Paul-Émile Botta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Botta.
Portant de Paul-Émile Botta par Charles-Émile Callande de Champmartin (1840).

Paul-Émile Botta (6 décembre 1802 à Turin, Italie - 29 mars 1870 à Achères, France). Il est le fils de l'historien Carlo Giuseppe Guglielmo Botta.

Il se destina d'abord à une carrière diplomatique. Son premier poste diplomatique le conduisit à Alexandrie en Égypte[1].

En 1842, il est nommé consul à Mossoul et devient archéologue distingué, en découvrant la cité antique de Khorsabad, tout en croyant que c'était les ruines de Ninive. Le poste de Consul à Mossoul fut créé par Louis-Philippe en 1842 pour Émile Botta. Ce dernier qui avait une bonne connaissance des textes de la Bible, beaucoup de curiosité et la volonté de connaître les civilisations anciennes, cherchait Ninive et Babylone. C'est en 1843 qu'il découvre, sur la rive orientale du Tigre, le palais de Sargon II : Khorsabad. Le relevé des fouilles a été fait par le peintre et dessinateur Eugène Flandin qui publie en 1849 Les Monuments de Ninive. Les sculptures et reliefs découverts sur ce site sont aujourd'hui conservés au Louvre.

En 1848, Botta fut nommé consul à Jérusalem en Palestine, puis à Tripoli de Barbarie (aujourd'hui capitale de la Libye). En 1855, son successeur archéologue en Mésopotamie fut Victor Place[2].

Une rue de Jérusalem-ouest porte aujourd'hui son nom.

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Arkéo Junior no 163, mai 2009
  2. Jean-Claude Simoën, L'épopée de l'archéologie : Savants et aventuriers, Perrin, coll. « Tempus » (no 454),‎ 2012, 384 p. (ISBN 978-2-262-04003-1)