Henri de Régnier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Régnier.

Henri de Régnier

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Henri de Régnier en 1917.

Nom de naissance Henri-François-Joseph de Régnier
Activités Écrivain, Poète, Romancier
Naissance 28 décembre 1864
Honfleur, Drapeau de la France France
Décès 23 mai 1936 (à 71 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Langue d'écriture Français
Mouvement Symbolisme
Distinctions Membre de l'Académie française

Henri-François-Joseph de Régnier, né à Honfleur (Calvados) le 28 décembre 1864 et mort à Paris le 23 mai 1936, est un écrivain, romancier et poète français, proche du symbolisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille aristocratique de Normandie, Henri de Régnier, après avoir fréquenté le collège Stanislas, fit son droit dans la perspective d’entrer dans la diplomatie. Mais, rapidement, il préféra se consacrer aux lettres. À partir de 1885, il commença de publier des vers, en France et en Belgique, dans des revues symbolistes, en particulier dans la revue Lutèce.

Admirateur de Mallarmé, aux « mardis » duquel il assistait régulièrement dans sa jeunesse, il avait été d’abord influencé par Leconte de Lisle et surtout par José-Maria de Heredia dont il épousa, en 1895[1], l’une des filles, Marie, poète elle-même sous le pseudonyme de Gérard d'Houville. Ce mariage ne fut pas heureux : à partir de la fin de l'année 1897, Marie entretint une relation presque stable avec un de ses meilleurs amis, le poète et romancier Pierre Louÿs. L'enfant qu'elle conçut à cette période et qui naquit le 8 septembre 1898, fut baptisé Pierre de Régnier (dit Tigre). Il est de Pierre Louÿs, d'après Jean-Paul Goujon, le biographe de Louÿs. Ce dernier en sera d'ailleurs le parrain officiel.

Dès son premier recueil, Poèmes anciens et romanesques (1889), il acquit la notoriété. Ses nombreux volumes de poésie – Tel qu’en songe (1892), Aréthuse (1895), Les Jeux rustiques et divins (1897), Les Médailles d’argile (1900), La Cité des eaux (1902), La Sandale ailée (1905), Le Miroir des heures (1910) – demeurent fidèles à l'idéal classique avec toujours plus de liberté dans la forme, entre Verlaine et Valéry, à la rencontre entre le Parnasse et le Symbolisme. Sa poésie révèle l'influence de Jean Moréas, Gustave Kahn et Stéphane Mallarmé, et surtout celle de son beau-père, José-Maria de Heredia.

Il écrivit également des contes (Contes à soi même (1893) et des romans : son œuvre la plus connue, La Double maîtresse (1900), est un roman freudien avant l’heure ; il faut citer aussi Le Bon plaisir (1902), Le Mariage de minuit (1903), Les Vacances d’un jeune homme sage (1903), Les Rencontres de M. de Bréot (1904), Le Passé vivant (1905), La Peur de l’amour (1907), La Flambée (1909), La Pécheresse (1920), L’Escapade (1925), etc. Henri de Régnier avait une prédilection pour le XVIIIe siècle où il puisait volontiers ses sujets, parfois scabreux, et dont même il pastichait le style.

Critique littéraire également, il tint longtemps le feuilleton littéraire du Figaro. Il fréquentait les salons de la haute société parisienne, notamment celui de la comtesse de Fitz-James ou de Madeleine Lemaire.

L’élection d’Henri de Régnier à l’Académie française[modifier | modifier le code]

Portrait de Henri de Régnier
par Félix Valloton
paru dans Le Livre des masques
de Remy de Gourmont (1898).

En mars 1908, Henri de Régnier se présenta une première fois à l’Académie française, au fauteuil d’André Theuriet, mais c’est Jean Richepin qui enleva le siège, et l’on raconte que, rentré chez lui, le poète se laissa tomber dans un fauteuil en murmurant « José Maria ! » Il fut enfin élu, par dix-huit voix, le 9 février 1911, contre Pierre de Nolhac, au fauteuil d’Eugène-Melchior de Vogüé. C’est le comte Albert de Mun qui le reçut, le 18 janvier 1912. Le discours par lequel il s’acquitta de cette tâche, et qu’il prononça contre tous les usages, debout, prit les apparences d’un éreintement. Parlant des romans de Régnier, il déclara : « Je les ai lus, ces romans, je les ai tous lus et jusqu’au bout, car j’ai été capitaine de cuirassiers. Mais pour parler davantage, entre les graves images qui gardent notre Coupole, des aventures de vos Amants singuliers, des Rencontres de M. de Bréot et des Tentations de M. Nicolas de Galandot, convenez monsieur que je ne suis plus assez cuirassier... » Si les pointes à l’endroit du récipiendaire sont de coutume dans les réceptions académiques, on n’avait pas entendu de critique aussi ferme d’un nouvel élu depuis l’entrée d’Alfred de Vigny. Henri de Régnier devait recevoir à son tour Pierre de La Gorce en 1917, René Boylesve en 1919, Henry Bordeaux en 1920 et Pierre Benoit en 1932.

L'élection de Henri de Régnier à l'Académie vue par Remy de Gourmont[modifier | modifier le code]

« 1er mars 1911

Henri de Régnier. — Puisque l'Académie française vit, il est préférable qu'elle ne se déshonore pas tous les jours et même parfois se hausse à quelque gloire. Le plus fâcheux pour elle est de faire de mauvais choix littéraires, de confondre avec un écrivain tel pauvre incontinent, qui n'a pu s'empêcher de rédiger un tas de choses en prose ou en vers en roman ou en dialogue. On lui passe au contraire très volontiers, comme bien dans sa tradition l'acquisition, pour la couleur, d'un cardinal ou d'un monsignor, pour la dorure, d'un général. Il est trop rare (ce n'est peut-être pas tout à fait de sa faute) qu'elle accueille un véritable écrivain pour qu'on ne lui en fasse pas son compliment. Je ne veux nommer personne, mais l'élection de Henri de Régnier, si elle ne les fait pas oublier, atténue quelques scandales récents et pourrait bien rallier à l'Académie certaines opinions désespérées. Elle est significative. Le Parnasse n'entra que tard à l'Académie, quand il n'était plus, avec Heredia. Ni Banville, ni Gautier n'y pénétrèrent, et Coppée, homme charmant, ne le représentait pas. Le symbolisme, au contraire, s'y avance presque du premier coup et avec lui toute la rénovation du vers français, la liberté du verbe et de la pensée, la tradition la plus ancienne et la tradition la plus récente. Ses contemporains, comme ses disciples, et tous ceux qui se sentent poètes toujours ou parfois sauront gré à Henri de Régnier de cette victoire. »

— Remy de Gourmont, Épilogues (volume complémentaire), Mercure de France, 1913

Jugements[modifier | modifier le code]

« Les vers faibles, sans rythme ou sans couleur, sont extrêmement rares dans son œuvre; sa poésie, aux mouvements bien réglés, s'enroule d'un pas hiératique et mesuré autour d'une idée ou d'un sentiment, comme une procession autour d'une basilique. Et ce sont des lumières, des orfèvreries, des soies qui éclatent ou luisent, cependant qu'un chant profond assure la régularité des gestes et qu'une pensée divine pacifie les visages...
S'il n'est pas le plus « poète » de nos poètes, il est le plus parfait, celui qui représente le mieux à cette heure [1901] la tradition du vers français considéré comme la mesure du goût esthétique, de notre sensibilité verbale. »

— Remy de Gourmont, Promenades littéraires (Première série)

Le Voyageur[modifier | modifier le code]

Autographe paru dans La Plume en 1904. Le poème fait partie du recueil Aréthuse publié en 1895.

Henri de Régnier - Aréthuse.jpg

Œuvres[modifier | modifier le code]

Lettre de Henri de Régnier
Plaque commémorative apposée sur le domicile parisien de Henri de Régnier et de Marie de Heredia au no 24 de la rue Boissière.
  • Lendemains, poésie. Paris, Vanier, 1885.
  • Apaisement, poésie. Paris, Vanier, 1886, in-12.
  • Sites, poèmes. Paris, Vanier, 1887, in-8.
  • Épisodes, poèmes. Paris, Vanier, 1888.
  • Poèmes anciens et romanesques, 1887-1889. Paris, Librairie de l'Art Indépendant, 1890.
  • Épisodes, Sites et Sonnets, poèmes. Paris, Vanier, 1891, in-12.
  • Tel qu'en songe, poèmes. Paris, Librairie de l'Art Indépendant, 1892.
  • Contes à soi-même, prose. Paris, Librairie de l'Art Indépendant, 1894.
  • Le Bosquet de Psyché, prose. Bruxelles, Lacomblez, 1894, petit in-12 (250 ex. numérotés) disponible sur Gallica.
  • Le Trèfle noir, prose. Paris, Soc. du Mercure de France, 1895, in-18.
  • Aréthuse, poèmes. Paris, Librairie de l'Art Indépendant, 1895, in-8. Texte en ligne
  • Poèmes, 1887-1892 (Poèmes anciens et romanesques. Tel qu'en songe). Paris, Soc. du Mercure de France, 1895. Texte en ligne
  • Les Jeux rustiques et divins (Aréthuse. Les Roseaux de la flûte. Inscriptions pour les Treize Portes de la Ville. La Corbeille des Heures. Poèmes divers), Paris, Soc. du Mercure de France, 1897, in-12. Texte en ligne
  • La Canne de Jaspe (M. d'Amercœur. Le Trèfle noir. Contes à soi-même), contes. Paris, Soc. du Mercure de France, 1897.
  • Premiers poèmes (Les Lendemains. Apaisement. Sites. Episodes. Sonnets. Poésies diverses). Paris, Soc. du Mercure de France, 1899. Texte en ligne
  • Le Trèfle blanc, prose. Paris, Soc. du Mercure de France, 1899. Texte en ligne
  • La Double Maîtresse, roman. Paris, Soc. du Mercure de France, 1900. Texte en ligne
  • Les Médailles d'Argile, poèmes. Paris, Soc. du Mercure de France,1900. Texte en ligne
  • Les Amants singuliers (1901)
  • Figures et caractères (1901) Texte en ligne
  • Le Bon Plaisir (1902)
  • La Cité des eaux (poésie) (1902) Texte en ligne
  • Les Vacances d'un jeune homme sage (roman) (1903) Texte en ligne
  • Le Mariage de minuit (1903)
  • Les Rencontres de M. de Bréot (1904)
  • Le Passé vivant (roman) (1905) Texte en ligne
  • La Sandale ailée, 1903-1905 (poésie) (1906)
  • L'Amour et le Plaisir (1906)
  • Esquisses vénitiennes (1906)
  • Sujets et paysages (1906)
  • La Peur de l'amour (1907)
  • Couleur du temps (1909)
  • La Flambée (1909)
  • Le Miroir des heures (poésie) (1910)
  • Contes de France et d'Italie (1912)
  • L'Amphisbène (roman) (1912) Texte en ligne
  • Portraits et souvenirs (1913)
  • Le Plateau de laque (1913) Texte en ligne
  • Romaine Mirmault (roman) (1914) Texte en ligne
  • L'Illusion héroïque de Tito Bassi (roman) (1916) Texte en ligne
  • 1914-1916, poésies (1918)
  • Histoires incertaines (1919)
  • La Pécheresse (histoire d'amour) (1920)
  • Vestigia flammae (poésie) (1921)
  • Les Bonheurs perdus (1924) Texte en ligne
  • Le Divertissement provincial. L'entrevue. Proses datées. Baudelaire et les Fleurs du mal (1925) Texte en ligne
  • Paray-le-Monial (1926)
  • Contes pour chacun de nous (1926)
  • L'Escapade (1926)
  • Monsieur d'Armercœur (1927)
  • Le Miracle du fil (sonnets) (1927) Texte en ligne
  • Le Pavillon fermé (1927)
  • Contes vénitiens (1927)
  • L'Altana ou la vie vénitienne (1899-1924), 2 vol. (1928) Texte en ligne 1 2
  • Flamma tenax, 1922-1928, poèmes (1928)
  • Lui, ou les Femmes et l'Amour (1928) Texte en ligne
  • Le Vrai Bonheur ou les amants de Stresa (1929)
  • Le Voyage d'amour ou l'initiation vénitienne (1930)
  • Nos Rencontres. Escales en Méditerranée (1930) Texte en ligne
  • Choix de poèmes (1931)
  • Airs pour l'écho (poésie) (1933)
  • Lettres diverses et curieuses, écrites par plusieurs à l'un d'entre eux (1933)
  • De mon temps (1933)
  • Histoire des Décorations Françaises (1933) publié sous la direction et avec une préface de Henri de Régnier, par A. Anchel et P.-F. Caillé; Paris, Javal et Bourdeaux, 1933 ; frontispice de Auguste Leroux ;
  • Le Paradis retrouvé, contes choisis (posthume) (1937)
  • Images vénitiennes (s. d.) Texte en ligne
  • Réveil d'été

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]