Le Caravage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Caravage.

Caravage

Description de cette image, également commentée ci-après

Le Caravage, craie sur papier par Ottavio Leoni, vers 1621, Florence, bibliothèque Marucelliana

Nom de naissance Michelangelo Merisi da Caravaggio
Naissance 29 septembre 1571
Milan (Duché de Milan)
Décès 18 juillet 1610 (à 38 ans)
Porto Ercole (Toscane)
Activités Peintre
Maîtres Simone Peterzano
Mouvement artistique Baroque
Mécènes Francesco Maria del Monte
Influencé par Peterzano, Savoldo, Antonio et Vincenzo Campi, Foppa
Influença École caravagesque, Rubens, de La Tour, Gentileschi, Ribera, Vouet, Rembrandt

Michelangelo Merisi da Caravaggio, en français Caravage ou Le Caravage, est un peintre italien né le 29 septembre 1571 à Milan et mort le 18 juillet 1610 à Porto Ercole.

Son œuvre puissante et novatrice révolutionne la peinture du XVIIe siècle par son caractère naturaliste, son réalisme parfois brutal et l'emploi appuyé de la technique du clair-obscur allant jusqu'au ténébrisme. Il connaît la célébrité de son vivant, et influence nombre de grands peintres après lui, comme en témoigne l'apparition du courant du caravagisme.

Il obtient en effet un succès foudroyant au début des années 1600 : travaillant dans un milieu de protecteurs cultivés, il obtient des commandes prestigieuses et des collectionneurs de très haut rang recherchent ses peintures. Mais ensuite Caravage entre dans une période difficile. En 1606, après de nombreux démêlés avec la justice des États pontificaux, il blesse mortellement un adversaire au cours d'un duel. Il doit alors quitter Rome et passe le reste de sa vie en exil, à Naples, à Malte et en Sicile. Jusqu'en 1610, l'année de sa mort à l'âge de 38 ans, ses peintures sont en partie destinées à racheter cette faute. Toutefois, certains éléments biographiques portant sur ses mœurs sont aujourd'hui revus, car des recherches historiques récentes remettent en cause le portrait peu flatteur qui a été longtemps propagé par des sources anciennes du XVIIe siècle et sur lesquelles on ne peut plus désormais se fonder.

Après une longue période d'oubli critique, il faut attendre le début du XXe siècle pour que le génie de Caravage soit pleinement reconnu, indépendamment de sa réputation sulfureuse. Son succès populaire donne lieu à une multitude de romans et de films, à côté des expositions et des innombrables publications scientifiques qui, depuis un siècle, en renouvellent complètement l'image. Il est actuellement représenté dans les plus grands musées du monde, malgré le nombre limité de peintures qui ont survécu. Toutefois certains tableaux que l'on découvre depuis un siècle posent encore des questions d'attribution.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

La basilique saint Étienne de Milan où Michelangelo est baptisé en 1571. Gravure de Marc'Antonio Dal Re, v. 1745.

Michelangelo naît à Milan, probablement le 29 septembre 1571[1], [N 1]. Ses parents, qui se sont mariés en janvier de la même année, sont Fermo Merisi et Lucia Aratori, tous deux originaires de Caravaggio, une petite ville de la région de Bergame [N 2]. Francesco Ier Sforza de Caravage, marquis de Caravaggio — alors sous domination espagnole — est le témoin de leur mariage. Michelangelo est baptisé le lendemain de sa naissance à la basilique Saint-Étienne-le-Majeur, dans le quartier milanais où réside le maître de la fabbrica del duomo où travaille probablement son père [N 3]. D'après l'acte de baptême, son parrain est le patricien milanais Francesco Sessa [2],[N 4].

Son père exerce des fonctions qui sont différemment définies selon les sources : contremaître, maçon ou architecte[3] ; il a le titre de « magister », ce qui pourrait signifier qu'il est l'architecte décorateur ou l'intendant de Francesco Ier Sforza [4]. Néanmoins, plusieurs documents emploient le terme assez vague de muratore pour qualifier le métier du père de Caravage, ce qui semble signifier qu'il dirigeait une petite entreprise de construction[5]. Son grand-père maternel est un arpenteur reconnu et estimé[3]. Ses deux familles, paternelle et maternelle, sont entièrement originaires de Caravaggio, appartiennent à la classe moyenne[6] et sont honorablement reconnues[5] : Costanza Colonna, fille de Marcantonio Colonna et épouse de Francesco Ier Sforza, a recours à plusieurs femmes de la famille Merisi comme nourrices pour ses enfants[3] ; c'est une protectrice sur laquelle Caravage pourra compter à plusieurs reprises.

Sa demi-sœur, Margherita, est née d'une union précédente en 1565. La naissance de Michelangelo en 1571 est suivie par celles de deux frères et une sœur : Giovan Battista en 1572, Caterina en 1574 et Giovan Pietro vers 1575-1577[5]. Giovan Battista deviendra prêtre[7] et sera parfaitement informé de la Réforme catholique initiée à Milan par l'archevêque Charles Borromée et à Rome par le fondateur des Oratoriens, Philippe Neri. Caravage restera pendant toute sa période romaine en accord étroit avec cette société des Oratoriens.

Simone Peterzano, le maître de Caravage
(autoportrait de 1589)

La peste frappe Milan en 1576[4]. Pour échapper à l'épidémie, la famille Merisi fuit la ville pour se réfugier à Caravaggio, ce qui n'empêche pas la maladie d'emporter successivement le grand-père de Michelangelo et quelques heures plus tard son père le 20 octobre 1577[8]. En 1584, la veuve et ses quatre enfants sont de retour dans la capitale lombarde où Michelangelo, âgé de treize ans, intègre l'atelier de Simone Peterzano, qui se disait disciple de Titien mais avec un style plus proprement lombard que vénitien[9] : le contrat d'apprentissage est signé par sa mère le 6 avril 1584, pour un peu plus de quarante écus d'or[10].

L'apprentissage du jeune peintre dure au moins quatre ans[N 5] auprès de son maître, au contact de l'école lombarde avec son luminisme expressif et ses détails vrais[11] , mais plus précisément sous l'influence des frères Campi (principalement Antonio) et d'Ambrogio Figino, que l'apprenti peintre pouvait étudier de très près à Milan même et dans les petites villes voisines. Il voit probablement aussi de bons exemples des peintures vénitienne et bolonaise : Moretto, Savoldo, Lotto, Moroni ou encore Titien[12], tout autant accessibles sur place, et même celles de Léonard de Vinci qui avait séjourné à Milan de 1482 à 1499-1500 puis de 1508 à 1513 et dont les traces des divers séjours étaient nombreuses et plus ou moins accessibles : La Cène, le projet de sculpture pour un cheval monumental, etc. Merisi étudie les théories picturales de son temps, le dessin, les techniques de la peinture à l'huile et de la fresque, mais s'intéresse surtout au portrait ainsi qu'à la nature morte[13].

Les dernières années d'apprentissage de Caravage, entre 1588 et l'année de son déménagement à Rome durant l'été 1592 [14] , restent peu connues : peut-être se perfectionne-t-il auprès de Peterzano, ou bien s'établit-il à son propre compte.

Contexte artistique et religieux[modifier | modifier le code]

L'héritage pictural[modifier | modifier le code]

L'historien de l'art italien Roberto Longhi a su le premier mettre des noms dans la culture visuelle de Caravage en étudiant ses tableaux. D'après lui, le développement du style de Caravage aurait été la conséquence de l'influence de certains maîtres lombards, et plus précisément ceux ayant travaillé dans la région de Bergame, Brescia, Crémone et jusqu'à Milan : Foppa et Bergognone au siècle précédent, puis Lotto, Savoldo, Moretto et Moroni (que Longhi qualifie de pré-caravagistes)[15]. L'influence de ces maîtres, à laquelle on peut ajouter celle d'Ambrogio Figino[13], aurait donné les bases de l'art de Caravage. Savoldo ou encore les frères Campi utilisent ainsi des techniques de contraste entre ombres et lumière, peut-être inspirées de la fresque vaticane en clair-obscur de Raphaël représentant saint Pierre en prison. Cet effet de contraste deviendra un élément central de l’œuvre de Caravage. D'après Longhi, le principal maître de cette école serait Vincenzo Foppa, à l'origine de la révolution de la lumière et du naturalisme — opposé à une certaine majesté de la Renaissance — qui sont les éléments centraux des peintures de Caravage. Enfin, Longhi ne manque pas de souligner la très probable influence de Simone Peterzano, le maître du jeune apprenti qu'est encore Caravage[15]. Le voyage vers Rome pouvait passer, pour un peintre en particulier, par Bologne, où il aura pu aussi découvrir les expériences d'Annibal Carrache, qui lui auraient été utiles lors de ses premiers tableaux pour le marché libre à Rome[N 6].

L'influence de la Réforme catholique[modifier | modifier le code]

La Madone des pèlerins, 260 × 150 cm, 1604-1605, huile sur toile. Basilique Saint-Augustin, Rome.
Le cardinal Charles Borromée, figure centrale de la Réforme catholique au XVIe siècle. Tableau de Giovanni Figino, musée diocésain de Milan.

Les biographes de Caravage évoquent toujours les rapports étroits entre le peintre et le mouvement de la Réforme catholique (réduite à une réaction par l'expression « Contre-Réforme »). Le début de l'apprentissage du peintre coïncide ainsi avec la disparition d'une figure majeure de cette Réforme : Charles Borromée[17], qui, parallèlement au gouvernement espagnol, exerçait au nom de l'Église l'autorité juridique et morale sur la ville de Milan[18]. Le jeune artiste y découvre le rôle essentiel des commanditaires, à l'initiative de presque toute peinture à cette époque, et le contrôle exercé par l'autorité religieuse sur le traitement des images à destination du public. Charles Borromée, cardinal puis archevêque de Milan, avait été l'un des rédacteurs du Concile de Trente et il s'efforça de le mettre en pratique en ravivant l'action du clergé auprès des catholiques et en incitant les plus aisés à s'engager dans des confréries au secours des plus pauvres et des prostituées. Frédéric Borromée, cousin de Charles et lui aussi archevêque de Milan depuis 1595, poursuivit cette œuvre et entretint des liens étroits avec saint Philippe Neri, mort en 1595 et canonisé en 1622. Fondateur de la Congrégation des Oratoriens, celui-ci souhaitait renouer avec la dévotion des premiers chrétiens, leur vie simple, et il accordait un grand rôle à la musique. L'entourage de Caravage, ses frères, et Costanza Colonna qui protégeait sa famille, pratiquaient leur foi dans l'esprit des Oratoriens et des Exercices spirituels d'Ignace de Loyola afin d'intégrer les mystères de la foi à leur vie quotidienne. Les scènes religieuses de Caravage sont donc logiquement imprégnées de cette simplicité, mettant en scène des pauvres, avec leurs pieds sales, les apôtres allant pieds nus[N 10] ; la fusion des costumes antiques les plus modestes et des vêtements contemporains les plus simples participe de l'intégration de la foi à la vie quotidienne[19].
Parmi d'autres, le tableau La Madone des pèlerins illustre cette approche : en l'année sainte 1600, les pèlerins vers la maison de la Vierge à Lorette arrivaient en loques et une grande partie de la noblesse s'était relayée pour les accueillir et leur laver les pieds ; leur pauvreté, conséquence de leur piété, étant considérée comme sacrée[20].

La période romaine (1592-1606)[modifier | modifier le code]

La mise en place d'un répertoire personnel[modifier | modifier le code]

L'un des tout premiers tableaux connus de la main de Caravage : Garçon avec un panier de fruits, 70 × 67 cm, 1593. Galerie Borghese, Rome.

Caravage quitte l'atelier de Simone Peterzano et retourne à Caravaggio vers 1589, année de la mort de sa mère [21]. Il y reste jusqu'au partage de l'héritage familial, puis il part à l'été 1592 pour Rome, cherchant à y faire carrière comme beaucoup d'artistes alors[13]. Il n'est pas exclu, toutefois, qu'il arrive à Rome plus tôt car cette période est mal documentée[22]. Rome est à cette époque une ville pontificale dynamique, animée par le Concile de Trente et la réforme catholique. Les chantiers y fleurissent et il y souffle un esprit baroque[23]. Le pape Clément VIII est élu le 30 janvier 1592, succédant à Sixte Quint qui a déjà beaucoup transformé la ville[N 11].

Les premières années dans la grande cité sont chaotiques et mal connues : cette période a, ultérieurement et sur des faits mal interprétés, forgé sa réputation d'homme violent et querelleur, souvent obligé de fuir les conséquences judiciaires de ses rixes et duels. Il vit d'abord dans le dénuement, hébergé par Mgr Pandolfo Pucci[24], pour qui il copie des images de dévotion, dont on n'a plus trace aujourd'hui[25]. D'après Mancini, c'est de cette époque que datent ses trois premiers tableaux destinés à la vente, dont seulement deux nous sont parvenus : Jeune garçon mordu par un lézard et Garçon pelant un fruit. Seules des copies subsistent de ce dernier tableau, qui est probablement sa première composition connue et constitue l'un des tout premiers tableaux de genre à l'image de ceux d'Annibal Carrache dont Caravage a pu vraisemblablement voir les œuvres à Bologne[26].

Caravage entame des relations plus ou moins solides avec divers peintres locaux : d'après Baglione, il serait d'abord entré à l'atelier du peintre sicilien Lorenzo Carli dit « Lorenzo Siciliano »[27] (né à Naso, près de Messine), auteur d’œuvres destinées aux parties les plus modestes du marché[25]. Il fait la rencontre du peintre Prospero Orsi, de l'architecte Onorio Longhi et peut-être du peintre sicilien Mario Minniti[25] qui deviendront des amis et qui l'accompagneront dans sa réussite[N 12]. Il fait également la connaissance de Fillide Melandroni, qui deviendra une célèbre courtisane à Rome et lui servira de modèle à maintes reprises[réf. nécessaire].

Il est possible qu'il entre ensuite dans un atelier de meilleur niveau, celui d'Antiveduto Grammatica[25], près de l'église San Giacomo in Augusta[27] où il aurait été employé à peindre des figures à mi-corps, toujours pour des tableaux bon marché[28],[N 13].

Le Cavalier d'Arpin, dans l'atelier duquel Caravage est employé en 1593. Portrait par Ottavio Leoni, 1621. National Gallery of Art, Washington D.C.

Puis il travaille, à partir de la première moitié de l'année 1593 et durant quelques mois, chez Giuseppe Cesari. Cesari est à peine plus âgé que Caravage bien que chargé de commandes et, ayant été anobli, il deviendra ensuite le Cavalier d'Arpin[29]. C'est le peintre attitré du pape Clément VIII et un artiste très en vue, bien que lui et son frère Bernardino ne jouissent pas d'une réputation de haute moralité. C'est peut-être à leur contact, néanmoins, que Caravage éprouve le besoin de s'approcher des mœurs typiques de l'aristocratie du moment[30].
Guiseppe Cesari confie à son apprenti la tâche de peindre des fleurs et des fruits dans son atelier. Durant cette période, Caravage est probablement aussi employé comme décorateur d’œuvres plus complexes, mais il n'existe aucun témoignage fiable. Il aurait pu apprendre au contact de Cesari comment vendre son art[31] et comment, pour d'éventuels collectionneurs et amateurs d'antiquités, mettre en place son répertoire personnel en exploitant ses connaissances de l'art lombard et vénitien. C'est la période du Jeune Bacchus malade, du Garçon avec un panier de fruits et du Bacchus : des figures à l'antique qui cherchent à capter le regard du spectateur et où la nature morte, depuis peu mise à l'honneur, témoigne du savoir-faire du peintre avec une extrême précision dans les détails. Semés de références à la littérature classique, ces premiers tableaux sont bientôt à la mode, comme en témoignent de nombreuses copies d'époque de grande qualité[32].

Plusieurs historiens évoquent un possible voyage à Venise pour expliquer certaines influences typiquement vénitiennes, notamment pour Le Repos pendant la fuite en Égypte, mais ceci n'a jamais été établi avec certitude. Il semble peu apprécier à cette époque la référence à l'art de Raphaël ou à l'Antiquité romaine (ce qui, pour les artistes du XVIIe siècle, renvoie essentiellement à la sculpture romaine) mais il ne les ignore jamais. Sa Madeleine repentante témoigne ainsi de la survivance d'une figure allégorique antique mais avec une vue en légère plongée qui renforce l'impression d'abaissement de la pécheresse. Ce serait la première figure entière du peintre [33].

À la suite d'une maladie ou d'une blessure, il est hospitalisé à l’hôpital de la Consolation. Sa collaboration avec Cesari prend fin brutalement, pour des raisons mal identifiées[34].

C'est à cette époque que le peintre Federigo Zuccaro, protégé du cardinal Frédéric Borromée, provoque d'importants changements dans le statut des peintres. Il transforme leur confrérie en une académie en 1593 : l'Académie de Saint-Luc. Ceci a pour but d'élever le niveau social des peintres en invoquant la valeur intellectuelle de leur travail, tout en orientant la théorie artistique en faveur du disegno (dans le sens de dessin mais aussi d'intention) contre le concept de colore défendu par le théoricien maniériste Lomazzo[35]. Caravage apparaît sur une liste des premiers participants[36].

Les succès romains[modifier | modifier le code]

L'amitié avec le cardinal Del Monte[modifier | modifier le code]

Pour survivre, Caravage contacte des marchands afin de vendre ses tableaux. Il fait ainsi la connaissance de Constantino Spata dans sa boutique près de l'église Saint-Louis-des-Français[37]. Celui-ci le met en relation avec son ami Prospero Orsi (également connu sous le nom de Prospero delle Grottesche) qui participe avec Caravage aux premières rencontres de l'académie de Saint-Luc à Rome et devient son ami. Il l'aide à trouver un logement indépendant, chez Mgr Fantino Petrignani, et lui fait rencontrer ses connaissances bien placées. Le beau-frère d'Orsi, le camérier papal Gerolamo Vittrici, commande ainsi à Caravage trois peintures : Madeleine repentante, Le Repos pendant la fuite en Égypte et La Diseuse de bonne aventure — puis plus tard le tableau d'autel La Mise au tombeau[38].

Le cardinal Del Monte, mécène et protecteur de Caravage. Portrait à la craie d'Ottavio Leoni, 1616. Musée Ringling, Sarasota (Floride).

La Diseuse de bonne aventure soulève l'enthousiasme du cardinal Francesco Maria del Monte, homme de très grande culture, passionné d'art et de musique qui, enchanté par cette peinture en commande bientôt une seconde version, celle de 1595 (musées du Capitole). Le cardinal avait auparavant commencé par une première acquisition : le tableau des Tricheurs. Le jeune lombard entre alors au service du cardinal pour presque trois ans dans le palais Madame à partir de 1597. Le cardinal y a lui-même été installé par son grand ami Ferdinand Ier de Médicis en tant que diplomate au service du Grand-duché de Toscane auprès du pape[39]. D'après Bellori (en 1672), Del Monte offre à l'artiste un très bon statut, allant jusqu'à lui donner une place honorable parmi les gentilshommes de la maison[40].

Les Tricheurs, 91 × 128 cm, 1594-1595. Kimbell Art Museum, Fort Worth (Texas).

Tout en étant placé sous la protection du cardinal, Caravage a le droit de travailler pour d'autres commanditaires, avec l'assentiment de son protecteur et patron[41]. Cet homme pieux, membre de l'ancienne noblesse, est aussi modeste, portant des vêtements parfois usés, mais c'est l'une des personnalités les plus cultivées de Rome. Il est passionné de musique, forme des artistes et effectue lui-même des expériences scientifiques, en particulier en optique, avec son frère, Guidobaldo, qui publie en 1600 un ouvrage fondamental sur ce sujet[42]. Dans ce milieu, Caravage trouve les modèles de ses instruments de musique et les sujets de certains tableaux, avec les détails érudits qui en font tout le charme pour les clients ; il apprend à jouer de la guitare baroque populaire et trouve une stimulation intellectuelle pour porter son attention aux effets (notamment d'optique) et au sens de la lumière et des ombres portées. Le cardinal est coprotecteur de l'académie de Saint-Luc de Rome et membre de la Fabbrica di San Pietro[43], clé de toute commande pour Saint Pierre de Rome et de toutes les affaires liées à des commandes en souffrance. Collectionneur des premières œuvres de Caravage (il possède huit de ses tableaux à sa mort en 1627[44]), il recommande le jeune artiste et lui obtient une importante commande : la décoration de l'ensemble de la chapelle Contarelli à Saint-Louis-des-Français[45]. Le grand succès de cette réalisation vaudra à Caravage d'autres commandes, et contribuera largement à assurer sa célébrité[46].

Outre ce soutien crucial, Caravage bénéficie de bon nombre d'avantages au contact de Del Monte. Il intègre les us et coutumes de l'ancienne noblesse, comme l'autorisation de porter l'épée qui s'étendait à leur maisonnée ou encore l'attachement aux codes de l'honneur permettant de faire usage de leur épée[44] ; il intègre leur dédain du faste mais aussi leur goût pour les collections et la culture, jusqu'à l'usage de l'érudition en peinture ; il fait surtout partie du réseau d'amitié de ces cercles ecclésiastiques et de leurs proches. Ainsi, le voisin de Del Monte n'est autre que le banquier génois Vincenzo Giustiniani, autre commanditaire et collectionneur de Caravage[N 14]. Enfin, l'influence du cardinal se ressent dans des détails d'érudition théologique qui impactent les choix picturaux du jeune peintre, tendant à prouver que ce dernier discute de ses compositions avec son protecteur[N 15]. Caravage trouve donc beaucoup plus qu'un commanditaire en la personne du cardinal Del Monte : c'est pour lui un véritable mentor[44].

Grâce aux commissions et aux conseils de l'influent prélat, Caravage change son style, abandonnant les toiles de petit format et les portraits individuels pour commencer une période de réalisations d’œuvres complexes avec des groupes de plusieurs personnages profondément impliqués dans une action, souvent à mi-corps mais aussi, parfois, en pied. Le cardinal achète plusieurs peintures qui correspondent à ses propres goûts : Les Musiciens et Le Joueur de luth avec des scènes où s'accentue la proximité avec le spectateur, jusqu'à La Diseuse de bonne aventure et Les Tricheurs où le spectateur devient quasiment un complice de l'action représentée[47].

La célébrité[modifier | modifier le code]

En quelques années, sa réputation grandit de manière phénoménale. Caravage devient un modèle pour une génération entière de peintres qui vont s'inspirer de son style et de ses thèmes.

Le cardinal Del Monte est membre du collège des cardinaux qui surveille le chantier de Saint Pierre, mais il suit aussi d'autres commandes semblables dans les églises romaines. Grâce à lui, Caravage se voit confier des commandes importantes à partir de 1599, notamment pour le clergé : La Vocation et Le Martyre de saint Matthieu, ainsi que Saint Matthieu et l'Ange pour la chapelle Contarelli de l'église Saint-Louis-des-Français[N 16] (dont Giuseppe Cesari avait déjà peint à fresque le plafond en 1593[48]), ainsi que La Conversion de saint Paul sur le chemin de Damas et Le Crucifiement de saint Pierre pour la chapelle Cerasi à Santa Maria del Popolo[49]. Des sources anciennes font état de peintures refusées ; néanmoins, cette question a été récemment revue et corrigée, prouvant que les tableaux de Caravage rencontrent au contraire un réel succès public malgré certains refus de la part de commanditaires ecclésiastiques. Cela concerne la première version de La Conversion de saint Paul [N 17], Saint Matthieu et l'Ange (1602) ou plus tard la Mort de la Vierge (1606). Ces tableaux trouvent néanmoins de nombreux acquéreurs, et parmi les plus notables le marquis Vincenzo Giustiniani et le duc de Mantoue, riches amateurs d'art.

Les œuvres pour la chapelle Contarelli, en particulier, font sensation lors de leur dévoilement. Le style novateur de Caravage attire l'attention par sa manière de traiter les thèmes religieux (en l'occurrence, la vie de saint Matthieu) et par extension ceux de la peinture d'histoire en s'aidant de modèles vivants. Il transpose ses modèles lombards dans des compositions qui se mesurent aux grands noms du moment : Raphaël et Giuseppe Cesari, futur Cavalier d'Arpin. Dans cette rupture, toute relative, avec les idéaux classiques de la Renaissance, et avec des références érudites prodiguées sans restriction par le cardinal Del Monte et son cercle, il humanise ainsi le divin et le rapproche du commun des croyants. Il remporte un succès immédiat (dès la première version du Saint Matthieu et l'Ange) et étend considérablement son influence auprès des autres peintres, surtout grâce à la scène de La Vocation de saint Matthieu[50]. Ce tableau génère ensuite une profusion d'imitations plus ou moins heureuses[N 18], toujours avec plusieurs personnages en train de boire et manger tandis que d'autres jouent de la musique, le tout dans une atmosphère ténébreuse entrecoupée de zones de lumière vive.

Les années qu'il passe à Rome sous la protection du cardinal ne sont toutefois pas exemptes de difficultés. Il se montre bagarreur, susceptible et violent et connaît plusieurs séjours en prison, comme un grand nombre de ses contemporains, les affaires d'honneur se réglant souvent au début du XVIIe siècle par un duel. Il se fait d'ailleurs plusieurs ennemis qui contestent sa manière de concevoir le métier d'artiste peintre, notamment le peintre Giovanni Baglione, virulent détracteur qui s'en prend souvent à lui, et qui contribue durablement à ternir la réputation personnelle de l'artiste dans son ouvrage Le vite de' pittori, scultori et architetti[51].

Caravage peint pendant cette période romaine une grande partie de ses tableaux les plus réputés et connaît un succès et une célébrité croissants à travers toute l'Italie : les commandes affluent, même si certaines toiles sont parfois refusées par les commanditaires les plus conventionnels lorsqu'elles s'éloignent des normes iconographiques rigides de l'époque (La Mort de la Vierge est ainsi refusée par les Carmes déchaussés, et néanmoins rapidement achetée par un collectionneur privé, le duc de Mantoue[52]). Les œuvres sont nombreuses, il en réalise plusieurs par an et semble peindre directement sur la toile, d'un trait ferme et en modulant de moins en moins les passages. Néanmoins, il est maintenant probable qu'il ait réalisé des études, bien qu'aucun dessin n'ait été conservé[53]. En 1599, sa fameuse Tête de Méduse peinte pour le cardinal del Monte est son premier travail sur le thème de la décapitation, qui va se retrouver plusieurs fois dans son œuvre. Parmi les autres œuvres, on peut citer Sainte Catherine d'Alexandrie, Marthe et Marie-Madeleine (la Conversion de Marie-Madeleine) et Judith décapitant Holopherne. Son tableau La Mise au tombeau, peint vers 1603-1604 comme tableau d'autel pour l'église Santa Maria in Vallicella (entièrement reprise sous l'impulsion de Philippe Néri), constitue une de ses œuvres les plus abouties. Elle est ultérieurement copiée par plusieurs peintres, dont Rubens lui-même.

Les commanditaires privés[modifier | modifier le code]
Le marquis Giustiniani, l'un des plus importants commanditaires de Caravage. Tableau de Nicolas Régnier, v. 1630.

Quelle que soit l'issue des commandes publiques, de nombreuses commandes privées assurent à Caravage des revenus confortables pendant sa période romaine, et témoignent de son succès. Plusieurs familles commandent des tableaux d'autel pour les installer dans leurs chapelles privées : la famille Vittrici commande La Mise au tombeau pour la Chiesa Nuova ; les Cavaletti font installer La Madone des pèlerins dans la basilique Sant'Agostino ; et La Mort de la Vierge est commandée par le juriste Laerzio Cherubini pour l'église carmélite de Santa Maria della Scala[54].

Outre les prélats collectionneurs comme les cardinaux Del Monte, Sannesi[55] ou plus tard Scipione Borghese, ce sont souvent des financiers qui sont les premiers clients romains importants de Caravage. Ceux-ci font preuve d'une approche de la vie aussi positiviste que les savants de la nouvelle école scientifique. Le très puissant banquier Vincenzo Giustiniani, voisin du cardinal, fait l'acquisition du Joueur de luth ; ce tableau rencontre un tel succès que Del Monte en demande une copie[56]. Par la suite, Giustiniani passe une série d’autres commandes pour embellir sa galerie de peintures et sculptures, ainsi que pour faire valoir sa culture savante. C'est ainsi qu'est commandé le tableau représentant L'Amour victorieux, où l'Amour nu est accompagné de symboles discrètement imbriqués avec le minimum d'accessoires significatifs[57]. Douze tableaux supplémentaires de Caravage font partie de l'inventaire de la succession de Giustiniani en 1638[58].
Un autre nu célèbre est destiné au collectionneur Ciriaco Mattei, un autre financier. Celui-ci, qui possède déjà une fontaine ornée de jeunes garçons dans une position assise bien particulière, passe commande à Caravage d'un tableau inspiré de cette base, et qui devient le Jeune saint Jean-Baptiste au bélier. Ici le peintre se confronte aux ignudi du plafond de la chapelle Sixtine et à Annibal Carrache qui vient de peindre à Rome ce même sujet[59]. Outre ce Jean-Baptiste, Mattei possède au moins quatre autres tableaux de Caravage[58].
Ottavio Costa, banquier du pape, complète cette liste : il fait notamment l'acquisition de Judith décapitant Holopherne, L'Extase de saint François et Marthe et Marie-Madeleine[58].

Le crime et l'exil (1606-1610)[modifier | modifier le code]

Les dernières années romaines[modifier | modifier le code]

David et Goliath, 125× 101 cm, 1606 - 1607[60],
Galerie Borghèse, Rome.

Pendant ses années romaines, Caravage, qui se sait artiste d'exception, voit son caractère évoluer. Dans un milieu où le port de l'épée est signe d'ancienne noblesse et alors qu'il fait partie de la noble maisonnée du cardinal Del Monte, le succès lui monte à la tête. L'épée que l'on voit dès 1600 dans La Vocation et dans Le Martyre de saint Matthieu, qui semble faire partie du décor naturel de cette époque, va faire de lui un de ces nombreux criminels pour crime d'honneur, qui demandaient grâce au souverain pontife et souvent l'obtenaient.

Cela commence en 1600 par des mots. Le 19 novembre 1600, il s'en prend à un étudiant, Girolamo Spampa, pour avoir critiqué ses œuvres. Dans l'autre sens, Giovanni Baglione, ennemi déclaré et rival de Caravage, le poursuit pour diffamation. En 1600, il est également plusieurs fois emprisonné pour avoir porté l'épée et il est accusé de deux agressions, toutefois classées sans suite[61]. En revanche, son ami et alter ego, Onorio Longhi, subit des mois d'interrogatoires pour toute une série de délits et le premier biographe du peintre, Carel van Mander[N 19], semble avoir confondu les deux hommes, ce qui a eu ensuite pour conséquence de donner de Caravage l'image d'un homme qui provoque des troubles à l'ordre public partout où il se trouve.

En 1605, le pape Clément VIII meurt et son successeur Léon XI ne lui survit que de quelques semaines. Cette double vacance rallume les rivalités entre prélats francophiles et hispanophiles, dont les partisans s'affrontent de plus en plus ouvertement. Le conclave frôle le schisme avant d'élire le francophile Camillo Borghèse comme nouveau pape sous le nom de Paul V. Son neveu, Scipion Borghèse est un bon client de Caravage et le nouveau pape commande son portrait au peintre, maintenant bien connu des plus hauts dignitaires de l'église.

Caravage, qui vit tout près du Palais Borghèse, dans un logement misérable de la ruelle dei Santi Cecilia e Biagio (aujourd'hui vicolo del Divino Amore), passe souvent ses soirées à traîner dans les tavernes « avec ses compagnons tous des effrontés, des spadassins et des peintres ». Le plus grave se produit le 28 mai 1606, au cours des fêtes de rue, la veille de l'anniversaire de l'élection du pape Paul V[62]. Ces fêtes sont l'occasion de nombreuses bagarres dans la ville. Dans l'une d'entre elles, quatre hommes armés s'affrontent de part et d'autre, dont Caravage et son partenaire Onorio Longhi qui font face à des membres et proches de la famille Tomassoni, parmi lesquels Ranuccio Tomassoni et son frère Giovan Francesco, pourtant « gardien de l'ordre ». Pendant ce combat, Caravage tue Ranuccio Tomassoni d'un coup d'épée ; lui-même est blessé et l'un de ses camarades, Troppa, est également tué par Giovan Francesco. Il est presque certain que cette rixe a pour objet une ancienne querelle, bien qu'il ne soit pas établi avec certitude quel en était l'objet ; mais des tensions entre Onorio Longhi et les Tomassoni existaient depuis longtemps déjà, et il est probable que Caravage soit simplement venu assister son ami Longhi dans cette vendetta, comme l'exigeait le code de l'honneur.

Suite à ce drame, les différents participants s'enfuient pour échapper à la justice ; Onorio Longhi part à Milan et n'obtiendra son pardon qu'en 1611. Giovan Francesco Tomassoni, lui, est gracié dès le mois de décembre de cette même année 1606 sous condition de garder le silence éternel sur l'affaire ; quant à Caravage, il entame son exil par la principauté de Paliano, au sud de Rome[63].

La fuite hors de Rome[modifier | modifier le code]

Portrait d'Alof de Wignacourt, 195 × 134 cm, 1607-1608, musée du Louvre, Paris.
Wignacourt est le grand maître de l'Ordre des chevaliers de Malte, qui accueille Caravage en son sein en 1608.

Ce meurtre d'un fils d'une puissante et violente famille, liée aux Farnèse de Parme, vaut à Caravage une condamnation à mort par décapitation et par contumace, qui le contraint à rester éloigné de Rome[64]. Commence ensuite un long périple de quatre années à travers l'Italie (Naples, Sicile, Syracuse, Messine) puis jusqu'à Malte. Cependant, Romain d'âme et de cœur, il s'efforcera d'y revenir tout le long de sa vie — mais sans succès de son vivant malgré un pardon pontifical que son travail et ses amis et protecteurs réussissent finalement à obtenir.

Après s'être réfugié dans la région du mont Albain à Paliano, et peut-être Zagarolo où la famille Colonna l'héberge[65], Caravage se rend ensuite à Naples — alors sous domination espagnole, et donc hors de portée de la justice romaine — en septembre ou octobre 1606[66]. C'est une période de création très féconde, bien qu'il se trouve alors dans un environnement intellectuel très différent de celui de Rome[67]. Il continue de peindre des tableaux qui lui rapportent de belles sommes d'argent, dont le retable Les Sept Œuvres de miséricorde pour l'église de la congrégation du Pio Monte della Misericordia à Naples, et pour le riche Tommaso de Franchis La Flagellation du Christ, qui connaît un grand succès. Une Vierge à l'Enfant, aujourd'hui disparue, est sans doute aussi réalisée à ce moment[66], de même que Le Crucifiement de saint André pour le comte de Benavente, vice-roi d'Espagne[68]. Certains tableaux à destination de prélats influents semblent être produits tout particulièrement pour hâter l'obtention de son pardon judiciaire : c'est peut-être le cas du Saint François méditant qui aurait pu être peint pour Benedetto Ala (président du tribunal pénal pontifical) au début de l'exil à Paliano[69], ainsi que d'un nouveau David et Goliath particulièrement sombre à destination de Scipione Borghèse, neveu du pape Paul V qui va de fait bientôt lui accorder d'être nommé « chevalier du Christ » à Malte[70]. Michel Hilaire[71] soutient, à la suite de Roberto Longhi, que David et Goliath, daté par Sybille Ebert-Schifferer de 1606-1607, aurait été réalisé « comme une sorte d'appel désespéré en direction du cardinal Scipion Borghese afin qu'il intercède auprès du pape pour obtenir la grâce du fugitif ».

En juillet 1607, il quitte donc Naples, où il n'a séjourné qu'une dizaine de mois, et s'installe à Malte, souhaitant être nommé au sein de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Il était courant d'être nommé chevalier après d'importantes commandes pour le pape, et cet engagement militaire contre la menace turque pouvait remplacer une sanction pénale[72]. Il est donc présenté au grand maître, Alof de Wignacourt[73], dont il peint le portrait. Il produit également plusieurs autres tableaux, dont le Saint Jérôme écrivant commandé par le chevalier Malaspina, Amour endormi pour le chevalier Dell'Antella[74], la Décollation de saint Jean-Baptiste, monumental tableau d'autel exceptionnellement horizontal (3,61 × 5,20 m) réalisé in situ dans la co-cathédrale Saint-Jean de La Valette et peut-être sa seconde Flagellation du Christ, commandés par le clergé local.

En juillet 1608, il est fait chevalier de Malte de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem[75]. Mais sa consécration ne dure pas. Dans la nuit du 19 août 1608, il est le protagoniste d'une nouvelle affaire de violence[N 20]. Au cours d'une rixe, Caravage se mêle à un groupe qui tente de pénétrer de force dans la maison de l'organiste de la cathédrale. Jeté en prison, il s'en échappe par une corde et quitte Malte. Il est en conséquence radié de l'Ordre. Il est probable, toutefois, qu'il aurait pu bénéficier d'une forme de clémence s'il avait attendu les conclusions de la commission d'enquête[76].

Peut-être le dernier tableau de Caravage (achevé d'une autre main) : Saint Jean-Baptiste à la fontaine, 127 × 95 cm, 1610 ? Collection privée, Malte.

Caravage débarque alors à Syracuse, en Sicile. La présence de son ami Mario Minniti n'étant pas attestée, on suppose l'influence d'une autre connaissance du peintre, le mathématicien et humaniste Vincenzo Mirabella[77], dans la commande de L'Enterrement de sainte Lucie. Caravage répond en effet à plusieurs commandes pour de grandes familles et pour le clergé, dont deux retables, La Résurrection de Lazare et cet Enterrement de sainte Lucie où se retrouve, chaque fois avec la plus explicite détermination, l'effet spectaculaire d'un vaste espace de peinture laissé vide comme dans La décollation de saint Jean-Baptiste. Ensuite, un document signale sa présence le 10 juin 1609 à Messine[78], et il peint alors L'Adoration des bergers et une Nativité avec saint Laurent et saint François (aujourd'hui disparue). Ces tableaux ne sont nullement peints à la hâte comme on l'a cru autrefois, mais avec une nouvelle facture plus fluide qu'auparavant et, là aussi, avec de nouvelles solutions dans l'utilisation spectaculaire de l'espace pictural[79]. Avec l'appui de ses protecteurs, et en peignant ces tableaux toujours inspirés par ses commanditaires profondément religieux et empreints d'une sincère humanité, il s'emploie toujours à obtenir la grâce du pape pour pouvoir rentrer à Rome.

En octobre 1609, il retourne à Naples. Dès son arrivée, il est grièvement blessé, dans une nouvelle bagarre, par plusieurs hommes qui l'attaquent et le laissent pour mort : la nouvelle de sa mort remonte même jusqu'à Rome[80] , mais il survit et peint encore, sur commande, plusieurs tableaux comme Salomé avec la tête de saint Jean-Baptiste, peut-être Le Reniement de saint Pierre, un nouveau Saint Jean-Baptiste et Le Martyre de sainte Ursule, pour le prince Marcantonio Doria, qui pourrait être sa toute dernière toile.

Il est envisageable, toutefois, que d'autres tableaux soient à inscrire au catalogue de cette production tardive, dont une Marie-Madeleine et deux Saint Jean-Baptiste destinés au cardinal Scipion Borghese. Un Saint Jean-Baptiste à la fontaine, souvent copié par la suite, n'est pas attribué à Caravage avec certitude mais pourrait bien constituer sa dernière œuvre inachevée[81].

Une fin mal connue[modifier | modifier le code]

Panorama d'un petit village en bord de mer
Le village toscan de Porto Ercole où Caravage trouve la mort en 1610.

Le contexte et les circonstances exactes de la mort de Caravage restent en grande partie énigmatiques[82]. En juillet 1610, il apprend que, grâce à l'entremise de Scipion Borghese, le pape est enfin disposé à lui accorder sa grâce s'il demande son pardon. Voulant brusquer le destin, il quitte Naples, muni d'un sauf-conduit du cardinal Gonzague, pour se rapprocher de Rome. Il s'embarque alors sur une felouque qui fait la liaison avec Porto Ercole (actuellement en Toscane), frazione de Monte Argentario, une enclave alors espagnole du royaume de Naples. Il emporte avec lui plusieurs tableaux destinés au cardinal Borghese — dont la Méduse, qu'il tenait à restaurer — et en laisse d'autres à Naples. Il fait escale à Palo Laziale, une petite baie naturelle du Latium au sud de Civitavecchia sur le territoire des États de l'Église qui hébergeait alors une garnison. Alors qu'il est descendu à terre, il est arrêté, par erreur ou malveillance, et jeté en prison pendant deux jours [N 21]. Cet épisode advient alors que le pape lui a déjà accordé sa grâce, que Caravage espère enfin recevoir en revenant à Rome[83]. Mais il meurt en chemin. Son décès est enregistré à l'hôpital de Porto Ercole, le 18 juillet 1610. Il a 38 ans. Les documents issus de la querelle suscitée par son héritage ont permis d'éclairer en partie ces évènements et d'identifier son dernier domicile napolitain, mais les détails de sa mort restent encore assez obscurs[83].

  • Selon une version volontairement inventée de toutes pièces, Giovanni Baglione reconstitue ainsi les derniers moments du peintre : « Après, comme il ne retrouvait pas la felouque, il fut pris de fureur et erra sur cette plage comme un désespéré, sous le fouet du Lion Soleil, pour voir s'il pouvait distinguer sur la mer le bateau qui emportait ses effets. » Cette version des faits est aujourd'hui rejetée avec une argumentation précise[84]. Giovanni Pietro Bellori, biographe ultérieur, s'est ensuite simplement appuyé sur cette version fausse.
  • Une version antérieure précise que, désespéré, il rejoignit à pied Porto Ercole à cent kilomètres et que, dépité, perdu et fiévreux, il marcha sur la plage en plein soleil où il finit par mourir quelques jours plus tard[N 22]. Grâce aux documents liés à l'héritage, il apparaît que Caravage a dû peindre à Porto Ercole un Saint Jean-Baptiste, dont il est fait mention dans une liste établie après son décès. Cette peinture a été recherchée par le vice-roi de Naples : Merisi n'était donc pas gravement malade, au point de mourir aussitôt après.
  • Selon une version plus probable, il se serait déplacé à cheval en suivant la voie Aurelia, de Palo Laziale à Porto Ercole, avant d'y trouver la mort[84].
  • Vincenzo Paccelli, spécialiste du peintre et plus particulièrement de cette époque, propose néanmoins une toute autre version, documents à l'appui[85] : Caravage aurait été attaqué à Palo et cette agression lui aurait été fatale ; elle aurait été commise par des émissaires des chevaliers de Malte avec l'accord tacite de la Curie romaine — et cela en dépit du fait qu'à sa mort, Michelangelo Merisi n'était plus chevalier de l'Ordre de Malte[86].
  • Le document précis de son certificat de décès, retrouvé en 2001 dans le registre des décès de la paroisse de Saint-Érasme de Porto Ercole, signale qu'il est mort « à l'hôpital de Sainte-Marie-Auxiliatrice, des suites d'une maladie »[87]. On peut en déduire qu'il est mort « de fièvre maligne »[88], c'est-à-dire a priori du paludisme, mais le saturnisme ne semble pas exclu. Il est probablement inhumé, comme tous les étrangers qui décédaient dans cet hôpital, dans le cimetière de San Sebastiano de Porto Ercole. En 2010, ses restes auraient été retrouvés dans l'ossuaire d'une église de Porto Ercole, et identifiés grâce à des analyses au carbone 14 avec une probabilité de 85 %. Atteint d'une intoxication chronique au plomb[N 23] ainsi que de la syphilis, le peintre serait mort d'un état de faiblesse générale et d'un coup de chaleur[89].

Une méthode à succès[modifier | modifier le code]

La façade de l'église Saint-Louis-des-Français de Rome, qui abrite les premières grandes toiles à succès de Caravage.

L'intégralité de l’œuvre de Caravage est réalisée à la peinture à l'huile, y compris son unique fresque sur plafond. À ses débuts, il peint des scènes de genre avec des personnages ayant l’apparence du naturel, à mi-corps sur fond lumineux. Cette solution sera reprise par une multitude de peintres, dont les caravagesques[90], en raison du succès des tableaux, des variantes réalisées ensuite pour les collectionneurs, et aussi en raison de leur prix. Avec le temps, et surtout dès que les scènes religieuses deviennent très majoritaires (après les grandes toiles de Saint-Louis-des-Français) les arrière-plans de ses tableaux s'assombrissent jusqu'à devenir une grande surface d'ombre qui contraste violemment avec les personnages touchés par la lumière. Dans la plupart des cas, le rayon de lumière pénètre dans l'espace représenté sur un plan qui coïncide avec le plan du tableau, selon un axe oblique venant d'en haut depuis la gauche. Les personnages sont souvent mis en scène de manière inusitée pour l'époque : certains personnages regardent le spectateur, tandis que d'autres lui tournent le dos[N 24]. Ces pratiques accentuent l'impact dramatique du tableau et l'émotion qu'il suscite. Le projet d'intégrer le spectateur à la scène représentée ou de l'y faire participer permet de l'émouvoir de la manière la plus intense. C'est cette cohérence de tous les moyens et des objectifs poursuivis (dont le spectateur n'a pas nécessairement conscience) qui font l'efficacité et la séduction des tableaux de Caravage. Chacune de ces solutions n’était pas une découverte, car Caravage se référait à ses sources lombardes ; mais l’assemblage de toutes ces solutions n’avait jamais été vu. Les quelques proches de Caravage et les très nombreux suiveurs s’emparèrent de ce qu’ils parvenaient à percevoir et que l’on réduisit sous l’appellation de Manfrediana methodus[91], c'est-à-dire la méthode de Manfredi[92], un peintre dont la vie est peu documentée et qui a pu être le serviteur de Caravage pendant une partie de la période romaine.

Des figures naturalistes[modifier | modifier le code]

Pour de nombreux auteurs spécialistes de cette période, les deux termes de réalisme et de naturalisme peuvent être utilisés sans distinction pour qualifier la peinture de Caravage[N 25]. Mais en restant au plus près de l'usage de l'époque, « naturalisme » semble plus précis, et évite toute confusion avec le réalisme de certaines peintures du XIXe siècle, telles celles de Courbet, qui possèdent une dimension politique et sociale affirmée[N 26].

Ainsi, dans sa préface au Dossier Caravage d'André Berne-Joffroy, Arnault Brejon de Lavergnée évoque le naturalisme de Caravage et il emploie cette phrase explicite à propos des premières peintures : « Caravage traite certains sujets comme des tranches de vie »[93]. Afin de préciser cette idée, il cite Mia Cinotti à propos du Jeune Bacchus malade (1593) qui a été perçu comme étant « d'un réalisme intégral et direct […] une restitution cinématographique » par Roberto Longhi, et comme « une réalité "autre", forme sensible d'une recherche spirituelle personnelle accordée aux courants spécifiques de la pensée et du savoir de l'époque » par Lionello Venturi.

L'art de Caravage repose autant sur l'étude de la nature que sur le travail des grands maîtres du passé[94]. Mina Gregori signale par exemple les références au Torse du Belvédère pour le Christ du Couronnement d'épines (vers 1604-1605) et à une autre statue antique pour La Madone des pèlerins (1604-1605)[95]. Bien qu'il pratique la restitution mimétique et détaillée des formes et des matières observables dans la nature, il ne manque pas de laisser des indices soulignant l'intention de ses tableaux. Il le fait en introduisant des citations bien identifiées et des poses reconnaissables par les initiés. Dans les œuvres tardives en revanche, le travail du pinceau bien visible vient contrecarrer quelque peu l'illusion mimétique[N 27].

Dans le cas des tableaux de jeunesse Marie Madeleine repentante (1594) et Le Repos pendant la fuite en Égypte (1594), les figures sont situées légèrement à distance du plan de la toile. Mais dans la plupart des cas, et dans tous les tableaux de la maturité, les figures sont dans un court espace situé contre le plan du tableau.

Le mouvement du pèlerin d'Emmaüs est accentué par la déchirure de sa manche contre le plan de la toile. Le Souper à Emmaüs (détail), 1601. National Gallery, Londres.

Caravage vise clairement à établir un rapport étroit avec le spectateur, à la fois par la proximité avec le bord du tableau et par des effets de pénétration dans l'espace de ce spectateur[96]. C'est déjà le cas du voyou au premier plan des Tricheurs, puis des pieds des pèlerins de La Vierge du Rosaire ou de La Madone des Pèlerins ; de même, le figure de dos du soldat dans le Couronnement d'Épines représente le spectateur, qui se retrouve ainsi intégré à la scène qu'il observe[97]. Ce même effet de proximité est également obtenu grâce à des effets de dynamisme, à travers des jeux d'instabilité à l'avant-plan : la corbeille sur la table du Souper à Emmaüs comme le tabouret de Saint Matthieu et l'Ange semblent prêts à tomber vers l'avant et vers l'observateur. Ce dépassement virtuel du plan de la toile est comme concrétisé par des déchirures dans les tissus (manches déchirées du Souper à Emmaüs et de l'Incrédulité de saint Thomas[98]).

Par ailleurs, la plupart de ces figures — surtout dans les toiles de la maturité — sont peintes à échelle un, ou très près de l'échelle humaine. Quelques exceptions sont notables, comme le bourreau de La Décollation de saint Jean-Baptiste, dont le sur-dimensionnement peut être distingué des figures « repoussoirs » qui apparaissent au tout premier plan du Martyre de saint Matthieu (1599-1600) et de L'Enterrement de sainte Lucie (1608). Les figures repoussoirs ont pour fonction de « représenter », de tenir la place des spectateurs dans le tableau. Les spectateurs de l'époque sont censés avoir la même attitude que ces figures qui les représentent, affectivement, émotionnellement sinon physiquement, comme les pèlerins en prière devant la Vierge de Lorette[99]. Daniel Arasse signale que les pieds de ces pèlerins figurés à l'échelle un sur le tableau d'autel se trouvent ainsi placés à hauteur des yeux des fidèles. Leur aspect devait imposer le respect, sinon la dévotion[100].

Un environnement sobre[modifier | modifier le code]

Le décor minimaliste de L'Adoration des Bergers, 314 × 211 cm, 1609. Musée régional de Messine.

Les peintures de Caravage se distinguent par l'absence de tout effet de perspective sur une quelconque architecture. La Madone des pèlerins (ou La Madone de Lorette) (1604-1605) est placée à la porte d'une maison simplement indiquée par l'ouverture en pierre de taille et par un fragment de mur décrépi. Il peut s'agir de la porte de la maison de Lorette, qui faisait l'objet d'un pèlerinage ; mais la sobriété de ce décor autorise d'autres interprétations, comme celle de la porte du Ciel — comme dans la fresque de Raphaël située à proximité dans la même église Sant'Agostino[101]. Des indications minimales de ce type se retrouvent dans bon nombre de tableaux, comme par exemple La Madone du rosaire (1605-1606), L'Annonciation (1608), La Décollation de saint Jean-Baptiste (1608)[N 28], La Résurrection de Lazare (1609) ou encore L'Adoration des bergers (1609). Tous ces tableaux d'autel nécessitaient l'indication d'un espace architectural. La solution de la frontalité, qui place le spectateur face au mur percé d'une ou plusieurs ouvertures, permet d'inscrire dans le tableau des lignes horizontales et verticales qui répondent aux bords de la toile et participent à l'affirmation de la composition picturale dans le plan du mur.

Un autre tableau permet d'illustrer l'usage que Caravage fait des accessoires et du fond du tableau. Dans L'Amour victorieux le jeune garçon nu foule en riant les instruments des arts et de la politique ; il est représenté devant un fond brun, à la lumière complexe et travaillée, mais indistinct au point que le mur et le sol se confondent[102]. Il personnifie le vers de Virgile « Omnia vincit amor » (L'Amour triomphe de tout), très connu à cette époque. Le Cavalier d'Arpin avait exécuté une fresque sur ce thème, qui fut aussi traité par Annibal Carrache au plafond du Palais Farnèse[103]. En travaillant au niveau du détail l'imbrication des instruments, les cordes brisées, les partitions indéchiffrables, Caravage fait sans doute allusion aux instruments brisés aux pieds de la célèbre Sainte Cécile de Raphaël qui symbolisent la vanité de toute chose. On en déduit que le jeune garçon est un Amour céleste qui se laisse glisser de son siège pour se dresser vers le spectateur et le défier. L'homme ne pourra gagner à ce jeu. D'ailleurs l'Amour tient le monde sous lui : le peintre a ajouté le détail d'un globe céleste aux étoiles d'or. Mais il n'a utilisé cette matière précieuse qu'exceptionnellement, probablement à la demande expresse de son commanditaire. Il y a eu peut-être, à propos de ce globe peu perceptible, un lien plus direct avec le commanditaire. Celui-ci, Vincenzo Giustiniani, avait pour pire ennemi la famille Aldobrandini — laquelle avait pour armes un globe étoilé — car sa dette envers Giustiniani était considérable. Ceci faisait perdre des sommes très importantes au banquier. Giustiniani se serait ainsi vengé en présentant son « Amour », méprisant les Aldobrandini symbolisés sous lui. Ce genre d'approche ironique était commun à l'époque[104].
D'autre part, pour la satisfaction du collectionneur et aussi afin de rivaliser avec son presque homonyme, Michel-Ange, Michelangelo Merisi de Caravage ne manque pas de faire allusion au Saint Barthélemy du Jugement dernier, et il reprend cette pose complexe aisément reconnaissable. Par ailleurs, le tableau répond à un autre enjeu : celui de devoir s'intégrer à une collection particulière. La jeunesse du corps de l'enfant doit correspondre, dans la collection de Giustiniani, à une sculpture antique représentant Éros, d'après Lysippe.
Au-delà du traitement du thème, la simplicité du fond est remarquable et typique de l'approche de Caravage : bien que donnant toutes les apparences de l'inachèvement, il est très travaillé comme le montre les choix de modulation des couleurs ; et l'absence de séparation entre le mur et le sol peut constituer un rappel de l'irréalité de la scène. Une autre absence est notable : celle des symboles des arts plastiques, qui sont ici épargnés par la dérision de l'Amour[102].
Caravage évite donc de multiplier les accessoires mais condense une grande quantité d'informations, de symboles et de sous-entendus, en fonction de la commande qui lui est faite et des volontés de son commanditaire.

La Résurrection de Lazare, 380 × 275 cm, 1609. Musée régional de Messine, Sicile.

À La Valette, dans le milieu culturel de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, Caravage renoue avec les grands tableaux d'église qui avaient fait sa renommée. Typiquement, la Résurrection de Lazare est d'une grande sobriété de décor et d'accessoires. Tout réside dans l'intensité des gestes qui rappellent La Vocation de saint Matthieu. D'ailleurs le tableau se nourrit de ces références, et semble s'adresser à une élite cultivée, au courant de l'actualité d'alors. Cependant, contrairement à La Vocation, la scène n'est plus transposée dans le monde contemporain. Les fastueux costumes des agents de change de l'époque n'ont plus lieu d'être. Les premiers chrétiens sont dépeints dans les vêtements intemporels des pauvres, depuis l'Antiquité jusqu'au XVIIe siècle. La lumière, réalité et symbole, est en revanche similaire à celle de La Vocation. Le corps de Lazare tombe dans un geste semblable à celui du Christ dans La Mise au tombeau. Les drapés ont pour fonction de souligner les gestes théâtraux, par leur couleur (rouge pour le Christ) ou leur valeur (tons bleu clair pour Lazare). Les expressions vont aux extrêmes : l'extrême douleur à droite, la bousculade à gauche avec l'entrée de la lumière, et au-dessus de la main du Christ, un homme qui prie intensément en se tournant vers la lumière de la Rédemption[105]. Il s'agit de Caravage lui-même, dans un autoportrait explicite. Il n'y a aucun détail trivial, ni aucun accessoire inutile ; le crâne au sol évoque simplement la mort du corps. Le mur nu répond au mur réel contre lequel le tableau est dressé dans l'ombre de la chapelle des Porte-Croix à Messine, où il est initialement installé.

La lumière et l'obscurité[modifier | modifier le code]

Le Martyre de saint Matthieu, 323 × 343 cm, 1599-1600. Chapelle Contarelli, église Saint-Louis-des-Français de Rome.

L'une des caractéristiques de la peinture de Caravage, un peu avant 1600, est son usage très novateur du clair-obscur (chiaroscuro) où les gradations des parties éclairées jusqu'à l'ombre sont violemment contrastées. Une grande partie du tableau étant plongée dans l'ombre, la question de la représentation « en profondeur » de l'architecture et du décor est évacuée au profit de l'irruption des figures dans un puissant effet de relief, volontairement quasi-sculptural, et qui semble surgir hors du plan du tableau jusqu'à l'espace du spectateur. Cet usage de la lumière et de l'ombre — devenu ultérieurement un effet de style dans la peinture occidentale — caractérise le ténébrisme. Dans la plupart des tableaux de Caravage, les personnages principaux de ses scènes ou de ses portraits sont placés dans une pièce sombre, un extérieur nocturne ou simplement dans un noir d’encre sans décor. Une lumière puissante et crue provenant d’un point surélevé au-dessus du tableau, ou venant de la gauche, et parfois sous forme de plusieurs sources naturelles et artificielles (à partir de 1606-1607) découpe les personnages à la manière d’un ou plusieurs projecteurs sur une scène de théâtre. Le cœur de la scène est particulièrement éclairé, et les contrastes saisissants ainsi produits confèrent une atmosphère dramatique et souvent mystique au tableau. En effet, la lumière dans le contexte culturel de la Contre-Réforme est à l'image de la lumière divine, ce qui donne une valeur symbolique tant à la clarté, naturelle ou artificielle, qu'aux ténèbres.

Dans Le Martyre de saint Matthieu (1599-1600), la lumière naturelle traverse le tableau pour se déverser à flot en son centre sur le corps blanc de l’assassin et sur les tenues claires du saint martyr et du jeune garçon terrifié, contrastant avec les vêtements sombres des témoins disposés dans l’obscurité de ce qui semble être le chœur d’une église. Le saint écarte les bras comme pour accueillir la lumière et le martyre ; ainsi l’exécuteur, ne portant qu’un voile blanc autour de la taille, semble un ange descendu du ciel dans la lumière divine pour accomplir le dessein de Dieu — plutôt qu’un assassin guidé par la main du démon. Comme dans La Vocation de saint Matthieu, les protagonistes ne sont pas identifiables au premier coup d'œil, mais l'obscurité crée un espace indéterminé dans lequel le puissant effet de présence des corps violemment éclairés, peints à l'échelle naturelle avec pour certains des costumes contemporains, invite le spectateur à revivre émotionnellement le martyre du saint [106],[107]. Ajoutés aux contrastes de lumière et d'ombre, la sensualité du corps de l’assassin et les mouvements dramatiques des témoins horrifiés donnent vie au tableau : on a le sentiment que le temps n’est suspendu qu’un instant, que la scène se passe devant nos yeux et que le temps d’un clignement d’œil tout se remettra en mouvement.

Ces contrastes de lumière et d'ombre omniprésents dans l’œuvre de Caravage seront parfois critiqués pour leur caractère extrême considéré comme abusif. Stendhal les décrit en ces termes :

« Le Caravage, poussé par son caractère querelleur et sombre, s'adonna à représenter les objets avec très peu de lumière en chargeant terriblement les ombres, il semble que les figures habitent dans une prison éclairée par peu de lumière qui vient d'en haut. »

— Stendhal, Écoles italiennes de peinture, Le Divan (1823).

L'influence de Caravage se lit par exemple dans les jeux d'ombre et de lumière dans Le Nouveau-Né par Georges de La Tour, vers 1648, musée des Beaux-Arts de Rennes.

Malgré les critiques, ces jeux de lumières puissamment contrastés seront repris et adaptés par de nombreux peintres, comme Georges de La Tour[N 29], Rembrandt[N 30] et beaucoup d’autres. En osant jouer sur la lumière pour accentuer le sens d'un tableau au détriment d'un certain réalisme de situation et de certaines conventions lourdement implantées — tout en insistant sur le réalisme de l'exécution — l'œuvre de Caravage a donné une grande impulsion à la peinture.

Très attentif aux effets lumineux et à l'impact d'une peinture sobre, Caravage réduit aussi ses moyens d'expression par la couleur. Il peint avec une palette restreinte, et plus encore dans ses derniers tableaux : essentiellement des terres, du blanc et du noir. Les blancs sont fréquemment adoucis par un fin glacis de tons sombres rendus transparents. Les rouges sont utilisés en larges plages de couleur. Localement, des verts et des bleus sont atténués eux aussi par des glacis de noir. Les glacis ont pour effet de renforcer l'éclat des parties qu'ils recouvrent tout en nuançant la couleur ; pour obtenir l'effet inverse, Caravage mêle du sable très fin à ses couleurs afin de rendre telle partie mate et opaque par contraste avec les zones brillantes. Il semble que le peintre ait été stimulé par ces effets optiques durant son séjour chez le cardinal Del Monte. La diseuse de bonne aventure des Musées du Capitole, destinée au cardinal, présente ainsi une fine couche d'un sable de quartz qui empêche les reflets indésirables. C'est peut-être aussi chez Del Monte que Caravage aurait eu accès à de nouveaux pigments : Le Jeune Saint Jean-Baptiste au bélier (1602) présente des traces de baryum, ce qui laisse supposer l'expérimentation de mélanges de pigments avec du sulfate de baryum (aux effets phosphorescents), une pierre devenue célèbre en 1602 sous le nom de « pierre de Bologne »[108].

Il fait aussi attention à l'éclairage[109] des tableaux commandés pour un lieu précis. C'est le cas pour la Madone des pèlerins et pour tous ces tableaux d'autel où Caravage prend en compte l'éclairage dont bénéficie l'autel selon le point de vue d'une personne qui entre dans l'église. Dans le cas de la Madone des pèlerins, la lumière vient de la gauche et c'est effectivement ce qu'il a peint sur le tableau : la scène est ainsi inscrite dans l'espace réel que l'on perçoit dans l'église même. De même, dans la Mise au tombeau la lumière semble venir du tambour de la coupole de la Chiesa Nuova, percé de fenêtres hautes, alors que dans les tableaux destinés au marché la lumière vient, par convention, de la gauche.

Préparation et réalisation[modifier | modifier le code]

Les Sept Œuvres de miséricorde, 390 × 260 cm, 1607. Pio Monte della Misericordia, Naples.
Ce type d’œuvre complexe intégrant de nombreux personnages pouvait nécessiter de pratiquer des incisions afin de fixer des repères au cours de la réalisation.

Dès ses premiers tableaux, on a pensé que Caravage peignait simplement ce qu'il voyait[110]. L'artiste contribua à conforter la conviction du public qu'il peignait d'après nature, sans passer par l'étape du dessin. Comme on n'a retrouvé aucun dessin de sa main et que ceci est tout à fait inhabituel pour un peintre italien de cette époque, les historiens d'art ont fini par envisager récemment que Caravage passait bien par une phase de conception, mais cela reste problématique encore aujourd'hui.

Il est établi que Caravage est arrêté, une nuit, en possession d'un compas[111]. Sybille Ebert-Schifferer rappelle que l'usage du compas était alors très commun dans la préparation des peintures. Il symbolisait le disegno, à la fois le dessin, comme première étape du tableau, et le projet intellectuel ou l'intention qui réside dans ce tableau. Le premier patron de Caravage à Rome, Giuseppe Cesari (futur Cavalier d'Arpin, quand il sera anobli), s'est ainsi représenté avec un de ces compas dans un dessin situable vers 1599 ; dans L'Amour victorieux cet instrument est aussi représenté. Caravage aurait donc pu s'en servir pour réaliser des constructions précises, car certaines reposent clairement sur des constructions géométriques[N 31]. Mais comme on n'en retrouve aucune trace sur la toile, Ebert-Schifferer suppose que Caravage aurait réalisé des dessins, qui n'ont pas été retrouvés et qui ont peut-être été détruits par l'artiste. Caravage a d'ailleurs réalisé des études préparatoires qui lui ont été commandées dans trois circonstances documentées : pour la chapelle Cerasi à Santa Maria del Popolo, pour une commande perdue de De Sartis et pour La Mort de la Vierge[112]. Quoi qu'il en soit, Caravage pratique l’abozzo (ou abbozzo) : le dessin réalisé directement sur la toile, sous forme d'une ébauche au pinceau et avec, éventuellement, quelques couleurs. Malheureusement on ne détecte l'abozzo par radiographie que lorsqu'il contient des métaux lourds comme le blanc de plomb, tandis que les autres pigments n'apparaissent pas. Le blanc de plomb était utilisé sur des toiles préparées en sombre, et Caravage a bien utilisé des préparations plus ou moins sombres, verdâtres puis brunes, mais il n'aurait donc pas utilisé de blanc de plomb dans cette éventuelle pratique de l'abozzo[N 32],[N 33].

Il est certain en revanche que dans ses préparations, mais aussi sur la toile en cours de réalisation, Caravage porte des incisions — au stylet ou avec le manche du pinceau. Il le fait déjà pour Les Tricheurs et la première version de La Diseuse de bonne aventure, puis maintient cette pratique jusqu'à ses toutes dernières toiles[113]. Elles restent perceptibles en lumière rasante avec beaucoup d'attention. Il incise essentiellement sa peinture pour repérer la position des yeux, le segment d'un contour ou le point d'angle d'un membre[114]. Pour les chercheurs contemporains qui sont persuadés que Caravage improvisait directement sur le motif, ces incisions sont l'indice de marques servant à retrouver la pose à chaque séance ou pour « caler » les figures dans les tableaux à plusieurs personnages. Toutefois Ebert-Schifferer précise qu'en dehors des œuvres de jeunesse, les incisions indiquent des contours dans la pénombre ou bien servent à délimiter une zone éclairée sur un corps, à l'endroit où tombe la lumière. Dans ces cas tout semble indiquer qu'elles servent à compléter l'ébauche esquissée au blanc sur le fond brun. Et pour les parties dans l'obscurité, à ne pas perdre de vue les contours mangés par l'ombre au cours de la réalisation de la peinture.

Certaines des œuvres de Caravage intègrent des tours de force techniques, et ont pu contribuer à asseoir sa réputation : c'est le cas de Jupiter, Neptune et Pluton représentés au plafond de la villa Ludovisi de Rome (sur sa seule fresque connue, exécutée à l'huile sur enduit[42]), dont les raccourcis extrêmes sont particulièrement travaillés. Une grande difficulté technique est également résolue dans l’exécution de la célèbre Méduse, dont on sait aujourd'hui que deux versions furent produites : la tête est représentée sur un tondo (bouclier de parade en bois) circulaire et convexe, ce qui oblige à déformer le dessin pour suivre l'angle du support. Au-delà de la virtuosité, cette exécution tendrait à confirmer que Caravage se base sur des dessins scientifiques, et étudie les phénomènes optiques et les miroirs chez le cardinal Del Monte[115].

De façon plus ponctuelle, les critiques d'art soulignent dès les premiers tableaux de Caravage la grande qualité de l'exécution de certains détails — comme la coupe de vin , les fruits et feuilles du Bacchus — ou encore l'excellence des natures mortes, qu'elles soient autonomes (Corbeille de fruits) ou intégrées à des compositions plus grandes (Les Musiciens)[116]. Caravage s'essaie ainsi à diverses formes et approches, en particulier pendant sa période romaine où il se livre à des expériences artistiques décisives[44].

La rançon de la gloire[modifier | modifier le code]

Méduse, huile sur cuir marouflé sur bouclier en peuplier, diam. 48 cm, 1597-1598 (2de version). Musée des Offices, Florence.

L'œuvre de Caravage soulève les passions dès son apparition. Elle est très rapidement recherchée par les meilleurs connaisseurs et collectionneurs. Néanmoins, l'image du peintre est durablement marquée par une réputation sulfureuse, tenant aussi bien à sa personnalité réputée extraordinairement violente qu'à ses déboires supposés avec ses commanditaires. La recherche récente remet pourtant bon nombre de ces points en perspective, en montrant à quel point les premiers biographes de Caravage ont été suivis jusque dans leurs approches les plus outrancières.

Le mythe de l'artiste incompris[modifier | modifier le code]

Concernant les tableaux refusés, il est clairement établi qu'à l'époque de Caravage les appréciations de ces tableaux sont très variables selon qu'ils sont destinés à un accrochage public ou à une collection privée. Luigi Salerno cite notamment l'exemple de La Madone des palefreniers, refusée par le clergé mais immédiatement acquise par le cardinal Scipione Borghese[N 34].

Certains tableaux se voient effectivement refusés à cause de leur audace naturaliste, mais aussi pour des raisons d'ordre théologique[N 35]. Des auteurs récents comme Gérard-Julien Salvy citent les exemples de Saint Matthieu et l'Ange, La Conversion de saint Paul ou encore La Mort de la Vierge, soulignant d'ailleurs que ces refus sont l’œuvre de membres de l'Église peu éclairés, mais ne correspondent pas au jugement de tous : « les plus hauts dignitaires de l'Église semblent avoir eu un goût plus éclairé et moins effarouché que celui de leurs prêtres, bien souvent gens de rien. » Ces tableaux refusés trouvent immédiatement de très bons acheteurs sur le marché privé, comme le marquis Giustiniani pour Saint Matthieu et l'Ange[117].

Sybille Ebert-Schifferer va plus loin en remettant même en question les refus de certains tableaux, suggérant qu'ils ne l'ont pas toujours réellement été. Ainsi, la première version du Saint Matthieu et l'Ange aurait simplement été installée de manière provisoire sur l'autel de Saint-Louis-des-Français en mai 1599, avant que Vincenzo Giustiniani ne l'intègre à sa collection. Le tableau, qui correspond parfaitement aux indications mentionnées dans le contrat, rappelle également des œuvres lombardes qu'il connaissait dans la figure androgyne de l'Ange, ainsi qu'un tableau du Giuseppe Cesari (Cavalier d'Arpin) de 1597, que le milieu romain avait pu admirer deux ans auparavant. Le tableau remporte un succès immédiat[118]. Il occupe provisoirement la place d'une sculpture commandée à Cobaert qui n'avait pas encore été réalisée. Lorsque cette dernière est achevée, elle ne plaît pas au clergé de Saint-Louis-des-Français[119]. Elle est retirée et une partie de la somme retenue sur les honoraires du sculpteur sert à payer Caravage pour le tableau définitif, qui forme à terme un triptyque avec le Martyre et la Vocation de saint Matthieu, installés de part et d'autre du retable : Caravage reçoit 400 écus pour cette triple commande, une somme très importante pour l'époque. Dans le nouveau contrat, le peintre est qualifié de « Magnificus Dominus », d'« illustre maître ». En revanche, Giovanni Baglione, un des premiers et des plus influents biographes de Caravage, mais aussi son ennemi déclaré, fait mine de confondre la sculpture et la peinture : il prétend donc que la peinture de la première version du Saint Matthieu et l'Ange a déplu à tout le monde[120].

La Mort de la Vierge, 369 × 245 cm, 1605-1606. Musée du Louvre, Paris.

La peinture la plus célèbre de Caravage au Louvre, La Mort de la Vierge, connaît un destin similaire : le bruit continue de circuler que le tableau aurait déplu aux moines en raison des pieds nus et du corps trop humain de la Vierge. Selon Ebert-Schifferer, la réalité est quelque peu différente : le tableau a bien été retiré, mais il a d'abord été accroché et admiré. Son commanditaire l'a reçu et apprécié, et il est resté un certain temps en place sur l'autel. Il n'a donc pas déplu aux Carmes déchaussés, comme cela a été dit et répété. Ceux-ci ne voyaient rien à redire aux pieds nus et à la pauvreté des premiers chrétiens que l'on voit sur la toile. Ces moines cherchaient à imiter la vie de ces chrétiens qui leur servaient de modèles, comme ils cherchaient à imiter la vie de Jésus. Ils avaient fait vœu d'aller pieds nus dans de simples sandales, suivant en cela l'esprit de la Réforme catholique. La Vierge apparait simplement vêtue dans le tableau, avec le corps d'une femme ordinaire[N 36], plus très jeune - ce qui est correct - ni plus très svelte, ce qui était acceptable. Et le tableau se conforme, même dans le détail, aux indications de Charles Borromée pour le geste de Marie-Madeleine qui se cache le visage. Or le bruit court à l’époque de l’accrochage que c'est une prostituée qui a posé pour la Vierge. Celui ou ceux qui font courir ce bruit ont tout intérêt à ce qu'on retire le tableau de l'église[N 37]. Toutefois, deux collectionneurs entreprenants se présentent pour acheter l'œuvre dès qu'elle est décrochée[N 38]. Cette manœuvre habile ne signifie donc pas que le tableau est scandaleux ou révolutionnaire ; elle souligne bien au contraire la nouveauté très appréciée du travail de l'artiste. Il était presque inévitable que Caravage, comme tout autre peintre à Rome, prît une courtisane comme modèle dans toutes les toiles présentant des figures féminines de manière naturaliste, car il était interdit aux Romaines « honorables » de poser. La grande majorité des peintres du XVIe siècle qui pratiquaient l'imitation de la nature, avec une idéalisation plus ou moins prononcée, utilisaient des sculptures antiques comme modèles. Caravage se devait de typer le modèle naturel (comme l'avaient fait ses prédécesseurs, Antonio Campi, par exemple) afin que celui-ci ne pût être identifié[121].

Salvy souligne par ailleurs l'incohérence de certains refus, notamment ceux des tableaux pour la chapelle Cerasi (dans l'église Santa Maria del Popolo) : La Conversion de saint Paul et Le Crucifiement de saint Pierre. En effet, ces deux panneaux de bois peints sont rejetés mais ensuite remplacés par des toiles, cette fois acceptées ; or il apparaît flagrant que la seconde version de La Conversion est pourtant encore moins conventionnelle ou « convenable » que la première[N 39]. On peut expliquer cela par la puissance du commanditaire, « en mesure d'imposer ses goûts à un bas clergé ignare et rétif à toute nouveauté », mais Salvy indique que cela tend aussi à prouver paradoxalement le succès de Caravage puisque c'est toujours à lui qu'on s'adresse pour réaliser une seconde version des œuvres contestées, au lieu de solliciter un autre peintre plus conventionnel[122].

La légende d'un art empreint de violence[modifier | modifier le code]

Les recherches poursuivies récemment par les plus grands spécialistes remettent en perspective les allégations tendant à disqualifier Caravage et sa peinture, selon une tradition qui remonte à ses contemporains et en particulier à Baglione[123]. Ces textes anciens doivent être confrontés aux documents d'époque retrouvés dans les archives. Arnauld Brejon de Lavergnée relève dans la méthode de Sybille Ebert-Schifferer[124] l’analyse serrée des sources (Van Mander, Giulio Mancini, Baglione et Bellori[125]) et remarque qu’une telle analyse met en question le cliché le plus répandu concernant Caravage : son caractère violent. Celui-ci provient au départ d'un texte du Hollandais Van Mander, publié en 1604, qui fait du peintre un homme toujours prêt à se battre et à provoquer des troubles. Or, l'étude des rapports de police de l'époque laisse supposer que Van Mander a été mal informé et qu'il a pris pour Caravage ce qui était reproché à son ami et alter ego, Onorio Longhi, qui, à la fin de l'année 1600, a bien subi trois mois d'interrogatoires pour toute une série de délits. Il est établi aujourd'hui que les deux plaintes dont Caravage a fait l'objet ont été classées sans suite. Le fait de porter l'épée lui a été reproché, mais il s'explique en replaçant l'artiste dans son contexte social. Van Mander et Van Dijck, qui relèvent le fait, s'en étonnent car ils sont étrangers. L'œuvre a été tout autant discréditée que le peintre, et curieusement en raison même de son succès[N 40].

Saint François en méditation sur le crucifix, 128 × 90 cm, 1606. Museo Civico ala Ponzone, Crémone.

Même s'il est certain que Caravage a effectivement commis un homicide et qu'il se montre régulièrement agressif et susceptible, il convient d'une part de remettre ses mœurs dans le contexte de l'époque, et d'autre part de faire preuve de discernement pour ne pas nécessairement assimiler son mode de vie à ses choix artistiques. Sur ce dernier point, un regard objectif sur les œuvres de la période napolitaine puis sicilienne (c'est-à-dire après avoir fui Rome) ne permet pas d'y percevoir de façon évidente ni culpabilité ni tourment intérieur. Ebert-Schifferer appuie notamment cette analyse sur l'observation de deux tableaux : le Saint François en méditation sur le crucifix (probablement 1606) qui suit immédiatement sa fuite, puis La Résurrection de Lazare (1609) réalisé à Messine. Elle montre les limites de l'hypothèse selon laquelle l'artiste signifie son repentir dans le visage souffrant de saint François : « une telle identification repose sur l'hypothèse que le peintre désespéré aurait voulu ici figurer son repentir. Or, François n'est absolument pas tourmenté par sa conscience ; il ne fait que s'identifier à la Passion du Christ[69]. » De même, en Sicile : « Il n'y a apparemment pas lieu de croire que le meurtre de Ranuccio Tomassoni lui pesait sur la conscience (…) L'autoportrait inclus dans la Résurrection de Lazare, tout comme dans ses toiles antérieures, atteste qu'il se considérait comme un chrétien convaincu et non tel un homme aux abois, en proie à des pressentiments et des pensées morbides, comme on l'admet presque unanimement[126]. » Cela ne signifie pas non plus que Caravage ne souffre aucunement de sa situation d'exilé, ni de certains revers comme la perte de son titre de chevalier qui le trouble certainement[126] ; mais il est sans doute abusif de vouloir interpréter son œuvre à travers ce prisme.

Quant à l'attitude fréquemment susceptible et violente de Caravage — là aussi effectivement attestée par différents documents et minutes de procès —, des éléments de contexte sont tout de même à prendre en compte avant de parvenir à des conclusions hâtives sur leur caractère extraordinaire. Les mœurs de la jeune aristocratie romaine de l'époque pouvaient effectivement porter à des attitudes de ce type, et rencontraient souvent la bienveillance des institutions, comme en témoigne d'ailleurs le pardon finalement accordé par le pape à Caravage en dépit du crime de sang dont il s'était rendu coupable. Ainsi, le port illégitime de l'épée qui lui vaut à Rome des séjours en prison est à considérer comme une infraction mineure pour l'époque. Ce fait peut être rapproché des conventions et des valeurs partagées par les nobles et même les petits nobles, pour lesquels le code de l'honneur faisait que l'on pouvait être discrédité pour la vie si l'on ne répondait pas à un affront. L'époque était très violente avec une certaine fascination pour la mort. Ces codes étaient largement partagés dans de nombreux pays de la chrétienté[127].

Ebert-Schifferer résume son point de vue en ces termes : « c'est donc se tromper de chemin que de juger les forfaits de Caravage, tout à fait ordinaires pour l'époque, comme l'expression d'un trouble de la personnalité qui se serait aussi répercuté dans ses œuvres. Ces incartades n'empêchèrent aucun de ses amateurs, aussi pieux fût-il, de lui commander des peintures, bien au contraire (…)[97] »

Quoi qu'il en soit, le travail de dépréciation entrepris par les premiers biographes de Caravage (au premier rang desquels son ennemi Giovanni Baglione, repris par Bellori) porte efficacement ses fruits, et contribue sans doute à atténuer l'appréciation du rôle essentiel qu'il joue sur le monde artistique. Il faut finalement attendre le début du XXe siècle, et les travaux de spécialistes passionnés comme Roberto Longhi ou Denis Mahon, pour que soient reconnues l'importance de l’œuvre de Caravage et l’étendue de son influence sur les arts visuels des siècles qui suivirent. De nombreux peintres aussi importants que La Tour, Vélasquez, Rubens ou Rembrandt furent inspirés, de manière directe ou indirecte, par ses peintures[128].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des peintures du Caravage.

L'évolution du catalogue[modifier | modifier le code]

Comme aucun dessin de Caravage n'a été retrouvé, toute son œuvre est constituée de peintures. Si lors des premiers recensements, au XIXe siècle, on a compté jusqu'à 600 peintures attribuées au peintre, bien qu’un grand nombre ait été perdu ou détruit, ce chiffre est tombé aujourd'hui autour de 80. Dans ce groupe, la plupart des peintures sont reconnues unanimement par la communauté des spécialistes de Caravage. Quelques-unes sont proposées au cours des années 1990 et 2000 à l'occasion de restaurations qui permettent de retrouver le tableau originel sous les repeints, mais certaines (une dizaine) restent contestées. Il pourrait alors s'agir, éventuellement, de copies anciennes, mais certaines peuvent être attribuées à d’autres artistes.

Comme la plupart des artistes de cette époque, Caravage ne laisse ni date, ni signature sur ses tableaux, à deux exceptions près : La Décollation de saint Jean-Baptiste, qui est symboliquement signée avec la représentation du sang qui gicle au bas du tableau, et la première version (authentifiée en 2012[129]) de la Tête de Méduse[130]. Les attributions sont encore compliquées par le fait qu'il est d'usage courant à l'époque pour certains artistes d'exécuter eux-mêmes des copies ou des variantes de leurs tableaux à succès — ce que fait Caravage lui-même pour plusieurs de ses œuvres, comme pour La Diseuse de bonne aventure — mais aussi que d'autres artistes peuvent se voir commander des copies de tableaux très appréciés. Des analyses stylistiques et physico-chimiques poussées, associées à des recherches en archives, permettent toutefois d'approcher un catalogue assez précis de l’œuvre dense de Caravage.

Outre d'éventuelles œuvres disparues à l'époque de Caravage ou après sa mort, trois de ses tableaux connus ont été détruits ou dérobés à Berlin en 1945, à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il s'agit de Saint Matthieu et l'Ange (la première version destinée à la chapelle Contarelli, exposée temporairement avant son achat privé, puis remplacée par une seconde version), du Portrait d'une courtisane, et du Christ au Mont des Oliviers. Par ailleurs, la Nativité a été volée au musée de Palerme en 1969 — sans doute par la Mafia sicilienne — et jamais retrouvée depuis[131].

Polémique d'attributions[modifier | modifier le code]

Loches[modifier | modifier le code]

Début 2006, une polémique a lieu au sujet de deux tableaux retrouvés en 1999 dans l'église Saint-Antoine de Loches en France, dont l'authenticité, établie par quelques spécialistes, est contredite par beaucoup d'autres qui les considèrent comme des copies[132],[133]. Il s'agit d'une version du Souper à Emmaüs et d'une version de L'Incrédulité de saint Thomas. La municipalité de Loches, tenante de l'hypothèse des tableaux autographes, souligne que Caravage exécutait souvent lui-même plusieurs versions d'un même tableau, allant jusqu'à en effectuer des quasi-copies comportant seulement quelques détails différents[134].

Royal Collection[modifier | modifier le code]

La Vocation de saint Pierre et saint André, 140 × 176 cm, 1603-1606, huile sur toile. Royal Collection, Londres.

Une nouvelle œuvre de Caravage est authentifiée en 2006, puis de nouveau considérée comme copie d'une peinture perdue. Relégué dans les sous-sols de la collection royale du palais de Buckingham, ce tableau intitulé La Vocation de saint Pierre et saint André et jusque-là considéré comme une copie, est attribué en novembre 2006 au peintre et exposé pour la première fois en mars 2007 dans une exposition consacrée à l'art italien. La toile, qui mesure 140 cm de haut sur 176 cm de large[135], sortait d'une restauration.

Le site de la Royal Collection indique toutefois qu'il s'agit d'une copie d'après Caravage, et propose également le titre alternatif de Pierre, Jacques et Jean[136].

Les dessins de Milan[modifier | modifier le code]

Le 5 juillet 2012, une centaine de dessins et quelques peintures réalisés dans sa jeunesse auraient été retrouvés par des experts dans une collection à l'intérieur du château Sforzesco à Milan[137]. Cette attribution, remise en doute par plusieurs spécialistes du peintre, reste sujette à caution[138].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ces informations sont connues grâce à son acte de baptême retrouvé en 2007 à Milan. Auparavant on le faisait naître en 1573 à Caravaggio. Le 29 septembre est le jour de la célébration de Saint Michel Archange, ce qui explique le prénom donné à l'enfant.
  2. Le nom Merisi est occasionnellement trouvé sous la graphie ancienne Amerighi : voir (it) Vincenzio Fanti, « Descrizzione completa di tutto ciò che ritrovasi nella galleria di pittura e scultura di sua altezza Giuseppe Venceslao del S.R.I. Principe Regnante della casa di Lichtenstein », Trattner,‎ 1767, p. 21. Voir aussi (en) Sacheverell Sitwell, « Southern Baroque Art: A Study of Painting Architecture And Music in Italy and Spain », Kessinger Publishing,‎ 2005 (1è éd. 1924), p. 286
  3. Il s'agit de la Veneranda fabbrica del Duomo di Milano, institution chargée de la construction puis de la conservation de la cathédrale de Milan, le « Duomo ».
  4. L'archive paroissiale rapporte dans l'acte de baptême « Adi 30 fu bat[tezzato] Michel Angelo f[ilio] de D[omino] Fermo Merixio et d[omina] Lutia de Oratoribus. Compare Francesco Sessa » : voir (it) Marco Carminati, « Caravaggio da Milano », sur Sole24ore,‎ 2007.
  5. Giulio Mancini, un des biographes du peintre, raconte dans Considerazioni sulla pittura (1621) l'enfance de Caravage: « il étudia pendant son enfance pendant quatre ou cinq ans à Milan, avec diligence ». Francesca Cappelletti parle d'une pension d' « au moins quatre ans, et peut-être six ». Voir Cappelletti 2008, p. 16.
  6. Ebert-Schifferer signale ce probable contact (pages 46-47) et reproduit Le mangeur de fèves, avec sa manière « libre et antiacadémique ».
  7. Alessandro Ballarin : notice 64, in Le siècle de Titien: L'âge d'or de la peinture à Venise, 1993, datation proposée page 386. Ce tableau est aussi reproduit dans Puglisi, 2007, page 94 à propos du Joueur de Luth de l'Ermitage : le motif de la mise en scène de la musique était un thème riche de connotations religieuses, et très en vogue en Italie du Nord au XVIe siècle. Caravage tire parti de cette image du peintre « nordique » au début de sa carrière.
  8. Reproduit et commenté dans Ebert-Schifferer 2009, p. 40 : « Lomazzo devint, sous le pseudonyme de Zavargna, membre de l'Accademia della Val di Blenio qui se plaça sous le patronage de Bacchus pour s'adonner à la poésie dans une langue secrète… ». Caravage s'est aussi piqué de jeux poétiques avec ses amis lors de sa période romaine. Lomazzo est également célèbre par son Iconographia, un ouvrage essentiel pour les peintres, même s'il était probablement critiqué dans les années de jeunesse de Caravage. Le motif du tableau — le peintre portant des attributs de Bacchus — , va être repris par lui au début de sa carrière à Rome.
  9. D'autres peintures d'Antonio Campi se trouvent dans cette église , avec l'effet de lumière dit « à la chandelle » pour la Décollation de saint Jean-Baptiste, 1571. Reproduit dans Puglisi 2007, p. 26.
  10. Les pieds nus, parfois sales, correspondaient à une tradition picturale qui reflétait les convictions des principaux acteurs de la Contre-Réforme, Charles Borromée et Philippe Néri. Le cardinal Baronio, un oratorien, affirma en 1588 (alors qu'il prônait le retour à la piété des premiers chrétiens face à la misère populaire croissante) que les apôtres, premiers chrétiens, possédaient à la rigueur des sandales mais qu'ils marchaient, selon toute vraisemblance, les pieds nus. Ces représentations furent peu à peu oubliées ensuite, au point d'être jugées irrespectueuses dans la seconde moitié du XVIIe siècle.Ebert-Schifferer 2009, p. 121
  11. Grégoire XIV, lombard et très proche de Charles Borromée et de Philippe Neri, occupe brièvement le siège pontifical entre Clément VIII et Sixte Quint (pendant l'année 1591)
  12. Ebert-Schifferer souligne toutefois l'absence de certitude quant à cette rencontre avec Minniti, et situe plus tard la rencontre avec Orsi (1594?). Voir Ebert-Schifferer 2009, p.52.
  13. Ce séjour à l'atelier d'Antiveduto Grammatica est évoqué par son premier biographe, Baglione, et par des notes ultérieures de Bellori en marge du texte de Baglione. Le lien entre Antiveduto et Caravage n'est cependant pas confirmé par ailleurs. Voir Ebert-Schifferer 2009, p.52.
  14. Le trésorier général du pape, Tiberio Cerasi, chargea Giustiniani des modalités financières de la réalisation de la chapelle qu'il venait d’acquérir, en septembre 1600, à l'église Santa Maria del Popolo ; autre commande prestigieuse et déterminante pour Caravage (Ebert-Schifferer 2009, p. 132)
  15. Ebert-Schifferer cite notamment l'exemple des corrections apportées à la première version du Saint Matthieu et l'Ange : Ebert-Schifferer 2009, p. 117
  16. Puglisi 2007, p. 143 sq. : histoire détaillée de la commande avec des photos d'ensemble des chapelles Contarelli et Cerasi présentant les tableaux dans leur contexte de marbres polychromes et d'inscriptions gravées.
  17. La seconde version a été aussi acceptée.
  18. Hilaire et Hémery 2012, p. 49 : ces procédés qui constituent l'essentiel de la Manfrediana methodus (la méthode de Bartolomeo Manfredi) furent abondamment repris par de nombreux peintres du caravagisme présentés en exposition à l'été 2012 à Montpellier et Toulouse.
  19. Carel van Mander, comme le peintre Floris van Dijk dont il retrace les propos dans son Livre des peintres, sont deux honnêtes Hollandais qui s'étonnent du comportement des peintres italiens. Ils s'étonnent aussi de voir ces peintres flâner des heures entières dans les rues, ne percevant pas que cet exercice qui excite la mémoire visuelle fait partie du métier de peintre comme l'entendent les Italiens. Ebert-Schifferer 2009, p. 16.
  20. Le détail est connu grâce aux procès-verbaux de l'affaire qui ont été retrouvés dans les archives nationales maltaises par le chercheur Keith Sciberras
  21. Giovanni Baglione : « Parti dans une felouque avec quelques effets pour aller à Rome, il revenait sur la parole du cardinal Gonzague qui avait parlementé avec le pape Paul V. Quand il fut arrivé sur la plage de Palo Laziale, il fut fait prisonnier et mis en prison où il resta deux jours, puis fut relâché ». Relâché, il n'aurait plus retrouvé le bateau, qui serait retourné à son domicile à Naples au palais de Costanza Colonna, avec ses tableaux à bord.
  22. Giovanni Pietro Bellori parle du comportement insensé d'un homme marchant des dizaines de lieues sous le soleil de juillet dans la Maremme infestée de malaria.
  23. La maladie des peintres ou saturnisme est due à l'absorption de plomb, ou de sel de plomb par l'artiste, soit par ingestion (mains sales portées à la bouche), soit par inhalation des vapeurs lors de la préparation des huiles par cuisson avec ajout de plomb (litharge).
  24. La figure de dos est une « figure repoussoir » à laquelle le spectateur peut s'identifier par empathie (Jean Clay, Le romantisme , Paris, Hachette Réalités,‎ 1980, 319 p. (ISBN 2-7118-2915-4), p. 300)
  25. Ceci concerne, entre autres, Arasse 2008, p. 317, bien qu'ici l'auteur parle de « réalisme », avec des guillemets.
  26. En particulier les ouvrages récents : Ebert-Schifferer 2009, p. 259 - 261, Puglisi 2007, p. 39 et 52, Hilaire et Hémery 2012, p. 29
  27. Les détails reproduits dans l'ouvrage de Mina Gregori, à partir de l'année 1606 : La Madone des palefreniers (106), Saint Jérôme écrivant (1606), Le Souper à Emmaüs de Milan (1606), Le Christ à la colonne ou Flagellation du Christ (Rouen) (1606-1607) montrent clairement ce que l'on entend par le « travail du pinceau » dans l'œuvre tardive. Gregori 1995, p. 108 sq.
  28. L'architecture représente la façade principale du palais du Grand Maître de la Valette. C'est, dans toute l'œuvre de Caravage, l'unique description d'un détail existant. Mais son traitement, non comme une représentation de détails anecdotiques, mais comme des éléments de la composition du tableau, fait de la toile, sur l'autel de la co-cathédrale Saint-Jean de La Valette, une structure décentrée sur le groupe de gauche (quatre figures debout dos courbé, en arc) renforcé par la barrière et l'arc, contrebalancé par la figure de droite derrière la grille de la fenêtre et son cadre. La figure de Jean-Baptiste, l'action de la décollation, n'occupent qu'une surface très réduite, bien que placées sur l'axe médian et avec le rouge du drapé et celui du sang — ce qu'Alfred Moir exprime ainsi : « L'impact dramatique de la composition en neutralise presque la portée en tant que composition abstraite »: Moir 1994, p. 37 (planche) Deux détails anti-naturalistes, que remarque Eberhard König (Könemann, 1997, p. 127) : le bourreau semble bien plus grand que les autres personnages, et le sang qui gicle sert à inscrire " f michela " qui permet deux lectures " Michelangelus fecit " ("Michelange Merisi l'a peint"), " f " désigne l’auteur du tableau, ou " frater Michelangelus" ("frère Michelange") et " f " désigne le peintre en tant que frère de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem.
  29. Voir par exemple à l'article Georges de La Tour : Saint Joseph charpentier
  30. Voir par exemple Leçon d'anatomie du docteur Tulp ou La Ronde de nuit
  31. Puglisi 2007, p. 381 : « Dans les commandes publiques à personnages multiples, comme Les Sept Œuvres de miséricorde et même ses tableaux de chevalets[…] comme L'Incrédulité de saint Thomas… »
  32. Ebert-Schifferer 2009, p. 253 : « L'abozzo ne remplaçait en aucune manière le dessin préparatoire, mais aidait à disposer les valeurs lumineuses… »
  33. Puglisi 2007, p. 382 : un abozzo important a été retrouvé par radiographie sous Le Martyre de saint Matthieu. Mais plusieurs moments d'une réflexion s'y superposent où l'artiste essaie une solution de composition, une pose, puis la recouvre par une autre. Cependant comme la première solution recouvre presque la totalité de la toile on aurait une première version abandonnée inachevée, puis entièrement recouverte par la seconde version. Ceci ne permet pas d'en déduire qu'il pensait sur la toile, sans aucun dessin. En revanche de nombreux repentirs ont été décelés, où l'artiste ajuste une pose ou un détail. Mais c'était une pratique commune à cette époque.
  34. Salerno souligne par ailleurs que le succès de Caravage se maintient sans discontinuer, même après le début de ses déboires judiciaires. Gregori, Salerno, Spear et alii, p. 20-21
  35. Salvy évoque ainsi l'aspect potentiellement choquant de représenter Marie-Madeleine en pleurs aux pieds de la Vierge mourante, ou bien Matthieu sous les traits d'un paysan grossier, ou encore le même Matthieu en agent de change, suivant ainsi trop scrupuleusement — pour certains — le texte biblique. Salvy 2008, p. 137-138
  36. « Le cardinal Baronio, dans ses Annales Ecclesiastici, accordait une grande importance à la mort physique de la Vierge, créature terrestre. » Ebert-Schifferer 2009, p. 181
  37. La Mort de la Vierge, commandité par le donateur Laerzio Cherubini, est effectivement retiré. En effet l'église est liée par contrat à une maison fondée pour remettre sur le droit chemin les prostituées et les jeunes filles en danger. Raconter que le modèle est une courtisane relève donc d'un excellent calcul. Ebert-Schifferer 2009, p. 184
  38. Giulio Mancini (un des biographes du peintre), qui tente de l'acquérir dès le tableau enlevé, et Rubens, qui va l'emporter et qui avait conseillé cet achat à son maître d'alors, le duc de Mantoue. Il le paie 350 écus, somme très importante pour un tableau d'autel de cette dimension. Rubens doit accepter la demande des artistes et exposer publiquement le tableau pendant une semaine. (Ebert-Schifferer 2009, p. 181)
  39. La première version sur bois du Crucifiement de saint Pierre a disparu, ce qui empêche de pousser l'analyse de ce côté.
  40. Une émission télévisée française de 1988 donne un aperçu de la façon dont la vie de Caravage pouvait encore être considérée à cette date, en mêlant certains faits attestés à des interprétations extrêmement négatives sur sa personnalité (Lambert, Gilles. Interview par Bernard Pivot. Apos’. Archives INA de la télévision. Antenne 2. 18 décembre 1988. Accédé le 11 janvier 2014.)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Puglisi 2007, p. 15.
  2. (it) Maurizio Marini, Michelangelo da Caravaggio 1602: La notte di Abramo, Rome, Viviani Editore,‎ 2007 (ISBN 8879931245)
  3. a, b et c Cappelletti 2008, p. 16.
  4. a et b Puglisi 2007, p. 18.
  5. a, b et c Salvy 2008, p. 19.
  6. Ebert-Schifferer 2009, p. 4.
  7. Puglisi 2007, p. 21.
  8. Bolard 2010, p. 27.
  9. Moir 1994, p. 7.
  10. (it) Tesorio Giuseppe, « Crapa Pelada e il Caravaggio », sur Corriere della Sera,‎ 2009 (consulté le 2 mai 2013)
  11. Hilaire, Gregori, Zeder et alii 2012, p. 4. Même référence pour les frères Antonio et Vincenzo Campi. Le sujet est développé, avec les références vénitiennes et bolonaises dans un autre ouvrage : Hilaire et Hémery 2012, p. 46
  12. Titien : Le Couronnement d'épines, à Santa Maria delle Grazie, aujourd'hui au Louvre, signalé par Michel Hilaire : Caravage : Hilaire et Hémery 2012, p. 46 note 9
  13. a, b et c Cappelletti 2008, p. 19.
  14. Hilaire, Gregori, Zeder et alii 2012, p. 6
  15. a et b Longhi 2004, p. 111 à 167.
  16. Signalé par Catherine Puglisi 2007, p. 35
  17. Hilaire et Hémery 2012, p. 45
  18. Puglisi 2007, p. 4
  19. Ebert-Schifferer 2009, p. 32-35
  20. Ebert-Schifferer 2009, p. 171 et 180
  21. Ebert-Schifferer 2009, p. 31
  22. Ebert-Schifferer 2009, p. 43-44.
  23. Ebert-Schifferer 2009, p. 43.
  24. Hilaire et Hémery 2012, p. 46.
  25. a, b, c et d Cappelletti 2008, p. 20.
  26. Ebert-Schifferer 2009, p. 45-46 et 48-49.
  27. a et b Salvy 2008.
  28. Ebert-Schifferer 2009, p. 51
  29. (it) « Il cavalier d'Arpino (1568-1640) », sur Argomenti di storia dell'arte (consulté le 18 février 2012)
  30. Ebert-Schifferer 2009, p. 55.
  31. Ebert-Schifferer 2009, p. 62.
  32. Puglisi 2007, p. 66.
  33. Ebert-Schifferer 2009, p. 66.
  34. Cappelletti 2008, p. 23.
  35. (en)Article de Luigi Salerno, The Roman World of Caravaggio: His Admirers and Patrons Gregori, Salerno, Spear et alii, p. 20-21
  36. Ebert-Schifferer 2009, p. 63-64.
  37. Hilaire et Hémery 2012, p. 47 : Michel Hilaire, Caravage.
  38. Ebert-Schifferer 2009, p. 64-65.
  39. Ebert-Schifferer 2009, p. 90.
  40. Bellori 1991, p. 17
  41. Ebert-Schifferer 2009, p. 90 sq..
  42. a et b Ebert-Schifferer 2009, p. 113.
  43. Puglisi 2007, p. 40.
  44. a, b, c et d Ebert-Schifferer 2009, p. 117.
  45. Puglisi 2007, p. 145.
  46. Ebert-Schifferer 2009, p. 140.
  47. Hilaire et Hémery 2012, p. 48.
  48. (it) Andrea Lonardo, « Caravaggio e la Cappella Contarelli. La luce e le tenebre dal Cavalier d'Arpino al Merisi, Berlingero Gessi e note di cronologia: nuove tesi per una corretta interpretazione, di Andrea Lonardo (I parte) », sur Gli Scritti,‎ 2011 (consulté le 12 janvier 2014)
  49. Hilaire et Hémery 2012, p. 50 sq..
  50. Ebert-Schifferer 2009, p. 123.
  51. (it)Le vite de' pittori scultori et architetti. Dal pontificato di Gregorio XIII del 1572. In fino a' tempi di Papa Vrbano Ottauo nel 1642 sur Google Livres, Rome, Andrea Fei, 1642
  52. Salvy 2008, p. 149.
  53. Ebert-Schifferer 2009, p. 250-251.
  54. Gregori, Salerno, Spear et alii, p. 20
  55. Ebert-Schifferer 2009, p. 162.
  56. Ebert-Schifferer 2009, p. 96-97.
  57. Ebert-Schifferer 2009, p. 141
  58. a, b et c Gregori, Salerno, Spear et alii, p. 19
  59. Ebert-Schifferer 2009, p. 148.
  60. Ebert-Schifferer 2009, p. 295.
  61. Ebert-Schifferer 2009, p. 15-16 pour le passage.
  62. Ebert-Schifferer 2009, p. 193 pour tout ce passage.
  63. Ebert-Schifferer 2009, p. 195.
  64. Berne-Joffroy 1999, p. 28
  65. Ebert-Schifferer 2009, p. 197.
  66. a et b Ebert-Schifferer 2009, p. 201.
  67. Ebert-Schifferer 2009, p. 211.
  68. Ebert-Schifferer 2009, p. 208-209.
  69. a et b Ebert-Schifferer 2009, p. 198.
  70. Ebert-Schifferer 2009, p. 211-213.
  71. Hilaire et Hémery 2012, p. 63
  72. Ebert-Schifferer 2009, p. 215
  73. Salvy 2008, p. 236
  74. Ebert-Schifferer 2009, p. 218-219.
  75. Ebert-Schifferer 2009, p. 221.
  76. Ebert-Schifferer 2009, p. 223.
  77. Ebert-Schifferer 2009, p. 226.
  78. Ebert-Schifferer 2009, p. 229
  79. Ebert-Schifferer 2009, p. 231
  80. Ebert-Schifferer 2009, p. 233
  81. Ebert-Schifferer 2009, p. 234 à 239.
  82. Les évènements sont ceux rapportés par son biographe Giulio Mancini et par le peintre Giovanni Baglione.
  83. a et b Ebert-Schifferer 2009, p. 234.
  84. a et b Ebert-Schifferer 2009, p. 237.
  85. Documents tirés des Archives de l'État et des archives du Vatican : (it)« "Caravaggio morì a Palo laziale" : la scoperta del professor Pacelli », sur La Repubblica Roma,‎ 2012 (consulté le 17 janvier 2014)
  86. Stefania Macioce, Michelangelo Merisi da Caravaggio. Fonti e documenti 1532-1724, Rome, 2003, citée par Ebert-Schifferer 2009, p. 237
  87. (en)« Caravaggio death certificate 'found' », sur BBC,‎ 2001 (consulté le 17 janvier 2014)
  88. Hilaire et Hémery 2012, p. 63.
  89. « Les restes du Caravage retrouvés et identifiés », sur Le Monde.fr,‎ 2010 (consulté le 17 janvier 2014)
  90. Voir l’article d'Annick Lemoine : L’art d’après nature. Réflexions sur l’apparence du naturel dans la peinture caravagesque à Rome. Hilaire et Hémery 2012, p. 157 sq.
  91. Hilaire et Hémery 2012, p. 49.
  92. Voir la notice d'Annick Lemoine Hilaire et Hémery 2012, p. 172
  93. Berne-Joffroy 1999, p. 13.
  94. Ebert-Schifferer 2009, p. 260
  95. Gregori 1995, p. 20.
  96. Ebert-Schifferer 2009, p. 144-145 entre autres.
  97. a et b Ebert-Schifferer 2009, p. 166.
  98. Ebert-Schifferer 2009, p. 145 ; 167.
  99. Ebert-Schifferer 2009, p. 175.
  100. Arasse 1992.
  101. Moir 1994, p. 26 (hors-texte).
  102. a et b Moir 1994, p. 22 (hors-texte).
  103. Ebert-Schifferer 2009, p. 153
  104. Ebert-Schifferer 2009, p. 155.
  105. Ebert-Schifferer 2009, p. 231
  106. (en) Thomas Puttfarken, « Caravaggio's Story of St. Matthew: A Challenge to the Conventions of Painting », Art History, vol. 21, no 2,‎ juin 1998, p. 163-181
  107. Hilaire et Hémery 2012, p. 52
  108. Ebert-Schifferer 2009, p. 254
  109. Ebert-Schifferer 2009, p. 170-171
  110. Puglisi 2007, p. 380
  111. Ebert-Schifferer 2009, p. 251
  112. Puglisi 2007, p. 381
  113. Puglisi 2007, p. 385
  114. Ebert-Schifferer 2009, p. 253
  115. Ebert-Schifferer 2009, p. 105.
  116. Salvy 2008, p. 89-90.
  117. Salvy 2008, p. 140.
  118. Ebert-Schifferer 2009, p. 123
  119. Cappelletti 2008, p. 149.
  120. Ebert-Schifferer 2009, p. 130
  121. Ebert-Schifferer 2009, p. 161-162
  122. Salvy 2008, p. 143.
  123. Ebert-Schifferer 2009, p. 27
  124. Ebert-Schifferer 2009, p. 15
  125. Arnault Brejon de Lavergnée, « Caravage »,‎ avril 2010 (consulté le 5 mai 2013)
  126. a et b Ebert-Schifferer 2009, p. 233.
  127. Jean-Marie Constant, La vie quotidienne de la noblesse française aux XVIe et XVIIe siècles, Hachette,‎ 1985, 317 p. (ISBN 2-01-008354-7). Jean-Marie Constant est invité sur France Culture, dans La fabrique de l'histoire le 28 avril 2014 :Mousquetaires 1/4, à l'occasion de l'exposition Mousquetaires ! (INRAP) du 2 avril au 14 juillet 2014 au Musée de l'armée à l'Hôtel des Invalides à Paris.
  128. Laure Gonin-Hartman, La rhétorique du monstre au XVIe siècle, ProQuest,‎ 2008, p. 266
  129. (en) « Un tableau du Caravage définitivement identifié », sur FranceTV Info,‎ 24 février 2012.
  130. Ebert-Schifferer 2009, p. 104
  131. (en)Jonathan Jones, « The masterpiece that may never be seen again », sur Guardian.com,‎ 2008 ; version abrégée en français du Courrier International : Reverra-t-on un jour "La Nativité" du Caravage ?
  132. « Caravage à Loches », Libération, 26 janvier 2006.
  133. « À propos des deux tableaux retrouvés dans l’église de Loches »., La Tribune de l'art, 26 janvier 2006.
  134. « En Touraine, la petite ville de Loches défend ses deux Caravage », sur Le Point.fr,‎ 2013 (consulté le 28 avril 2014)
  135. Notice du musée
  136. (en) « Peter, James and John (The Calling of Saints Peter and Andrew) », sur royalcollection.org.uk (consulté le 23 avril 2013)
  137. Milan : découverte de dessins du Caravage, Le Figaro, 5 juillet 2012.
  138. Le Journal des Arts du 9/07/2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Documentation[modifier | modifier le code]

Bibliographie. Histoire de l'art[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  1. (en) Vincenzo Abbate, Gioacchino Barbera, Ferdinando Bologna, Antonio Ernesto Denunzio, Keith Sciberras, Donatella Spagnolo et David M. Stone, Caravaggio : The Final Years. The National Gallery (London), Napoli, Electa,‎ 2005, 191 p. (ISBN 88-510-0264-9), 28 cm, couleurs.
  2. Daniel Arasse, L'Homme en jeu. Les génies de la Renaissance, Paris, Hazan,‎ 2008 (ISBN 978-2-7541-0280-3), première édition 1978.
  3. Daniel Arasse, Le détail : pour une histoire rapprochée de la peinture, Paris, Flammarion,‎ 1992, 288 p. (ISBN 2-08-010962-6).
  4. Françoise Bardon, Caravage, ou l'expérience de la matière, Paris, Presses universitaires de France,‎ 1978, 222 p..
  5. Document utilisé pour la rédaction de l’articleGiovan Pietro Bellori, Vie du Caravage, Paris, Le promeneur,‎ 1991, 62 p. (ISBN 2-07-072391-7), première édition 1672. Une édition de 1821 est consultable sur Google Books : disponible en ligne(it) .
  6. Dictionnaire Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres,sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays, vol. 3, Gründ,‎ janvier 1999, 13440 p. (ISBN 2700030133), p. 219-222
  7. André Berne-Joffroy, Le Dossier Caravage : psychologie des attributions et psychologie de l’art, Paris, Flammarion, coll. « Idées et Recherches »,‎ 1999 (ISBN 978-2-213-63697-9), 1re éd. : Éditions de Minuit, Paris, 1959 - réédition 1999, annotée par Arnauld Brejon de Lavergnée.
  8. Laurent Bolard, Caravage, 1571-1610, Paris, Fayard,‎ 2010 (ISBN 978-2-213-63697-9).
  9. (en) Maurizio Calvezi, Caravaggio, Firenze, Giunti, coll. « Art Dossier »,‎ 1998, 63 p. (ISBN 88-09-76268-1).
  10. Document utilisé pour la rédaction de l’articleFrancesca Cappelletti (trad. Centre International d'Études Linguistiques), Le Caravage et les caravagesques, Le Figaro, coll. « Les Grands Maîtres de l'Art »,‎ 2008, 335 p. (ISBN 978-2-8105-0023-9).
  11. Document utilisé pour la rédaction de l’articleKeith Christiansen, Le Caravage et « l'esempio davanti del naturale », éditions Gérard Montfort,‎ 1995, 91 p. (ISBN 2-85226-515-X), première édition in The Art Bulletin, 1986.
  12. Document utilisé pour la rédaction de l’articleSybille Ebert-Schifferer, Caravage, Paris, Hazan,‎ 2009, 319 p. (ISBN 978-2-7541-0399-2).
  13. José Frèches, Le Caravage : Peintre et assassin, Paris, Gallimard,‎ 1995, 159 p. (ISBN 978-2-07-043913-3).
  14. Sydney Freedberg, Autour de 1600. Une révolution dans la peinture italienne, Paris, Gallimard, coll. « Art et artistes »,‎ 1993, 199 p. (ISBN 2-07-072972-9), première édition Harvard University Press, 1983.
  15. Document utilisé pour la rédaction de l’articleMina Gregori (trad. Odile Ménégaux), Caravage, Paris, Gallimard-Electa,‎ 1995 (ISBN 978-2-07-015026-7)
  16. Document utilisé pour la rédaction de l’article(en) Mina Gregori, Luigi Salerno, Richard Spear et al., The Age of Caravaggio, New York, Milan, The Metropolitan Museum of Art et Electa Editrice,‎ 1985, 367 p. (ISBN 0-87099-382-8) : catalogue des expositions du Metropolitan Museum of Art (New York) et du Museo Nazionale di Capodimonte (Naples) en 1985.
  17. Michel Hilaire, Caravage, le Sacré et la Vie : 33 tableaux expliqués, Herscher, coll. « Le Musée miniature » (ISBN 2-7335-0251-4)
  18. Document utilisé pour la rédaction de l’articleMichel Hilaire, Mina Gregori, Olivier Zeder et al., « Caravage et le caravagisme », Dossier de l'Art, no 197,‎ juin 2012, p. 95 (ISSN 1626-2255).
  19. Document utilisé pour la rédaction de l’articleMichel Hilaire et Axel Hémery (dir.), Corps et Ombres. Caravage et le caravagisme européen : Musée Cernuschi, Milan, Cinq continents,‎ 2012, 501 p. (ISBN 978-88-7439-569-9) : catalogue de l'exposition du Musée Fabre et du Musée des Augustins, été 2012. Voir la partie consacrée à Caravage, p. 45–99.
  20. Manuel Jover, Caravage, Terrail,‎ 2007 (ISBN 978-2-87939-321-6).
  21. Eberhard König (trad. Catherine Métais-Bührendt), Michelangelo Merisi da Caravaggio 1571-1610, Könemann, coll. « Maîtres de l'art italien »,‎ 1997, 140 p. (ISBN 3-8290-0703-5).
  22. Michel Laclotte et Jean-Pierre Cuzin (dir.), Dictionnaire de la peinture, Larousse,‎ 1987, 991 p. (ISBN 2-03-511307-5). Articles : Caravage, caravagisme, clair-obscur, tenebrosi - ténébrisme.
  23. Gilles Lambert, Caravage, Taschen,‎ 2004, 96 p. (ISBN 978-3-8365-2380-6).
  24. Document utilisé pour la rédaction de l’articleRoberto Longhi (trad. Gérard-Julien Salvy), Le Caravage, éditions du Regard,‎ 2004, 231 p. (ISBN 2-84105-169-2), première édition 1927.
  25. (it) Alberto Macchi (préf. Stefania Macioce), L'uomo Caravaggio - atto unico, Rome, AETAS,‎ 1995 (ISBN 88-85172-19-9).
  26. Alfred Moir, Caravage, Paris, Cercle d'art,‎ 1994, 52 p. (ISBN 2-7022-0376-0, OCLC 803902168).
  27. Dominique Ponnau (dir.), Caravage, une lecture, Paris, Éditions du Cerf,‎ 1993, 157 p. (ISBN 2-204-04749-X).
  28. Document utilisé pour la rédaction de l’articleCatherine Puglisi, Caravage, Paris, Phaidon,‎ 2007, 448 p. (ISBN 978-0-7148-9995-4), première édition 1998.
  29. Document utilisé pour la rédaction de l’articleGérard-Julien Salvy, Le Caravage, Paris, Gallimard, coll. « Folio »,‎ 2008 (ISBN 978-2-07-034131-3).
  30. Sebastian Schütze (dir.), Le Caravage - L'œuvre complète, Taschen France,‎ 2009 (ISBN 978-3-8365-0182-8).
  31. (en) John T. Spike, Caravaggio, Abbeville Press,‎ 2010, 2e éd. (ISBN 978-0789210593) (catalogue raisonné).

Fictions[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]
  1. Claude Esteban, L'Ordre donné à la nuit, Verdier, 2005. Roman.
  2. Dominique Fernandez, La Course à l'abîme, Grasset, Livre de Poche, 2002. Roman.
  3. (en) Peter Robb, M, The Man who became Caravaggio, 2000. Biographie romancée.
Films[modifier | modifier le code]
  1. Caravaggio, feuilleton télévisé italien réalisé par Silverio Blasi en 1967.
  2. Caravaggio, film britannique réalisé par Derek Jarman en 1986.
  3. Caravaggio, téléfilm franco-germano-italien réalisé par Angelo Longoni en 2007.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 2 avril 2007 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.