Temple de Zeus à Olympie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Temple de Zeus

Le temple colossal de Zeus Olympien, de style dorique (64,2 m de long, 24,6 m de large), fut érigé entre 470 et 456 av. J.-C. Pausanias le Périégète affirme que le temple et la statue furent érigés par le butin pris par Élis lors de la destruction de Pisa. On sait que ces deux cités se disputaient Olympie; certains événements historiques (en 471 Elis se constitua en nouvelle cité démocratique) confirmeraient la position de Pausanias. Le temple est traditionnellement attribué à l'architecte Libon d'Elis. Le temple était de style dorique périptère (6 × 13 colonnes), construit avec le calcaire coquillier local et recouvert de stuc blanc. Seul le toit et quelques décors étaient en marbre.

Architecture[modifier | modifier le code]

Zeustempel Olympia.PNG Temple zeus olympie.jpg

Sculpture[modifier | modifier le code]

Fronton[modifier | modifier le code]

Le fronton Est représente, toujours selon Pausanias, la préparation de la course de chars entre Pélops et Oenomaos. Le fronton Ouest, quant à lui, représente le combat des Lapithes contre les centaures. Le thème de la course de chars dans l'histoire de Pélops convient à Olympie, car elle renvoie à une victoire sur Pisa (gouvernée par Oenomaos). Ce thème du fronton Ouest est courant au Ve siècle, il sert à montrer le succès sur les "Barbares" (ou sur le comportement barbare d'autres Grecs). L'identification précise des personnages est difficile et de lourdes incertitudes subsistent[1].

Fronton est (ensemble)

Métope[modifier | modifier le code]

Statue[modifier | modifier le code]

La statue chryséléphantine de Zeus à Olympie a été réalisée par le sculpteur grec Phidias, vers 436 av. J.-C. Aujourd'hui disparue, elle était considérée sous l'Antiquité comme la troisième des sept merveilles du monde. C'était une statue chryséléphantine assise, d'environ 10 ou 12 mètres de hauteur.

L'atelier de Phidias à Olympie.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • John Boardman, La Sculpture grecque classique, Paris, Thames et Hudson,‎ 1995, 251 p.
  • L'art grec, Paris, Mazenod,‎ 1984, 636 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Boardman, La sculpture grecque classique, p. 37