Théodore Rousseau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rousseau (homonymie).

Théodore Rousseau

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Statue du peintre sur la façade de l'hôtel de ville de Paris

Nom de naissance Étienne Pierre Théodore Rousseau
Naissance 15 avril 1812
Paris, Drapeau de la France France
Décès 22 décembre 1867 (à 55 ans)
Barbizon, Drapeau de la France France
Activités Peintre
Maîtres Pierre Alexandre Pau de Saint Martin, Jean-Charles-Joseph Rémond, Guillaume Guillon Lethière
Élèves Émile Hirsch
Mouvement artistique École de Barbizon

Étienne Pierre Théodore Rousseau, dit Théodore Rousseau, né le 15 avril 1812 à Paris, mort le 22 décembre 1867 à Barbizon, est un artiste-peintre paysagiste français, cofondateur de l'école de Barbizon. Il se revéla comme un observateur attentif de la nature à toutes les époques de l'année.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dès 1821, Théodore Rousseau se forme auprès de son cousin Pierre Alexandre Pau de Saint Martin, puis de Jean-Charles-Joseph Rémond. Il devient ensuite élève de Guillaume Guillon Lethière[1].

Admis au Salon de Paris de 1831 à 1835, il essuie un refus au salon de 1836, ce qui le conduit à partir s'installer à la lisière de la forêt de Fontainebleau. Rejoint par Jean-Baptiste Camille Corot, Jean-François Millet, Honoré Daumier, Jules Dupré, Charles Le Roux, ils y fondent l'école de Barbizon.

Théodore Rousseau est un artiste à la fois admiré et méprisé en son temps. Son art est complexe. Il possède à la fois un caractère réaliste par sa volonté de peindre la nature telle qu'elle est, et romantique parce qu'il tend à faire corps avec la nature.

Le but de Rousseau est de « fouiller le visible ». Pour ce faire il s'enfonce dans les profondeurs de la nature, choisit un motif et l'observe durant de longues heures de manière à l'imprimer durablement dans sa mémoire. Puis il exécute des esquisses et réalise l'œuvre définitive, de mémoire, en atelier. Théodore Rousseau s'attache à représenter « tout ce que la nature contient de germinations étranges ». Dans son œuvre, l'arbre occupe une large place. Tout au long de sa carrière, il multiplie les esquisses d'arbres notamment en forêt de Fontainebleau. Il est considéré comme un « anatomiste » de l'arbre. Mais bien plus qu'un exercice académique, l'arbre revêt chez lui une symbolique particulière. Il est l'incarnation de la continuité de la vie. La représentation de la lumière fut son ambition. Mais elle est à l'origine de tous ses tourments. Elle devient rapidement une obsession à tel point que Rousseau multiplie les expériences picturales pour tenter de la traduire. Théodore Rousseau est ainsi l'un des premiers paysagistes à représenter la lumière tombant à la verticale dans son chef-d'œuvre "Une avenue Forêt de l'Isle-Adam" présenté au Salon de Paris en 1849.

Perpétuel insatisfait, il retouche ses œuvres au risque de les détériorer. L'utilisation du bitume, qui apparaît dès 1839 dans son tableau Descente de vache, est l'une des causes à l'origine de la détérioration de nombreuses toiles de Rousseau. Selon son biographe Alfred Sensier, ce serait sur les conseils d'Ary Scheffer qu'il employa ce mélange d'huiles grasses et de bitume de Judée, en vogue à l'époque, qui eurent des conséquences désastreuses pour la conservation de sa peinture.

La place de l'homme dans l'œuvre de Rousseau a suscité beaucoup d'interrogations. S'il n'est pas totalement absent dans ses peintures, il y occupe une place infime. Selon Sensier, en réduisant la présence de l'homme à une tache de couleur, Théodore Rousseau veut souligner la « pathétique impuissance de l'homme face à l'immensité de la nature qui l'entoure ».

La reconnaissance officielle de Rousseau vient le 1er avril 1848, lorsque Jean Ron[réf. nécessaire] et Charles Blanc se rendent, en un geste symbolique, dans l'atelier de Jules Dupré et de Rousseau pour leur commander deux œuvres. Théodore Rousseau exécute Lisière en forêt de Fontainebleau, soleil couchant (visible au musée du Louvre), une œuvre à la composition plutôt classique. Dès 1849, il renoue avec le Salon. Le Salon de 1852 est celui de la consécration du peintre : il y expose Groupe de chênes à Apremont et reçoit la médaille de la Légion d'honneur[2].. Enfin il s'investit dans la lutte contre l'abattage des arbres qu'il qualifie de « carnage » ou de « condamnation à mort ». Rousseau avait déjà dénoncé ce phénomène dans le massacre des innocents en 1847 (Musée Mesdag, La Haye).

Très imprégné par une vie simple dans laquelle il côtoie des paysans et travailleurs de la forêt, son œuvre est caractéristique d'un courant réaliste qui sera la marque principale de l'école de Barbizon. Il est parfois considéré comme un précurseur de l'impressionnisme.

Étude de rochers et d'arbres (1829), huile sur toile, 53 x 70 cm, Musée des beaux-arts de Strasbourg, Strasbourg
Étude de troncs d'arbres (1833), huile sur toile, 46 x 61 cm, Musée des beaux-arts de Strasbourg, Strasbourg
Marché en Normandie (1845-1848), huile sur toile, 29 x 38 cm, Musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg
Les Chênes d'Apremont (1850-1852), huile sur toile, 64 x 100 cm, Musée du Louvre, Paris
La cabane du charbon de bois dans la forêt de Fontainebleau (vers 1855), huile sur toile, 34.2 x 42.1 cm, Musée Thyssen-Bornemisza, Madrid

Œuvres[modifier | modifier le code]

Peintures[modifier | modifier le code]

  • 1833 - Vue du bassin de Paris et du cours de la Seine
  • 1833 - Foret de Compiègne
  • 1834 - La Lisière d'un bois coupé
  • 1835 - Descente de vaches dans le Haut-Jura
  • 1842 - Sous les hetres ou le Curé
  • 1849 - L'Allée de châtaigniers, musée du Louvre, Paris
  • 1849 - Une avenue, forêt de l'Isle-Adam
  • 1849 - Terrains d'automne
  • 1850 - L'Entrée du Bas-Bréau
  • 1850 - Le Village de Barbizon
  • 1852 - Le Paysage après la pluie
  • 1857 - Le Carrefour de l'Épine
  • 1858 ca - Sous-bois, hst, monogrammée" Th. R." en bas à droite, dim; 14 x 21cm (vente Arot à Bruxelles le 29 octobre 1928, n°129, vente Deburaux, Barbizon, le 3 juin 2007, lot n°100, p.50 du catalogue : "L'école de Barbizon")
  • 1859 - Le Bornage de Barbizon
  • 1861 - Le Chêne de roche
  • 1863 - Clairière dans la haute futaie
  • 1866 - Coucher de soleil sur la forêt
  • 1868 - Le soleil couchant près d'Arbonne
  • s.d. - Crépuscule en Sologne, Fermes normandes, Paysage, musée Condé, Chantilly
  • s.d. - Les Gorges d'Apremont
  • s.d. - Vue sur la vallée , hsp, Sbg, dim; 17,5 x 35cm (vente Deburaux, Barbizon, le 3 juin 2007, lot n°98, p.48 du catalogue : "L'école de Barbizon")
  • s.d. - La mare , hsp, Sbg, dim; 47,5 x 59,5cm, (vente du 31 mars 1858 N°45 à Drouot, le catalogue de cet vente est joint au tableau; vente Deburaux, Barbizon, le 3 juin 2007, lot n°99, p.49 du catalogue : "L'école de Barbizon")

Élèves[modifier | modifier le code]

Iconographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Émile Michel, Théodore Rousseau et les peintres de Barbison, article dans la Revue des Deux Mondes, 1er mai 1905, p. 152-184.
  • Antoine Terrasse, L'Univers de Théodore Rousseau, Scrépel Henri, 1976.
  • Julie Marboeuf, Théodore Rousseau, le solitaire flamboyant, d'après des textes de Baudelaire, Théophile Gautier, Théophile Thoré, George Sand. Paris, TriArtis éditions, février 2012.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Musée des peintres de Barbizon : Théodore Rousseau et la critique
  2. Culture.gouv : certificat
Paysage avec un charretier (1860-1862), huile sur toile, 38 x 52 cm, Musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg

Liens externes[modifier | modifier le code]