvres au nom de l'histoire ou de l'instruction des générations. Le 13 octobre 1790, Talleyrand fait voter un décret par l'Assemblée pour que les départements inventorient et conservent ces ouvrages. En novembre 1790 est créé une Commission des Monuments composée d'artistes et d'érudits qui envoie, entre décembre 1790 et juillet 1791, les quatre premières instructions qui codifient les règles de l'inventaire et de la conservation des ouvrages à protéger. En mai 1791, le député Bertrand Barère demande que « la galerie du Louvre… devienne un Muséum célèbre, et qu'on y déploie les nombreux tableaux de Rubens et d'autres peintres illustres ». Le 26 mai 1791, l'Assemblée décrète : Le Louvre et les Tuileries réunis seront le palais national destiné à l'habitation du roi et à la réunion de tous les monuments des sciences et des arts et aux principaux établissements de l'instruction publique[26].

Des trésors d'églises disparaissent. Les objets qui restent du trésor de la Sainte-Chapelle[27] et du trésor de Saint-Denis sont récupérés en 1791 pour être déposés au cabinet des médailles de la Bibliothèque du Roi. Ils sont remis en 1793 au nouveau Muséum national.

La loi du 8 avril 1792 déclare que les biens des émigrés sont confisqués. Ils viennent s'ajouter aux biens de la Couronne et à ceux de l'Église.

L'insurrection du 10 août 1792 entraîne la destruction d'œuvres liées à l'ancienne monarchie. Un décret du 11 août institue une commission « pour la recherche des tableaux, statues et autres objets précieux, dépendant du mobilier de la couronne ». Par ailleurs, la commission doit, sous l'autorité du ministre de l'Intérieur, « proposer les travaux relatifs à l'établissement et à la conservation du Muséum, de veiller à l'exécution de ces travaux, de diriger l'emplacement des objets ». Le 14 août 1792, l'Assemblée vote un décret déclarant « que les principes sacrés de la liberté et de l'égalité ne permettent point de laisser plus longtemps sous les yeux du peuple français les monuments élevés à l'orgueil, au préjugé et à la tyrannie ». Tous les biens de la monarchie doivent être détruits, mais le 22 août, à l'initiative du député Cambon, la cause de la conservation des œuvres d'art est défendue en prévoyant de mettre ce « patrimoine de la Nation » dans des musées pour les sauver en les mettant à l'abri.

Le ministre de l'Intérieur Roland fait voter le 19 septembre 1792 un décret « ordonnant le transport dans le dépôt du Louvre des tableaux et autres monuments relatifs aux beaux-arts se trouvant dans les maisons royales ». Le 3 novembre il demande aux départements de reprendre le travail d'inventaire et de conservation. Le même jour, la ville de Versailles dépose une pétition à la Convention nationale demandant qu'on ramène à Versailles les tableaux des écoles anciennes qui y ont enlevé et ceux se trouvant au palais du Luxembourg. Le 1er octobre il met en place la commission du Muséum, formée d'artistes et d'un mathématicien, pour préparer l'aménagement du Muséum. Elle propose une ouverture le 10 août 1793 pour fêter la chute de la royauté.

Pour satisfaire la municipalité de Versailles, le décret du 24 novembre 1793 crée au château un "musée spécial de l'école française". On y laisse les tableaux qui sont jugés peu dignes d'être présentés à côté des tableaux de maîtres du Muséum et les œuvres présentées pour la réception des académiciens. Ce musée va être progressivement dépouillé de ses tableaux pour meubler les résidences officielles à partir de 1800.

Si on décida très rapidement de mettre à l'abri, d'abord au garde-meuble de la Couronne, puis au Muséum, les bronzes, les pierres dures et les joyaux de la Couronne, par contre, le mobilier des appartements royaux est mis en vente. Pour le seul château de Versailles, les enchères ont duré du 25 août 1793 au 11 août 1794. Le mobilier royal s'est retrouvé dispersé dans les collections du monde entier. Les nécessités financières ont conduit à brûler à la Monnaie les tapisseries tissées de fils d'or et d'argent pour en récupérer le métal.

Ce premier musée était essentiellement consacré à la peinture même si quelques sculptures anciennes avaient été placées sur des tables, « dépouilles précieuses de nos tyrans ou autres ennemis de la patrie ». Mais la galerie doit être fermée pour faire des réparations urgentes pour n'être rouverte que le 8 novembre 1793 dans les premières travées orientales de la Grande galerie, cinq jours par décade pour les copistes, trois pour le public et deux pour le nettoyage. Le musée est ouvert tous les jours pour le public en 1794. La galerie doit être fermée de nouveau le 26 avril 1796 pour permettre des travaux réalisés par l'architecte Jean-Arnaud Raymond. Une première partie n'est rouverte que le 7 avril 1799, et la totalité le 14 juillet 1801.

Le Muséum a d'abord été créé comme lieu de formation pour les artistes de l'époque, ils étaient les seuls, jusqu'en 1855, à pouvoir y entrer en semaine, le public n'y est admis que le dimanche. À son ouverture, le musée étant d'abord destiné aux artistes, les tableaux n'étaient pas exposées par école ou par date, mais de façon à donner une harmonie générale à la présentation, pour donner du plaisir aux visiteurs et à les aider dans leurs créations. Le Catalogue des objets contenus dans la Galerie du Museum français décrété par la Convention Nationale le 27 juillet 1793 l'an second de la République française liste les 537 tableaux exposés et donne la justification suivante :

« …plusieurs raisons trop longues à déduire ont empêché qu'on ne classât les tableaux par écoles… On n'offre, pour l'instant, qu'une disposition provisoire ; lorsqu'on sera en possession de la totalité qui doit former le Museum, lorsque le projet d'éclairer cet immense vaisseau par le sommet sera réalisé … alors les discussions des artistes, des savants, des amateurs auront répandu une masse de lumière suffisante pour arrêter définitivement le mode d'arrangement qui réunira le plus d'avantages… »

La Grande galerie n'était éclairée que par les grandes fenêtres côté Seine et n'offrait pas le meilleur jour pour voir les tableaux. Tous les artistes s'accordent pour demander un éclairage zénithal. Hubert Robert, qui avait été nommé garde des tableaux du roi en 1784 et chargé d'étudier l'aménagement de la Grande galerie entre 1784 et 1792, puis à nouveau entre 1795 et 1802[28]. Il est membre du conservatoire et a donné des images de cette Grande galerie.

À l'été 1793, l'insurrection vendéenne et la pression des armées alliées aux frontières de la France créent une situation de crise grave qui va conduire l'Assemblée à voter des mesures de destruction de ce qui rappelait la monarchie - destruction des tombes royales de l'abbaye de Saint-Denis, et des statues de la galerie des rois de Notre-Dame de Paris.

L'abbé Grégoire[29] va dénoncer le vandalisme[30] des destructions. Il déclare « Inscrivons donc sur tous les monuments et gravons dans les cœurs cette sentence : Les barbares et les esclaves détestent les sciences et détruisent les monuments des arts, les hommes libres les aiment et les conservent ». Le décret du 24 octobre 1793 condamne les abus et prévoit que « les monuments publics transportables, intéressant les arts et l'histoire, qui portent quelques-uns des signes proscrits, qu'on ne pourrait faire disparaître, sans leur causer un dommage réel, seront transférés dans le musée le plus voisin pour y être conservés pour l'instruction nationale ».

Le 16 janvier 1794, la commission des Monuments est remplacée par un Conservatoire qui comprend ses débuts dix membres, peintres, sculpteurs, architectes, restaurateurs et antiquaires, puis 7 membres pour finir à cinq. Elle est chargée de l'administration du Muséum et de sélectionner les œuvres à présenter.

Le 7 ventôse an II (25 février 1794), le peintre et député Antoine Sergent recommande au comité d'instruction publique : « Les Romains en dépouillant la Grèce, nous ont conservé de superbes monuments : imitons-les ». Déjà dans un rapport remis le 28 janvier 1794, Jean-Baptiste Wicar fait de la République française l'héritière des chefs-d'œuvre de l'art grec. Le 29 janvier, c'est l'inspecteur des mines Alexandre Charles Besson (1725-1809) qui présente à la Commission temporaire des arts « un mémoire contenant des observations sur la collection des princes palatins » en vue de leur saisie par la République. L'abbé Grégoire va plus loin en déclarant : « Si nos armées victorieuses pénètrent en Italie, l'enlèvement de l'Apollon du Belvédère et de l'Hercule Farnèse serait la plus brillante conquête. C'est la Grèce qui a décoré Rome ; mais les chefs-d'œuvre des républiques grecques doivent-ils décorer le pays des esclaves ? La République française devrait être leur dernier domicile ». Ces discours vont être mis en application.

En mars 1794 est publiée l’« Instruction sur la manière s'inventorier et de conserver sur toute l'étendue de la République, tous les objets qui peuvent servir aux arts, aux sciences et à l'enseignement », rédigée par Félix Vicq d'Azyr.

Casimir Varon (1761-1796) critique la présentation confuse des tableaux et présente devant le Comité d'instruction publique, le 7 prairial an II (26 mai 1794)[31], un rapport dans lequel il définit ce que doit être le Museum : une encyclopédie des Beaux-Arts. Les tableaux doivent être rangés par écoles et par époques. Un catalogue doit être descriptif et donner tous les détails sur la vie et les œuvres des artistes célèbres. Une bibliothèque spécialisée doit être créée. Le Museum doit être « un sanctuaire où les peuples s'élèveront par la connaissance de la beauté ».

Dès l'été 1794, les victoires des armées de la République vont lui donner l'occasion de se saisir des œuvres d'art dans les territoires occupés. Le 8 messidor an II (8 juillet 1794), Bruxelles est occupée. Lazare Carnot écrit au nome du Comité de Salut Public aux représentants en mission à l'état-major le 13 juillet : « Hâtez-vous… Ne négligez pas les productions des beaux-arts qui peuvent embellir cette ville de Paris ; faites passer ici les superbes collections de tableaux dont ce pays abonde ; ils se trouveront sans doute heureux d'en être quittes pour des images. » Dix jours plus tard, les représentants aux armées écrivent qu' « informés que, dans les pays où les armées victorieuses de la République française viennent de chasser les hordes d'esclaves soldés par les tyrans, il existe des morceaux de peinture et de sculpture, et autres productions du génie ; considérant que leur véritable dépôt, pour l'honneur et le progrès des arts, est dans le séjour et sous la main des hommes libres » et donnent la liste des œuvres d'art à transporter à Paris. Les convois de peinture flamande arrivent à Paris en octobre avec les tableaux du Rubens. Le peintre Jacques-Luc Barbier-Walbonne présente à la Convention, le 20 septembre 1794, les premiers Rubens arrivés de Belgique en déclarant que « c'est au sein des peuples libres que doit rester la trace des hommes célèbres ; les pleurs de l'esclave sont indignes de leur gloire et les honneurs des rois troublent la paix de leur tombeau » et il ajoute que les peintres flamands sont « dans la patrie des arts et du génie, dans la patrie de la liberté et de l'égalité sainte, dans la République française ». Ils sont suivis des collections hollandaises de peinture, puis de celles des principautés rhénanes.

La galerie d'Apollon

En 1796, la galerie d'Apollon décorée sous Louis XIV par Charles Le Brun reçoit les dessins et les objets d'art.

Paul Véronèse
Les noces de Cana

Emporté de Venise en 1797 par les commissaires français et échangé en 1815 contre un tableau de Charles Le Brun

Napoléon Bonaparte est nommé général en chef de l'armée d'Italie le 2 mars 1796 dont il prend le commandement le 27 mars. Bonaparte signe les armistices avec les ducs de Plaisance et Modène, les 9 et 27 mai 1796, à Bologne avec le pape, le 8 juin 1796, puis le traité de Tolentino avec le pape, le 19 février 1797, et le traité de Campo-Formio avec les Autrichiens, le 18 octobre 1797. Ces deux traités prévoient dans leurs clauses le transfert à Paris des œuvres d'art les plus célèbres : tableaux de Raphaël, Mantegna, Véronèse, Titien, antiques du Vatican et du Capitole… Les saisies sont faites en mai à Parme, Modène et Milan, en juin, à Crémone et Bologne, puis à Mantoue, Vérone et Venise. Elles sont opérées par une commission des Sciences et des Arts nommée par le Directoire qui a été chargée de « faire passer en France tous les monuments des sciences et des arts qu'ils croiront dignes d'entrer dans nos musées et nos bibliothèques ». La commission comprend, entre autres, le mathématicien Monge, le chimiste Berthollet, les botanistes Thouin et La Billardière, le peintre Berthélémy. Des voix s'élèvent contre ces saisies sous l'impulsion Quatremère de Quincy qui déclare « dépecer le muséum d'antiquités de Rome serait une folie et d'une conséquence irrémédiable », il condamnait « l'esprit de conquête » et le qualifiait d'« entièrement subversif de l'esprit de liberté. »

Le 22 janvier 1797, le conservatoire est remplacé par un administrateur, Léon Dufourny, assisté par un conseil d'artistes. Il est chargé de disposer dans les galeries du Louvre les œuvres d'art ramenées des territoires conquis.

Pour fêter l'arrivée des œuvres d'art venant d'Italie, le Directoire prend un décret le 26 avril 1798 pour mettre en scène une cérémonie spectaculaire pour célébrer le « triomphe conjoint des arts et de la liberté ». La fête a eu lieu le 9 thermidor an VI (27 juillet 1798)[32]. Un étendard précède les antiquités avec ces mots :

La Grèce les céda, Rome les a perdus
Leur sort changea deux fois, il ne changera plus

L'arrivée de tous ces chefs-d'œuvre au Louvre nécessite alors de réaménager la présentation des collections et d'agrandir le musée devenu trop petit. La Grande galerie est transformée.

Les appartements d'été de la reine Anne d'Auriche
Musée des Antiques

L'architecte Auguste Cheval de Saint-Hubert (1755-1798), puis après sa mort Jean-Arnaud Raymond transforment l'ancien appartement d'Anne d'Autriche où on a abattu les cloisons et disposé des colonnes pour y aménager le musée des antiques qui est inauguré le 18 brumaire an IX (9 novembre 1800). On peut y voir l'Apollon du Belvédère, le Laocoon, la Vénus de Médicis venue de Florence mais aussi les antiques de la collection de la Couronne.

Tout en saisissant des œuvres dans les pays conquis, on a continué à acheter des tableaux dans les ventes.

Dans son rapport aux consuls du 13 fructidor an IX (31 août 1801), le ministre de l'Intérieur Chaptal constate que « le Muséum des arts présente en ce moment la plus riche collection de tableaux et de statues antiques qu'il y ait en Europe. Là se trouve réunit toutes les richesses qui se trouvaient éparses avant la Révolution… 1 390 tableaux des écoles étrangères… 270 de l'ancienne école française… plus de 1 000 de l'école moderne… 20 000 dessins… 4 000 planches gravées… 30 000 estampes1 500 statues antiques. » Il propose alors de répartir une partie de cette collection entre 15 villes françaises où ont déjà été formés des embryons de musée avec les œuvres saisies.

Musée Napoléon[modifier | modifier le code]

Vivant Denon

En 1800, Napoléon Bonaparte décide de chasser du palais du Louvre tous les marchands qui occupent les passages. Il fait démolir les baraques placées le long des façades et les cours. Le 20 août 1801, ce sont les artistes qui logent encore au vieux Louvre — David, Vernet, Isabey… — qui sont expulsés. En décembre 1801, les locataires des appartements se trouvant sous la Grande galerie doivent les quitter. En 1806, au cours d'une visite de Napoléon Ier constate que des appartements sont encore occupés. Le lendemain, les ordres d'expulsion sont apportés. En avril 1806, le Louvre est enfin vide de tout occupant. L'empereur ne peut supporter qu'on puisse provoquer un incendie dans son musée. De la place a été faite pour recevoir les nouvelles œuvres.

Dès le Consulat, le 9 novembre 1802, le Louvre prend le nom de musée Napoléon. À partir de Napoléon Ier jusqu'à Napoléon III, hormis la période de la Deuxième République, le musée fait partie de la liste civile du souverain.

Dominique-Vivant Denon en est le premier directeur ; il en fait le plus grand des musées du monde et il préside à son démantèlement lors de la chute de l'Empereur (en deux temps). Le musée est agrandi par Percier et Fontaine, qui construisent l'aile de la rue de Rivoli.

Pour exposer les trésors ramenés des campagnes napoléoniennes, Pierre Fontaine est chargé de finir le réaménagement des appartements d'hiver d'Anne d'Autriche et étend cette partie du musée entre 1806 et 1817 dans l'aile sud de la Cour carrée.

Il réalise l'éclairage zénithal sur une partie de la Grande galerie qu'avait imaginé Hubert Robert en 1796. Les collections de peinture sont présentées par école. Stendhal qui est nommé auditeur au Conseil d'État en 1810, puis inspecteur de la comptabilité des Bâtiments et du Mobilier de la Couronne, est chargé de l'inventaire des œuvres d'art du musée Napoléon.

Centaure chevauché par l'Amour
Collection Borghèse

En 1812, la salle des Cariatides est aménagée pour recevoir la collection Borghèse achetée par Napoléon à son beau-frère.

Après les conquêtes en Allemagne, des œuvres viennent de Berlin, Potsdam, Cassel, Schwerin, Vienne le duché de Brunswick en 1806 et 1807. Après 1810, ces saisies vont diminuer. Les tableaux prélevés en Espagne n'allèrent pas plus loin que Bayonne, en 1814.

Vivant Denon continue à combler les lacunes du musée. En 1806, à Florence, il acquiert la collection de dessins rassemblée par Filippo Baldinucci.

Des particuliers font aussi des dons au musée.

Fra Angelico
Le couronnement de la Vierge
Mission de 1811

En 1811, il fait une mission spéciale en Italie pour obtenir des peintures des débuts des différentes écoles. Il acheta certains tableaux, fit des prélèvements dans les biens des monastères supprimés. Il procéda à des échanges de tableaux entre le Louvre et la galerie Brera. Les 123 peintures acquises par le musée au cours de cette mission font l'objet d'une exposition temporaire dans le Salon Carré qui a ouvert le 25 juillet 1814, après la chute de l'Empire.

À cette politique d'acquisition des œuvres d'art pour faire du musée Napoléon un musée représentant toutes les écoles de tous les temps, va s'ajouter une volonté de catalogage et de restauration des œuvres qui y sont présentées. Antoine-Michel Filhol (1759-1812) et Joseph Lavallée entreprennent les 10 tomes du Cours élémentaire de peinture ou Galerie Napoléon (1804-1815)[33], Charles-Paul Landon réalise, entre 1801 et 1809, les 16 volumes des Annales du Musée et de l'École des Beaux-Arts. Ennius Quirinus Visconti est responsable des notices sur les sculptures. À ces entreprises s'ajoute les 17 volumes de l’Inventaire Napoléon publiés entre 1810 et 1815[34].

Paris est occupé le 31 mars 1814. Napoléon Ier abdique le 12 avril. Les puissance occupantes demandèrent que les tableaux non exposés et ceux réquisitionnés en Prusse sans traité leur soient rendus. Certaines personnalités, comme le baron Humboldt, ministre de Prusse, ami de Denon, étaient favorables au Muséum. Le roi de Prusse et l'empereur d'Autriche visitent le musée et félicitent Vivant Denon pour l'exposition des œuvres. Le traité de Paris de 1814 ne demande pas la restitution des œuvres d'art saisies dans les pays occupés.

Après les Cent-Jours et Waterloo, l'attitude des puissances alliées va changer. En dehors de la perte de toutes les augmentations de territoire accordées par le traité de Paris, les alliés vont exiger la restitution de toutes les œuvres d'art qui avaient été saisies dans les territoires occupés. Certaines personnalité allemandes, comme Alexandre von Humboldt, sont jugées pas suffisamment actives pour reprendre les œuvres et démanteler les collections du musée. Des campagnes dans la presse allemande sont alors faites pour accélérer cette reprise[35]. Elle commence dès le 13 juillet 1815. En novembre 1815, 5 203 œuvres d'art, dont 2 065 peintures, avaient été restituées. La plupart des tableaux qui avaient été envoyés dans les musées de province y restèrent. Denon réussit à conserver une centaine de tableaux, en particulier les primitifs italiens qu'il avait acquis dans sa mission de 1811, les Noces de Cana de Véronèse, et huit cents dessins.

Plus de 300 tableaux et 120 objets d'art sont aussi rendus aux établissement religieux qui en ont fait la demande, mais Louis XVIII donna l'ordre de conserver aux musées les œuvres saisies chez les émigrés sauf celles qui n'étaient pas montrées.

Le 8 octobre 1815, Vivant Denon présente sa démission au roi Louis XVIII qui l'accepte. Il écrit :

« Des circonstances inouïes avaient élevé un monument immense ; des circonstances non moins extraordinaires viennent de le renverser. Il avait fallu vaincre l'Europe pour former ce trophée ; il a fallu que l'Europe se rassemblât pou le détruire. Le temps répare les maux de la guerre, des nations éparses se recomposent ; mais une telle réunion, cette comparaison des efforts de l'esprit humain dans tous les siècles, cette chambre ardente où le talent était sans cesse jugé par le talent, cette lumière enfin qui jaillissait perpétuellement du frottement de tous les mérites vient de s'éteindre, et de s'éteindre sans retour. »

Le musée est fermé le 15 novembre 1815.

Musée royal du Louvre[modifier | modifier le code]

Le musée sous Louis XVIII[modifier | modifier le code]

Le musée royal du Louvre est fondé par l'ordonnance du 22 juillet 1816 dans laquelle Louis XVIII écrit :

« Voulant à l'exemple de nos prédécesseurs faire fleurir les beaux-arts qui sont la gloire des nations, particulièrement la peinture et la sculpture dont l'éclat fut si brillant en France… Nous avons résolu de maintenir l'Établissement du Musée Royal actuellement formé dans notre château du Louvre. »

Athanase Lavallée, secrétaire général du musée Napoléon, qui avait succédé à Vivant Denon est remplacé par le comte de Forbin.

Le Louvre ne peut plus s'enrichir que par des achats et des dons. En onze ans, la liste civile de Louis XVIII n'a permis d'acquérir qu'une centaine de tableaux. Par ailleurs certaines pièces restituées en 1815 ont pu être rachetées par Louis XVIII avant leur retour comme, par exemple, celle des marbres grecs appartenant au prince romain Albani[36]. Le catalogue des Antiques rédigé en 1817 par Ennius Quirinus Visconti donne à cette date 355 numéros. En 1817, trois nouvelles salles sont inaugurées au Louvre pour abriter les Antiques : la salle de la Melpomène, la salle d'Isis et le corridor de Pan[37].

La pièce la plus importante acquise par le Louvre est la Vénus de Milo, don du marquis de Rivière au roi. L'achat de la collection Tochon, en 1818, permet au Louvre d'augmenter sa collection de 574 vases grecs, donnant naissance à la section de céramique grecque qui est exposée aujourd'hui dans la galerie Campana.

Le comte de Forbin s'intéresse à l'art égyptien. Il demande à Jomard d'aller au British Museum pour voir comment sont entreposées les collections égyptiennes. Le comte de Forbin achète des pièces isolées au cours du voyage qu'il fait dans le Levant dans les années 1817-1818 : à Athènes, la collection de Louis François Sébastien Fauvel (1753-1838), à Alexandrie, des antiquités égyptiennes : quatre Sekhmet en basalte, dont deux sont exposées dans la salle de Melpomène, et une triade Osiris, Ptah, Horus. Cependant les académiciens donnaient la primauté à l'art grec : Quatremère de Quincy jugeait l'art égyptien barbare.

En 1822, le gouvernement français achète le zodiaque de Dendérah à Sébastien Louis Saulnier qui avait chargé son homme de main Claude Lelorrain de ramener le zodiaque de pierre d’Égypte, la transaction coûta la somme de 150 000 francs[38]. Bernardino Drovetti proposa lui aussi au roi de lui vendre sa première collection d'antiquités égyptiennes, ce dernier refusa. Elle a été achetée par le roi de Sardaigne Charles-Félix de Savoie.

Pour combler les vides laissés par les restitutions dans les collections de peintures, on a fait revenir les tableaux qui étaient exposés au palais du Luxembourg depuis 1802 : la série des Ports de France de Vernet, la Vie de saint Bruno de Lesueur et l'Histoire de la vie de Marie de Médicis de Rubens.

Le roi acheta des tableaux aux Salons, de Delacroix et de David, pourtant exilé à Bruxelles.

La fermeture du musée des Monuments français, en 1816, va permettre au Louvre de recueillir les pièces les plus importantes, sauf celles restituées ou replacées à Saint-Denis. Avec des sculptures venant du palais de Versailles, elles ont permis d'ouvrir en 1824 un musée de la Sculpture moderne installé dans cinq salles aménagées par l'architecte Fontaine dans la galerie d'Angoulême entre le pavillon de l'Horloge et le pavillon de Beauvais.

Francois-Joseph Heim
Charles X distribuant des récompenses au Salon de 1824

Cependant, la Grande galerie n'était pas entièrement visible une grande partie de l'année car les Salons y étaient organisés. Pendant trois mois on préparait la galerie pour le Salon qui durait trois mois.

Le musée sous Charles X[modifier | modifier le code]

Musée Charles-X[modifier | modifier le code]

D'autres importantes modifications sont apportées au Louvre sous le règne de Charles X. Le Grand Cabinet du roi Louis XIV devient la salle des bijoux, réaménagée par l'architecte Fontaine et décorée par le peintre Jean-Baptiste Mauzaisse en 1822. Les objets précieux du musée du Louvre y sont exposés.

Charles X est intéressé par les Antiquités et veut créer un musée royal. Drovetti cherche à l'intéresser aux antiquités égyptiennes et lui offre à son accession au trône un naos et présente un sarcophage de la XXVIe dynastie.

Jean-François Champollion

Le roi achète la collection du chevalier Edme-Antoine Durand (1768-1835) en 1825[39]. Elle comporte, à côté d'antiquités romaines et d'œuvres médiévales, 2 500 objets égyptiens qui lui permettent de créer un musée à son nom. Le roi envoie, en 1824, Jean-François Champollion au musée égyptologique de Turin où il va découvrir l'art égyptien. Champollion découvre en Italie la deuxième collection Salt que le consul cherche à vendre.

Champollion persuade Charles X d'acquérir la deuxième collection assemblée par Henry Salt, en 1826, pour 10 000 livres (250 000 francs). Elle comprend plus de 4 000 pièces. Avec la deuxième collection Drovetti comprenant plus de 700 pièces, achetée par Charles X en 1827 pour 200 000 francs, elles constituent le premier fonds des collections égyptiennes du musée du Louvre. Champollion est nommé conservateur de la division des monuments égyptiens et orientaux du musée Charles-X le 15 mai 1826.

Ce musée est créé au premier étage de l'aile sud de la Cour Carrée dont la partie ouest a été construite par Pierre Lescot et la partie est, par Louis Le Vau. Il occupe une enfilade de neuf salles qui été les anciens appartements des reines régnantes, puis les salles de l'Académie d'architecture. L'aménagement intérieur de ces salles avait été commencé sous Napoléon Ier par l'architecte Pierre François Léonard Fontaine. Le gros œuvre est terminé en 1819. Entre 1819 et 1827, ces salles sont utilisées pour les Expositions des produits de l'industrie et les Salons des artistes vivants. Des armoires vitrées plaquées d'acajou sont livrées par Jacob Desmalter.

Les salles sont décorées de plafonds peints évoquant le pays d'origine des objets qui y sont présentés :

  • salle 1 (35) : Homère déifié dit L'Apothéose d'Homère (1826-1827), par Jean Auguste Dominique Ingres[40],
  • salle 2 (36) : Le Vésuve recevant de Jupiter le feu qui consumer Herculanum, Pompéi et Stabies (1826-1827), par François Joseph Heim,
  • salle 3 (37) : Les Nymphes de Parthénope, emportant loin de leurs rivages les Pénates, images de leurs dieux, sont conduites par la déesse des Beaux-Arts sur les bords de la Seine (1826-1827), par Charles Meynier[41],
  • salle 4 (38) : Cybèle protège contre le Vésuve les villes de Stabies, Herculanum, Pompéi et Résina, par François-Édouard Picot (1828-1832)
    Ce tableau remplace un autre - François Ier recevant les œuvres rapportées d'Italie, par Alexandre-Evariste Fragonard - transféré dans la galerie Campana,
  • salle 6 (30) : L'Étude et le Génie dévoilent l'antique Égypte à la Grèce, par François-Édouard Picot, Nicolas Gosse et Auguste Vinchon,
  • salle 7 (29) : L'Égypte sauvée par Joseph, par Alexandre-Denis Abel de Pujol,
  • salle 8 (28) : Jules II ordonnant les travaux du Vatican et de Saint-Pierre, par Horace Vernet, Alexandre-Denis Abel de Pujol,
  • salle 9 (27) : Le Génie d la France anime les Arts, protège l'Humanité, par Antoine-Jean Gros, Alexandre-Évariste Fragonard.

Le musée Charles X est ouvert le 15 décembre 1827. La section égyptienne se trouvait dans quatre salles. Les objets sont répartis entre une salle des dieux, une salle civile et deux salles funéraires. Pour l'ouverture du musée, Champollion rédige une Notice descriptive des monumens égyptiens du Musée Charles X.

Champollion entreprend un voyage sur les bords du Nil en 1828-1829. Il en rapporte peu d'objets de ce voyage par manque de crédits, mais de qualité. Champollion meurt prématurément en 1832. Le département égyptien perd alors son autonomie.

Musée Dauphin, puis musée de la Marine[modifier | modifier le code]

En 1748, Henri Louis Duhamel du Monceau, inspecteur général de la Marine, fondateur en 1741 de l'école de Marine Paris pour les élèves constructeurs de bateaux, offre au roi Louis XV sa collection de modèles réduits maritimes sous la condition qu'elle soit accessible pour les spécialistes qui pourraient souhaiter les voir au Louvre où elles étaient conservées. Elle est alors présentée dans une « salle de Marine » au Louvre.

Ce musée est créé par décision du roi Charles X prise le 27 décembre 1827. Le dauphin ayant accepté de lui donner son nom, il est alors connu sous le nom de musée Dauphin, sur proposition du baron de la Bouillerie, intendant général de la liste civile du roi. Le projet a été étudié par l'ingénieur de la marine Pierre Zédé, le premier conservateur du musée, et qui a été directeur des constructions navales. Il regroupe différents objets et maquettes ayant trait à la marine et qui étaient dispersés dans quelques palais royaux, dans les ports ou les arsenaux. Il est d'abord installé au premier étage, puis au second étage de l'aile nord de la Cour Carrée. Les collections sont placées dans des armoires aux dauphins de bronze doré. Ce département technique placé au sein d'un musée où sont présentées des œuvres d'art déplaisait aux conservateurs du musée du Louvre. Les rois Charles X, puis Louis-Philippe Ier y déposèrent les objets curieux qui leur étaient adressés de toute les parties du monde.Le ministère de la Marine y faisait déposer tous les objets rassemblés au cours des voyages de circumnavigation et de découvertes qu'il avait ordonnés[42]. Un atelier est rattaché au musée pour assurer l'entretien et la réparation des modèles réduits reçus à son ouverture. Cet atelier a aussi réalisé des modèles de réduits de bateaux anciens. Après Pierre Zédé, c'est l'ingénieur Apollinaire Lebas qui a assuré la direction du musée à partir de 1848. Pendant la Deuxième République, le musée dépend de Jeanron, directeur des musées mationaux. Il souhaite regrouper dans ce musée les différents objets chinois se trouvant dans les réserves du Louvre auxquels ont été ajoutés ceux ramenés de la mission commerciale de Théodore de Lagrené. Le projet est réalisé par le comte de Nieuwerkerke, nouveau directeur en 1849.

Devant l'accroissement des pièces ethnographiques du musée auquel ont été ajoutés les objets chinois, son conservateur-adjoint, Antoine Léon Morel-Fatio, crée une annexe au Louvre, le Musée ethnographique séparé du Musée naval. Il devient, en 1852, conservateur du Musée de la Marine et d’ethnographie du Louvre.

L'amiral Pâris, directeur du musée entre 1871 et 1893 a fait déposer au musée des modèles réduits de sanbugs, trabacolos, sampans, praos et autres bâtiments inhabituels à partir des plans rapportés des voyages.

Quand en 1901, Destrem est nommé directeur du musée de la Marine, le directeur des Beaux-Arts Roujon lui dit sans ménagement : « On vous a nommé pour que vous nous débarrassiez du musée de la Marine. »

Dans les décennies qui suivent, les conservateurs refusent qu'on mette en caisse la collection tant qu'un nouveau lieu d'accueil n'a pas été trouvé.

Pour l'Exposition Internationale « Arts et Techniques dans la Vie moderne » de 1937 il est prévu d'installer le musée de la Marine dans une aile du palais de Chaillot. En septembre 1939, le musée commence à occuper l'aile Passy. En 1943 la collection est installée sous la direction du commandant Jacques Vichot[43].

Galerie Campana[modifier | modifier le code]

Le roi Charles X achète en 1828 la collection d'objets d'art du peintre Pierre Révoil[44] qui s'ajoute aux vases antiques des collections Tochon[45] et Durand. Le roi a fait aménager les neuf salles en enfilade formant une galerie parallèle au musée Charles X, côté Seine, par son architecte Pierre Fontaine à partir de 1819. Comme pour le musée Charles-X, pour présenter les tableaux français et la collection Revoil, il fait réaliser des peintures sur le thème de l'Histoire de France et des Arts pour décorer les plafonds. Elles sont inaugurées au cours du Salon de 1833.

  • salle 39 : François Ier accompagné de sa sœur la reine de Navarre reçoit les tableaux et les statues rapportés d'Italie par le Primatice, par Alexandre-Evariste Fragonard, 1827
  • salle 40 : La Renaissance des Arts en France, par François-Joseph Heim, 1828
  • salle 41 : François Ier armé chevalier par Bayard, par Alexandre-Evariste Fragonard, 1820
  • salle 42 : Charlemagne, entouré des ses principaux officiers, reçoit Alcuin qui lui présente des manuscrits, ouvrage de ses moines, par Victor Schnetz, 1833
  • salle 42 : Louis XII proclamé " Père du Peuple " aux États généraux tenus à Tours en 1506, par Michel Martin Drolling, 1833
  • salle 44 : Expédition d'Égypte sous les ordres de Bonaparte, par Léon Cogniet, 1835
  • salle 45 : Puget présentant sa statue de Milon de Crotone à Louis XIV, dans les jardins de Versailles, par Eugène Devéria, 1832
  • salle 46 : La Clémence d'Henri IV après la bataille d'Ivry (1590), par le baron Charles de Steuben, 1833
  • salle 47 : Poussin, arrivant de Rome, est présenté à Louis XIII par le cardinal de Richelieu (1640), par Jean Alaux, 1832

La galerie prend le nom de Campana quand les vases de la collection de Giampietro Campana di Cavelli y sont installés en 1863.

Marbres d'Olympie[modifier | modifier le code]
Partie du métope du
temple de Zeus à Olympie

Pour aider les indépendantistes grecs, le gouvernement français envoie l'expédition de Morée en 1828. S'inspirant de l'expédition scientifique de la campagne d'Égypte de 1798, il décide d'adjoindre à l'envoi de troupes une expédition scientifique en Morée[46]

Le Sénat grec réuni à Argos a fait don à la France des éléments du métope du temple de Zeus à Olympie, en 1829.

Le musée du Louvre sous Louis-Philippe Ier[modifier | modifier le code]

L'enrichissement des différents départements des antiquités du musée du Louvre va se faire par des achats, des donations, mais aussi par l'envoi de missions de fouilles sur des sites archéologiques et le partage des découvertes qui y sont faites.

En Grèce, cette politique de fouilles de sites est organisée à partir de l'École française d'Athènes, fondée en 1846, à Delphes et Délos.

Des missions de fouilles vont se mettre en place et se développer au Moyen-Orient, avec la découverte de Khorsabad (qu'on a d'abord prise pour la ville de Ninive), en Égypte, en Algérie, en Turquie.

À partir de l'École française d'Athènes ont été créés l'École française de Rome et l'Institut français d'archéologie orientale du Caire, puis la délégation archéologique en Perse, en 1883, pour fouiller le site de Suse, et la délégation archéologique française en Afghanistan, en 1922.

L'essentiel des crédits accordés pendant le règne de Louis-Philippe Ier ont été employés pour les travaux réalisés au château de Versailles consacré à la gloire des grands hommes de tous les temps. Quelques tableaux ont cependant été achetés, comme Le portement de Croix de Simone Martini, en 1834, Portrait de Chardin par lui-même, en 1839, des Portraits d'artistes de Paolo Uccello, et le Diptyque de Jean Carondelet de Jan Mabuse et Salomon au trésor du Temple de Frans II Francken, en 1844.

En août 1830, Louis-Philippe Ier dissout l'ordre du Saint-Esprit fondé par Henri III le 31 décembre 1578. Le trésor de l'ordre qui a traversé la Révolution est déposé au Louvre[47]

Galerie espagnole[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Galerie espagnole.
Galerie espagnole
El Greco
Le Christ en croix adoré par deux donateurs

Louis-Philippe Ier demanda, en 1833, au baron Taylor d'acheter des tableaux espagnols sur sa cassette personnelle. En trois voyages (1833, 1835-1836, 1838) Taylor a pu profiter de la guerre carliste, de l'anarchie dans les provinces et de la suppression de la Compagnie de Jésus et des ordres religieux, en 1835-1836, pour rassembler pour une somme de 1 327 000 francs une collection de 487 tableaux représentant un panorama complet de cette école, ainsi que 15 toiles des écoles du Nord et 26 de maîtres italiens. Les tableaux prêtés au Louvre y sont présentés au public pour la première fois le 7 janvier 1838. Deux ans plus tard, cette collection est complétée par les 244 tableaux de celle que Frank Hall Standish (1799-1840) offre au roi.

Après la révolution de 1848, la famille d'Orléans demande la restitution de l'ensemble des tableaux de la galerie espagnole. La Deuxième république n'ayant pas voulu négocier une indemnité, les tableaux ont été restitués entre 1850 et 1851. Les tableaux ont été vendus à Londres en mai 1853 pour la somme de 940 000 francs. Le musée du Louvre n'a pas participé à la vente qui a enrichi les collections de nombreux musées européens.

La découverte de la peinture espagnole grâce à cette galerie a eu une influence sur de nombreux peintres, parmi lesquels, Courbet, Millet, Manet…

Quelques toiles sont revenues en France. Le Louvre a acquis en 1908 Le Christ en croix adoré par deux donateurs du Greco.

Pour enrichir sa collection de tableaux espagnols, le musée a participé aux différentes ventes de la collection du maréchal Soult, duc de Dalmatie, en 1852, 1858 et 1867.

Musée algérien du Louvre[modifier | modifier le code]

S'inspirant des précédents de d'expédition d'Égypte et l'expédition de Morée, a mené en parallèle des opérations militaires en Algérie une mission 'exploration scientifique du pays. Dans un rapport rédigé par des membres de l'Académie des inscriptions et belles-lettres proposent de rassembler dans musée algérien à Paris les collections d'art et de sciences réunies par la Commission scientifique de l'Algérie. Les antiquités trouvées par cette commission sont placées au musée du Louvre.

Un Musée algérien, ou galerie d'Alger, est inauguré par le roi Louis-Philippe, en 1845, sous la Colonnade pour présenter les antiquités ramenées par le commandant Delamare, capitaine d'artillerie. La galerie est choisie pour être dans la suite de la galerie consacrée aux antiquités égyptiennes. Le musée est fermé sous le Second Empire pour être intégré dans le Musée africain du Louvre qui n'a jamais fonctionné car il n'a jamais été ouvert au public. En 1880, il abrite aussi des vestiges qui proviennent des fouilles faites en Tunisie et au Maroc. Un inventaire des pièces qui ont été ramenées d'Afrique du Nord rédigé par Antoine Héron de Villefosse est publié en 1920[48].

Musée assyrien[modifier | modifier le code]
Taureau ailé du palais de Sargon

Le 1er mai 1847 est inauguré le premier musée assyrien d'Europe. On peut y voir les grands génies ailés ramenés des fouilles du palais de Sargon à Khorsabad entreprises par Paul-Émile Botta consul de France à Mossoul.

Le plus ancien document épigraphique en écriture cunéiforme ramené en Europe en 1786 est le caillou Michaux qui se trouve au département des monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France.

Après la nomination de Botta comme consul à Jérusalem, en 1848, les fouilles Khorsabad n'ont été reprises qu'en 1852 par le nouveau consul de France, Victor Place (1818-1875), en compagnie de Rawlinson. Il s'est fait aidé par l'épigraphiste Jules Oppert et l'orientaliste Fulgence Fresnel. Les fouilles ont été photographiées par l'ingénieur Gabriel Tranchand pour illustrer le rapport envoyé à l'Académie des inscriptions et belles-lettres[49]. L'architecte Félix Thomas a fait les relevés du palais de Sargon qui illustrent le livre de Victor Place, Ninive et l'Assyrie[50] publié en 1867.

Malheureusement la plus grande partie des œuvres que Victor Place voulait ramener en France ont coulées dans le Chatt-el-Arab pendant une attaque par un parti d'Arabes, en 1855. Seul un taureau ailé de 30 tonnes a échappé au naufrage.

Le musée du Louvre sous la Deuxième République[modifier | modifier le code]

Galerie d'Apollon
Peinture d'Eugène Delacroix
Apollon terrassant le serpent Python
La galerie d'Apollon après sa restauration au XIXe siècle

La Deuxième République va amorcer un mouvement d'accroissement du palais du Louvre avec la reprise du grand dessein et le réaménagement du musée en reprenant le projet exposé en 1765 par Diderot qui faisait du palais le « palais du peuple » consacré aux arts et aux sciences. Elle souhaitait y installer un musée élargie, la bibliothèque nationale et des salles pour des expositions industrielles.

Pour mener bien ce projet elle nomme Félix Duban architecte du Louvre. Faute de moyens financiers, il va se limiter à la restauration des façades extérieures de la galerie d'Apollon, de la Grande galerie et de quelques salles du musée. Il remet des plafonds chargés d'ornements au Salon carré et à la salle des Sept-Cheminées décorés par Alexandre Denuelle. La galerie d'Apollon est pourvue d'un plafond peint par Delacroix représentant Apollon terrassant le serpent Python.

Philippe-Auguste Jeanron, peintre et républicain, est nommé directeur des musées de la République. Pendant sa courte administration (28 février 1848 - 25 décembre 1849) il va entreprendre une œuvre de restauration, de présentation des œuvres par écoles et en suivant la chronologie qui a eu une influence profonde sur le musée. Il fait acheter sept tableaux, dont quatre de Géricault, pour la somme de 11 820 francs.

La galerie des sculptures modernes ouverte en 1824 dépend du département des Antiquités. Il y a eu peu d'acquisitions jusqu'à la chute de la monarchie de Juillet. En 1849, on fait alors venir de Versailles des morceaux de réception d'académiciens, des statues des XVIe et XVIIe siècles, dont le Milon de Crotone de Pierre Puget et l'Hercule gaulois du palais du Luxembourg. De nouvelles salles sont ouvertes dans l'aile sud de la Cour Carrée pour les sculptures du XVIe siècle.

Jeanron doit quitter, à la fin de 1849, son poste qui a été promis par le prince-président Louis-Napoléon Bonaparte à Nieuwerkerke.

Giuseppe Castiglione -Naples, 1829-Paris, 1908
Le Salon Carré au musée du Louvre (1861)

En 1848, Frédéric Villot, peintre amateur et ami de Delacroix, succède à François Marius Granet au poste de conservateur de la peinture du musée du Louvre. Il a entrepris de faire un catalogue des peintures où elles sont accompagnées de notices et comprenant une table chronologique et d’une autre, alphabétique de tous les artistes cités. Il redistribue les tableaux. Dans la Grande galerie, les peintures des écoles anciennes sont classées par pays, par écoles et par dates. Dans la salle des Sept-Cheminées sont présentés les tableaux de l'école impériale. À la manière de la Tribuna du musée des Offices de Florence, il place dans le Salon carré les chefs-d'œuvre de toutes les écoles du musée. Cette nouvelle disposition du musée est inaugurée par le prince-président accompagné de Nieuwerkerke, le 5 juin 1851[51].

Nieuwerkerke a été soutenu par le prince-président ce qui lui a permis d'acquérir pour le musée dix tableaux importants au cours de la vente de la collection deu roi des Pays-Bas Guillaume II qui eut lieu du 12 au 20 août 1850 dont un Rubens (Portrait du baron de Vicq), un Memling, un Pérugin, un Hobbema, trois Géricault, pour la somme de 135 460 francs.

À la vente de la collection de Louis-Philippe Ier, le 29 avril 1851, grâce à une dotation spéciale votée par les Chambres, le musée achète deux toiles de Théodore Géricault : Le Cuirassier blessé quittant le feu et Officier de chasseurs à cheval de la garde impériale chargeant.

Le musée acquiert sa première sculpture gothique en 1850, La Vierge et l'Enfant provenant de l’abbaye de chanoines prémontrés de Blanchelande[52]. En 1851, des sculptures qui avaient été déposées au musée des Monuments français sont remises au Louvre par l'École des beaux-arts, en particulier le Childebert de l'abbaye de Saint-Germain-des-Près[53].

Musées mexicain et ethnographique[modifier | modifier le code]

L'engoument pour les mondes lointains va amener l'ouverture de plusieurs musées ethnographiques au musée du Louvre. En 1850, à l'initiative d'Adrien Prévost de Longpérier, est ouvert le musée Mexicain, qui deviendra le musée Américain, au rez-de-chaussée de la Cour Carrée.

En 1850, sous la direction d'Antoine Léon Morel-Fatio, un Musée ethnographique est aussi ouvert au second étage du pavillon de Beauvais à partir des objets ethnographiques et chinois qui se trouvaient jusqu'alors déposés dans le musée de la Marine, ancien musée Dauphin, créé au Louvre en 1827. Ces différents musées ethnographiques vont être regroupés dans le Musée d'ethnographie du Trocadéro ouvert dans l'ancien palais du Trocadéro, en 1878.

Le musée sous Napoléon III[modifier | modifier le code]

Le palais des Tuileries et le Louvre de Napoléon III
par Charles Fichot

Les transformations se poursuivent sous Napoléon III avec notamment la réalisation du grand dessein : La galerie nord reliant le Louvre aux Tuileries est achevée par l'adjonction de bâtiments construits par Hector-Martin Lefuel (sur les plans de Louis Visconti). D'autres également sont rajoutés au sud pour assurer une symétrie à ce désormais gigantesque ensemble architectural. Le musée va gagner de cette transformation son entrée par le pavillon Denon.

Le sénatus-consulte du 2 décembre 1852 fixe la liste civile de Napoléon III. Elle comprenait des palais à Paris et en province, trois musées - le musée du Louvre, le musée du Luxembourg et le musée de Versailles - le Garde-Meuble et les manufactures de l'État - manufactures de Sèvres, des Gobelins et de Beauvais. e montant de la dotation de la liste civile est fixée à 25 millions de francs[54].

La dotation pour l'acquisition d'œuvres d'art par le musée du Louvre a été assez faible, entre 36 000 francs et 100 000 francs, en dehors de l'achat exceptionnel de la collection Campana. Une autre opération exceptionnel a été la création du musée des Souverains dans la musée du Louvre. Malgré la faiblesse des crédits, le musée a pu acquérir des tableaux de Poussin, Vermeer, Murillo…

Malgré l'affirmation du peu d'intérêt de Napoléon III pour les arts, son règne a vu un accroissement des collections, essentiellement par l'achat d'œuvres d'art faits aux Salons : 1 300 tableaux et sculptures modernes. Ces achats payés par la liste civile étaient faits par le comte de Nieuwerkerke qui n'avait pas une grande attirance pour l'art contemporain. Cela explique que des artistes importants comme Corot ou Courbet en soient absents.

Dans la description qui en est faite, en 1854, le musée impérial du Louvre est présenté comme un ensemble de 13 musées[55] :

  • musée des tableaux des écoles française, italienne, allemande, hollandaise et flamande, dans la Grande galerie et le salon carré,
  • musée de l'école française avec le salon des Sept-Cheminées. Le guide signale que les tableaux de l'école française sont un peu dispersés dans le Louvre,
  • musée ou galerie des dessins qui est suivi des salles de la Chalcographie,
  • musée des émaux, bijoux et objets divers, exposés dans deux salles, la salle des Bijoux et une salle attenante au salon carré,
  • musée des antiquités grecques et égyptiennes dans l'ancien musée Charles-X,
  • musée des Souverains, sous la Colonnade,
  • musée naval, comporte 10 ou 11 salles, avec le
  • musée ethnographique à l'extrémité du musée naval,
  • musée des Antiques, comportant 800 statues et bas-reliefs grecs et romains,
  • musée de la sculpture égyptienne,
  • musée de la sculpture du Moyen Âge,
  • musée de la sculpture moderne,
  • musée de Ninive, dans l'aile nord,
  • musée mexicain.

En 1863, le musée Napoléon-III qui a compris la collection Campana et les résultats des fouilles en Grèce, Turquie et Moyen-Orient entreprises à la demande de Napoléon III, après la guerre de Crimée, est venu s'ajouter à cette liste.

Pour les antiquités grecques, l'œuvre la plus importante ramenée des ses fouilles est la Victoire de Samothrace découverte par Charles Champoiseau en 1863. Il a fallu son arrivée à Paris et le remontage des 118 fragments pour convaincre les conservateurs du Louvre qu'ils sont en présence d'un chef-d'œuvre. Après le remontage des 118 fragments, elle est exposée en 1866 dans la salle des Cariatides. La seconde mission Champoiseau, en 1879, a permis de ramener les 23 blocs de la base du monument dont l'équipe d'archéologues autrichiens menée par Conze et l'architecte autrichien Hauser ont montré qu'elle représentait l'avant d'une galère. Après remontage de tous les blocs, la statue est placée en haut de l'escalier Daru en 1883.

À partir de 1853, le département des antiquités égyptiennes acquiert son indépendance. Avec la collection de Clot Bey, médecin de Mehemet Ali, entrent au Louvre 2 500 objets. Suivent les stèles des collections Fould et Anastasi, la Statue guérisseuse et les bronzes du comte Michel Tyszkiewicz (1828-1897).

Entre 1852 et 1856, le partage des fouilles de François Auguste Ferdinand Mariette au Serapeum de Memphis fait entrer au Louvre 6 000 objets dont le Scribe accroupi, les Bijoux du prince Khaemouaset et le Taureau Apis.

À partir de 1860, Ernest Renan s'est embarqué pour le Levant. Il ramène de ce voyage la Vie de Jésus publiée en 1863 et le Sarcophage d'Echmounazor II, roi de Sidon, origine de la collection du Levant.

Entre 1865 et 1868, la salle dite des Empereurs reçoit son nom actuel. Louis Matout peint la voûte en représentant L'Assemblée des dieux. Les deux tympans situés aux extrémités de la salle, L'empire romain, à l'ouest, L'empire français, à l'est, sont peints par Victor Biennoury. Duchoiselle sculpte les médaillons représentant Auguste, César, Charlemagne et Napoléon 1er.

La collection Campana entre le musée Napoléon-III et le musée du Louvre[modifier | modifier le code]

La collection Campana a été rassemblée par le marquis Giampietro Campana Di Cavelli. Il était directeur du Mont de Piété de Rome. Il se prit de passion pour les nombreuses découvertes archéologiques de son époque faites en Italie et finança des fouilles, notamment à Cerveteri sur le site de la ville étrusque de Caeré. Il va se constituer une très importante collection d'objets d'art antique, mais particulièrement d'objets provenant de fouilles étrusques, romaines et grecques, mais également de nombreux tableaux et des objets d'orfèvrerie. Une partie des tableaux venait de l'ancienne collection du cardinal Fesch vendue en 1843 (une autre partie se trouve au musée Fesch) et des couvents d'Italie centrale. Cependant, pour financer ces achats importants il a puisé dans les fonds du Mont de Piété.

Après la découverte de ses détournements de fonds, Campana est arrêté et sa collection est saisie par les États pontificaux en 1857. La collection est mise en vente. Les longues négociations vont aboutir à une vente partielle du Musée Campana au tsar de Russie en février 1861. Informé de cette vente partielle, Napoléon III envoya le 22 mars à Rome Léon Renier et Sébastien Cornu pour acheter la part la plus importante. Le contrat de vente est signé le 20 mai 1861 pour un montant de 4 364 000 francs. Ce choix court-circuitait l'administration du Louvre et des musées impériaux et, en particulier, le comte de Nieuwerkerke, directeur général des Musées impériaux.

Durant l'été 1861, Hortense Cornu (1812-1875), épouse de Sébastien Cornu, fille de la nourrice du prince Louis-Napoléon et filleule de la reine Hortense, écrit à Napoléon III pour lui suggérer de réunir « dans le local assigné pour le moment au musée Napoléon-III », les collections Campana et les découvertes des missions archéologiques patronnées par l'empereur en Syrie, en Macédoine et en Asie Mineure, pour montrer « tout ce que l'Empereur a fait depuis un an pour la science et l'art »[56]. L'Empereur donna son accord à cette idée. Le musée fut créé dans le palais de l'Industrie qui avait été construit sur les Champs-Élysées pour l'exposition universelle de 1855. Sébastion Cornu en est l'administrateur. Le nom de musée Napoléon-III n'apparaît dans aucun texte officiel. La loi du 16 avril 1862 nomme ce musée, Musée Campana. Le musée ouvrit ses portes deux semaines plus tard. Le Moniteur universel note que « le véritable intérêt de ce musée unique… réside dans l'ensemble qu'offrent les séries ; au point que, si l'on songeait à les diviser, la valeur toute spéciale de cette collection et même de chacun des objets qui la composent en serait certainement diminuée ».

Rapidement ce musée a été considéré comme provisoire. Un décret impérial pris le 11 juillet 1862 décide de fermer le musée le 1er octobre et de réunir aux collections de la Couronne les objets constituant le Musée Campana pour constituer un nouveau musée Napoléon-III et placer dans les musées départementaux les objets qui n'intéressent pas le Musée du Louvre. Une commission est chargée de réserver au Musée impérial du Louvre « tous les objets (lui) faisant défaut dans les collections, tout ce qui pouvait y ajouter quelque particularité intéressante… » Le 31 août 1862 le travail de la commission est terminé. Certains conservateurs du musée considéraient que seuls les chefs-d'œuvre avaient leur place au Louvre. Les séries d'objet étaient considérées comme sans intérêt. Le baron Frédéric Reiset, conservateur des peintures depuis 1861, ne retient que 97 tableaux sur les 646 de la collection.

Le musée Napoléon-III dans l'actuelle salle des bronzes antiques avant transformation

Pour éviter les polémiques sur les choix de la commission, Napoléon III demande l'avis de l'Académie des Inscriptions des Inscriptions et Belles-Lettres et de l'Académie des Beaux-Arts sur son travail. Si l'Académie des Inscriptions des Inscriptions et Belles-Lettres ne change rien aux choix de la commission, l'Académie des Beaux-Arts a ajouté 39 sculptures antiques et 206 tableaux, portant alors le nombre de tableaux réservés au Louvre à 313, les autres étant dispersés dans 67 musées de province[57]. Des protestations des milieux littéraires et artistiques s'expriment, dont celle de Delacroix et Ingres, contre la dispersion de la collection. Deux camps se sont affrontés, l'un qui, comme Reiset et Émile-Louis Galichon, veut un musée du Louvre réservé aux chefs-d'œuvre, l'autre souhaitant créer dans le Louvre un « musée Napoléon-III » autonome ayant une vocation de musée d'études pratiques ou d'encouragement à l'art industriel sur le modèle du Victoria and Albert Museum de Londres.

Finalement les 313 peintures sont exposées dans des salles de l'aile de la Colonnade et les objets d'art antique dans ce qui est aujourd'hui la salle des bronzes antiques avant de quitter cette salle au profit de la donation La Caze, en 1869.

La commission ayant fait le choix des objets attribués au musée du Louvre, les objets restants sont répartis entre les musées départementaux.

Le baron Rieset n'a pas admis qu'on lui ait imposé une liste de tableaux plus importante que la sienne. N'aimant pas la collection Campana, après la chute de l'Empire, il fit envoyer dans les musées de province 141 pièces en 1872, puis 38 de plus dans les années suivantes. La méthode qui a été utilisée pour la répartition des tableaux est discutable car elle a aussi conduit à démembrer des polyptyques et souvent sans qu'il soit possible de retrouver la trace de certaines œuvres. La création du musée du Petit Palais à Avignon a permis de rendre justice à la collection Campana et aux œuvres des primitifs italiens qu'elle contient.

Le Musée des Souverains au Musée du Louvre[modifier | modifier le code]

Le musée des Souverains est créé par le prince-président, Louis Napoléon Bonaparte, le 15 février 1852. Il est consacré aux souverains ayant régné sur la France. Le musée est installé un premier étage de l'aile de la Colonnade, dans cinq salles. Le choix des objets et leur mise en place est confiée par le comte de Nieuwerkerke à Horace de Viel-Castel, nommé conservateur. L'architecte Félix Duban réalisa les aménagements nécessaires. Les trois premières salles sont décorées de boiseries anciennes, et les deux suivantes de peintures exécutées par Alexandre Denuelle.

Les objets exposés viennent du musée du ouvre, du Garde-Meuble, du musée de l'artillerie et de la Bibliothèque nationale. Cette dernière a protesté, ne voulant pas se dessaisir de pièces importantes de son patrimoine. Des donations d'objets ont été faites au musée[58].

Tous les rois et les reines étaient représentés par deux ou trois objets. On pouvait voir dans les deux premières salles les armures des rois de France, dans la troisième était reconstitué la chapelle de l'ordre du Saint-Esprit, la quatrième présentait tous les rois de France, de Childéric à Louis-Philippe Ier, la dernière à Napoléon Ier et au roi de Rome. Le musée glorifiait l'empereur et voulait montrer la continuité des rois depuis les premiers mérovingiens jusqu'au premier Bonaparte. En 1863, le nouveau conservateur, Henry Barbet de Jouy, changea l'aménagement du musée pour opter pour une présentation chronologique.

Certains visiteurs firent des critiques du musée en s'étonnant de la présence du lit de camp de Napoléon Ier au musée du Louvre.

Après la chute de l'Empire, les biens sont mis sous séquestres. Le musée des Souverains est supprimé en 1872 et les objets qui y étaient exposés sont rendus à leurs propriétaires antérieurs.

Donation de Charles Sauvageot[modifier | modifier le code]

En 1856, alors qu'il est gravement malade, Charles Sauvageot fait don au musée du Louvre de sa collection d'objets d'art pour éviter sa dispersion. Nommé conservateur honoraire des musées impériaux, il commence à en organiser la présentation dans une salle du musée en 1858. Il meurt le 29 mars 1860 avant la fin de cet aménagement[59]. C'est grâce à cette donation que le Louvre a acquis sa première céramique ottomane avec un plat à décor de quatre fleurs. Sa collection comprenait de nombreux verres européens des XVIIe et XVIIIe siècles.

Napoléon III acheta le tableau de Arthur Henry Roberts et en fit don à Charles Sauvageot qui l'ajouta à sa donation au Louvre[60].

Donation Louis La Caze[modifier | modifier le code]

À ces achats d'œuvres sur la liste civile de l'empereur sont venus s'ajouter des donations. La plus importante donation de tableaux jamais faite par un particulier au musée du Louvre fut la donation La Caze, avec 583 tableaux, en 1869[61]. Cette donation a d'abord été exposée dans l'actuelle salle des Bronzes antiques. Pour cela il a fallu déplacer la collection Campana qui s'y trouvait qui a été placée pour une partie, dans la galerie Campana, parallèle au musée Charles-X, et, pour le reste, répartie dans les différents départements du musée correspondant aux œuvres déposées.

Le musée sous la Troisième République[modifier | modifier le code]

Le musée du Louvre et la Commune de Paris[modifier | modifier le code]

L'incendie du palais des Tuileries, des pavillons de Flore et de Marsan, le 24 mai 1871

Dès la chute de l'Empire, le comte de Nieuwerkerke donne sa démission. Un conservatoire d'artistes, dans lequel se trouvent Courbet, Daumier, Bracquemond, va participer à l'administration du musée. Une partie des tableaux a été évacuée su Brest. Les statues antiques ont été protégées.

Les bombardements prussiens sur Paris qui durent du 27 décembre 1870 à la fin janvier. Peu d'obus touchent le centre de Paris. Le Louvre ne subit aucun dommage.

En avril 1871, l'administration du musée dément la rumeur d'après laquelle les tableaux du Louvre seraient vendus à Londres. Elle affirme que les collections sont intactes et qu'elles ont été protégées des dangers de la guerre[62].

Pendant la Commune, les communards avaient placé des explosifs dans les caves et aspergé de pétrole les murs des bâtiments du Nouveau Louvre jusqu'au pavillon de Marsan et le palais des Tuileries qui ont été mis à feu et détruits.

Le musée du Louvre n'a pas trop souffert des explosions et des incendies mis aux bâtiments situés à proximité. Pendant les combats, la galerie d'Apollon a été atteinte par des obus, la façade de la Colonnade a été touchée, comme une statue de Jean Goujon sur la façade de l'aile Lescot. Ces dégâts ont été rapidement réparés. L'incendie de la bibliothèque du Louvre, située dans la partie nord du Nouveau Louvre entre le pavillon Richelieu et le pavillon de la Bibliothèque faisant face au Palais-Royal, dans la nuit du 23 au 24 mai, a réduit en cendres ses 80 000 volumes. L'intervention d'une compagnie de sapeurs, placée sous la direction du commandant Bernardy de Sigoyer, et d'une compagnie du génie a permis d'éviter sa propagation.

Barbet de Jouy a fait mettre des chaînes aux entrées du musée par les gardiens pour bloquer les entrées[63].

L'architecte Lefuel doit reconstruire le pavillon de Marsan avec l'aile du Nouveau Louvre le long de la rue de Rivoli dont il double la largeur, entre 1873 et 1875, qui est alors destinée à la Cour des comptes.

La façade nord du pavillon de Flore est reconstruite. La préfecture de Paris s'y installe avant d'être rapidement remplacée par le ministère des Finances.

Les Tuileries ne seront jamais reconstruites, et après plusieurs années de délibération, les ruines seront finalement rasées en 1882.

Les moyens d'enrichissement des collections[modifier | modifier le code]

Création de la Réunion des Musées Nationaux[modifier | modifier le code]

Le budget de l'État alloué à l'achat d'œuvres d'art ne prévoit qu'un crédit de 162 000 francs qui ne permet pas l'achat d'un tableau de grande qualité. Pour remédier à ce problème, une loi de 1895 crée la Réunion des musées nationaux, qui est un organisme ayant une personnalité civile et morale, possédant une caisse autonome, la Caisse des musées nationaux, géré par un conseil d'administration. La Caisse des musées nationaux reçoit une allocation de l'État et possède des ressources propres, droits d'entrée, legs, ventes d'objets…

Quand, en 1910, est mis en vente le retable de l’Adoration des Mages de Hugo van der Goes découvert à Monforte de Lemos, en Espagne, se retrouvent les représentants des musées de Berlin, Bruxelles, Dublin et Paris. C'est le musée de Berlin qui emporte le tableau pour le prix de 1 180 000 francs or, somme considérable.

L'utilisation des fonds par la Caisse des musées nationaux va être critiquée à la suite de l'achat de la tiare d'Olbia qui serait un objet d'art offert par les habitants de la colonie grecque d'Olbia au roi des Scythes Saïtapharnès, vers 200 avant J.-C. Ayant été refusé par le musée de Vienne, elle est proposée au Louvre en mars 1896 qui l'achète. En mai 1896, le professeur Wesselowsky de l'université de Saint-Petersbourg affirme que cette tiare est un faux. En 1903, un artiste de Montmartre affirme qu'il est l'auteur de la tiare. La presse s'empare du sujet obligeant les conservateurs du Louvre à demander une expertise à Charles Clermont-Ganneau. Il conclut à la fausseté de l'objet. La tiare doit être retirée du Louvre. Cela va conduire au discrédit du personnel du Louvre, Antoine Héron de Villefosse est mis à l'index, le directeur des Musées nationaux, Albert Kaempfen, est éloigné et remplacé par Théophile Homolle. Le journal La Liberté note en 1904 que « les achats du Louvre se faisaient sans le contrôle des savants sérieux ; on s'en remettait à de simples amateurs ». Cette affaire va entraîner un climat de suspicion sur les achats faits par la Réunion des musées nationaux[64].

En 1910, le musée achète à la ville d'Aigueperse le tableau Martyre de saint Sébastien d'Andrea Mantegna qui est probablement le premier tableau de la Renaissance italienne arrivé en France, commandé par la famille Gonzague à l'occasion du mariage de Chiara Gonzague avec Gilbert de Bourbon, comte de Montpensier, en 1481.

La Société des Amis du Louvre[modifier | modifier le code]

Pour pallier ce manque de fonds et pour permettre l'achat d'œuvres d'art par le musée du Louvre, la Société des Amis du Louvre est créée en 1897[65].

Le mécénat, les legs et les donations[modifier | modifier le code]

Le mécénat, et les donations vont permettre d'enrichir le musée :

À ces donations importantes, il convient ajouter les dons moins importants de nombreux donateurs qui ont permis de combler des manques dans les collections. La sœur de Courbet, Juliette Courbet, donne l'Enterrement à Ornans, en 1883, des amateurs offrent la Remise des chevreuils qu'ils ont acheté à la vente Secrétan, en 1889. Madame Pommery de Reims donne les Glaneuses de Millet acquis à la même vente.

Le marchand anglais, sir Joseph Duveen, offre en 1923 le tableau de Joachim Patinir, Saint Jérôme dans le désert. Le colonel Friedsam, président du Metropolitan Museum of Art de New-York offre en 1927 au musée un paysage de Adriaen Brouwer, sir Percy Moore Turner lui donne, en 1948, le tableau de Georges de La Tour Saint Joseph charpentier qu'il complète, en 1952, par le tableau de John Constable, Salisbury vue des champs.

Les Salons ayant été fermés aux petits romantiques, les peintres de l'école de Barbizon, les choix d'académiciens des Beaux-Arts fermés à de nouvelles tendances de l'art avaient empêché l'État d'acheter leurs tableaux pour le musée du Luxembourg. Les donateurs ont permis de compenser les manques qui en avaient résulté. Mais la plupart de ces tableaux sont allés rejoindre les cimaises du Musée d'Orsay.

Le transfert au musée du Louvre des œuvres du musée du Luxembourg[modifier | modifier le code]

Une part importante de l'enrichissement de la collection de tableaux de l'école française moderne vient du transfert au musée du Louvre des tableaux se trouvant au musée du Luxembourg. Ce transfert devait se faire un certain temps après la mort des artistes. Les œuvres d'Ingres et de Delacroix qui se trouvaient au musée du Luxembourg ont été installées au Louvre au début de la Troisième République, dans la première salle des États construite par Napoléon III. La salle a alors été décorée en plaquant un décor en stuc sur le plafond. La salle a été inaugurée le 27 octobre 1886.

Les découvertes pendant les fouilles archéologiques[modifier | modifier le code]

Le musée a continué d'accroître ses collections d'antiquités grâce aux découvertes faites au cours des fouilles et à leur partage avec le pays d'origine.

  • Antiquités égyptiennes
    Les fouilles menées par Émile Amélineau près d'Abydos ont permis de mettre à jour les vestiges de la période thinite, des premières dynastiques pharaoniques. La plus grande partie des pièces de l'époque thinite de ce qui a été découvert a été acquis par le musée en 1904. Cette acquisition s'ajoute à la Palette au taureau donnée par Tigrane Pacha en 1886.
    Le partage des fouilles d'Assiout fait entrer la statue du chancelier Nakhti, et le modèle de bateau de Nakhti, en 1903.
    Le partage des fouilles d'Abou Roach, en 1907, avec la Tête du roi Didoufri.
    Le partage des fouilles de Médamoud, en 1927, fait entrer la statue fragmentaire de Sésostris III âgé et la statue de Sésostris III sous l'aspect d'un jeune homme.
    Le partage des fouilles de Tôd, où a été trouvé le Trésor de Tôd, en 1936.
  • Antiquités grecques
    Les fouilles menée par l'École française d'Athènes continuent, en particulier à Tanagra, où sont trouvées des statuettes en terre cuite, dans la nécropole de Myrina.
  • Antiquités orientales
    • Sumer
      En 1877, Ernest de Sarzec, vice-consul de France à Bassorah, reçoit un message de Guillotti, directeur des postes et télégraphes à Bagdad, qui revenant d'une inspection des lignes a vu des statues qui jonchaient les bords du Chatt-el-Hai, près de Tello. Sarzec se lance dans des fouilles qui vont faire découvrir un peuple oublié, les Sumériens. les statues sont celles de Goudéa, prince sumérien de l'État de Lagash, vers 2130 avant Jésus-Christ. Les pièces trouvées par Sarzec sont complétées par des dons du gouvernement ottoman, en 1888, et le sultan Abdul Hamid en 1896. Les collections sont complétées par les découvertes des fouilles dirigées en 1929-1931 par Henri de Genouillac.
      Les fouilles de Mari, en Syrie, sont dirigées à partir de 1934 par André Parrot.
    • Élam, Iran et Perse
      En 1884, l'ingénieur Marcel Dieulafoy et son épouse, Jane, se rendent sur le site de Suse. Ils fouillent les niveaux supérieurs où ils mettent au jour les vestiges des constructions des Perses achéménides. Dieulafoy y a découvert en 1883 la Frise des archers du palais de Darius Ier. Il a ramené le chapiteau de l'Apadana, en 1886.
    • Agadé
      Ce sont les fouilles menées par l'ingénieur Jacques de Morgan et la délégation archéologique en Perse, à Suse, dans les niveaux plus anciens, après celles de Marcel Dieulafoy, qui ont permis de trouver les pièces les plus importantes des souverains d'Agadé se trouvant au Louvre. Elles y avaient été amenées en butin par un souveran d'Élam. Il s'agit de la Stèle de victoire de Naram Sin, le code de lois d'Hammourabi et d'un Tête royale, peut-être celle d'Hammourabi.
    • Levant, Palestine, Carthage
      Les fouilles à Ougarit, sur le littoral syrien par Claude Schaeffer et R. Dussaud, à partir 1929, ont enrichi les collections du Louvre. André Parrot commence en 1933 les fouilles de Mari.
      Des fouilles sont entreprises à Carthage, ancienne colonie phénicienne de Tyr, en particulier par des Pères blancs, dont les découvertes se trouvent au Musée national de Carthage, en particulier le père Delattre, fondateur du futur musée du Bardo à Tunis. Les découvertes faites à Carthage par la mission Pricot de Sainte-Marie se trouvent à bord du navire amiral de la flotte Magenta quand il explose en rade de Toulon, le 31 octobre 1875. Le bateau coule avec sa cargaison de 2 080 stèles puniques provenant du tophet de Salammbô et une statue de l'impératrice Sabine. Sa cargaison est en partie récupérée, mais il a fallu attendre les recherches faites entre 1995 et 1998 pour retrouver le navire et remonter de nombreux éléments avec la tête manquante de l'impératrice.
      En 1850, Félix de Saulcy visite la Palestine. Il revient en Palestine peu après pour faire des fouilles. C'est pendant sa campagne de 1863-1864 qu'il découvre ce qu'il croit être le Tombeau des Rois. Il y trouve le sarcophage inviolé de la reine Saddan qu'il donne au musée. Le monument est acquis par les frères Pereire qui en font don à la France. Pendant ses campagnes, Saulcy est accompagné par le photographe Auguste Salzmann qui rapporte le premier témoignage photographique de la Terre sainte.
Transfert du fond égyptien de la Bibliothèque nationale[modifier | modifier le code]

En 1922, le fonds égyptien de la Bibliothèque nationale est transféré au musée du Louvre. Entrent au musée le Zodiaque de Denderah et la Chambre des Ancêtres de Karnak ramenée en France par Émile Prisse d'Avesnes.

Dépôt du Mobilier national[modifier | modifier le code]

Le Mobilier national est l'héritier du Garde-Meuble de la Couronne. Le Louvre possède peu d'objets d'art mobiliers postérieurs à la Renaissance. C'est après 1871, que les mobiliers de château de Saint-Cloud et du palais des Tuileries qui avaient été évacués sont mis en dépôt au musée du Louvre. Le mobilier national fait un second versement au Louvre, en 1901, de pièces d'ébénisteries des XVIIe et XVIIIe siècles sortant des ateliers de Boulle, Riesener et Carlin. Le département des Sculptures et des Objets d'art est devenu indépendant de celui des Antiques en 1872. En 1893, C'est le département des Sculptures qui a été détaché de celui des Objets d'art.

Réaménagement du musée[modifier | modifier le code]

Napoléon III avait fait reconstruire par l'architecte Lefuel une partie de la Grande galerie qui tombait en ruine, depuis les guichets du Louvre, jusqu'au pavillon de Flore, avec l'aile de Flore, entre 1861 et 1866. Pour rapprocher la salle des États de sa résidence au palais des Tuileries, l'empereur avait demandé de construire une nouvelle salle des États, au premier étage du pavillon des Sessions. Cette dernière salle des États n'a jamais servi. En 1900, cette salle est réaménagée pour recevoir les tableaux de la galerie Médicis de Rubens.

En 1910, la crue de la Seine n'a pas eu de conséquences pour les collections.

La Première Guerre mondiale n'a pas provoqué de dégâts au musée.

À partir de 1927, le directeur des Musées nationaux et du musée du Louvre, Henri Verne (1880-1949), décide de redistribuer les collections suivant un plan rationnel. Depuis l'origine du musée celui-ci avait vu son aménagement changer au fur et à mesure des acquisitions, souvent au hasard des possibilités d'occupation des salles du palais.

À la suite de la déclaration de guerre de la France à l'Allemagne en septembre 1939, un abri antiaérien est construit sous le jardin de l'Infante du Louvre, pouvant recevoir le personnel du musée[68].

Création du Laboratoire du musée du Louvre[modifier | modifier le code]

Plan du Louvre, cliquer pour agrandir

En 1927, Henri Verne demande la collaboration du laboratoire d'essais du Conservatoire national des Arts et Métiers pour faire des recherches permettant d'authentifier les tableaux. De ces essais faits dans deux salles du sous-sol du pavillon de Flore va naître, en 1932, le laboratoire du musée du Louvre[69], qui est devenu le Centre de recherche et de restauration des musées de France. Ce laboratoire a été créé dans l'aile de Flore grâce à deux mécènes argentins, Fernando Perez (1863-1935) et Carlos Mainini (1879-1943), d'abord connu sous le nom de "Fondation Mainini", institut pour l'étude scientifique de la peinture et laboratoire d'analyse. Jusqu'en 1939 ce laboratoire n'a servi qu'à l'étude des tableaux. À partir de sa réouverture, en 1946, son domaine d'emploi a été élargi à l'étude et la conservation des objets archéologiques. Un bulletin rapportant les dernières recherches et études scientifiques est publié périodiquement depuis 1956 comme supplément à la Revue du Louvre.

Le Louvre pendant la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le Generalfeldmarschall Gerd von Rundstedt devant la Vénus de Milo, alors qu'il visite le Louvre avec le conservateur Alfred Merlin, le .

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les chefs-d'œuvre du musée sont évacués selon un plan conçu dès 1938 par le directeur des musées nationaux de l'époque, Jacques Jaujard[70], qui s'appuie sur une liste dressée depuis 1936 qui recense les œuvres présentes dans les différents musées de France et divers lieux de stockage éventuels. En effet, dès le , Henri Verne, le directeur des musées nationaux demande à Paul Vitry une liste des œuvres à évacuer en cas de conflit[71]. Ayant lui-même aidé au transfert par la France vers la Suisse des œuvres maîtresses du musée du Prado pendant la guerre civile espagnole débutée en 1936, il a en effet conçu un plan au cas où Paris serait bombardé. Pourtant, comme le note l'auteur Hector Feliciano, il compte aussi le fait qu'« Hitler espérait la signature d'un traité de paix officiel avec la France pour obtenir, au titre de réparation de guerre, les meilleures œuvres du musée du Louvre »[72].

Dès le , deux convois d’œuvres d'art quittent le musée du Louvre en direction du château de Chambord, avec cinquante œuvres. 3691 peintures sont décrochées, Jacques Jaujard s'appuyant sur les conservateurs Germain Bazin, André Chamson et René Huyghe. Les lieux de destination, gardés évidemment secrets, sont les châteaux de Chambord (Loir-et-Cher), Louvigny (Sarthe), Pau, etc. La situation excentrée de ces cachettes se fait généralement avec l'aide des directeurs locaux et même de châtelains : 200 voyages ont lieu, 5 446 caisses sont déplacées. La statue de la Victoire de Samothrace rejoint le château de Valençay alors que La Joconde, « enfermée sous un capitonnage en velours rouge, puis dans un écrin, lequel est placé[e] dans une caisse avec double paroi en bois de peuplier [… et] porte le matricule NLP no 0, ainsi que trois points rouges – signes distinctifs de sa très grande valeur »[70]. D'autres transferts se déroulent alors que l'avancée de la guerre conduit à plus de prudence (occupation de la zone libre, débarquements, etc.), bien que les Allemands finissent par apprendre la localisation exacte des lieux de stockage, sur lesquels ferme les yeux le responsable de la commission allemande de protection des œuvres d'art (la Kunstschutz), le comte Franz Graf Wolff Metternich[73], qui déclare simplement qu'il faut « transmettre [les chefs-d'œuvre] aux générations qui suivent »[70].

Les autorites allemandes font rouvrir le musée le 29 septembre 1940, l'entrée est gratuite pour les nazis qui sont déçus car les principaux chefs-d'œuvre ont été évacués (les murs du premier étage sont ainsi vides), les sculptures descendues au sous-sol. Malgré les injonctions allemandes, aucun chef-d'œuvre n'est ramené[68].

Pendant l'Occupation, les Allemands, sous l'administration du « Personnel spécial pour l'art pictural » (Sonderstab Bildende Kunst) de l'Institut du Reichsleiter Rosenberg pour les territoires occupés (Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg für die Besetzen Gebiete ou ERR), commencent à travers la France un pillage systématique des œuvres des musées et des collections privées, principalement celles appartenant à des Juifs déportés ou ayant fui. Le , Adolf Hitler avait ordonné à l'ambassadeur du Reich à Paris, Otto Abetz, de « mettre en sûreté » les collections des musées de France. Six salles du département des antiquités orientales font alors du Louvre en partie vidé un dépôt où transitent les œuvres volées aux Juifs aisés et où le Reichsmarschall Hermann Göring lui-même vient à l'instar du choisir des pièces qui orneront ses résidences[70] ; certaines œuvres partent pour Linz en vue du projet du Führermuseum. Le , Heinrich Himmler ordonne de transférer la tapisserie de Bayeux du château de Sourches au Louvre. La galerie nationale du Jeu de Paume devient une annexe pour le stockage. Entreposées dans des caisses marquées des initiales de leurs anciens propriétaires, les objets d'art dérobés par les services de l'Einsatzstab Reichsleiters Rosenberg (ERR) (et qui se trouvaient alors entreposés à l'ambassade d'Allemagne) sont répertoriés en cachette par Rose Valland (la conservatrice du musée du Jeu de Paume), ce qui permettra après la guerre de rendre à qui de droit leurs antiquités. Le musée du Louvre retrouve lui, après un voyage inverse, la quasi-totalité de ses chefs-d'œuvre grâce à la Commission de récupération artistique (CRA), qui comprend en outre Rose Valland, Jacques Jaujard et René Huyghe[74].

Réorganisation des collections nationales[modifier | modifier le code]

Après le transfert des collections du Musée ethnographique du musée du Louvre, en 1878, puis du musée de la Marine, en 1943, la réorganisation des collections nationales se poursuit à la sortie de la Seconde guerre mondiale.

Le musée Guimet et le musée du Louvre[modifier | modifier le code]

En 1879, Émile Guimet crée un Musée des Religions à Lyon. En 1889, il cède sa collection à l'État au moment de l'inauguration du Musée des Religions à Paris, place d'Iéna. En 1920, deux après la mort de son créateur, le musée est réorienté vers l'art asiatique plutôt que vers les religions. Le musée devient musée national en 1927.[réf. souhaitée]

En 1945, il est décidé de redistribuer les collections nationales. Les œuvres classiques et égyptiennes sont attribuées au musée du Louvre qui transfère au musée Guimet ses pièces d'Extrême-Orient pour en faire l'un des plus importants musées des arts asiatiques d'Europe.[réf. souhaitée]

Les impressionnistes entre le Musée du Jeu de Paume et le musée d'Orsay[modifier | modifier le code]

En 1947, les collections du Musée des Écoles étrangères contemporaines sont regroupées avec celles du musée du Luxembourg pour former celles du Musée national d'art moderne au palais de Tokyo. L'accroissement de la collection des tableaux impressionnistes du musée du Louvre va nécessiter de lui trouver un lieu d'exposition plus important. Elle est transférée dans le musée du Jeu de Paume qui devient l'annexe du musée du Louvre, le musée du Jeu de Paume, école Impressionniste. Cette partie du musée du Louvre est aussi appelée "musée des donateurs" car la plus grande partie de ses œuvres vient de donations.

La collection reste au Jeu de Paume jusqu'en 1986, date à laquelle elle va rejoindre les bâtiments de la gare d'Orsay transformés en musée d'Orsay avec d'autres œuvres du musée du Louvre pour couvrir l'art occidental entre 1848 et 1914.

Un cubiste au Louvre[modifier | modifier le code]

En 1952, le directeur du musée Georges Salles crée la surprise en commandant à Georges Braque une décoration pour le plafond de la salle Henri II du pavillon Sully où se trouve les antiquités Étrusques [75]. Sa démarche qui consiste à mélanger un cubiste avec les antiquités crée les plus vives inquiétudes. Mais le sujet choisi par le peintre : Les Oiseaux convient parfaitement à la salle et même ceux qui étaient réticents sur la question du mélange art moderne et art ancien sont finalement séduits[76] le plafond aux Oiseaux

Les primitifs italiens au musée du Petit Palais d'Avignon[modifier | modifier le code]

En 1976 est inauguré le musée du Petit Palais, à Avignon, consacré aux peintres primitifs italiens. Les œuvres viennent de la réserve de tableaux du musée du Louvre et d'autres musées de province. La plupart des tableaux avaient été acquis avec la collection Campana.

Le Grand Louvre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grand Louvre.

Sous le premier mandat de François Mitterrand, la décision est prise de redonner au musée l'aile Richelieu qui abrite le ministère des Finances (lequel sera relogé dans un nouveau bâtiment à Bercy). D'importants travaux sont alors réalisés sous la direction de Ieoh Ming Pei (architecte d'origine chinoise et de nationalité américaine), le musée est réaménagé et considérablement agrandi. La construction d'une nouvelle entrée en forme de pyramide transforme l'aspect extérieur du musée.

Aile Richelieu du Louvre de nuit

Gypsothèque du musée du Louvre[modifier | modifier le code]

Après un travail de récolement commencé en 1999 et réalisé par le département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, le musée du Louvre s'est vu confier l'ensemble de la collection de moulages d'après les monuments antiques. Cette collection a été déposée entre 1970 et 1973 dans les galeries de la Petite écurie du château de Versailles. Elle rassemble des moulages provenant de l'école des Beaux-Arts, l'université de la Sorbonne et du musée du Louvre. Après dix ans de travaux de restauration, cette collection peut être vue dans le cadre de visites guidées ou d'évènements particuliers[77].

Musée Eugène-Delacroix[modifier | modifier le code]

Le musée Delacroix avait été fondé pour permettre le sauvetage de l'atelier du peintre menacé de démolition pour construire un garage. Une société d'amis présidée par Maurice Denis avait été créée pour permettre le rachat du bâtiment de la rue Furstenberg à la fin des années 1920.

Depuis 2004, le musée national Eugène-Delacroix est rattaché au musée du Louvre[78].

Historique des acquisitions[modifier | modifier le code]

Le musée s'est d'abord constitué grâce aux collections royales, essentiellement des tableaux (environ 2 500 à la mort de Louis XVI). Ces collections avaient pour l'essentiel été rassemblées par François Ier (nombreux tableaux italiens) et par Louis XIV (commandes, achats divers, notamment les 200 tableaux du banquier Everhard Jabach). On ajoutera aux tableaux les joyaux de la Couronne, qui firent partie du musée dès sa création, et bon nombre de sculptures provenant du musée des Monuments français ou de saisies révolutionnaires.

Puis viennent les diverses saisies effectuées en Europe pendant les guerres napoléoniennes, et notamment en Italie et les nombreux objets provenant de fouilles effectuées en Grèce, en Égypte ou au Moyen-Orient. À quoi il faut ajouter les importants dations et legs faits au musée, par exemple la collection Edmond de Rothschild, et de nombreux achats tout au long des XIXe et XXe siècles.

Malgré la diversité des provenances et des époques, l'Antiquité et la Renaissance constituent les périodes privilégiées, ce qui est dû en particulier aux très nombreuses fouilles archéologiques qui ont lieu durant tout le XIXe siècle, surtout en Orient. Au niveau des tableaux les plus connus, la Joconde (Léonard de Vinci) ou la Belle Jardinière (Raphaël) faisaient partie de la collection de François Ier (il acquit la Joconde en 1519). Les Noces de Cana (Véronèse) proviennent du pillage d'un couvent à Venise en 1798[79]. Le Jeune Mendiant (Murillo) a été acheté par Louis XVI en 1782. La Dentellière (Vermeer) ou le célèbre Autoportrait au chardon (Dürer) ont été achetés par le musée respectivement en 1870 et en 1922. Enfin, le Christ en croix adoré par deux donateurs du Greco est acheté pour 25 000 francs auprès de la ville de Prades (Pyrénées-Orientales) le , où après avoir été exposé au palais de justice de de 1863 à 1903, le tableau est décroché et remisé dans un débarras[80].

Les deux statues les plus célèbres du musée sont la Vénus de Milo, découverte en 1820 et acquise la même année par l'ambassadeur de France auprès du gouvernement turc, et la Victoire de Samothrace, qui fut découverte en morceaux en 1863 sur l'île de Samothrace par Charles Champoiseau, archéologue et vice-consul de France à Andrinople.

Principales acquisitions et donations récentes[modifier | modifier le code]

Restitutions[modifier | modifier le code]

En 2009, le Louvre a rendu à l'Égypte cinq fragments de peinture murale acquis en 2000 et 2003, provenant d'une tombe de la vallée des rois pillée avant sa redécouverte par les autorités égyptienne en 2008. En raison de la durée de leur procédure de déclassement devant la commission scientifique nationale réunie seulement le 9 octobre 2009, les fouilles des archéologues français avaient été totalement suspendues le 7 octobre 2009, et leur reprise conditionnée à cette restitution[90] ,[91].

Direction du musée[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Direction du musée du Louvre.

Le musée du Louvre est actuellement dirigé par Jean-Luc Martinez, directeur-général de l'établissement public à caractère administratif du Louvre. Il a pris la succession d'Henri Loyrette, dont l'action a été marquée par une commercialisation de la marque Louvre vers des pays prospères, États-Unis ou pays du Golfe. Le musée continuait cependant à recevoir une grosse subvention du ministère de la Culture, car le mécénat reste trop faible pour se substituer totalement à l'argent public[92].

Les différentes collections[modifier | modifier le code]

Le musée du Louvre compte actuellement différentes collections très riches d'œuvres d'art provenant de civilisations, de cultures et d'époques variées. Il est riche d'environ 445 000 pièces (dont 140 000 œuvres graphiques), dont 35 000 sont exposées. Il est impossible de montrer les dessins plus de trois mois consécutifs pour des raisons de conservation. Le reste est composé d'œuvres secondaires, en mauvais état, ou de séries archéologiques.

Antiquités orientales[modifier | modifier le code]

Le département des Antiquités orientales conserve des objets provenant d'une région située entre l'actuelle Inde et la mer Méditerranée (Turquie, Syrie, Irak, Liban, Israël, Jordanie, Arabie saoudite, Iran, Afghanistan…).

Le musée assyrien du Louvre, fondé en 1847 et alors rattaché au « département des Antiques », est le premier au monde consacré aux antiquités orientales. À sa création, il exposait 37 bas-reliefs rapportés de Khorsabad par le consul de France à Mossoul, Paul-Emile Botta. Le département des Antiquités Orientales à proprement parler fut créé en 1881. Tout au long du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle les collections s'enrichirent grâce aux fouilles menées par les archéologues français dans le tout le Proche et le Moyen-Orient, notamment sur les sites de Khorsabad, Suse, Mari et Ugarit. Des acquisitions et des dons vinrent également compléter les séries archéologiques du département. Aujourd’hui, les collections s'agrandissent essentiellement par des conventions de partenariat signées avec les pays où se trouvent les sites fouillés et qui prennent la forme de dépôts.

Depuis le Néolithique, de nombreuses civilisations se sont succédé dans cette région, où l'on voit notamment apparaître une administration politique, militaire et religieuse. C'est également le berceau de l'écriture, qui fait son apparition vers -3300 à Uruk, en Mésopotamie.

Le musée du Louvre compte trois collections relevant de ce département, qui sont réparties selon des ensembles géographiques et culturels :

Parmi les principales œuvres exposées on peut citer la stèle des Vautours, la statue de l'intendant Ebih-Il, la statue du prince Gudea, le pendeloque en forme de chien provenant de Suse, meilleur exemple de la maîtrise des techniques de l'orfèvrerie à la fin du IVe millénaire avant J.-C., le code de Hammurabi, la stèle de Mesha du IXe siècle av. J.-C., les taureaux ailés (Lammasu) et les bas-reliefs monumentaux du palais de Sargon II à Khorsabad, le lion en cuivre provenant de Mari, la frise des Archers et la frise des Lions provenant du palais de Darius Ier à Suse.

Arts de l'Islam[modifier | modifier le code]

Ce département, créé en août 2003, regroupe les collections provenant d'une aire située entre l'Espagne et l'Inde et datant des origines de la civilisation islamique (622) jusqu'au XIXe siècle.

Ce département regroupe plusieurs joyaux de l'art islamique : la pyxide d'al-Mughira, une boîte en ivoire espagnole datée de 968, le plat au paon, une importante céramique ottomane, et surtout le baptistère de saint Louis, une des pièces les plus célèbres et les plus énigmatiques de tout l'art islamique, créée par Muhammad ibn al-Zayn au début du XIVe siècle. Il est aussi remarquable par l'important matériel provenant des fouilles de Suse (Iran), auxquelles le musée a participé.

En juillet 2010, le Louvre a présenté le projet de création d'un nouvel espace de 3 000 m2 dédié à l'Islam, remplaçant l'ancien département de l'aile Richelieu, ouvert en 1993 et trois fois plus petit. Cet espace permettra l'exposition de 3000 œuvres, issues de collections du Louvre, mais aussi du musée des arts décoratifs[93]. La cour Visconti est recouverte d’un voile aérien composé d’un vitrage de 1 600 triangles, superposé de deux couches en aluminium d’épaisseur différente. Ce nouveau département des arts de l'Islam a ouvert ses portes le 22 septembre 2012[94].

Antiquités égyptiennes[modifier | modifier le code]

Sphinx d'Amenemhat II

Le département des Antiquités égyptiennes fut créé le par ordonnance royale de Charles X. Il fit de Jean-François Champollion, qui venait d'acquérir la collection du consul britannique Salt (4 000 pièces), le conservateur de ce qu'on appelait alors le musée égyptien. Celui-ci fut installé dans l'aile sud de la cour Carrée et aménagé avec l'aide de l'architecte Fontaine. Les peintures des plafonds sont dues à François-Édouard Picot (L'Étude et le Génie des arts dévoilant l'Égypte à la Grèce) et Abel de Pujol (L'Égypte sauvée par Joseph).

La collection a été considérablement agrandie par Mariette, avec plus de 6 000 objets rapportés des fouilles du Sérapéum de Memphis. Les autres objets viennent de fouilles opérées par l'Institut français du Caire, d'un fonds provenant du musée Guimet (1948) et de divers achats.

Actuellement, les Antiquités égyptiennes sont réparties sur trois étages : à l'entresol, l'Égypte romaine et l'Égypte copte ; au rez-de-chaussée et au premier étage, l'Égypte pharaonique.

Parmi les plus célèbres pièces exposées on trouve pour l'époque de Nagada le couteau de Gebel el-Arak ainsi que la palette de la chasse. La pièce majeure illustrant l'art de l'époque thinite est la stèle du Roi Serpent. L'art de l'Ancien Empire compte des pièces maîtresses telles que les trois statues de Sépa et sa femme Nesa datant de la IIIe dynastie, le célèbre Scribe accroupi, datant probablement de la IVe dynastie, tout comme la statuette en calcaire peint représentant Raherka et sa femme Merseankh. La chapelle du mastaba d'Akhethétep, démontée de son site orignel à Saqqarah et remontée dans l'une des salles du rez-de-chaussée, est un exemple d'architecture funéraire datant de la Ve dynastie.

Pour le Moyen Empire, on trouve la grande statue en bois représentant le chancelier Nakhti ainsi que son sarcophage, une très belle porteuse d'offrandes en bois stuqué et peint, un grand linteau de porte en calcaire sculpté en relief dans le creux et provenant du temple de Montou à Médamoud, le sphinx d'Amenemhat II (œuvres datant toutes de la XIIe dynastie).

Pour le Nouvel Empire, on remarque le buste d'Akhénaton datant de la XVIIIe dynastie ainsi que la statuette polychrome le représentant lui et sa femme Néfertiti, œuvres illustrant les particularités de l'art amarnien ; on trouve également plusieurs œuvres majeures des XIXe et XXe dynasties (qui sont celles des Ramessides) avec notamment le relief peint représentant Hathor accueillant Séthi Ier et provenant de la tombe du pharaon dans la vallée des rois, la bague aux chevaux et la cuve du sarcophage de Ramsès III. De la Basse époque et de l'époque ptolémaïque, le musée expose notamment le pendentif au nom d'Osorkon II, chef-d'œuvre de l'orfèvrerie antique, la statuette de Taharqa et du dieu Hémen (bronze, grauwacke et or), la statuette en bronze avec incrustations représentant la divine adoratrice d'Amon Karomama, une statue en bronze d'Horus, le célèbre zodiaque de Dendéra ainsi que plusieurs portraits du Fayoum d'époque romaine.

Antiquités grecques, étrusques et romaines[modifier | modifier le code]

Le département se répartit sur trois étages : à l'entresol la Grèce préclassique ; au rez-de-chaussée la Grèce classique et hellénistique, ainsi que les antiquités étrusques et romaines ; au premier étage, auquel on peut accéder par l'escalier Daru où trône la Victoire de Samothrace, les céramiques grecques exposées dans la Galerie Campana, les figurines en terres cuites, les bronzes et les objets précieux.

Le 7 juillet 2010, après d’importants travaux de réaménagement, le musée du Louvre ouvre au public les nouvelles salles consacrées à l’art grec classique et hellénistique (450 - 30 avant J.-C.).

À la suite de ces travaux, la Vénus de Milo, l'une des œuvres les plus connues du musée, est au rez-de-chaussée de l’angle sud-ouest de la cour Carrée (aile Sully).

Parmi les œuvres les plus célèbres exposées dans le département on retrouve, pour la Grèce, la Dame d'Auxerre, le cavalier Rampin, le dinos du Peintre de la Gorgone, les métopes du temple de Zeus à Olympie, la Vénus de Milo, la Victoire de Samothrace, de nombreuses copies romaines d'après des originaux grecs perdus, comme l’Apollon sauroctone de Praxitèle, la Vénus d'Arles, l’Arès Borghèse, la Diane chasseresse dite Diane de Versailles ou encore le Gladiateur Borghèse. En céramique, on retrouve notamment d'importants vases signés par les peintres Exékias et Euphronios. Pour l'art étrusque, les pièces majeures sont la fibule en or et les canopes de Chiusi, le sarcophage des Époux de Cerveteri et les pinakès peints dits plaques Campana. Pour l'art romain, on retrouve la Base du groupe statuaire de Domitius Ahenobarbus, l’Apollon de Piombino, le Vase Borghese, la statue funéraire de Marcellus en Hermès, le portrait d'Agrippa du type de Gabies, de nombreux portraits d'empereurs, notamment d'Auguste, Trajan, Hadrien et Septime Sévère, le sarcophage de Thessalonique ainsi que le trésor de Boscoreale.

Sculptures[modifier | modifier le code]

À ses débuts, le musée n'exposait que des sculptures antiques, les seules exceptions étant les deux statues d'esclaves de Michel-Ange. Il faut attendre 1824 pour que soit ouverte la galerie d'Angoulême, avec cinq salles consacrées aux œuvres allant de la Renaissance au XVIIIe siècle. À partir de 1850 on y ajoute la sculpture médiévale, mais ce n'est qu'en 1893 que le département des Sculptures devient autonome et cesse d'être rattaché à celui des Antiquités.

Parmi les modifications récentes, on notera le regroupement de toutes les statues créées pour le parc du château de Marly, en particulier les grandes statues équestres dues à Antoine Coysevox et à Guillaume Coustou.

La sculpture française, répartie sur de nombreuses salles autour de deux cours couvertes, est située dans l'aile Richelieu tandis que la sculpture italienne, espagnole ainsi que celle des écoles du nord est exposée dans l'aile Denon, au rez-de-chaussée. Parmi les artistes exposés, outre les très nombreux anonymes (notamment pour le Moyen Âge), on remarque, pour la sculpture française, des œuvres majeures de Jean Goujon, Germain Pilon, Pierre Bontemps, Pierre Puget, Antoine Coysevox, François Girardon, les frères Coustou, Jean-Baptiste Pigalle, Edmé Bouchardon, Etienne-Maurice Falconet, Augustin Pajou, Jean-Antoine Houdon, François Rude, David d'Angers, James Pradier, Antoine-Louis Barye, pour la sculpture italienne, également bien représentée, on remarque des œuvres de Donatello, Desiderio da Settignano, Francesco Laurana, Andrea della Robbia, Michel-Ange, Benvenuto Cellini, Giambologna, Le Bernin et Antonio Canova ainsi que de François Duquesnoy pour les Flandres.

Objets d'art[modifier | modifier le code]

L'un des départements les plus riches du musée, constamment agrandi par des donations et des achats. On y trouve des bijoux, des statuettes et des bibelots, mais aussi des meubles et des tapisseries. Les objets couvrent une période allant du haut Moyen Âge au milieu du XIXe siècle.

Peintures[modifier | modifier le code]

La Crucifixion (1457-1459) de Andrea Mantegna (1431-1506), tempera sur bois

Le département des Peintures compte à ce jour environ 7 500 tableaux (dont 3 400 sont exposés)[95], couvrant une période qui va du Moyen Âge jusqu'à 1848 (date du début de la Deuxième République). À de rares exceptions près, les œuvres postérieures ont été transférées au musée d'Orsay lors de sa création (1986). La collection est constituée dans un premier temps des œuvres appartenant à la collection royale et s'est par la suite étoffée grâce aux acquisitions (très importantes sous le Second Empire et la IIIe République), aux legs et aussi grâce aux prises de Napoléon Bonaparte (qui en son temps avait d'ailleurs rebaptisé le musée à son nom). Dès 1794, la collection a été répartie par écoles nationales, et cette organisation des collections a des détracteurs. Ainsi les primitifs italiens sont au premier étage, non loin des grands tableaux français de l'école romantique, tandis que les primitifs français sont au second étage, juste à côté de la peinture hollandaise du XVIIe siècle. Mais, quelles que soient les réserves qu'on puisse faire, c'est une succession de chefs-d'œuvre qui défilent devant les yeux des visiteurs.

École française[modifier | modifier le code]

Une grande partie des peintures conservées au musée sont des œuvres de peintres français, ce qui fait du Louvre une sorte de temple de la peinture française jusqu'au XIXe siècle : chaque siècle est représenté par des œuvres majeures et bien souvent uniques. Tel est le cas du Portrait de Jean II le Bon, de la moitié du XIVe siècle, le plus ancien portrait indépendant conservé depuis l'Antiquité. Du XVe siècle, le musée conserve notamment la Pietà d'Avignon d'Enguerrand Quarton et le Portrait de Charles VII par Jean Fouquet, premier portrait où le sujet est peint de face et non plus de profil. Pour le XVIe siècle, l'Ecole de Fontainebleau, qui domine alors le paysage artistique, est très bien représentée, avec notamment une série de portraits et miniatures de Jean et François Clouet, dont le célèbre Portrait de François Ier. Le XVIIe siècle, le Grand Siècle, période d'essor et d'émancipation de la peinture française, présente une immense collection ponctuée par plusieurs chefs-d'œuvre dont L'Enlèvement des Sabines et Et in Arcadia ego de Poussin (dont quarante œuvres sont présentées), Le Tricheur à l'as de carreau de Georges de La Tour ou encore le Portrait de Louis XIV par Hyacinthe Rigaud. Outre ces peintres, Simon Vouet, Valentin de Boulogne, les frères Le Nain, Philippe de Champaigne, Claude Lorrain, Eustache Le Sueur, Laurent de La Hyre, Sébastien Bourdon et Charles Le Brun sont également particulièrement bien représentés. Pour le XVIIIe siècle, le musée conserve pas moins de treize œuvres d'Antoine Watteau dont le Pierrot et le Pèlerinage à l'île de Cythère, vingt-cinq tableaux de Fragonard (dont Le Verrou), trente de Chardin (dont La Raie), vingt-deux de François Boucher ou encore vingt-six toiles de Hubert Robert. On compte aussi, pour cette période, de nombreuses œuvres de Nicolas de Largillière, Nicolas Lancret, Jean-Baptiste Oudry, Jean-Marc Nattier, Claude Joseph Vernet, Jean-Baptiste Greuze, Élisabeth Vigée Le Brun et Pierre-Henri de Valenciennes. Enfin, la période napoléonienne et la première moitié du XIXe siècle constituent l'ultime fleuron de la collection : on retrouve pour ces périodes des chefs-d'œuvre comme Le Radeau de la Méduse de Géricault, La Liberté guidant le peuple de Delacroix, La Grande Odalisque d'Ingres ou encore Le Sacre de Napoléon par David. Tous ces peintres sont représentés par un grand nombre d'autres œuvres majeures : on peut citer pour David Le Serment des Horaces ou encore Les Sabines, pour Ingres Le Bain turc et la Baigneuse Valpinçon, pour Delacroix La Mort de Sardanapale et Scène des massacres de Scio, et pour Géricault Officier de chasseurs à cheval de la garde impériale chargeant et Le Derby d'Epsom. Le musée conserve également des œuvres de Pierre-Paul Prud'hon, Girodet-Trioson, François Gérard, Antoine-Jean Gros, Louis-Léopold Boilly, Alexandre-Gabriel Decamps, Eugène Isabey, Théodore Chassériau, Hippolyte Flandrin, Théodore Rousseau, Jean-François Millet et la plus grande collection mondiale de peintures de Camille Corot avec quelques 81 tableaux.

La dentellière de Johannes Vermeer, huile sur toile marouflée sur panneau, vers 1669-1670.

Écoles du Nord (Flandre, Pays-Bas, Allemagne)[modifier | modifier le code]

Le musée du Louvre possède également l'une des plus vastes collections de peintures du nord de l'Europe avec 1130 tableaux (Flandre, Pays-Bas et Allemagne). Les écoles flamandes et hollandaises sont les mieux représentées. Pour les primitifs flamands, on remarque des œuvres de premier plan comme La Vierge du chancelier Rolin de Jan van Eyck, le Triptyque de la famille Braque de Rogier van der Weyden, la Nef des fous de Jérôme Bosch, Les Noces de Cana de Gérard David et Le Prêteur et sa femme de Quentin Metsys. Sont également conservées des œuvres de Dirk Bouts, plusieurs Hans Memling, des Joos van Cleve, Joachim Patinir, Bernard van Orley, Jan Gossaert dit Mabuse, Lucas de Leyde et Pieter Bruegel l'Ancien. Le siècle d'or hollandais et flamand (XVIIe siècle) s'illustre avec quinze tableaux de Rembrandt dont Bethsabée au bain tenant la lettre de David et Les Pèlerins d'Emmaüs, plusieurs Frans Hals (dont La Bohémienne et Le joueur de luth), dix-neuf de Van Dyck, cinquante-et-un de Rubens, dont les vingt-et-un tableaux du Cycle de Marie de Médicis, ainsi que deux toiles de la main de Vermeer, La Dentellière et L'Astronome. Les paysages fourmillants de personnages de Jan Bruegel l'Ancien, les scènes d'intérieur intimes de Pieter de Hooch et Gerard Ter Borch, les peintures d'intérieurs d'églises de Pieter Saenredam, les scènes de genre de Jan Steen et David Teniers le Jeune ainsi que les paysages de Jacob van Ruisdael sont également représentés. Pour la peinture allemande, on retrouve des œuvres du XVe siècle comme la Pietà de Saint-Germain-des-Prés, des tableaux d'Albrecht Dürer (Autoportrait au chardon, le premier de ses autoportraits), de Lucas Cranach l'Ancien ou encore plusieurs portraits de Hans Holbein le Jeune (dont celui d'Érasme), ainsi que, pour le XIXe siècle, des peintures du romantique Caspar David Friedrich. Enfin, une salle expose des peintures baroques autrichiennes du XVIIIe siècle tandis qu'une autre expose des peintures scandinaves de la première moitié du XIXe siècle, notamment des paysages traités dans la veine romantique.

École italienne[modifier | modifier le code]

Bien entendu, la peinture italienne est elle aussi abondamment représentée, avec environ 1100 œuvres dont 600 exposées de manière permanente. Parmi celles-ci figurent de nombreux chefs-d'œuvre des plus grands peintres, dont celui qui est probablement le tableau le plus célèbre au monde, La Joconde de Léonard De Vinci. Le Louvre conserve également quatre autres œuvres de la main du grand maître de la Renaissance, notamment son Saint Jean Baptiste et La Vierge, l'Enfant Jésus et sainte Anne. Plus largement, la collection de Primitifs et de peinture de la Renaissance italienne comprend des œuvres de Cimabue (Maestà), Lorenzo Monaco (Le Christ au jardin des Oliviers), Giotto di Bondone, Fra Angelico, Paolo Uccello, Piero della Francesca, Pisanello, Filippo Lippi, Sandro Botticelli (notamment les fresques de la Villa Lemmi), Luca Signorelli, Antonello da Messina (notamment Le condottiere), Vittore Carpaccio, Giovanni Bellini, Domenico Ghirlandaio, Andrea Mantegna, sept tableaux du Pérugin, dix de Raphaël, dont le Portrait de Baldassare Castiglione, quatorze du Titien, dont Le concert champêtre, quelques quinze peintures de Véronèse, dont les Noces de Cana, d'autres du Tintoret (dont son Autoportrait), de Sebastiano del Piombo, Andrea del Sarto, Lorenzo Lotto, Le Corrège, Pontormo, Agnolo Bronzino, Parmigianino, Arcimboldo ou encore Federico Barocci. Pour le XVIIe siècle, on retrouve des œuvres de tous les peintres majeurs, à commencer par Le Caravage, dont trois tableaux sont conservés au musée (La Diseuse de bonne aventure, La Mort de la Vierge et le Portrait d'Alof de Wignacourt), plusieurs Annibale Carrache, ainsi que des Guido Reni, Guerchin, Dominiquin, Pierre de Cortone, Salvator Rosa et Luca Giordano. Le XVIIIe siècle italien est lui aussi bien représenté dans sa diversité, avec une place importante accordée aux écoles vénitienne et romaine. La section comprend des œuvres de peintres tels que Sebastiano Ricci, Francesco Solimena, Giovanni Paolo Pannini, des vedute de Canaletto et Francesco Guardi, des peintures de Giambattista Tiepolo et de son fils Giandomenico.

Autres écoles[modifier | modifier le code]

La collection espagnole (environ soixante peintures exposées), plus réduite que les précédentes, présente néanmoins un choix d'œuvres intéressant avec certains noms rares. Mais l'on y trouve surtout tous les grands artistes du Siècle d'or comme El Greco, Velasquez, Murillo, Ribera ou Zurbarán. En outre, le Louvre possède plusieurs tableaux de Goya.

La collection de peintures britanniques (environ une centaine d'œuvres), est composée d'œuvres significatives des maîtres des XVIIIe et XIXe siècles comme William Hogarth, Thomas Gainsborough, Joshua Reynolds, Joseph Wright of Derby, John Constable, Richard Parkes Bonington et J.M.W. Turner.

Des peintures des écoles scandinaves, russes et grecques sont présentes malgré une collection réduite.

L'école américaine est également représentée[96].

Arts graphiques[modifier | modifier le code]

Trois têtes d'hommes en relation avec le lion, Charles Le Brun, pierre noire, plume et encre noire, 1671.

Le département des Arts graphiques est aujourd'hui riche de plus de 140 000 pièces. Il conserve des dessins, des pastels, des miniatures, des estampes, des livres, des manuscrits, des autographes, ainsi que des bois, des cuivres et des pierres lithographiques. Il regroupe trois fonds différents :

  • le Cabinet des dessins, constitué à l'origine par l'ancienne collection des rois de France, constamment agrandi par la suite grâce à des saisies et des donations ;
  • la collection Edmond de Rothschild, offerte au Louvre en 1936, avec environ 40 000 estampes, 3 000 dessins et 500 livres illustrés ;
  • la Chalcographie, qui conserve quelque 14 000 cuivres gravés avec en particulier les cuivres provenant du Cabinet des planches gravées du roi. Des tirages papier obtenus avec le cuivre original peuvent être commandés pour près de 600 planches.

Vu le nombre des pièces et la fragilité du papier à la lumière, il est impossible d'exposer de façon permanente l'ensemble des documents. Ceux-ci peuvent être vus soit dans des expositions temporaires (qui ne durent jamais plus de trois mois pour ne pas fragiliser les œuvres), soit dans la salle de consultation du département. Néanmoins, un choix de pastels et de cartons de tapisserie, moins fragiles, est exposé au sein du parcours du département des peintures. Ces dernières années, un grand effort de numérisation a été accompli et la base de données du département compte à ce jour plus de 140 000 fiches d'œuvres et 4 500 fiches d'artistes.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Histoire du Louvre et Louvre médiéval[modifier | modifier le code]

Diverses salles sont consacrées à l'histoire du Louvre. Elles se trouvent à l'entresol (aile Sully).

Art et civilisations d'Afrique, d'Asie, d'Océanie et des Amériques[modifier | modifier le code]

Présentée depuis l'an 2000, cette collection regroupe cent objets d'art, principalement des statues, sélectionnés par Jacques Kerchache. Exposée au Pavillon des Sessions[97], elle a vocation à être une ambassade permanente au Louvre du musée du Quai-Branly, inauguré en juin 2006.

Activités du musée[modifier | modifier le code]

Le Louvre propose de nombreuses expositions temporaires, dont beaucoup permettent de mettre en valeur les objets d'art ou les dessins qui ne sont pas en exposition permanente. Les expositions temporaires sont en grande partie financées par des entreprises, par exemple :

  • en 2004, l'exposition consacrée au maître de l'École de Fontainebleau Le Primatice a reçu le soutien financier de la société Morgan Stanley ;
  • en 2005, le musée a également signé un accord avec le High Museum of Art d'Atlanta aux États-Unis qui a permis au musée américain d'exposer pendant trois ans 142 œuvres du Louvre. Cela a permis d'obtenir une somme de plus de 5 millions d'euro pour la rénovation des nouvelles salles du mobilier du XVIIIe siècle[98]. Des projets culturels et scientifiques sont également en cours entre les deux musées.

D'autres part, le site web du Louvre a été soutenu par des mécènes, Accenture, Blue Martini et le Crédit lyonnais.

Le musée propose aussi des visites-conférences et des ateliers pour les adultes et les enfants, et plus généralement un important programme d'actions éducatives. Le Louvre dispose pour cela d'outils performants dont un auditorium où se déroulent des conférences, des débats, des séances de lecture ou des concerts.

Pour 2010, le musée a reçu environ 8 500 000 visites (payantes, d'abonnés, gratuites).

2009 restera pour le Louvre une année symbole. Celle où, pour la première fois, la part des financements publics dans son budget sera passée sous la barre des 50 %. Celle où le Louvre aura lancé le premier fonds de dotation français destiné à recueillir du mécénat privé. Le budget 2009 s'élève à 230 millions et les ressources propres sont effectivement supérieures au financement public (52 % contre 48 %)[99].

Depuis janvier 1996, l'entrée au musée du Louvre est gratuite pour tous le 1er dimanche de chaque mois. Cette mesure a permis ainsi de faire revenir au musée, les visiteurs « nationaux » ; en effet, ce dimanche gratuit est le seul jour dans le mois où les visiteurs étrangers sont minoritaires au Louvre. Le musée est gratuit pour les jeunes de 18 à 25 ans résidents dans l'un des pays de l'Espace économique européen, les demandeurs d'emploi et les bénéficiaires des minima sociaux (justificatif daté de moins d'un an) et les visiteurs handicapés et leur accompagnateur.

Entre le premier septembre 2004 et le 3 avril 2009, l'entrée du Louvre est devenue payante pour les enseignants (sauf pour ceux qui amènent des élèves qui payent ou pour ceux qui payent un abonnement) et les artistes français qui ne sont pas membres de la Maison des Artistes et les artistes étrangers. En revanche, les employés de Total, entreprise mécène du musée du Louvre qui a financé la restauration de la galerie d'Apollon, ont un accès gratuit et illimité. Depuis cette date Le Pass Éducation, entré en vigueur le 4 avril 2009 pour les enseignants des écoles, collèges et lycées, donne le libre accès aux musées et aux monuments, dont le Louvre.

En 2011, le musée accueille près de neuf millions de visiteurs par an[100].

Le Louvre dans la littérature, le cinéma, et les jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Cinéma - télévision[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

  • Louvre : L'Ultime Malédiction, jeu vidéo développé par Index+, où une jeune femme du nom de Morgane doit retourner dans le passé du Louvre pour accomplir la mission que son père n'a pas pu réussir, et en est mort.
  • Tomb Raider : L'Ange des Ténèbres jeu vidéo développé par Eidos, Lara Croft doit explorer le Louvre à la demande de son ami défunt Werner Von Croy pour y trouver les peintures d'Obscura
  • Ainsi que l'adaptation du film Da Vinci Code.

CD-Rom culturel[modifier | modifier le code]

  • Louvre : Collections et Palais, cd-rom culturel (1992) développé par Montparnasse Multimédia
  • Louvre : La Visite virtuelle, dvd-rom culturel (1999) développé par Montparnasse Multimédia, produit par le musée du Louvre, RMN, Shogakukan et Montparnasse Multimédia

Musée dépendant de l'établissement public administratif du Louvre[modifier | modifier le code]

Le musée national Eugène-Delacroix est désormais rattaché au musée du Louvre, bien que situé de l'autre côté de la Seine, dans le quartier Saint-Germain-des-Prés (6e arrondissement). Trop modeste pour être à lui seul un établissement public, la solution juridique la plus simple a été d'en confier la gestion au Louvre. Le conservateur en est Christophe Leribault.

Antennes du Louvre[modifier | modifier le code]

Le Louvre-Lens[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Louvre-Lens.

Pour des raisons politiques (décentralisation), Jean-Pierre Raffarin et Jean-Jacques Aillagon, alors Premier ministre et ministre de la Culture, ont décidé de créer une antenne du Louvre ailleurs en France. Six villes étaient candidates à cette implantation : Amiens, Arras, Boulogne-sur-Mer, Calais, Lens et Valenciennes. Le , lors d'une visite à Lens, le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a fait connaître le choix de cette ville.

Le projet, dont la maîtrise d'œuvre a été confiée au cabinet japonais d'architecture SANAA de Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa, a vu le jour en . Ce nouvel établissement est capable de recevoir entre 500 et 600 pièces majeures, en alternance avec le musée parisien. Il devrait accueillir 500 000 visiteurs par an.

Le un projet de création d'un centre de réserves du Louvre à Lens est annoncé. Ce centre a été officialisé par un protocole tripartite comprenant l'État, le musée et la région du Nord-Pas-de-Calais. Le texte concluant la nature du projet a été signé par la ministre de la culture, Aurélie Filippetti, le président de l'exécutif régional, Daniel Percheron, et Jean-Luc Martinez, le président du Louvre. L'objectif est de protéger les œuvres stockées au Louvre, qui est en zone inondable[101].

Louvre Abou Dabi[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Louvre Abou Dabi.

Dans le cadre de la création d’un district culturel sur l’île de Saadiyat, ou « île du bonheur » à Abou Dabi, le gouvernement des Émirats arabes unis s’est tourné vers la France pour la réalisation et le développement d’un musée universel. Le projet architectural a été confié à Jean Nouvel, concepteur du musée du Quai-Branly. Les deux pays ont signé, le 6 mars 2007 un accord à ce sujet, qui organise cette opération de coopération culturelle sur 30 ans et prévoit que le musée portera le nom de Louvre Abou Dabi.

La France est chargée d’une mission de conseil dans les domaines de la conception et la réalisation du bâtiment et est chargée de l’élaboration du projet scientifique et culturel du musée. À partir de l’ouverture du musée et pour les dix années suivantes, le Louvre Abou Dabi recevra en prêt des œuvres issues des collections françaises (300 dans les premières années, puis 250 et 200). De même, pendant quinze ans, la France fournira annuellement au Louvre Abou Dabi quatre expositions. Enfin elle aidera le musée à se constituer une collection propre destinée à remplacer les œuvres prêtée par les musées français.

Les Émirats arabes unis se sont engagés à verser des contreparties d’environ un milliard d’euros sur trente ans, qui bénéficieront au musée du Louvre et aux autres musées partenaires de l’opération. Pour mettre en œuvre cet accord de coopération culturelle, la France a créé une structure spécifique, l’agence France-Muséums dont sont actionnaires quelque douze des principaux établissements culturels français.

Polémiques[modifier | modifier le code]

Dans Le Monde daté du 13 décembre 2006[102], un article signé par Françoise Cachin, ancienne directrice des musées de France, Jean Clair et Roland Recht, critique violemment la politique commerciale de certains musées français, particulièrement les prêts payants du Louvre à Atlanta et surtout la création du Louvre Abou Dabi. Leur position a rencontré un large écho chez les professionnels de l'art. Une pétition[103], parue dans La Tribune de l'Art, a été signée par plus de 5 000 personnes. Elle a reçu pendant un temps une certaine couverture médiatique[104]. En réponse à cette polémique, Jack Lang, dans un article paru dans Le Monde du 31 janvier 2007, a pris position en faveur du projet. L'interdiction de photographier les œuvres anciennes appartenant pourtant au domaine public a également mené à polémique. La décision, datant de 2005, a été dénoncée par les visiteurs et par les commentateurs comme illégale et allant à l'encontre de la mission culturelle et publique des musées nationaux. Les arguments en faveur de l'interdiction de photographier étaient le danger des flash pour les œuvres, et la gêne constituée par la présence d'un photographe dans une allée. Les commentateurs ont plutôt supposé une dérive intéressée, souhaitant inciter l'achat de photographies dans les boutiques du musée. L'interdiction a depuis été levée, et ne s'applique plus qu'aux flash[105].

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Le palais du Louvre en 1908.
Le palais du Louvre en 2006, depuis la place du Carrousel.

Accès[modifier | modifier le code]

Carte d’accès au musée du Louvre, cliquer pour agrandir

Ce site est accessible par :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e « Fréquentation 2006-2010 des Musées de France - Ile-de-France », opendata.gouv.fr
  2. AFP, « Le Louvre a accueilli 8,8 millions de visiteurs en 2011 »,‎ 2012 (consulté en 06/12/2012)
  3. « La bonne santé des grands musées parisiens », Le Journal des Arts,‎ 2013 (consulté en 04/01/2013)
  4. Paris patrimoine - Septembre, p. 1, Parisinfo.com.
  5. Sous la direction de Sylvie Béguin, Le XVIe siècle florentin au Louvre, p. 10-11, Éditions de la Réunion des Musées nationaux (collection Les dossiers du département des peintures, no 25), Paris, 1982
  6. Architectura - Les livres d'architecture : Jean-Marie Pérouse de Montclos, Le tresor des merveilles de la maison royale de Fontainebleau
  7. Frédéric Villot, Notice des tableaux exposés dans les galeries du Musée impérial du Louvre, 1re partie : Écoles d'Italie et d'Espagne, p. XXIV, Vinchon imprimeur, Paris, 1855 [Texte lire en ligne].
  8. Ministère de la Culture - Base Joconde : Dessins de la collection Everhard Jabach
  9. Frédéric Villot, Notice des tableaux exposés dans les galeries du Musée impérial du Louvre, 1re partie : Écoles d'Italie et d'Espagne, p. XXIII, Vinchon imprimeur, Paris, 1855 Texte
  10. Sous la direction de Roseline Bacou et Marie-Rose Séguy, Collections de Louis XIV, dessins, albums, manuscrits, p. 12, Éditions des musées nationaux, Paris, 1977 (ISBN 2-7118-0072-5)]
  11. Comptes des Bâtiments du Roi - le 8 avril 1685 - pour délivrer au Sr marquis d'Hauterive pour le paiement de deux grands tableaux, l'un du vieux Bassan, représentant l'arche de Noë, l'autre de Rubens, représentant une Nopce de village… 3 882 livres 1 sol 8 deniers.
  12. Mercure de France de décembre 1681, p. 232-277
  13. Ministère de la Culture - Base Joconde : Charles Le Brun
  14. Ministère de la Culture - Base Joconde : Pierre Lignard
  15. Ministère de la Culture - Base Joconde : Le Brun Charles, Portrait de la marquise de Brinvilliers
  16. Arnauld Brejon de Lavergnée, L'inventaire Le Brun de 1683. La collection de tableaux de Louis XIV, 1987
  17. Musée du Louvre : Les Gemmes de Louis XIV
  18. Louvre : Vases en pierres dures de Louis XIV
  19. Ministère de la Culture - Base Joconde : Collection de Louis XVI au Louvre
  20. Musée du Louvre : La collection Mariette
  21. Jacques Bailly, "Catalogue des tableaux du cabinet du roy au Luxembourg", Paris, 1756
  22. Inventaire des tableaux du Cabinet du Roi placés à la Surintendance des Bâtimens de S. M. à Versailles, fait en l'année 1784, par l'ordre de M. le comte de la Billardrie d'Angiviller… sous la garde du Sieur Louis-Jacques Du Rameau. Il donne la liste de 1 122 tableaux
  23. Persée : Roger Hahn, Quelques nouveaux documents sur Jean-Sylvain Bailly, p. 338-353, Revue d'histoire des sciences et de leurs applications, année 1955, volume 8, no 8-4
  24. Catalogue des tableaux du Roi déposés au Louvre en 1785, suivi de la Suite de catalogue des tableaux du Roi contenant les nouvelles acquisitions faites sur les ordres de M. le comte d'Angiviller… déposés au Cabinet du Pavillon Neuf du Louvre
  25. Luc Passion, « Les confiscations : contribution à l'étude des mesures législatives, p. 32-47, dans Patrimoine parisien 1789-1799. Destructions, créations, mutations », Délégation à l'Action Artistique de la Ville de Paris, Bibliothèque historique de la Ville de Paris, 1989 (ISBN 2-905-118-25-3)
  26. Jean-Marc Léri, « Le Louvre du palais royal au musée national, p. 96-101, dans Patrimoine parisien 1789-1799. Destructions, créations, mutations », Délégation à l'Action Artistique de la Ville de Paris, Bibliothèque historique de la Ville de Paris, 1989 (ISBN 2-905-118-25-3)
  27. Musée du Louvre : Trésor de la Sainte-Chapelle de Paris
  28. Stéphanie de Vomécourt, Jean Habert, Le Louvre raconte son histoire, p. 34, dans La Revue du Louvre et des musées de France, 1989, no 2
  29. Alfred Fierro, « L'Abbé Grégoire et la sauvegarde des monuments du passé, p. 132-137, dans Patrimoine parisien 1789-1799. Destructions, créations, mutations », Délégation à l'Action Artistique de la Ville de Paris, Bibliothèque historique de la Ville de Paris, 1989 (ISBN 2-905-118-25-3)
  30. Michel Beurdeley, « Le vandalisme révolutionnaire, p. 108-112, dans Patrimoine parisien 1789-1799. Destructions, créations, mutations », Délégation à l'Action Artistique de la Ville de Paris, Bibliothèque historique de la Ville de Paris, 1989 (ISBN 2-905-118-25-3)
  31. Varon, Rapport du conservatoire du Muséum national des arts, fait par Varon, l'un de ses membres, au comité d'instruction publique, le 7 prairial, l'an 2 de la république une et indivisible. Imprimé par ordre du comité d'instruction publique
  32. Édouard Pommier, La Fête de thermidor an VI, p. 178-215, dans Fête et Révolution, Délégation à l'Action Artistique de la Ville de Paris, Paris, 1989 (ISBN 2-905118-22-9)
  33. Joseph Lavallée, Antoine Filhol, Galerie Napoléon, Tome 2, Paris, 1804 ; p. 146 Texte
  34. Régis Spiegel, Dominique-Vivant Denon et Benjamin Zix : Acteurs et témoins de l'épopée napoléonienne (1805-1812), p. 158, L'Harmattan, Paris, 2000 (ISBN 2-7384-9310-6) Extraits
  35. Bénédicte Savoy, Patrimoine annexé, Tome premier, p. 250, Éditions de la Maison des sciences de l'Homme, Paris, 2003 (ISBN 2-7351-0988-7) ; p. 980
  36. Persée: Étienne Michon, Les Marbres antiques de Délos conservés au Musée du Louvre, p. 288-349, Bulletin de correspondance hellénique, année 1911, no 35
  37. Wilhelm Fröhner, Notice de la sculpture antique du musée du Louvre. Lettre à Monsieur le comte de Nieuwerkerke, p. XI, Paris, 1870
  38. Notice sur le voyage de M. Lelorrain, en Égypte; et observations sur google books
  39. Musée du Louvre : Collection Durand
  40. « Notice no 22515 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  41. Louvre : Le décor des plafonds du Musée Charles X
  42. Antoine Léon Morel-Fatio, Notice des collections du Musée de marine exposées dans les galeries du musée impérial du Louvre - 1re partie : Musée naval, Imprimerie Charles de Mourgues frères, Paris, 1860 ; p. 211 Texte
  43. Jean-Marcel Humbert, Musée de la Marine, p. 169-172, dans Les musées parisiens. Histoire, architecture et décor, Action artistique de la Ville de Paris, Paris, 2004 (ISBN 2-913246-49-4)
  44. Musée du Louvre : collection Revoil
  45. Musée du Louvre : collection Tochon
  46. Gallica : Abel Blouet, Expédition scientifique de Morée, ordonnée par le gouvernement français. Architecture, sculptures, inscriptions et vues du Péloponèse, des Cyclades et de l'Attique, volume 1, Firmin Didot Frères, Paris, 1831
  47. Musée du Louvre : Trésor de l'ordre du Saint Esprit
  48. Nabila Oulebsir, Les usages du patrimoine: Monuments, musées et politique coloniale en Algérie (1830-1930), p. 76-77, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, Paris, 2004 (ISBN 2-7351-1006-0) Extrait
  49. Centre historique des Archives nationales : Fouilles de Ninive par Victor Place, consul de France à Mossoul (1851-1861)
  50. New York Public Library Digital Gallery : Ninive et l'Assyrie
  51. Germain Bazin, La peinture au Louvre, p. 63-64, Somogy, Paris, (ISBN 978-2850561924) ; p. 277
  52. « Notice no 1930 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  53. « Notice no 1571 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  54. Revue d'histoire du XIXe siècle : Catherine Granger, La liste civile de Napoléon III : le pouvoir impérial et les arts, Thèse de doctorat en histoire de l'art
  55. Richard, Guide classique du voyageur en France et en Belgique, p. 68, Libraire L. Maison, Paris, 1854 Texte
  56. Persée : Gianpaolo Nadalini, La collection Campana au musée Napoléon-III et sa première dispersion dans les musées français (1862-1863), p. 183-225, Journal des savants, année 1998, volume 2, no 2
  57. Frédéric Reiset, Notice des tableaux du Musée Naploéon III, exposés dans les salles de la colonnade au Louvre, Charles de Mourgues Frères imprimeurs, Paris, 1865 Texte
  58. Henry Barbet de Jouy, Notice des antiquités, objets du Moyen Âge, de la Renaissance et des temps modernes composant le musée des souverains, Charles de Mourgues frères imprimeurs, Paris, 1866 Texte
  59. Bibliothèque numérique de l'INHA : Collection Sauvageot [Tome 1 : Dessinée et gravée à l’eau-forte par Édouard Lièvre, accompagnée d'un texte historique et descriptif par A. Sauzay
  60. Ministère de la Culture - Base Joconde : Arthur Henry Roberts, Monsieur Sauvageot dans une des pièces de son appartement
  61. Musée du Louvre : Louis La Caze, l'exposition imaginaire
  62. Commune de Paris, Réimpression du Journal officiel de la République Française sous la Commune du 19 mars au 24 mai 1871, p. 381, Victor Bunel éditeur, Paris, 1871 Texte
  63. Lucien Le Chevalier, La Commune, 1871, p. 170-171, Armand Le Chevalier éditeur, Paris, 1871 Texte
  64. Agnès Callu, La réunion des musées nationaux, 1870-1940 - Genèse et fonctionnement, p. 237-240, École des chartes, Paris, 1994 Extraits
  65. Amis du Louvre : Quelques-unes des acquisitions
  66. Ministère de la Culture - Base Joconde : Collection de peintures et de dessins d'Adolphe Thiers, donation de Madame Thiers
  67. Ministère de la Culture - Base Joconde : Collection Carlos de Beistegui
  68. a et b Franck Ferrand, « Le Louvre, palais du pouvoir », émission L'Ombre d'un doute sur France 3, 25 mars 2013
  69. C2mf : Historique
  70. a, b, c et d Claire Bommelaer, « Le Louvre sur les routes de l'exode », in Le Figaro, samedi 31 juillet / dimanche 1er août 2010, p. 12.
  71. Le Louvre pendant la guerre, regards photographiques 1938-1947. Guillaume Fonkenell (sous dir.), expo. Paris, musée du Louvre édition, p. 35.
  72. Hector Feliciano, Le Musée disparu, Gallimard.
  73. Voir sur dictionaryofarthistorians.
  74. Michel Rayssac, L'exode des musées : Histoire des oeuvres d'art sous l'Occupation, Payot,‎ 2007, 1006 p. (ISBN 2228901725)
  75. Alex Danchev, Georges Braque, le défi silencieux, Éditions Hazan,‎ 2013, 367 p. (ISBN 978-2-7541-0701-3), p. 233
  76. Jean-Louis Ferrier, Yann Le Pichon, L'Aventure de l'art au XXe siècle, Paris, éditions du Chêne-Hachette,‎ 1988, 898 p. (ISBN 2-85108-509-3), p. 506
  77. Jean-Luc artinez, La gypsothèque du Luvre dans les écuries du Roy à Versailles, p. 82-89, Grande galerie. Le journal du Louvre, no 20, juin/juillet/août 2012
  78. Christophe Leribault, Une visite au musée Delacroix, p. 58-71, Grande galerie. Le journal du Louvre, no 20, juin/juillet/août 2012
  79. Antonio Canova, célèbre sculpteur chargé de récupérer toutes les œuvres d'art italien confisquées par Napoléon, laisse Les Noces à la France, convaincu par Vivant Denon de la trop grande fragilité de cette toile. En échange, l'Italie se voit offrir une œuvre de Charles Le Brun.
  80. Jean Rifa, Pyrénées-Orientales : L'histoire de nos villages, Tome I, Alliance éditions, 2011
  81. Elisabeth Foucart-Walter, Oehme entre au Louvre : un paysage peint "d'après l"idée", in Grande Galerie - Le Journal du Louvre, septembre/octobre/novembre 2013, no 25.
  82. Guilhem Scherf, Les vertus de la bienfaisance, in Grande Galerie - Le Journal du Louvre, septembre/octobre/novembre 2013, no 25.
  83. Geneviève Bresc-Bautier, Antoine Benoist, cet illustre inconnu qui sculptait "sur le vivant", in Grande Galerie - Le Journal du Louvre, juin/juillet/août 2013, no 24, p. 16-17).
  84. Nicolas Milovanic, Un premier tableau de Nicolas Mignard au Louvre, in Grande Galerie - Le Journal du Louvre, juin/juillet/août 2013, no 24, p. 21.
  85. Marie-Catherine Sahut, La chasse selon Boucher, in Grande Galerie - Le Journal du Louvre, juin/juillet/août 2013, no 24, p. 20.
  86. Jannic Durand, Dyptique d'ivoire : un trésor de l'art byzantin, in Grande Galerie - Le Journal du Louvre, décembre 2012/janvier/février 2013, no 22, p. 6.
  87. [1], Les Amis du Louvre.
  88. [2], LaTribunedelArt.
  89. [3], Les Amis du Louvre.
  90. « Le Caire vs le Louvre », Le Journal des Arts, n°311,‎ 2009 (consulté en 04/01/2013)
  91. « La France va rendre les fresques du Louvre à l’Egypte », Le Journal des Arts,‎ 12.10.2009 (consulté en 04/01/2013)
  92. Philippe Dagen et Michel Guerrin, « Picasso et les maîtres » : au profit de qui ?, Le Monde, 27 décembre 2008
  93. musée du Louvre, « Collections, départements et domaine. Département des Arts de l'Islam », sur www.louvre.fr, musée du Louvre,‎ ? (consulté en 5/01/2012).
  94. (fr) Rédaction en ligne, « L'Islam en plein art », sur Figaro.fr, Figaro.fr,‎ 14/09/2012 (consulté en 16/09/2012)
  95. Pierre Rosenberg, Dictionnaire amoureux du Louvre, Plon, Paris, 2007, p. 229.
  96. Base La Fayette
  97. Musée du Louvre : Le pavillon des Sessions
  98. Nathalie Bensahe, « Sans les fonds privés, que des expos commerciales », dans Libération du 19/08/2006, [lire en ligne]
  99. Télérama du 24/03/2009, [lire en ligne]
  100. [4] ; «  » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-29
  101. Menacées par les crues, les réserves du Louvre vont migrer à Lens, Le Monde, 2 octobre 2013
  102. L'article du Monde daté du 13 décembre 2006, repris dans latribunedelart.com.
  103. Le texte de la pétition par Didier Rykner, jeudi 14 décembre 2006.
  104. Voir, par exemple, la « Synthèse des débats » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-29 par Anna Cathelle, fin 2007.
  105. (en) Hélène David, « Pourquoi ne peut-on pas prendre de photos au musée d'Orsay ? »,‎ 2011/02/05

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sous la direction de Vincent Pomarède, 1001 peintures au Louvre, de l’Antiquité au XIXe siècle, Musée du Louvre Éditions, 2005, (ISBN 2-35031-032-9)
  • Jean Galard : Promenades au Louvre, En compagnie d'écrivains, d'artistes et de critiques d'art ; Présentation de 700 chefs-d’œuvre du musée, éd. Robert Laffont, 2010
  • Gabrielle Bartz et Eberhard König, Le Musée du Louvre, éditions Place des Victoires, Paris, 2005.
  • Roland Schaer, L'invention des musées, Découvertes Gallimard no 187, Paris, 1993 (ISBN 2-07-053230-5) ; p. 144
  • Geneviève Bresc-Bautier, « Le musée du Louvre », dans Les musées parisiens. Histoire, architecture et décor, Action artistique de la Ville de Paris, Paris, 2004 (ISBN 2-913246-49-4), p. 102-115.
  • Sous la direction de Jean-Marie Pérouse de Montclos, Le guide du patrimoine Paris, p. 281-310, Hachette, Paris, 1994 (ISBN 9782010168123)
  • Pierre Rosenberg, Dictionnaire amoureux du Louvre, Plon, Paris, 2007 (ISBN 978-2-259-20403-3) ; p. 958
  • Daniel Soulié, Le Louvre pour les Nuls, Musée du Louvre éditions, First éditions, Paris, 2010 (ISBN 978-2-35031-272-9) ; p. 441
  • Ariane Warlin, La Face cachée du Louvre, éditions Michalon, 2012
  • Bruno de Baecque, Les plus belles fesses du Louvre, Éditions Séguier, 2013 (ISBN 978-2840496601)
  • Georges Poisson, La Grande histoire du Louvre, Perrin, 2013, 479 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Autres musées de Paris[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]