Mexique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l'ancienne forme du régime mexicain, voir Premier Empire (Mexique) et Second Empire (Mexique).

États-Unis du Mexique

Estados Unidos Mexicanos (es)

Drapeau
Drapeau du Mexique
Blason
Armoiries du Mexique
alt=Description de l'image MEX orthographic.svg.
Devise nationale Aucune
Hymne national Himno Nacional Mexicano
Administration
Forme de l'État République constitutionnelle présidentielle fédérale
Président Enrique Peña Nieto
Langues officielles Espagnol et toutes les langues indigènes y ont le même statut : celui de langues nationales.
Capitale Mexico

19° 03′ N 99° 22′ O / 19.05, -99.367

Géographie
Plus grande ville Mexico
Superficie totale 1 964 375 km2
(classé 14e)
Superficie en eau 2,5 %
Fuseau horaire UTC -6 à -8
Histoire
Indépendance de l'Espagne
Déclarée (es)
- Accomplie
- Reconnue
6 novembre 1813 [1][2]
27 septembre 1821
28 décembre 1836
Démographie
Gentilé Mexicain(e)
Population totale (projection 2014) 119 713 203[3] hab.
(classé 11e)
Densité 61 hab./km2
Économie
IDH (2012) en augmentation 0,775[4] (élevé) (61e[5])
Monnaie Peso mexicain ($) (MXN​)
Divers
Code ISO 3166-1 MEX, MX​
Domaine Internet .mx
Indicatif téléphonique +52

Le Mexique, en forme longue les États-Unis du Mexique[6],[7], ou en variante longue[8] les États-Unis mexicains[9],[10], en espagnol México et Estados Unidos Mexicanos[11], est un pays situé dans la partie méridionale de l'Amérique du Nord. Délimité au sud par le Guatemala et le Belize, et au nord par les États-Unis d'Amérique, il est bordé à l'est par le golfe du Mexique et la mer des Caraïbes et à l'ouest par l’océan Pacifique. C'est le quatorzième pays en termes de superficie, avoisinant 2 millions de km2. Il s'agit du onzième pays le plus peuplé du monde[12], avec une population à la mi-2014 de plus de 119 millions de personnes, dont la majorité a pour langue l'espagnol, reconnu par la loi ainsi que toutes les langues indigènes du pays comme langue nationale[13]. Politiquement, le Mexique est une république constitutionnelle fédérale à régime présidentiel composée de trente-et-un États et d'un district fédéral (DF), abritant la capitale, Mexico.

La présence humaine au Mexique remonte à 30 000 ans avant le présent. Après des millénaires de développement culturel sont apparues les cultures mésoaméricaines, aridaméricaines et oasisaméricaines. Avant les premiers contacts avec les Européens, vivaient diverses civilisations, tels les Olmèques, les Toltèques, les Zapotèques, les Mayas, et les Aztèques. En 1521, l'Espagne conquit et colonisa le territoire depuis Mexico-Tenochtitlan, qui devint la capitale de la vice-royauté de Nouvelle-Espagne. Après près de 300 ans de colonisation espagnole, le Mexique débute une guerre d'indépendance en 1810, dont il sortira victorieux contre l'Espagne en 1821. Le pays connaît ensuite un demi-siècle d'instabilité politique et financière, dont une tentative de reconquête par l'Espagne en 1829, des conflits mineurs et localisés tels que la guerre des Pâtisseries, une guerre contre les États-Unis, une guerre civile, une intervention française, et deux Empires. Durant la présidence de Porfirio Diaz, le pays a connu une période de modernisation et de croissance économique importante. Díaz fut renversé suite à une révolution en 1910, qui culmina avec la constitution de 1917 et la mise en place du système politique actuel.

Le Mexique fait partie des 20 premières puissances économiques mondiales (15e) avec un produit intérieur brut (PIB) de 1 260 milliards $[14]. Mesuré en parité de pouvoir d'achat, son PIB arrive cependant a la 10e place, devant l'Italie[15]. Le Mexique est le 9e plus grand producteur de pétrole au monde et le premier producteur d'argent. Puissance émergente, puissance moyenne a l'échelle mondiale et puissance régionale, le Mexique est le premier pays d'Amérique latine à avoir rejoint l'OCDE. Classé parmi les nouveaux pays industrialisés[16] , il s'agit, selon la Banque mondiale, d'un pays à revenu intermédiaire supérieur. Son économie est fortement liée à celle des États-Unis, par son appartenance à l'ALENA. Selon l'organisation mondiale du tourisme, le Mexique est la principale destination d'Amérique latine et la treizième plus visitée au monde. En plus d’être l'un des 17 pays mégadivers de la planète (il abrite de 10 à 12 % de la biodiversité mondiale et comprend plus de 12 000 espèces endémiques), il compte 32 sites culturels ou naturels inscrits par l'UNESCO au patrimoine de l'humanité. D'après le rapport de 2013 sur le développement humain El ascenso del sur de l'ONU, l'indice de développement humain du Mexique s'élève à 0,775 unités, et occupe la 61e place mondiale (au côté de l’Indonésie, la Turquie, la Thaïlande, l'Afrique du Sud) alors qu'en 1980 son indice ne s'élevait qu'à 0,598 unités. Le Mexique est également membre d'institutions internationales de grande envergure, telles que l'ONU, l'OMC et le G20.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Toponymie du Mexique.
Mythe de la fondation de Mexico-Tenochtitlan (Codex Mendoza).

Avant l'indépendance de la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne, il fut décidé que le pays prendrait le nom de sa capitale, Mexico. L'utilisation de ce toponyme remonte à la fin de l'époque préhispanique (postclassique tardif), chez les Nahuas (et plus particulièrement les indigènes de la cité, les Mexica). Il était alors accolé au toponyme Tenochtitlan.

L'origine et le sens de ce nom restent controversés. Le jésuite et historien Francisco Javier Clavijero soutient dans ses écrits qu'il dérive du mot nahuatl Mexitl ou Mexitli, un nom secret de Huitzilopochtli, la divinité tutélaire des Mexica[17]. Selon cette théorie, « Mexico » signifie « lieu [où vit] Mēxitli ou Mēxtli » ou « lieu où est construit le temple de Mexitli », en référence au Templo Mayor. Cette thèse était aussi partagée par Fray Juan de Torquemada ; toutefois Torquemada ajoute que Mexitli viendrait des mots metl (« agave ») et xictli (« nombril »). Selon cette version, Mexico signifierait mot pour mot « lieu dans le nombril d'agave » ; cette interprétation est aussi soutenue par le franciscain Motolinia. D'autres historiens, comme Bernardino de Sahagún, José de Acosta et Diego Durán, avancent dans leurs travaux que « Mexico » vient de Mecitl ou Mexi, qui était le nom d'un chef et prêtre qui guida les premiers Nahuas émigrés de la mythique Aztlan, qui étaient appelés Mexicas, et par conséquent, ce mot signifierait « peuple de Mexi ».

Certains experts, comme Alfonso Caso, ont suggéré que Mexico viendrait des mots metztli (« Lune »), xictli (« nombril », « centre », « milieu », « fils »), et du suffixe locatif -co. Par conséquent Mexico signifierait « lieu au milieu de la Lune » ou « lieu au centre du lac de la Lune », en faisant allusion au lac de Texcoco au milieu duquel a été construite la ville de Mexico. Cette version est fondée sur une légende aztèque qui raconte que lorsque les Mexicas arrivèrent pour la première fois au lac de Texcoco, ils virent la Lune qui s'y reflétait.

Le nom de la ville fut translittéré en espagnol (México) avec la valeur phonétique le x de l'espagnol médiéval, qui représentait la consonne fricative post-alvéolaire voisée /ʒ/, représenté par un j, évolua vers la consonne fricative vélaire sourde /x/ durant le XVIe siècle[18], qui conduisit à l'utilisation de la variante Méjico dans beaucoup de publications, en Espagne le plus souvent, tandis qu'au Mexique, México est restée la graphie préférée. Il y a quelques années, l’Académie royale espagnole, l'institution régulant la langue espagnole, statua que la graphie recommandée en espagnol serait México[19], et la majorité des publications dans tous les pays hispanophones adhèrent aujourd'hui à la nouvelle norme, même si la variante désuète se rencontre parfois[20]. En français, le x de Mexico et de Mexique ne représente ni le son originel ni le son actuel, mais la consonne /ks/.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire du Mexique.

Époque préhispanique[modifier | modifier le code]

Le territoire a été découvert et habité par des groupes de chasseurs-cueilleurs nomades il y a plus de 30 000 ans.

Pendant des milliers d'années, les habitants de cette région d'Amérique pratiquent la chasse et la cueillette jusqu'à la découverte de l'agriculture. À Guilá Naquitz, ont été mis au jour les restes les plus anciens de la domestication de la courge et de la calebasse, qui datent du 9e millénaire av. J.-C.[21], mais l'agriculture s'est développée de façon précoce dans des sites comme la vallée de Tehuacán où la domestication du maïs a eu lieu aux alentours du 5e millénaire av. J.-C.. Dès lors des groupes humains de cette région deviennent de plus en plus dépendants des produits agricoles, jusqu'à l'apparition de hameaux agricoles et jusqu'à la dépendance totale qui a lieu durant la période classique[22]. Tandis que l'agriculture prospère en Mésoamérique, les peuples au nord (Chichimèques) restent dépendants de la chasse et la cueillette.

L'histoire préhispanique de ce qui est actuellement le nord du Mexique est mal connu car les peuples qui occupèrent la région avaient une culture matérielle limitée. Ces peuples nomades qui habitaient les déserts, le littoral et les montagnes au nord de la Mésoamérique ne partageaient pas la même culture. Le site de la grotte de la Perra (Tamaulipas) a connu l'invention de l'agriculture et connu la présence humaine à partir de 12 000 av. J.-C.. Il y a des traces de peuples nomades dans les sites comme la grotte de la Candelaria (Coahuila, 8 000 av. J.-C.)[23], ou El Conchalito (Basse-Californie-du-Sud)[24]. On trouve également en Basse-Californie les peintures rupestres de la Sierra de San Francisco dont la fonction continue jusqu'au XIXe siècle, lorsque les derniers indigènes disparaissent de la région.

Certains auteurs[25] prennent comme marqueur du début de la civilisation mésoaméricaine la controversée[26] céramique Pox de Puerto Marqués, datée vers le XXIVe siècle av. J.-C.[27] Cette céramique mésoaméricaine pourrait avoir pour origine le contact entre la côte sud-américaine du Pacifique et l'occident de la Mésoamérique. Les nouvelles avancées techniques se diffusent dans toute la région si bien que, des siècles après, on produit une céramique dans d'autres hameaux du préclassique ancien (2 500-1 500 av. J.-C.) comme Chupícuaro et Tlatilco. Durant le préclassique moyen (ss. XIV-IV av. J.-C.), la culture olmèque se diffuse dans toute la Mésoamérique[28]. Après le déclin olmèque, l'essor simultané de plusieurs peuples a lieu. Par exemple la culture des tombes à puits de probable influence sud-américaine[29], la culture épi-olmèque à Tres Zapotes, l'épanouissement d'Izapa et le développement du compte long[30].

À la fin de cette étape, Teotihuacan devient la ville la plus importante de la vallée de Mexico. Durant le Classique ancien (ss. II-VI/VIII) l'influence de Teotihuacan se fait sentir dans toute la Mésoamérique, appuyé par son pouvoir politique et commercial[31]. Elle avait d'importants alliés, comme Monte Albán dans les vallées centrales d'Oaxaca. La civilisation mésoaméricaine s'étend plus au nord dans des sites comme La Quemada. Des influences culturelles arrivent du nord visibles dans la culture huastèque. La période classique est également l'époque de consolidation de la civilisation maya dans la péninsule du Yucatán et des hautes terres du Chiapas. D'un autre côté, dans les vallées et les montagnes du nord de la Sierra Madre occidentale se développe la culture Paquimé, résultat de la consolidation de l'agriculture dans le nord-est et l'échange entre la Mésoamérique et l'Oasisamérique.

Entre les Xe et XIIe siècles, le centre du Mexique est dominé par Tula, la capitale des Toltèques. La ville a établi des liens très forts avec plusieurs régions de Mésoamérique, mais particulièrement avec la péninsule du Yucatán, où se trouve la ville maya de Chichén Itzá. Au Oaxaca, au même moment, les Mixtèques commencent un processus expansionniste qui les mène à occuper les vallées centrales où vivaient les Zapotèques. En 1325, les Mexicas fondent Mexico-Tenochtitlan, la capitale de l'État le plus vaste qu'a connu la Mésoamérique, qui rivalisait seul avec les Tarasques de Tzintzuntzan.

Époque coloniale[modifier | modifier le code]

En 1519, les conquistadors, alliés à de nombreuses tribus ennemies des aztèques dont les Tlaxcaltèques et conduits par Hernán Cortés, se lancent à la conquête de l'Empire aztèque grâce à la qualité de leurs armes et de leur façon de combattre, ainsi que de la supériorité numérique de leurs alliés indigènes. Le 13 août 1521, la fin du siège de Tenochtitlan voit la victoire des Espagnols et la fin de l'empire aztèque.

Cortés se lance alors dans la conquête d'un vaste empire colonial appelé la Nouvelle-Espagne. Le territoire s'étendra jusqu'à une importante partie du sud des actuels États-Unis (notamment la Californie, l'Arizona, le Nouveau-Mexique et le Texas). Les principales villes mexicaines sont alors créées (Mexico sur les ruines de Tenochtitlán), Guadalajara, Puebla et Monterrey.

En même temps que la colonisation espagnole, des missionnaires arrivent dans le pays pour évangéliser la population qui avait survécu à la conquête. Parmi ces évangélisateurs, Bartolomé de las Casas se distingue par son désir de protéger la population indigène. Dès 1535, l’administration de la Nouvelle-Espagne est confiée à un vice-roi. Le premier sera Antonio de Mendoza, nommé par Charles Quint.

Pendant cette période, l’Espagne s'est enrichie grâce à l'exploitation des mines d'argent mexicaines, alors les plus riches du monde, dont le produit transite via Anvers, première place financière mondiale, pour permettre d'importer des biens de l'Inde, où les marchands sont friands d'argent-métal. Les espagnols implantent aussi la culture de la canne à sucre et du café, alors que sur le plan humain, la population amérindienne chuta de 80 %, à cause des épidémies et des travaux forcés. On estime qu'avant l'arrivée des Espagnols, le Mexique central comptait 25 millions d'habitants. Il en restait un million vers 1650[32].

Les trois siècles de domination espagnole (1521 - 1821) coïncident avec la création du Mexique en tant que nation latine, hispanique, catholique et métisse telle que nous le connaissons aujourd’hui[33]. L'architecture, la gastronomie, les fêtes mexicaines, et la structure familiale sont encore aujourd'hui largement influencées par ces trois siècles de domination espagnole[réf. nécessaire].

Malgré les très nombreuses destructions résultant de la colonisation du Mexique, une forme d'art colonial s'est développé à partir du XVIe siècle ; et ce pour plusieurs raisons : contexte humaniste européen et développement des cabinets de curiosités, propagande religieuse, développement d'une élite métisse, explosion d'un commerce intercontinental, etc. Ce phénomène a en outre permis la conservation et la diffusion de nombreuses techniques précolombiennes uniques au monde, comme l'art de la laque mexicaine (technique de collage très différent de la laque asiatique), du papier d'amate ou celui de la mosaïque de plumes, d'une extraordinaire virtuosité au vu des moyens à la disposition des artisans précolombiens[réf. nécessaire]. De ces très nombreux ouvrages envoyés en Europe pour la délectation des princes et collectionneurs, très peu sont parvenus jusqu'à nous. Quatre tableaux de mosaïques de plumes sont aujourd'hui conservés en France, dont deux datant du XVIe siècle : Le Triptyque de la crucifixion, conservé au Musée National de la Renaissance à Ecouen (Val d'Oise)[34], et la Messe de Saint-Grégoire, conservée au Musée des Jacobins d'Auch (Gers)[35].

Les populations indigènes ne furent pas entièrement soumises du fait de la chute de l'empire aztèque. De très nombreuses révoltes eurent lieu durant les trois siècles de la période coloniale[36].

Indépendance[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre d'indépendance du Mexique.
Article détaillé : Congrès de Chilpancingo.

Dans la nuit du 15 au 16 septembre 1810, depuis ce qui est aujourd'hui la ville de Dolores Hidalgo, dans l'État de Guanajuato, un espagnol né au Mexique, le curé Miguel Hidalgo, aujourd’hui héros national, lève, au cri de « Vive la Vierge de Guadalupe, vive Ferdinand VII, à bas le mauvais gouvernement ! » (c'est-à-dire celui de Joseph Bonaparte, au pouvoir depuis l'invasion de l'Espagne par les Français[37]), une armée hétéroclite et indisciplinée de villageois et d'indigènes pour le rétablissement de Ferdinand VII et contre les juntes espagnoles au service des Français. Il commence avec succès, mais échoue au Monte de las Cruces, dans sa tentative de prendre Mexico, et sera exécuté en 1811.

Les créoles (criollos (es), descendants d'Européens, le plus souvent d'Espagnols, mais nés hors de la métropole espagnole au nombre de un million en Nouvelle-Espagne devenue l'actuel Mexique, sont à la tête des métis et des mulâtres (qui ensemble sont 1,3 millions) et des indigènes (3,6 millions) qui forment la majeure partie des 6 millions de la population d'alors, mais sont tenus à l'écart du pouvoir politique et économique, les fonctions les plus prestigieuses et lucratives étant réservées aux Espagnols dont le nombres n'était que de 75000 (peninsulares, nés dans la métropole, que les créoles nomment aussi gachupines (es)). Cet antagonisme est à l'origine du processus d'indépendance du pays, même s'il n'a pas consisté en un appel à l'indépendance mais à une réaction à la destitution de Ferdinand VII par les Français[38],[39].

Le premier acte d'indépendance proclamé par le Congrès de Chilpancingo [40] inspiré principalement par les écrits de José María Morelos y Pavón a été signé le 6 novembre 1813[41] rédigé par Carlos María de Bustamante et Andrés Quintana Roo il a été intitulé Acte solennel de la déclaration d'indépendance de l'Amérique septentrionale[42],[43],[44].(Acta Solemne de la Declaración de Independencia de la América Septentrional (es))

L’Acte d’indépendance du Mexique sera finalement signé le 28 septembre 1821, l'Espagne ne reconnaîtra l'indépendance du Mexique que le 28 décembre 1836.

Parmi les éléments déclencheurs du mouvement indépendantiste, la conquête et l’occupation française de l’Espagne, au début du XIXe siècle, par les troupes de Napoléon et le rejet par les créoles de la Nouvelle Espagne de la Constitution de Cadix jugée par eux anticléricale et trop libérale.

Avec l'indépendance, les espagnols nés au Mexique purent devenir les maîtres du pays en accédant à toutes les fonctions auparavant réservées aux Espagnols nés en métropole qui furent expulsés en 1829, exception faite de ceux dont les capitaux étaient investis dans les mines et l'agriculture.

En 1821 l'empire est proclamé avec Agustín de Iturbide. Le 4 octobre 1824, le Mexique se dote d’une Constitution républicaine ; la République est née.

De l'indépendance à la consolidation républicaine[modifier | modifier le code]

Intervention espagnole de 1829[modifier | modifier le code]

Les troupes espagnoles débarquent près de Tampico en mars 1829, dans une ultime tentative de reconquête du pays, elles sont repoussées par les troupes du général Antonio López de Santa Anna. Celui-ci acquiert un immense prestige par sa victoire, il devient le "Héros de Tampico".

Guerre des Pâtisseries[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre des Pâtisseries.

En raison des dégâts causés lors des troubles publics liés au chaos de la situation politique dans les années qui suivirent l'indépendance[45], des commerçants français déposèrent des réclamations au baron Deffaudis, ambassadeur français à Mexico ; parmi eux, un pâtissier du nom de Remontel réclama la somme exorbitante de 60 000 pesos en dédommagement du préjudice causé par des officiers à son établissement de Tacubaya (selon les sources, ayant profité d'émeutes pour partir sans payer leurs pâtisseries en 1832, d'où le surnom ironique donné ensuite au conflit par les Mexicains[46], ou ayant occasionné des dégâts à sa boutique en 1828[47],[48]). En 1837, le ministre mexicain des affaires extérieures, Luis G. Cuevas, répondit que le gouvernement n’était pas dans l'obligation d'indemniser ces pertes, étant donné qu'elles étaient la conséquence d'un mouvement révolutionnaire[47]. Le 6 février 1838 (ou le 21 mars, selon d'autres sources)[45], une flotte de 26 navires de guerre français arriva au large de Veracruz et le gouvernement de Louis-Philippe Ier réclama une somme totale de 600 000 pesos[46], équivalant à l'époque à 3 millions de francs or [49] en réparation des pertes subies par ses sujets. Le 27 novembre, les Français bombardèrent la forteresse de San Juan de Ulua[47].

Les Français obtinrent des garanties quant au paiement de cette somme et se retirèrent après onze mois de blocus du port de Veracruz. Cela occasionna pour le trésor mexicain une perte, calculée par le Journal des Débats, de 2 200 000 pesos soit 11 millions de francs or[50].

Guerre américano-mexicaine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre américano-mexicaine.

En 1836, le Texas proclame son indépendance du Mexique. Il sera annexé plus tard par les États-Unis. En 1846, le Mexique revendique le territoire compris entre le rio Bravo et le rio Nueces. En effet, la limite de la province texane était le rio Nueces situé à 300 km au nord du rio Bravo. Dès lors la guerre éclate entre le Mexique et les États-Unis et durera de 1846 à 1848.

Les troupes américaines envahissent le pays et l’occupent de 1847 à 1848. Après la bataille de Chapultepec, le 14 septembre 1847, les troupes américaines hissent le drapeau américain sur le Palais National : la ville de Mexico est occupée. Sous le contrôle de Winfield Scott, ses troupes exécutent de nombreux soldats d'origine irlandaise du bataillon Saint Patrick, déserteurs de l’US Army, qui collaboraient avec la résistance mexicaine face à l’occupant[réf. nécessaire].

La guerre se termine par la signature en 1848 du traité de Guadeloupe Hidalgo par lequel le Mexique reconnaît le rio Bravo comme sa frontière avec le Texas. De plus, le Mexique cède plus de 40 % de son territoire aux États-Unis, soit près de 2 000 000 km2. Les États de Californie, Nouveau-Mexique, Arizona, Nevada, Utah, la majeure partie du Colorado et le sud-ouest du Wyoming représentent les territoires que les États-Unis ont annexés à la suite de la guerre américano-mexicaine. En 1857, est promulguée la constitution qui règle les institutions politiques mexicaines jusqu'en 1917[réf. nécessaire].

Intervention française[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Intervention française au Mexique.
Exécution de Maximilien[51] (à droite sur la photographie) de Miramón (au centre) et de Mejía. Cette photographie est visible au Musée de la Dynastie à Bruxelles.

En 1861, le gouvernement de Juárez décide la suspension du paiement de sa dette extérieure. La France, l’un des créanciers du Mexique, invoque le motif des dettes pour y intervenir militairement avec l’appui de l'ancienne puissance coloniale l’Espagne et de l’Angleterre. Profitant de la guerre civile qui déchire et absorbe les ressources du voisin du Nord, Napoléon III, avec la bénédiction du pape, pensait établir au Mexique un empire « latin » et catholique qui contrebalancerait le pouvoir grandissant des Américains. Des forces maritimes de ces trois pays débarquent à Veracruz, les Espagnols en décembre 1861, les Anglais et les Français en janvier 1862[52]. Après des négociations, le gouvernement mexicain arrive à obtenir des Anglais et des Espagnols leur retrait (Convention de la Soledad). La France continue donc seule cette expédition visant à établir un empire catholique et ami au Mexique.

Hormis la première bataille de Puebla, gagnée par les forces libérales sous le commandement d’Ignacio Zaragoza, la campagne militaire française est un succès. La Légion étrangère s'y illustra lors du combat du 30 avril 1863 non loin du Cerro del Chiquihuite, à Camarón, rebaptisée plus tard Villa Tejeda (dite Camerone en français). Devant l’avancée des forces ennemies appuyées par les conservateurs , le gouvernement de Juárez est contraint de s'éloigner à San Luis Potosí le 31 mai 1863 puis finalement à Paso del Norte (devenue depuis Ciudad Juárez) près de la frontière avec les États-Unis. En juin 1863, Mexico tombe sous le contrôle des forces de Napoléon III et de celles des conservateurs mexicains. Le 10 juillet, une Assemblée des Notables à Mexico nomme Maximilien d’Autriche empereur. Il était un des frères de François-Joseph, empereur d'Autriche. Prince bien intentionné, il déçut souvent les conservateurs par ses idées modernes et libérales, allant jusqu'à demander à Juárez de gouverner avec lui, mais cet Habsbourg imbu d'étiquette commit des maladresses irréparables qui hâtèrent sa chute. Le pays resta peu sûr pour l'envahisseur, une guérilla féroce ne lui laissa aucun repos et épuisa ses forces et son moral, d'autre part les bandits pullulèrent, ce qui ne fit qu'aggraver la situation[réf. nécessaire].

Dès la fin de la guerre de sécession en 1865, Juárez trouve auprès des États-Unis, en échange de promesses de concessions sur le territoire mexicain (isthme de Tehuantepec), un soutien en armes et en hommes, ainsi que diplomatique (doctrine de Monroe). Ce nouvel appui, les succès militaires des républicains, et surtout les menaces de guerre en Europe, forcèrent les troupes françaises à se retirer[réf. nécessaire]. L'intervention au Mexique fut un grand échec pour Napoléon III. Le second empire mexicain durera jusqu’en 1867. L’empereur Maximilien est exécuté à Santiago de Querétaro. Durant toute cette période, Benito Juárez n'abandonna jamais le territoire national et continua d'exercer sa fonction de président de la République.

Le Porfiriat[modifier | modifier le code]

Porfirio Diaz
Article détaillé : Porfiriat.

Héros de la guerre contre les Français, Porfirio Díaz devient président du Mexique en 1876. Sa présidence dure jusqu'en 1911, apportant une longue période de tranquillité. Il travaille pour la paix, le progrès et l'ouverture du pays aux investisseurs étrangers, par exemple pour valoriser la Basse-Californie dans le domaine minier, en accueillant la Compagnie du Boléo, dont l'usine de traitement du cuivre en plein déser emploie jusqu'à 5000 personnes.

Il est réélu à chaque élection, mais les dysfonctionnements du vote et le mécontentement d'une partie de la population — surtout la classe moyenne instruite et ambitieuse, avide d'accéder au pouvoir qui se sent délaissée au profit des plus riches, la baisse du prix de l'argent-métal et des salaires réels — sont parmi les éléments déclencheurs de la Révolution.

Díaz est l'auteur de la phrase « Pauvre Mexique si loin de Dieu et si proche des États-Unis » (1878)[53],[54].

Madero reprendra habilement le vieux slogan de Díaz, « Suffrage effectif, pas de réélection », pour sa campagne politique.

Révolution de 1910[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Révolution mexicaine.
Emiliano Zapata

Porfirio Díaz, au pouvoir depuis une trentaine d'années, voulait se présenter à l’élection présidentielle de 1910 de même que Francisco Madero. Díaz fit emprisonner Madero puis le relâcha. Díaz sortit victorieux des élections. Madero ne recueillit que quelques centaines de voix à travers tout le pays.

En mai 1911, après la prise de Ciudad Juárez, par les troupes d'un ancien bandit Francisco Villa que Madero avait recruté en échange du pardon de ses crimes et d'un grade de colonel dans l'armée fédérale en cas de victoire, Díaz, qui voulait éviter une guerre civile préféra partir en exil en France.

La révolution dégénéra alors en une lutte pour le pouvoir entre révolutionnaires. Le président Madero (révolutionnaire) fut assassiné par Victoriano Huerta (réactionnaire) lui-même chassé par les troupes de Francisco Villa. Zapata fut assassiné en 1919, Venustiano Carranza, l'auteur intellectuel de l'assassinat de Zapata, en 1920, et Francisco Villa en 1923, sur ordre d'Alvaro Obregón.

La révolution se terminera officiellement en 1917, date de la nouvelle constitution mexicaine, mais la violence dura jusqu’aux années 1930 (assassinat d'Alvaro Obregón par un fanatique catholique en 1928). Une autre vague de violence suit l'application des mesures de laïcisation contenues dans la Constitution de 1917 et appliquées par le gouvernement dès 1926 : c'est la guerre des Cristeros.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

À la mort d'Obregon, Plutarco Elías Calles devient le Jefe maximo de la Revolución. En mars 1929, il fonde le Partido Nacional Revolucionario dans le but de contrôler et de surveiller les divers courants politiques et se nomme lui-même à la tête de ce parti. Dans le but d'éviter des conflits entre généraux, il fait nommer président de la République un civil Emilio Portes Gil pour la période de 1928 à 1930. Calles dut lutter contre une conjuration de militaires obregonistes menée par José Gonzalo Escobar écartés du pouvoir nommée « plan de Hermosillo ».

Les années 1930 furent marquées par la présidence de Cárdenas de 1934 à 1940 titulaire du prix Lénine pour la paix qui se proposait de faire du Mexique un pays socialiste et par des nationalisations, l'institution d'un plan sexennal imité de l'URSS, puis l'expropriation pétrolière en 1938, Cárdenas profitant de la baisse du prix du pétrole et de difficultés économiques des compagnies pétrolières étrangères en majorité anglo-néerlandaises et américaines alors au bord de la faillite[réf. nécessaire]. Staline et les communistes mexicains dirent alors que les principaux bénéficiaires de cette nationalisation seront les États-Unis car de compétiteur en matière de production le secteur pétrolier commença à dépendre de la technologie et des financements américains, il existe à la bibliothèque du Congrès des États-Unis des preuves de l'appui financier de Roosevelt à celui de Cárdenas.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

À la suite du torpillage de navires mexicains par des sous-marins allemands, dont les pétroliers Potrero del Llano (en) et Faja de Oro (en) en mai 1942, le gouvernement du général Manuel Avila Camacho déclara la guerre le 28 mai 1942 à l'Allemagne, à l'Italie et au Japon.

L'escadrille mexicaine no 201, composée d'avions P-51 Mustang, participa à la guerre contre le Japon et fut envoyée aux Philippines.

Des mexicains participèrent aussi au débarquement du 6 juin 1944. L'un des plus connus d'entre eux est le pilote de chasse Luis Pérez Gómez (en) abattu le 19 juin 1944. Il repose au cimetière du village de Sassy[55].

D'autres participèrent sous l'uniforme américain à la bataille des Ardennes. Parmi eux, le sergent José Mendoza López (en) qui reçut la plus haute distinction militaire des États-Unis, la Medal of Honor et le Purple Heart pour ses faits d'armes et pour avoir tué à lui seul lors d'un combat plus de cent soldats ennemis.

Le PRI au pouvoir[modifier | modifier le code]

Le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), membre de l'internationale socialiste prit son nom actuel en 1946 et dirigea le pays sans interruption jusqu’en 2000, date de la victoire de Vicente Fox Quesada, candidat du PAN (démocrate chrétien). (Voir la Liste des présidents du Mexique.)

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

En 2006, les résultats des élections nationales, qui donnent la majorité vainqueur par un infime pourcentage de voix, sont contestés, comme il est d'habitude au Mexique, par le perdant, qui dénonce des centaines d’irrégularités[réf. nécessaire]. Les mêmes « erreurs » furent détectées en faveur du PRD.

Politique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Politique au Mexique.

Le Mexique est une république fédérale composée de 31 États et d’un District fédéral, subdivisés en municipalités (municipios) ou en délégations (dans le cas du District fédéral). La séparation des trois pouvoirs (exécutif, législatif et judiciaire) est garantie par la Constitution de 1917.

Le pouvoir exécutif[modifier | modifier le code]

Le chef de l’exécutif est le président de la République, élu pour une période de 6 ans, non renouvelable, au suffrage universel direct à un seul tour et à la majorité relative. Il n’y a pas de Premier ministre. Le président nomme et révoque les ministres, le procureur général (ministre de la Justice), les ambassadeurs et les consuls généraux. En cas de démission ou de décès, le Congrès désigne un président intérimaire. Le président peut émettre des décrets dans le domaine économique et financier grâce aux pouvoirs que lui délègue le Congrès [réf. nécessaire].

Depuis le 1er décembre 2006, Felipe Calderón (PAN) est le président du Mexique après avoir recueilli 35,88 % des suffrages à l’élection présidentielle du 2 juillet 2006 contre 35,31 % pour Andrés Manuel López Obrador (PRD) et 22,27 % pour Roberto Madrazo (PRI)[réf. nécessaire].

Le 13 juillet, 359 recours de non-conformité avaient été introduits devant le TEPJF (Tribunal électoral du pouvoir judiciaire de la fédération), 227 présentés par la Coalition pour le bien de tous (PRD-PT-Convergence), 131 par le PAN et 1 par l’Alliance pour le Mexique (PRI-PVEM).
Le 6 septembre, le TEPJF a donné sa décision (sans appel) et a confirmé la victoire de Felipe Calderón qui a pris officiellement ses fonctions le 1er décembre [réf. nécessaire].

À condition de disposer d’un appui au sein du corps législatif[réf. nécessaire], le gouvernement fédéral dispose de plus de pouvoirs que son équivalent nord-américain[réf. nécessaire]. Il peut destituer les gouverneurs des États élus au suffrage universel pour faute grave[réf. nécessaire], corruption, etc. Par ailleurs, les revenus fiscaux sont réservés en majeure partie au Gouvernement fédéral qui n’en redistribue qu’une faible part aux États[réf. nécessaire].

Le pouvoir législatif[modifier | modifier le code]

Le Congrès est divisé en deux chambres :

  • Le Sénat : Les sénateurs sont élus tous les 6 ans. Le Sénat compte 128 sénateurs, soit 4 sénateurs par entité fédérative. En 2000, le Sénat était dominé par le PRI avec 60 sièges, suivi du PAN avec 46 et enfin 15 pour le PRD. Le reste des sénateurs sont soit indépendants, soit appartiennent à d’autres partis plus petits[réf. nécessaire]. À la suite des élections de juillet 2006, le Sénat a vu le poids du PAN et du PRD s’accroître au détriment du PRI. Le PAN devient donc la première force politique avec 53 sénateurs, suivi par le PRD avec 37 à égalité avec le PRI. Néanmoins, le PAN n’a pas la majorité absolue au Sénat[réf. nécessaire].
  • La Chambre des députés : les députés sont élus au suffrage universel direct tous les 3 ans. La Chambre compte 500 représentants. 300 circonscriptions électorales désignent chacune un député et 200 autres députés sont élus au suffrage proportionnel à travers tout le pays. Les 200 sièges désignés de façon proportionnelle ont été créés pour permettre aux petits partis d’accéder plus facilement à la Chambre. En 2003, la composition de la chambre était de 223 sièges pour le PRI, 148 pour le PAN, 97 pour le PRD. Le PAN n’ayant pas de majorité à la chambre, il ne peut passer de lois sans l’appui des autres partis politiques. À la suite des élections de juillet 2006, le PRI a perdu des députés au profit du PAN et du PRD[réf. nécessaire].

En effet, le PAN était devenu la première force politique à la Chambre des députés avec 207 sièges, suivi par le PRD avec 160 sièges, et en 3e position par le PRI avec seulement 119 sièges. Néanmoins, le PAN sans majorité absolue à la Chambre des députés a dû obtenir l’appui de l’opposition pour faire passer ses lois[réf. nécessaire].

Les élections de juillet 2009 ont vu le retour du PRI, qui en obtenant 237 sièges redevient la première force parlementaire du pays, le parti présidentiel PAN recule avec 143 députés, ainsi que le PRD qui ne conserve que 71 sièges[56].

Depuis 1997, le Congrès joue un plus grand rôle puisque l’opposition obtint plus de sièges grâce à la désignation de 200 sièges de députés élus à la proportionnelle.

États fédérés[modifier | modifier le code]

Article détaillé : États du Mexique.

Le Mexique est composé de 31 États et d’un district fédéral :

  1. Aguascalientes
  2. Basse-Californie
  3. Basse-Californie-du-Sud
  4. Campeche
  5. Chiapas
  6. Chihuahua
  7. Coahuila
  8. Colima
  9. Durango
  10. Guanajuato
  11. Guerrero
  12. Hidalgo
  13. Jalisco
  14. Mexico
  15. Michoacán
  16. Morelos
  17. Nayarit
  18. Nuevo León
  19. Oaxaca
  20. Puebla
  21. Querétaro de Arteaga
  22. Quintana Roo
  23. San Luis Potosí
  24. Sinaloa
  25. Sonora
  26. Tabasco
  27. Tamaulipas
  28. Tlaxcala
  29. Veracruz
  30. Yucatán
  31. Zacatecas
Distrito Federal

Géographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géographie du Mexique.

Le Mexique est un pays situé en Amérique du Nord. Il partage des frontières terrestres avec les États-Unis (3 152 km) au nord et avec le Belize (193 km) et le Guatemala (956 km) au sud[57].

Il possède de nombreuses façades maritimes (11 122 km) notamment avec l’océan Pacifique et le golfe de Californie (7 828 km) à l’Ouest et avec la mer des Caraïbes et le golfe du Mexique (3 294 km) à l’Est[58].

La superficie totale du pays est de 1 964 375 km2 en incluant 5 127 km2 d’îles ; les îles mexicaines se situent dans l’océan Pacifique (dont la plus grande est l'Île Cedros), le golfe de Californie (dont les plus grandes sont les îles Tiburón et Ángel de la Guarda), la mer des Caraïbes (dont la plus grande est Cozumel) et le golfe du Mexique[59].

La superficie maritime totale du Mexique est de 3 149 920 km2 (2 320 380 km2 dans l'océan Pacifique et 829 540 km2 dans le golfe du Mexique et la mer des Caraïbes)[59],[60]. Elle se subdivise en une mer territoriale, qui s'étend sur 12 milles marins (22,224 km) autour des côtes, une zone contiguë, qui s'étend sur 24 milles marins autour des côtes (44,448 km) et une zone économique exclusive (ZEE) qui s’étend sur 200 milles marins (370,4 km) autour des côtes[61],[62].

On trouve aussi de nombreux volcans. Le pic de Orizaba culmine à 5 700 mètres, tandis que le point le moins élevé est la Laguna Salada qui se trouve à 10 mètres en dessous du niveau de la mer. Le pays est sujet aux tremblements de terre, parfois très violents.

Parmi les ressources naturelles, on trouve l’argent, le cuivre, le gaz naturel, l’or, le pétrole, le plomb et le zinc.

Relief[modifier | modifier le code]

Le Mexique est traversé par deux principales chaînes de montagne : La Sierra Madre occidentale et la Sierra Madre orientale. La Sierra Madre occidentale à l’ouest est le prolongement de la Sierra Nevada de Californie et la Sierra Madre orientale à l’est est le prolongement des Montagnes Rocheuses du Nouveau-Mexique et du Texas. Entre les deux principales chaînes de montagnes se trouve le plateau mexicain. La cordillère néovolcanique marque la limite sud des Sierra Madres occidentale et orientale. Le Mexique compte également d’autres chaînes de montagne moins importantes comme la chaîne californienne, la Sierra Madre del Sur, la Sierra Madre de Oaxaca, la Sierra Madre de Chiapas, et la Meseta Central de Chiapas.

Le point culminant du pays est le Pic d'Orizaba, qui se dresse à 5 675 m.

Principales chaînes de montagne et plateau principal :

  • La Sierra Madre occidentale s’étend sur 1 250 km à 50 km au sud de la frontière avec les États-Unis et rejoint la cordillère néovolcanique après le Rio Santiago. Le Cordillère néovolcanique traverse le centre du Mexique d’est en ouest. Au Nord, la Sierra Madre occidentale est située à environ 300 km des côtes occidentales mais à proximité de la cordillère néovolcanique elle n’est plus qu’à 5 km de la côte pacifique. La Sierra Madre occidentale s’élève à environ 2 250 mètres d’altitude avec des sommets atteignant 3 000 m.
  • La Sierra Madre orientale commence à la frontière entre le Texas et le Mexique et continue sur 1 350 km jusqu’à atteindre le Cofre de Perote un des sommets principaux de la cordillère néovolcanique. Comme pour la Sierra Madre occidentale, la Sierra Madre orientale se rapproche progressivement des côtes en se rapprochant de l’extrémité sud. En effet, elle ne se situe plus alors qu’à 75 km du golfe du Mexique. La Sierra Madre orientale s’élève à environ 2 200 mètres d’altitude avec des sommets atteignant 3 000 mètres.
  • Le plateau mexicain s’étend lui aussi de la frontière avec les États-Unis jusqu’à la Cordillère néovolcanique et occupe une vaste superficie entre les Sierra Madres occidentale et orientale. Le plateau fut divisé par le passé entre la Mesa del Norte et la Mesa Centra, néanmoins aujourd’hui les géographes considèrent ces deux parties comme appartenant au même plateau.
    • Le nord du plateau s’élève à environ 1 100 mètres d’altitude et s’étend du rio Bravo jusqu’à l’État de Zacatecas et l’État de San Luis Potosí. La région compte de nombreuses dépressions dont la plus grande est le Bolsón de Mapimí.
    • Le sud du plateau est plus haut puisqu’il s’élève à environ 2 000 mètres. Il comporte de nombreuses vallées qui ont été formées par d’ancien lacs. Plusieurs des plus importantes villes mexicaines comme Mexico ou Guadalajara sont situées dans ces vallées.
  • La cordillère néovolcanique est une ceinture de 900 km de long et 130 km de large qui s’étend de l’océan Pacifique jusqu’au golfe du Mexique. La Cordillère commence au sud du Río Grande de Santiago et continue jusqu’à l'État de Colima où elle se dirige ensuite vers l’est en suivant le 19e parallèle pour finir au centre de l’État de Veracruz. La région est caractérisée par une activité sismique importante et compte les sommets volcaniques les plus hauts. La Cordillère possède trois sommets dépassant les 5 000 mètres d’altitude : le Pic d'Orizaba (Pico de Orizaba ou Citlatépetl) qui est le troisième plus haut sommet d’Amérique du Nord, le Popocatepetl et l’Ixtaccíhuatl qui sont tous deux près de Mexico. La Cordillère néovolcanique est considérée comme la division géologique entre l’Amérique du Nord et l’Amérique centrale.

Cours d’eau[modifier | modifier le code]

Le Río Bravo, ou Río Grande

Le Mexique a environ 150 fleuves et rivières ; les deux tiers se déversent dans l’océan Pacifique et le reste dans le golfe du Mexique ou la mer des Caraïbes. Malgré l’apparente abondance d’eau, les volumes d’eau sont répartis de manière très inéquitable à travers le pays. En effet, cinq rivières, (l’Usumacinta, la Grijalva, le Papaloapán, le Coatzacoalcos, et le Pánuco) totalisent 52 % du volume annuel moyen d’eau.[réf. nécessaire] Ces cinq rivières (actuellement très polluées) se déversent dans le golfe du Mexique. Seul le rio Panuco n’est pas dans le sud-est mexicain. Le Nord et le Centre du Mexique, qui couvrent 47 % du territoire et regroupent près de 60 % de la population, ont moins de 10 % des ressources d’eau du pays.[réf. nécessaire]

Le Mexique possède peu de cours d’eau navigables.

Le Río Grande est appelé « Río Bravo del Norte » par les Mexicains.

Climat[modifier | modifier le code]

Le Tropique du Cancer divise le pays en deux zones, l'une tempérée (climat subtropical humide) et l'autre au climat tropical. Le climat varie avec l’altitude. Les tierras calientes (terres chaudes), comprenant les plaines côtières, s’élevant jusqu’à environ 915 mètres. Au nord du 24e parallèle, les températures sont plus froides pendant les mois d’hiver, tandis qu’au sud, elles restent constantes le long de l’année. Elles varient néanmoins en fonction de l’altitude.

Les zones au sud du 27e parallèle :

  • Jusqu’à 1 000 mètres : (les côtes et la péninsule du Yucatan) ont une température moyenne comprise entre 24 °C et 28 °C. La température reste élevée toute l’année avec seulement °C de différence entre les moyennes de températures d’hiver et d’été.
  • Entre 1 000 et 2 000 mètres : la température moyenne est comprise entre 16 °C et 20 °C. Les villes et villages à cette altitude au sud du 24e parallèle jouissent d’un climat relativement constant et d’agréables températures tout au long de l’année alors que les régions au nord ont un climat aux variations saisonnières plus marquées.
  • Au-dessus de 2 000 mètres : la température moyenne est comprise entre °C et 12 °C dans la cordillère néovolcanique.

Les pluies varient beaucoup selon la situation géographique et les saisons. Aride ou semi-aride en Basse Californie, le Nord-Ouest de l’État de Sonora, les plateaux du Nord et une partie des plateaux du Sud. Il pleut dans ces régions en moyenne entre 300 et 600 millimètres par an. Dans les plateaux du Sud et notamment les régions les plus peuplées (comme Mexico et Guadalajara) il pleut en moyenne entre 600 et 1 000 mm. Les basses terres le long du golfe du Mexique reçoivent plus de 1 000 mm de pluies à l’année. La région au sud-est de Tabasco reçoit approximativement 2 000 mm de pluies à l’année. Il neige occasionnellement sur certains des plateaux du nord et des hauts sommets de la Sierra Madre Occidentale et de la Sierra Madre Orientale.

Saison humide ou saison des pluies :

Le Mexique connaît une saison humide (ou saison des pluies) et une saison sèche marquées. La saison des pluies dure, dans la majeure partie du pays, de juin à mi-octobre. Il pleut nettement moins le reste de l’année. Février et juillet sont respectivement le mois le plus sec et le plus humide. Par exemple, la ville de Mexico reçoit environ 5 millimètres de pluies en février et 300 mm en juillet. Les régions côtières, et spécialement celle du golfe du Mexique reçoivent leurs précipitations maximales en septembre. Tabasco enregistre plus de 300 mm de pluies pendant ce mois.

Une petite partie de la côte nord-ouest du Mexique autour de la ville de Tijuana possède un climat méditerranéen avec des brumes importantes et une saison des pluies en hiver.

Ouragans :

Le Mexique est situé dans la ceinture des ouragans et toutes les régions côtières sont susceptibles de subir une de ces tempêtes de juin à novembre. Les ouragans de la côte Pacifique sont moins fréquents et souvent moins violents que ceux qui affectent la côte est du pays. Plusieurs ouragans frappent chaque année les côtes du golfe du Mexique et de la mer des Caraïbes, avec des vents violents qui peuvent dépasser les 200 km/h, mettent en péril la vie des habitants et provoquent des dégâts importants aux hôtels et habitations de la région[réf. nécessaire].

Biodiversité[modifier | modifier le code]

Un Lepisosteus, une des espèces endémiques du Mexique.
Un Jaguar, un mammifère présent au Mexique.

Le Mexique est un des 17 pays mégadivers identifiés en juillet 2000 par le programme des Nations unies pour l'environnement[63]. Avec 200 000 espèces différentes, le Mexique héberge 10 à 12 % de la biodiversité mondiale[64].

Le Mexique est le premier pays en nombre d'espèces de reptiles avec 707 espèces connues, second en nombre d'espèces de mammifères avec 438 espèces, le quatrième en nombre d'espèces d'amphibiens avec 290 espèces et quatrième en nombre d'espèces de plantes[65]. Ce pays compte quelque 1 086 espèces d'oiseaux, dont 101 endémiques[66]. Le Mexique est également considéré comme le second pays en écosystèmes et le quatrième en nombre total d'espèces[67]. Près de 2 500 espèces sont protégées par la législation mexicaine[67]. Le gouvernement mexicain a créé le Sistema Nacional de Información acerca de la Biodiversidad, qui se charge d'étudier et de promouvoir l'utilisation substantiel des écosystèmes.

Au Mexique, 170 000 km2 sont considérés comme des zones naturelles protégées. 34 réserves de biosphère (écosystèmes inaltérés), 64 parcs nationaux, 4 monuments naturels, 26 aires pour protéger la flore et la faune, 4 zones pour la protection naturelle et 17 sanctuaires (zone comportant une diversité riche en espèces)[64].

Économie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Économie du Mexique.

Agrégats macroéconomiques[modifier | modifier le code]

PIB 2012 (Prix et PPA courant) : 1 788 milliards de dollars mesuré en parité de pouvoir d'achat[68] (estimation)
PIB / hab : 15 600 dollars [68]

Source : OCDE - Liste des pays par PIB

Pétrole et gaz naturel[modifier | modifier le code]

  • Pétrole : les champs pétrolifères se situent principalement dans les États de Veracruz, de Tabasco, de Chiapas et de Campeche (70 % de l’exploitation nationale). Depuis le gouvernement du président Lázaro Cárdenas qui décida la nationalisation du pétrole, la compagnie d’État Pemex a le monopole de l’exploitation, production, transport et commercialisation du pétrole sur le territoire mexicain. Le Mexique est le 5e producteur mondial de pétrole et le 9e exportateur. La quasi-totalité des exportations de pétrole mexicain se font en direction des États-Unis dont il est le troisième fournisseur. Néanmoins, le déclin du principal gisement, Cantarell, laisse présager une baisse de la production du pays dans les années à venir, ce qui inquiète beaucoup le gouvernement[réf. nécessaire].
  • Gaz naturel : Pemex possède uniquement le monopole de l’exploitation et de la production de gaz naturel au Mexique. En effet, depuis 1995 le gouvernement a autorisé l’investissement privé dans le transport, la distribution et le stockage de gaz naturel[réf. nécessaire].

Même si le pétrole ne représente aujourd’hui qu’une partie des exportations mexicaines, les ressources financières dégagées par Pemex financent 30 % du budget de l’État. Cette situation a permis aux Mexicains de bénéficier d’une certaine clémence fiscale. En effet, le Mexique est le pays de l’OCDE et de toute l’Amérique latine dont le ratio recette fiscale / PIB est le plus faible (entre 15 et 17 % contre une moyenne de 30 % pour les pays de l’OCDE)[réf. nécessaire].

Secteur primaire[modifier | modifier le code]

Barils de tequila

Le secteur primaire représente 4 % du PIB et emploie 18 % de la population active.

  • Mines : le Mexique exporte de nombreux minéraux, notamment l’argent, dont il est le deuxième producteur mondial, après le Pérou[70].
  • Pêche et faune marine.

Secteur secondaire[modifier | modifier le code]

L’industrie représente 26,5 % du PIB (2004) et emploie 24 % de la population active.

  • L’industrie lourde : dans des secteurs comme le ciment, le verre et l’acier. Le Mexique compte de nombreux groupes dont quelques-uns ont une dimension internationale. Cemex, Vitro, Grupo Alfa, Metalsa, Tamsa.
  • La bière : le Mexique compte une importante industrie de la bière avec des marques connues telle que Bohemia[71], Corona, Sol, Tecate, Superior, ou Dos Equis[72]. Deux groupes principaux se partagent le marché : Grupo Modelo et Cervecería Cuauhtémoc Moctezuma, mais il existe d'autres brasseries moins importantes, ainsi que de nombreuses brasserie artisanales.
  • Les NTIC : Le secteur des nouvelles technologies connaît un fort développement au Mexique et en particulier dans la région de Guadalajara. Devenue la vitrine du Mexique en tant que ville des nouvelles technologies, Guadalajara est considérée comme la Silicon Valley mexicaine. Les groupes comme IBM, Hitachi, HP, Intel, ou Siemens investissent massivement dans la région.

Secteur tertiaire[modifier | modifier le code]

La plage d'Acapulco (Guerrero)

Le secteur tertiaire représente 69,5 % du PIB et emploi 58 % de la population active[réf. nécessaire].

  • Le tourisme : avec une riche variété de paysages, de climats et de plages, le Mexique a fortement investi pour développer ce secteur qui représente 8 % du PIB. Le tourisme au Mexique est majoritairement balnéaire en ce qui concerne les mexicains. La classe moyenne se rend davantage dans les sites tels qu'Acapulco, Veracruz ou Cancún. Pour ce qui est des étrangers, les sites culturels mexicains sont surtout visités par les européens, sites parmi lesquels se trouvent Oaxaca de Juárez devenu lieu de résidence à de multiples reprises, Chiapas ou Quintanta Roo. Les populations asiatiques commencent à se rendre davantage au Mexique aussi bien pour les zones balnéaires touristiques que pour les sites archéologiques. De la même manière, les touristes latinos américains, de familles riches, viennent sur la Riviera Maya, zone la plus visitée du pays. Les sites touristiques majeurs au Mexique sont ceux de Teotihuacan, classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, de Chichen Itza dans le Yucatan, actuellement le plus visité, la Ruta Puuc qui est une route sur le bord de laquelle se trouvent de nombreux sites importants tel que celui d'Uxmal. On peut également trouver d'autres grands sites à la frontière avec le Guatemala ou au bord de la mer des Caraïbes. [réf. nécessaire]
  • L’audiovisuel : le Mexique produit et exporte de nombreuses séries connues sous le nom de telenovelas. Le paysage audiovisuel est dominé par deux groupes, Televisa et TV Azteca.
  • Les télécommunications : en 2009, le Mexique comptait 83,5 millions d’utilisateurs de téléphones mobiles[77] pour 107 millions d’habitants.
  • Le pays compte plus de 31 millions d’utilisateurs Internet en 2009[77].

L’économie depuis la signature de l’ALENA[modifier | modifier le code]

Banque du Mexique

En janvier 1994, le Mexique, le Canada et les États-Unis signent l’Accord de libre échange d’Amérique du Nord ALENA créant ainsi la plus vaste zone de libre-échange du monde. L’ALENA a fortement transformé le Mexique qui passa d’une politique économique marquée par son fort protectionnisme à une politique économique basée sur le libre-échange et l’insertion dans l’économie mondiale. L’année même de la mise en application de l’ALENA, le Mexique connut une grave crise économique marquée par une forte dévaluation du peso. Les raisons de cette crises sont multiples, adaptation imposée du tissu économique à ce nouvel environnement économique, politique monétaire.

En 2008 la dette extérieure ne représentait plus que 8 % du PIB contre 50 % en 1993. Le pourcentage de la dette publique en dollars a baissé de 95 % à 63 % en 2008.

Depuis 1994, l’économie mexicaine s’est remise de la crise économique. Les exportations ont connu une croissance très importante, notamment en direction des États-Unis et du Canada. Les maquiladoras ou zones franches sont un des éléments importants de ce succès. Aujourd’hui, le Mexique représente 50 % des importations et exportations d’Amérique latine et est devenu la 8e puissance commerciale du monde. Le PIB mexicain en valeur est le plus élevé d’Amérique latine, devant le Brésil et l’Argentine et la 11e puissance économique selon ce même critère. Les cinq principaux pays investisseurs au Mexique sont par ordre décroissant les États-Unis, l'Espagne, le Canada, les Pays-Bas et la Suisse[réf. nécessaire].

En 2000, le Mexique connut sa première alternance politique depuis plus de 70 ans avec l’arrivée au pouvoir de Vicente Fox. Ce dernier continua la politique économique de ses prédécesseurs avec une politique budgétaire et monétaire rigoureuse. L’inflation a fortement baissé et les finances publiques ont été fortement améliorées notamment grâce à la hausse du prix du pétrole dont le Mexique est le 5e exportateur mondial[réf. nécessaire]. La dette publique ne représente plus aujourd’hui que 23,5 % du PIB et la dette extérieure mexicaine a été classée par Standard & Poor’s BBB soit le niveau le plus haut jamais atteint par le Mexique et la meilleure notation des grandes économies d’Amérique latine.

Afin de diversifier les débouchés des exportations mexicaines (dont plus de 80 % sont faites avec les États-Unis et le Canada), le Mexique a signé un grand nombre de traités de libre-échange, notamment avec l’Union européenne, le Japon, Israël. Il existe aussi un traité de libre-échange avec les pays de l'AELE entré en vigueur en 2001[réf. nécessaire].

Entre 2001 et 2003, le Mexique connut une croissance économique médiocre (-0,3 % en 2001, +0,9 % en 2002 et +1,4 % en 2003)[réf. nécessaire]. En effet, la Chine est devenue un concurrent important du Mexique, le salaire dans les ateliers chinois étant en moyenne quatre fois moins élevé qu’au Mexique. Le Mexique doit donc adapter son modèle économique à cette nouvelle situation internationale, notamment à travers des réformes structurelles qui se font très lentement[réf. nécessaire].

Depuis 2004, la croissance économique s’est fortement accélérée : +4,3 % en 2004 et +3,8 % en 2005 (estimations), de nombreuses entreprises revenant au Mexique après être parties en Asie[réf. nécessaire]. Néanmoins, pour que cette reprise puisse être durable et que le Mexique puisse remplir les objectifs du millénaire dans la lutte contre la pauvreté qui touche encore 40 % de la population, d’importantes réformes structurelles doivent être entreprises[réf. nécessaire].

Las remesas, ces remises ou transferts de fonds de la part des émigrés mexicains pour leurs familles qui sont restées au Mexique ont représenté en 2005 un record de plus de 20 milliards de dollars[réf. nécessaire]. Cela est l’équivalent de la moitié de la valeur des exportations pétrolières du pays, qui représentent à leur tour moins de 10 % des exportations totales de biens, au contraire des décennies précédentes où les exportations pétrolières prévalaient dans la balance courante[réf. nécessaire]. Cette formidable manne est supérieure aux investissements étrangers au Mexique et permet d’améliorer la situation économique de nombreuses familles rurales[réf. nécessaire].

Il reste d’importants défis que le Mexique doit surmonter :

  • l’inégale répartition des richesses au sein de la population (indice de Gini 53,1 en 1998) ;
  • les inégalités de développement entre les États du Nord et du centre riches et modernes et les États du Sud moins développés [réf. nécessaire] ;
  • l’amélioration de la compétitivité de l’économie mexicaine face à la Chine ou à l’Inde.

Démographie et villes[modifier | modifier le code]

Transition démographique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie du Mexique.
Répartition par tranche d’âges
Taux d'excédent naturel
Population mexicaine

Pendant tout le XIXe siècle, la population du Mexique a seulement doublé. Cette tendance continuera pendant les deux premières décennies du XXe siècle. En 1920, on assiste à une perte de 2 millions d’habitants qui peut s’expliquer par la Révolution mexicaine entre 1910 et 1920[78].

Le taux de croissance de la population s’est fortement accéléré entre 1930 et 1980, avec des chiffres supérieurs à 3 %. La population mexicaine doublait tous les 20 ans et à ce rythme on estimait que le Mexique compterait 120 millions d’habitants en 2000. Le gouvernement fédéral créa alors le Conseil national de la population, CONAPO, avec pour mission d’établir des politiques de contrôle de la natalité et réaliser des études sur la population du pays. Ces mesures furent positives et le taux de croissance de la population baissa jusqu’à 1,6 % sur la période 1995 et 2000. Les projections de la CONAPO évaluent la population mexicaine, à la mi-2014, à 119 713 203 habitants[3].

L’espérance de vie est passée de 36 ans, en 1895, à 75,19 ans, en 2005. On estime donc que le Mexique vient de rentrer dans la dernière phase de transition démographique. En effet, le taux de fécondité n’est plus que de 2,45 enfants par femme, et la mortalité infantile est de 20,91 décès pour 1 000 naissances[réf. nécessaire].

Taux d'excédent naturel total de la population (chiffres 2005) :

Le solde migratoire est traditionnellement négatif et s’élève à plus de 450 000 Mexicains par an. Les États-Unis restent la première destination.

Même si aujourd’hui le Mexique a une population jeune (seulement 5,6 % de la population a plus de 65 ans), le vieillissement de la population a commencé et s’accélèrera dans les prochaines années[79].

Exode rural et urbanisation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Villes du Mexique.

Au début du XXe siècle, près de 90 % de la population vivait dans les zones rurales. Lors du recensement de 1960 la population urbaine devient majoritaire pour la première fois avec 50,6 % de la population mexicaine vivant dans les villes et grandes agglomérations. Le nombre de personnes qui habitait dans leur État natal était en 1895 de 96,6 % alors qu’en 1950 plus de 80 % des Mexicains habitaient dans un autre État que celui où ils sont nés. À travers ces chiffres on peut se rendre compte du phénomène de développement industriel des moyennes et grandes agglomérations mexicaines et l’exode rural qui y est lié. Aujourd’hui les Mexicains continuent à être très mobiles à l’intérieur du pays notamment entre les différentes agglomérations. Néanmoins, on peut considérer que l’exode rural massif des décennies précédentes fait partie du passé.

Les États qui concentrent la plus grande partie de la population mexicaine sont le district fédéral et les États de Mexico, Jalisco, Nuevo Leon, Puebla et Veracruz. À l’inverse les moins peuplés sont Campeche, la Basse-Californie-du-Sud et le Quintana Roo. Néanmoins, ces deux derniers États connaissent des taux de croissance parmi les plus élevés du pays à cause du développement de l’industrie touristique notamment les villes comme Cancún qui concentre 50 % de la population du Quintana Roo, ou Los Cabos.[réf. nécessaire]

L'aire urbaine de Mexico, avec plus de 23,2 millions d'habitants, se classe deuxième au rang mondial fin 2012, après celle de Tokyo (37,7 millions d'habitants) et devant Séoul (22,6 millions d'habitants)[80]. Guadalajara et Monterrey sont respectivement les 2e et 3e plus grandes villes du pays avec chacune plus de trois millions d’habitants.

Indigènes et émigration mexicaine[modifier | modifier le code]

Répartition ethnique
Principaux groupes indigènes au Mexique
Groupe Population
Nahuas 2 445 969
Mayas (Yucatèques) 1 475 575
Zapotèques 777 253
Mixtèques 726 601
Otomis 646 875
Totonaques 411 266
Tzotzils 406 962
Tzeltal 384 074
Mazahuas 326 660
Mazatèques 305 836
Source : CDI (2000)[81]

Le Mexique, avec un peu plus de 106 millions d’habitants, est le pays hispanophone le plus peuplé, largement devant l’Espagne, et le troisième pays le plus peuplé du continent américain après les États-Unis et le Brésil. Au niveau mondial c’est le onzième pays le plus peuplé du monde après la Chine, l’Inde, les États-Unis, l’Indonésie, le Brésil, le Pakistan, le Bangladesh, la Russie, le Nigeria, et le Japon.

La population qui parle les langues indigènes (unique critère retenu par l’INEGI pour designer la population indigène) passa de 17 % en 1895 à seulement 7 % en 2000. Néanmoins en nombre absolu elle a cru en passant de 1 million en 1895 à 7 millions en 2000. Les spécialistes[82] s'accordent pour dire qu’il y a plutôt 12,7 millions d’indigènes qui parlent ou non une langue indigène au Mexique. Jusqu’en 1980, les populations indigènes émigraient en direction des métropoles régionales proches de leur lieu de naissance mais à partir des années 1990 l’émigration indigène se fit massivement en direction des États-Unis. Les salaires plus élevés aux États-Unis alimentaient inlassablement le flux de l'émigration. Les États-Unis ont entrepris de renforcer leur frontière avec le Mexique et des murs sur la frontière ont été installés en différents endroits à partir de 1996.

Les États-Unis sont le pays où vivent le plus de Mexicains après le Mexique. Il se dit que Los Angeles, la plus grande ville de Californie est aussi la deuxième ville mexicaine en termes de population car le nombre d’immigrés et de descendants de Mexicains dépasse largement les 4 millions de personnes qui vivent à Guadalajara, seconde métropole mexicaine. La présence des Mexicains de l’autre côté du Río Grande commence lors de l’annexion par les États-Unis d’immenses territoires mexicains. Ainsi un certain nombre de Mexicains se trouvèrent de facto en territoire américain mais gardèrent leurs coutumes et leur langue. L’État du Nouveau-Mexique illustre bien cela. À ce nombre, il faut ajouter le nombre important de braceros qui partirent vivre aux États-Unis, parfois temporairement grâce à un accord laboral entre les gouvernements de Washington et de Mexico. Les dernières crises économiques du Mexique ont favorisé l’émigration vers le nord et on estime qu’au début du XXIe siècle près de 38 millions de Mexicains ou descendants de Mexicains vivent aux États-Unis. La grande partie de ceux-ci se situent en Californie, au Texas et au Nouveau-Mexique. On compte aussi de nombreux citoyens mexicains dans l'Union européenne, surtout en Espagne et en Allemagne. La Suisse compte de nombreux binationaux qui occupent souvent des postes de haute qualification professionnelle.

Éducation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des universités mexicaines.

Le Mexique a fait d’importants progrès au niveau éducatif ces deux dernières décennies. En 2004, le taux d’alphabétisation était de 92,2 % et celui des jeunes de 15-24 ans de 96 %. L’enseignement primaire et secondaire (9 ans) est gratuit et obligatoire. Même si plusieurs programmes d’éducation bilingue existent depuis les années 1960 pour les communautés indigènes, c’est depuis la réforme constitutionnelle à la fin des années 1990 qui permet véritablement leur essor avec des manuels scolaires écrits dans une douzaine de langues indigènes.[réf. nécessaire] Aujourd’hui la grande majorité des indigènes sont bilingues (12 % des hommes et près de 21 % des femmes ne parlant pas espagnol en 2005)[83].

En 1970, le Mexique fut le deuxième pays au monde (après l'Australie) à mettre en place un système d’enseignement à distance. Les écoles qui utilisent ce système sont appelées telesecundarias (es). La diffusion de ce système s’étend aussi à certains pays d’Amérique centrale, à la Colombie et même à certains États du Sud des États-Unis.

Les deux universités publiques mexicaines les plus connues sont l’Université nationale autonome du Mexique (UNAM) fondée en 1551 et l’Institut polytechnique national (IPN) qui ont un grand prestige dans toute l’Amérique latine. Les quatre principales universités privées de reconnaissance internationale sont l’Institut technologique d’études supérieures de Monterrey (ITESM) qui est souvent désigné comme le TEC de Monterrey, l’Institut technologique autonome du Mexique (ITAM), l’Université Anáhuac (ANAHUAC) et son réseau d'universités affiliées (Espagne, Italie, et Chili) et l'Université ibéro-américaine. Ces universités ont connu une croissance importante et ont su nouer des partenariats avec des universités étrangères les plus prestigieuses.

Forces armées[modifier | modifier le code]

Les effectifs totaux des forces armées sont estimés en 2008 à 192 000 hommes et femmes.

L'Armée de Terre Ejército Mexicano : plus de 140 000. La Marine Armada de México environ 38 000. L'Armée de l'Air Fuerza Aérea Mexicana environ 8 000.

Les forces armées dépendent du Secrétaire de la défense nationale pour les armées de terre et de l'air, La marine dépendant elle du Secrétaire de la marine.

Le président de la République en est le chef suprême[84].

Lutte contre le crime organisé[modifier | modifier le code]

La lutte contre les activités des narcotrafiquants constitue une préoccupation majeure au Mexique. Le précédent président, Felipe Calderón, avait décidé d'engager les forces militaires dans le combat contre les cartels de la drogue et a défini le combat contre ces gangs comme l'une des principales priorités de son administration. Cependant, sur ce point, le bilan de Calderón a été mitigé. Au cours des cinq dernières années (2007-2011), les violences liées aux narco-trafiquants ont fait plus de 55 000 morts au Mexique[85], notamment dans les villes du nord du pays. L'Institut national de statistiques et géographie avance des chiffres bien plus élevés en 2012 : 27 199 homicides ont été enregistrés en 2011 et pour les années 2007-2011, le total s'élèverait à 95 632 assassinats[86]. La politique menée par l'ancien président Calderón - qui consistait a attaquer frontalement les bandes criminelles - n'ayant pas été concluante, l'arrivée au pouvoir de son successeur, Enrique Peña Nieto, a été marquée par une nouvelle orientation stratégique  de la sécurité intérieure.

En 2013, sous Peña Nieto, le Mexique a enregistré une baisse de 17% du nombre d'assassinats[87],[88]. Le 11 mai, les homicides ont baissé de 18% en cinq mois, ce qui représente 2000 morts en moins sur cette période[89]. Les six premiers mois du mandat du président Peña Nieto ont ainsi été marqués par une baisse de près de 20% des décès liés au crime organisé[90]. Le 22 août 2014, le président met sur pied une nouvelle gendarmerie nationale dont les missions sont principalement axées sur la répression des bandes criminelles[91],[92]. Peña Nieto s'est aussi illustré par un fait divers d'envergure :  l' arrestation en 2013 de Miguel Treviño, le  chef des Zetas, le plus puissant gang du Mexique[93],[94]. La ville de Ciudad Juarez, après être devenue la capitale mondiale du crime, a enregistré en 2011 une baisse de près de 60% de son nombre d'homicides[95].

Certains experts estiment que «l'économie mexicaine a besoin de l'argent [que génère] la drogue». Selon Ricardo Ravelo,  les parrains mafieux et les grands barons contrôleraient plus de 70 % des 2 200 villes du pays[85]. En réalité, s'il est vrai que certains cartels disposent d'une influence sur le pouvoir politique, les chiffres révèlent que la situation n'est pas aussi  simpliste[96]. Les chiffres stipulent que  l’activité mafieuse ne pèse pas très lourd sur le dynamisme économique du Mexique, activité qui coûterait a peine 2% de son PIB au pays. Le plus grand pays hispanophone de la planète dispose en effet de bien d'autres atouts pour être dépendant des simples revenus du trafic. L'économie du Mexique est la 14e plus importante de la planète : le pays est  premier producteur mondial d’argent, 7e producteur mondial de pétrole, 4e de gaz, 10e producteur d’or et classé parmi les plus grands producteurs mondiaux de l'alimentaire (café, sucre, maïs, etc).

Culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture du Mexique.

Langues parlées au Mexique[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Langues mayas et Nahuatl.
Principales langues indigènes[97]
carte des principales langues indigènes du Mexique
Langue Pers.
Náhuatl 1 659 029
Maya (yucatèque) 892 723
Mixtèque (Tu’un sávi) 510 801
Zapotèque (Binizaa) 505 992
Tzotzil (Batsil k’op) 356.349
Tzetzal (K’op o winik atel) 336 448
Otomi (Hñä hñü) 327 319
Totonaco (Tachihuiin) 271 847
Mazatèque (Ha shuta enima) 246 198
Huaxtèques (Téenek) 173 233

La Loi des Droits Linguistiques de 2001 concède le statut de langue nationale à l’espagnol et à plus de soixante langues indigènes parlées par 7 % de la population. Néanmoins, même s'il n’existe pas de déclaration constitutionnelle qui fasse de l’espagnol la langue officielle, c’est celle-ci qui est utilisée pour tous les documents officiels et est parlée par la quasi-totalité des Mexicains. Les langues indigènes sont parlées par plus de 6 millions de personnes vivant du sud-est du Mexique jusqu’au Honduras. Leurs origines remontent à plus de cinq millénaires. De l’époque dite classique (ca. 300–800 ap. J.-C.) à la conquête espagnole, certaines de ces langues (en particulier le maya classique oriental et le nahuatl) furent écrites sur des bâtiments, de la poterie et des codex, grâce à un système d’écriture hiéroglyphique.

Les deux langues indigènes qui sont les plus parlées sont :

Les langues indigènes ont eu une grande importance tout au long de l’histoire et la culture mexicaine. Ainsi le nom du pays trouve-t-il son origine dans la langue nahuatl. De nombreux mots espagnols sont d’origine amérindienne, par exemple[98] :

  • cenote, un puits naturel des massifs calcaires (du maya dz'onot, passé en français) ;
  • tlapalería, magasin d’articles de bricolage (du nahuatl tlapalli et du suffixe -ería) ;
  • tianguis, marché ouvert (du nahuatl tianquiztli) ;

sans compter les nombreux produits de l’échange colombien.

De fortes communautés anglophones représentent 50 % de la population de villes telles que San Miguel de Allende, Chapala et Taxco. En y ajoutant celles de Basse-Californie on arrive au chiffre de 681 000 personnes[réf. nécessaire].

Chipilo, une ville de l'État de Puebla, est peuplée de descendants de vénitiens, 33 000 personnes y parlent toujours le vénitien.

Les mennonites des États de Chihuahua, Zacatecas, et Durango, parlent encore le bas saxon ils sont 75 000 si l'on y ajoute ceux des communautés de Tamaulipas et de Campeche.

Religion[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Religion au Mexique.
Notre-Dame de Guadalupe, sainte patronne du Mexique.
Cathédrale de Mexico

Le Mexique est un pays laïc. Les Mexicains sont très majoritairement catholiques.

En 2010, l'INEGI a recensé 82,7% de catholiques, 9,7% d'autres chrétiens (dont plus de la moitié sont évangéliques), 4,7% de personnes sans religion et moins de 0,2% d'autres religions[99].

Le syncrétisme entre les traditions religieuses européennes et préhispaniques indigènes (et, dans une moindre mesure, africaines) y est fréquent, surtout dans les populations rurales[100]. Il se manifeste notamment dans le culte très populaire de Notre-Dame de Guadalupe (qui est le plus répandu au Mexique)[101], celui de la Santa Muerte, les traditions du jour des morts, la santería (qui n'est pas traditionnelle au Mexique mais d'introduction récente par des émigrés cubains) et dans les rituels de nombreux groupes d'origine indigène[102][103],[104].

La politique anticléricale du pays a pris fin en 1991 avec l’adoption d’amendements constitutionnels qui accordent un statut légal aux institutions religieuses et autorisent notamment l’organisation d’écoles paroissiales.

Sport[modifier | modifier le code]

L'Stade Azteca, a sixième plus grand stade sportif dans le monde, est le stade de l'équipe du Mexique de football
Article détaillé : Sport au Mexique.

Les sports dans lesquels les Mexicains ont connu un relatif succès international sont la boxe et le football. Ce sont les sports les plus populaires du pays.

Le Mexique a déjà, par le passé, accueilli les Jeux olympiques, en 1968, ainsi que deux coupes du monde de football, en 1970 et en 1986.

Le sport national est un sport équestre appelé charrería, mais le plus populaire est le football,[réf. nécessaire] juste après vient le baseball sur la côte atlantique[réf. nécessaire]. Les principales équipes de football sont Club América, CF Monterrey, CD Guadalajara, Cruz Azul, UNAM et Deportivo Toluca.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Les sauces rouges et vertes à base de tomate et de piment sont très présentes sur les tables mexicaines.
Article détaillé : Cuisine mexicaine.

La cuisine mexicaine a été mise en 2010 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité. Celle-ci est en fait constituée par une multitude de cuisines régionales qui sont très riches en subtilité et raffinement, très variées, et qui utilisent un grand nombre d’ingrédients.

Son origine date de la conquête espagnole, même si elle a de nombreuses influences indigènes. D’un côté, le maïs, les piments, les haricots noirs, les courges, l’avocat, la patate douce, les tomates, le cacao, la vanille, la dinde et de nombreux fruits et condiments originaires du nouveau monde. De l’autre côté, les Espagnols introduisirent les viandes des animaux domestiqués dans l’ancien monde tels que le porc, le bœuf et le poulet, mais aussi le poivre en grains, le sucre, le lait et ses dérivés, le blé, et le riz, les agrumes et une multitude d’ingrédients qui forment aujourd’hui une part importante de l’alimentation des Mexicains. De cette fusion naissent le pozole, le mole et les tamales dans leurs formes actuelles, le chocolat, un grand répertoire de grignotages mexicains (antojitos).

La nixtamalisation du maïs et le broyage sur molcajete (mortier traditionnel) et metate ont fait place a des procédés industriels modernes. L'atole est à base de Maïzena et sa variante, le champurrado, qui lui est un atole à base de maïs ne sont pas des boissons mais se consomment au petit-déjeuner et le soir. On trouve des boissons alcoolisées régionales telles que le rompope. Il existe une confiture de lait de chèvre, la cajeta. Les flans à la vanille et au caramel y sont très populaires.

Le Mexique produit de nombreux spiritueux dont la tequila faite à partir de la distillation de l’agave bleue. 50 % de la production de tequila est exporté vers les États-Unis. La tequila possède une AOC et ne peut provenir que d’une région formée de 181 communes réparties sur 5 États (dont 125 dans l’État de Jalisco)[105].

Les mexicains sont en 2012 les plus gros consommateurs d'œufs (consommés principalement au petit-déjeuner) par personne au monde[106].

Arts[modifier | modifier le code]

Le Museo de Arte Popular (MAP) est consacré à l'art populaire mexicain a ouvert ses portes en 2006. Installé dans un immeuble Art déco qui a été construit en 1928 pour héberger la caserne des pompiers. Très endommagé par le tremblement de terre de 1985, le bâtiment a été abandonné durant plus de dix ans. Restauré, il abrite aujourd'hui une collection d'artisanat. Plus de mille pièces, réparties sur trois étages : les animaux fantastiques fabriqués en papier mâché ou en bois (alebrijes), des ex-voto des masques, des costumes et des vêtements brodés et les mille représentations de la mort à la mexicaine.

Quelques personnalités :

  • Luis Barragán : architecte mondialement reconnu, notamment à travers le prix Pritzker qu’il obtient en 1980, il donne corps au mouvement moderne dans l’architecture mexicaine.
  • José Clemente Orozco : peintre muraliste dont les réalisations ornent bon nombre de bâtiments mexicains des plus illustres et dont les thèmes sont généralement l’histoire mexicaine.
  • Frida Kahlo, née de père allemand, est l’une des rares peintres mexicaines connues à l'étranger. Ses peintures font de nombreuses références aux cultures indigènes du pays. Son style est un mélange de réalisme, symbolisme et surréalisme. Elle fut l’épouse de Diego Rivera. Communiste convaincue, elle hébergea Léon Trotski lors de son exil au Mexique.
  • Diego Rivera : un des leaders du mouvement muraliste et cubiste du Mexique. Communiste convaincu et peintre officiel du gouvernement, il voit dans les grandes fresques murales un art au service du peuple, qui lui raconte son histoire[107].
  • Ignacio Barrios : un des peintres les plus importants du Mexique connu surtout pour ses paysages.

Musique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musique mexicaine.
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Le terme de mariachi désigne tout à la fois un type de formation musicale originaire du Mexique, puis le style de musique associé, et une culture musicale. Un groupe de mariachis est constitué au moins de deux violons, deux trompettes, un joueur de guitare espagnole, un vihuela et d’un guitarron. Certaines formations comportent plusieurs dizaines de musiciens. Les mariachis sont originaires de l’État de Jalisco.

De nombreux groupes ou musiciens américains ont été influencés par la musique mexicaine : Flaco Jimenez, Los Lobos

Des styles musicaux et danses populaires sont la banda (Nord) et la salsa (reste du pays).

Chaque région possède sa musique au même titre que sa cuisine et son artisanat.

Cinq d'entre elles se distinguent par la richesse et la variété de leur répertoire populaire :

  • Le son jalisciense, originaire de la province de Jalisco, est connu en dehors du Mexique. Il évoque les groupes de mariachis, avec leurs costumes charro boutonnés d'argent et leurs trompettes éclatantes (au propre et au figuré). En fait, cet instrument est d’un apport assez récent. L'instrumentation comprend également violons, la guitarra de golpe, la petite vihuela à quatre cordes (4 à 6 cordes suivant les régions) et le guitarrón — guitare de basse à quatre cordes.
  • Le son de tierra caliente (terre brûlante), du Michoacán, est le précurseur du son jalisciense. Rythme, instrumentation et thèmes sont semblables. Le Jalisco et le Michoacán, contigus, ne formaient sans doute qu'un même ensemble culturel. L'élément caractéristique de beaucoup de ces « sones » est constitué par une grande harpe rustique dont la caisse de résonance sert de tambour, ce qui donne un accompagnement rythmé et fort aux lignes mélodiques des violons, vihuelas et guitarras de golpe.
  • Le son guerrerense se distingue des autres « sones » par l'adjonction d'un tambour aux instruments à cordes. Ses sources sont nombreuses et, selon la légende, il aurait été également influencé par les chants de marins chiliens naufragés au large des côtes du Guerrero. Ces chants, variantes du « son », portent le nom de chilenas. Le gusto, autre variante, est caractéristique de la région côtière où, lors des fiestas, les danseurs frappent en cadence le sol d'une estrade surélevée, ou artesa.
  • Le son jarocho, originaire de la côte de Veracruz est la plus riche, la plus répandue de toutes les formes de musique populaire mexicaine. Le mélange de sang africain des habitants de cette région transparaît dans ses rythmes complexes d'origine espagnole. Les poètes du son jarocho sont avant tout des improvisateurs et de nouveaux couplets modernisent sans cesse les chansons traditionnelles.
  • Le son huasteco et la danse régionale appelée huapango dérivent du fandango espagnol. Les rythmes vifs du violon jarana et la huapanguera à huit cordes accompagnent un zapateado rapide, dansé sur une plateforme de bois surélevée qui résonne comme un tambour sous les pieds des danseurs[108].

Quelques personnalités mexicaines[modifier | modifier le code]

Jours fériés et fêtes[modifier | modifier le code]

Statuette inspirée de « La Calavera de la Catrina », d'après le mural Sueño de una tarde dominical en la Alameda central (1947) de Diego Rivera(1886-1957)

Jours fériés officiels

  • 1er janvier : Nouvel an
  • 5 février : Jour de la Constitution
  • 21 mars : Natalicio de Benito Juárez
  • 1er mai : Fête du travail
  • 15 et 16 septembre : Anniversaire de l’Indépendance du Mexique
  • 20 novembre : Anniversaire de la révolution mexicaine
  • 1er décembre : Prise de possession présidentielle (tous les six ans)
  • 25 décembre : Noël

Autres fêtes

Tourisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tourisme au Mexique.

Le tourisme au Mexique est une activité importante, aussi bien pour les Mexicains qui choisissent d'y passer leurs vacances, que pour les étrangers qui viennent y faire un séjour. Le Mexique est un pays de hauts plateaux enserrés entre deux chaînes montagneuses (Sierra Madre occidentale et orientale) qui s’abaissent vers d’étroites plaines côtières à l’est et à l’ouest. Ces deux chaînes de montagnes se rejoignent au sud-est du pays où elles forment la Sierra Madre du sud. Au nord-ouest, la Basse-Californie est une longue et étroite péninsule qui s’étend sur 1 225 km et prolonge la Sierra Nevada américaine.

Patrimoine mondial[modifier | modifier le code]

Sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO

Codes[modifier | modifier le code]

Le Mexique a pour codes :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) México a través de los siglos, t. III "la Guerra de Independencia,‎ 1884 (ISBN 9-6824-0027-9), § IX pp. 393−413
  2. (es) Juan José Flores Rangel, Historia de México (ISBN 970 686 1793), p. 178
  3. a et b (es) CONAPO (Consejo Nacional de Población), Proyecciones de la población nacional 2010-2050
  4. Mexique : Indice de développement humain (IDH) - Les Échos
  5. Rapport sur le développement humain 2013 - Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), p. 155 [PDF]
  6. http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/mexique/presentation-du-mexique/
  7. Le passeport mexicain stipule ainsi : « "Le Ministère des Affaires Étrangères des États-Unis du Mexique prie les autorités compétentes de bien vouloir laisser passer librement et sans entrave le titulaire du présent passeport, de nationalité mexicaine, et du lui prêter toute aide et assistance possibles." »
  8. « norme [[ISO 3166]] », sur ISO (consulté le 3 septembre 2014)
  9. Réception dans l'hémicycle de M. Vicente Fox Quesada, Président des États-Unis mexicains
  10. [1]
  11. (es) Chambre des députés du Mexique, Constitución política de los Estados Unidos Mexicanos.
  12. (es) Secretaría de Gobernación, Programa para la Seguridad Nacional 2014-2018, Diario Oficial de la Federación, 30 avril 2014 : « Con 118 millones de habitantes, México es el onceavo país más poblado del mundo, lo que además lo hace el mayor país de habla hispana en el mundo ».
  13. (es) Ley de derechos lingüísticos de los Pueblos indígenas - 13 mars 2003 / 9 avril 2012, art.4. [PDF]
  14. (en) « Gross domestic product 2013 », sur Worldbank.org
  15. (en) « Report for Selected Countries and Subjects », sur imf.org
  16. Article sur la mobilisation générale en France sur herodote.net
  17. (en) Manuel Aguilar-Moreno, Handbook to Life in the Aztec World, Oxford University Press, 2007 (ISBN 978-0-1953-3083-0), [lire en ligne], p. 19 [PDF]
  18. (es) Évolution de la prononciation du « x » - Real Academia Española
  19. (es) Real Academia Española - Diccionario panhispánico de dudas
  20. (en) « Mexico » - Merriam-Webster's Online Dictionary
  21. Casas y Caballero, 1995: 38.
  22. Márquez Morfín y Hernández Espinoza, 2005: 14.
  23. Aveleyra, 1956.
  24. Fujita, 2006 : pp. 82-98
  25. Par exemple, López Austin et López Luján, 2001.
  26. Christian Duverger (2007) dit que l'on ne peut considérer comme une preuve solide les découvertes douteuses de Charles Brush à Puerto Marqués. Christine Niederberger (2005) affirme que les restes grossiers de la céramique Pox ne peuvent être considérer comme authentique céramique.
  27. Cfr. Grove, 1970 : 13 ; Pompa y Padilla, Talavera y Jiménez, : 17.[pas clair]
  28. La datation est de Pool (2007: 10). Diehl (2004: 9) considère que l'essor remonterait au XVe siècle.
  29. Kubler, 1984: 191.
  30. Des auteurs comme Michael D. Coe (1994) signalent que la présence de dates en compte long sur des pièces de la culture epi-olmèque montrent que ce système calendaire n'est pas une création maya.[réf. insuffisante]
  31. Childs Rattray, 1997: 73.
  32. Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, tome 3 : Le temps du monde, Paris, Armand Colin, LGF-Le Livre de poche, 1993 (ISBN 978-2-253-06457-2), p. 489
  33. Oscar Mazin, L'Amérique espagnole. XVIe-XVIIIe siècles, Les Belles Lettres, 2009, p. 64
  34. « Le triptyque aztèque de la Crucifixion », ouvrage collectif, sous la direction de Alain Erlande-Brandenburg, Cahier du musée national de la Renaissance, no 4, Éditions RMN, 2004
  35. Pascal Mongne, « La Messe de Saint-Grégoire du Musée des Jacobins d'Auch, une mosaïque de plumes mexicaine du XVIe siècle », in Revue du Louvre, no 5/6, Paris, 1994
  36. (es) Agustín Cué Cánovas, Historia Social Y Económica De México 1521-1854, éd. Trillas, Mexico, 1961 (réédité en 1983) (ISBN 9-6824-0027-9 et 978-9-6824-0027-8), 442 pages
  37. (es) Errónea la fecha de la Independencia - El Universal, 16 avril 2010
  38. (es) Vicente Riva Palacio et Julio Zárate, México a través de los siglos, Tome III La guerra de Independencia, México, 1880, réédité en 1974 (OCLC 28313258 )
  39. (es) Jaime Rodríguez, La independencia de la América española, Fondo de Cultura económica, El Colegio de México, 2008 (ISBN 978-9-6816-7556-1)
  40. [2]
  41. [3]
  42. (es) Acta Solemne de la Declaración de Independencia de la América Septentrional
  43. (es) Redescolar Ilce: Promulgación del Acta de Independencia Nacional
  44. (es) Congreso Mexicano: Sala El surgimiento de una nación
  45. a et b (en) David Marley, Wars of the Americas: A Chronology of Armed Conflict in the New World, 1492 to the Present, ABC-CLIO, 1998, p. 486.
  46. a et b (es) Elsa Aguilar Casas, Los pasteles más caros de la historia, site de l'INEHRM (Instituto Nacional de Estudios Históricos de las Revoluciones de México).
  47. a, b et c 6 de febrero de 1838 Inicia la “Guerra de los Pasteles”, SEDENA (Secretaría de la Defensa Nacional).
  48. (es) Juan Sosa Esquivel, La real historia de México, vol. 3, Instituto de Investigaciones Históricas, Universidad Autónoma de Tamaulipas, 2002, p. 283.
  49. T.V. Buttrey & Clyde Hubbard : A guide book of mexican coins 1822 to date (ISBN 0-87341-193-5) indique : 1 peso or = 1,692 gramme au titre de .875 soit 1,4805 gramme d'or pur : calcul 1 franc or équivaut à 0,290 gramme d'or pur / 600000 pesos = 888 300 grammes d'or pur divisés par 0,290 gramme (poids d'or de 1 franc or)= 3,063,103 francs or
  50. Vicente Riva Palacio, Mexico a través de los Siglos, tome IV, p. 436, Editorial Cumbre Mexico, 1979 (reprint).
  51. André Castelot, Maximilien et Charlotte du Mexique : La tragédie de l'ambition, Librairie académique Perrin, Paris, 1977 (ISBN 2-262-00086-7), photographie p. 596
  52. Alain Gouttman, La guerre du Mexique, Perrin, 2011, p. 103
  53. Benjamín Ayala Velásquez, El Sol de Michoacán, 24 août 2009
  54. Rafael Candela Salinas, El Sol de Zacatecas, 25 juillet 2009
  55. (es) Un héroe mexicanos en tierras europeas - Esmas.com, 16 juin 2004
  56. (es) Susana Hernández, « La nueva Cámara: PRI 237 curules, PAN 143 y PRD 71 », Milenio,‎ 12 juillet 2009 (lire en ligne)
  57. INEGI. Voir notamment : (es) Referencias geográficas y extensión territorial de México (p. 12) [PDF], Anuario estadístico y geográfico por entidad federativa 2013 (p. 42) [PDF], et México de un vistazo 2009 (p. 14) [PDF]
  58. (es) INEGI, Anuario estadístico y geográfico por entidad federativa 2013 (p. 42) [PDF]
  59. a et b (es) INEGI, Extensión territorial de México.
  60. (es) INEGI, Estadísticas a propósito del día mundial del medio ambiente, p. 2 [PDF]
  61. (es) Miguel Ángel Bustamante Martínez et Héctor Maldonado Clemente, « Delimitación de espacios marítimos », Revista de información y de análisis, no 19, 2002, INEGI [PDF]
  62. (es) INEGI, Agenda estadística de los Estados Unidos Mexicanos, edición 2001 (p. 209-210) [PDF]
  63. Biodiversity Theme Report Prepared by: Dr Jann Williams, RMIT University, Authors Published by CSIRO on behalf of the Department of the Environment and Heritage, 2001 ISBN 0 643 06749 3
  64. a et b « Biodiversidad de México » (consulté le 7 octobre 2007)
  65. « Biodiversidad en México », CONEVYT (consulté le 7 octobre 2007)
  66. Avibase - listes d'oiseaux mondiales : Mexique
  67. a et b « Sistema Nacional sobre la Biodiversidad en México » (consulté le 7 octobre 2007)
  68. a et b (en) North America : Mexico - World Factbook de la CIA
  69. (es) Consejo Servicio de Información Agroalimentaria Y Pesquera, MÉXICO [PDF]
  70. (en) Mining On The Upswing In Mexico - Forbes, 11 juin 2010
  71. (es) Cuauhtémoc Moctezuma
  72. (es) Site de Dos Equis
  73. (en) Mastretta MXT: A Mexican Lotus? - Jerry Garrett, The New York Times, 18 novembre 2011
  74. (en) OICA Production Statistics - Organisation internationale des constructeurs automobiles (OICA)
  75. a, b, c et d (en) Mexico : Automotive Parts and Supplies - Export.gov
  76. a et b (en) Agency: Mexico car output to rise 38% in 3 years - The Detroit News, 30 août 2012
  77. a et b CIA - The World Factbook
  78. Carte de la répartition des populations au Mexique, tirée de Géographie Universelle - Vidal de la Blache et Gallois - T14 de Sorre Max aux éditions Armand Colin, 1928 Carto-mondo.fr
  79. Notimex, « Vive México un acelerado envejecimiento: INEGI », El Economista, 30 septembre 2013.
  80. « Palmarès des plus grandes villes du monde », PopulationData.net (consulté le 3 novembre 2012)
  81. (es) Comisión Nacional para el Desarrollo de los Pueblos Indígenas. CDI. México
  82. Viven en el país 12.7 millones de indígenas - El Universal - México
  83. Alain Musset, Le Mexique, PUF, coll. Que sais-je ?, 2e éd. 2010,
  84. (en) Military Strength - Global Firepower
  85. a et b Cartels mexicains : le jeu trouble des autorités - Rémy Ourdan, Le Monde, 22 janvier 2012
  86. Mexique, la spirale de la barbarie, Le Monde, 23 août 2012
  87. « Baisse de 20% des assassinats en 6 mois escomptée par Mexico », sur legrandjournal.com,‎ 28/05/2013 (consulté le 30/09/2014)
  88. « Mexique: 20% d'homicides en moins au début du mandat de Peña Nieto », sur rtbf.be,‎ 25 mai 2013 (consulté le 30/09/2014)
  89. « Au Mexique, les assassinats ont reculé de 20% en six mois », sur http://french.irib.ir/,‎ 25 mai 2013 (consulté le 30/09/2014)
  90. « Au Mexique, les assassinats ont reculé de 20% en six mois », sur lapresse.ca,‎ 24 mai 2013 (consulté le 30/09/2014)
  91. « La nouvelle gendarmerie mexicaine à l’assaut du crime organisé », sur LeMonde,‎ 25.06.2014 (consulté le 30/09/2014)
  92. « Mexique: une nouvelle gendarmerie pour lutter contre le crime organisé », sur lapresse.ca,‎ 23 août 2014 (consulté le 30/09/2014)
  93. « Miguel Ángel Treviño, le narco qui valait 5 millions de dollars », sur lopinion.fr,‎ 18 juillet 2013 (consulté le 30/09/2014)
  94. « Les Zetas, un gang mexicain shooté à la violence et aux technologies », sur france24.com,‎ 16/07/2013 (consulté le 30/09/2014)
  95. « Ciudad Juarez : baisse des homicides », sur LeFigaro,‎ 21/05/2011 (consulté le 30/09/2014)
  96. « Mexique : la criminalité pèse-t-elle sur la croissance ? », sur francetvinfo.fr,‎ 19/02/2013 (consulté le 30/09/2014)
  97. Población indígena (1) por lengua (2), porcentaje de hablantes de lengua indígena y ubicación geográfica, México, 2000, Comisión Nacional para el desarrollo de los pueblos indígenas, 2000
  98. (es) Entrées « cenote », « tlapalería et tianguis » du Diccionario de la Lengua Española publié par l’Académie espagnole.
  99. INEGI, Censo de Población y Vivienda 2010. Cette information n’a pas été renseignée pour 2,7% des personnes recensées.
  100. (es) Enrique Luengo, La religión y los jóvenes de México : ¿el desgaste de una relación?, p. 86, Universidad Iberoamericana, 1993.
  101. (es) Enrique Luengo, La religión y los jóvenes de México : ¿el desgaste de una relación?, p. 87, Universidad Iberoamericana, 1993.
  102. (es) Alejandro Jiménez Arrazquito, Erika Mercado Sánchez et Mario Alberto Trueba Marcos, Diseño de una serie de documentales sobre las expresiones del sincretismo religioso en las festividades de Semana Santa, Santo Patrono, Todos Santos y Navidad, en comunidades indígenas de México; y la producción de uno de ellos, Capítulo III : Expresiones del sincretismo religioso en la muerte nahuatl, parties 3 à 6, mémoire sous la direction de José Cisneros Espinosa, Universidad de las Américas Puebla, Escuela de Ciencias Sociales, Departamento de Ciencias de la Comunicación, 2003.
  103. (es) JBL, Sincretismo cultural y religioso en las celebraciones del 25 de diciembre y fin de año en México, INAH, 24 décembre 2010.
  104. On peut citer, en particulier, le syncrétisme religieux des Tzotzils, qui a fait l’objet de nombreuses publications (voir notamment Formas y procesos de sincretismo entre los Tzotziles et La cosmovisión de los pueblos indígenas actuales).
  105. (es)Consejo Regulador del Tequila, A.C. (CRT)
  106. (es) México es el 1er consumidor de huevo en el mundo - Instituto Nacional Avícola
  107. Andrea Kettenmann, Rivera, Taschen, 2006, p. 23
  108. Musiques, danses mexicaines - Revemexicain.com

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Encyclopédies
  • Enciclopedia de México, Enciclopedia de México, 1977.
  • Historia de México, México D.F., Salvat, 1978.
  • México a través de los siglos, Coyoacán, Cumbre, 1985, XXIIIe édition.
  • Todo México, Enciclopedia de México, 1985.
Ouvrages généraux
Géographie
  • Teresa Ayllón Torres, México: sus recursos naturales y su población, México, Limusa, 1990.
  • Beltrami, Giacomo Costantino. México. Querétaro : Francisco Frías.
  • Daniel Cosío Villegas (coordinador), Historia General de México, El Colegio de México, 1981.
  • Daniel Cosío Villegas, Historia Moderna de México. México, D.F. : Hermes, 1973-1984.
  • Mario D’arpi, México. Bergamo: Instituto Italiano d’arti grafiche, 1924.
  • Ricardo Pérez Montfort, Estampas de Nacionalismo Popular Mexicano, México : Centro de Investigaciones en Estudios Superiores en Antropología Social (CIESAS), 1994.
  • Jerzy Rezedowski, Vegetación de México, México : Limusa, 1978.
  • Sierra Philippe, Le Mexique entre nord et sud in Gamblin André, Les Amériques latines, Paris, SEDES, 2005.
  • Mo St. Louis, México. Secondand Arsenal: Aeronautical Chart and Information Center, 1965.
Histoire
  • Ignacio Bernal, Kuize Geschichte Mexikos, Editorial Koln, 1974.
  • Susan Hale, México, New York : Putnam’s, 1906.
  • Martín Quirarte, Visión panorámica de la historia de México, Editorial Porrúa, 1976.
  • Fernando Solana et al., Historia de la Educación Pública en México, México, D.F. : Fondo de Cultura Económica, 1981.
  • Antonio de Solis, Histoire de la conquête du Mexique, Librairie Albanel, Paris, 1868
Vice-Royaume de la Nouvelle-Espagne
  • Eduardo Arcila Farias, El siglo ilustrado en América. Reformas económicas del siglo XVIII en Nueva España., México, D. F., 1974.
  • José Antonio Calderón Quijano, Los Virreyes de Nueva España durante el reinado de Carlos III, Seville, 1967-1968.
  • Guillermo Céspedes del Castillo, América Hispánica (1492-1898), Barcelone : Labor, 1985.
  • Mario Hernández Sánchez-Barba, Historia de América, Madrid : Alhambra, 1981.
  • Richard Konetzke, América Latina. La época colonial., Madrid : Siglo XXI de España, 1976.
  • Luis Navarro García, Hispanoamérica en el siglo XVIII, Seville : Universidad de Sevilla, 1975.
  • Pablo Emilio Pérez-Mallaína et al., Historia Moderna, Madrid : Cátedra, 1992.
  • Demetrio Ramos Pérez et al., América en el siglo XVII, Madrid : Rialp, 1982-1989.
  • Demetrio Ramos Pérez et al., América en el siglo XVIII, Madrid : Rialp, 1982-1989.
  • Ignacio Rubio Mañé, Introducción al estudio de los virreyes de Nueva España, 1535-1746, México, D. F., 2e éd., 1983.
Révolution Mexicaine
  • James D. Cockcroft, Precursores intelectuales de la Revolución Mexicana. México, D. F. : Siglo XXI Editores, 6e éd., 1980.
  • Arnaldo Córdoba, La ideología de la revolución mexicana. México, D. F., 1974.
  • Charles Cumberland, Madero y la revolución mexicana. México, D. F. : Siglo XXI, 1977.
  • Jean Mayer, La Revolución Mexicana. 1910-1940. Barcelone : Dopesa, 1972.
  • Americo Nunes, Les révolutions du Mexique, Paris, Flammarion, 1975 ; réédition augmentée, Ab irato, 2009.
  • Ralph Roeder, Hacia el México moderno. Porfirio Díaz., México, D. F. : Fondo de Cultura Económica, 1973.
  • Pedro A. Vives, Pancho Villa. Madrid: Historia 16 y Quorum, 1987.
  • John Womack, Zapata y la revolución mexicana. México, D. F. : Siglo XXI Editores, 14e éd., 1985.
Économie
  • « Mexamérique, entre Mexique et États-Unis », Problèmes d'Amérique latine no 66/67, Institut Choiseul, automne 2007
  • Luis Ángeles, La reforma del Estado, México, D.F. : PRI; IEPES, 1990.
  • Carlos Bosch García, Historia de las relaciones entre México y los Estados Unidos 1819-1848. México : Secretaría de Relaciones Exteriores, 1985.
  • Georges Fauriol, México, Washington D.C. : Center for Strategic & International Studes George town University, 1983.
  • Rosario Green, La deuda externa de México, México: Secretaría de Relaciones Exteriores ; Nueva Imagen, 1988.
  • Rosario Green, Nuevo entorno internacional, México, D.F. : PRI; IEPES, 1990.
  • Carlos M. Ibarra, Economía política mexicana, Puebla : Linotipográfica Económica, 1940.
  • Interpretaciones sobre el sistema político mexicano, México : PRI; IEPES, 1990.
  • La apertura de México al pacífico, México : Secretaría de Relaciones Exteriores, 1990.
  • La constitución mexicana, rectoría del Estado y economía mixta, Editorial Porrúa 1985.
  • López Gallo, Manuel. Economía y política en la historia de México, México D.F.: Grijalbo, 1967.
  • México en la década de los 90, Banco Nacional de México, Estudios Económicos y Sociales, 1993.
  • Política exterior de México, México : Secretaría de Relaciones Exteriores, 1989.
  • Carlos Tello, La política económica en México, Siglo XXI Editores, 1979.
  • Felipe Tena Ramírez, Leyes fundamentales de México, 1808-1964. Editorial Porrúa, 1964.
  • Lucio Toribio, Economía actuarial en las empresas industriales, Editorial CEMEX, 2005-2006.
Autres sujets

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :