Nicolas Mignard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nicolas Mignard
Musée Calvet Nicolas-Mignard.jpg

Nicolas Mignard, Autoportrait,
Avignon, musée Calvet.

Naissance
Décès
Nationalité
Drapeau de la France France
Activités
Peintre
Maîtres

Nicolas Mignard, dit Mignard d'Avignon[1], baptisé le à l'église Sainte-Madeleine de Troyes en Champagne, mort le , est un peintre baroque[2] et graveur français.

Il est le frère de Pierre Mignard dit « Mignard le Romain », et le père de Pierre II Mignard, dit « le chevalier Mignard » et Paul Mignard.

Biographie[modifier | modifier le code]

Petit-fils de Pantaléon Mignard, marchand armurier, fils de Pierre Mignard et de Marie Gallois[3].

Il fait ses études avec un peintre dont le nom n'est pas connu.

De 1635 à 1637, il passe deux années à Rome en Italie, avec son frère Pierre, copiant les peintres Annibale Carracci et Albani. Mais amoureux d'une avignonnaise rencontrée durant son voyage deux ans plus tôt, il revient se marier et se fixer à Avignon. Il y restera plus de vingt ans, et c'est pourquoi on le surnommera plus tard « Mignard d'Avignon » pour le distinguer de son frère Pierre, dit « Mignard le Romain ». Il peint pour les notables et les couvents de la région (entre autres, pour un amateur, les Amours de Théagène et de Chariclêe). Ayant hérité de son beau-père l'un des deux principaux jeux de paume d'Avignon, il installe son atelier en haut d'un bâtiment jouxtant la salle. C'est ainsi que, au début des années 1650, il fait la connaissance de Molière, dont la troupe jouait dans la salle du jeu de paume (comme toutes les autres troupes itinérantes) lorsqu'elle était de passage à Avignon. Leur intimité devint assez grande pour qu'il décide de peintre son portrait en personnage de théâtre (César dans La Mort de Pompée de Pierre Corneille), ce qu'il n'a pas fait pour les autres membres de la troupe.

À l'automne 1657 son frère Pierre, invité par Mazarin et le jeune roi Louis XIV à venir résider à Paris après plus de vingt ans passés en Italie, s'arrête de longues semaines chez lui à Avignon et devient à son tour l'ami de Molière, dont il peint lui aussi le portrait. L'installation de Pierre à Paris en 1658 et son succès auprès de toute la Cour transforme le destin de Nicolas: il est à son tour appelé à Paris par Mazarin en 1660, et il est entre autres chargé par Louis XIV de décorer plusieurs appartements du rez-de-chaussée des Tuileries.

Il est reçu à l'Académie royale de peinture et de sculpture le 3 mars 1663 et en devient professeur puis recteur[4].

Il laisse cinq planches gravées d'après les peintures faites par Annibal Carrache pour la galerie Farnèse.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Œuvres dans les églises[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Œuvres dans les musées[modifier | modifier le code]


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Il peint de nombreux portraits, dont ceux du roi, de la reine, et de la plupart des seigneurs de la cour[34].


Travaux décoratifs pour l'appartement bas du roi au château des Tuileries.
  • Apollon et les quatre Saisons[2].
  • Apollon et Python[2].
  • Apollon et Midas[2].
  • Apollon et les trois Muses[2].

Source[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays, Paris, R. Roger et F. Chernoviz, 1911-1923, 3 tomes

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antoine Schnapper, Mignard d'Avignon (1606-1668): catalogue de l'exposition Palais des Papes, Avignon, 25 juin-15 octobre 1979, Palais des Papes, Avignon, 1979, 176 pages

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Exposition au palais des papes du peintre Nicolas Mignard, dit Mignard d'Avignon, du 25 juin au 15 octobre 1979
  2. a, b, c, d et e Biographie de Nicolas Mignard sur tuileries.fr
  3. M. Le Brun-Dalbanne« La jeunesse de Pierre Mignard », dans Mémoires de la Société académique d'agriculture, des sciences, arts et belles-lettres du département de l'Aube, 1867, vol. 31, p. 109-110. L'anecdote selon laquelle Pierre Mignard aurait été un officier du futur Henri IV du nom de Pierre More qui aurait changé son nom en Mignard vient de l'abbé de Monville. Elle est reconnue depuis longtemps comme infondée.
  4. a et b Nicolas Milovanic, Un premier tableau de Nicolas Mignard au Louvre, Grande Galerie - Le Journal du Louvre, juin/juillet/août 2013, no 24, p. 21.
  5. « La Vierge du Carmel », base Palissy, ministère français de la Culture
  6. « La nativité », base Palissy, ministère français de la Culture
  7. « La sainte famille et sainte Anne », base Palissy, ministère français de la Culture
  8. « Notice no PM84000147 », base Palissy, ministère français de la Culture
  9. « Sainte Barbe et sainte Marguerite adorant le saint sacrement », base Palissy, ministère français de la Culture
  10. « Notice no PM84000222 », base Palissy, ministère français de la Culture
  11. « La Vierge, saint Bernard, saint Louis, sainte Hélène et sainte Madeleine », base Palissy, ministère français de la Culture
  12. « L'Annociation », base Palissy, ministère français de la Culture
  13. « L'adoration des bergers », base Palissy, ministère français de la Culture
  14. « 'éducation de la Vierge », base Palissy, ministère français de la Culture
  15. « Noli me tangere », base Palissy, ministère français de la Culture
  16. « Le couronnement de sainte Thérèse par le Christ », base Palissy, ministère français de la Culture
  17. « La sainte famille », base Palissy, ministère français de la Culture
  18. « L'Assomption », base Palissy, ministère français de la Culture
  19. « Arrivée du Christ en Béthanie », base Palissy, ministère français de la Culture
  20. « Vierge des sept douleurs », base Palissy, ministère français de la Culture
  21. « L'Annonciation », base Palissy, ministère français de la Culture
  22. Auto portrait
  23. La pietà
  24. Le vice-légat Sforza
  25. Saint Bruno
  26. La vierge remettant le scapulaire
  27. « Le jugement de Midas », base Joconde, ministère français de la Culture
  28. « Molière dans le rôle de César », base Joconde, ministère français de la Culture
  29. « Le Christ en croix », base Joconde, ministère français de la Culture
  30. « Le mariage mystique de sainte Catherine », base Palissy, ministère français de la Culture
  31. « Sainte Anne la Vierge et un chartreux dans un paysage », base Palissy, ministère français de la Culture
  32. Vénus et Adonis
  33. Rinaldo et Armida
  34. Biographie de Nicolas Mignard
  35. Attribution douteuse selon Antoine Schnapper (op. cit.)

Liens externes[modifier | modifier le code]