1914

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page concerne l'année 1914 (MCMXIV en chiffres romains) du calendrier grégorien.

Années :
1911 1912 1913  1914  1915 1916 1917

Décennies :
1880 1890 1900  1910  1920 1930 1940
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique • Amérique (Canada (Nouveau-Brunswick, Québec), États-Unis) • Asie • Europe (France (Paris), Italie, Suisse) • Océanie


Chronologies thématiques :
Aéronautique Architecture Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Droit Économie Football Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Événements[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

L'Afrique coloniale en 1915
  • Avril[2] : épidémie de peste à Dakar (fin en janvier 1915). La ségrégation résidentielle est imposée et les Africains doivent se concentrer dans la Medina.
  • 1er - 4 août : début de la Première Guerre mondiale.
    • Louis Botha, soutenu par le Parlement, décide d’engager l’Union d'Afrique du Sud dans la guerre aux côtés de la Grande-Bretagne. Avant la fin de l’année, une attaque par mer prend les ports de Lüderitz et de Swakopmund, au Sud-Ouest africain allemand, où se trouvent des stations de radio. Conjointement, les troupes terrestres avancent vers la frontière. Les Afrikaners voient d’un mauvais œil le soutien de leur pays aux Alliés. Le ralliement d’officiers et de soldats au camp opposé, des troubles sécessionnistes dans le Transvaal et l’Orange, retardent l’armée sud-africaine.
    • L’Afrique de l’Est, en particulier le Tanganyika, est ravagée par la guerre. Le colonel von Lettow-Vorbeck, commandant les forces allemandes dans la colonie, mène une guerre d’usure pour occuper les soldats adverses afin qu’ils ne puissent partir en Europe. Il repousse leur attaque sur Tanga en novembre et oblige les Alliés à préparer soigneusement leur offensive (construction de la ligne de chemin de fer Voi-Taveta, arrivée des troupes sud-africaines de Jan Smuts, renforts de l’Afrique de l’Ouest, accord de participation du Congo belge, etc.).
  • 3 août : campagne du Kamerun (fin en février 1916). Britanniques, Français et Belges encerclent le territoire allemand et installent un blocus maritime.
  • 8 août : pendaison de Rudolf Duala Manga au Cameroun, suivie de plusieurs exécutions.
  • 26 août : reddition du Togo allemand. Le gouverneur du Togo, Hans Georg von Doering, envoie des télégrammes à ses homologues du Dahomey, de la Gold Coast et de l’AOF pour leur proposer la neutralisation du Togo. Ceux-ci refusent, et les troupes de l’Entente envahissent le Togo. Les troupes allemandes, prises en étau, se concentrent autour de Kamina pour y défendre la station de radio qui permet les communications avec l’extérieur. Elles préfèrent faire sauter le poste plutôt que de le laisser aux Alliés. Le 26 août, le Togo tout entier se rend. Français et Britanniques se partagent le territoire.


  • Révolte des Giriama contre l’impôt au Kenya.
  • Mobilisation de porteurs au Kenya.
  • 533 fonctionnaires blancs en AEF.
  • La longueur du réseau de chemin de fer augmente de 25 % au Congo belge entre 1914 et 1918.
  • Madagascar fournit 40 000 hommes à la France pour la guerre de 1914-1918.

Amérique[modifier | modifier le code]

  • 3 octobre : un premier bataillon canadien de 32 000 hommes prend le bateau pour aller se battre en Europe.

Mexique[modifier | modifier le code]

21 avril : occupation de Veracruz
Article détaillé : Révolution mexicaine.
  • 9 avril : affaire de Tampico.
  • 14 avril : combat de Topolobampo
  • 21 avril : intervention des États-Unis à Veracruz.
    • Les Européens jouent la carte de Huerta, tandis que les États-Unis lui sont hostiles. Après l’arrestation de marins américains à Tampico, mille marines débarquent à Veracruz, interrompant l’approvisionnement en arme du dictateur. Les États-Unis décrètent le blocus et rompent les relations diplomatiques avec le Mexique.
  • Octobre : convention révolutionnaire d’Aguascalientes. Rupture entre constitutionalistes et conventionnalistes.
  • 6 décembre : Carranza est écarté de la présidence et doit de réfugier à Veracruz, tandis que les armées de Pancho Villa et de Emiliano Zapata font une entrée triomphale à Mexico au terme de quatre ans de luttes révolutionnaires.
  • 12 décembre : Carranza reconnaît, par des additions au plan de Guadalupe, le plan de Ayala et la nécessité d’une réforme agraire radicale et de changement sociaux en faveur de la classe ouvrière.

Océanie[modifier | modifier le code]

Asie[modifier | modifier le code]

Débarquement des troupes japonaises pendant la bataille de Qingdao
Mouvements des troupes allemandes pendant le siège de Qingdao
  • 27 avril : convention de Simla entre le Royaume-Uni, le Tibet et la République de Chine et à l'issue de la conférence de Simla, en Inde. Adoption de la ligne McMahon et division du Tibet en un « Tibet Extérieur » sous l'administration du gouvernement du Dalaï Lama et un « Tibet Intérieur » où Lhassa aurait l'autorité spirituelle uniquement. Les deux secteurs étaient considérés comme étant sous la « suzeraineté » chinoise. L'accord fut finalement contesté par Pékin.
  • 31 octobre : offensive japonaise contre l’Allemagne sur le port de Qingdao en Chine.
  • 10 novembre : reddition complète aux Japonais de toute la concession allemande de Jiaozhou.
  • Sérieux troubles à Java (1914-1917).
  • Création d'un parlement bicaméral en Mongolie. Les droits des deux chambres, convoquées par le Bogdo Gegen, se limitent aux délibérations.

Proche-Orient[modifier | modifier le code]

  • Avril[6] : accord franco-allemand déterminant les zones ferroviaires des deux puissances en Syrie du Nord. La France obtient un droit exclusif en Syrie et en Palestine.
  • 15 juin : accord entre l’Empire allemand et le Royaume-Uni sur la question du chemin de fer de Bagdad : les britanniques proposent une participation des capitaux britanniques en échange de la promesse que la ligne n’atteigne pas le golfe Persique. L’Allemagne obtient un partage de l’influence économique en Mésopotamie (exploitation en commun des pétroles de Mossoul).
  • Juillet :
    • 8e Assemblée générale du parti arménien Dachnak à Erzeroum. Au nom du loyalisme envers les pays ou ils sont établis, les Arméniens refusent le projet allemand proposé par les Jeunes-Turcs d’organiser un soulèvement avec les Géorgiens et les Azéris contre les Russes en Transcaucasie, malgré la promesse de la création d’une Arménie autonome dans le cadre d’un État tampon transcaucasien placé sous contrôle turc. En refusant, le Dachnak est condamné à combattre du côté russe.
    • Mobilisation en Turquie. L’Empire ottoman dispose d’une armée entraînée et équipée sur le modèle allemand, encadrée par de nombreux officiers allemands (von Falkeman, Liman von Sanders, etc.). L’Organisation spéciale (Techkilât-i Mashûsa), créée en août 1914 est chargée des missions d’espionnage et d’encouragement de la guerre sainte dans les possessions coloniales européenne. Elle compte 30 000 agents. Les forces ottomanes se répartissent sur un front caucasien contre la Russie ( IIIe armée d’Enver Pacha, environ 100 000 hommes), un front égyptien contre la Grande-Bretagne (IVe armée de Jamal Pacha, 80 000 hommes), des corps d’armée autour de la capitale (front des Dardanelles), des forces en Mésopotamie face à l’offensive britannique sur Bassorah.
  • Octobre : une légion de 8000 volontaires Arméniens est levée par le Bureau national arménien de Tiflis.

Europe[modifier | modifier le code]

6 février : discours de Gustave V de Suède remettant en cause le gouvernement
Arrestation de Gavrilo Princip.
Août : volontaires britanniques pour la Kitchener's Army
Août : réfugiés belges à Paris
Août : l'infanterie russe le long d'une voie ferrée
4 septembre : pacte de Londres. Allégorie russe de la Triple-Entente de 1914
Sous-marin allemand U9
Soldats russe à Varsovie
  • 15 janvier : les libéraux arrivent au pouvoir en Roumanie. Ion Brătianu devient Premier ministre (fin en 1918). Il prépare une réforme agraire et une réforme électorale.
  • Juillet : réchauffement germano-britannique dans les premiers mois de 1914. Une escadre britannique se rend à Kiel pour une visite de courtoisie.
  • 15 juillet : visite du président de la république française Raymond Poincaré et du président du conseil René Viviani en Russie. Retour en France le 29 juillet.
  • 17 juillet : l'ultimatum autrichien au Royaume de Serbie est mis au point avec les Allemands.
  • 23 juillet : l'ultimatum autrichien est lancé à la Serbie.
  • 28 juillet :
    • À la suite de l'attentat de Sarajevo, l'Autriche-Hongrie, soupçonnant le gouvernement serbe d'avoir commandité l'assassin, déclare la guerre à la Serbie.
    • Bombardement de Belgrade
    • Le gouvernement serbe accepte partiellement l'ultimatum autrichien.
    • La Suède déclare sa neutralité et signe un accord avec le Danemark et la Norvège pour la préserver et protéger les intérêts économiques communs des pays scandinaves.
    • La Roumanie, les Pays-Bas et l'Espagne proclament leur neutralité.
  • 29 juillet : le Bureau international socialiste se réunit à Bruxelles pour définir la position de la Deuxième Internationale face à la crise.
  • 30 juillet :
  • 31 juillet :
    • Le gouvernement belge décrète la mobilisation générale après avoir refusé le passage par son territoire des troupes allemandes.
    • Le dirigeant socialiste français Jean Jaurès, favorable à la paix, est assassiné par Raoul Villain. Les pacifistes perdent leur leader.


  • Après s’être opposés à la guerre (István Tisza), les chefs politiques hongrois soutiennent l’effort de guerre autrichien principalement parce qu’ils craignent qu’une victoire russe n’entraîne la sécession des minorités slaves de Hongrie, puis le démantèlement du pays. 3 800 000 soldats seront mobilisés en Hongrie ; 661 000 seront tués, plus de 700 000 blessés et autant fait prisonniers.
  • Union ouvrière nationale au Portugal.
  • Création de la Cause monarchique, visant au rétablissement de Manuel II de Portugal.
  • Nouveau prêt français à la Russie (500 millions de francs par an pendant 5 ans) pour le développement des chemins de fer stratégiques de l’Ouest. L’État russe doit 8 à 9 milliards de roubles, dont 50 % à la France. Les investissements étrangers sont de 2 milliards de roubles (1/3 d’origine française).
  • Interdiction de la vente d’alcool en Russie pendant la durée de la guerre.

Chronologies thématiques[modifier | modifier le code]

Arts et culture[modifier | modifier le code]

Nu assis, Egon Schiele

Prix Nobel[modifier | modifier le code]

Naissances en 1914[modifier | modifier le code]

Décès en 1914[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]