Musée de la vie romantique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Musée de la Vie romantique)
Aller à : navigation, rechercher
Musée de la vie romantique
Image illustrative de l'article Musée de la vie romantique
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Ville Paris
Adresse Hôtel Scheffer-Renan
16 rue Chaptal, 75009 Paris

(M) Ce site est desservi par les stations de métro PigalleBlancheSaint-Georges et Liège.

Coordonnées 48° 52′ 52″ N 2° 19′ 59″ E / 48.881, 2.333 ()48° 52′ 52″ Nord 2° 19′ 59″ Est / 48.881, 2.333 ()  
Informations générales
Date d’inauguration 1987
Collections RDC : effets personnels de George Sand ;
à l'étage : toiles du peintre d'origine hollandaise Ary Scheffer et de ses contemporains
Informations visiteurs
Nb. de visiteurs/an 110 000 en 2009, 146 000 en 2010
Site web vie-romantique.paris.fr

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Musée de la vie romantique

Le musée de la vie romantique est situé dans le quartier de la « Nouvelle Athènes » du 9e arrondissement à Paris. Il est installé au nº 16 de la rue Chaptal, dans l’hôtel Scheffer-Renan, ancienne demeure du peintre d'origine hollandaise Ary Scheffer et foyer d'inspiration romantique durant la première partie du XIXe siècle.
Au rez-de-chaussée du pavillon construit en 1830, le musée expose les souvenirs de la romancière George Sand, qui venait en voisine rendre visite au peintre. Les salons y restituent son art de vivre avec des peintures, dessins, sculptures, meubles, bijoux et objets de vitrine provenant de sa demeure de Nohant en Berry et légués en 1928 avec usufruit à la Ville de Paris par sa petite-fille, Aurore Lauth-Sand.
À l'étage, les salles évoquent la mémoire d'Ary Scheffer comme de ses contemporains - et du philosophe Ernest Renan, devenu son neveu par alliance.

Il s'agit d'un des quatorze Musées de la Ville de Paris gérés depuis le 1er janvier 2013 par l'établissement public administratif Paris Musées.

Histoire du lieu[modifier | modifier le code]

L'ancienne maison du peintre Ary Scheffer (1795-1858), qui y a vécu de 1830 à sa mort en 1858, est restée jusqu'en 1982 la propriété privée de sa descendance latérale par les femmes. La fille du peintre, Cornélia Scheffer, épouse du chirurgien René Marjolin, n'ayant pas eu d'enfant, laissa la propriété à sa petite-nièce Noémi. Celle-ci était la petite-fille du peintre Henry Scheffer et la fille de Cornélie, qui avait elle-même épousé l'écrivain et philosophe Ernest Renan.
Après son mariage avec Jean Psichari, Noémi Renan éleva dans cette maison leurs quatre enfants dont la benjamine, Corrie, qui s'y installa à son tour avec son mari le compositeur Robert Siohan qu'elle avait épousé en 1921. Corrie Siohan, en accord avec sa sœur aînée Henriette Psichari - qui fut l'épouse du médecin et psychiatre Gabriel Revault d'Allonnes - décida, n'ayant pas eu d'enfant, de confier "l'enclos Chaptal" à l'état français en 1956 pour qu'il devienne un lieu patrimonial inaliénable. Leurs démarches furent encouragées par André Malraux, ministre de la culture, puis par Jacques Chirac, maire de Paris.

Après la mort de Corrie Siohan, s'ouvrit en 1983 un premier musée, dit Renan-Scheffer, dépendant de la Ville de Paris sous la tutelle du musée Carnavalet. Bientôt dirigé par Anne-Marie de Brem, ce lieu d'exception devint en 1987 le musée de la vie romantique, après une importante rénovation dans le goût du XIXe siècle, conduite par le décorateur Jacques Garcia. Ainsi peut-on aujourd'hui y goûter l'atmosphère préservée des salons bourgeois de la Nouvelle Athènes au XIXe siècle où se réunissaient de nombreux peintres mais aussi des écrivains, chroniqueurs, hommes politiques et musiciens. Fin 1998, Daniel Marchesseau, conservateur général du patrimoine, a été nommé à la direction de l'établissement. Un réaménagement complémentaire des deux ateliers consacrés à des expositions temporaires organisées deux fois par an, a été effectué sous la houlette du décorateur François-Joseph Graf en 2003. Daniel Marchesseau a fait valoir ses droits à la retraite en juin 2013. Son successeur désigné est Jérôme Farigoule.

Le premier fonds Ary Scheffer provient essentiellement de deux dépôts, provenant du musée Carnavalet et de la Bibliothèque historique de la ville de Paris, complété par quelques prêts du Dordrechts Museum où avait été légué par la fille du peintre en 1898 l'essentiel de l'atelier paternel.
Ainsi le musée a-t-il pu ouvrir avant de recevoir en pleine propriété en 1991 le legs de Corrie et Robert Siohan. Parallèlement, une politique active d'acquisitions d'œuvres d'art a été entamée dès l'ouverture du musée pour compléter les collections.
En 1995, Pierre Bergé a remis au musée un ensemble de souvenirs romantiques autour de La Malibran, George Sand, Rachel, Sarah Bernhardt et Louise Abbéma que Jacques Chazot, disparu en 1993, avait collectionnés. En 2012, les amis du musée ont pu acquérir un ensemble complémentaire d'objets et publications autour de Mademoiselle Rachel.

Des archives familiales d'Ernest Renan et de son gendre Jean Psichari, un fonds de dessins de son fils Ary Renan et une bibliothèque complètent l'appareil scientifique du musée qui a bénéficié d'un don majeur d'ouvrages de références autour de George Sand, par la famille de Georges Lubin, le spécialiste reconnu de l'écrivain, qui entra au musée peu après sa disparition en 2000.

Le musée de la Vie romantique a le statut de musée de France au sens de la loi no 2002-5 du 4 janvier 2002.
L'État français a définitivement transféré la propriété de l'ensemble immobilier à la Ville de Paris le 1er janvier 2007.

La société des amis du musée a été créée en 1999, d'abord présidée par Didier Wirth, puis, de 2002 à fin 2012, par Solange Thierry de Saint-Rapt. Les 'lundis romantiques', inaugurés par Jean d'Ormesson, soirées littéraires et musicales organisées onze fois par an, ont permis de recevoir de hautes personnalités - de Marc Fumaroli et Dominique Bona à René de Obaldia et Alfred Brendel - comme de nombreux jeunes interprètes parmi les plus prometteurs, du violoniste Laurent Korcia aux pianistes Bertrand Chamayou, Khatia Buniatishvili ou Adam Laloum.

Le musée[modifier | modifier le code]

Autour de George Sand (1804-1876)[modifier | modifier le code]

Les salons du rez-de-chaussée présentent de nombreuses pièces de mobilier, peintures, dessins et sculptures, objets d'arts, bijoux et memorabilia ayant appartenu à George Sand, parmi lesquelles des toiles majeures de :

Et, plus largement, des sculptures et objets d'art de l'époque romantique :

De nombreux médaillons en vitrine de :

Des œuvres sur papier, signées en particulier de :

Ary Scheffer (1795-1858), le maître des lieux[modifier | modifier le code]

Des huiles sur toile, dont 
Pauline Viardot, peint par Ary Scheffer en 1840, huile sur toile
La Princesse de Joinville, peint par Ary Scheffer en 1844, huile sur toile
Peintures de ses contemporains 
Sculptures 
Objets d'art 

Autour d'Ernest Renan (1823-1897)[modifier | modifier le code]

et divers souvenirs provenant de la famille de l'écrivain

Expositions et publications[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, tous les catalogues ont été publiés par Paris-Musées :

  • 1984
    • La Nouvelle Athènes Le Quartier Saint-Georges de Louis XV à Napoléon III par Dominique Morel, Musée de la Vie romantique/Maison Renan Scheffer.
  • 1985
    • Achille Devéria (1800-1857) témoin du romantisme parisien par Dominique Morel, Musée de la Vie romantique/Maison Renan Scheffer.
  • 1986
    • Franz Liszt et le romantisme français par Dominique Morel, Musée Renan-Scheffer/Les Musées de la Ville de Paris.
  • 1989
    • Le Larmoyeur d’Ary Scheffer, par Anne-Marie de Brem.
  • 1992
    • L’Atelier d’Ary Scheffer, par Anne-Marie de Brem.
  • 1993
    • Louis Hersent, peintre d’histoire et portraitiste, par Anne-Marie de Brem.
  • 2011
    • Jardins romantiques français, Du jardin des Lumières au parc romantique, par Catherine de Bourgoing. Contributions de Daniel Marchesseau, Didier Wirth, Claude d'Anthenaise, Monique Mosser, Elisabetta Cereghini, Patricia Taylor, Luigi Gallo, Pascale Heurtel, Bernard Chevallier, Dany Sautot, Jean-Denys Devauges et Isabelle Lévêque (ISBN 978-2-7596-0159-2)
    • Patrick Faigenbaum - Photographies - Paris proche et lointain, par Daniel Marchesseau et Jean-François Chevrier (ISBN 978-2-7596-0176-9)
  • 2013
    • Esquisses peintes de l’Époque romantique, Delacroix, Cogniet, Scheffer, par Sophie Eloy

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hélène Rochette, Maisons d'écrivains et d'artistes. Paris et ses alentours, p. 36-39, Parigramme, Paris, 2004 (ISBN 2-84096-227-6)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]