Le Pérugin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Pérugin

Description de cette image, également commentée ci-après

Autoportrait, Palazzo dei Priore, Pérouse

Nom de naissance Pietro di Cristoforo Vannucci
Naissance 1448
Città della Pieve
Décès 1523
Fontignano
Activités Peintre
Élèves Raphaël
Plaque commémorative sur sa maison natale à Città della Pieve.

Pietro di Cristoforo Vannucci, dit Le Pérugin (Il Perugino) (né v. 1448 à Città della Pieve, près de Pérouse, en Ombrie — mort en 1523 à Fontignano frazione de Pérouse), est un peintre italien de la Renaissance appartenant à l'école ombrienne, qui a été l'un des maîtres de Raphaël. Il a peint surtout des tableaux religieux, multipliant madones élégantes et anges mélancoliques sans beaucoup de variété, « travaillant dans la religion pour s’enrichir » (Élie Faure).

Biographie[modifier | modifier le code]

Né entre 1445 et 1450 dans la petite ville de Cita della Pieve en Ombrie, non loin de Pérouse, il entre en apprentissage chez un peintre de modeste renommée qui l'initie aux techniques de la fresque et du dessin.
Le Pérugin s'est formé en étudiant les œuvres de Piero della Francesca et de Verrocchio, dont il a probablement été l'élève à Florence entre 1470 et 1472, en compagnie de Léonard de Vinci[1]. Il y découvre la manière flamande du paysage et le portrait naturaliste[2].
En 1472, il quitte sin statut d'apprenti et reçoit ses premières commandes des religieuses du couvent San martino, des camaldules pour lesquelles il réalise un Saint jérôme. Il travailla principalement en Ombrie, à Florence et à Rome, mais également à Lucques, Bologne, Venise, Crémone, Ferrare et Milan.

Parmi ses œuvres de jeunesse on distingue les Scènes de la vie de saint Bernard (1473), L'Adoration des Mages (1476) et différentes Vierges dispersées dans de nombreux musées d'Europe qui ont longtemps été attribuées à Verrocchio. Dans toutes ces œuvres se dégage un mélange des influences de ses deux maîtres. Un Portrait d'un jeune homme daté de 1475 a jusqu'en 2004 été attribué à Francesco Botticini.

Il travaille à Rome à partir de 1478. Entre 1480 et 1482, il contribue aux fresques de la Chapelle Sixtine avec d'autres grands maîtres de l'époque. Le Pérugin y peint trois scènes, dont deux en collaboration avec Pinturicchio (le Baptême du Christ et Moïse voyageant en Égypte). S'affranchissant peu à peu de l'exemple de Piero della Francesca, il privilégie dans ses compositions la clarté, l'équilibre et le classicisme des formes.

Dans les œuvres du Pérugin, comme dans celles du Pinturicchio, ou du jeune Raphaël qui a été son élève (qui l'avait lui-même choisi pour maître), le paysage n'est pas considéré comme un simple élément décoratif à l'arrière-plan du tableau. Un dialogue doit s'établir entre le paysage et les figures du premier plan, visant à inscrire celles-ci dans un vaste espace, selon des rapports harmonieux. Cette interprétation a pour effet de permettre au peintre de trouver dans son tableau un équilibre parfait entre l'évocation du réel et la construction mentale.

En 1485, Pietro Vanucci est nommé citoyen d'honneur de Pérouse, ce qui lui vaut son surnom de « Pérugin ».

Lorsque sa réputation est établie, son activité devient débordante. Il ouvre deux ateliers – l'un à Pérouse, l'autre à Florence – pour faire face aux nombreuses commandes qui lui sont confiées. À ce moment son œuvre atteint la plus grande maturité, avec de larges compositions intégrées dans de vastes espaces ouverts. Ses productions se multiplient, mais perdent parfois en qualité, lorsqu’il n’a plus le temps d’en assurer en partie la réalisation. Il demeure malgré tout le meilleur peintre de l'Italie de son temps comme le note Agostino Chigi, en 1500 : « Perugino [...] è il meglio mastro d’Italia ».

Tombe de l'artiste à Fontignano
Le Mariage de la Vierge, entre 1500 et 1504, musée des Beaux-Arts de Caen.
  • Entre 1494 et 1495 il réalise une Pietà et la fresque de la Crucifixion de l’église S. Maria Maddalena de Pazzi.
  • Entre fin 1495 et 1496, sur commande des décemvirs de Pérouse, il réalise pour la chapelle du Palazzo pubblico, un retable (actuellement dissocié, une partie étant conservée à Pérouse, l'autre au Vatican, représentant la Vierge avec sur ses genoux l'Enfant-Jésus, entourés de saint Laurent, saint Ludovic de Toulouse, puis saint Herculan et saint Constant, protecteurs de la ville.
  • De 1496 à 1499, il réalise, sur commande des moines bénédictins, un polyptyque pour le maître-autel de l'église Saint-Pierre à Pérouse qui fut démonté à la fin du XVIe siècle lors de la rénovation de l'église. Le panneau central représentait l'Ascension avec les douze Apôtres, la Vierge et des anges ; au-dessus, Dieu en majesté. Sur la prédelle figuraient : l'Adoration des Mages, le Baptême du Christ, la Résurrection et deux panneaux montrant les Saints protecteurs de Pérouse. Enfin, en bas des colonnes, de part et d'autre de l'Ascension, six panneaux représentent des Saints bénédictins.
  • Entre 1500 et 1504 il réalise le Mariage de la Vierge et la Résurrection. C’est de ces années que date son amitié avec le jeune peintre Raphaël, qui vint auprès de lui se former à la technique picturale.
  • En 1502, Le Pérugin reçoit une commande d'un retable pour le chapitre des Augustins de Pérouse, mais la réalisation en fut retardée jusqu’en 1512 et l’œuvre devait rester inachevée à la mort de l’artiste. Le retable a été démembré en 1683. Un fragment représentant Saint Jean l'Évangéliste et saint Augustin se trouve au musée des Augustins de Toulouse. Les autres fragments sont dispersés entre Pérouse, le Louvre, l’Alabama, Lyon et Grenoble.

Dans les dernières années de sa vie, il travaille intensément pour les principales églises d’Ombrie et de Toscane. Isabelle d'Este lui commande en 1503 Le Combat de l'Amour et de la Chasteté (Lotta tra Amore e Castità), pour son studiolo du palais ducal de Mantoue (aujourd'hui au musée du Louvre). En 1508, le pape Jules II lui confie la décoration de la voûte de la chambre de l'Incendie du Borgo (Stanza dell'Incendio del Borgo) au Vatican. À partir de cette date, il travaille à Pérouse et dans ses environs, et on constate un certain appauvrissement du style et une répétition de ses plus grandes compositions. Il y continue à former ses élèves aux méthodes qui lui assurèrent pendnat plus de trente ans la reconnaissance de ses contemporains.

La dernière production du Pérugin est surtout liée aux fresques à thème religieux qu'il a réalisées dans les petites localités de l'Ombrie : La Pietà (Spello), L'Adoration des bergers (Trevi), dont la Vierge a été reproduite dans la Vierge trônant (Spello) et la Vierge à l'Enfant de l'oratoire de l'Annunziata à Fontignano, près de Pérouse, où il a réalisé ses dernières œuvres.

Le Pérugin est mort de la peste tandis qu'il travaillait à ces réalisations ; il a été d'abord enseveli juste en dehors de la localité[3]. Actuellement sa dépouille est conservée dans l'oratoire de l'Annunziata à Fontignano.

À Assise, dans la basilique Sainte-Marie-des-Anges construite au XVIe siècle englobant la chapelle de la Portioncule (une petite chapelle, déjà en place au VIe siècle, où en 1208, saint François fonda son ordre), une nouvelle œuvre jusqu'alors inconnue a été découverte, lors des travaux de restauration de cette chapelle. Il s'agit d'une fresque représentant une Crucifixion, qui a été attribuée au Pérugin. Elle aurait été peinte en 1486, année où Pietro Vanucci est venu à Assise en août, comme en atteste des archives.

Le Pérugin a fortement influencé Fiorenzo di Lorenzo ainsi que, dans son début, Raphaël qui l'avait choisi comme maître lui-même.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste d'œuvres du Pérugin.
Adoration des mages, Galerie nationale de l'Ombrie, Pérouse.
Remise des clefs à saint Pierre (1481)
Fresque, 335 × 550 cm, chapelle Sixtine, Rome.

Città della Pieve[modifier | modifier le code]

  • Adoration des mages (1504), fresque, 700 × 650 cm, Oratoire de Santa Maria dei Bianchi, Città della Pieve
  • Baptême du Christ dans la cathédrale Santi Gervasio e Protasio (et, à proximité, copie de son autoportrait)
  • Madonna in Gloria e Santi Gervasio, Protasio, Pietro et Paolo dans la cathédrale Santi Gervasio e Protasio
  • Déposition de la Croix dans l’église Santa Maria dei Servi
  • S.Antonio Abate tra i SS. Marcello e Paolo Eremita dans l’église Saint-Pierre

Pérouse[modifier | modifier le code]

Œuvres à la Galerie nationale de l'Ombrie :
  • L'Adoration des mages, 1470-1473 ou 1476 (comprenant son autoportrait)
  • Saint Bernardin guérissant un épileptique, 1473, 76 × 56 7 cm
  • Apparition de la vierge à saint Bernard, 1488-1489[4]
  • Madone de la Confrérie de la Consolation (1496-1498 env.), huile sur bois, 104 × 146 cm
  • Madonna della Cucina (1515 env.)
  • San Giovanni Battista tra i santi Francesco, Gerolamo, Sebastiano e Antonio di Padova (1500-1510 env.)
  • Saint Jérôme pénitent (après 1512, huile sur toile, 107 × 130 cm
  • Adorazione dei pastori (1502 env.)
  • Pala opistografa di Monteripido (1502-1504 env.), huile sur bois :
    • Recto, Crucifixion, 240 × 180 cm
    • Verso, Couronnement de la Vierge, 240 × 180 cm
  • Retable de saint Augustin (1512 env.)[5]
    • Baptême du Christ, 261 × 146 cm[2]
    • l'Archange Gabriel, huile sur bois, Rond 102 cm. Les autres fragments sont dispersés entre Toulouse, le Louvre, l’Alabama, Lyon et Grenoble
  • Cimasa della pala dei Decemviri (1495-1496 env.)
  • Pala Tezi (1496-98 env.)
  • Gonfalone della Giustizia (1496)
au Collegio del Cambio, 1497, fresques :
  • Autoportrait (1500 env.), 40 × 30,5 cm, détail d'un pilastre[6]
  • Cycle allégorique de la Sala delle Udienze : Le Courage et la Tempérance avec six héros antiques[2]

Rome[modifier | modifier le code]

Pinacothèque des musées du Vatican :
  • Vierge à l'Enfant et les saint Laurent, Ludovic de Toulouse, Herculanus et Constant (dit « Retable des Decemviri »), (1495-1496), peinture grasse à tempera sur bois de 193 × 165 cm
Chapelle Sixtine :
  • Le Voyage de Moïse en Egypte
  • Remise des clefs à saint Pierre
  • Baptême du Christ[7]

Florence[8][modifier | modifier le code]

Au Musée des Offices 
  • Prédelle du retable de l'Assomption qui se trouve à la Galeria dell'Academia:
    • Portrait de don Biagio Milanesi, 28 5 × 26 5 cm
    • Portrait du vallombrosien Baldassare, 26 × 27 cm
  • La Vierge à l'enfant avec saint Jean-Baptiste et saint Sébastien, 1493, huile sur bois, 178 × 164 cm. retable conçu pour la chapelle que le Vénitien Cornelia di Giovanni Martini fit bâtir en 1488 au Couvent San Domenico (Fiesole).
  • Portrait de Francesco delle Opere, 1494, huile sur bois, 47 × 41 cm
  • Pietà, huile sur bois, 168 × 176 cm, exécutée pour l'un des autels de l'église des frères jésuites (San Giusto alle Mura) . Elle avait pour pendant Le Christ au jardin des oliviers, lui aussi aux Offices.
  • Marie-Madeleine, dernières années du XVe siècle, huile sur bois, 47 × 34 cm
  • Portrait de jeune garçon, 1495, Huile sur bois, 37 × 26 cm

Naples[modifier | modifier le code]

Autres villes italiennes[modifier | modifier le code]

Fano (Marches), Eglise de Santa Maria Nuova : L'Annonciation, 1497, 25 × 30 cm[2] Panicale, Eglise de Saint Sébastien : Le Martyre de saint Sébastien, avt 1500, fresque, 469 × 471 cm[2]

En France[modifier | modifier le code]

L'Ascension du Christ en présence de la Vierge et des apôtres surmontée du Père éternel, (1495-1498), musée des beaux-arts de Lyon.
Au musée du Louvre à Paris :
  • Le Combat de l'Amour et de la Chasteté
  • Apollon et Marsyas (ou Apollon et Daphnis) (1483)
  • Saint Sébastien
  • La Vierge et l'Enfant entre saint Jean-Baptiste et sainte Catherine d'Alexandrie, v. 1500, huile sur bois, 81 × 63 cm
Au musée des beaux-arts de Bordeaux :
  • Vierge à l'Enfant sur le trône entre saint Jérôme, saint Augustin, quatre anges et deux chérubins
Au musée des beaux-arts de Caen :
Au musée de Grenoble :
  • Saint Sébastien et sainte Irène
Au musée des beaux-arts de Lyon :
Au musée des beaux-arts de Marseille :
  • La Famille de la Vierge (1500-1502), tempera sur bois, 296 × 259 cm.
Au musée des beaux-arts de Nancy :
  • La Vierge, l'Enfant Jésus et saint Jean
Au musée des beaux-arts de Nantes :
  • Le Prophète Jérémie
  • Le Prophète Isaïe
  • Saint Sébastien et un saint franciscain
Au musée des beaux-arts de Rouen :
Au musée des Augustins de Toulouse :

En Grande-Bretagne[modifier | modifier le code]

  • Londres, National gallery : Polyptyque de la chartreuse de Pavie, 1499, huile sur bois, 114 × 113 cm
    • Vierge à l'Enfant en adoration, avec un ange, surmontés de trois anges
    • à gauche : L'Archange Michel
    • à droite : L'Archange Raphaël accompagné de Tobie
  • Liverpool : La Naissance de la Vierge[14], autrefois appelée La Naissance de saint Jean-Baptiste, serait un panneau de la prédelle du Retable de la Vierge avec saint Jean et saint Donat, commandé à Verrocchio vers 1474-1486 pour le Dôme de Pistoia, conservé à la Walker Art gallery de Liverpool[15].

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Art Institute of Chicago :
  • La Lamentation au pied de la Croix, huile sur bois, (v. 1500).
  • L'Adoration de l'Enfant Jésus (Scènes de la vie du Christ), tempera sur bois, (entre 1500 et 1505)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le chevalier de Jaucourt, dans le paragraphe qu'il consacre au Pérugin dans l’Encyclopédie de Diderot et d'Alembert écrit à ce propos : « Le Pérugin, après avoir étudié le dessin, se rendit à Florence où il prit des leçons avec Léonard de Vinci, d'André Verrochio, qui florissait alors dans cette ville. »
  2. a, b, c, d et e Christophe Castandet, « Le divin Pérugin », Connaissance des Arts, no 613,‎ février 2004
  3. Garibaldi, cit., p. 162.
  4. Grégoire Alessandrini, « Guide des Expositions », Muséart, no 78,‎ janvier 1998, p.52
  5. Reconstitution numérique in Quattrocento, Italie 1530-1523, Peintures et sculptures du musée des Beaux-Arts de Lyon, catalogue d’exposition, Lyon, musée des Beaux-Arts, 1987-88, illus. 38.
  6. Stefano Zuffi, Le Portrait, Gallimard,‎ 2001 (ISBN 2-07-011700-6), p.41
  7. Roberta Belli, Chapelle Sixtine : Une Visite en images, Edizioni Musei Vaticani,‎ 2002 (ISBN 88-87654-30-1), p. 6-18-26
  8. Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti : La Peinture à Florence, Editions Place des Victoires,‎ 2000 (ISBN 2-84459-006-3), p. 130
  9. Anne-Cécile Tréglos, « galeries », Connaissance des Arts, no 146,‎ octobre 2005, p.146
  10. Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti : La Peinture à Florence, Editions Place des Victoires,‎ 2000 (ISBN 2-84459-006-3), p. 133
  11. Le guide Baedeker d'Italie méridionale (1896)
  12. Notice sur l'œuvre
  13. Reconstitution numérique in Quattrocento, Italie 1530-1523, Peintures et sculptures du musée des Beaux-Arts de Lyon, catalogue d’exposition, Lyon, musée des Beaux-Arts, 1987-88, illus. 38.
  14. Naissance de la Vierge, Liverpool
  15. Vincent Pomarède, 1001 peintures au Louvre : De l’Antiquité au XIXème siècle, Musée du Louvre Editions,‎ 2005 (ISBN 2-35031-032-9), p.268

Sources[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Le Pérugin » 5:329 in Encyclopédie, ou Dictionnaire Raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers de Diderot et D'Alembert
  • Charles Paul Landon, Le Pérugin in les Annales du musée et de l'école moderne des beaux-arts, p. 115, 1805
  • Abbé Broussolle, La jeunesse du Pérugin et les origines de l'Ecole Ombrienne, Paris, Oudin, 1901
  • Fiorenzo Canuti, Il Perugino, Editrice d'arte La Diana, Siena / Editoriale Umbra Foligno, Pérouse 1983.
  • Anna Forlani Tempesti, La renaissance italienne. Léonard de Vinci - Le Pérugin - Lucas Signorelli - Michel-Ange - Raphaël, Paris Editions Princesse, 1976
  • Jean Alazard, Pérugin - Biographie Critique, Henry Laurens, Paris,1927
  • Quattrocento, Italie 1530-1523, Peintures et sculptures du musée des Beaux-Arts de Lyon, catalogue d’exposition, Lyon, musée des Beaux-Arts, 1987-1988, (reconstitution du polyptyque Sant'Agostino).
  • Vittoria Garibaldi, Perugino, in Pittori del Rinascimento, Scala, Florence, 2004 (ISBN 88-8117-099-X)
  • Pierluigi De Vecchi et Elda Cerchiari, I tempi dell'arte, volume 2, Bompiani, Milan, 1999. (ISBN 88-451-7212-0)
  • Stefano Zuffi, Il Quattrocento, Electa, Milan, 2004. (ISBN 88-370-2315-4)
  • Baldassarre Orsini, Vita, elogio e memorie dell' egregio pittore Pietro Perugino e degli scolari ..., Stamperia Badueliana, Pérouse, 1804, Books.google

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Giorgio Vasari le cite et décrit sa biographie dans Le Vite :
Page ?? - édition 1568
080 le vite, pietro perugino.jpg

Liens externes[modifier | modifier le code]