Germain Pilon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pilon.

Germain Pilon

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Germain Pilon.
Estampe du graveur Léonard Gaultier, Pourtraictz de plusieurs hommes illustres qui ont flory en France depuis l'an 1500 jusques à présent.

Naissance Vers 1528
Paris
Décès 3 février 1590
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Activités Sculpteur
Mouvement artistique Renaissance artistique, Maniérisme

Germain Pilon, né vers 1528 à Paris et mort en 1590 dans la même ville, est l'un des plus importants sculpteurs de la Renaissance française. Il a été le sculpteur des tombes des rois français du XVIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gisants de Catherine de Médicis et Henri II (1583), basilique Saint-Denis

Fils du sculpteur André Pilon, il s'initie auprès de ce dernier, et vraisemblablement avec Pierre Bontemps, au modelage de la terre cuite et à la taille de pierre. Nommé contrôleur des Poinçons et Monnaies du roi, il apprend également l'art de la fonte et du ciselage du bronze. De 1558 à sa mort, il travaille pour la Cour de France, réalisant les monuments funéraires de François Ier et d'Henri II, les gisants de ce dernier et de Catherine de Médicis, ainsi que les monnaies royales, la statuaire de la chasse de Sainte Geneviève. Il est également un sculpteur apprécié de l'aristocratie française, là encore spécialisé dans l'art funéraire. Dans son atelier travaillent ses fils, ainsi que Mathieu Jacquet, lesquels assurent le succès du style de Pilon sur plusieurs décennies.

En 1558, le Roi Henri II charge l'architecte Philibert Delorme de concevoir le tombeau de François Ier à l'abbaye de Saint-Denis. L'architecte passe alors commande auprès de plusieurs sculpteurs de "génies funéraires". C'est ainsi que Germain Pilon, alors jeune, réalise une statuette en marbre blanc qui constitue son premier ouvrage connu. Ce Génie funéraire rappelle fortement la sculpture de Michel-Ange et témoigne de la virtuosité de Germain Pilon à imprimer le mouvement. Cependant elle ne sera pas utilisée pour le tombeau. Le Génie funéraire est aujourd'hui exposé au Musée national de la Renaissance d'Ecouen.

Par la suite, Germain Pilon participera à de nombreux monument royaux ou privés, avec notamment Les Trois Grâces puis, en 1565, le tombeau d'Henri II à Saint-Denis.

Ces œuvres témoignent de l'appartenance de Germain Pilon au maniérisme.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Les trois grâces (1561), Monument funéraire contenant le cœur d'Henri II, Musée du Louvre.
Christ de la Résurrection, groupe en marbre, vers 1572, musée du Louvre.

Musée du Louvre[modifier | modifier le code]

  • Monument du cœur d'Henri II (avec Dominique Florentin), 1561-1562, marbre ;
  • Ensemble ornemental destiné à la Rotonde des Valois à Saint-Denis (projetée dès 1562, commencée en 1582, restée inachevée en 1586, détruite en 1719), composé de deux pièces :
    1. Résurrection du Christ (Christ bénissant et Soldats endormis), 1583-1585, marbre ;
    2. Vierge de douleur (Pietà), 1583-85, terre cuite polychrome ;
  • Tombeau de Valentine Balbiani, épouse du chancelier René de Birague, 1572, marbre (Photo sur Wikimedia Commons ; les fragments du monument conservés au Louvre comprennent en outre deux putti);
  • Médaillon de Catherine de Médicis, vers 1575, bronze ;
  • Médaillon du chancelier René de Birague, vers 1577, bronze ;
  • Le Christ au jardin des Oliviers, saint Paul, Melchisédech, bas-relief en marbre provenant de la custode eucharistique de l'église Saint-Étienne-du-Mont, vers 1582 ;* Tombeau du chancelier René de Birague, après 1583, bronze.

Autres emplacements dans Paris[modifier | modifier le code]

Grande-Bretagne[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Geneviève Bresc-Bautier (éd.), Germain Pilon et les sculpteurs français de la Renaissance, Actes du colloque organisé par le Service culturel du musée du Louvre les 26 et 27 octobre 1990, éd. la Documentation française, Paris, 1993
  • Guy-Michel Leproux, « Un chef d'œuvre de Germain Pilon retrouvé », dans L'Estampille L'Objet d'art, 1992, p. 76-82
  • Charles Terrasse, Germain Pilon, Laurens, Paris, 1930
  • Jean Babelon, Germain Pilon, Les Beaux-Arts, Edition d'études et de documents, collection « L'Art français », 1927

Liens externes[modifier | modifier le code]