Giampietro Campana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Giampietro Campana

Description de cette image, également commentée ci-après

Giampietro Campana avant 1857-1858

Naissance 1808
Rome
Décès )
Rome
Activité principale Collectionneur : collection Campana

Giampietro Campana (né en 1808 à Rome et mort dans la même ville le ), créé marquis de Cavelli en 1849, était un aristocrate italien connu pour avoir réuni au XIXe siècle la plus importante collection d'objets d'art de toutes époques mais principalement d'objets d'art antique, connue sous le nom de Collection Campana. Elle fut vendue et dispersée dans différents pays d'Europe. La France en acquit une grande partie en 1861.

Constitution de la collection[modifier | modifier le code]

Statue d'éphèbe dite Narcisse, copie romaine, collection Campana, musée du Louvre

Le marquis Giampietro Campana était directeur du Mont de Piété à Rome et se prit de passion pour les nombreuses découvertes archéologiques de son époque faites en Italie. Très rapidement, et profitant d'une manière pas toujours légale de ses fonctions, il constitua une très importante collection d'objets d'art antique, mais particulièrement d'objets provenant de fouilles étrusques, romaines et grecques. Il finança aussi des fouilles, comme à Cerveteri, sur le site de la ville étrusque de Caeré aux alentours de 1844, notamment dans la Nécropole de Banditaccia[1]. Il collectionna également de nombreux tableaux et objets d'orfèvrerie qu'il achetait en puisant dans les fonds du Mont de Piété.

Ces malversations financières découvertes, il fut condamné et emprisonné. Sa collection fut saisie par l'État pontifical en 1857, mise en vente et dispersée dans plusieurs pays (Russie, Grande-Bretagne, Belgique, France).

La collection Campana en France[modifier | modifier le code]

La partie la plus importante de la collection Campana fut achetée par la France en 1861 sur l'intervention personnelle de Napoléon III et partagée entre le musée du Louvre et de nombreux musée de province, notamment le musée du Petit Palais d’Avignon pour les tableaux des primitifs italiens. La Collection Campana constitue aujourd'hui la majeure partie des céramiques étrusques et grecques du musée du Louvre ainsi que le fond des bijoux d'or étrusques du musée.

Pastiches, imitations et faux[modifier | modifier le code]

L'engouement au XIXe siècle des riches voyageurs du « Grand Tour », pour les parures étrusques, fit naître des bijoux « à l'étrusque », des pastiches, des imitations avouées ou même des faux destinés à tromper les collectionneurs. L'atelier Castellani a ainsi « restauré à l’étrusque »[2] le collier Campana du Louvre, en 1859, en vue de la vente de la collection Campana à Napoléon III.

La plupart des bijoux articulés, prétendus d'origine étrusque, ne sont en fait que des assemblages par des fils d'or de conception moderne d'éléments antiques prélevés sur des boucles d'oreille[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Grande Galerie - Le Journal du Louvre, déc./jan./fév. 2014, n° 26, page 49.
  2. Les bijoux de la collection Campana, de l’antique au pastiche (ISBN 978-2-904187-20-9), École du Louvre, Paris, 2007.
  3. Pastiches aux rayons X, Journal du CNRS

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.