Milan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Milan (homonymie) et Milano (homonymie).
Milan
Blason de Milan
Héraldique
Drapeau de Milan
Drapeau
Image illustrative de l'article Milan
Noms
Nom italien Milano
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Lombardy.svg Lombardie 
Province Milan 
Maire Giuliano Pisapia (SEL)
2011/2016
Code postal 20100
Code ISTAT 015146
Code cadastral F205
Préfixe tel. 02
Démographie
Gentilé Milanesi ou Meneghini, en français les Milanais
Population 1 320 982 hab. (31-01-2014)
Densité 7 258 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 28′ 00″ N 9° 10′ 00″ E / 45.4666, 9.1666 ()45° 28′ 00″ Nord 9° 10′ 00″ Est / 45.4666, 9.1666 ()  
Altitude Min. 120 m – Max. 120 m
Superficie 18 200 ha = 182 km2
Divers
Saint patron Saint Ambroise
Fête patronale 7 décembre
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lombardie

Voir sur la carte administrative de Lombardie
City locator 14.svg
Milan

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Milan

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Milan
Liens
Site web http://www.comune.milano.it/

Milan (en italien Milano, du latin Mediolanum, en lombard Milàn) est une ville d'Italie située dans le nord de la péninsule. Capitale de la région de Lombardie, au centre de la plaine du Pô, Milan compte approximativement 1 321 000 habitants, ce qui en fait la seconde ville d'Italie en nombre d'habitants, mais représente, avec son agglomération, la plus grande aire urbaine du pays. Avec ses 7 123 563 d'habitants en 2009, l'aire urbaine de Milan est la quatrième d'Europe, après celles de Moscou, de Paris et de Londres.

Milan est considérée comme le cœur économique de l'Italie et l'un des centres névralgiques de la mode planétaire. Centre industriel, commercial, financier et universitaire, elle est le siège de la Bourse italienne et représente un grand pôle d'attraction pour les sièges administratifs de diverses multinationales. Ainsi, Milan est une ville mondiale alpha. Milan possède aussi une attraction touristique très importante en Italie et en Europe, avec près de deux millions de touristes chaque année[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La ville est implantée dans une zone de plaine, dans la partie occidentale de la Lombardie. Elle est située en plein milieu d'une zone marécageuse (la « Bassa ») et est installée sur une avancée de terre sèche. La métropole est irriguée par de petites rivières en partie souterraines, le Lambro, l'Olona, le Seveso, et par plusieurs canaux, Naviglio Grande, Naviglio Pavese, Martesana. Elle se trouve à 25 km à l'est du Tessin (Ticino), à 25 km à l'ouest de l'Adda, à 35 km au nord du et à 50 km au sud du lac de Côme et de la frontière suisse.

Plusieurs géographes ont calculé le barycentre exact de la ville, celui-ci se trouvant sur la Via San Siro au numéro 33, rue située proche du métro d'Amendola Fiera.

Milan est au carrefour de plusieurs voies de communication d'importance régionale, nationale et internationale : elle est reliée à Turin, à Gênes, à l'axe de l'Émilie-Romagne (l'ancienne voie romaine Via Emilia), à l'axe Brescia-Vénétie, à Bergame et aux vallées orobiques, aux traversées alpines de la Valteline (Val Venosta, Engadine et haute vallée du Rhin), au Tessin et au Grisons (cols du San Bernardino, du Lukmanier et du Saint-Gothard), en Vallée d'Aoste et en Valais (cols du Grand-Saint-Bernard et du Simplon). Cette position, associée à la fertilité de son territoire, est le principal facteur qui explique son histoire et son rôle tant à l'égard de la nation italienne que des pays transalpins.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Milan est subtropical humide, avec des étés chauds et humides et des hivers froids et potentiellement neigeux. D'épaisses couches de brouillard peuvent recouvrir la ville et ses alentours. La pluie est présente toute l'année mais est particulièrement marquée lors des orages d'été, ainsi que lors de perturbations d'origine méditerranéenne en automne.

Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −2 0 3 7 11 15 17 17 14 8 4 −1 7,5
Température maximale moyenne (°C) 5 8 13 18 22 26 29 28 24 18 10 5 17,5
Ensoleillement (h) 2 3 5 6 7 8 9 8 6 4 2 2
Précipitations (mm) 64 63 82 82 97 65 68 93 69 100 101 60 1 017
Humidité relative (%) 86 78 71 75 72 71 71 72 74 81 85 86
Source : http://www.ilmeteo.it/portale/medie-climatiche/Milano


Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Fondation de Milan.
Article détaillé : Duché de Milan.

Milan est créée par les Celtes, les Insubres, une tribu probablement autochtone qui faisait partie à l'époque préhistorique de la culture de Golasecca[2]. D'après Tite-Live, la ville aurait été fondée par des Gaulois, les Bituriges, emmenés par Bellovesos, neveu du roi mythique Ambigatos.

L'Arc de la Paix.

Après avoir été la plus importante ville des Gaulois Insubres, Milan est conquise en -222 par les Romains, à la suite d'un âpre siège des consuls romains Gnæus Cornelius Scipio Calvus et Marcus Claudius Marcellus. La conquête est contrariée par l'arrivée d'Hannibal auquel la population locale doit s'allier. C'est seulement dans les premières années du IIe siècle av. J.-C. que les Insubres sont assujettis à la domination romaine.

Les Romains nous ont transmis le nom de la ville comme Mediolanum (« au milieu de la plaine »), probablement adaptation d'un toponyme celtique. La légende raconte qu'à l'arrivée des Romains, les Insubres prélevèrent les enseignes dorées placées dans le temple de Minerve, pour les emporter en lieu sûr, en montagne.

Après la conquête définitive, la romanisation des Insubres s'avéra profonde et relativement rapide, en -89 les habitants de la région obtiennent la citoyenneté latine (Lex Pompeia) et finalement en -49 la pleine citoyenneté romaine (Lex Roscia). L'importance militaire, politique et économique permet à la ville de Milan de recevoir le titre de municipalité puis de colonie romaine.

Via Dante.

En 286, l'empereur Dioclétien divise l'Empire en deux parties ; la capitale de l'Empire romain d'Occident est déplacée à Milan, celle d'Orient à Nicomédie. Maximien édifie un grand cirque (ou hippodrome, 470 x 85 m), les « thermae erculee » (bains). Depuis le Ier siècle, Milan possède un grand amphithéâtre (155 x 125 m), le troisième du monde antique, après le Colisée de Rome et celui de Capoue. En 401, les Wisigoths assiègent la ville sans succès. Officiellement, la cour impériale reste à Milan jusqu'en 402, quand Ravenne devient la nouvelle capitale de l'Empire d'Occident.

L'empereur Constantin Ier y promulgue l'édit de Milan (313) qui légalise le culte chrétien.

Avec Saint Ambroise, Milan devient un des centres les plus importants du christianisme. L'empereur Théodose Ier est obligé à la pénitence, la tête couverte de cendre, en dehors de l'église. Après cette humiliation, Théodose prendra des mesures contre les païens.

Au Moyen Âge Milan est dirigée par des comtes (840-979) des Comtes-archevêques (979-1101) puis des Consuls ou des Podestats impériaux. À l'époque moderne, Milan est la capitale d'un duché tenu d'abord par la famille Visconti, dont le nom figure sur les remparts du Château des Sforza. Sa dynastie tient la ville de 1263 jusqu'en 1447, puis elle cède la place à la famille Sforza après le bref intermède de gouvernement populaire de la République ambrosienne (1447-1450).

Les rois de France (Valois-Orléans) revendiquant des droits dynastiques sur le duché de Milan participent aux guerres d'Italie à la Renaissance. En 1535, à la mort de François II Sforza, dernier duc de Milan, la ville passe aux mains des Espagnols de Charles Quint, puis est conquise par les Autrichiens en 1713 avant de faire partie de la République cisalpine sous Napoléon Bonaparte. En 1859, Victor-Emmanuel II, roi de Sardaigne, qui deviendra par la suite roi d'Italie, s'empare du Milanais.

Milan est également siège épiscopal.
Furent évêques de Milan :

Chronologie[modifier | modifier le code]

Emblème de la ville[modifier | modifier le code]

Les armes de la Commune de Milan sont constituées d'un blason blanc ou argent, superposé d’une croix rouge ; le blason est surmonté d'une couronne noire ou or. Le tout bordé d'une branche de laurier, lié par un ruban tricolore.

Le symbole naît au début du XIe siècle de la fusion de l'enseigne de la noblesse, de couleur rouge, avec celle du peuple, de couleur blanche.

En mars 1167, avec le serment de Pontida, se constitua entre les principales villes du nord de l’Italie la Ligue Lombarde, dans le but de combattre l’empereur Frédéric Barberousse et conquérir l'indépendance. La Ligue adopta comme symbole l'emblème de Milan. En 1176, à la triomphale bataille de Legnano, l'emblème fut hissée sur le "carroccio".

De cet instant l'emblème milanais devint symbole d'autorité et autonomie, et beaucoup de villes du Nord Italie l'adoptèrent.

Autres symboles de Milan[modifier | modifier le code]

La Vouivre (Biscione en italien), un des symboles de la cité de Milan.
  • Le premier symbole de la ville est un animal lié à l'étymologie du nom Mediolanum et à l'histoire de la fondation de la ville : la « laie mi-poilue » (medio lanum).
    La légende de la fondation de Milan veut que le Celte Bellovesos décida de construire une ville à l’endroit où il trouva l'animal magique que la déesse Belisama lui révéla dans un rêve. La sculpture de cette « laie semi-poilue » se trouve sur un bas-relief du Palazzo della Ragione (dans l’Antiquité, bâtiment de l’administration publique sur la place marchande de Milan).
  • Un biscione (la bissa en milanais, traduction de vipère ou serpent, équivalent de la vouivre), qui dévore un enfant ou un homme, est le symbole de la maison Visconti, et par conséquent celui de la ville de Milan. C’est le symbole de la puissance et éternité de la lignée, mais il est aussi le symbole du mal, et pour cette raison il n’est jamais choisi en héraldique.

Ce symbole a été inséré dans le logo de l’Alfa Romeo, en outre « la vipère » est un des symboles de l’Inter Milan, l'autre équipe de football principale de Milan. En 1978, ce symbole, avec un homme se faisant devorer dans sa bouche, est devenu l’emblème de la société Fininvest, de S. Berlusconi.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Églises[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

Bibliothèques[modifier | modifier le code]

Opéras, théâtres et salles de spectacle[modifier | modifier le code]

Parcs et jardins[modifier | modifier le code]

Parco Sempione
  • Parco Sempione
  • Giardini Pubblici Montanelli
  • Monte Stella
  • Giardini della Guastalla
  • Collina dei Ciliegi
  • Parco Lambro
  • Parco Bompiani
  • Parco Nord
  • Parco di Trenno

Transports[modifier | modifier le code]

Aéroports[modifier | modifier le code]

Milan est desservie par trois aéroports (code générique AITA : MIL), situés dans l'agglomération du Grande Milano.

L'aéroport international de Malpensa (MXP), qui est situé dans la province de Varèse, est le plus grand aéroport de la ville. Il est relié au centre-ville par une navette ferroviaire, le Malpensa Express, et par diverses lignes de bus. Il est le deuxième aéroport d'Italie après l'aéroport Léonard-de-Vinci de Rome Fiumicino. Il relie généralement l'Europe et les autres grandes destinations internationales. Le Terminal 2, quant à lui, est consacré exclusivement aux vols low cost de la compagnie EasyJet, dont c'est la deuxième base en Europe.

L'aéroport de Linate (LIN), plus proche, est réservé aux lignes intérieures, et relie les principales villes européennes. Il se trouve à l'est de la ville et est très facilement accessible, à 20 minutes de bus du centre-ville.

Enfin, à Bergame, se trouve l'aéroport de Bergame-Orio al Serio (BGY), international, il est utilisé principalement par les compagnies à bas coût et les vols charters, le fret et certains services à bas prix.

Globalement, les trois aéroports gèrent un trafic annuel de 34 millions de passagers environ, et constituent le deuxième plus important système aéroportuaire d'Italie après celui de la capitale, Rome.

Métro[modifier | modifier le code]

Le métro milanais comprend quatre lignes :

  • M1, rossa (rouge) ;
  • M2, verde (verte) ;
  • M3, gialla (jaune) ;
  • M5, lilla (lilas).

Le réseau est géré par l'ATM et se distingue par son logo « M » blanc sur fond rouge. Il s'étend sur plus de 90 km. De la station de Cascina Gobba (M2), part en outre une ligne de métro automatique qui la relie à l'hôpital universitaire voisin San Raffaele (Métro San Raffaele).

L'extension du réseau est en cours ou programmée : prolongement de la ligne M3 sur 15 km environ et 10 nouvelles stations ; construction de la nouvelle ligne M4 (liaison directe avec l'aéroport de Linate) et prolongement de la ligne M5 ; la ligne M6 est en cours d'étude.

Tramways[modifier | modifier le code]

Les tramways font partie du paysage milanais. Ils se partagent, avec les voitures, la chaussée. C'est l'un des réseaux de tramways les plus étendus du monde avec 145 km environ de voies qui desservent l'ensemble du Grand Milan[5].

Chemins de fer[modifier | modifier le code]

Les gares de Milan-Centrale et Porta Garibaldi sont deux gares internationales avec des liaisons avec la France et la Suisse, elles permettent de voyager vers toutes les métropoles importantes de l'Italie.

Le « Service ferroviaire suburbain » (lignes « S »), composé globalement de 10 lignes suburbaines, dessert une grande partie de l'aire métropolitaine milanaise (le Grand Milan), et d'autres centres voisins importants (Saronno, Varèse, Côme, Novare, etc.) au départ de la gare de Milan-Centrale. Ces lignes, qui constituent un réseau express régional, sont exploitées conjointement par Trenitalia et les Ferrovie Nord Milano. Les 8 lignes S sont cadencées au minimum à la demi-heure, de 6 h du matin à 0 h 30, tous les jours de l'année. Les trains passent chaque heure aux mêmes minutes (horaire cadencé) et desservent toutes les stations de la ligne. À Milan, on l'emprunte avec un billet urbain.

Après l'achèvement du Passante ferroviario, ligne traversant Milan et intégrée au réseau « S », est en cours d'étude une seconde transversale Passante qui traversera la ville à l'ouest.

Le « Service ferroviaire régional (lignes « R ») relie Milan au reste de la Lombardie et au réseau ferroviaire national.

Les trois réseaux de transport sont bien distincts et reconnaissables de l'extérieur des stations et aux arrêts grâce à des panonceaux lumineux indiquant M, S ou R, facilitant ainsi les correspondances entre les systèmes.

Vélos en libre-service[modifier | modifier le code]

Article détaillé : BikeMi.

Depuis fin 2008, Milan est doté d'un système de vélos en libre-service. Mise en place par la municipalité, le service « BikeMi » propose environ 1 300 vélos répartis sur 103 stations. BikeMi est une déclinaison du système SmartBike du groupe Clear Channel, qui en assure la gestion.

La Milan du futur[modifier | modifier le code]

Foire de Milan, le complexe international du design industriel

Aujourd'hui, la ville connaît un profond revirement du point du vue architectural, avec d'une part des opérations de requalification urbaine de vastes quartiers, et d'autre part de grands chantiers qui cherchent, à travers une architecture ambitieuse, à exprimer la vitalité économique de Milan.

C'est le cas de la nouvelle Fiera di Milano, la rénovation du théâtre de la Scala, du projet Citylife qui comprendra trois gratte-ciel de hauteurs comprises entre 170 et 218 mètres, la bibliothèque européenne, le quartier S.Giulia, la "città della moda" qui culminera au plus haut à 220 mètres de haut, le gratte-ciel du futur siège de la région Lombardie (163 m), les deux gratte-ciel Vaserine qui atteindront 140 et 150 mètres, les immeubles "ex-Falck" de Sesto S.Giovanni (110 m), un projet de gratte-ciel à plus de 215 mètres, un autre d'hôtel de ville de 150 mètres de haut et un dernier projet nommé Famagosta (150 m).

Tous ces projets vont profondément modifier le panorama de la métropole milanaise, qui ne sera plus dominée par "Il Duomo", ni par la très ancienne silhouette du gratte-ciel Pirelli (127 m) ou l'intrigante "Torre Velasca" qui date des années 1950 (106 m), mais par de nouvelles constructions d'immeubles de grande hauteur qui rivaliseront à l'échelle européenne avec ceux de quartiers comme Moskva-city à Moscou, La Défense à Paris ou la City à Londres. En 2015, Milan recevra l'Exposition universelle.

Économie[modifier | modifier le code]

Milan est le centre industriel et économique de l'Italie, avec un PIB de 241,2 milliards d'euros (312,3 milliards de dollars) en 2004. La Bourse italienne y est située, dans la "Piazza Affari". Beaucoup d'entreprises importantes, comme UniCredit, Luxottica, Banca Intesa, Alfa Romeo, Campari, Pirelli, RCS MediaGroup, Fininvest, Telecom Italia, et AlterVista ont été créées ou ont aujourd'hui leur siège à Milan.

La mode, le design et le tourisme contribuent à la prospérité économique de la ville.

Culture[modifier | modifier le code]

Léonard de Vinci a peint à Milan, en particulier sa célèbre peinture murale La Cène. D'autres peintres célèbres y ont exercé leur art comme Le Caravage et Bramante.

Pendant la domination autrichienne, la ville voit se développer de nombreuses écoles artistiques, ainsi que son ballet et son théâtre lyrique : le Teatro regio ducale. Trois opéras de Mozart ont été créés dans ce théâtre : Mitridate, re di Ponto (1770), Ascanio in Alba (1771) et Lucio Silla (1772). Mozart a failli devenir le compositeur officiel de la cour ducale, mais l'impératrice Marie-Thérèse le refusa car Mozart était considéré comme un compositeur « vagabond ».

Dolce & Gabbana en Via della Spiga

Pendant le siècle suivant, avec la Scala, le teatro alla Canobbiana, le Carcano et d'autres théâtres, Milan devient un des centres majeurs de l'opéra lyrique en Europe. Elle accueille des compositeurs étrangers, de langue allemande (Mozart, Simon Mayr ou Giacomo Meyerbeer), napolitains (Saverio Mercadante, Niccolò Vito Piccinni...) mais aussi d'autres états italiens (Vincenzo Bellini, Gioachino Rossini, Gaetano Donizetti, Giuseppe Verdi). Les premiers opéras de Verdi (Oberto, Conte di San Bonifacio et Nabucco) comme ses derniers chefs-d’œuvre (Otello et Falstaff) sont créés à la Scala. Le maestro est inhumé aux côtés de son épouse la soprano Giuseppina Strepponi dans l'oratoire de la casa di riposo per musicisti, la maison de retraite pour les musiciens qu'il a fondée à Milan.

Au cours du XXe siècle, d'importantes institutions théâtrales voient le jour, comme le Piccolo teatro animé par Giorgio Strehler, Paolo Grassi et la Commune fondé par Dario Fo (Prix Nobel de littérature) et Franca Rame.

C'est à Milan, que se tient chaque année depuis 1991, vers la fin du mois de mars ou le début d'avril, le Festival du cinéma africain, qui a permis de découvrir et de couronner des cinéastes tels que Idrissa Ouedraogo, Hailé Gerima, Moufida Tlatli, Rachid Benhadj, Cheick Oumar Sissoko, Abderrahmane Sissako… Depuis 2004, le festival s'est ouvert aux films provenant du continent asiatique et de l'Amérique latine, prenant le nom de Festival du cinéma d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine. Le Cahier (2007) de la jeune cinéaste iranienne Hana Makhmalbaf a ainsi été primé en 2008.

La ville est reconnue aussi pour être une capitale mondiale de la mode, avec Paris, Londres et New York, ainsi qu'un haut lieu du design européen. Beaucoup de maisons de prêt-à-porter comme Gucci, Prada, et Dolce & Gabbana, ou certaines défilant en haute couture, comme Versace, Giorgio Armani, Valentino, se trouvent à Milan. D'autres maisons prestigieuses, italiennes ou françaises, comme Maison Martin Margiela, Salvatore Ferragamo, Dior, Roger Vivier et Hermès ont une ou plusieurs boutiques dans la ville, surtout dans la prestigieuse Via Monte Napoleone, la Via della Spiga, où à corso Como comme le renommé concept store de Carla Sozzani[6].

Grand rendez-vous mondial du design d'intérieur, la ville accueille chaque année le Salon international du meuble, et depuis 2007, elle est dotée de son propre musée du design, nommé Triennale Design Museum.

Milan est aussi la ville de naissance de la RAI (radio télévision italienne) aujourd'hui installée à Rome. À Milan sont nées d'autres chaînes plus récentes comme Mediaset (Canale 5, Italia 1, Rete 4).

Religion[modifier | modifier le code]

Milan conserve un rite catholique particulier, le rite ambrosien (rito ambrosiano). Les cérémonies religieuses sont donc un peu différentes de celles des autres régions de l'Europe. Il y a aussi quelques différences dans le calendrier (par exemple, le carnaval de Milan a lieu avec quelques jours de retard sur ceux du reste du monde).

La différence la plus importante, c'est la présence du chant ambrosien, en lieu et place du chant grégorien, méconnu et jamais utilisé à Milan. Pour la conservation de ce chant (plus ancien que le grégorien) il y a, à Milan, un institut, le PIAMS. Le rite ambrosien est en usage dans les paroisses de Milan, quelques paroisses de Bergame, Côme et Crémone ainsi qu'en Suisse.

Diversité ethnique[modifier | modifier le code]

Voici un tableau des résidents à Milan en 2010. Ils proviennent de 153 pays du monde.

Pays de naissance Population
Drapeau de l'Italie Italie 1 299 633
Drapeau des Philippines Philippines 33 753
Drapeau de l'Égypte Égypte 26 947
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 18 918
Drapeau du Pérou Pérou 17 674
Drapeau de l'Équateur Équateur 13 539
Drapeau du Sri Lanka Sri Lanka 13 300
Roumanie Roumanie 12 146
Drapeau du Maroc Maroc 8 071
Drapeau de l'Albanie Albanie 4 526
Ukraine Ukraine 3 631
Drapeau de la France France 3 332
Drapeau du Brésil Brésil 2 611
Drapeau du Salvador Salvador 2 554
Drapeau du Bangladesh Bangladesh 2 534
Drapeau de l'Érythrée Érythrée 2 315
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 1 933
Drapeau du Japon Japon 1 919
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 1 781
Sénégal Sénégal 1 778
Tunisie Tunisie 1 595
Drapeau de l'Espagne Espagne 1 488
Drapeau de Maurice Maurice 1 313
Drapeau de la Moldavie Moldavie 1 263
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie 1 079
Drapeau de la Turquie Turquie 1 055
Drapeau des États-Unis États-Unis 1 013

Sports[modifier | modifier le code]

  • Le sport principal est le football, la ville étant une référence en la matière pour tous les amateurs et qui occupe évidemment une grande place dans le cœur des Italiens, et encore plus dans ceux des Milanais, du fait des deux grands clubs installés dans la ville qui sont le Milan AC (Rossoneri), et l'Inter de Milan (Nerazzurri).

     En Italie les deux équipes sont toujours appelées seulement « Milan » et « Inter ». Le Milan a remporté 7 Ligues des champions et l'Inter 3 Ligues des Champions, dont les dernières ont été gagnées respectivement en 2007 par le Milan et en 2010 par l'Inter (ils sont aussi arrivés deuxièmes six fois). Cela fait de Milan la ville la plus gagnante en Europe et, par conséquent, dans le monde entier dans le domaine du football de club[7].

     D'ailleurs, les deux équipes jouent au même endroit, dans le fameux Stade Giuseppe Meazza, plus communément connu sous le nom de San Siro, théâtre des plus grands matches du Championnat Italien et des Coupes Européennes. Les derbys, appelés Derby della Madonnina, sont des matches de grande intensité au cours desquels s'exacerbe la rivalité historique entre les deux clubs et leur supporteurs, mais i cugini (les cousins) se respectent avant tout.

  • Milan a été désignée « Capitale Européenne du Sport » pour l'année 2009[8].
  • Milan est également le théâtre de la dernière étape du Tour d'Italie.

Cuisine et gastronomie[modifier | modifier le code]

Le Naviglio Grande à Milan.

Les restaurants sont surtout concentrés dans le centre historique, et les quartiers de Brera. En général, dans le centre historique et à Brera, on trouve des restaurants plus sophistiqués et élégants, et aux Navigli, des restaurants plus rustiques, comme les trattorie et osterie. On trouve aussi de nombreux restaurants ethniques qui sont une alternative à la cuisine traditionnelle. À Milan, on mange bien, mais le prix d'un repas est un peu élevé.

Article détaillé : Cuisine milanaise.

Les plats typiques de la cuisine milanaise sont :

Personnalités[modifier | modifier le code]

Personnalités nées à Milan[modifier | modifier le code]

Article connexe : Catégorie:Naissance à Milan.

Personnalités liées à Milan[modifier | modifier le code]

Blasonnement[modifier | modifier le code]

D'argent à la croix de gueules.

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
20 juin 1993 11 mai 1997 Marco Formentini Ligue du Nord  
11 mai 1997 1 juin 2006 Gabriele Albertini Forza Italia  
1 juin 2006 1 juin 2011 Letizia Moratti Peuple de la liberté  
1 juin 2011 en cours Giuliano Pisapia Gauche, écologie et liberté avocat
Les données manquantes sont à compléter.

Zones de Milan[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Zones de Milan.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Arese, Assago, Baranzate, Corsico, Peschiera Borromeo, Rho, Sesto San Giovanni, Cormano, Cologno Monzese, Bresso, Novate Milanese, Vimodrone, Pero, Segrate, Settimo Milanese, Cusago, Cesano Boscone, Trezzano sul Naviglio, San Donato Milanese, Buccinasco, Rozzano, Opera

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés (en milliers)


Jumelages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Presse[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Film tourné à Milan[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.euromonitor.com/_Euromonitor_Internationals_Top_City_Destinations_Ranking
  2. Venceslas Kruta, Les Celtes, histoire et dictionnaire, Laffont, Paris, 2000, p. 684-685. (ISBN 2-221-05690-6)
  3. (en) Elena Bellomo, The Templar order in north-west Italy (1142-c.1330), Leiden /Boston, Brill,‎ 2008, 464 p. (ISBN 978-9-0041-6364-5, lire en ligne), p. 13
  4. Histoire de la Bourse - Site de la bourse suisse
  5. Il tram in Europa: la tabella con i dati delle principali città tranviarie europee
  6. Donata Sartorio, « Shopping à Milan », Tendances, L'Express,‎ 2 mai 2002 (consulté le 23 février 2013)
  7. (en) https://en.wikipedia.org/wiki/European_Cup_and_UEFA_Champions_League_records_and_statistics#By_city
  8. (en) « European Capitals of Sport List », sur European Capitals of Sport Association (consulté le 1er juillet 2009)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :