Hôtel Tubeuf (rue des Petits-Champs)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hôtel Tubeuf
La cour de l'hôtel Tubeuf, donnant sur la rue des Petits-Champs
La cour de l'hôtel Tubeuf, donnant sur la rue des Petits-Champs
Présentation
Architecte Jean Thiriot
Date de construction 1635
Destination initiale Habitation
Propriétaire Bibliothèque nationale de France
Destination actuelle Bibliothèque
Protection  Inscrit MH (1983)Logo monument historique Classé MH (1983)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Localité Paris
Localisation
Coordonnées 48° 52′ 00″ N 2° 20′ 17″ E / 48.866751, 2.338033 ()48° 52′ 00″ Nord 2° 20′ 17″ Est / 48.866751, 2.338033 ()  

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Hôtel Tubeuf

L'hôtel Tubeuf est un hôtel particulier du 2e arrondissement de Paris construit en 1635. Les façades, toitures et certains éléments (escalier du département des Estampes...) font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 29 décembre 1983[1]. D'autres éléments, comme la chambre de Mazarin, sont classés à la même date. Le lieu hébergeait la Bourse de Paris au XVIIIe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bâti en 1635 à l'angle des rues Vivienne et des Petits-Champs, l'hôtel Tubeuf (nommé alors hôtel de Chevry et propriété de Charles Duret de Chevry) constitue la partie la plus ancienne du quadrilatère de la Bibliothèque nationale de France site Richelieu. La construction et probablement la conception de l'hôtel de Chevry avaient été confiées à Jean Thiriot.
En 1641, l'hôtel devint la propriété de Jacques Tubeuf, nommé la même année à la charge d’intendant et contrôleur général des finances. En 1643, le cardinal Mazarin loua l'hôtel Tubeuf pour y abriter ses collections, déjà opulentes, et sa bibliothèque naissante, mais le cardinal ne résidait pas dans cet hôtel qu'il utilisa avant tout telle une retraite où "il était parfois bien aise de se reposer au milieu des merveilles qu'il y accumulait"[2] et où il installa par la suite, ses neveux et nièces dont la célèbre Hortense Mancini. En 1649, Mazarin en fit l'acquisition et l'hôtel Tubeuf connut sa plus glorieuse période en devenant la partie principale avec les extensions de Mansart du Palais Mazarin.

C'est dans cet hôtel que fut logé le Bernin lorsqu'il vint à Paris, en 1665, étudier quelle façade il convenait d'édifier pour le côté est du palais du Louvre[3].

L'hôtel Tubeuf a été acquis par la Compagnie des Indes qui l'occupa de 1719 à 1769.

À partir de 1882, l'administration de la Bibliothèque nationale décida d'installer les collections géographiques au premier étage de l'hôtel que venait de libérer le département des Manuscrits. Au rez-de-chaussée prenait place l'atelier de reliure. La salle de lecture prit place dans le corps central, mais la partie occidentale étant affectée au département des Estampes, les collections géographiques demeuraient à l'étroit et éloignées de leur espace de consultation. Durant l'entre-deux-guerres, une solution d'ensemble se dessina sous l'impulsion de Julien Cain et de l'architecte Roux-Spitz. La restructuration complète de l'hôtel Tubeuf fut entreprise en ne conservant que les éléments de façade du corps central et de l'aile occidentale, tandis que l'aile orientale dévolue à des logements de fonction ne connaîtrait aucune transformation de ses intérieurs comme de ses extérieurs.

Les travaux entrepris avant la guerre furent interrompus en 1941. Durant la période d'occupation, la partie centrale avait l'allure d'une coque vide avec l'étaiement spectaculaire des baies et des façades. À la Libération, de longs travaux reprirent par l'excavation de quatre niveaux de sous-sols, à quatorze mètres au-dessous du niveau des cours. Il fallut attendre le 11 juin 1954 pour inaugurer les nouvelles installations des départements des cartes et plans et des estampes et de la photographie qui s'inscrivent dans le vaste programme de renouveau du quadrilatère arrêté par Julien Cain en 1934.

Au début du XXIe siècle, une nouvelle réhabilitation de l'hôtel est nécessaire et prend place dans le vaste chantier de rénovation du site Richelieu

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger-Armand Weigert, « Le Palais-Mazarin : architectes et décorateurs », in Art de France, no 2, 1961, p. 146-149
  • Claude Dulong, «  Du nouveau sur le Palais Mazarin : l'achat de l’hôtel Tubeuf par le cardinal », in Bibliothèque de l'école des chartes, no 153-1, 1995, p. 131-155, [lire en ligne].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no PA00086009 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Germain Brice, Description de Paris, 1709.
  3. Jacques Hillairet, Connaissance du Vieux-Paris, 1951.

Article connexe[modifier | modifier le code]