Musée du Petit Palais (Avignon)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée du Petit Palais
Le musée du Petit Palais
Le musée du Petit Palais
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Ville Avignon
Adresse Palais des Archevêque, Place du Palais, Avignon, France
Coordonnées 43° 57′ 10″ N 4° 48′ 23″ E / 43.952639, 4.80638943° 57′ 10″ Nord 4° 48′ 23″ Est / 43.952639, 4.806389  
Informations générales
Date d’inauguration 1976
Collections peintures, dessins, sculptures - grande collection de primitifs italiens.
Nombre d’œuvres environ 1000
Informations visiteurs
Site web Site officiel

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Musée du Petit Palais

Le Musée du Petit Palais à Avignon, en Provence-Alpes-Côte d'Azur, est un musée ouvert en 1976 et consacré à la peinture et à la sculpture médiévales et de la première Renaissance. Musée unique en son genre puisque essentiellement basé sur la peinture d'avant la deuxième moitié du XVIe siècle, il n'en possède pas moins l'une des plus importantes collections internationales de primitifs italiens - la plus grande en France après celle du musée du Louvre. Le musée est situé dans le Petit Palais, la résidence des archevêques d'Avignon datant du XIVe siècle et située dans le centre historique d'Avignon. Il est nommé ainsi en opposition avec le Palais des Papes situé à proximité. Aux collections de primitifs italiens s'adjoint aussi une collection de peinture et de sculptures des maîtres de l'école d'Avignon.

Histoire du Petit Palais[modifier | modifier le code]

Le Petit Palais occupe la partie nord de la place du Palais des Papes. Il servit de Livrée cardinalice à Béranger Frédol l’Ancien, Jacques de Via, évêque d’Avignon, Hélie de Talleyrand-Périgord, Anglic de Grimoard, évêque d’Avignon, Pierre d'Aigrefeuille, évêque d’Avignon et Faydit d'Aigrefeuille, évêque d’Avignon, dit le cardinal d’Avignon.

Cette Livrée composée initialement d’un lot de maisons, fut complétée lors de deux campagnes de construction. La première, en 1317, au cours de laquelle Béranger Frédol se fit bâtir un palais à deux niveaux flanqué d’une énorme tour[1], la seconde due au cardinal de Via qui correspond au bâtiment édifié sur la pente du rocher. Le Petit Palais fut presque exclusivement la Livrée des cardinaux-évêques d’Avignon bien que Pierre d’Aigrefeuille l’occupa durant son épiscopat sans avoir été nommé cardinal.

Lors du premier siège du palais des papes (1398-1408), le Petit Palais servit de casernement aux troupes commandées par Geoffroy le Meingre, au cours du second siège (1410-1411), il fut annexé au système de défense du palais par Rodrigue de Luna. Le neveu de Benoît XIII ne céda que le 23 novembre 1411 après 17 mois de siège. Le Palais, endommagé, fut restauré sur ordre du cardinal Alain de Coëtivy à partir de 1457. Ce fut son successeur, Julien de la Rovère, futur pape Jules II, qui lui donna son aspect actuel[2].

Le Petit Palais fut le lieu de rencontres importantes : En 1498, ce cardinal y reçut magnifiquement César Borgia, fils du pape Alexandre VI. François Ier, en visite sur le tombeau de Laure, y fut accueilli par le cardinal Hippolyte de Médicis en 1553. Enfin, en 1660, lors du séjour de Louis XIV à Avignon, la reine-mère Anne d’Autriche y résida.

À la Révolution le bâtiment fut nationalisé et réservé à différents usages. Au XIXe siècle il abrita notamment une école. Pratiquement abandonnée il fut récupéré par l'État et la ville d'Avignon au début des années 1970 et restauré et restructuré dans le but d'en faire un musée, le musée du Petit Palais ouvert en 1976.

Collections[modifier | modifier le code]

Les collections du musée, réparties sur dix-neuf salles, ont une double origine : elles proviennent en majorité de fonds de la réserve du musée du Louvre et d'autres musées français de province, fonds qui eux-mêmes proviennent à la base de la collection Campana, l'une des plus importantes de peinture ancienne italienne, dont une grande partie fut acquise par l'État à la fin du XIXe siècle. Plus de 300 primitifs italiens du musée (soit l'immense majorité) proviennent de l'ex-collection Campana. L'autre source de la collection du musée du Petit Palais est la collection de peintures anciennes du musée Calvet d'Avignon qui a fourni des œuvres de l'école d'Avignon du Moyen Âge et de la Renaissance (une soixantaine de peintures et 600 pièces de sculpture).
La collection permanente du musée présente des œuvres datant du XIIIe au début du XVIe siècle. On retrouve de nombreux noms peu connus par le grand public et très rares en dehors d'Italie mais aussi quelques artistes célèbres tels que Sandro Botticelli ou Vittore Carpaccio.

Peinture[modifier | modifier le code]

XIIIe et XIVe siècles[modifier | modifier le code]

Sont notamment exposées des œuvres de Giovanni Baronzio, Bartolo di Fredi, Agnolo Gaddi (Le Calvaire), Taddeo Gaddi, Jacopo di Cione, Lorenzo di Bicci, Maître de 1310, Jacopo del Casentino, Mariotto di Nardo, Paolo Veneziano, Puccio di Simone, Paolo di Giovanni Fei, Turino Vanni.

XVe et XVIe siècles[modifier | modifier le code]

La majorité des peintures de la collection datent du XVe siècle et du début du XVIe siècle. Si les peintres italiens dominent largement par le nombre, on retrouve aussi des œuvres de l'école de peinture d'Avignon. On remarque pour cette période des peintures de Benvenuto di Giovanni, Sandro Botticelli (Vierge à l’enfant), Vittore Carpaccio (avec sa très belle Sainte conversation), Benozzo Gozzoli, Carlo Crivelli, Francesco Botticini, Lorenzo Monaco, Simone Martini, Taddeo di Bartolo, Antonio Vivarini, Bartolomeo Vivarini, Liberale da Verona, Biagio di Antonio Tucci, Jacopo del Sellaio, Vecchietta, Sano di Pietro, Rafaellino del Garbo, Ridolfo del Ghirlandaio, Bartolomeo Veneto, Antoniazzo Romano, Marco Palmezzano, le Maître des Cassoni Campana et Josse Lieferinxe ou encore Enguerrand Quarton pour l'école d'Avignon.

Sculpture[modifier | modifier le code]

Buste de Clément VII, XIVe siècle.

La statuaire avignonnaise du Moyen Âge, en particulier de l'époque de la papauté, est très bien représentée. L'époque romane figure surtout avec des chapiteaux sculptés provenant d'églises d'Avignon, notamment ceux du cloître de la cathédrale Notre-Dame des Doms (XIIe siècle). De nombreuses pièces datent du XIVe siècle : ce sont surtout des statues provenant des monuments funéraires des diverses églises d'Avignon construites du temps de la papauté (tombeaux de Jean XXII et d’Innocent VI, gisant du pape Urbain V, tombeau du cardinal Philippe de Cabassole, transi du cardinal Jean de La Grange datant de 1388-1389, etc.). De belles sculptures, notamment celles d'Antoine Le Moiturier et de Jean de la Huerta, témoignent de la finesse atteinte par la statuaire avignonnaise au XVe siècle.


Quelques vues de tableaux italiens[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans le premier niveau de la tour de Béranger Frédol se trouvent des décorations murales et des frises comportant le blason de cette famille : d’argent au chef de sable ou de sinople.
  2. Cf. J. Vallery-Radot, Le Petit Palais, Congrès Archéologique d’Avignon, 1963.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]