Claude Joseph Vernet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vernet.

Joseph Vernet

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portait de Joseph Vernet par Élisabeth Vigée Le Brun, 1778, musée du Louvre, Paris

Nom de naissance Claude Joseph Vernet
Naissance 14 août 1714
Avignon
Décès 3 décembre 1789 (à 75 ans)
Paris
Nationalité Française
Profession Peintre
Famille
Carle Vernet, son fils (1758) Emilie Vernet, sa fille (1750) Livio Vernet, son fils (1737)

Joseph Vernet, né Claude Joseph Vernet à Avignon le 14 août 1714 et mort à Paris le 3 décembre 1789, est un peintre, dessinateur et graveur français, célèbre pour ses marines.

Biographie[modifier | modifier le code]

Un réseau de sociabilité cosmopolite et efficace[modifier | modifier le code]

Joseph Vernet est formé dans le Sud de la France. On lui donne comme maîtres Adrien Manglard et Philippe Sauvan. En 1734, Vernet part pour Rome pour y étudier le travail des précédents paysagistes et peintres de la marine comme Claude Gellée, dont on retrouve le style et les sujets dans les tableaux de Vernet. Il s'assure un solide réseau international à l'occasion de ce voyage, et par la suite à Paris via les salons, l'Académie royale et les loges maçonniques[1].

Les sociabilités cosmopolites que ce réseau suscite lui permettent de déployer ses talents de société pour lancer, délibérément comme le montre son livre de raison, la mode des marines à travers l'Europe, notamment en exploitant habilement le retentissement produit par la plus grande commande royale de peintures du règne de Louis XV : celle, en 1753, de 15 tableaux des ports de France[1].

Dès lors, Vernet peut vendre avantageusement ses marines, « au poids de l'or » si l'on en croit Pierre-Jean Mariette[1]. De fait, la liste de ses commanditaires est aussi variée et internationale que prestigieuse ; elle comprend, entre autres figures célèbres, Catherine II de Russie[1].

Les Ports de France[modifier | modifier le code]

Louis XV, lui commande 24 tableaux de ports de France pour informer de la vie dans les ports ; seuls quinze tableaux seront réalisés, de 1753 à 1765 (Marseille, Bandol, Toulon, Antibes, Sète, Bordeaux, Bayonne, La Rochelle, Rochefort et Dieppe) ; certains ports sont représentés plusieurs fois. On avait demandé à Vernet de représenter sur chaque tableau, au premier plan, les activités spécifiques à la région. Ces peintures sont donc de véritables témoignages de la vie dans les ports il y a 250 ans, et font de lui l'un des plus grands peintres de la marine. Ils lui vaudront une reconnaissance, de son vivant, par la plupart des nobles les plus attachés à la marine - ainsi, le marquis de Laborde.

Style[modifier | modifier le code]

Marine peinture, Claude Joseph Vernet

Admirateur de Poussin, Vernet parvint néanmoins à créer, à force de travail, son propre style.

Il représente en général la nature en accordant beaucoup de place au ciel ; il sait aussi animer chaque lieu par des personnages et des scènes de la vie quotidienne.

Son fils Carle Vernet, son petit-fils Horace Vernet[2] et son arrière-petit-fils Émile Vernet-Lecomte furent également peintres. Un peintre anglais, Gabriel Mathias[3], fut un courtier de Joseph Vernet pour la Grande-Bretagne.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Il a peint plusieurs angles des ports de Marseille et de Bordeaux. Il a peint l'entrée du port de Marseille en 1754, et, en 1758, le port de Bordeaux (une huile sur toile de 2,63 m x 1,65 m, montrant le quartier des Salinières).

Autres tableaux :

  • Vue de Naples, vers 1748
  • Intérieur du port de Marseille, 1754
  • Paysage de montagne avec tempête, 1775
  • Littoral, 1776
  • Le Port De Bordeaux, 1759
  • Le pont et le château Saint-Ange, 1745

Collections publiques[modifier | modifier le code]

L'Entrée du port de Marseille (1754).
  • Au Havre, le Musée André Malraux présente Le Port de La Rochelle.
  • À Avignon, la fondation Calvet présente plusieurs de ses œuvres au Musée Calvet.
  • À Paris, le Musée de la Marine présente, déposés par le Musée du Louvre en 1943, treize tableaux de la série des 15 ports de France peints à la demande du roi Louis XV. Le Musée du Louvre expose de cette série L'Entrée du port de Marseille et La Ville et la rade de Toulon.
  • À Toulon, le musée d'art possède Le Torrent (huile sur toile de 76,5 cm × 103 cm ; œuvre non datée).
  • À Bruges, le Groeningemuseum expose Le Naufrage (huile sur toile de 96 cm x 1,34 m ; peint en 1759).
  • À Philadelphie, le Museum of Art expose six toiles : Villa à Caprarola, Naufrage sur une côte, deux marines (Orage sur une côte et une scène côtière), ainsi qu'une gouache représentant des pêcheurs, attribuée à Vernet (Philadelphia Museum of Art).
  • À Bordeaux, Vue sur le port de Bordeaux (huile sur toile, 2,63 m × 1,65 m ; 1758).
  • À Quimper, Musée des Beaux-Arts : Marine, Clair de lune (32,5 cm × 46 cm; 1772) et Le Pêcheur à la ligne (40,5 × 32,3 cm ; 1788).

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Postérité[modifier | modifier le code]

Références dans la littérature[modifier | modifier le code]

Dans son Salon de 1767, Denis Diderot commente longuement sept tableaux de Vernet à travers un texte connu sous le titre de Promenade Vernet. Il a imaginé être un personnage des tableaux, mais un personnage mobile, qui se promène dans les paysages, accompagné d’un abbé, de quelques élèves et de leur instituteur. Cette promenade comporte sept sites, qui sont autant de tableaux – dont certains ont disparu. Il est quelquefois difficile de lire des considérations sur la peinture sans voir celles qui les ont inspirées. Les images nous manquent, mais les descriptions sont très précises ; il mêle, aux sensations éprouvées lors des promenades, des considérations philosophiques.

Dans La Maison du chat-qui-pelote de Balzac, Monsieur Guillaume, marchand drapier, juge sévèrement cet artiste - et tous les artistes en général - mettant dans le même sac peinture, danse, art dramatique… : « Ils sont trop dépensiers pour ne pas être toujours de mauvais sujets. J'ai fourni feu M. Joseph Vernet [Claude-Joseph Vernet], feu M. Lekain, et M. Noverre). Ah ! Si tu savais combien de tours ils ont joué à ce pauvre monsieur Chevrel ! Ce sont de drôles de corps. (…)[4] »

Dans Vingt mille lieues sous les mers de Jules Verne, le Nautilus est décoré de peintures, parmi lesquelles des tableaux de Vernet  : « Les diverses écoles des maîtres anciens étaient représentées par une madone de Raphaël, une vierge de Léonard de Vinci, une nymphe du Corrège, une femme du Titien, une adoration de Véronèse, une assomption de Murillo, un portrait d’Holbein, un moine de Vélasquez, un martyr de Ribeira, une kermesse de Rubens, deux paysages flamands de Teniers, trois petits tableaux de genre de Gérard Dow, de Metsu, de Paul Potter, deux toiles de Géricault et de Prud'hon, quelques marines de Backuysen et de Vernet. » (chap. IX)

Gérard de Nerval fait aussi référence à Joseph Vernet dans son Voyage en Orient. C'est à propos des impressions suscitées par la « beauté, grâce ineffable des cités d'Orient bâties aux bords des mers », qu'intervient la référence à l'artiste : « On coudoie avec surprise cette foule bigarrée, qui semble dater de deux siècles, comme si l'esprit remontait les âges […]. Suis-je bien le fils d'un pays grave, d' un siècle en habit noir et qui semble porter le deuil de ceux qui l'ont précédé ? Me voilà transformé moi-même, observant et posant à la fois, figure découpée d'une marine de Joseph Vernet[5] ».

Peintres de marines inspirés par Vernet[modifier | modifier le code]

Claude-Gérard Marcus, Dans le sillage de Vernet, texte inclus dans le catalogue de la Biennale des antiquaires, Paris, 1992, p. 81-113.

Graveurs ayant réalisé des estampes d'après Vernet[modifier | modifier le code]

Les estampes d'après Vernet sont nombreuses, surtout celles de la série des ports de France qui sont encore très populaires. On citera parmi les auteurs :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Charlotte Guichard, « Les circulations artistiques en Europe (années 1680-années 1780) », in Pierre-Yves Beaurepaire et Pierrick Pourchasse (dir) Les circulations internationales en Europe, années 1680-années 1780, Presses Universitaires de Rennes, 2010, p. 391
  2. Né le 30 juin 1789, peu de temps avant la mort de son grand-père.
  3. Voir le texte de Léon Lagrange, sur la page Gabriel Mathias.
  4. La Maison du chat-qui-pelote, Flammarion GF, 1985, p. 62-63.
  5. Gérand de Nerval, Voyage en Orient, Préface d'André Miquel, texte établi et annoté par Jean Guillaume et Claude Pichois et présenté par Claude Pichois, Paris, Gallimard, 1984, p. 404.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Léon Lagrange, Joseph Vernet et la peinture au XVIIIe siècle, Paris, 1864 (2e édition), Lire en ligne.
    Les documents et pièces justificatives publiés sont des références essentielles.
  • Anonyme, préface de Maurice Guillemot,"Les Vernet", catalogue, exposition, Paris, École des Beaux-arts, s.d. (1898), avec un supplément et un errata.
Exposition consacrée à Joseph, Carle et Horace, 374 œuvres cataloguées (dont des n° bis) et du n° 375 au n° 413 dans le supplément.
  • Florence Ingersoll-Smouse, Joseph Vernet, Peintre de marine, Étude critique et catalogue raisonné…, Paris, 1926, deux volumes.
    Ouvrage ancien, mais indispensable.
  • Philip Conisbee, "Claude-Joseph Vernet " catalogue, exposition, Londres, Kenwood House, 1976.
  • Anonyme, préface de Philip Conisbee, "Joseph Vernet", catalogue exposition, Paris, musée de la Marine, 1976-1977.
  • Bernadette de Boysson, Vernet, in catalogue exposition " Le port des Lumières", Bordeaux, musée des Beaux-arts, 1989, p. 31-49.
  • Helge Siefert, " Claude-Joseph Vernet", catalogue, exposition, Munich, Neue Pinakothek, 1997 (en l'honneur des 65 ans de Johannes Langner).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :