Cerveteri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cerveteri
Blason de Cerveteri
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Lazio.svg Latium 
Province Rome 
Code postal 00052
Code ISTAT 058029
Code cadastral C522
Préfixe tel. 06
Démographie
Gentilé cerveterani
Population 36 229 hab. (31-12-2010[1])
Densité 270 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 00′ 00″ N 12° 06′ 00″ E / 42, 12.1 ()42° 00′ 00″ Nord 12° 06′ 00″ Est / 42, 12.1 ()  
Altitude Min. 81 m – Max. 81 m
Superficie 13 400 ha = 134 km2
Divers
Saint patron San Michele Arcangelo
Fête patronale 8 mai
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Latium

Voir sur la carte administrative du Latium
City locator 14.svg
Cerveteri

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Cerveteri

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Cerveteri
Liens
Site web http://www.comune.cerveteri.rm.it/

Cerveteri [ʧer'vɛ:teri] est une ville de la province de Rome dans le Latium en Italie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cerveteri est située à 42 km au nord-ouest de Rome et proche de la mer Tyrrhénienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque étrusque[modifier | modifier le code]

Rome et ses voisins au Ve siècle av. J.-C.

Cisra était membre de la dodécapole étrusque d'Étrurie, ce qui permit à la cité de réaliser une allégorie représentant Vulci, Tarquinia et Vetulonia, trois autres cités étrusques membres de cette dodécapole[2].

Son nom dérive de Caere Vetus donné au XIIIe siècle pour la différencier de Caere Novum, l’actuelle Ceri. Les noms antiques de la cité sont Caere pour les Romains, Cisra pour les Étrusques et Agylla pour les Grecs (et « Caeré » en français[3]). Caere fut intégré aux possessions romaines au IVe siècle av. J.-C. en devenant le premier municipe sine suffragio[4]. Elle conserva ses institutions particulières qui sont encore attestées au deuxième siècle de notre ère.

Depuis Cerveteri, on accède à la nécropole étrusque de Banditaccia, classée au patrimoine mondial de l’humanité établie par Unesco avec celle de Monterozzi en 2004.

Le Museo Nazionale Archeologico expose dans ses vitrines des éléments des trousseaux funéraires de ses tombes.

«  Anciennement, en effet, Cæré se nommait Agylla : c'étaient, à ce qu'on assure, des Pélasges venus de Thessalie qui l'avaient fondée. Mais les Lydiens (j'entends ceux qui prirent le nom de Tyrrhènes) ayant mis le siège devant Agylla, un des leurs, dit-on, s'approcha du rempart et demanda qu'on lui dit le nom de la ville, et comme, au lieu d'obtenir la réponse à sa question, il avait été salué par un Thessalien du haut du rempart du mot Χαῖρε (bonjour), les Tyrrhènes virent là un présage heureux et firent de ce mot un nom nouveau qu'ils donnèrent à la ville, quand ils l'eurent prise. Aujourd'hui du reste, cette ville illustre, et naguère si florissante, n'est plus que l'ombre d'elle-même, au point que les thermes qui se trouvent dans ses environs, les thermes dits de Cæré, sont en réalité infiniment plus peuplés qu'elle, vu l'affluence des gens qui s'y rendent pour raison de santé  »

— Strabon , Géographie,V, 2

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 2003 29 avril 2008 Antonio Brazzini    
29 avril 2008 en cours Gino Ciogli Partito Democratico  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Sasso, Ceri, Valcanneto, Marina di Cerveteri, Cerenova, Campo di mare, San Martino, I Terzi, Due Casette

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Anguillara Sabazia, Bracciano, Fiumicino, Ladispoli, Santa Marinella, Tolfa

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Jean-Marc Irollo, Histoire des Étrusques, p. 14.
  3. in La Civilisation étrusque de Dominique Briquel
  4. Michel Humbert, « L'incorporation de Caere dans la Civitas Romana », MEFRA, 84-1, 1972, p. 231-268 Lire en ligne

Voir aussi[modifier | modifier le code]