Quartier de Bercy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Bercy (quartier parisien))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bercy.
Quartier de Bercy
Le Ministère de l'Économie et des Finances
Le Ministère de l'Économie et des Finances
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Ville Paris
Arrondissement municipal 12e
Démographie
Population 13 987 hab. (2005)
Densité 7 350 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 50′ 10″ N 2° 23′ 00″ E / 48.836111, 2.383333 ()48° 50′ 10″ Nord 2° 23′ 00″ Est / 48.836111, 2.383333 ()  
Superficie 190,3 ha = 1,903 km2
Transport
Gare Gare de Bercy
Métro (M)(6)(14)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Quartier de Bercy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Quartier de Bercy

Le quartier de Bercy est le 47e quartier administratif de Paris, situé dans le 12e arrondissement.

Située le long de la Seine, cette zone de Paris est l'une des plus anciennement peuplées. Quartier populaire où historiquement arrivaient les marchandises en amont de la Seine, notamment le vin de Bourgogne et le bois du Morvan, il a été profondément restructuré à partir du début des années 1980 avec la construction du palais omnisports de Paris-Bercy (1984), puis du Ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie (1990).

Géographie[modifier | modifier le code]

Les quatre quartiers administratifs du 12e arrondissement de Paris.

Le quartier de Bercy est bordé au sud par la Seine, au nord-ouest par le quartier des Quinze-Vingts, au nord par le quartier de Picpus, et à l'Est par la commune de Charenton-le-Pont. Le pont de Bercy, le pont de Tolbiac et la passerelle Simone-de-Beauvoir le relient au 13e arrondissement.

Limites de l’ancienne commune[modifier | modifier le code]

Les limites de l’ancienne commune de Bercy correspondent aux voies suivantes[1] :

  • Le boulevard de la Rapée, partie de l'actuel boulevard de Bercy, de la barrière de la Rapée à celle de Bercy ;
  • Le boulevard de Bercy, de la barrière de Bercy à celle de Charenton ;
  • Le boulevard de Charenton, partie de l'actuel boulevard de Reuilly, de la barrière de Charenton à celle de Reuilly ;
  • Le boulevard de Reuilly, de la barrière de Reuilly à celle de Picpus ;
  • Le chemin de la Croix-Rouge, partie de l’actuelle rue de Picpus, de la barrière de Picpus au carrefour de la Croix-Rouge ;
  • Le chemin des Marais, partie de l’actuelle avenue Daumesnil, du carrefour de la Croix-Rouge au carrefour de l'allée des Noyers ;
  • L'allée des Noyers (approximativement à l'emplacement du boulevard périphérique de Paris), jusqu'au château de Bercy ;
  • La route de Paris à Charenton, du château de Bercy à jusqu'au carrefour de l'avenue des Dames ;
  • L'avenue des Dames, partie de l'actuelle avenue de la Liberté à Charenton, jusqu'au carrefour de la ruelle du Port-aux-Meules ;
  • La ruelle du Port-aux-Meules, actuelle rue de l'Arcade à Charenton, jusqu’à la Seine.

Accès[modifier | modifier le code]

Les lignes (M)(6) et (M)(14) du métro desservent le quartier par l'intermédiaire des stations Bercy et Cour Saint-Émilion.

En voiture, le quartier est bordé par le périphérique et les voies sur berge. La porte de Bercy constitue le point de départ de l'autoroute A4.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancien château de Bercy, aujourd'hui sur le territoire de Charenton-le-Pont

C'est dans ce quartier qu'ont été mis au jour les vestiges parmi les plus anciens de l'occupation humaine sur le territoire de Paris. Des fouilles dans le quartier de Bercy ont permis la découverte des vestiges d'un village de la période chasséenne (entre 4 000 et 3 800 av. J.-C.), établi sur la rive gauche de l'ancien bras de la Seine, révélant un matériel archéologique exceptionnel : pirogues de bois, poteries, arcs et flèches, outils en os et en pierre.

Bercy était connu à l'époque de Louis le Gros (1108 à 1137).

Puis, c'est au XIIe siècle qu'apparaît pour la première fois le nom de Bercy ou Bercix dans des actes de propriété. Le domaine appartient un temps à la famille de Montmorency avant de passer aux mains des Malons qui font aménager par Le Vau au XVIIe siècle le manoir fortifié pour en faire un magnifique château. Dans le même temps, la noblesse et la bourgeoisie font construire des maisons de plaisance le long de la Seine.

En 1860, la commune de Bercy (jusque-là indépendante) est dissoute et son territoire partagé entre les villes de Paris et Charenton. Le domaine est alors progressivement démantelé pour permettre la construction du chemin de fer Paris-Lyon, l'agrandissement du bois de Vincennes et surtout la restructuration des entrepôts de vin par Viollet-le-Duc. Ces derniers installés dès le XVIIIe siècle à l'extérieur de la barrière d'octroi de la Rapée, ils sont alors en plein essor. Les tonneaux à destination de la capitale arrivent par bateaux sur la Seine et sont débarqués et entreposés dans les chais de Bercy. Cette activité restera florissante jusqu'au milieu du XXe siècle.

À la fin du XXe siècle, la restructuration et la rénovation du quartier sonneront le glas des entrepôts mais leur souvenir perdure dans le parc qui les a remplacés et jusque dans le nom de la station de métro qui le dessert : Cour Saint-Émilion. Leur architecture, qui faisait l’identité du quartier, a également inspiré la création d’une zone commerciale et de loisirs, Bercy Village, avec ses boutiques et ses terrasses. À l’est de cette zone a été aménagé un quartier d’affaires organisé autour de la place des Vins-de-France.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution de la population
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 656 1 055 1 165 1 455 3 925 6 428 7 623 8 961 10 654
1856 - - - - - - - -
14 239 - - - - - - - -
(Sources : Cassini[2])

Lieux remarquables[modifier | modifier le code]

Le quartier, entièrement réhabilité à partir des années 1980, abrite essentiellement des constructions modernes :

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

Cimetières[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cadastre révisé des communes annexées (1830-1850), tableau d'assemblage [lire en ligne]
  2. Population avant le recensement de 1962