Antoine Coysevox

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Antoine Coysevox

Description de cette image, également commentée ci-après

Autoportrait
Musée du Louvre

Nom de naissance Coysevox ou Quoisevaux
Naissance 29 septembre 1640
Lyon
Décès 10 octobre 1720
Paris
Nationalité Français
Activités Sculpture
Maîtres Louis Lerambert
Élèves Guillaume Coustou, Nicolas Coustou, Jean-Baptiste Lemoyne I
Mécènes Louis XIV de France
Récompenses Ac. R.le des B.x Arts 1676

Antoine Coysevox (prononcer « Coazevo »[1]) (Lyon, 29 septembre 1640 - Paris, 10 octobre 1720) est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Antoine Coysevox est né à Lyon où son père, menuisiser, ébéniste et sculpteur sur bois s'était fixé, venant de Franche-Comté, possession espagnole jusqu'à 1678. Il vint à Paris à dix-sept ans travailler dans l'atelier de Louis Lerambert (1620-1670), dont il épouserait en 1666 la nièce, fille du peintre Noël Quillerier, Marguerite, qui mourut un an après leur mariage. Il se remaria en 1680 à Claude Bourdict.

L’évêque de Strasbourg, François-Egon de Fürstenberg, prince-abbé de Stavelot, le chargea, à l'âge de vingt-sept ans, de la décoration du château de Saverne (Zabern), qui l'occupa quatre ans.

De retour à Paris en 1671, il fut employé à la décoration du château de Versailles et de ses jardins, produisant des copies des marbres antiques tels la Vénus de Medicis, la Vénus accroupie, la Nymphe à la coquille ou Castor et Pollux, soit en marbre, soit en bronze fondu par les frères Keller.

L’Académie royale de peinture et de sculpture l'admit comme adjoint à professeur, « en considération du dessein qu'il avait d'établir à Lyon une école académique et d'aller y faire sa demeure » [2] le 28 janvier 1676, avec comme pièces de réception un buste du peintre Charles Le Brun (1619-1690), premier directeur de l'Académie, (et un de Colbert (remis en 1679). Restant à Paris, il fut cependant nommé Professeur l'année suivante, recteur en 1694, chancelier en 1716, il en fut directeur de 1703 à 1705. Guillaume et Nicolas Coustou, ses neveux, furent les élèves de Coysevox, comme François Coudray, Jean-Baptiste Lemoyne I et Jean Thierry.

Auteur de nombreux portraits sculptés en buste, spécialité pour laquelle il fut très demandé[3], il reçut aussi, vers 1680, la commande d'une statue du roi Louis XIV pour l'Hôtel de Ville de Paris, aujourd'hui au musée Carnavalet. En 1689, le Parlement de Bretagne lui demanda une statue équestre du monarque, qui fut fondue pendant la Révolution. Pour ce travail, il étudia particulièrement les chevaux, leur anatomie, leurs mouvements. Ces études sont à l'origine de ses autres monuments équestres.

Il fut le décorateur du navire de guerre le Foudroyant construit à Brest en 1690, qui devint le Soleil royal en 1692 après la destruction du premier vaisseau de ce nom. Une maquette au 1/40 se trouve au Musée de la Marine à Paris.

Il exposa au premier Salon de peinture et sculpture qui se tient au Louvre en 1699 quatre bustes dont un en bronze, du roi Louis XIV. Au suivant, en 1704, six autres bustes de grands personnages contemporains.

Coysevox reçut en 1705 la commande royale des sculptures du château de Marly, travail qui allait l'occuper pendant plusieurs années. Parmi ses sculptures, la série des Quatre Fontaines et le groupe formé par Flore, Hamadryade et Le berger flûteur tous commandés en 1707 et datés de 1709, placés initialement dans le parc de Marly, au fer à cheval, en bas de la rivière, passèrent au le Jardin des Tuileries dès 1716, et sont désormais conservés au Louvre. Depuis 2010, des moulages à la poudre de marbre occupent à Marly l'emplacement d'origine.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Paris[modifier | modifier le code]

Musée du Louvre[modifier | modifier le code]

Coysevox partage avec les frères Coustou la Cour Marly au Musée du Louvre.

Église Saint-Louis des Invalides[modifier | modifier le code]

  • Les quatre vertus : La Force, La Justice, La Tempérance, La Prudence, ainsi que Charlemagne, statues de pierre

Musée Carnavalet[modifier | modifier le code]

  • Louis XIV en empereur romain, statue, bronze, cour de l'hôtel Le Pelletier de Saint-Fargeau

Église Saint-Eustache[modifier | modifier le code]

Institut de France - Paris[modifier | modifier le code]

Versailles[modifier | modifier le code]

Châteaux de Versailles et de Trianon[modifier | modifier le code]

  • Portrait du Grand Dauphin, fils de Louis XIV - représenté en 1679, buste, marbre
  • Allégorie de la Garonne (1686), groupe, bronze, parc du château, le Parterre d'eau, bassin nord, margelle est
  • Allégorie de la Dordogne (collaboration avec Balthazar Keller) groupe, bronze, parc du château, le Parterre d'eau, bassin nord, margelle est
  • Le Vase de la Guerre (allégorie à la soumission de l'Espagne et à la défaite des Turcs en Hongrie), marbre, parc du château, terrasse, côté jardins
  • Clio écrivant l'histoire du Roi, salon de la guerre
  • Louis XIV en empereur romain vainqueur, salon de la guerre, 1715
  • Buste de Marie-Adélaïde de Savoie, appartements du Dauphin et de la Dauphine, première antichambre du Dauphin, 1710
  • Costor et Pollux, demi-lune du parterre de Latone

Musée Lambinet[modifier | modifier le code]

Parc de Sceaux[modifier | modifier le code]

  • Deux statues de fleuves à la Grande Cascade du Parc.

À Chantilly[modifier | modifier le code]

Musée Condé[modifier | modifier le code]

Au château de Bazoches[modifier | modifier le code]


Au Château fort de Sedan[modifier | modifier le code]

Église Saint-Nizier à Lyon[modifier | modifier le code]

Vierge à l'Enfant destinée dans un premier temps au coin de son immeuble d'habitation, acquise par la confrérie de Notre-Dame-de-Grâce et placée depuis 1771 dans le croisillon sud du transept de l'Église Saint-Nizier[25].

Abbaye de Royaumont[modifier | modifier le code]


Œuvres disparues[modifier | modifier le code]

Coysevox exécuta une statue équestre du roi Louis XIV pour la ville de Nantes, mais qui fut finalement installée à Rennes au centre de la place royale du Parlement de Bretagne. Les autorités firent fondre la statue pendant la Révolution pour utiliser le bronze à la fabrication de canons. Seuls les bas-reliefs du socle restent conservés ; ils retracent l'histoire de la sculpture (La Bretagne offrant à Louis XIV le projet de sa statue équestre)[26] et célèbrent La France triomphante sur la mer[27].

Références et compléments[modifier | modifier le code]

Élèves[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

Iconographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « kwazəvɔ » (dictionnaire Petit Robert 2).
  2. Fremel'huis, Éloge funèbre, 1721.
  3. « ... & on peut dire que dans ce genre, personne ne l'a surpassé. », Fremel'huis, Éloge funèbre, 1721, p. 240 ; « Avec Coysevox commence la véritable série des portraitistes en sculpture », Histoire du portrait en France, Paris, Rouquette,‎ 1880 (lire en ligne), p. 400.
  4. « Notice no 16911 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  5. « Notice no 16904 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  6. « Notice no 4391 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  7. « Notice no 4388 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  8. « Notice no 4396 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  9. « Notice no 3679 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  10. « Notice no 3681 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  11. « Notice no 3682 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  12. « Notice no 3673 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  13. « Notice no 768 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  14. « Notice no 770 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  15. « Notice no 4253 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  16. « Notice no 4181 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  17. « Notice no 4179 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  18. « Notice no 4250 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  19. « Notice no 4337 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  20. « Notice no 4334 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  21. « Notice no 4119 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  22. « Notice no 782 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  23. Dictionnaire biographique de Coysevox
  24. Fiche de la Statue Amphitrite, « Notice no 3679 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  25. Association les Amis de Saint-Nizier
  26. base Joconde
  27. Catalogue des tableaux, dessins, bas-reliefs et statues exposés dans les galeries du musée de la ville de Rennes, Rennes,‎ 1884, 5e éd. (lire en ligne), p. 98 ; Simon Thomassin (1655-1733), Statue équestre en bronze de Louis XIV érigée sur la Place Royale de Rennes, commandée le 9 juin 1686 par les États de Bretagne, exécutée par Antoine Coysevox en 1686-1693, estampe, planche 57 in Recueil de cinquante des plus belles figures antiques et modernes… de Versailles..., 1699