Sumérien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sumérien
EME.ĜIR
Période Attesté à la fin du IVe millénaire av. J.-C. : extinction possible aux alentours du XXIee siècle av. J.-C. et utilisé comme langue classique jusqu'au Ier siècle[1]
Extinction XXe siècle av. J.-C.
Parlée en Sumer, Empire d'Akkad
Région Mésopotamie (Irak actuelle)
Classification par famille
  • - hors classification (isolat)
    • - sumérien[2]
Codes de langue
ISO 639-2 sux
ISO 639-3 sux
IETF sux

Le sumérien (en sumérien « 𒅴𒂠 » ; translittération : EME.ĜIR15) est une langue morte qui était autrefois parlée dans l'Antiquité en Basse Mésopotamie. C'était la langue de Sumer aux IVe et IIIe millénaires av. J.-C., puis elle a progressivement laissé la place à l'akkadien et est tombée dans l'oubli jusqu'au XIXe siècle apr. J.-C. même si la plupart des habitants de l'époque étaient décrits comme bilingues sumérien-akkadien[3]. Le sumérien est, avec le hatti, une des langues du Proche-Orient ancien que les linguistes ne parviennent pas à rattacher à une famille de langues connue.

Le sumérien semble être la plus ancienne langue écrite connue, sous une forme d'écriture appelée le cunéiforme. Cette écriture a été plus tard reprise pour l'akkadien, l'ougaritique, l'amorrite et l'élamite ainsi que par les rois égyptiens qui voulaient communiquer avec leurs provinces du Proche-Orient et les rois mésopotamiens. L'écriture cunéiforme a même été utilisée par certaines langues indo-européennes, tels le hittite (qui avait en parallèle une écriture hiéroglyphique) et le vieux-persan, bien que ces derniers ne se soient pas servis des mêmes instruments de gravure, s'éloignant de la graphie originelle[3].

L'akkadien a progressivement remplacé le sumérien comme langue parlée autour du XXe siècle, mais le sumérien a continué à être utilisé comme langue sacrée, cérémonielle, littéraire et scientifique en Mésopotamie jusqu'au Ier siècle[1],[4].

Ces peuples, pour la plupart, ont repris le système graphique qu'ils ont adapté à leur propre langue. Aussi les signes, s'ils sont les mêmes en sumérien et en akkadien, ou encore en vieux-persan, n'ont cependant pas la même valeur sémantique. Du fait que les spécialistes n'arrivent pas à rattacher la langue à une famille ou groupe de langues connus, le sumérien est considéré comme un isolat linguistique[2],[5],[6].

Variétés[modifier | modifier le code]

Stades de la langue[modifier | modifier le code]

Photo verticale d'une stèle en argile gravée d'inscriptions
Hymne à Iddin-Dagan, roi de Larsa. Argile inscrite en sumérien, v. 1950 av. J.-C.

Les étapes de la langue sumérienne peuvent être divisées en plusieurs périodes :

  • le sumérien archaïque - XXXIe siècle au XXVIIe siècle ;
  • le vieux ou classique sumérien - XXVIe siècle au XXIIIe siècle ;
  • néo-sumérien - XXIIIe siècle au XXIe siècle ;
  • sumérien tardif - XXe siècle au XVIIIe siècle ;
  • le post sumérien - après 1700 av. J.-C.

Le sumérien archaïque est la première période de la langue (période de Djemdet Nasr), période qui s'étend du XXXIe au XXXe siècle av. J.-C. avant notre ère. Elle succède à la période proto-lettrée, qui s'étend à peu près du XXXVe au XXXe siècle av. J.-C.

Certaines versions de la chronologie peuvent omettre la phase sumérienne tardive et considérer tous les textes écrits après le IIe millénaire av. J.-C. comme post-sumériens[7]. Le terme « post-sumérien » désigne le moment où la langue était déjà éteinte et seulement préservée par les Babyloniens et les Assyriens comme langue liturgique et classique (à des fins religieuses et/ou artistiques et scientifiques). L'extinction a été datée approximativement à la fin de la Troisième dynastie d'Ur, quoique le dernier État sumérien en Mésopotamie l'utilisât encore jusque vers 2000 av. J.-C. Toutefois, cette date est très approximative, car de nombreux chercheurs ont soutenu l'idée selon laquelle le sumérien était déjà mort ou mourant dès le XXIe siècle, c'est-à-dire au début de la période d'Ur III[8],[9] tandis que d'autres croyaient que le sumérien a persisté comme une langue parlée dans une petite partie de la Mésopotamie du Sud (Nippur et ses environs) jusqu'au plus tard au XVIIe siècle[8]. Quel que soit le statut du sumérien parlé entre 2000 et 1700 av. J.-C., c'est à partir de cette période que la quantité particulièrement importante de textes littéraires et des listes lexicales bilingues sumérien-akkadien sont composés et ont survécu, en particulier grâce à l'école des scribes de Nippur.

Dialectes[modifier | modifier le code]

Deux variétés (ou dialectes) du sumérien sont enregistrées. La variété standard est appelé Ême-ḡir (G prononcé [n]). L'autre variété d'enregistrement est appelée Ême-sal, qui peut-être traduite par « langue fine » ou « voix haut perchée »[10], bien que souvent traduite par « la langue des femmes ». L'Ême-sal est utilisé exclusivement par des personnages féminins dans certains textes littéraires. En outre, il est dominant dans certains genres de chansons cultes. Les caractéristiques particulières de ce dialecte sont pour la plupart phonologiques (par exemple M est souvent utilisé à la place de G), mais les mots différents de la langue standard sont également utilisés (par exemple ga-sa-une, « dame »).

Aperçu grammatical[modifier | modifier le code]

Le sumérien est une langue agglutinante[2], cela qui signifie que les mots pourraient consister en une chaîne d'affixes et/ou des morphèmes plus ou moins séparables.

Le sumérien est une langue ergative. Il est composé du nominatif, de l'accusatif dans la 1re et la 2e personne, de l'incomplétif au présent-futur, mais comme ergatif dans la plupart des autres formes de l'indicatif. En sumérien, le cas de l'ergatif est marqué par le suffixe -e. Voici un exemple de l'emploi de l'ergatif : lugal-e e2 mu-un-de3 « le roi a construit la maison » ; lugal ba-gen « le roi est allé » (le sujet transitif s'exprime différemment par rapport au sujet intransitif car il faut le suffixe -e). Exemple de l'emploi du nominatif et de l'accusatif : i3-du-un « Je vais » ; e2ib2-ud3-un « Je construis la maison ».

Le sumérien distingue les genres grammaticaux (personnel et impersonnel), mais il n'a pas de pronoms masculin ou féminin pour des genres distincts. Le genre personnel ne comprend pas seulement les humains mais aussi les dieux et, dans certains cas, le mot de « statue ». Le sumérien a également été prétendu d'avoir deux temps (passé et présent-futur), mais ceux-ci sont actuellement décrits comme incomplets. Il existe un grand nombre de cas : l'absolutif (-O), l'ergatif (-e), le génitif (- (a) k), le datif et ablatif (-r (a) pour les noms personnels, -e pour les noms impersonnels), le locatif, le comitatif (-da), l'équatif (-gin), le directif/adverbial (-s (e)), l'ablatif (-ta, seulement avec des noms impersonnels). La désignation et le nombre de cas varient dans la littérature scientifique[11].

Une autre caractéristique du sumérien est le grand nombre d'homophones (mots ayant la même structure sonore, mais des significations différentes). Les différents homophones (ou, plus précisément, les différents signes cunéiformes qui les dénotent) sont marqués avec des numéros différents par convention, « 2 » et « 3 » remplacent souvent un accent aigu et un accent grave. Par exemple : du = « aller » ; du3 = = « construire »[11].

Classification[modifier | modifier le code]

Photo verticale d'une stèle en forme de cône, gravée d'inscriptions
Cône historique d'Urukagina (ou Uru-ka-gina) relatant les réformes de ce prince contre les abus des jours anciens, vers 2350 av. J.-C., conservé au musée du Louvre.

Comme dit précédemment, le sumérien est une langue isolée. Depuis son déchiffrement, il a été l'objet de beaucoup d'efforts et de coordinations pour le relier à une grande variété de langues et prétendre qu'il appartient à une famille de langue spécifique[12].

Plusieurs problèmes linguistiques se créent dans la tentative de relier le sumérien aux familles de langues connues. Tout d'abord, la quantité de temps écoulé entre la première forme connue de sumérien logographique et la plus ancienne forme reconstructible de la langue est trop grande pour faire des comparaisons fiables. Un autre problème difficile à surmonter est que les changements phonétiques et sémantiques de vocabulaire qui peuvent se produire sur de longues périodes de temps peut rendre une langue méconnaissable par rapport à son ancêtre[11].

Quelques exemples de familles linguistiques proposées sont :

Historiographie[modifier | modifier le code]

En 1838, Henry Rawlinson, en s'appuyant sur le travail de 1802 de Georg Friedrich Grotefend, a réussi à déchiffrer une section en vieux perse sur les inscriptions Behistún, en utilisant sa connaissance du persan moderne. Quand il a récupéré le reste du texte en 1843, lui et d'autres ont été progressivement capables de traduire les tablettes élamites et akkadiennes, en utilisant les 37 signes qu'il avait déchiffré du vieux perse. Pendant ce temps, de nombreux textes en cunéiformes ont été mis au jour à partir de fouilles archéologiques, principalement dans la langue akkadienne, qui a été durement déchiffrée.

Photographie horizontale d'une tablette d'argile gravée
Époque séleucide (fin du Ier millénaire av. J.-C.), copie d'un original plus ancien Warka, ancienne Uruk, Basse Mésopotamie. Table de valeurs réciproques. Division de l'unité par une série de nombres compris entre 1 et 3. Les babyloniens conservèrent le système sexagésimal sumérien pour les textes scientifiques. Il nous est resté de ce mode de calcul la division du cercle en 360°, la mesure des angles en degrés et celle du temps en heures de 60 minutes. Pour les opérations comptables de la vie courante, on utilisait le système décimal. À l'époque séleucide, on introduisit le 0 [zéro], une innovation s'inspirant d'un procédé babylonien isolé.

En 1855 Rawlinson a annoncé la découverte d' inscriptions non-sémitiques sur les sites babyloniens au sud de Nippur, Larsa, Uruk. En 1850, cependant, Edward Hincks est venu à soupçonner une origine non sémitique pour l'écriture cunéiforme. Les langues sémitiques sont structurées à partir des formes consonnantiques. Par ailleurs, aucun mot sémitique ne pourrait être trouvé pour expliquer les valeurs syllabiques données à des signes particuliers[19]. Jules Oppert a suggéré qu'une langue non sémitique avait précédé celle de l'akkadien en Mésopotamie, et que les locuteurs de cette langue avait développé l'écriture cunéiforme.

En 1856, Hincks a fait valoir que la langue traduite était agglutinante. La langue a été appelée « scythique » par certains, et, confusément « akkadien » par d'autres. En 1869, Oppert a proposé le nom de « sumérien », basé sur le titre de « roi de Sumer et d'Akkad », si Akkad a représenté la partie sémitique du royaume, Sumer pourrait alors représenter la partie non sémitique[20]

Ernest de Sarzec a commencé l'excavation du site sumérien de Tello (Girsu antique et capitale de l'État de Lagash) en 1877, et a publié la première partie des Découvertes chaldéennes avec les transcriptions des tablettes sumériennes de 1884. L'Université de Pennsylvanie a commencé l'excavation sumérienne de Nippur en 1888[21].

François Thureau Dangin, travailleur au Louvre à Paris, a également apporté d'importantes contributions pour déchiffrer le sumérien avec les publications de 1898 à 1938, comme en 1905 avec Les inscriptions de Sumer et d'Akkad. Charles Fossey au Collège de France à Paris était un autre chercheur prolifique et fiable. Ses contributions au dictionnaire sumérien-assyrien[22] s'avèrent novatrices[23].

En 1944, un sumérologue plus prudent, Samuel Noah Kramer, a présenté un résumé détaillé et lisible du déchiffrement sumérien dans sa mythologie sumérienne[24].

Friedrich Delitzsch a publié un dictionnaire de la grammaire sumérienne[25],[26]. L'élève de Delitzsch Arno Poebel, a publié une grammaire avec le même titre, Grundzüge der sumerischen Grammatik, en 1923, et pendant 50 ans il serait la norme pour les étudiants en sumérien. La grammaire de Poebel a finalement été remplacée en 1984 par la publication de la langue sumérienne, introduction à son histoire et sa structure grammaticale, par Marie-Louise Thomsen.

Il y a relativement peu de consensus, même parmi les sumérologues raisonnables, par rapport à l'état de la plupart des langues modernes ou classiques. En plus des grammaires générales, il y a beaucoup de monographies et d'articles sur des domaines particuliers de la grammaire sumérienne, sans lesquels une enquête sur le terrain ne pouvait pas être considérée comme complète.

Système d'écriture[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Photographie d'une tablette de pierre blanche gravée
Lettre envoyée par le grand-prêtre Lu'enna au roi de Lagash (peut-être Urukagina), l'informant de la mort de son fils au combat, env. 2400 av. J.-C., trouvée dans Tello (ancienne Girsu)

La langue sumérienne est la langue écrite la plus ancienne connue. La période « proto-alphabétisé » de l'écriture sumérienne s'étend de XXXVIe siècle au XXXIe siècle. Durant cette période, les dossiers sont logographiques (c'est-à-dire exprimés sous la forme de logogrammes). Le plus ancien document de cette période est la tablette de Kish.

Depuis environ 2600 av. J.-C., les symboles logographiques du sumérien ont été généralisés à l'aide d'un stylet en forme de clous pour remplacer les anciennes formes en argile humide. Deimel (1922) énumère 870 signes utilisés au cours de la période dynastique Ur IIIa au XXVIe siècle Dans la même période, l'ensemble de signes logographiques ont été simplifiés par un script logosyllabique comprenant plusieurs centaines de signes. On a énuméré 468 signes différents utilisés en sumérien pré-sargonique à Lagash[27]. La période dite pré-sargonique datant du XXVIe siècle au XXIVe siècle est l'étape « classique » de la langue.

L'écriture cunéiforme est adaptée à l'écriture akkadienne depuis le IIIe millénaire av. J.-C. Notre connaissance du sumérien est basée sur les glossaires de l'akkadien. Au cours de la « renaissance sumérienne » (Ur III) au XXIe siècle, le sumérien connaît sa chute jusqu'à sa disparition aux alentours de 2004 av. J.-C. lors de la chute d'Ur III. Durant les deux premiers siècles du IIe millénaire av. J.‑C., le sumérien est assurément devenu une langue morte. Il l'est peut-être dès la période de la troisième dynastie d'Ur, mais cela est débattu. Il apparaît en tout cas que durant les XXe siècle av. J.-C. et XIXe siècle av. J.-C. le sumérien est traité comme une langue étrangère par les scribes mésopotamiens, devenu une langue liturgique de prestige et non plus usuelle[28]

Transcription[modifier | modifier le code]

La transcription du sumérien, sous la forme du cunéiforme, est le processus par lequel un épigraphiste fait un art de dessin au trait pour montrer des signes d'inscription sur une tablette d'argile ou en pierre sous une forme graphique adaptée pour la publication moderne. Mais tous les épigraphistes ne sont pas fiables, et avant qu'un savant publie un traitement important d'un texte, les spécialistes vont prendre des dispositions pour rassembler la transcription publiée contre la tablette réelle, pour voir si des signes, notamment cassés ou endommagés, devraient être représentés différemment.

Tandis que la translittération est le processus par lequel un sumérologue décide de la façon de représenter les signes du cunéiforme en caractères latin toujours dans cette même langue. Selon le contexte, un signe cunéiforme peut être lu comme l'un des nombreux logogrammes possibles, dont chacun correspond à un mot de la langue sumérienne, comme une syllabe phonétique (V, VC, CV ou encore CVC), ou comme un déterminant. Certains logogrammes sumériens ont été écrits avec de multiples signes en cunéiformes.

Le sumérien, une ancienne langue orientale isolée[modifier | modifier le code]

La plus ancienne langue écrite[modifier | modifier le code]

Depuis environ 3500 av. J.-C., les Sumériens ont joué un rôle crucial dans le sud de la Mésopotamie, devenant une civilisation évoluée, en particulier grâce au développement d'une écriture utilisable dans le cadre de l'économie et de l'administration vers 3350 av. J.-C. (découverte à Uruk dans le niveau archéologique IVb). C'est le plus ancien développement de l'écriture, datant de la même période que les plus anciens hiéroglyphes égyptiens.

Photographie carrée d'un détail d'un mur, gravé
Détail du temple d'Adab (Sumer)

Autour de 3200 av. J.-C., on commença à graver dans de plus grands blocs d'argile des motifs qui étaient jusqu'alors inscrits sur des compteurs d'argile, et à leur adjoindre des caractères supplémentaires. C'est au départ de cette forme archaïque que se développa en quelques siècles jusqu'à sa pleine maturité l'écriture mésopotamienne cunéiforme, ainsi nommée d'après la forme de ses traits résultant de la pression d'un stylet anguleux dans l'argile molle. Cette écriture a été conservée sur des tablettes d'argile et d'autres supports tels que statues et bâtiments qui ont été découverts lors de fouilles archéologiques en Mésopotamie. Cette écriture fut adaptée par les Akkadiens, les Babyloniens, les Assyriens, etc. pour leurs langues respectives.

L'écriture est née des besoins d'administration. Cette langue est composée de différents signes en forme de clous ou de coins ; ce qui lui vaut son nom d'écriture cunéiforme. Pendant près de 3 000 ans, elle est taillée dans de l'argile et cette technique dura jusqu'aux chutes des empires mésopotamiens. La première forme de l'écriture au début de son apparition n'est pas comme plus tard composée d'un alphabet, mais est à ce stade composée de près de 2 000 signes représentant chacun un mot (logogramme) ou une idée (idéogramme)[29].

À l'origine, l'écriture cunéiforme sumérienne s'est développée comme écriture idéographique ou logographique. Chaque signe correspondait à un mot et sa signification était initialement reconnaissable. En quelques siècles, s'est développée complémentairement une représentation syllabique basée sur le principe du rébus. À de nombreux signes ont été associées une ou plusieurs syllabes phonétiques, généralement de type V, CV, VC ou CVC (où V représente une voyelle et C une consonne). Le cunéiforme sumérien s'est ainsi développé comme système logographique-phonologique.

Illustrons, par l'exemple d'une courte inscription sur briques de Gudea (gouverneur de la cité-État de Lagash vers 2130 av. J.-C.), les principes de la translittération de l'écriture cunéiforme et de sa décomposition par l'analyse grammaticale.

Écriture cunéiforme signe dingirsigne inana signe ninsigne kursigne kursigne ra signe ninsigne asigne ni
Translittération diĝir inanna nin-kur-kur-ra nin-a-ni
Analyse dInanna nin+kur+kur+ak nin+ani+[ra]
Glossaire divinitéInanna maîtresse/souveraine-pays-pays-(génitif) maîtresse/souveraine-son/sa-(datif)
Écriture cunéiforme signe kasigne de2signe a signe pasigne tesigne si signe szirsigne bursigne lasigne ki
Translittération gu3-de2-a PA.TE.SI ŠIR.BUR.LA ki
Analyse Gudea ensi2 Lagashki
Glossaire Gudea gouverneur Lagashlocalité
Écriture cunéiforme signe ursigne dingirsigne ga2signe tum3signe du10signe ke4
Translittération ur-diĝir-ĝa2-tum3-du10-ke4
Analyse ur+dĜatumdu+ak+e
Glossaire héros(?)-divinitéĜatumdu-(génitif)-(ergatif)
Écriture cunéiforme signe e2signe gir2signe susigne kisigne kasigne ni signe musigne nasigne du3
Translittération e2-ĝir2-su.ki.ka-ni mu-na-du3
Analyse e2+Ĝirsuki+ak+ani mu+na+n+du3
Glossaire temple-Ĝirsulocalité-(génitif)-son/sa il a construit

Remarques :

  • « Diĝir » et « ki » sont des déterminatifs, non prononcés. Par convention, ils sont écrits en exposant dans l'analyse.
  • « PA.TE.SI » et « ŠIR.BUR.LA » sont des logogrammes composés[Note 1]. Par convention, on écrit en capitales la prononciation des composants d'un tel logogramme composé.

Traduction : « Pour Inanna, souveraine de tous les pays et sa maîtresse, Gudea, gouverneur de Lagash et héros de Ĝatumdu (de), a construit son temple de Girsu. »

L'écriture sumérienne et les questions de transcription et translittération ne sont pas discutées plus avant dans cet article : il est fait référence à l'article cunéiforme.

La coexistence sumérien-akkadien[modifier | modifier le code]

Au IIIe millénaire av. J.-C. le sumérien a joué le rôle de la langue principale dans le Sud de la Mésopotamie : il fut seulement interrompu à l'époque de la période royale d'Akkad (env. 2350-2150 av. J.-C.). Les Sumériens étaient, cependant, depuis environ 2600 av. J.-C. en concurrence face aux autres langues sémitiques (l'akkadien d'abord dans le Nord de la Mésopotamie) et se montraient de plus en plus antisémites à partir d'une assimilation largement pacifique et du processus d'intégration d'autres langues en Mésopotamie qui a finalement conduit à une coexistence de ces peuples et de leurs langues. Depuis 2000 av. J.-C., pour les autres déjà à l'époque d'Ur III, le sumérien perd son sens lentement, l'élément ethnique du sumérien est très progressif et repose sur la croissance de la population sémitique par poursuite de l'immigration. Autour du XVIIIe siècle au plus tard, est supposé la fin du sumérien comme langue parlée. À part qu'il est utilisé comme la langue du culte de la science, de la littérature et des inscriptions royales officielles, le sumérien resta une utilisation de longue durée. Les derniers textes sumériens datent de la phase finale de la période cunéiforme (environ 100 av. J.-C.).

Périodes et développement de la langue[modifier | modifier le code]

Photographie d'une pierre blanche gravée, de forme carrée, aux bords arrondis
Contrat archaïque sumérien concernant la vente d'un champ et d'une maison. Shuruppak, musée du Louvre.

Voici la divisions des années historiques de la langue sumérienne dans les périodes suivantes :

  1. période archaïque (vers 3100-2600 av. J.-C.) : de cette période jaillit des textes presque exclusivement économiques et administratifs, les découvertes proviennent principalement d'Uruk (stades III et IV) et Shuruppak ;
  2. le vieux sumérien (vers 2600-2150 av. J.-C.) : on retrouve des textes essentiellement économiques et administratifs, principalement localisés à Lagash ; les textes de cette époque donnent déjà une indication de la grammaire sumérienne, d'après le temps de l'empire akkadien (2350-2200 av. J.-C.), qui est accompagné par une forte baisse de la matière sumérienne, il s'agit de la renaissance sumérienne ;
  3. période néo-sumérienne (2150-2000 av. J.-C.) : un certain nombre de documents juridiques ont été découverts. D'une importance centrale sont les vases, cylindres traditionnels de Gudea (vers 2130 av. J.-C.), une analyse grammaticale de base du sumérien est possible ;
  4. le sumérien tardif (2000-1700 av. J.-C.) : le sumérien est encore utilisé comme langue parlée dans certaines régions du sud de la Mésopotamie (Nippur…), mais est toujours écrite pour les textes juridiques, administratifs et les inscriptions royales (souvent bilingues sumérien-akkadien). De nombreuses œuvres littéraires qui ont été transmises oralement depuis des temps anciens, trouvent maintenant leur première écriture en sumérien, y compris la version sumérienne de certaines parties de la célèbre épopée de Gilgamesh ;
  5. le post sumérien (1700-100 av. J.-C.) : le sumérien n'est plus utilisé comme langue parlée et la langue écrite fut largement remplacée par l'akkadien (babylonien au Sud et l'assyrien dans le Nord de la Mésopotamie), mais l'importance de la langue est tellement durable que même dans le VIIe siècle, le roi assyrien Assurbanipal excelle à être capable de lire des textes en sumérien ; la ville d'Eridu y apparaît comme « Γερηδων » en Koinè moderne.

La redécouverte du sumérien[modifier | modifier le code]

Ancienne photographie en noir et blanc d'un vieil homme moustachu, portant un nœud papillon
Jules Oppert

Avec le temps, toute connaissance de la langue sumérienne et de l'écriture cunéiforme fut perdue. Contrairement aux Assyriens, Babyloniens et Égyptiens, dont l’œuvre est largement documentée dans les écrits historiques de l'antiquité classique, ceux-ci ne contiennent aucun indice révélant l'existence des Sumériens. À l'occasion du déchiffrement de l'écriture cunéiforme depuis le début du XIXe siècle, trois langues sont d'abord découvertes :

  • l'akkadien (dans sa forme babylonienne), langue sémitique ;
  • le vieux-perse, langue indo-européenne ;
  • l'élamite, langue isolée du sud-ouest de l'actuel Iran.

Ce n'est que plus tard qu'une quatrième langue a été identifiée parmi les textes babyloniens. En 1869, Jules Oppert fut le premier à la nommer « sumérien », d'après le mot akkadien šumeru. Les Sumériens désignaient leur langue sous le vocable « eme-gi(r) », ce qui signifiait probablement « langue locale », et appelaient leur pays « kengir ». L'existence et la dénomination de cette langue furent controversés pendant un certain temps. François Thureau-Dangin les prouva indubitablement vingt ans plus tard, à la suite de la découverte de textes bilingues à Ninive et de nombreux textes à Lagash par les archéologues Ernest de Sarzec et Léon Heuzey. François Thureau-Dangin rendit finalement la langue sumérienne accessible à la recherche scientifique dans son ouvrage Inscriptions de Sumer et d'Akkad en 1905[30].

Relations avec d'autres langues[modifier | modifier le code]

L'établissement de liens de parenté entre le sumérien et d'autres langues ou familles de langues a fait l'objet de nombreuses tentatives dans le cadre desquelles ont été prises en considération les langues dravidiennes, caucasiennes, altaïques et ouraliennes, le basque, le tibétain et le vieux-perse, les langues austroasiatiques ou encore les langues bantoues.

Prédécesseurs et voisins de la langue sumérienne[modifier | modifier le code]

On ne peut pas démontrer aujourd'hui avec certitude si les Sumériens (qui étaient considérés comme indigènes) ont immigré en Mésopotamie au IVe millénaire av. J.‑C. La langue de cette période est appelée « proto-sumérien ».

Les Sumériens avaient déjà été mentionnés par les Akkadiens qui connurent des effets réciproques des deux langues. Il s'agit par exemple de l'ordre des mots des phrases, de la phonétique ou du système des cas : environ 7 % du vocabulaire akkadien est emprunté au sumérien, mais aussi le sumérien a aussi emprunté du vocabulaire à l'akkadien dans les périodes ultérieures de l'ordre de 3 à 4 % de l'akkadien[11].

Phonèmes[modifier | modifier le code]

Les quatre voyelles a, e, i, u / + les 16 consonnes sont :

Translittération b d g   p t k   z s š   r l m n ĝ
Langue d'origine p t k     ʦ s ʃ x   r (?) l m n ŋ

De nombreux scientifiques supposent l'existence du phonème / h /. Sa prononciation exacte est également peu claire[11].

Consonnes[modifier | modifier le code]

Le sumérien est supposé avoir au moins les consonnes suivantes :

Consonnes sumériennes
  Bilabiale Alvéolaire Post-alvéolaire Vélaire
Nasale m n ŋ (g̃)
Occlusive p  b t  d k  g
Fricative s z ʃ (š) x (ḫ)
Battue ɾ (r̂)
Liquide Latérale l
Rhotique r

En règle générale, /p/, /t/ et /k/ n'ont pas pu être utilisés en fin de mot[31].

L'hypothèse de l'existence de diverses autres consonnes a été émise sur la base des alternances graphiques et des prêts, mais aucun n'a trouvé une large acceptation. Par exemple, Diakonoff énumère en évidence deux sons l-, deux sons r-, deux sons h-, et deux sons g- ; et suppose une différence phonétique entre les consonnes qui sont abandonnés en fin de mot (comme le g dans zag > za3). D'autres phonèmes consonantiques ont été proposés comme semi-voyelles tels que /j/ et /p/[34], et une fricative glottale /h/[35]

Très souvent, une consonne en fin de mot n'a pas été exprimée par écrit, et a peut-être été omis dans la prononciation, elle refait surface seulement quand elle est suivie par une voyelle : par exemple le /k/ du génitif -ak n'apparaît pas dans e2lugal-la « la maison du roi », mais devient évident dans e2lugal-la-kam « (il) est la maison du roi »[31].

Voyelles[modifier | modifier le code]

Les 4 voyelles de l'écriture cunéiforme sont /a/, /e/, /i/ et /u/. Il a également été imaginé que le phonème /o/ aurait existé, ce qui aurait été supposé à cause de la translittération akkadienne. Cependant, cette hypothèse est contestée[32].

Il existe des preuves de l'harmonie vocale de la hauteur ou ATR dans le préfixe i3/e- retrouvées dans des inscriptions de Lagash de l'ère présargonique (cela a poussé des chercheurs à postuler non seulement pour un phonème /o/ qui est supposé avoir existé, mais aussi pour le phonème /ɛ/ et, plus récemment, le /ɔ/[36]).

Les Syllabes pourraient avoir l'une des structures suivantes : V, CV, VC ou CVC.

Morphologie nominale[modifier | modifier le code]

Nom[modifier | modifier le code]

Le nom sumérien est composé typiquement d'une ou de deux syllabes, rarement plus sauf dans les mots composés.

Photographie d'une carte parsemée de nombreux points rouges symbolisant l'emplacement des cités
Carte de Sumer
Exemple  :

igi = œil, e = temple, nin = femme, dame.

Beaucoup de mots bisyllabiques sont décomposables :

Exemple  :

lugal = roi (lu = homme, gal = grand).

En fin de mot, une particule s'ajoute afin de préciser le rôle du mot dans la phrase ainsi que diverses modalités. D'autres particules comme les possessifs se greffent aussi en fin de mot.

Exemple  :

lugal.ani = son roi (ani étant la marque de la 3e personne).

Deux mots peuvent se suivre afin de fabriquer un génitif, surtout dans le cas de noms propres.

Exemple  :

ur.Namma = homme de Namma (ur = homme, Namma = dieu local).

Sinon, usuellement, on utilise le marqueur .k pour le génitif.

Exemple  :
  • nin.ani.r = pour sa dame (femme.possessif_3e_personne.pour)
  • nin.ani.k = de sa dame (k = génitif)
  • e.r = pour (le) temple (temple.pour)
  • e.k = du temple (k = génitif)
  • e.0 = le temple (0 = marque du vide, absolutif)

Il y a deux genres grammaticaux, généralement appelés humain et non-humain (le premier comprend les dieux et le mot « statue » dans certains cas, mais pas les plantes ni les animaux non humains, le dernier comprend également plusieurs noms collectifs). Les adjectifs suivent le nom (lugal.mah = « grand roi »). En général, l'ordre des phrases serait : nom - adjectif - chiffre - phrase génitive - proposition relative - marqueur de possession - marque du pluriel et marqueur de cas.

Exemple  :
  • diĝir gal-gal-gu-ne-ra = pour tous mes grands dieux[37].
Cas Humaine Non-humaine
Genitif -ak
Ergatif -e
Absolutif
Datif -ra
Directif -e
Locatif -a
Locatif 2 -ne
Terminatif -še
Adverbiatif -eš
Ablatif -ta
Comitatif -da
Equatif -gen

Le pluriel[modifier | modifier le code]

Le sumérien a deux nombres, le singulier et le pluriel. Le pluriel est utilisé seulement avec les noms d'un groupe nominal, la marque du pluriel est facultative et est marquée par le suffixe « ene ». Si le pluriel est un nombre définis (exemple : « lugal-umun »), le suffixe n'est pas nécessaire, le nom sera au pluriel par défaut.

Exemples de formation du pluriel

Sumérien Français
diĝir-ene Les dieux
lugal-ene Les rois
lugal-umun Sept rois
bad Le mur (sg), les murs (pl)
du-du Les mots, tous les mots
kur-kur Les montagnes, les pays étrangers
šu-šu Les mains
a-gal-gal Les grands
udu-hi-a Plusieurs moutons

L'ergatif[modifier | modifier le code]

Le sumérien est une langue ergative. Il a donc différents cas de figure pour l'agent (sous réserve) d'un passage transitif et pour le sujet d'un passage intransitif. Le premier cas est l'ergatif et le deuxième cas est l'absolutif, on l'utilise en plus des verbes transitifs :

  • ergatif pour les verbes transitifs ;
  • absolutif pour le sujet de verbes transitifs et intransitifs.

Exemple de l'emploi de l'ergatif :

Sumérien Français Explication
lugal-Ø mu-ĝen-Ø Le roi (lugal) est venu (mu-ĝen) verbe intransitif : le sujet (« lugal ») employé dans le cas de l'absolutif
lugal-e bad-Ø i-n-sig-Ø Le roi a détruit (i-n-sig-Ø) le mur (bad) faible Verbe transitif : l'agent (« lugal-e ») est employé dans le cas de l'ergatif

Or les Sumériens n'utilisaient pas systématiquement le cas de l'ergatif, mais aussi le nominatif et l'accusatif.

Comparaison des constructions de l'ergatif, du nominatif et de l'accusatif :

Verbe transitif sujet Verbe intransitif sujet Verbe transitif d'objet
Analyse de l'ergatif et de l'absolutif Ergatif Absolutif Absolutif
Analyse du nominatif et de l'accusatif Nominatif Nominatif Accusatif

Les cas[modifier | modifier le code]

Le nominatif est à la fois le nom sumérien et le verbe, un phénomène que l'on appelle en linguistique « double marquage ». Dans une recherche antérieure, le cas du nominatif n'a été défini seulement sur la base de ce double marquage. Le double marquage marqueur est le même au singulier et au pluriel, et sont à la fin d'un syntagme nominal, notamment après la marque du pluriel « ene ». Le cas de marquage verbal est compliqué à cause des phénomènes et de certaines règles de contraction, combinés avec les effets du syllabaire de ce changement, parfois de manière significative. Il ne peut pas être décrit en détail dans ce domaine particulier de l'étude grammaticale du sumérien.

Une étude plus récente, représentée entre autres par Zólyomi[38] est pour la thèse selon laquelle les cas dans le sumérien sont pour attirer la valeur nominale comme marqueur verbal. Selon ce décompte, il pourrait y avoir un nombre considérablement plus élevé que les 9 cas de la langue sumérienne.

Les déclinaisons des noms lugal (« Roi ») et ĝeš (« l'arbre ») sont les suivantes :

Cas lugal ĝeš Fonction/Importance
Absolutif lugal-Ø ĝeš-Ø Sujet intransitif / Verbe transitif
Ergatif lugal-e (ĝeš-e) Complément d'agent de verbes transitifs
Génitif lugal-ak ĝeš-ak Le roi/arbre
Aquatif lugal-gin ĝeš-gin Comme un roi/arbre
Datif lugal-ra - Pour le roi
Allatif - ĝeš-e Vers l'arbre
Terminatif lugal-še ĝeš-še Dans la direction du roi/arbre
Comitatif lugal-da ĝeš-da Avec le roi/arbre
Locatif - ĝeš-a Dans l'arbre
Ablatif - ĝeš-ta En avant de l'arbre
Pluriel lugal-ene-ra - Pour les rois

Les pronoms[modifier | modifier le code]

Constructions des pronoms possessifs en sumérien :

1re Personne 2e Personne 3e Personne
Singulier -ĝu -zu ni, -bi
Pluriel -me -zu-ne-ne, za (-a)-ne-ne

Construction de mots en sumérien :

Sumérien Français
ama-zu Ta mère
dub-ba-ni son conseil d'écriture
ama-za(-k) Votre mère (génitif)
dub-ba-ni-še À son conseil d'administration

Phrase nominale[modifier | modifier le code]

Pour tous les syntagmes nominaux, il y a une séquence bien définie de positions. L'ordre est le suivant :

  • 1 phrase + 2 attributs adjectifs épithètes ou des participes + 3 chiffres + 4 attributs génitif + 5 clauses relatives + 6 possesseurs +
  • 7 marques du pluriel + 8 appositions + 9 marqueurs de cas[39]

Les postes individuels d'un syntagme nominal peuvent être occupés comme suit :

Description Options d'instrumentation
1 Phrase Nom
2 Épithètes / participes Adjectif ; verbe à l'infinitif
3 Chiffre / numéro
4 Attribut du génitif
5 Relative
6 Possesseurs
7 Marque du pluriel La marque du pluriel est le suffixe /ene/
8 Apposition
9 Marque des cas

Structure de la phrase nominale par rapport à d'autres langues[modifier | modifier le code]

Langue Phrase nominale Analyse Traduction
1 Sumérien šeš-ĝu-ene-ra Frère – possessif – pl pour mes frères
2 Turc kardeş-ler-im-e Frère – pl – Possessif à mes frères
3 Mongol minu aqa-nar-dur Possessif – frère – pl pour mes frères
4 Hongrois barát-ai-m-nak Ami – pl – Possessif pour mes amis
5 Finnois talo-i-ssa-ni Domicile – pl – Possessif à mon domicile
6 Bouroushaski u-mi-tsaro-alar Possessif – mère – pl à leurs mères
7 Basque zahagi berri-etan Tuyau – nouveau – pl dans les nouveaux tuyaux

Ces exemples montrent que dans les langues agglutinantes, les différents types de syntagmes nominaux sont possibles en ce qui concerne l'ordre de leurs éléments[11].

Pronoms personnels indépendants[modifier | modifier le code]

Voici les pronoms personnels indépendants en sumérien :

Singulier Traduction Pluriel Traduction
1re Personne ĝe je me nous
2e Personne ze tu zu vous
3e Personne ane, ene il, elle, on anene, enene ils

Morphologie verbale[modifier | modifier le code]

En général[modifier | modifier le code]

Le verbe sumérien a, comme le nom, une ou deux syllabes. Il est sujet à deux conjugaisons (transitive et intransitive) et à deux aspects (hamtu et maru comme indiqué dans les grammaires akkadiennes du sumérien).

Les terminaisons usuelles sont :

  • 1re personne du singulier, intransitif = -en ;
  • 1re personne du pluriel, intransitif = -en -dè -en ;
  • 2e personne du singulier, intransitif = -en -zè -en.

Toutefois, la conjugaison sumérienne est plus complexe que celles de la plupart des langues modernes car le verbe est soumis à un double marquage indiquant non seulement la personne du sujet mais en outre celle du complément d'objet direct et des autres compléments s'il y a lieu.

Exemple : mu.na.n.du.0 = « il a construit »

  • mu = marqueur du définitif ou du très probable ;
  • na = marque du datif (construire pour) ;
  • n = agent 3e personne singulier ;
  • du = radical (construire) ;
  • 0 = absolutif.

Les verbes[modifier | modifier le code]

La forme verbale sumérienne distingue un certain nombre de modes et d'accords avec le sujet ou l'objet, le nombre et le genre. La langue peut également intégrer des références pronominales à d'autres modificateurs de verbe, comme : e2- še3 ib2-ši-du-un « je vais à la maison », mais aussi e2-se3 i3-du-un « je vais à la maison » et simplement ib2-ši-du -un « je vais chez lui » sont possibles[40].

La racine verbale est presque toujours monosyllabique et forme une chaîne dite verbale[41]. La finale d'un verbe a deux préfixes et suffixes, tandis que le verbe non final ne peut avoir des suffixes[pas clair][réf. souhaitée] Globalement, les préfixes ont été divisés en trois groupes qui se produisent dans l'ordre suivant : préfixes modaux, « préfixes de conjugaison », et les préfixes pronominaux et dimensionnels[42].

Préfixes modaux[modifier | modifier le code]

Les préfixes modaux sont /Ø/ (à l'indicatif), /nu-/, /la-/, /li-/ (négatif; /la/ et /li/) /ga -/, /ha/ ou /il-/, /u-/, /na-/ (négatif ou positif), /bara-/ (négatif ou vétitif), /nus-/ et /SA-/ avec davantage de l'assimilation de la voyelle. Leur signification peut dépendre de TA.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Texte cunéiforme (akkadien ?)

Le sumérien est une langue agglutinante, ce qui signifie que chaque mot est formé de multiples morphèmes associés les uns aux autres ; il s'oppose ainsi aux langues isolantes comme le chinois (où chaque mot n'existe que sous une forme fixe) et aux langues flexionnelles, où les mots se déclinent sous des formes différentes formées par l'utilisation d'affixes ne pouvant être séparés de la racine. On retrouve en sumérien une utilisation importante de mots composés : ainsi par exemple le mot lugal signifiant « roi » est formé par l'accolement des mots pour « grand » et « homme ».

C'est aussi une langue ergative, ce qui signifie que le sujet d'un verbe transitif direct est décliné au cas ergatif, ce qui se marque par la postposition -e. Le sujet d'un verbe intransitif et l'objet direct d'un verbe transitif relèvent de l'absolutif, ce qui en sumérien (comme dans la plupart des langues ergatives) est marqué par l'absence de suffixe (ou encore ce qui est appelé « suffixe zéro »), comme dans lugal-e é mu-un-dù « le roi construit une maison / un temple / un palais » ; lugal ba-gen « le roi partit ».

Exemple de texte[modifier | modifier le code]

Translittération[43]:
I.1-7: den-lil2 lugal kur-kur-ra ab-ba dingir-dingir-re2-ne-ke4 inim gi-na-ni-ta dnin-ĝir2-su dšara2-bi ki e-ne-sur
8-12: me-silim lugal kiški-ke4 inim dištaran-na-ta eš2 GAN2 be2-ra ki-ba na bi2-ru2
13-17: uš ensi2 ummaki-ke4 nam inim-ma diri-diri-še3 e-ak
18-19: na-ru2-a-bi i3-pad
20-21: eden lagaški-še3 i3-ĝen
22-27: dnin-ĝir2-su ur-sag den-lil2-la2-ke4 inim si-sa2-ni-ta ummaki-da dam-ḫa-ra e-da-ak
28-29: inim den-lil2-la2-ta sa šu4 gal bi2-šu4
30-31: SAḪAR.DU6.TAKA4-bi eden-na ki ba-ni-us2-us2
32-42: e2-an-na-tum2 ensi2 lagaški pa-bil3-ga en-mete-na ensi2 lagaški-ka-ke4 en-a2-kal-le ensi2 ummaki-da ki e-da-sur
II.1-3a: e-bi id2 nun-ta gu2-eden-na-še3 ib2-ta-ni-ed2
3b: GAN2 dnin-ĝir2-su-ka 180 30 1/2 eš2 niĝ2-ra2 a2 ummaki-še3 mu-tak4
3c: GAN2 lugal nu-tuku i3-kux(DU)
4-5: e-ba na-ru2-a e-me-sar-sar
6-8: na-ru2-a me-silim-ma ki-bi bi2-gi4
9-10: eden ummaki-še3 nu-dab5
11-18: im-dub-ba dnin-ĝir2-su-ka nam-nun-da-ki-gar-ra bara2 den-lil2-la2 bara2 dnin-ḫur-sag-ka bara2 dnin-ĝir2-su-ka bara2 dutu bi2-du3

Traduction[44]
I.1-7: Enlil, le roi de toutes les terres, père de tous les dieux, par son commandement de l'entreprise, fixe la frontière entre Ningirsu et Shara.
8-12: Mesilim, roi de Kish, sur l'ordre de Ishtaran, mesuré sur le terrain et a mis en place une pierre là-bas
13-17: Ush, dirigeant d'Umma, a agi avec arrogance.
18-19: Il a arraché la pierre
20-21: et marcha vers la plaine de Lagash.
22-27: Ningirsu, guerrier d'Enlil, sur son ordre juste, firent la guerre avec Umma.
28-29: Sur l'ordre de Enlil, il jeta son grand filet de bataille au-dessus
30-31: et entassés tumulus pour lui sur la plaine.
32-42: Eanatum, souverain de Lagash, oncle de En-metena, souverain de Lagash, a fixé la frontière avec Enakale, dirigeant d'Umma ;
II.1-3a: fait le canal qui s'étend désormais à partir du canal de la Gu'edena ;
3b: à gauche un champ de Ningirsu d'une longueur 1,290 mètres, vers le côté d'Umma
3c: et établi comme terrain sans propriétaire.
4-5: Au fait sur le canal il a inscrit des pierres,
6-8: et a restauré la pierre de Mesilim.
9-10: Il n'a pas franchi la plaine d'Umma.
11-18: Sur la levée de Ningirsu, le « Namnundakigara », il a construit un sanctuaire dédié à Enlil, un sanctuaire pour Ninhursag, un sanctuaire pour Ningirsu et un sanctuaire pour Utu.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Un logogramme composé (ou composé diri, d'après la prononciation de l'un d'entre eux, traditionnellement pris comme exemple type) est un mot composé de plusieurs logogrammes et ne se prononçant pas comme la succession des logogrammes individuels.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Joan Oates, Babylon, édition révisée, Thames and Hudston, 1986, p. 30, 52-53.
  2. a, b et c Encyclopædia Britannica en ligne
  3. a et b Guy Deutscher, Syntactic Change in Akkadian: The Evolution of Sentential Complementation., Université d'Oxford, p. 20–21, 2007 (ISBN 978-0-19-953222-3)
  4. A. K. Grayson, Penguin Encyclopedia of Ancient Civilizations, ed. Arthur Cotterell, Penguin Books, 1980, p. 92
  5. Nos 20 minutes
  6. Sumérien isolat
  7. Langue sumérienne
  8. a et b C. Woods, Bilingualism, Scribal Learning, and the Death of Sumerian, dans S. L. Sanders (édition) Margins of Writing, Origins of Culture, 2006, p. 91-120
  9. P. Michalowski, The Lives of the Sumerian Language, dans S. L. Sanders (édition), Margins of Writing, Origins of Cultures, Chicago, 2006, pages 159-184
  10. Rubio, 2007, p. 1369.
  11. a, b, c, d, e et f Edzard (2003)
  12. Piotr Michalowski, Sumerian, The Cambridge Encyclopedia of the World's Ancient Languages, Cambridge, 2004, p. 22
  13. a, b, c et d Sergei A. Starostin, Hurro-Urartian as an Eastern Caucasian Language, Munich, 1986
  14. Gordon Whittaker, « The Case for Euphratic », Bulletin of the Georgian National Academy of Sciences, Tbilisi, vol. 2, no 3,‎ 2008, p. 156–168 (lire en ligne)
  15. Simo Parpola, Sumerian: Uralic Language, 53e Rencontre Assyriologique Internationale, Moscou, 23 juillet 2007
  16. Allan R. Bomhard, PJ Hopper, Toward Proto-Nostratic: a new approach to the comparison of Proto-Indo-European and Proto-Afroasiatic, 1984, p. 27
  17. Merritt Ruhlen, The Origin of Language: Tracing the Evolution of the Mother Tongue. John Wiley & Sons, New York, 1994. Page 143.
  18. Jan Braun, Sumerian and Tibeto-Burman, Additional Studies, 2004 (ISBN 83-87111-32-5).
  19. Kevin J. Cathcart, The Earliest Contributions to the Decipherment of Sumerian and Akkadian, Cuneiform Digital Library Journal, 2011
  20. J. C. Hinrichs, Keilschrift, Transcription und Übersetzung : nebst ausführlichem Commentar und zahlreichen Excursen : eine assyriologische Studie, 1879
  21. R. Brünnow, A Classified List of Sumerian Ideographs, 1889.
  22. Dictionnaire sumérien-assyrien
  23. P. Anton Deimel, Sumerisch - Akkadisches Glossa, vol. III de 4 volumes Sumerisches Lexikon de Deimel, 1934
  24. Sumerian Mythology - Introduction - The sources: The Sumerian literary tablets dating from approximately 2000 B. C.
  25. Friedrich Delitzsch, Sumerisches Glossar, 1914
  26. Friedrich Delitzsch, Grundzüge der sumerischen Grammatik, 1914
  27. Rosengarten (1967)
  28. M.-J. Seux dans Sumer 1999-2002, col. 353-354
  29. L'aube des civilisations, p. 134
  30. François Thureau-Dangin, Inscriptions de Sumer et d'Akkad : transcription et traduction, Paris, Ernest Leroux,‎ 1905, 352 p.
  31. a, b et c J. Keetman, 2007, Gab es ein h im Sumerischen? Dans Babel und Bibel 3, p. 21.
  32. a et b Piotr Michalowski, Sumerian. In : Roger D. Woodard (ed.), The Ancient Languages of Mesopotamia, Egypt and Aksum., 2008, p. 16.
  33. D. Foxvog, « Introduction to Sumerian grammar », p. 21, consultée le 15 mars 2009.
  34. "Sumerian language". Projet ETCSL. Faculté des études orientales, Université d'Oxford. 2005-03-29.
  35. Pascal Attinger, Éléments de linguistique sumérienne, 1993, p. 212
  36. Eric J. M. Smith, « Harmony and the Vowel Inventory of Sumerian », Journal of Cuneiform Studies, volume 57, 2007
  37. Kausen, Ernst, 2006. Sumerische Sprache. P. 9.
  38. Gábor Zólyomi, « Genitive Constructions in Sumerian », dans Journal of Cuneiform Studies, the American Schools of Oriental Research, Boston, Massachusetts, 48, 1996, p. 31–47 (ISSN 0022-0256)
  39. Ernst Kausen, Sumerische Sprache, 2006 p. 9.
  40. Justin Cale Johnson, The Eye of the Beholder: Quantificational, Pragmatic and Aspectual Features of the *bí- Verbal Formation in Sumerian, UCLA, Los Angeles, 2004
  41. Voir par exemple Rubio 2007, Attinger 1993, Zólyomi 2005, Sumerisch, dans Sprachen des Alten Orients
  42. Par exemple Attinger 1993, Rubio 2007
  43. CDLI - Found Texts
  44. Chavalas, Mark William. The ancient Near East: sources historiques en translations p. 14.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) M.-L. Thomsen, The Sumerian language: An introduction to its history and grammatical structure, Akademisk Forlag, 1987
  • (en) Samuel Noah Kramer, The Sumerians: Their History, Culture, and Character (University of Chicago Press / édition Kindle), 1962, Sumerian Mythology, University of Pennsylvania Press, 1998
  • (en) D. O. Edzard, Sumerian Grammar, Handbuch der Orientalistisk, Brill, 2003
  • Raymond Jestin, Abrégé de grammaire sumérienne, Geuthner
  • (en) Heather Lynn (archéologue), The Sumerian Controversy: A Special Report (Mysteries in Mesopotamia) (édition Kindle), 2013
  • Sophie Cluzan et al., L'aube des civilisations, édition Larousse, 192 p. (ISBN 2-07-054902-X)
  • « Sumer », dans Jacques Briend et Michel Quesnel (dir.), Supplément au Dictionnaire de la Bible fasc. 72-73, Letouzey & Ané,‎ 1999-2002, col. 77-359

Liens externes[modifier | modifier le code]