Pierre Gouthière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pierre Gouthière

Naissance 1732
Bar-sur-Aube
Décès 1813
Paris
Nationalité française
Profession ciseleur-doreur aux Menus-Plaisirs du roi

Pierre Gouthière (1732-1813) est un ciseleur-doreur français du XVIIIe siècle. Il est l'un plus grands bronziers français, son habileté extrême a donné naissance à des grands chefs-d'oeuvre des arts décoratifs du règne de Louis XVI.


Biographie[modifier | modifier le code]

P. Gouthière, brûle-parfum en forme de cassolette de jaspe rouge et bronze doré, v. 1774-1775, Wallace Collection (F292)

Pierre Gouthière est né en 1732 à Bar-sur-Aube, son père est sellier[1]. Il est l'élève de François Ceriset dont il épouse la veuve et reprend l'atelier en 1758. Grâce à la protection du duc d'Aumont, pour lequel il crée par ailleurs de nombreux objets, il entre dans l'administration des Menus-Plaisirs du roi.

Il est l'inventeur de la dorure au mat. Ses œuvres à la ciselure délicate, commandées tant par la reine Marie-Antoinette que par les plus grands collectionneurs d'objets d'art français de la fin du XVIIIe siècle (Madame Du Barry, le comte d'Artois, le duc d'Aumont, etc...), lui acquièrent une très grande renommée, ce qui ne l'empêcha pas de mourir dans la misère. De son oeuvre important ne subsiste de nos jours que quelques exemples rares, dont certains conservés au département des Objets d'art du musée du Louvre ou à la Wallace Collection de Londres, la majorité ayant été détruit ou perdu.

Il a formé dans son atelier le bronzier Pierre-Philippe Thomire.

En 1780, il se fait construire à Paris l'hôtel particulier qui porte son nom et que, ruiné, il doit revendre en 1788 au notaire Hercule Arnoult[2]. L'hôtel Gouthière est devenu le conservatoire Hector-Berlioz au no 6 de la rue Pierre-Bullet. Il fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques[3]

Hommages[modifier | modifier le code]

Il existe aujourd'hui une rue Gouthière à Paris.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robiquet 1921
  2. Aude Henry-Gobet, Le 10e Arrondissement : Itinéraires d'histoire et d'architecture, Paris, Action artistique de la ville de Paris, coll. « Paris en 80 quartiers »,‎ 2000, 142 p. (ISBN 2-913246-10-9 et 978-2-913246-10-2, liens OCLC? et notice BnF?), p. 118
  3. « Hôtel Gouthière », base Mérimée, ministère français de la Culture

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J.-Ch. Davillier, Le cabinet du duc d'Aumont, et les amateurs de son temps : catalogue de sa vente, avec les prix, les noms des acquéreurs, et 32 planches d'après Gouthière, Paris : A. Aubry, 1870.
  • J. Robiquet, Gouthière, sa vie, son oeuvre : essai de catalogue raisonné, Paris : Renouard, H. Laurens, 1912
  • J. Robiquet, Vie et Oeuvre de Pierre Gouthière, Paris, Société de propagation des livres d'Art,‎ 1921
  • P. Verlet, Les bronzes dorés français du XVIIIe siècle, Paris : Picard, 1987. Rééd. 1999, 2003.
  • P. Lemonnier, "Une exceptionnelle collection de vases montées", L'Estampille/L'Objet d'art, n° 244, 1991, p. 38-49
  • G. Mabille, "Les bras de lumière en bronze doré et patiné de la duchesse de Mazarin par Pierre Gouthière (1732-1813)", Revue du Louvre et des Musées de France, vol. 53, n° 2, 2003, p. 18-21.

Liens externes[modifier | modifier le code]