Daniel Percheron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Percheron (homonymie).
Daniel Percheron
Daniel Percheron en 2009.
Daniel Percheron en 2009.
Fonctions
Président du conseil régional du
Nord-Pas-de-Calais
En fonction depuis le 13 avril 2001
Réélection 28 mars 2004
26 mars 2010
Prédécesseur Michel Delebarre
Sénateur du Pas-de-Calais
En fonction depuis le 25 septembre 1983
Réélection 27 septembre 1992
23 septembre 2001
25 septembre 2011
Coalition SOC
Député européen
17 juillet 197931 décembre 1983
Biographie
Date de naissance 31 août 1942 (71 ans)
Lieu de naissance Beauvais (Oise)
Nationalité française
Parti politique Parti socialiste

Daniel Percheron, né le 31 août 1942 à Beauvais dans l'Oise, est un homme politique français. Membre du Parti socialiste, il est président du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, sénateur du Pas-de-Calais et membre de la commission des affaires culturelles du Sénat.

Biographie[modifier | modifier le code]

Daniel Percheron est professeur d'histoire-géographie.

Militant socialiste, il parvient avec Jean-Pierre Kucheida à écarter en 1973 le maire d'Arras, Guy Mollet, leader de la SFIO, et à faire du PS, le premier parti politique du bassin minier, devant le Parti communiste français. Il est premier secrétaire de la fédération du Pas-de-Calais de 1973 à 1997, « l'un des hommes les plus puissants et les plus méconnus du PS » selon la journaliste Ariane Chemin[1].

Il fut secrétaire national du Parti socialiste chargé des collectivités locales (de 1977 à 1979), du développement du parti de 1994 à 1995, puis des réformes institutionnelles entre 1997 et 2000. Il a été conseiller municipal de Liévin de 1977 à 2001 et conseiller régional depuis 1986 ; il accède à la présidence du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais en 2001 et a été réélu en 2004.

Il a successivement été élu député européen (1979-1983), puis sénateur à partir de 1983.

Il est réélu à la présidence du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais le 26 mars 2010.

Le 24 février 2010, L'Expansion publie le classement des présidents de conseils régionaux selon la qualité de leur gestion : Daniel Percheron figure en 18e position sur 21[2].

Les « dépenses pharaoniques » selon le magazine Le Point, la mauvaise gestion et la politique de recrutement de la région privilégiant les sympathisants socialistes sous la direction de Daniel Percheron a été maintes fois dénoncées par les adversaires politiques de celui-ci comme par les médias[3],[4].

Daniel Percheron a œuvré pour l'implantation du musée du Louvre-Lens[5] et a obtenu de l'État, l'accord pour l'installation du centre des réserves du musée du Louvre à Liévin[6], commune voisine de Lens. L'annonce d'une possible nomination de sa fille Elvire au poste d'administratrice adjointe du nouveau musée en 2012[7] ayant suscitée de nombreux commentaires[8], celle-ci n'est finalement pas retenue. En novembre 2013, elle est désignée directrice générale adjointe de la mission « Attractivité et Solidarités » du Conseil Régional, information qui relance les accusations de népotisme parmi les observateurs de la politique régionale[9].

Il porte l'inscription de l'ancien bassin minier au patrimoine mondial de l'Unesco[10] et s'allie le prospectiviste Jeremy Rifkin pour engager son territoire dans la « troisième révolution industrielle »[11].

Synthèse des fonctions et mandats[modifier | modifier le code]

Fonctions électives[modifier | modifier le code]

Autres postes[modifier | modifier le code]

  • 1973-1997 : Premier secrétaire de la fédération socialiste du Pas-de-Calais
  • 1983-2004 : Membre de la commission des affaires économique et de la Délégation pour la planification
  • 2004-2008 : Membre de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées
  • Depuis octobre 2008 : Membre de la commission des affaires culturelles
  • Secrétaire national du PS chargé de l'élargissement du conseil national et du développement des secteurs sociétaux, membre du bureau exécutif (jusqu'en 1995) ; secrétaire national chargé du développement du PS (1995-1996) ; secrétaire national chargé des réformes institutionnelles du PS (1997-2000).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ariane Chemin, « Après trente ans de règne, Jean-Pierre Kucheida, l'homme de fer de Liévin, vacille », Le Monde, 15 mars 2012.
  2. « Les patrons de régions classés selon la qualité de leur gestion », L'Expansion, 24 février 2010.
  3. Michel Revol, « Les dépenses pharaoniques du Nord-Pas-de-Calais », Le Point,‎ 2013 (consulté le 17 octobre 2013)
  4. PS du Pas-de-Calais : les élus bientôt chez les juges, Laurence De Charette, lefigaro.fr, 8 février 2013
  5. "drôle d'endroit pour une révolution", Le Monde 2012
  6. "Les réserves du Louvre iront à Lens", Ministére de la Culture 2 octobre 2013
  7. Gérard Dalongeville, Rose Mafia 2 : L'enquête, Jacob Duvernet,‎ 2012, 163 p. (lire en ligne)
  8. Louvre-Lens, un Epad made in Nord – Pas-de-Calais ?, DailyNord, 11 avril 2012
  9. Conseil Régional Nord Pas-de-Calais : la nomination de la fille de Daniel Percheron à un poste de directrice générale adjointe crée un malaise, nord-pas-de-calais.france3.fr, 18 novembre 2013
  10. inscription du bassin minier au patrimoine mondial de l'Unesco, "Le Point", 3 décembre 2012.
  11. le Nord-Pas de Calais s'engage dans la Troisième Révolution Industrielle, "la Tribune", 17 novembre 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.