Nicolas Mignard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Autoportrait, musée Calvet, Avignon.

Nicolas Mignard, dit Mignard d'Avignon[1], baptisé le 7 février 1606 à l'église Sainte-Madeleine de Troyes en Champagne, mort le 20 mai 1668, est un peintre baroque[2] et graveur français.

Il est le frère de Pierre Mignard dit « Mignard le Romain », et le père de Pierre II Mignard, dit « le chevalier Mignard ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Petit-fils de Pantaléon Mignard, marchand armurier, fils de Pierre Mignard et de Marie Gallois[3].

Il fait ses études avec un peintre dont le nom n'est pas connu.

De 1635 à 1637, il passe deux années à Rome en Italie, copiant les peintres Annibale Carracci et Albani. Puis s'établit à Avignon, où il peint pour un amateur les Amours de Théagène et de Chariclêe, et où il se marie, d'où son surnom « Mignard d'Avignon ». Il travaille également pour des notables et des couvents.

Appelé à Paris par Mazarin en 1660, il est chargé par Louis XIV de décorer plusieurs appartements du rez-de-chaussée des Tuileries.

Il est reçu à l'Académie royale de peinture et de sculpturele 3 mars 1663 et en devient professeur puis recteur[4].

Il laisse cinq planches gravées d'après les peintures faites par Annibal Carrache pour la galerie Farnèse.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Il peint de nombreux portraits, dont ceux du roi, de la reine, et de la plupart des seigneurs de la cour[5].

Travaux décoratifs pour les appartements du château des Tuileries.
  • Apollon et les quatre Saisons[2].
  • Apollon et Python[2].
  • Apollon et Midas[2].
  • Apollon et les trois Muses (Visible au Musée Calvet d'Avignon)[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Exposition au palais des papes du peintre Nicolas Mignard, dit Mignard d'Avignon, du 25 juin au 15 octobre 1979
  2. a, b, c, d et e Biographie de Nicolas Mignard sur tuileries.fr
  3. M. Le Brun-Dalbanne« La jeunesse de Pierre Mignard », dans Mémoires de la Société académique d'agriculture, des sciences, arts et belles-lettres du département de l'Aube, 1867, vol. 31, p. 109-110. L'anecdote selon laquelle Pierre Mignard aurait été un officier du futur Henri IV du nom de Pierre More qui aurait changé son nom en Mignard vient de l'abbé de Monville. Elle est reconnue depuis longtemps comme infondée.
  4. a et b Nicolas Milovanic, Un premier tableau de Nicolas Mignard au Louvre, Grande Galerie - Le Journal du Louvre, juin/juillet/août 2013, n° 24, p. 21.
  5. Biographie de Nicolas Mignard

Source[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays, Paris, R. Roger et F. Chernoviz, 1911-1923, 3 tomes

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antoine Schnapper, Mignard d'Avignon (1606-1668): catalogue de l'exposition Palais des Papes, Avignon, 25 juin-15 octobre 1979, Palais des Papes, Avignon, 1979, 176 pages

Liens externes[modifier | modifier le code]