Gaspard Monge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Monge.

Gaspard Monge, comte de Péluse, né le 9 mai 1746 à Beaune[1] et mort le 28 juillet 1818 à Paris (ancien 10e arrondissement)[2], est un mathématicien français dont l'œuvre considérable[3] mêle géométrie descriptive, analyse infinitésimale et géométrie analytique.

En parallèle à ses travaux de recherche, il enseigne une grande partie de sa vie et a comme élèves beaucoup des futurs grands mathématiciens français du XIXe siècle.

Il joue un grand rôle dans la Révolution française, tant du point de vue politique que du point de vue de l'instauration d'un nouveau système éducatif : il participe à la création de l'École normale de l'an III et de l'École polytechnique (en 1794)[4], deux écoles où il enseigne la géométrie. Il concourt également avec Berthollet, Chaptal et Laplace à la création de l'École d'arts et métiers.

Il est également membre de la commission des sciences et des arts lors de la campagne d'Italie (1796-1797), et chargé de mission dans l'expédition d'Égypte (1798-1799).

Le 12 décembre 1989, ses cendres ont été transférées au Panthéon[5].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Né et baptisé à Beaune en Bourgogne le 9 mai 1746[1], Gaspard Monge est le fils de Jacques Monge, un marchand forain haut-savoyard qui devint bâtonnier de la confrérie des merciers de Beaune, et de Jeanne Rousseaux. Il est éduqué par les oratoriens d'abord au collège de Beaune, puis au collège de Lyon, où il enseigne dès l'âge de dix-sept ans les sciences physiques[6],[7].

La formation[modifier | modifier le code]

Il étudie au collège des Oratoriens de Beaune avec ses deux frères : Louis, qui participe brièvement (du 1er au 30 août 1785) à l'expédition de La Pérouse, et Jean[8]. Il y reçoit de la part des religieux une éducation libérale, puisqu'en plus des humanités, il est instruit en histoire, sciences naturelles et mathématiques. Il montre dès lors les premiers signes de son excellence, au point que le directeur le qualifie de « puer aureus » (l'enfant d'or). À l'âge de quatorze ans, il construit une pompe à incendie, dont les effets suscitent l'admiration[9]. À l'âge de seize ans, il part terminer ses études au collège de la Trinité de Lyon, d'où il revient deux ans plus tard, non sans y avoir donné, à dix-sept ans à peine, un cours de sciences physiques.

Revenu à Beaune, Monge dessine un plan de la ville qui lui vaut d'être remarqué par le lieutenant-colonel Merveilleux du Vignaux de l'École royale du génie de Mézières où il est bientôt engagé comme dessinateur en 1765. Il y fait la connaissance de Charles Bossut, le professeur de mathématiques de l'École, avec qui il peut discuter de ses idées sur la géométrie. Cependant il ne peut pas devenir officier du génie puisqu'il n'est pas de famille noble. Un an après son arrivée, on lui confie la réalisation de plans de fortifications. En 1766, Bossut le choisit comme répétiteur de mathématiques, chargé de suppléer ses cours. Monge fait entrer la géométrie descriptive dans l'enseignement de l'école.

L'explosion scientifique[modifier | modifier le code]

En 1768, Bossut est élu à l'Académie des sciences et encourage Monge à publier ses propres travaux en géométrie, ce qui est fait en 1770.

L'année suivante, Monge entre en contact avec d'Alembert et surtout Condorcet, qui le pousse à présenter quatre mémoires, un dans chacun des domaines des mathématiques qu'il étudie alors : le calcul des variations, la géométrie infinitésimale, la théorie des équations aux dérivées partielles et la combinatoire.

Au printemps de 1774, Gaspard Monge rencontre un puissant protecteur, le marquis de Castries. Il commence à nouer une très longue amitié avec le fils du concierge de ce dernier, Jean-Nicolas Pache.

Pendant les années suivantes, il publie encore de nombreux travaux, élargissant ses vues à la physique, la chimie et la métallurgie. Le 12 juin 1777, il épouse Catherine Huart.

Partageant son temps entre Paris, où il donne un cours d'hydrodynamique, et Mézières, il se voit offrir le poste de Bézout en tant qu'examinateur des cadets de l'École de la marine royale.

Monge et la Révolution : l'organisateur[modifier | modifier le code]

Gaspard Monge (Musée François Rude de Dijon)

La Révolution française, qu'il soutient dès 1789, change complètement le cours de sa vie, alors qu'il est un des scientifiques les plus importants de France. Vraisemblablement vers le mois de juin 1790, il entre dans un premier club modéré, la société patriotique de 1789, située au Palais-Royal. Il devient ensuite membre du Club des Jacobins, où l'on trouve également Robespierre (dont il est proche) et Saint-Just, entre autres révolutionnaires notoires. Il en sera élu vice-président la veille du 9-Thermidor (27 juillet 1794).

Il accepte d'entrer dans la société patriotique du Luxembourg créée par son ami Jean-Nicolas Pache, dans la section des Quatre-Nations, comme l'un des électeurs destinés à nommer les vingt-quatre députés de la Seine. Les statuts, acceptés en janvier 1792, précisent qu'elle agit pour répandre la connaissance des devoirs et du rôle des citoyens dans la Constitution. C'est l'un des clubs les plus extrémistes de l'avant-scène révolutionnaire, selon François Perrault.

Le soir du 10 août 1792, il est nommé avec cinq autres personnes (dont Danton) membre du conseil exécutif provisoire. Il occupe dès lors le poste de ministre de la Marine et s'installe rue Royale.

Après le début des activités de la Convention le 22 septembre 1792, il conserve son poste de ministre de la Marine dans la Première République naissante.

Il est l'un des promoteurs du calendrier révolutionnaire, avec Fabre d'Églantine.

Il démissionne de son poste de ministre de la Marine le 10 avril 1793, dépassé par les querelles politiques, et retourne à l'Académie des sciences, mais celle-ci est dissoute par la Convention en août de la même année.

Républicain convaincu, soutenant ardemment la Révolution, il continue de travailler sur des projets militaires ou encore sur une réforme du système éducatif :

  • Sur le rapport de Barère, par le décret du 11 mars 1794 de la Convention, il est nommé membre de la commission chargée de la création d'une commission des travaux publics, à laquelle revient la direction des Ponts-et-Chaussées, des bâtiments civils, des travaux maritimes et du génie militaire. Lazare Carnot (dit le « grand Carnot », l'organisateur de la victoire de Valmy) y participe également.
  • Il aide Jacques-Élie Lamblardie, directeur de l'école des Ponts-et-Chaussées et premier directeur de la nouvelle école, pour l'organisation et l'installation de l'école à l'hôtel de Lassay, à côté du Palais Bourbon.

Il y est aussi enseignant, formant les futurs professeurs et formalisant ses travaux sur la géométrie infinitésimale. Il donne aussi un cours de géométrie descriptive dans une autre école, créée pour former les professeurs de l'enseignement secondaire : l'École normale supérieure.

Monge et Bonaparte : Italie (mai 1796 - mai 1798)[modifier | modifier le code]

Voir Campagne d'Italie.

Gaspard Monge part de Paris le 6 février 1798 pour Rome. Ordre est intimé au pape Pie VI, au nom de la République française, de renoncer à son autorité temporelle, et de se contenter de son autorité spirituelle. Comme on sait cette demande irréalisable, on lui substitue un ordre de partir sous deux jours. Pie VI part dans la nuit du 19 au 20 février 1798.

Après les exactions du général André Masséna et son renvoi (2 mars 1798), Monge fait les nominations à toutes les fonctions de la nouvelle « République romaine », hormis les finances.

Monge et Bonaparte : Égypte (mai 1798 - octobre 1799)[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Campagne d'Égypte et Institut d'Égypte.

Monge et Napoléon : le sénateur à vie[modifier | modifier le code]

Gaspard Monge (1746-1818), comte de Péluse, mathématicien, en grand habit de président du Sénat Conservateur, Jean Guillaume Elzidor Naigeon (1797-1867), 1842, musée de l'Histoire de France (Versailles).

Après le 18 brumaire, Monge est nommé membre du Sénat conservateur dès sa création. Il en devient Président du 19 mai 1806 au 1er juillet 1807.

La fin de la vie[modifier | modifier le code]

La tombe de Gaspard Monge au cimetière du Père-Lachaise.

À la Restauration, Gaspard Monge est écarté. Une ordonnance royale du 13 avril 1816 licencie l'École polytechnique. Elle est ressuscitée le 17 janvier 1817 sous le nom d'École royale polytechnique.

Seuls quelques fidèles continuent de voir Gaspard Monge. Il est frappé de plusieurs attaques d'apoplexie et meurt le 28 juillet 1818 rue de Bellechasse à Paris. Ses obsèques ont lieu 30 juillet 1818 en l'église Saint-Thomas d'Aquin à Paris. Le 2 août 1818, les élèves de l'École polytechnique, passant outre aux interdictions, lui rendent un dernier hommage au cimetière du Père-Lachaise.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Gaspard Monge épouse en 1777 Catherine Huart (1747-1846), dont il a trois filles :

– Émilie 1778-1867, épouse le conventionnel Nicolas-Joseph Marey, et descendance, et notamment le général Guillaume Stanislas Marey-Monge ;
– Louise 1779-1874, épouse Joseph Eschassériaux, régicide, et postérité : Lucile 1798-1874 et Camille 1800-1834 ;
– Adélaïde 1780-1783, sans postérité.

Il laisse également une fille naturelle :

– Élisabeth Catherine Huart, épouse Jean Simon Champy, dont descendance à nos jours, notamment Geoffroy Chodron de Courcel, compagnon de la Libération.

Œuvre scientifique[modifier | modifier le code]

Gaspard Monge est l'inventeur de la géométrie descriptive.

Gaspard Monge a fait partie des scientifiques français qui ont poussé à l'instauration d'un système de poids et mesures fondé sur le système décimal.

La numération décimale avait été introduite en Francie par Gerbert d'Aurillac, devenu pape vers l'An mil sous le nom de Sylvestre II, mais elle ne s'était pas encore généralisée aux poids et mesures.

Par le décret du 8 mai 1790 obtenu par Talleyrand, l'Académie des sciences reçoit la mission de mettre au point un système d'unification des poids et mesures. Gaspard Monge fait partie de la Commission centrale des poids et mesures qui doit mettre en œuvre cette décision, avec Condorcet, Laplace, Lagrange, et Borda.

Après avoir reçu des départements les étalons des anciennes mesures, la commission cherche l'unité appropriée. Dans son rapport du 19 mars 1791, la commission propose d'adopter la longueur du quart du méridien terrestre pour base de mesure, et sa dix millionième partie pour unité usuelle. Ce sont les bases théoriques du système métrique, ainsi que du système international d'unités (SI) des poids et mesures tel qu'il existe de nos jours.

Gaspard Monge est aussi parmi les personnalités qui proposent d'instaurer un calendrier avec des semaines de dix jours. Le calendrier républicain ne dure pas au-delà de 1806, en raison de diverses difficultés.

Monge a aussi donné son nom à une classe de problèmes génériques de transport optimal de masse, connu sous le nom de problème de Monge-Kantorovitch (ou MKP, pour Monge-Kantorovich Problem), ce dernier ayant reçu le « prix Nobel » d'économie en 1975, et est connu pour avoir prouvé l'existence d'une solution optimale à ce problème en 1942. Monge a introduit ce problème dans son Mémoire sur la théorie des déblais et des remblais en 1781.

Élèves[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

Hommages[modifier | modifier le code]

Portent son nom :

Titre[modifier | modifier le code]

comte de Péluse et de l'Empire

Distinctions[modifier | modifier le code]

Monge était :

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Orn ext comte sénateur de l'Empire GCOR.svg
Blason Gaspard Monge (1746-1818).svg
Armes du comte de Péluse et de l'Empire

D'or, au palmier de sinople terrassé du même ; franc-quartier des Comtes Sénateurs brochant au quart de l'écu.[12],[13],[14]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Archives Départementales de la Côte d'or registre paroissial de Beaune 1745-1746, FRAD021_057_MI05R027, vue no 174/281.
  2. Fiche no 44/51, État civil reconstitué de Paris, Archives de Paris.
  3. Fonds Monge numérisé de l'École polytechnique. Son ouvrage principal, Géométrie descriptive (1799), contient la méthode de représentation plane d'une figure de l'espace par utilisation des projections orthogonales de la figure donnée sur deux plans rectangulaires (plan horizontal et plan frontal de projection) constituant l'épure.
  4. Écoles de l'an III
  5. Napoléon.org
  6. (en) John J. O’Connor et Edmund F. Robertson, « Gaspard Monge », dans MacTutor History of Mathematics archive, université de St Andrews (lire en ligne).
  7. « Bientôt, ils lui confient, malgré sa jeunesse, une chaire de physique qu'il occupe jusqu'à l'été de 1764. », extrait de : Louis de Launay, Un grand Français, Monge, fondateur de l'École polytechnique, éditions Pierre Roger, 1933
  8. Jean Monge (1751-1813), est professeur de mathématique, consul de France à La Corogne (1792-1795), professeur de navigation à Nantes (1798) et d'hydrographie à Anvers (1799-1810).
  9. in Pairault, bibliographie ci-dessous
  10. « Notice no C/0/66 », base Léonore, ministère français de la Culture
  11. Annuaire historique et biographique des souverains, des chefs et membres des maisons princières, des autres maisons nobles, et des anciennes familles, et principalement des hommes d'État, des membres des chambres législatives, du clergé, des hommes de guerre, des magistrats et des hommes de science de toutes les nations,, vol. 1,‎ 1844 (lire en ligne)
  12. Source : www.heraldique-europeenne.org
  13. Alcide Georgel, Armorial de l'Empire français : L'Institut, L'Université, Les Écoles publiques,‎ 1870 (lire en ligne)
  14. Nicolas Roret, Nouveau manuel complet du blason ou code héraldique, archéologique et historique : avec un armorial de l'Empire, une généalogie de la dynastie impériale des Bonaparte jusqu'à nos jours, etc., Encyclopédie Roret,‎ 1854, 340 p. (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]