Directoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Directoire (homonymie).

Première République
Directoire

17951799

Drapeau
Informations générales
Statut République
Capitale Paris
Histoire et événements
26 octobre 1795 La Convention cède la place au Directoire.
2 mars 1796 Napoléon Bonaparte est nommé général en chef de l'Armée d'Italie. Début de la Première campagne d’Italie.
4 septembre 1797 Coup d'État intenté par trois Directeurs contre les Jacobins et les royalistes, majoritaires au Parlement.
mai 1798 Début de la Deuxième Coalition.
14 juillet 1798 Début de la campagne d'Égypte (fin en 1801).
5 avril 1799 Début de la deuxième campagne d'Italie (fin en 1800).
18 juin 1799 Coup d'État : « revanche des Conseils », qui gagnent en autorité au détriment du Directoire.
9 novembre 1799 Coup d'État du 18 brumaire. Disparition du Directoire au profit du Consulat.
Pouvoir exécutif
1795-1799 cinq Directeurs
Parlement français
Chambre haute Conseil des Anciens
Chambre basse Conseil des Cinq-Cents

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le Directoire est la forme de gouvernement utilisée par la Première République française, du 26 octobre 1795 (4 brumaire an IV) au 9 novembre 1799 (18 brumaire an VIII). Il tire son nom des cinq Directeurs détenteurs du pouvoir exécutif. Mis en place à la suite de la Convention thermidorienne par des républicains modérés, le régime, d'inspiration bourgeoise est marqué par le rétablissement du suffrage censitaire qui sert à élire les deux chambres législatives, le Conseil des Cinq-Cents et le Conseil des Anciens. Le régime est également marqué par un renouvellement annuel du tiers du corps législatif et d'un Directeur.

Durant ses quatre années d'existence, le Directoire est confronté à des poussées et complots royalistes ; mais aussi jacobines comme la Conjuration des Égaux qui survient en 1796. Les élections annuelles sont également autant de désaveux pour l'exécutif qui doit recourir à plusieurs reprises à des coups d’État pour ne pas mettre en danger le régime (notamment celui de fructidor an V, contre la majorité royaliste nouvellement élue). Le Directoire reçoit de plus en plus de reproches et la Constitution de l'an III fait l'objet de désirs de révision. En 1799, l'un des révisionnistes, Sieyès, devient Directeur puis parvient à fomenter le coup d'État du 18 brumaire. Celui-ci met fin au Directoire et entraîne la formation du Consulat dont la personnalité principale est Napoléon Bonaparte.

La période du Directoire, souvent vue comme une courte période de transition par l'historiographie, est aussi une époque d'agitation militaire, la France faisant face à l'Autriche lors de la campagne d'Italie, puis à nouveau lorsqu'est formée la Deuxième Coalition. Une autre entreprise audacieuse est menée à l'époque, la campagne d'Égypte qui contribue à la célébrité de Bonaparte. Le Directoire met également en place une administration dense et des outils économiques qui profitent aux régimes suivants. Culturellement, la période est marquée par un regain de popularité de la religion, en dépit de mesures prises par le régime qui, pour sa part, tente de mettre en place sans grand succès une culture républicaine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines du régime[modifier | modifier le code]

Les derniers temps de la Convention[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Convention thermidorienne.

Après la chute de Robespierre, le 10 thermidor an II (28 juillet 1794), le régime de la Convention nationale prend un nouveau tour : sa dernière année, nommée Convention thermidorienne, est marquée par un retour progressif de la bourgeoisie au pouvoir après la Terreur. La Convention revient notamment sur la loi de Prairial qui accélérait les procédures judiciaires en ôtant toute garantie aux accusés, et les prisonniers de la dictature jacobine sont libérés. Afin d'éviter une appropriation du pouvoir comme à l'époque du Comité de salut public, il est décidé de renouveler ces comités par quart chaque mois, sans permettre la réélection immédiate des sortants[1]. La plupart des anciens partisans de Robespierre et de ses proches, notamment parmi les députés, jurent fidélité au nouveau pouvoir, ne serait-ce que pour échapper aux poursuites. Tous n'y échappent cependant pas : de nombreux représentants en mission sont aussitôt rappelés et certains sont emprisonnés[2]. Les règlements de comptes entraînent parfois une certaine confusion, tandis que les auteurs du complot du 9-Thermidor perdent peu à peu le contrôle des événements[3].

Peu à peu, la réaction contre les Jacobins s'organise, prenant notamment pour symbole l'exécution de Jean-Baptiste Carrier et la fermeture de leur club parisien. À l'inverse, une partie des Girondins qui avaient été chassés de la Convention y siègent de nouveau[4]. Parmi les mesures qui sont également supprimées se trouve la loi du maximum général. Si son abandon améliore le commerce extérieur, il entraîne également une chute du cours de l'assignat, des hausses de prix et une augmentation de la spéculation. Cette décision, qui s'ajoute au très rude hiver de 1794-1795, entraîne une grave crise qui frappe notamment les plus pauvres[5]. S'ensuivent, à Paris, les insurrections de germinal et prairial qui échouent, tandis qu'en réaction la Constitution de l'an I est déclarée « factieuse » par la Convention[6]. Dès lors, le peuple, sans disparaître du jeu politique, n’a plus de rôle décisif jusqu'à la Révolution de 1830[7].

L'agitation populaire n'est pas la seule source de trouble, cependant. Le retour en force d'une partie des prêtres réfractaires, ainsi que de certains émigrés profitant du nouveau contexte pour rentrer en France, entraine une Terreur blanche qui se déchaîne contre les Jacobins dans certaines régions, notamment à Lyon[8]. La réaction royaliste prend également d'autres formes lors de l'expédition de Quiberon, une tentative de soulèvement dans l'Ouest pour remettre en place la monarchie qui se solde par un échec signant la fin des espoirs absolutistes[9].

Création d'une nouvelle forme de gouvernement[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Constitution de l'an III.
Portrait de Paul Barras
Paul Barras assure la défense de la Convention lors de la mise en place du Directoire.

Les espoirs des monarchistes modérés sont également très affaiblis par la mort de du fils de Louis XVI à la prison du Temple, ainsi que par l'intransigeance du comte de Provence qui se proclame Louis XVIII, mais dont les attentes sont trop éloignées de la modération qui permettrait une restauration. Les succès que rencontrent les armées républicaines renforcent le modèle républicain, qu'il faut encore stabiliser[10]. Une commission de onze membres est choisie par la Convention thermidorienne pour établir une nouvelle constitution remplaçant celle de l'an I, jugée trop démocratique[11]. Sa tâche est, selon Thibaudeau, l'un de ses membres, de trouver « une voie moyenne entre la royauté et la démagogie ». François-Antoine de Boissy d'Anglas présente les conclusions de la commission le 23 juin 1795, et le texte est adopté le 22 août suivant[12]. Sur bien des points, la Constitution de l'an III rompt avec celles qui l'ont précédées. Elle est notamment précédée d'une déclaration, non seulement des droits, mais aussi, chose inédite, des devoirs. Toute référence au droit naturel est bannie, tandis que le principe selon lequel « les hommes naissent libres et égaux en droits » est rejeté[13]. Si la Constitution de 1793 avait pour mots d'ordre la démocratie et l'égalité, celle de 1795 se concentre sur la liberté et la propriété. Les droits au travail, à l'assistance et à l'instruction, qui semblaient acquis quelques années plus tôt, ne sont également pas mentionnés[14].

C'est un régime de propriétaires qui est mis en place, notamment par le biais du suffrage censitaire qui remplace le suffrage universel envisagé par la Constitution précédente. Les électeurs français sont ainsi 30 000, c'est-à-dire deux fois moins que sous la monarchie constitutionnelle[15]. Afin d'éviter la toute-puissance d'une assemblée, il est décidé de former deux chambres : le Conseil des Cinq-Cents fait office de chambre basse, tandis que le Conseil des Anciens, chambre haute, valide les textes. Il ne s'agit cependant pas d'un bicamérisme à proprement parler : les députés des deux chambres sont élus ensemble, et le Conseil des Anciens est formé par les élus les plus âgés. Les deux chambres ne peuvent pas pour autant communiquer[16]. D’autre part, pour éviter la dictature personnelle, l'exécutif est entre les mains de cinq Directeurs choisis par les Anciens dans une liste préparée par les Cinq-Cents. Le Directoire est renouvelé par cinquième chaque année, un Directeur sortant ne pouvant être réélu pendant cinq ans, rendant ainsi impossible toute conservation du pouvoir. Des dispositions sont également prises pour éviter une réitération de l'élimination des Girondins le 31 mai 1793 : ainsi, les Directeurs ne peuvent envoyer d'armée à moins de 60 km des lieux de réunion des assemblées[17]. Pensée pour éviter tant le retour d'une monarchie que celui d'un régime autoritaire comme l'a été la Terreur, la constitution de l'an III sépare strictement les pouvoirs. Directeurs et Conseils sont spécialisés dans une tâche, et n'interagissent pas entre eux. Ainsi les Directeurs n'assistent pas aux séances des Conseils et ne peuvent provoquer ni leur convocation, ni leur ajournement, ni leur dissolution. Réciproquement les Directeurs ne sont pas responsables devant les Conseils qui ne peuvent ni les interpeller, ni les révoquer. Aucune procédure n'est prévue en cas de désaccord entre les pouvoirs. Pour Maurice Duverger, cela conduit nécessairement à des blocages. « Pour fonctionner, la première constitution républicaine effectivement appliquée va devoir faire du coup d'État un système régulier de gouvernement » écrit-il[18].

Le régime satisfait également les monarchiens qui espèrent profiter des élections au Directoire pour y placer leurs hommes, et favoriser ainsi à terme un retour de la monarchie en France. Sentant la menace, les Thermidoriens proclament le décret des deux tiers, rendant obligatoire la présence de deux tiers de conventionnels dans les nouveaux conseils législatifs[19]. Le 23 septembre, la Constitution est approuvée par plus d'un million de « oui » contre moins de 50 000 « non »[20]. L'acceptation du principe des deux tiers est, en revanche, beaucoup plus précaire, avec seulement 205 000 voix contre 108 000, tandis que des fraudes ont eu lieu pour but de faire taire les opposants[21]. Cette situation laisse donc attendre des troubles. Ceux-ci éclatent le 13 vendémiaire (5 octobre 1795) lorsque 25 000 royalistes sans plan bien défini marchent sur les Tuileries où siège la Convention. C'est à Paul Barras que revient la charge de diriger les opérations de défense, tandis que le général Bonaparte dirige l'artillerie qui mitraille les insurgés jusqu'à leur dispersion. La répression reste cependant modérée comparée à celle qui a touché les insurrections précédentes[22]. Le Directoire étant accepté, il reste à le mettre effectivement en place par le biais d'élections législatives.

Les débuts du régime[modifier | modifier le code]

Mise en place des institutions[modifier | modifier le code]

Gravure représentant Reubell
Jean-François Reubell est l'un des cinq Directeurs qui inaugurent le nouveau pouvoir exécutif.

Ces élections se déroulent du 20 au 29 vendémiaire an IV (12 au 21 octobre 1795), en deux étapes. Il s'agit dans un premier temps, pour les électeurs du premier degré, d'élire les membres des assemblées électorales qui devront ensuite élire les députés. La participation y est très réduite, et les électeurs du second degré sont principalement puisés parmi les notables. Les résultats se montrent très décevants pour les Conventionnels : le seuil prévu par le décret des deux tiers n'est pas atteint, 395 Conventionnels étant élus au lieu des 500 requis[23]. Une « assemblée électorale de France », formée des Conventionnels élus, se réunit donc les 26 et 27 octobre pour désigner les 105 représentants manquants. Les situations familiales et les âges des députés sont ensuite examinés pour les répartir entre les deux conseils[24]. Les résultats de l'élection sont très partagés. Si la Montagne est très nettement diminuée, les royalistes, au contraire, connaissent une certaine poussée. Le décret des deux tiers permet cependant de sauver les conventionnels, assurant une bonne base aux Thermidoriens et aux républicains modérés[25]. Paul Barras tente de rassembler derrière les Thermidoriens tous ceux qui seraient susceptibles de craindre le retour de la monarchie, qui lui semble être le plus grand péril[23]. La défaite est telle que Tallien, alors l'un des hommes forts parmi les Thermidoriens, demande l'annulation du scrutin, ce que lui refusent les modérés[26].

Il s'agit ensuite de nommer les cinq Directeurs, qui doivent être choisis par le Conseil des Anciens sur proposition du Conseil des Cinq-Cents. Ce dernier réussit à imposer son choix parmi les hommes qui détiennent le pouvoir depuis un peu plus d'un an. Outre Barras, sont choisis Jean-François Reubell, Louis-Marie de La Révellière-Lépeaux, Étienne-François Le Tourneur et Emmanuel-Joseph Sieyès. Ce dernier, réticent, démissionne aussitôt, et est remplacé par Lazare Carnot. Au sein de l'exécutif se dessinent déjà des tendances et rapports de force[27]. Les Directeurs ont cependant pour point commun d'être tous régicides, éloignant la perspective d'un retour à la monarchie[28]. Les cinq hommes se répartissent également les tâches, chacun selon ses compétences, et choisissent des ministres chargés d'appliquer leur politique. Enfin, ils se divisent la France pour y nommer les commissaires chargés de faire appliquer les lois. Dans ce dernier cas, ils se voient en réalité forcés de suivre l'avis des notables locaux, tout en essayant d'y placer des hommes sûrs[29]. Le régime s'entoure enfin d'une très importante bureaucratie, parfois favorisée par le clientélisme, mais ne dispose pas des moyens financiers et humains pour lui assurer une réelle efficacité[30]. À l'échelle locale, des dispositions sont prises pour mieux encadrer la paysannerie et surveiller les pouvoirs : les petites communes sont ainsi regroupées dans des municipalités de canton[31].

Oppositions et difficultés internes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Conjuration des Égaux.
gravure représentant Babeuf
Gracchus Babeuf est l'instigateur de la conjuration des Égaux.

Dans sa lutte contre le royalisme, le Directoire a donné de nombreux avantages aux Jacobins, jugés être un moindre mal. Des milliers d'entre eux sont amnistiés le 4 brumaire, et journaux et clubs commencent à refleurir[32]. Parmi eux, une partie critique le régime et, conscients de leur faible nombre, ces opposants décident de se rassembler au sein du club du Panthéon, suffisamment modéré à ses débuts pour ne pas choquer les Directeurs, qui l'autorisent[33]. Si le club comporte de nombreuses tendances, entre ceux qui veulent renverser le Directoire et ceux qui privilégient le compromis, un homme a pour espoir de rassembler les républicains : Gracchus Babeuf[34]. Ayant participé à la Révolution et connu plusieurs fois la prison, notamment aux débuts du Directoire, Babeuf prône un régime égalitaire et nouveau. Il souhaite que l'État soit propriétaire des biens et les donne en usufruit aux agriculteurs ; les biens produits seront ensuite rassemblés pour être redistribués équitablement. Pour que ce régime fonctionne, il espère imposer une démocratie directe, un système d'éducation performant pour favoriser l'ascension sociale, et juge nécessaire, pour appliquer ses transformations, de passer par un parti unique qui appliquerait, pendant un court délai, une dictature[35].

Durant l'hiver 1795-1796, le pays est frappé par une crise économique, tant alimentaire que monétaire et industrielle, tandis qu'une élite restreinte connaît le luxe[36]. Ces inégalités radicalisent les militants, de plus en plus attirés au club du Panthéon par les idées de Babeuf, ce qui effraie le régime. Le club est fermé le 27 février 1796 par Bonaparte, sur ordre du Directoire[37]. Cette fermeture pousse Babeuf et ses partisans à former une Conjuration des Égaux. Celle-ci est très organisée, avec à sa tête un Directoire formé de quatre hommes dont Babeuf, et un grand réseau de diffusion des idées babouvistes, qui atteignent jusqu'aux armées. L'ampleur du mouvement est cependant difficile à estimer : les conjurés pensent disposer de 17 000 hommes à Paris, chiffre certainement optimiste[38]. Le pouvoir, notamment le Directeur conservateur Carnot, craint de plus en plus la propagation du babouvisme. Le 28 avril, il fait dissoudre la légion de police, l'un des plus grands atouts des conjurés. Plusieurs indicateurs informent par ailleurs les Directeurs des agissements de ceux-ci[39]. Le 21 floréal an IV (10 mai 1796), Babeuf est arrêté. À l'issue d'un long procès, il est condamné à mort, de même qu'Augustin Darthé, le 7 prairial an V (26 mai 1797)[40]. Après une tentative de suicide, ils meurent tous deux sur l'échafaud le lendemain[41]. La principale raison de l'échec de la conjuration est son incapacité à soulever le peuple derrière elle, bien qu'elle pose les bases de mouvements à venir[42].

Les troubles viennent également de la droite du Directoire. La répression anti-jacobine qui suit la conjuration des Égaux suscite en effet une peur de l'anarchie favorable aux royalistes. Carnot espère notamment un rapprochement en prévision du renouvellement du tiers du corps législatif pour germinal an V. Ce rapprochement reste incomplet, les demandes des royalistes étant trop élevées aux yeux du régime, notamment quant au retour des émigrés[43]. Malgré cela, le 14 frimaire an V (4 décembre 1796), les Jacobins qui avaient été amnistiés sont à nouveau exclus des fonctions publiques, et les dernières mesures contre les prêtres réfractaires sont abrogées[44]. L'insurrection en Vendée se poursuit, bien que perdant en intensité. Les véritables espoirs des royalistes sont en effet tournés vers le général Jean-Charles Pichegru, général en chef sur le front allemand, à leur solde. Celui-ci trahit le Directoire et s'illustre par sa passivité, qui entraîne la perte de positions face aux Autrichiens. Suspicieux, l'exécutif le rappelle finalement à Paris, où il tente sans grand succès de fomenter un coup d’État. À la fin de l'année 1796, les tentatives de restauration de la monarchie par la voie armée sont toutes en échec, mais de nouvelles élections se profilent[45].

Premières victoires militaires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Campagne d'Italie (1796-1797).
Carte de la campagne d'Italie
La Campagne d'Italie est un temps fort de l'histoire militaire du Directoire, et contribue à créer le prestige de Napoléon Bonaparte.

Les débuts du Directoire constituent une époque faste pour les armées françaises, notamment marquée par la campagne d'Italie qui contribue à couvrir de gloire le général Napoléon Bonaparte. Deux tendances s'opposent parmi les Directeurs : Carnot, peu à peu isolé, est favorable à une paix rapide, tandis que le « triumvirat » formé par Barras, Reubell et La Révellière-Lépaux est partisan d'un élargissement de la France jusqu'à ses « frontières naturelles », c'est-à-dire jusqu'au Rhin. L'Autriche et la Grande-Bretagne sont donc les deux ennemis immédiats, et le plan de bataille décidé rejoint ce constat. Les armées de Rhin-et-Moselle et de Sambre-et-Meuse doivent pénétrer en Allemagne pour converger ensuite sur Vienne. Dans le même temps, l'armée de l'Ouest doit faire diversion en débarquant en Irlande ou en Angleterre, tandis que l'armée d'Italie est chargée de contenir un maximum de troupes autrichiennes sur le front du sud[46]. Jourdan est placé à la tête de l'armée de Sambre-et-Meuse, Moreau de l'armée de Rhin-et-Moselle, Kellermann dirige l'armée des Alpes, en renfort de Bonaparte qui dirige celle d'Italie[47].

Cette dernière est mal équipée et inférieure en nombre à ses ennemis. Bonaparte réussit à tirer parti de cette pauvreté en faisant miroiter à ses soldats les richesses de l'Italie. Il bénéficie également de subordonnés compétents et réussit à profiter des velléités révolutionnaires de certaines populations italiennes[48]. Il parvient dans un premier temps à séparer les Autrichiens de Beaulieu des troupes piémontaises qui, isolées, se replient sur Turin avant de se rendre. Le 28 avril 1796, Victor-Amédée III de Sardaigne signe l'armistice. Le traité qui s'en suit cède entre autres le comté de Nice et la Savoie à la France[49]. Bonaparte s'occupe ensuite de poursuivre les Autrichiens, remportant le 21 floréal an IV (10 mai 1796) la bataille du pont de Lodi qui lui apporte une certaine gloire. Le 16 mai, il est accueilli à Milan en libérateur[50]. Bonaparte est ensuite envoyé vers le sud, permettant à ses soldats d'accumuler un important butin. Peu à peu, il fidélise ainsi son armée qui s'attache à sa personne[51].

Alors que Bonaparte bute sur Mantoue qu'il doit assiéger huit mois, les armées d'Allemagne, qui devaient mener le plus fort de la guerre, piétinent et leur progression, malgré quelques succès, est bien plus lente que prévue[52]. En septembre-octobre 1796, Jourdan et Moreau doivent repasser le Rhin. Dans le même temps, les Autrichiens harcèlent Bonaparte autour de Mantoue, mais sont battus à Castiglione, Arcole puis Rivoli. Mantoue tombe finalement le 2 février 1797[53]. Afin de porter la guerre sur le sol britannique, le Directoire tente une expédition d'Irlande sous les ordres de Lazare Hoche, expédition avortée fin décembre 1796[54].

Au printemps 1797, les armées d'Allemagne font à nouveau une percée et progressent rapidement. Bonaparte les prend de vitesse et approche lui-même de Vienne, ce qui pousse les Autrichiens à lui envoyer des émissaires. Le 29 germinal an V (18 avril 1797), le traité de Leoben cède les Pays-Bas autrichiens et la Lombardie à la France[53]. Le 26 vendémiaire (18 octobre) suivant, le traité de Campo-Formio confirme ces dispositions : les négociations sont menées par Bonaparte qui impose ses vues au Directoire. L'exécutif ne peut que se soumettre à la volonté du militaire en pleine ascension, qui lui fournit de l'or et les moyens de lutter contre ses ennemis de l'intérieur[55].

Le Directoire en difficulté[modifier | modifier le code]

La poussée royaliste de l'an V et fructidor[modifier | modifier le code]

Article détaillé : coup d'État du 18 fructidor an V.
eau forte représentant l'avancée de l'armée au palais des Tuileries
Le 18 fructidor an V, le « triumvirat » contrôlant le Directoire contre la poussée monarchiste par un coup d’État.

Les élections de l'an V, dans le contexte troublé de la conjuration des Égaux et des tentatives royalistes, sont attendues par le régime avec une certaine appréhension. Il s'agit de remplacer un tiers des conseils, et les directoriaux pourraient y perdre leur majorité. Conscients de l'importance de cette échéance, les royalistes sont cependant divisés : les uns attendent un retour de la monarchie d'Ancien Régime et une forte répression contre tous les révolutionnaires, tandis que d'autres, constitutionnalistes, sont plus modérés. Les différentes tendances ont toutes des favoris différents : Louis XVIII séduit principalement les tenants de l'absolutisme, tandis que les constitutionnalistes se tournent vers le comte d'Artois, jugé plus modéré, ou le duc d'Orléans, qui n'y est cependant pas favorable. D'autres, enfin, espèrent marier Madame Royale, la fille de Louis XVI, avec un prince étranger[56].

Les royalistes s'accordent néanmoins sur la nécessité de se rassembler pour profiter des élections afin de faire tomber légalement le Directoire. Afin de contrer l'usage des institutions fait par l'exécutif au cours de la campagne, ils se lancent eux-mêmes dans une vaste entreprise de propagande visant principalement à vanter l'ordre et amplifier la peur de l'anarchie, que le régime a déjà contribué à créer à la suite de la conjuration des Égaux. Le Directoire tente maladroitement d'y répondre en aidant la presse républicaine et en amplifiant sa propre propagande par le biais de ses commissaires, mais il ne parvient pas à rattraper son retard[57]. La tête de cette opposition au royalisme est formée par les « triumvirs », Barras, Reubell et La Révellière-Lépaux. Afin de limiter leurs pertes, ils tentent de faire radier les émigrés des listes électorales, et essaient de s'assurer que les députés tirés au sort pour former le tiers à renouveler seront aussi peu que possible choisis parmi les anciens conventionnels. En fin de compte, leurs manœuvres ne font que dresser les notables contre eux[58].

Les résultats de l'élection sont une grande victoire pour les royalistes. Sur les 216 conventionnels sortants, 11 seulement sont réélus, dont 6 républicains. 182 députés nouvellement élus sont de tendance réactionnaire et certains s'affichent clairement royalistes, dont Pichegru, qui devient président du Conseil des Cinq-Cents, et un ancien ministre de Louis XVI, Claret de Fleurieu, fait son entrée au Conseil des Anciens. Si les royalistes sont divisés entre absolutistes et constitutionnels, 300 députés au total sont favorables à la monarchie, et 130 de plus accepteraient une monarchie constitutionnelle si elle survenait[59]. C'est un véritable désaveu pour la politique du Directoire, qui est divisé sur la réaction à avoir. Carnot et Letourneur prennent acte du vote et s'opposent radicalement à toute action contre ce résultat, tandis que Reubell et La Révellière-Lépaux considèrent qu'il faut casser le vote, prendre des mesures draconiennes (expulsion des émigrés, des réfractaires…) avant de revoter. L'exécutif est paralysé[60]. Tiré au sort, Letourneur quitte le Directoire tandis que les conseils choisissent le modéré François Barthélemy, supposé royaliste, pour le remplacer[61].

Conscients de leur position confortable, les royalistes estiment judicieux d'attendre le renouvellement du prochain tiers des conseils pour assoir leur majorité. En attendant, ils votent plusieurs lois favorables aux émigrés et au clergé, amorçant une démarche contre-révolutionnaire[62]. Les républicains décident de passer à l'action. Les armées leur semblent favorables, à l'exception de celle de Moreau, depuis longtemps soumise à la propagande royaliste[63]. Le 29 messidor an V (17 juillet), les armées de Hoche franchissent la limite symbolique des soixante kilomètres devant les séparer des conseils législatifs. Le 16 fructidor (2 septembre 1797), les royalistes échouent à renverser les triumvirs. Deux jours après, les armées de ces derniers occupent Paris. Lors de ce coup d'État du 18 fructidor an V, des députés, journalistes et officiers royalistes sont arrêtés et déportés, de même que le Directeur Barthélémy. Carnot parvient à s'échapper avec la complicité des autres Directeurs, mais il est proscrit. La poussée royaliste est stoppée[64]. La répression est brutale, et les trois Directeurs restants parviennent à obtenir une nouvelle majorité en évinçant 177 députés (dont 53 ont été proscrits)[65]. Ils sont remplacés par leurs adversaires défaits durant les élections[66]. La propagande insiste cependant sur le fait que le sang n'a pas coulé[65]. L'opposition reste modérée, tandis que le régime reçoit des félicitions, notamment de la part de sociétés jacobines. Il s'assure ainsi un sursis, au prix, cependant, de la légalité. Ce faisant, il perd en crédibilité, montrant que la Constitution de l'an III n'est pas applicable, du moins pas dans le contexte du moment[67]. La rupture pousse les historiens à parler, à partir de cette date, du « Second Directoire[68] ».

Terreur fructidorienne et coup de floréal an VI[modifier | modifier le code]

portrait de Merlin de Douai
Philippe-Antoine Merlin de Douai, nouvellement nommé Directeur, joue un rôle prépondérant dans la préparation des élections de l'an VI.

La période qui suit le coup d'État du 18 fructidor an V est souvent désignée du nom de « Terreur fructidorienne », bien que cette « Terreur » soit en réalité très éloignée de celle de 1793. Elle s'applique principalement d'un point de vue administratif, et consiste notamment à assurer à nouveau l'éloignement des émigrés[69]. La presse est étroitement surveillée, et les élections sont annulées dans 49 départements. De nombreux députés et journalistes, ainsi que le Directeur Barthélémy, sont déportés en Guyane[64]. Au sein de l'exécutif, les deux Directeurs démis de leurs fonctions sont remplacés par des républicains, Nicolas François de Neufchâteau et Philippe-Antoine Merlin de Douai[70]. L'épuration se fait également dans l'armée (des généraux comme Moreau ou Kellermann sont démis de leurs fonctions) et dans les échelons locaux de l'administration[71].

D'autre part, la menace royaliste a poussé à une alliance de tous les républicains, et donc à un retour en grâce des Jacobins et néo-jacobins. Les clubs sont à nouveau autorisés et le jacobinisme refleurit, sous des formes très variables selon les endroits. Ce milieu présente également un danger pour le régime dans la mesure où il se rapproche des classes populaires[72]. L'objectif des néo-jacobins est de remporter les prochaines élections législatives : face à ce danger, les Directeurs envoient dans les provinces des agents chargés de trouver des candidats modérés et de corrompre les électeurs[73]. Plusieurs mesures dans la procédure électorale et le choix des nouveaux Directeurs (désormais effectué par le corps législatif tel qu'il était avant l'élection) sont également prises pour éviter une nouvelle percée des royalistes[74].

Les élections de floréal an VI visent à remplacer le dernier tiers des conventionnels. Il s'agit également de remplacer les députés chassés en fructidor : ce sont au total 437 hommes qui doivent être élus. Pour assurer la victoire au parti directorial, Merlin de Douai propose de provoquer des scissions dans les assemblées électorales défavorables. De la sorte, le résultat serait défavorable aux néo-jacobins[75]. Malgré cela, les élections sont marquées par une forte poussée de la gauche[76]. Le décompte, à la charge des assemblées, est ralenti et, finalement, tous les litiges sont tranchés par les lois du 18 floréal an VI (au Conseil des Cinq-Cents) puis du 22 floréal (au Conseil des Anciens). Ce sont 106 députés qui voient leur élection invalidée dans la procédure, et 53 sièges qui demeurent finalement vacants[77]. 190 candidats gouvernementaux sont en revanche retenus. Si l'opération est légale, les députés ont été fortement guidés par l'exécutif, qui perd à nouveau en crédibilité. Ainsi, Jourdan déclare : « C'est l'exécutif qui nomme les députés. Il n'y a plus de République. Il est bien évident qu'un régime où on s'arrange pour que, systématiquement, les élections soient invalidées afin de créer une assemblée qui plaise au gouvernement n'est plus une république mais une dictature[78]. » L'invalidation ne touchant que les élus de l'an VI, 110 députés de gauche continuent à siéger dans les conseils[79]. De plus, par la loi du 22 floréal an VI, les corps administratif et judiciaires sont également épurés[76].

Expansion et revers militaires[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Campagne d'Égypte et Deuxième Coalition.
Carte de la campagne d’Égypte
Sur le plan militaire, les dernières années du Directoire sont notamment marquées par la campagne d’Égypte.

Avec le traité de Campo-Formio, la France a réglé le problème autrichien. Cependant, la Grande-Bretagne continue à se dresser contre elle, et la handicape, notamment sur mer (la flotte française étant réduite) et dans ses colonies des Antilles. Le Directoire envisage dans un premier temps de confier à Bonaparte une invasion des îles Britanniques, mais celui-ci rend son rapport le 23 février 1798, déclarant le projet irréalisable. Il est alors décidé de se tourner vers les positions anglaises en Orient[80]. La campagne d'Égypte qui s'ensuit continue d'accroître la gloire du général Bonaparte. Il débarque à Alexandrie le 1er juillet et remporte le 21 la bataille des Pyramides, qui contribue à la symbolique de la légende napoléonienne. Cependant, au moment où la France assoit sa domination en Égypte, ses armées s'y retrouvent prisonnières, leur flotte ayant été détruite lors de la bataille d'Aboukir[81]. Dans la foulée, Bonaparte tente de détruire le blocus en lançant une expédition en Syrie, mais l'échec du siège de Saint-Jean-d'Acre, en mai 1799, vient mettre un terme à cette tentative. Le Directoire l'ayant laissé libre de céder le commandement quand il le jugerait utile, Bonaparte se fait remplacer par Kléber et repart pour la France le 23 août suivant[82].

En Europe, en effet, la France doit faire face à la Deuxième Coalition : à la suite de l'invasion de la République romaine par le royaume de Naples, les armées françaises s'aventurent à nouveau en Italie, occupant Rome puis Naples. Progressivement, la France se retrouve en guerre avec la Russie, puis l'Autriche[83]. Afin d'alimenter ses armées, la France adopte en septembre 1798 la loi Jourdan établissant la conscription. Le corps législatif décide de la levée de 200 000 hommes ; 96 000 seulement partent finalement[84]. Les coalisés ayant décidé d'attaquer sur plusieurs fronts (Italie, Est de la France, et Hollande), il est décidé de répondre par des attaques multiples. Cette stratégie risquée se solde par plusieurs défaites[85]. À l'automne 1799, la situation se redresse, sans pour autant faire oublier les échecs diplomatiques du Directoire[86].

La population se montre par ailleurs très rétive face à la conscription, et les levées sont marquées par l'insoumission et les révoltes. En témoignent les effectifs bien plus réduits que ce qu'attendait le Directoire. Les réticences sont accentuées par une disposition de la loi sur la conscription : les plus riches peuvent en effet payer un remplaçant, créant des inégalités[87]. Lorsque Bonaparte arrive à Fréjus le 9 octobre 1799, l'opinion commence donc à le considérer comme le seul homme apte à rétablir la paix[88].

Du Directoire au Consulat[modifier | modifier le code]

Prairial an VII et la revanche des conseils[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Coup d'État du 30 prairial an VII.
Sieyès peint par Jacques-Louis David (1817)
Sieyès parvient, en 1799, à remodeler le Directoire selon sa tendance politique.

La situation politique et militaire profite aux Jacobins, qui parviennent parfois à entraîner le Conseil des Cinq-Cents contre les excès du Directoire[89]. Après les élections troublées de 1798, l'exécutif appelle avant tout à la modération et à l'apaisement pour celles de 1799. Il ne dispose pas des moyens d'imposer ses vues aussi facilement que l'année précédentes. Un tiers seulement des candidats qu'il soutient sont choisis par les assemblées électorales. La participation, très basse, profite aux Jacobins[90]. Les difficultés rencontrées dans la guerre mettent à mal le Directoire, tandis que Reubell quitte l'exécutif pour être remplacé par Sieyès. Celui-ci étant l'un des chefs des « révisionnistes », favorables à une modification de la constitution pour créer un exécutif fort et stable, sa nomination est un nouveau coup porté aux directoriaux[91].

La suspicion du corps législatif à l'égard de l'exécutif s'accroît : dans la mesure où les conseils lui sont de moins en moins favorables, le Directoire pourrait être tenté de fomenter un coup d’État. Tandis que Sieyès se rapproche de Barras et envisage d'éliminer les trois autres Directeurs, un député jacobin utilise une légère irrégularité pour invalider la nomination de Treilhard comme Directeur, bien que cette irrégularité n'ait, par le passé, pas été jugée problématique. Malgré l'insistance de La Révellière-Lépaux, il choisit de démissionner et est remplacé par Louis Gohier, un Jacobin modéré[92]. Le lendemain, 18 juin 1799, le Coup d'État du 30 prairial an VII (aussi nommé « revanche des conseils ») force à la démission La Révellière-Lépaux et Merlin de Douai, accusés de fomenter un coup d’État, et tous deux sont remplacés par Roger Ducos et Jean-François Moulin. Le nouveau Directoire est donc aligné sur les positions révisionnistes, Barras se ralliant pour survivre[93].

Se pensant revenus en force, les Jacobins prennent confiance et obtiennent plusieurs mesures : les lois limitant la presse sont abrogées, tandis que la conscription est instaurée, ainsi qu'un emprunt pour financer l'effort de guerre. Afin d'assurer la sécurité intérieure et d'éviter les troubles fomentés par les royalistes, ils font également adopter la loi des otages permettant, dans les localités troublées d'arrêter des nobles et parents d'émigrés. Prenant de l'importance, les néo-jacobins créent le Club du Manège qui leur sert de lieu de réunion. Les craintes d'un retour à la Terreur commencent à poindre dans la presse, et Sieyès finit par faire fermer le club sans que cette décision suscite beaucoup de protestations. Il liquide ainsi ses alliés de gauche trop turbulents[94].

L'agitation touche également les sphères royalistes qui se remettent peu à peu de la Terreur fructidorienne. Persuadés de disposer de forces suffisantes, les royalistes décident de profiter des attaques étrangères à l'Est pour lancer des insurrections dans le Sud-Ouest. Mal préparées et concertées, ces entreprises échouent, notamment à Toulouse et Bordeaux. La répression venue du Directoire reste modérée, ce qui déçoit les républicains de ces régions qui attendaient une forte réaction[95].

Brumaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Coup d'État du 18 brumaire.
peinture représentant Bonaparte molesté par les députés des Cinq Cents
Le 18 brumaire, Bonaparte se rend au Conseil des Cinq-Cents réunis à Saint-Cloud, lors du coup d'État qui conduit à la fin du Directoire.

Si le Directoire a réussi à obtenir un sursis, Sieyès et les révisionnistes considèrent qu'il ne pourra pas continuer à survivre sans un net renforcement du pouvoir exécutif au détriment du législatif. Ils sont également conscients qu'un tel changement ne pourra se faire pacifiquement. En effet, les modalités de révision prévues par la constitution sont particulièrement complexes et entraîneraient une procédure pouvant durer dix ans. Des tests menés dans les Républiques sœurs, dont les constitutions sont calquées sur celle de l'an III, confirment qu'un changement par des biais légaux pourrait être long et compliqué. Ce constat permet à Sieyès de fédérer les partisans d'une révision autour d'un projet de coup d’État[96]. Afin de rendre progressivement acceptable l'idée du recours à une dictature, les journaux modérés contribuent à créer, par des discours alarmistes, une légende noire du Directoire : l'idée de la fin du régime devient ainsi inéluctable, bien que ces discours de crise soient éloignés de la réalité du pays[97]. Le prétexte d'un complot jacobin permettra d'éloigner les conseils de Paris, aussi Sieyès travaille t-il à cultiver la peur de l'« anarchie » chez les notables. Il a également besoin d'un soutien militaire. Il décide d'abord de s'appuyer sur le général Joubert, mais ce dernier est tué à la bataille de Novi[98].

De son côté, fraîchement rentré d'Égypte, le général Bonaparte rencontre les différents partis, sans exprimer lui-même ses opinions profondes, et finit par se rapprocher de Sieyès, feignant de partager ses idées révisionnistes[99]. Il accepte d'être le bras armé du complot, qui consistera à attirer les conseils au château de Saint-Cloud pour faire voter le changement de constitution au moment où les cinq Directeurs démissionneront[100]. Bonaparte parvient à imposer ses vues à Sieyès. Au lieu de faire voter directement la constitution rédigée par ce dernier, le coup d’État aura pour but de faire former par les conseils un consulat composé de trois hommes (dont le général) qui rédigera ensuite une nouvelle Charte avec l'aide de députés[101].

Le 18 brumaire (9 novembre), comme prévu, le Conseil des Anciens vote le déplacement à Saint-Cloud, les opposants supposés ayant été écartés pour assurer le résultat[102]. Dans le même temps, Sieyès et Roger Ducos démissionnent de leur poste de Directeur, selon le plan prévu. Barras, à qui on annonce la démission de l'ensemble du Directoire, comprend vite qu'il n'a pas d'autre choix que de faire de même[103]. Les deux derniers Directeurs (Moulin et Gohier) refusant de faire de même, ils sont placés sous bonne garde[104]. Le Conseil des Cinq-Cents se montre rétif à adopter le projet : Lucien Bonaparte, son président, est forcé par les Jacobins de faire prêter un serment de fidélité à la Constitution. Lorsque les conseils apprennent la démission des Directeurs, ils envisagent d'en élire de nouveaux. Napoléon Bonaparte tente un discours qui se révèle désastreux devant le Conseil des Anciens, puis se rend aux Cinq-Cents où il est bousculé et traité de « hors la loi »[105].

Les deux frères Bonaparte sortent alors haranguer les soldats, faisant naître la rumeur d'une tentative d'assassinat sur leur général. Les colonnes armées envahissent l'Orangerie où se trouve le Conseil des Cinq-Cents et en chassent les députés. Pour leur part, les Anciens se résignent à voter le changement de l'exécutif sous la forme d'un Consulat provisoire constitué de Bonaparte, Sieyès et Ducos. Les conseils sont suspendus. Pour faire avaliser le tout, Lucien Bonaparte convoque une centaine de députés des Cinq-Cents ; le Directoire a désormais disparu[106]. Une opération de propagande est lancée afin de légitimer le coup d’État, le discours variant selon sa cible : on informe le public de gauche que les événements visaient à défendre la République mise en danger, tandis que l'on dit aux gens de droite que Brumaire a pour but de rétablir l'ordre public. Le ralliement reste cependant mitigé[107].

La préparation d'une nouvelle constitution débute alors. Sieyès projetait la création d'un poste de Grand Électeur, qui lui permettrait de se hisser à la tête de l'État, mais Bonaparte manœuvre contre ses plans et la Constitution de l'an VIII donne le pouvoir exécutif au Consulat, auquel sont nommés Jean-Jacques-Régis de Cambacérès, Charles-François Lebrun et Bonaparte lui-même. Ce dernier va alors graduellement rassembler un pouvoir accru en se faisant nommer Premier Consul, puis Consul à vie en 1802[108].

L'économie française sous le Directoire[modifier | modifier le code]

La libéralisation de l'économie[modifier | modifier le code]

Après l'épisode de dirigisme économique que connaît la France sous la Terreur, la convention thermidorienne revient à une politique libérale qui est poursuivie par le Directoire. Le démantèlement des contrôles et taxation commence dès la fin de l'année 1794, avec en particulier l'abolition du maximum le 4 nivôse an III (24 décembre 1794), et le Directoire finit de libéraliser l'économie en rétablissant la liberté de formation des sociétés de commerce (novembre 1795), en dérégulant les changes monétaires (17 juillet 1796), en supprimant le système de l'arrondissement qui assignait un lieu de marché à chaque producteur de grain (été 1796), ou encore en revenant à un système de libre vente et circulation des denrées (loi du 9 juin 1797). Cette logique libérale pousse également le Directoire à supprimer les régies publiques au profit d'entreprises privées sous contrat (février 1796)[109].

Cette faveur accordée au libéralisme économique s'explique en grande partie par la sociologie des responsables politiques de l'époque, dont Ramel-Nogaret, issu d'une famille marchande et ministre des Finances du Directoire, est un bon représentant[110]. Du point de vue institutionnel, la constitution de l'an III veut offrir des garanties sur la stabilité des finances publiques. Ainsi le pouvoir exécutif, s'il a la tutelle du ministères des Finances, ne contrôle pas la Comptabilité, ni la Trésorerie dont les commissaires sont élus par les Conseils. Il n'a pas non plus l'initiative des lois de finances[111]. Or ce sont bien les questions monétaires et financières qui apparaissent comme les plus urgentes à régler.

Crise des finances et assainissement[modifier | modifier le code]

Un assignat
La crise de l'assignat touche durement l'économie aux débuts du Directoire.

Le Directoire est marqué par une dure crise financière à laquelle le régime répond péniblement dans un premier temps. Le Directoire subit notamment les derniers contrecoups de l'assignat : celui-ci, dont la valeur ne cesse de baisser, est dédaigné, voire totalement refusé par les commerçants. Une nette inflation touche le pays : ainsi, en 1795 l’État doit revaloriser le salaire de ses employés en multipliant par 30 celui qui était versé en 1790, sans que cela compense la chute de la monnaie[112]. Le gouvernement tente également un emprunt forcé de 600 millions touchant le quart le plus riche des contribuables : près de six mois après la date fixée, seul le quart de la somme visée est réuni[113]. Face à la crise persistante, le Directoire accepte la fin de l'assignat (45 milliards sont alors en circulation) : le 19 février 1796, les planches d'impression sont publiquement brisées. Craignant un retour brutal à la monnaie métallique alors que celle-ci reste rare, le gouvernement choisit d'émettre avec l'aide des banques une nouvelle monnaie-papier : ce sont les mandats territoriaux. Leur cours étant lié, comme celui de l'assignat, à l'évolution du marché, ils connaissent un échec rapide et, après une nouvelle tentative de monnaie fiduciaire sous la forme de rescription de l'emprunt forcé, ils sont supprimés en février 1797[114]. La période est donc dominée par la crise et un manque de liquidités, avec alternance entre inflation et déflation, recours à des solutions souvent inefficaces, et remplissage des caisses par le pillage des territoires conquis[112].

Un assainissement des finances de l’État est nécessaire. Avec la fin des mandats, l'obstacle posé par la crise monétaire est résolu. Le reste de l'assainissement est effectué par le ministre des Finances, Ramel-Nogaret. Par la loi du 30 septembre 1797, il résout en partie la question de la dette publique en ayant recours au tiers consolidé[115]. Il s'agit de renoncer au remboursement de deux-tiers de la dette, le tiers restant étant remboursé sous forme de bons permettant l'acquisition de biens nationaux ; bons qui perdent très rapidement en valeur[116]. Cette banqueroute déguisée attire de nombreux reproches au régime, le gouvernement étant vu comme un gouvernement de voleurs et d'incapables par ses adversaires[117]. D'autre part, le système des impôts est modifié ; les impôts directs sont abaissés et rendus plus justes, tandis que leur prélèvement, désormais confié à une administration dédiée, devient plus efficace. La baisse des impôts directs est par ailleurs compensée par plus d'impôts indirects, notamment le « droit de passe » destiné à financer les travaux de voirie, lequel suscite de grandes oppositions. Des barrières sont rétablies sur les routes, entraînant protestations et fraudes, et le 27 vendémiaire an VII (18 octobre 1798), l'octroi est rétabli à Paris[118]. Les sommes prélevées s'accroissent ainsi, mais ne parviennent pas à compenser les dépenses de l’État qui continue à extorquer les pays conquis pour couvrir jusqu'au quart de son budget[119].

Sous le Directoire, la France se dote également d'institutions financières semi-publiques efficaces, en particulier la Caisse des comptes courants. Le Directoire assure aussi la consolidation du droit des sûretés par plusieurs textes et notamment les lois des 11 brumaire[120] et 21 ventôse[121] An VII qui posent les bases d'un système hypothécaire et d'un statut du conservateur des hypothèques qui perdurera jusqu'en 2012. Aussi, si l'économie a connu une crise certaine sous le régime, celui-ci a également su poser des bases durables pour le devenir financier du pays puisque des dizaines de banques privées font leur apparition, devenant le socle d'un tissu entrepreneurial et commercial solides[117]. Le Consulat et Napoléon Bonaparte bénéficient par la suite de ces bases et s'en attribuent le mérite dans la mesure où le Directoire n'a pas eu le temps de voir ses entreprises couronnées de succès[122].

Acteurs de l'économie et évolutions[modifier | modifier le code]

portrait de François de Neufchâteau
François de Neufchâteau est à l'origine de la mise en place d'outils statistiques destinés à étudier la population et l'économie du pays.

Sous l'action du ministre de l'Intérieur François de Neufchâteau, le Directoire se dote peu à peu d'outils statistiques pour étudier la population et l'économie du pays. Par des circulaires, il est demandé aux commissaires du Directoire de dresser un tableau de la région dont ils ont la charge. Afin de stimuler l'économie sans pour autant y intervenir directement, le régime a également recours à des entreprises mettant en valeur les initiatives pertinentes dans les domaines agricoles et industriels, par exemple par le biais d'expositions comme l'exposition nationale des produits de l'industrie, à Paris en septembre 1798[123].

Ces initiatives se démarquent notamment dans le secteur agricole, le gouvernement essayant de faire apparaître clairement (notamment par voie de presse), les innovations utilisées par les propriétaires les plus éclairés, notamment en termes de machinerie. Malgré cela, le secteur connaît une crise, notamment lors des gelées de 1799 suivies par un été torride, qui détruisent une partie des récoltes[124]. Une évolution s'amorce notamment, avec l'adoption progressive de nouvelles techniques d'irrigation, d'outillages, et de cultures : la pomme de terre se popularise, permettant de limiter l'ampleur des famines[125]. Une partie de la population paysanne reste toutefois réticente au changement, et les innovations ne s'implantent pas uniformément sur le territoire. Par ailleurs, la Révolution a accru le phénomène de déforestation, qui devient un problème important sous le Directoire sans pour autant que l’État n'y réponde[126].

L'industrie est, pour sa part, marquée par un certain nombre de transferts de propriétés et de créations d'usines. La main d’œuvre ouvrière est parfois agitée et des grèves éclatent durant toute la période. Les patrons attendant des mesures de la part du Directoire sont déçus de son inaction. Si la machine s'introduit progressivement dans l'industrie française, la modernisation fait face à un obstacle majeur : le manque de capitaux. Le bilan industriel de la France sous le Directoire est donc mitigé[127]. Les affaires et le commerce intérieur sont gangrenés par l'insécurité, le brigandage et le mauvais état des routes, tandis que les conquêtes favorisent le grand commerce avec l'Europe du Nord au détriment du commerce colonial. Plus que vers le commerce ou l'industrie, les milieux d'affaires se tournent vers la spéculation, ce qui nuit à l'économie du pays[128].

Les crises frumentaires marquent la période, et la suppression du papier monnaie entraîne une importante déflation. Certains, par la spéculation et la proximité avec les milieux politiques (notamment Barras), réussissent à accumuler de grandes fortunes, mais à l'inverse, la misère populaire est également très frappante. Les crises frumentaires poussent bien des pauvres à l'hospice, et on relève dans la capitale un nombre de suicides tel que sa publication est interdite. Les campagnes sont également touchées et le chômage y augmente. Ces chômeurs rejoignent souvent les villes où ils ne parviennent pas plus à trouver du travail[129].

La société durant le Directoire[modifier | modifier le code]

Mœurs, croyances et éducation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Incroyables et Merveilleuses.
Tenue typique d'un incroyable et d'une merveilleuse
Les Incroyables et Merveilleuses, figures de la jeunesse dorée parisienne, sont symboliques de l'époque du Directoire.

La fin du régime de la Terreur sonne comme une libération pour la société française. La jeunesse dorée se fait exubérante et opte pour des tenues souvent découvertes : c'est la mode des Incroyables et Merveilleuses[130]. Ceux qui ont profité du contexte économique et politique pour s'enrichir se laissent souvent aller à de grandes dépenses pour organiser des bals et soupers somptueux, mais aussi pour participer à des jeux d'argent[131]. Les salons tenus dans les hôtels particuliers des dames Récamier, Tallien et Beauharnais réunissent les élites politiques, militaires et culturelles[132]. Ce mode de vie fastueux, dépeint avec un certain dédain par les frères Goncourt dans leurs travaux sur la société de l'époque, reste cependant limité à une minorité parisienne[133]. La période est en revanche difficile pour les classes les plus populaires : le chômage augmente, de même que le nombre de marginaux[134]. Les reculs du Directoire sur l'assistance aux pauvres n'améliorent pas la situation[135]. Des groupes de brigands sillonnent les campagnes, un problème qui atteint des proportions telles que les conseils votent le 15 avril 1797 la peine de mort à leur encontre[136].

D'un point de vue religieux, le Directoire fait figure de période d’apaisement. Les mesures contre les prêtres réfractaires sont appliquées avec de moins en moins de rigueur, et finissent par être annulées en 1797, marquant le retour des « bons prêtres » dans les campagnes, notamment à l'Ouest. À l'inverse, les jureurs se retrouvent marginalisés et certains reviennent sur leur serment. De même, les croix qui avaient été interdites sur les clochers et dans les cimetières reviennent dans le paysage malgré la loi[137]. Par ailleurs, la République renonce à l'enseignement gratuit, faute de moyens, et accepte la réouverture d'écoles religieuses[138]. Après le Coup d'État du 18 fructidor an V, cependant, la législation se renforce contre les réfractaires, demandant aux prêtres de prêter un serment de « haine à la royauté et à l'anarchie ». Une grande partie des réfractaires sont arrêtés ou déportés, parfois même exécutés[139]. Si, malgré cela, l'assistance aux offices s'accroit, le respect des sacrements et de préceptes religieux diminue, comme en témoignent notamment la multiplication des divorces et suicides. Une partie de la France rompt progressivement avec ces valeurs[140].

D'autre part, les élites sont touchées par le courant des idéologues, qui se voient comme les héritiers des Lumières. Le Directoire espère établir une religion républicaine, en alternative à l'athéisme : c'est ainsi que nait la théophilanthropie qui trouve également ses adeptes dans les élites. Cependant, les positions de plus en plus anticléricales et proches du jacobinisme des ce nouveau culte finissent par lui attirer la suspicion du régime[141]. D'autre part, le Directoire essaie de créer un engouement civique en donnant des fêtes à la République. Le décadi chômé est ainsi rendu obligatoire, et des fêtes sont organisées ce jour-là ; à l'inverse, l'usage du calendrier chrétien est de plus en plus sanctionné. Afin de faire rentrer la République dans les mœurs, certains jours symboliques donnent lieu à des fêtes grandioses pour la fondation du régime, la mort de Louis XVI… Ces fêtes, trop sérieuses, ne parviennent pas à obtenir l'adhésion des masses populaires[142]. À l'exception de quelques bourgeois, la théophilanthropie ne parvient pas à séduire et finit par disparaître en 1801[143].

Le régime, en créant une importante administration, fait également beaucoup pour former ses cadres. Des écoles centrales départementales fournissent un enseignement secondaire, et l'enseignement supérieur connait quelques innovations. La bourgeoisie boude cependant l'enseignement républicain[144]. Le régime peine en revanche à établir une carte scolaire efficace : l'insécurité des routes empêche aux écoles de campagne d'avoir un grand rayonnement, et bien des instituteurs sont en réalité illettrés. Plus gênant encore pour le Directoire, d'autres enseignent à partir de leurs livres de catéchisme. En l'an VI, le gouvernement renforce son contrôle et ferme certaines écoles ; mais un projet de rémunération des instituteurs par l’État est rejeté par le Conseil des Cinq-Cents. L'éducation des classes populaires reste donc minime[145]. De façon générale, le régime directorial renonce à l'éducation des masses, en abandonnant la gratuité et l'obligation de l'enseignement[146]. Cependant, le Directoire bénéficie de la création de l'Institut de France par la dernière loi de la Convention, le 25 octobre 1795[124]. L'Institut vise à remplacer les académies, supprimées en 1793, et à diffuser les idées des Lumières[147]. Le Directoire poursuit également l’œuvre d'archivage et de conservation entamée en 1790 et poursuivie par la Convention avec la création des Archives nationales en créant pour sa part les Archives départementales par la loi du 5 brumaire an V (26 octobre 1796)[148].

Art et culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Style Directoire.
Tableau montrant les Sabines mettant fin au combat
Les Sabines, par Jacques-Louis David est une peinture symbolique de l'inspiration classique qui marque la peinture sous le Directoire.

L'art sous le Directoire fait partie des outils du régime pour établir une nouvelle société. Cependant, il reste en retrait durant ces quelques années, le climat économique n'étant pas propice aux commandes[149]. Le théâtre est pour sa part victime de la censure. Les classiques, à l'exception de Jean Racine, ne sont plus populaires, à l'inverse des pièces du XVIIIe siècle. Beaucoup de pièces d'actualité à la durée de vie éphémère voient le jour, mais la volonté de plaire au pouvoir incite les auteurs à n'aborder que des thèmes banals. Des pièces sentimentales et populaires rencontrent également un grand succès[150].

L'architecture a pour principal objectif de s'inscrire dans le cadre de la républicanisation du pays. Des projets grandioses fleurissent à l'époque, pour des arcs de triomphe, des temples et autres monuments à la gloire de la Nation dans la continuité des fêtes républicaines organisées par le Directoire[151]. Du point de vue du mobilier, le style Directoire dépasse assez largement la période du régime lui-même. Il s'adapte aux circonstances en essayant de produire des produits plus accessibles aux acheteurs[152]. L'ébénisterie connaît également un nouvel essor, et le mobilier devient à la fois sobre et élégant. L'inspiration est souvent classique, avec des retours aux influences de la Grèce antique, de Rome, de l'Étrurie et de l'Égypte (y compris avant la campagne de 1798-1799)[153]. Le style est également guidé par l'influence anglaise et annonce le style Empire[154].

La peinture est encouragée par l’État, qui organise un Salon annuel où sont exposées les œuvres en vogue[155]. Elle suit également cette mode antique. David s'y distingue ainsi avec des œuvres telles que Les Sabines, et les thèmes issus de la mythologie grecque et romaine, politiquement neutres, sont très appréciés. Les portraits sont également privilégiés par la bourgeoisie, désireuse d'affirmer par ce biais son ascension sociale, et ce type de peinture sert de tremplin à beaucoup d'artistes. Certains peintres font cependant le choix de peintures à tonalité patriotique, tels que Jean-Jacques Le Barbier avec La Mort du général Marceau, ou encore La Fidélité des hussards français par Carle Vernet[156]. Cette forme d'art patriotique ressort également dans la musique. En 1797, un opéra intitulé Les Obsèques de Hoche rend ainsi hommage au général récemment décédé[157].

La diffusion de l'art est également encouragée. Le Directoire bénéficie de la politique muséale qui est une constante de la Première République[158]. La campagne d'Italie permet l'acquisition de nombreuses œuvres d'art qui sont finalement exposées dans le musée du Louvre inauguré en 1793, malgré les protestations de Quatremère de Quincy qui s'oppose aux saisies[159].

Politique extérieure de la France directoriale[modifier | modifier le code]

Une période de conflit permanent[modifier | modifier le code]

La bataille du pont d'Arcole, tableau d'Horace Vernet représentant les troupes franchissant le pont derrière le drapeau tricolore
La bataille du Pont d'Arcole est une des victoires remportées par Bonaparte durant la campagne d'Italie.

La convention thermidorienne puis le Directoire héritent d'une situation extérieure compliquée depuis que les Girondins ont lancé la France dans la guerre en 1792. Plusieurs questions se posent : tandis que les contre-révolutionnaires désireraient voir cesser la guerre au plus tôt, les Montagnards restants se félicitent des victoires des armées révolutionnaires. Pour le nouveau pouvoir, la guerre reste une manière de remplir les caisses de l’État et de payer l'armée. Un débat s'engage donc entre ceux qui voudraient rendre à la France ses anciennes frontières et ceux qui lui préfèrent ses « frontières naturelles », étendues jusqu'au Rhin, aux Alpes et aux Pyrénées. Une autre question se pose : quel sort réserver aux territoires conquis[160] ?

Constante du régime, la guerre se décline sur plusieurs fronts. Les ennemis principaux sont alors la Grande-Bretagne et l'Autriche, les principales autres parties de la Première Coalition (en particulier la Prusse) s'étant retirées du conflit. Au sein des armées françaises, le nationalisme cède désormais le pas au désir de butin et aux perspectives de pillages juteux[161]. C'est ainsi que le Directoire mène plusieurs campagnes au succès parfois relatif (en Allemagne, notamment, où les armées françaises subissent plusieurs revers), et parfois des échecs retentissants (débarquement avorté en Irlande, campagne d'Égypte). La campagne d'Italie menée par Napoléon Bonaparte est en revanche un grand succès[162] qui doit cependant plus à la politique personnelle du général qu'à celle des Directeurs, trop occupés par la gestion des troubles politiques qui surviennent en France à la même période[163]. Les difficultés de la France s'accroissent également lorsqu'est formée la Deuxième Coalition qui menace notamment l'Italie. Pour y faire face, le Directoire doit mettre en place la conscription par la loi Jourdan-Delbrel[164].

La période est également marquée par des troubles outre-mer. Les États-Unis, désireux de se rapprocher de la Grande-Bretagne, mettent ainsi fin à l'alliance franco-américaine. Des incidents diplomatiques entraînent une quasi-guerre et des escarmouches entre corsaires à partir de 1797[162]. À la même époque, la Révolution haïtienne se poursuit. À l'époque du Directoire, Toussaint Louverture prend de plus en plus d'importance sur l'île et parvient à faire renvoyer en août 1797 le commissaire Sonthonax, nommé au Conseil des Cinq-Cents. Il dispose ainsi d'une certaine tranquillité, renforcée par la reddition des Britanniques qu'il obtient en 1798[162]. Le Directoire ne se charge cependant pas de reprendre le contrôle de l'île, et l'arrestation de Louverture, de même que le rétablissement de l'esclavage, se font sous le Consulat[165].

Républiques sœurs et influence française[modifier | modifier le code]

Article détaillé : République sœur.
L'expédition d’Égypte, tableau de Léon Cogniet représentant des savants entourant Bonaparte
160 scientifiques accompagnent les armées lors de la campagne d’Égypte.

Au sein du Directoire, la politique étrangère est menée par Jean-François Reubell, soutenu par deux autres Directeurs, Paul Barras et Louis-Marie de La Révellière-Lépeaux. Alsacien, il est favorable à une expansion vers le Rhin. Le régime entend par ailleurs reprendre un héritage idéologique de la Convention : la France, en tant que puissance éclairée, se doit de libérer les pays voisins et d'apporter aux peuples la liberté, la souveraineté et la civilisation[166]. C'est à ce titre que sont fondées nombre de « Républiques sœurs », aux constitutions très inspirées de celle du Directoire. Dans la continuité de la République batave fondée début 1795, d'autres sont formées comme la République helvétique. Elles sont loin d'être indépendantes, cependant, et doivent prendre en charge les armées françaises qui résident sur leur sol (25 000 hommes dans le cas de la République batave)[167].

En Italie, Bonaparte opère sans l'aval des Directeurs et organise les Républiques sœurs du nord de la péninsule sans prendre en compte l'avis de l'exécutif français. Sont ainsi fondées la République cisalpine et la République ligurienne. D'autres généraux poursuivent ensuite les opérations en créant notamment la République romaine et la République parthénopéenne (ou napolitaine)[168]. Bien que reposant sur le principe de liberté des peuples, ces créations se font au mépris de la volonté des populations[169]. La création des Républiques s'accompagnant de pillages, parfois encouragés par le pouvoir (comme en Suisse par le beau-frère de Reubell, commissaire missionné sur les lieux), les nouveaux régimes sont souvent impopulaires. La République helvétique doit ainsi faire face un an après sa création à des poussées contre-révolutionnaires qui ne sont matées que quatre ans plus tard[170].

La campagne d’Égypte répond également, officiellement, à ce désir d'éclairer les autres peuples en leur apportant la culture, la science et, de façon générale, la civilisation. C'est ainsi que 160 savants accompagnent l'expédition militaire afin d'étudier les différents aspects du territoire. Les disciplines sollicitées sont nombreuses : archéologues, géologues, cartographes, géographes sont ainsi mis à contribution. Bonaparte déclare ainsi vouloir chasser l'oppresseur mamelouk pour rendre au pays sa gloire millénaire, et vante les progrès scientifiques arabes du temps des califes. Cependant, cette politique ne fonctionne pas. Les Français sont perçus comme de nouveaux croisés, et les enseignements des Lumières ne séduisent pas les élites égyptiennes[171]. Bien que l'expédition se révèle un échec retentissant et que Bonaparte lui-même doive rentrer subrepticement en France au milieu de la campagne, elle garde un très grand prestige qui contribue à la légende napoléonienne, tandis que l'égyptomanie est relancée par les découvertes[172].

Héritage du régime[modifier | modifier le code]

portrait de Michelet
Une partie de l'historiographie place le Directoire hors de la Révolution française, à l'image de Jules Michelet qui considère que la période meurt avec Robespierre.

Le Directoire n'est pas toujours inclus dans la Révolution française. Ainsi, Jules Michelet préfère clore sa version de la Révolution avec la mort de Robespierre. D'autres historiens de la période préfèrent par la suite la faire durer jusqu'au coup d’État de Brumaire : c'est notamment le cas de Pierre Gaxotte, Georges Lefebvre et de François Furet[173],[174]. Cependant, la période est également parfois réunie avec le Consulat par Albert Soboul ou plus tard Jean Tulard, qui voient une unité dans la période s'étendant de 1794 à 1804 : ces dix années voient en effet la révolution être freinée (en particulier avec la fin de la Conjuration des Égaux), tandis qu'une stabilisation du pays se met peu à peu en place, la proclamation de l'Empire mettant fin au provisoire[175]. Le débat historiographique vise donc notamment à savoir si le Directoire est l'une des dernières péripéties de la Révolution, une république bourgeoise menant progressivement à l'Empire, ou encore un régime portant un caractère inédit[176].

Qu'il soit inclus ou non dans la Révolution française, le Directoire marque une période souvent délaissée par les historiens, et souvent discréditée. Entre la chute de Robespierre et l'avènement de Napoléon Bonaparte, la période de 1795 à 1799 passe pour un médiocre intermède[177]. Une « légende noire » du régime se forge dès les débuts du Consulat, à l'instigation des brumairiens qui tentent ainsi de justifier le coup d’État en faisant passer le régime pour foncièrement inefficace. Le nouveau régime lance des enquêtes sur l'état du pays, qui en dressent un tableau très sombre qui, bien que réel dans son ensemble, est souvent trop noirci par omissions[178]. D'autre part, le Directoire souffre de la double opposition monarchiste et jacobine : les historiographies contre-révolutionnaire et orientés à gauche n'en ont donc que plus de mépris à l'encontre de ce régime et de ceux qui en ont été les principaux acteurs, notamment Barras[179]. Ainsi, en 1968, François Furet et Denis Richet attribuent cette indifférence ou ce discrédit à l'antiparlementarisme, qu'ils estiment être une « tradition tenace » de la vie politique française[174].

Cette historiographie négative dénonce notamment une période qui cumule l'instabilité politique et économique. Cependant, une nouvelle génération d'historiens a depuis cherché à trouver des mérites au régime[180]. C'est notamment le cas de Jean-René Suratteau qui a consacré de nombreux travaux au Directoire, notamment en ce qui concerne les élections et personnalités (en particulier le Directeur Jean-François Reubell)[181]. L'histoire militaire de la période, notamment les campagnes de Bonaparte, sont en revanche, et depuis longtemps, très documentées[182].

Le Directoire est le témoignage de la volonté de la bourgeoisie républicaine modérée de voir survivre un régime adapté à ses besoins, et de « terminer la Révolution » comme le proclame la Constitution de l'an III[177]. Si cette tâche est finalement accomplie par le Consulat, ce dernier bénéficie de bien des bases posées par le Directoire, notamment en ce qui concerne l'appareil statistique mis en place, ou encore la refonte du système de prélèvement des impôts. La courte durée du régime n'a pas permis d'évaluer directement ses effets[122].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Paul Bertaud 2004, p. 274
  2. Jean-Clément Martin 2012, p. 463
  3. Jean-Clément Martin 2012, p. 465
  4. Jean-Paul Bertaud 2004, p. 275
  5. Denis Woronoff 1972, p. 18-23
  6. Jean-Paul Bertaud 2004, p. 276-277
  7. Denis Woronoff 1972, p. 31
  8. Denis Woronoff 1972, p. 34-35
  9. Denis Woronoff 1972, p. 35-37
  10. Jean-Clément Martin 2012, p. 490-491
  11. Jean Tulard 1991, p. 10
  12. Denis Woronoff 1972, p. 40
  13. Jean-Paul Bertaud 2004, p. 283
  14. Denis Woronoff 1972, p. 41
  15. Jean-Paul Bertaud 2004, p. 284
  16. Jean-Clément Martin 2012, p. 495
  17. Denis Woronoff 1972, p. 41-42
  18. Maurice Duverger, Les Constitutions de la France, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?, douzième édition, 1991, p. 48-49.
  19. Jean-Paul Bertaud 2004, p. 282
  20. Denis Woronoff 1972, p. 42
  21. Jean-Clément Martin 2012, p. 501
  22. Denis Woronoff 1972, p. 43-44
  23. a et b Jean-Paul Bertaud 2004, p. 288
  24. Jean Tulard 1991, p. 18
  25. Denis Woronoff 1972, p. 48
  26. Christine Le Bozec 2014, p. 78
  27. Denis Woronoff 1972, p. 49
  28. Jean Tulard 1991, p. 19
  29. Denis Woronoff 1972, p. 50
  30. Denis Woronoff 1972, p. 51-52
  31. Jean-Clément Martin 2012, p. 494
  32. Denis Woronoff 1972, p. 56
  33. Denis Woronoff 1972, p. 57
  34. Jean-Paul Bertaud 2004, p. 290
  35. Jean-Paul Bertaud 2004, p. 291-293
  36. Christine Le Bozec 2014, p. 82-83
  37. Denis Woronoff 1972, p. 58
  38. Denis Woronoff 1972, p. 61-62
  39. Denis Woronoff 1972, p. 63
  40. Jean-Paul Bertaud 2004, p. 293
  41. Denis Woronoff 1972, p. 64
  42. Denis Woronoff 1972, p. 65
  43. Denis Woronoff 1972, p. 65-66
  44. Jean-Paul Bertaud 2004, p. 294
  45. Denis Woronoff 1972, p. 67-68
  46. Denis Woronoff 1972, p. 76-77
  47. Jean-Paul Bertaud 2004, p. 295
  48. Denis Woronoff 1972, p. 82-83
  49. Jean-Paul Bertaud 2004, p. 297
  50. Denis Woronoff 1972, p. 85
  51. Denis Woronoff 1972, p. 87
  52. Denis Woronoff 1972, p. 88-89
  53. a et b Jean-Paul Bertaud 2004, p. 298
  54. Denis Woronoff 1972, p. 97
  55. Jean-Paul Bertaud 2004, p. 301
  56. Jean-Paul Bertaud 2004, p. 302
  57. Denis Woronoff 1972, p. 69-70
  58. Jean-Paul Bertaud 2004, p. 303
  59. Jean-Clément Martin 2012, p. 538
  60. Denis Woronoff 1972, p. 71
  61. Jean-Paul Bertaud 2004, p. 304
  62. Denis Woronoff 1972, p. 72
  63. Denis Woronoff 1972, p. 73
  64. a et b Jean-Paul Bertaud 2004, p. 306
  65. a et b Jean-Clément Martin 2012, p. 540
  66. Jean Tulard 1991, p. 28
  67. Denis Woronoff 1972, p. 75
  68. Christine Le Bozec 2014, p. 99
  69. Denis Woronoff 1972, p. 195
  70. Jean-Paul Bertaud 2004, p. 307
  71. Denis Woronoff 1972, p. 197
  72. Denis Woronoff 1972, p. 199
  73. Jean-Paul Bertaud 2004, p. 309
  74. Denis Woronoff 1972, p. 200-201
  75. Denis Woronoff 1972, p. 204
  76. a et b Jean-Paul Bertaud 2004, p. 310
  77. Jean-Clément Martin 2012, p. 552
  78. Jean Tulard 1991, p. 32
  79. Denis Woronoff 1972, p. 206-207
  80. Denis Woronoff 1972, p. 168-169
  81. Denis Woronoff 1972, p. 171
  82. Denis Woronoff 1972, p. 174-176
  83. Jean-Paul Bertaud 2004, p. 311
  84. Denis Woronoff 1972, p. 188
  85. Denis Woronoff 1972, p. 190
  86. Denis Woronoff 1972, p. 193
  87. Jean-Paul Bertaud 2004, p. 312
  88. Denis Woronoff 1972, p. 194
  89. Denis Woronoff 1972, p. 207
  90. Denis Woronoff 1972, p. 208
  91. Jean-Paul Bertaud 2004, p. 323-324
  92. Denis Woronoff 1972, p. 209
  93. Denis Woronoff 1972, p. 210
  94. Denis Woronoff 1972, p. 210-211
  95. Denis Woronoff 1972, p. 212 - 213
  96. Christine Le Bozec 2014, p. 111-112
  97. Michel Biard, Philippe Bourdin et Silvia Marzagalli 2009, p. 176 - 177
  98. Denis Woronoff 1972, p. 216-217
  99. Jean-Paul Bertaud 2004, p. 332
  100. Jean-Paul Bertaud 2004, p. 333
  101. Denis Woronoff 1972, p. 218
  102. Jean-Clément Martin 2012, p. 575
  103. Christine Le Bozec 2014, p. 115
  104. Denis Woronoff 1972, p. 219-220
  105. Jean-Paul Bertaud 2004, p. 334 - 335
  106. Denis Woronoff 1972, p. 220-221
  107. Jean-Clément Martin 2012, p. 576
  108. Jean-Paul Bertaud 2004, p. 337-338
  109. Guy Lemarchand, L'Économie en France de 1770 à 1830 : De la crise de l'Ancien Régime à la révolution industrielle, Paris, Armand Colin,‎ 2008, 318 p. (ISBN 978-2-200-34549-5), p. 155
  110. Guy Lemarchand, L'Économie en France de 1770 à 1830 : De la crise de l'Ancien Régime à la révolution industrielle, Paris, Armand Colin,‎ 2008, 318 p. (ISBN 978-2-200-34549-5), p. 164
  111. Guy Lemarchand, L'Économie en France de 1770 à 1830 : De la crise de l'Ancien Régime à la révolution industrielle, Paris, Armand Colin,‎ 2008, 318 p. (ISBN 978-2-200-34549-5), p. 156
  112. a et b Denis Woronoff 1972, p. 109
  113. Denis Woronoff 1972, p. 110
  114. Denis Woronoff 1972, p. 110-112
  115. Denis Woronoff 1972, p. 112
  116. Christine Le Bozec 2014, p. 287
  117. a et b Jean-Paul Bertaud 2004, p. 315
  118. Michel Biard, Philippe Bourdin et Silvia Marzagalli 2009, p. 154
  119. Denis Woronoff 1972, p. 113-115
  120. Loi du 11 brumaire An VII
  121. Loi du 21 ventose An VII
  122. a et b Denis Woronoff 1972, p. 225
  123. Denis Woronoff 1972, p. 115-116
  124. a et b Jean-Paul Bertaud 2004, p. 317
  125. Denis Woronoff 1972, p. 120
  126. Denis Woronoff 1972, p. 121-122
  127. Denis Woronoff 1972, p. 122-126
  128. Denis Woronoff 1972, p. 126-132
  129. Denis Woronoff 1972, p. 135-136
  130. (fr) « Incroyables et merveilleuses », Association Camille Desmoulins. Consulté le 14 août 2013
  131. Denis Woronoff 1972, p. 135
  132. Michel Biard, Philippe Bourdin et Silvia Marzagalli 2009, p. 161 - 162
  133. Christine Le Bozec 2014, p. 308
  134. Christine Le Bozec 2014, p. 310-311
  135. Christine Le Bozec 2014, p. 315
  136. Christine Le Bozec 2014, p. 313
  137. Denis Woronoff 1972, p. 139-141
  138. Christine Le Bozec 2014, p. 155
  139. Denis Woronoff 1972, p. 142
  140. Denis Woronoff 1972, p. 145-146
  141. Denis Woronoff 1972, p. 148-150
  142. Denis Woronoff 1972, p. 151-153
  143. Christine Le Bozec 2014, p. 158-159
  144. Denis Woronoff 1972, p. 159-160
  145. Denis Woronoff 1972, p. 155-157
  146. Christine Le Bozec 2014, p. 172-173
  147. Christine Le Bozec 2014, p. 191-192
  148. (fr) « Historique des archives », Archives de France. Consulté le 4 juin 2014
  149. Denis Woronoff 1972, p. 160
  150. Denis Woronoff 1972, p. 163-164
  151. Denis Woronoff 1972, p. 161
  152. (fr) « le style du mobilier Directoire », Meubliz. Consulté le 14 août 2013
  153. Denis Woronoff 1972, p. 164-165
  154. (fr) « Style Directoire », AnticStore Antiquités. Consulté le 14 août 2013
  155. Christine Le Bozec 2014, p. 222
  156. Denis Woronoff 1972, p. 162
  157. Christine Le Bozec 2014, p. 224
  158. Christine Le Bozec 2014, p. 217-218
  159. Christine Le Bozec 2014, p. 215-216
  160. Christine Le Bozec 2014, p. 232
  161. Christine Le Bozec 2014, p. 234
  162. a, b et c Michel Biard, Philippe Bourdin et Silvia Marzagalli 2009, p. 161 - 164
  163. Christine Le Bozec 2014, p. 235
  164. Christine Le Bozec 2014, p. 247 - 248
  165. Christine Le Bozec 2014, p. 252
  166. Michel Biard, Philippe Bourdin et Silvia Marzagalli 2009, p. 167 - 170
  167. Michel Biard, Philippe Bourdin et Silvia Marzagalli 2009, p. 170 - 171
  168. Michel Biard, Philippe Bourdin et Silvia Marzagalli 2009, p. 171
  169. Christine Le Bozec 2014, p. 238
  170. Christine Le Bozec 2014, p. 246
  171. Michel Biard, Philippe Bourdin et Silvia Marzagalli 2009, p. 166 - 167
  172. Christine Le Bozec 2014, p. 243
  173. Jean Tulard 1991, p. 3
  174. a et b (fr) Louis Bergeron, « Une « relecture attentive et passionnée » de la Révolution française », Annales, économies, sociétés, civilisations sur Persée. Consulté le 11 avril 2014
  175. Jean Tulard 1991, p. 4
  176. Jean-Clément Martin 2012, p. 488
  177. a et b Denis Woronoff 1972, p. 7
  178. Jean Tulard 1991, p. 63 - 64
  179. Jean Tulard 1991, p. 69 - 70
  180. Jean-Paul Bertaud 2004, p. 313
  181. (fr) Bernard Gainot, « Jean-René Suratteau, historien politique du Directoire », Annales historiques de la Révolution française, sur Persée. Consulté le 14 août 2013
  182. Denis Woronoff 1972, p. 8

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Bertaud, La Révolution française, Paris, Perrin,‎ 2004, 371 p. (ISBN 978-2-262-02305-8)
  • Michel Biard, Philippe Bourdin et Silvia Marzagalli, Révolution, Consulat, Empire, Belin, coll. « Histoire de France »,‎ 2009, 716 p. (ISBN 978-2-7011-3366-9)
  • Roger Dupuy, Marcel Morabito (dir.), 1795. Pour une République sans Révolution, Presses universitaires de Rennes (PUR), collection « Histoire », 1996.
  • Christine Le Bozec, La Première République, 1792 - 1799, Paris, Perrin,‎ 2014, 366 p. (ISBN 978-2-262-04091-8)
  • Georges Lefebvre, La France sous le Directoire, 1795-1799, Messidor, 1983.
  • Jean-Clément Martin, Nouvelle histoire de la Révolution française, Perrin,‎ 2012, 636 p. (ISBN 978-2-262-02596-0)
  • Albert Soboul, Le Directoire et le Consulat, Paris, Presses universitaires de France, coll. « « Que sais-je ? » »,‎ 1972, 128 p.
  • Jean Tulard, Le Directoire et le Consulat, Paris, Presses universitaires de France, coll. « « Que sais-je ? » »,‎ 1991, 128 p. (ISBN 9782130439806)
  • Denis Woronoff, La République bourgeoise de Thermidor à Brumaire, 1794-1799, Paris, Seuil, coll. « Points Histoire, Nouvelle histoire de la France contemporaine »,‎ 1972, 246 p. (ISBN 2-02-000654-5)
  • Michel Vovelle (dir.), Le tournant de l'an III. Réaction et Terreur blanche dans la France révolutionnaire, Comité des travaux historiques et scientifiques, 1997.

Liens externes[modifier | modifier le code]