Le Bain turc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Bain turc
Image illustrative de l'article Le Bain turc
Artiste Jean-Auguste-Dominique Ingres
Date 1862
Type Huile sur bois
Technique Peinture à l'huile
Dimensions (H × L) 108 cm × 108 cm
Localisation Musée du Louvre, Paris()
Numéro d'inventaire RF 1934

Le Bain turc est un tableau de Jean-Auguste-Dominique Ingres conservé au Musée du louvre à Paris. Cette œuvre présente un groupe de femmes nues dans un harem.

Historique du tableau[modifier | modifier le code]

Réalisation[modifier | modifier le code]

Ébauchée vers 1852, l'œuvre est terminée à la fin de 1859, avant d'être ensuite remaniée et reconfigurée[1]. C'est un homme de 82 ans qui signe ce tableau érotique en 1862 non sans une certaine malice, puisqu'il inscrit avec fierté AETATIS LXXXII (« à l'âge de quatre-vingt-deux ans »). Quelques années plus tard — en 1867 — il déclare d'ailleurs qu'il ressent toujours « tout le feu d'un homme de trente ans »[2].

Photographie sur papier albuminé de Charles Marville datée de 1859, montrant un premier état du Bain Turc avant sa transformation en tondo.

Pour réaliser ce tableau, Ingres n'a recours à aucun modèle, mais s'inspire des nombreux croquis et tableaux qu'il a réalisés au cours de sa carrière. À l’origine le tableau était de format rectangulaire avant d'être modifié. On y retrouve des figures de baigneuses et d'odalisques qu'il dessinait ou peignait le plus souvent seules, sur un lit ou au bord d'un bassin. La figure la plus connue recopiée dans le tableau est La Baigneuse Valpinçon, qui est reprise presque à l'identique et constitue l'élément central de la composition. Deux photographies prises en 1859, une par un photographe anonyme, et l'autre par Charles Marville, montrent un état antérieur de l'œuvre avant sa transformation en tondo (forme que le peintre lui donne en 1863). On y constate plusieurs modifications, dont l'odalisque aux bras levés qui s'étire du premier plan, peinte d'après un croquis représentant la femme de l'artiste — Madeleine Chapelle (1782-1849) — réalisé en 1818, voit la position de ses bras changée [3]. Les autres corps sont juxtaposés dans différents plans, aucun regard ne se croise.

Postérité[modifier | modifier le code]

Le premier acheteur du tableau — un parent de Napoléon III — le rendit au bout de quelques jours, sa femme le trouvant « peu convenable »[4]. Il fut finalement acheté en 1865 par Khalil Bey, un ancien diplomate turc. Ce dernier l’ajouta à sa collection de peintures érotiques, qui contenait notamment L’Origine du monde de Courbet. Au début du XXe siècle, des mécènes voulurent offrir Le Bain turc au Musée du Louvre, mais le conseil du Musée refusa à deux occasions. C’est après une offre d’achat des collections nationales des musées de Munich que le Louvre l’accepta dans ses collections en 1911, grâce à un don de la société des amis du Louvre, à qui le mécène Maurice Fenaille prêta pour trois ans, sans intérêts, la somme de 150 000 Francs.

Edgar Degas demanda à ce que ce tableau soit présenté à l’exposition universelle. Il suscita par la suite des réactions contrastées : Paul Claudel alla jusqu’à le comparer à une « galette d’asticots »[4].

L'inspiration orientale[modifier | modifier le code]

En 1806, quand il part pour l'Italie, il recopie dans ses carnets un texte vantant les « bains du sérail de Mohammed ». On peut y lire une description du harem où l'on « passait dans une chambre entourée de sophas [...] et c'était là que plusieurs femmes destinées à cet emploi attendait la sultane au sortir du bain pour essuyer son beau corps et le frotter des plus douces essences ; c'est là qu'elle devait ensuite prendre un repos voluptueux »[5].

En 1825, il recopie un passage des Lettres d'Orient de Lady Mary Montagu intitulé Description du bain des femmes d'Andrinople. Cette femme de diplomate britannique avait accompagné son mari en 1716 dans l'Empire ottoman. Entre 1763 et 1857, les lettres de Lady Montagu furent rééditées huit fois en France et alimentèrent la fièvre orientaliste. « Je crois qu'il y avait en tout deux cents filles  », indique Lady Montagu dans le passage recopié par Ingres. « De belles femmes nues dans des poses diverses... les unes conversant, les autres à leur ouvrage, d'autres encore buvant du café ou dégustant un sorbet, et beaucoup étendues nonchalamment, tandis que leurs esclaves (en général de ravissantes filles de dix-sept ou dix-huit ans) s'occupaient à natter leur chevelure avec fantaisie »[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. Vincent Pomarède, Stéphane Guégan, Louis-Antoine Prat et Eric Bertin (dir.), Ingres (catalogue d'exposition), Gallimard - Musée du Louvre Editions, Paris, 2006, Notice cat. 178, p.378.
  2. D'après Rose-Marie & Rainer Hagen, Les dessous des chefs-d'œuvre TASCHEN 2000, Köln, pages 410 à 415. : Ingres cité dans Walter PACH, Ingres, New York 1973. p. 158.
  3. Cf. Vincent Pomarède, Stéphane Guégan, Louis-Antoine Prat et Eric Bertin (dir.), Ingres (catalogue d'exposition), Gallimard - Musée du Louvre Editions, Paris, 2006, p.48.
  4. a et b Anecdotes citées par Rose-Marie & Rainer Hagen, Les Dessous des chefs-d'œuvre TASCHEN 2000, Köln, pages 410 à 415. p. 415.
  5. D'après Rose-Marie & Rainer Hagen, Les dessous des chefs-d'œuvre TASCHEN 2000, Köln, pages 410 à 415. : extrait des carnets de voyage de Ingres cité dans Catalogue de l'exposition du Louvre : Le Bain turc d'Ingres, Paris 1971 pp. 4,5
  6. D'après Rose-Marie & Rainer Hagen, Les dessous des chefs-d'œuvre TASCHEN 2000, Köln, pages 410 à 415. : Lady Mary Montagu : L'islam au péril des femmes, une Anglaise en Turquie au XVIIe siècle, Paris 1981, pages 133 et suivantes

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Sous la direction de Vincent Pomarède, Stéphane Guégan, Louis-Antoine Prat et Eric Bertin, Ingres, Gallimard - Musée du Louvre Editions, Paris, 2006 (Catalogue de l'exposition Ingres présentée au musée du Louvre du 24 février au 15 mai 2006).
  • Rose-Marie & Rainer Hagen, Les dessous des chefs-d'œuvre TASCHEN 2000, Köln, pages 410 à 415.
  • Lady Mary Montagu : L'islam au péril des femmes, une Anglaise en Turquie au XVIIe siècle, Paris 1981
  • Walter PACH, Ingres, New York 1973.
  • Catalogue de l'exposition du Louvre : Le Bain turc d'Ingres, Paris 1971