Tanagra (ville)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tanagra.
Tanagra
(el) Τανάγρα
Dème de Tanagra suite à la réforme Kallikratis (2010)
Dème de Tanagra suite à la réforme Kallikratis (2010)
Administration
Pays Drapeau de la Grèce Grèce
Périphérie Grèce-Centrale
District régional Béotie
Code postal 322 00
Indicatif téléphonique 22620
Immatriculation BI
Démographie
Population 21 156 hab. (2001[1])
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 38° 19′ 00″ N 23° 32′ 00″ E / 38.316667, 23.533333 ()38° 19′ 00″ Nord 23° 32′ 00″ Est / 38.316667, 23.533333 ()  
Altitude 214 m
Superficie 45 794 ha = 457,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grèce

Voir la carte administrative de Grèce
City locator 14.svg
Tanagra

Géolocalisation sur la carte : Grèce

Voir la carte topographique de Grèce
City locator 14.svg
Tanagra

Tanagra (en grec ancien Τάναγρα / Tánagra) est une ancienne cité grecque de Béotie, située non loin de Platées, à 20 km de Thèbes, près de la frontière avec l'Attique. Elle est rasée par sa voisine Thèbes dans les années 370-360, puis reconstruite.

Son nom a été repris par un dème (municipalité) de Grèce-Centrale, dans le district régional de Béotie. Le siège du dème est Schimatari (en).

Histoire[modifier | modifier le code]

Tanagra est identifiée à la Grée citée par Homère dans le Catalogue des vaisseaux. Elle est le lieu de l'affrontement entre Athènes et la Ligue du Péloponnèse en 457 av. J.-C.. C'est là que se réunissent les Béotiens avant la bataille de Délion, en 422-423 av. J.-C.

Figurines de Tanagra[modifier | modifier le code]

Femme tenant un masque de théâtre, figurine de Tanagra, v. 325-300 av. J.-C.

Les terres cuites grecques dites « tanagréennes » ont été en vogue dans le monde grec depuis la fin du IVe siècle av. J.-C. jusqu'à la fin du IIIe siècle ap. J.-C.

Des œuvres furent l'objet d'un engouement immédiat, tant de la part des archéologues que des collectionneurs. La première collection entra au musée du Louvre dès 1872.

Ces statuettes en terre cuites étaient le plus souvent peintes, et reflétaient les modes vestimentaires de l'époque.

Il s'en fabriqua aussitôt de fausses, dans le même temps qu'on faisait une découverte similaire à Myrina, dans l'actuelle Turquie. Puis ce fut Cyrène, en Italie, et Alexandrie, en Égypte.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]