Seine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Seine (homonymie).
Seine
La Seine au niveau de l'Hippodrome de Longchamp, en amont du Pont de Suresnes.
La Seine au niveau de l'Hippodrome de Longchamp, en amont du Pont de Suresnes.
Carte topographique du bassin de la Seine.
Carte topographique du bassin de la Seine.
Caractéristiques
Longueur 777 km
Bassin 79 000 km2
Bassin collecteur Bassin de la Seine
Débit moyen 563 m3/s (Le Havre)
Régime Pluvial océanique
Cours
Source Plateau de Langres
· Localisation Source-Seine, Côte-d'Or, France
· Altitude 446 m
· Coordonnées 47° 29′ 10″ N 4° 43′ 01″ E / 47.4861, 4.71694 (Source - Seine)  
Embouchure Manche
· Localisation Le Havre/Honfleur, Normandie, France
· Altitude 0 m
· Coordonnées 49° 26′ 02″ N 0° 12′ 24″ E / 49.43389, 0.20667 (Embouchure - Seine)  
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Yonne, Loing, Eure, Risle
· Rive droite Ource, Aube, Marne, Oise, Epte
Pays traversés Drapeau de la France France
Principales villes Troyes, Melun, Paris, Rouen, Le Havre

Sources : SANDRE, Géoportail, Banque Hydro

La Seine (prononcé [ˈsɛn ]) est un fleuve français, long de 777 kilomètres[1], qui coule dans le Bassin parisien et arrose Troyes, Paris, Rouen et Le Havre. Sa source se situe à 446 m d'altitude[2] à Source-Seine, en Côte-d'Or sur le plateau de Langres. Son cours a une orientation générale du sud-est au nord-ouest. Elle se jette dans la Manche entre Le Havre et Honfleur. Son bassin versant, d'une superficie de 79 000 km2 [3], intéresse près de 30 % de la population du pays. Sa source était un lieu sacré pour les gaulois, pour qui elle était le royaume de la déesse Sequana, qui a donné son nom au fleuve au Ier et IIe siècles de notre ère[4].

Hydronymie[modifier | modifier le code]

L'Yonne et la Seine auraient été considérées comme jumelles, seul le cours supérieur aurait été appelé Seine après transcription et latinisation d’(I)sicauna en Sequana par César.

Cependant la plupart des spécialistes considèrent l’origine du nom Sequana comme obscure. Certains[Qui ?] y voient une erreur de transcription d'un ou de plusieurs mots celtiques différents. D'autres[Qui ?] un hydronyme préceltique, au motif que le groupe [kʷ] n'existe pas en celtique gaulois (et brittonique), où il a évolué en [p] (exemple : pinp[etos] « cinq[uième] » en gaulois[5], pimp en gallois, pemp en breton, par contre irlandais cinc, latin quinque > cinq, etc. Ils procèdent tous de l'indo-européen *pénkʷe). Cependant, cette évolution a pu se produire postérieurement à l'attribution du nom Sequana par les premiers arrivants celtes : ceux-ci semblent en effet avoir parlé un « proto-celtique » où la mutation /kʷ/ > /p/ n'était pas encore réalisée, comme l'attestent certaines inscriptions celtibères retrouvées en Espagne.

Mais rien n'empêche une réinterprétation du nom en *se-ku-ana[6]. L'élément -ana est fréquent par ailleurs en hydronymie et en toponymie. Il apparaît sous la forme anam dans le glossaire d'Endlicher[7], il y est traduit par le latin paludem[8] (accusatif de palus, -udis « étang, marais »). Le nom de l'Yonne contiendrait plutôt l'élément -onno cf. onno donné pour flumen « cours d’eau, rivière, fleuve », lui aussi répandu, dans ce même glossaire. On peut douter de la celticité de ces deux termes, notamment du mot onno, utilisés pourtant en gaulois, semble-t-il[8].

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la vallée de la Seine, vers 1750, BNF
Article détaillé : Source-Seine#Lieux et monuments.

Le cours de la Seine[modifier | modifier le code]

La Seine est partagée en cinq parties, d'amont en aval[9] :

  • la Petite Seine, de la source à Montereau-Fault-Yonne (confluence avec l'Yonne) ;
  • la Haute Seine, de Montereau-Fault-Yonne à Paris ;
  • la traversée de Paris ;
  • la Basse Seine, de Paris à Rouen ;
  • la Seine maritime, de Rouen à la Manche.

Le lac artificiel de la Forêt d'Orient, en amont de Troyes, ainsi que le Lac du Der en amont de Saint-Dizier ont été créés dans les années 1960 et 1970 pour réguler le débit du fleuve.

En Île-de-France et en Normandie, la faible déclivité de la vallée de la Seine a causé la formation de multiples et profonds méandres parfois d'une très forte sinuosité (>3) sur plusieurs dizaines de kilomètres. Pour la même raison, les effets de la marée se font sentir sur une centaine de kilomètres, jusqu’au barrage de Poses et se manifestaient jusqu’à un passé récent, par le phénomène du « mascaret », appelé barre en Normandie.

La source de la Seine[modifier | modifier le code]

Source de la Seine

Les « sources officielles » de la Seine sont situées sur le territoire de la commune de Source-Seine sur le plateau de Langres à une altitude de 446 mètres[10],[2]. Les sources de la Seine sont la propriété de la ville de Paris depuis 1864. Une grotte artificielle a été construite l'année suivante pour abriter la source principale et la statue d'une nymphe symbolisant le fleuve. Cependant, la capitale s'en est désintéressée et la parcelle devrait revenir à la région Bourgogne qui souhaite valoriser le site[11]. Celui-ci abrite également les vestiges d'un temple gallo-romain (actuellement enfouis). Des objets témoignant du culte aux sources du fleuve (Dea Sequana) sont exposés au musée archéologique de Dijon.

Le bassin versant de la Seine[modifier | modifier le code]

Le bassin versant de la Seine d'une superficie de 79 000 km2 [3] est pratiquement entièrement compris dans le Bassin parisien qui d'un point de vue géologique constitue un bassin sédimentaire affectant la forme d'une cuvette ouverte vers la Manche et l'Atlantique. Ce bassin est constitué par un empilement de formations géologiques à faible pente convergeant vers le centre et entre lesquelles s'intercalent d'importantes formations aquifères[12]. Le relief du bassin versant de la Seine ne s'élève généralement pas au-dessus de 300 mètres sauf sur sa marge sud-est dans le Morvan où il culmine à 900 mètres. La modicité de l'altitude moyenne du bassin versant explique les faibles pentes des cours d'eau (entre 0,01 et 0,03 m pour 100 mètres) qui coulent vers l'ouest en se frayant leur chemin à travers les cuestas faisant saillie à l'est du bassin puis en incisant les plateaux du centre de la région[13].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Bassin Parisien connait un climat océanique avec un apport constant d'humidité véhiculé par les vents dominants d'Ouest. La pluviométrie est comprise entre 800 mm et 1 100 mm dans les régions côtières s'abaisse jusqu'à 550 mm dans les régions centrales faute de relief (altitude inférieure à 200 m en Île-de-France) avec un minimum dans la Beauce pour remonter sur les marges orientales avec un maximum à 1 300 mm dans le Morvan[14]. La Seine et trois de ses principaux affluents - l'Aube, la Marne et l’Oise - qui circulent dans des régions aux caractéristiques similaires (régime océanique, faible relief et géologie identique) partagent le même régime hydrographique avec un débit maximal en janvier et un minimum en aout. Le Bassin Parisien comprend 9 aquifères qui s'intercalent entre les différentes couches géologiques. Le réseau hydrographique est relié en différents points directement à l'aquifère la moins profonde : en fonction de la hauteur des eaux elle alimente la Seine l'alimente ou est alimentée par celle-ci. Enfin la couche d'alluvions, présente dans les vallées avec une épaisseur inférieure à 10 mètres, constitue une dixième formation aquifère très productive[15].

Principaux affluents[modifier | modifier le code]

Voici une liste des principaux (longueur[1] supérieure à 100 km, ou bassin versant[3] supérieur à 1 000 km2 ou débit[3] moyen (module) supérieur à 10 m3/s connu au plus proche de la confluence) affluents directs de la Seine et situés avec leur confluence par la distance (km) avec la limite Ouest de l'estuaire de la Seine 49° 26′ 14″ N 0° 06′ 33″ E / 49.43722, 0.10917[1] selon son écoulement à l'aval, par l'altitude (m) (du plan d'eau en débit moyen, estimé au mieux d'après carte topographique), par la rive, par le nom du département (amont si limite interdépartementale), par la commune de la pointe de confluence, par les coordonnées puis avec les 3 données comparables pour la Seine (juste à l'amont de la confluence) :

Affluent Situation de la confluence Seine
Nom Longueur Bassin Débit moyen Distance Altitude Rive Dépar-tement Commune Coordonnées Longueur Bassin Débit moyen
l'Ource 100 736 8,6 666,8 156 droite Aube Bar-sur-Seine 48° 05′ 47″ N 4° 22′ 49″ E / 48.09639, 4.38028 108,0 14,5
l'Aube 248,3 4 660 41 553,2 72 droite Marne Marcilly-sur-Seine 48° 33′ 40″ N 3° 43′ 00″ E / 48.5611, 3.71667 221,6 4 000 33
l'Yonne 292,3 10 836 93 467,3 49 gauche Seine-et-Marne Montereau-Fault-Yonne 48° 23′ 20″ N 2° 57′ 27″ E / 48.3889, 2.9575 307,5 10 300 80
le Loing 166 4 150 19 453,6 45 gauche Seine-et-Marne Saint-Mammès 48° 23′ 13″ N 2° 48′ 09″ E / 48.38694, 2.8025 321,2 21 200
l'Essonne 97,2 1 870 8,4 400,3 34 gauche Essonne Corbeil-Essonnes 48° 36′ 53″ N 2° 28′ 52″ E / 48.61472, 2.48111 374,5
l'Yerres 97,5 1 030 3,5 382,9 32 droite Val-de-Marne Villeneuve-Saint-Georges 48° 43′ 35″ N 2° 26′ 37″ E / 48.72639, 2.44361 391,9 29 740
la Marne 514 12 920 110 371,4 29 droite Val-de-Marne Alfortville 48° 49′ 00″ N 2° 24′ 38″ E / 48.81667, 2.41056 403,4 30 800 217
l'Oise 341,1 16 667 110 294,6 22 droite Yvelines Conflans-Sainte-Honorine 48° 59′ 14″ N 2° 04′ 17″ E / 48.98722, 2.07139 480,2 44 700
l'Epte 113 1 490 9,8 220,1 14 droite Yvelines Limetz-Villez 49° 03′ 42″ N 1° 31′ 41″ E / 49.06167, 1.52806 554,7 63 100
l'Eure 228,7 6 017 26,2 158,2 4,5 gauche Eure Saint-Pierre-lès-Elbeuf 49° 17′ 42″ N 1° 02′ 23″ E / 49.295, 1.03972 616,6
la Risle 145 2 300 14 17,8 2 gauche Eure Saint-Samson-de-la-Roque 49° 26′ 22″ N 0° 22′ 19″ E / 49.43944, 0.37194 757,0


Diagramme comparatif des bassins versants des principaux affluents, supérieurs à 1000 km² :

L'Yonne ou la Seine ?[modifier | modifier le code]

Selon la définition de la confluence, le cours d'eau entrant à une confluence avec le plus fort débit annuel (module) donne son nom au cours d'eau issu de cette confluence. Selon cette définition, ce ne serait donc pas la Seine, mais l'Yonne le cours principal du bassin parisien[16]. En effet, à leur confluent à Montereau-Fault-Yonne, l'Yonne présente un débit et un bassin versant supérieurs[3] à ceux de la Seine (respectivement 93 m3⋅s-1 et près de 10 800 km2 pour l'Yonne, tandis que la Seine présente un débit de 80 m3⋅s-1 et 10 300 km2)[17]. La même situation se reproduit en amont avec l'Aube dont le bassin versant est de 4 700 km2, avec un débit de 41 m3⋅s-1, contre 4 000 km2 et 33 m3⋅s-1 pour la Seine. C'est donc pour une question culturelle et historique que l'on parle du bassin de la Seine[18],[19]. Cette situation se rencontre aussi entre la Saône et le Doubs, mais ne semble pas provoquer les mêmes questions.

Aspects géologiques[modifier | modifier le code]

La Seine formait avec la Loire un seul et unique fleuve il y a environ six millions d'années[20]. Elle traversait une vaste pénéplaine de nature argileuse sous un climat subtropical. Il y a trois millions d'années, la région subit un refroidissement et un soulèvement dû à la poussée des arcs pyrénéen et alpin au sud. Les glaciations de l'ère quaternaire firent baisser le niveau des mers et océans, si bien que la Seine se jetait alors au large de la Bretagne actuelle (la Manche était un fleuve)[À développer][21]. Cette période fut marquée par la migration des méandres du fleuve, encore visible en Haute-Normandie, et d'une intense érosion rabotant les plateaux et formant des terrasses alluviales. L'aspect actuel de la Seine remonte à la fin de la dernière glaciation, vers -12 000[réf. nécessaire].

Article détaillé : Manche (fleuve).

Les régions et départements traversés[modifier | modifier le code]

Les régions et départements traversés sont les suivants, en allant de la source vers l'embouchure :

Communes riveraines[modifier | modifier le code]

De Source-Seine (ex-Saint-Germain-Source-Seine) à Honfleur, il y a 164 communes riveraines de la Seine, parmi lesquelles Paris, capitale de la France. L'une d'elles, L'Île-Saint-Denis est entièrement située dans l'île du même nom.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Bien que la pluviométrie soit bien distribuée sur l'année, la Seine et ses affluents peuvent connaitre des périodes d'étiage sévère à la fin de l'été ou au contraire des crues importantes en hiver. Les crues sont de deux types : les crues rapides dans les parties amont du bassin à la suite de précipitations fortes et les crues lentes dans les vallées plus en aval qui font suite à des épisodes pluvieux prolongés[23]. Pour maîtriser les crues et les étiages d'importants travaux de régulation ont été réalisé dans la partie supérieure du cours de la Seine et de ses affluents. Son débit moyen à Paris est d'environ 328 m3⋅s-1 et peut dépasser 1 600 m3⋅s-1 en période de crue. Quatre grands lacs-réservoirs ont été créés entre 1960 et 1990 sur la Seine (lac d'Orient), la Marne (lac du Der-Chantecoq), l'Aube (lac d'Amance et lac d'Auzon-Temple) et l'Yonne (lac de Pannecière agrandi qui alimentait déjà le canal du Nivernais dès le XIXe siècle). Ces lacs qui constituent une réserve de 800 millions de mètres cube permettent à la fois d'écrêter les crues et d'assurer un débit minimum d'étiage. Ils sont gérés par un établissement public, l'institution interdépartementale des barrages-réservoirs du bassin de la Seine.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : H7900010 - la Seine à Poissy pour un bassin de 61 820 km2 et à 17 m d'altitude[24]
(08/12/2013 - données calculées sur 36 ans de 1975 à 2010)

Source : Banque Hydro - Ministère de l'écologie et du développement durable
Article détaillé : Débit de la Seine à Paris.

Les crues[modifier | modifier le code]

À Paris, les crues sont mesurées depuis 1876 par une l'échelle hydrométrique installée au pont d'Austerlitz, néanmoins c'est la statue du zouave du pont de l'Alma qui reste l'indicateur le plus populaire. Au cours de la crue de janvier 1910, l'eau a atteint sur cette échelle la hauteur record de 8,68 mètres.

Liste des principales crues de la Seine. Depuis 1870, la hauteur est prise à la station Paris Austerlitz. S'il n'y a pas eu de grandes crues depuis une soixantaine d'année, 5 grandes crues se sont produites au XXe siècle : en 1910, 1920, 1924 1945 et 1955[25],[26]. Les plus anciennes crues de la Seine connues ont été relatées par Julien (crue de 358) et Grégoire de Tours (crue de février 582).

Le déversoir de Saint-Julien-les-Villas lors de la crue de mai 2013

Les marées[modifier | modifier le code]

la Seine à Caudebec-en-Caux

La Seine maritime, ainsi qu'une partie de la basse Seine sont soumises au régime des marées, qui remonte jusqu'au barrage de Poses dans l'Eure[27] (60 cm de marnage). On pouvait encore observer jusque dans les années 1960[28], une imposante vague qui pouvait atteindre 4 m au moment des grandes marées et qu'on appelle mascaret, plus localement barre. Le phénomène atteignait son maximum à Caudebec-en-Caux, à mi-distance environ entre le Havre et Rouen. Il a pratiquement disparu suite aux aménagements apportés au fleuve (dragage), endiguement et modification de l'estuaire.

Article détaillé : Mascaret.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • La plus ancienne crue de la Seine relatée dans les textes anciens est celle de l'hiver 358, relatée par Julien, qui se trouvait alors à Lutèce, dans son Misopogon[26].
  • Celle de février 582 est rapportée par Grégoire de Tours dans son Historia Francorum.
  • Dès 855, des bandes de Vikings remontent la Seine, pillent la Neustrie et assiègent Paris. Les Vikings s'installent de façon permanente dans l'embouchure de la Seine vers 896, puis dans les îles aux environs de Rouen, comme celle de Thorholm (Oissel - Tourville-la-Rivière). À partir du traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911, le duché de Normandie est reconnu par le roi de France Charles III. Sa limite est un petit affluent de rive droite de la Seine, l'Epte. En Normandie, on note également que toutes les trouvailles archéologiques d'objets liés aux Vikings ont été effectuées directement dans le fleuve ou à quelques kilomètres de celui-ci, à savoir : des épées (découvertes dans la partie normande de la Seine au cours de dragages et déposées au musée des antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye et au musée des antiquités de Rouen), les bijoux féminins de la tombe viking de Pîtres (Eure, en bord de Seine), les deux marteaux de Thor de Saint-Pierre-de-Varengeville (Seine-Maritime, à 3 km de la Seine) et le trésor de monnaies vikings de Saint-Pierre-des-Fleurs (Eure, à 5 km de la Seine).
  • À partir du milieu du XVIe siècle et jusqu'au début du XXe siècle, l'approvisionnement en bois de chauffage de Paris s'est fait par flottage sur l'Yonne et la Seine à partir des forêts du Morvan.
  • En 1684, le roi Louis XIV inaugure la machine de Marly installée dans le lit de la Seine à Bougival pour pomper l'eau du fleuve afin d'alimenter les jeux d'eaux du parc de Versailles.
  • À partir de 1830 commence l'aménagement de la Seine par la construction de barrages et d'écluses.
  • Le 4 septembre 1843, Léopoldine Hugo, fille de Victor Hugo et son époux, Charles Vacquerie, se noient dans la Seine à Villequier (Seine-Maritime) par suite du chavirage de leur canot à voile.
  • En 1910, la Seine a connu sa dernière crue centennale.
  • En 1944, en mai et juin, des vagues de bombardements alliés, préparant le débarquement en Normandie, visent de nombreux points stratégiques, et tous les ponts situés entre Paris et la mer, qui sont tous atteints et pour la très grande majorité détruits. Dans la nuit du 19 au 20 août, des éléments avancés de l'armée américaine franchissent la Seine pour la première fois en empruntant le barrage de Méricourt. Par la suite un pont de bateaux installé à Rosny sur Seine permit d'établir une tête de pont sur la rive droite. En revanche, les Allemands de la 7e armée, rescapés de la poche de Falaise, ne parviennent pas à traverser la Seine à Rouen avec leur matériel, les deux ponts ayant été détruits par la R.A.F..Cette 7e armée est anéantie fin août sur les quais rive-gauche, puis l'armée canadienne franchit la Seine le 30 août.

Aménagements[modifier | modifier le code]

Navigation[modifier | modifier le code]

La Seine à Paris
La Seine près de La Roche-Guyon, Île-de-France
La Seine aux Andelys, Haute-Normandie
Cargo en route vers Rouen sur la Seine à Vieux-Port, Haute-Normandie

Pour les mariniers et les services de navigation fluviale, la Seine se décompose en :

  1.  : « Petite Seine » de Marcilly-sur-Seine à Montereau-Fault-Yonne
  2.  : « Haute Seine » de Montereau-Fault-Yonne à Paris[N 1]
  3.  : « Seine parisienne » dans Paris
  4.  : « Basse Seine » de Paris à Rouen
  5.  : « Seine maritime » de Rouen à la mer

Depuis Troyes jusqu'à son confluent avec l'Aube à Marcilly-sur-Seine, elle est longée par le canal de la Haute-Seine qui n'est plus en service. De Marcilly-sur-Seine à Montereau-Fault-Yonne, la navigation est établie tantôt sur des dérivations latérales (trois au total), tantôt dans le lit de la rivière elle-même. De Montereau-Fault-Yonne à Tancarville, la navigation se fait toujours dans le lit de la Seine. De Tancarville au Havre, les bateaux fluviaux peuvent emprunter le canal de Tancarville.

La Seine est navigable sur une grande partie de son parcours. La responsabilité de la navigation appartient à Voies navigables de France jusqu'au pont Boieldieu à Rouen, et en particulier au Service de navigation sur la Seine en amont d'Amfreville-sous-les-Monts. Le bassin de ce Service de Navigation de la Seine s'étend aussi à ses principaux affluents (Oise, Marne, Yonne) et parfois à des canaux qui y sont reliés (canal de la Haute-Seine jusqu'à Méry-sur-Seine, par exemple). En revanche, il ne comprend pas les canaux parisiens (canal de l'Ourcq, canal Saint-Denis et canal Saint-Martin) qui sont gérés par la ville de Paris.

La basse Seine, au sens maritime du terme, c'est-à-dire à partir de la mer jusqu'au pont Guillaume-le-Conquérant à Rouen est accessible aux navires de haute mer (jusqu’à 280 m de long et 150 000 tonnes). Sur cette partie du fleuve, longue d'environ 120 km, les trois seuls ponts existants (Pont de Normandie, Pont de Tancarville et Pont de Brotonne) offrent une tirant d'air de 50 mètres et le fleuve est constamment dragué pour permettre aux bateaux ayant un tirant d'eau de 10 mètres de circuler. Compte tenu du nombre limité de ponts, plusieurs bacs permettent également de traverser le fleuve. Les installations portuaires y relèvent de l'autorité du Grand port maritime de Rouen. Celui-ci, cinquième port maritime français avec environ 25 millions de tonnes de marchandises embarquées et débarquées, est spécialisé dans le trafic de céréales, engrais et produits pétroliers. Ses installations s'échelonnent le long du fleuve sur 120 km de l'agglomération de Rouen jusqu'à Honfleur.

Dragage sur la Seine à Paris

Entre Rouen et Paris, la Seine a été canalisée au XIXe siècle. Sept barrages éclusés situés à Poses-Amfreville-sous-les-Monts, Notre-Dame-de-la-Garenne (Eure), Méricourt, Andrésy, Bougival, Chatou (Yvelines) et Suresnes (Hauts-de-Seine) permettent la navigation de péniches automotrices (350 t de fret) dites « bateaux automoteurs de gabarit Freycinet », de 38,5 mètres, de chalands automoteurs de rivière (de 800 à 1 350 t de fret), de 48 à 70 mètres, de convois de barges poussées (de 3 000 à 10 000 t de fret) et de caboteurs fluvio-maritimes (4 000 t de fret). ces barges transportent, entre autres choses, des conteneurs, des automobiles, des produits pétroliers, du ciment, etc.

L'écluse de Poses-Amfreville, Haute-Normandie, première écluse sur la Seine à partir de l'embouchure et entre Rouen et Paris

Les installations portuaires situées en Île-de-France relèvent du port autonome de Paris premier port fluvial français. Les principales installations portuaires pour le trafic de marchandises se situent à Limay (Yvelines) et Gennevilliers (Hauts-de-Seine). En projet, une plate-forme multi-modale (voie d'eau, autoroute, voie ferrée) est en cours d'étude sur la commune d'Achères en aval de Conflans-Sainte-Honorine.

À Paris existe aussi un trafic de voyageurs, principalement touristique (bateaux-mouches, mais aussi une tentative d'utiliser la Seine pour les déplacements quotidiens (Batobus). Des navettes circulent régulièrement entre la Tour Eiffel et le Jardin des Plantes ; toutefois, ce service semble intéresser davantage les touristes que les Parisiens créant une concurrence gênante pour les bateaux-mouches. Un autre service voyageur, (Voguéo), est également expérimenté entre la gare d'Austerlitz et Maisons-Alfort (sur la Marne).

Un projet de liaison fluviale à grand gabarit entre le bassin de la Seine et le bassin de l'Escaut, la liaison Seine-Escaut devrait être réalisé à l'horizon 2012, doublant le canal de Saint-Quentin (1810) et le canal du Nord (1960). Il mettra en communication les ports normands et l'Île-de-France avec le réseau navigable du nord de la France et du Benelux en offrant le gabarit de la classe Vb européenne.

Traversée du fleuve[modifier | modifier le code]

Au pont de Normandie, près de l'embouchure

Bacs et gués[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bacs de la Seine.

Ponts et ouvrages d'arts[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des ponts sur la Seine.

En aval de Rouen, seuls trois grands ponts enjambent la Seine (ponts de Brotonne, de Tancarville et de Normandie).

Aménagements du cours du fleuve[modifier | modifier le code]

Activités économiques[modifier | modifier le code]

Vue panoramique de la Seine avec le pont Saint-Michel à gauche et Notre-Dame de Paris à droite

La Seine est une voie navigable très importante, reliant Paris à la Manche. De ce fait, deux des plus importants ports fluviaux de France s'y trouvent : Paris (port de Gennevilliers) et Rouen qui est également un important port maritime permettant le transbordement (c'est le premier port céréalier d'Europe). Elle est navigable en amont de Paris jusqu’à Nogent-sur-Seine, important port céréalier. Autres ports fluviaux notables : Limay-Porcheville (agglomération de Mantes-la-Jolie), Montereau (sites gérés par le port autonome de Paris). De nombreuses industries sont situées le long de la vallée de la Seine, automobile (Poissy, Flins, Cléon, Sandouville), pétrochimie (Port-Jérôme, Gonfreville-l'Orcher, Notre-Dame-de-Gravenchon, Grand-Couronne), centrales thermiques (Porcheville, Saint-Ouen).

L'eau de la Seine est utilisée pour le refroidissement de la centrale nucléaire de Nogent.

Milieu naturel[modifier | modifier le code]

La faune[modifier | modifier le code]

Barrage-écluse de Méricourt (Yvelines)

On dénombrait en 2009 52 espèces de poisson d'eau douce dans l'ensemble du bassin de la Seine. Cette faune n'est que pour moitié d'origine naturelle. Les grandes glaciations qui ont touché plus particulièrement le nord-ouest de l'Europe durant le quaternaire ont appauvri la diversité de la faune piscicole naturelle de la Seine (estimée à une trentaine d'espèces[N 2]) par rapport à celle des fleuves situés plus à l'est comme le Rhin (44 espèces autochtones) ou le Danube (une centaine d'espèces). Dès le Moyen Âge l'homme introduit la carpe commune. Au XVIIIe siècle la grémille, le carassin doré et le carassin commun apparaissent à leur tour soit du fait d'introductions volontaires soit par colonisation depuis d'autres bassins. Mais c'est à compter de la deuxième moitié du XIXe siècle que les introductions se multiplient. Elles résultent soit de tentatives d'acclimatation d'espèces exotiques soit de la volonté d'améliorer la productivité d'installations piscicoles. C'est à cette époque qu'apparaissent les espèces d'origine nord-américaine comme la truite arc-en-ciel, le poisson-chat et la perche soleil. Dans la deuxième moitié du XXe siècle débute une deuxième phase d'introduction encore plus massive avec des motivations différentes. L'extension du réseau de canaux favorise également l'arrivée d'espèces étrangères. À la fin du XXe siècle on comptait en tout 23 espèces non autochtones[N 3]. Mais les aménagements de la Seine et de ses affluents qui débutent à compter de 1850 pour favoriser la navigation créent des obstacles et suppriment les milieux naturels nécessaires aux espèces autochtones migratrices. L'esturgeon, le saumon et la grande alose disparaissent au début du XXe siècle. La pollution croissante du fleuve qui culmine à la fin des années 1960 contribue à chasser les autres espèces de cette catégorie. Au début des années 1990, 7 des 10 espèces migratrices ont disparu[N 4]et seule une espèce, l'anguille, est encore aujourd'hui largement répandue[N 5],[29].

L'aménagement de la Seine en voie navigable, avec de nombreux barrages, a créé autant d'obstacles s'opposant au passage des poissons migrateurs. Un programme en cours, sous l'égide de VNF, vise à équiper tous les barrages de la Seine aval, entre Poses-Amfreville et Suresnes, de passes à poissons, ce qui permettra aux migrateurs de remonter jusqu'au confluent de la Marne[30]. Des saumons et des truites de mer ont été observés devant le barrages de Poses, à 150 km de l'embouchure, en 2007[31]. En 2008, 260 saumons ont été comptés dans la passe à poissons de ce barrage. Le 26 juillet 2008, pour la première fois depuis très longtemps, une truite de mer a été pêchée dans la Seine, au niveau du barrage de Suresnes, juste en aval de Paris[32]. S'agissant d'espèces de poissons migrateurs très sensibles aux conditions du milieu, ces événements indiquent une amélioration de la qualité des eaux de la Seine en aval de Paris. Le 3 octobre 2008, à hauteur du barrage de Suresnes en région parisienne, un saumon de 7 kg[33] a été pêché, pour la première fois à un point aussi éloigné en amont sur la Seine depuis 70 ans. Des chercheurs de l'INRA (en collaboration avec l'ONEMA et le CEMAGREF) ont été sollicités pour confirmer la présence de l'espèce sur la Seine[34].

Roselières dans l'estuaire de la Seine, au sud du Havre, Seine-Maritime, Haute-Normandie

Les résultats de l'étude, dévoilés en août 2009, montrent que les saumons pêchés dans la Seine ont des origines diverses. Il est important de noter qu'aucun poisson issu d'élevage n'a été déversé dans la Seine depuis 1895, contrairement à ce qui a été fait dans d'autres bassins où des espèces avaient disparu.

Certains marais naturels des bords de Seine ont été revalorisés et remis en état dans le but de favoriser la faune et la flore, comme à Hénouville, Mesnil-sous-Jumièges ou au Trait.

Menaces et protections[modifier | modifier le code]

La situation au niveau de la pollution s'est améliorée depuis la fin des années 1960 mais la Seine est toujours le fleuve le plus pollué d'Europe aux PCB (Le Havre et la baie de Seine, image NASA).

Le bassin de la Seine concentre 40 % de la production industrielle française et l'agriculture intensive occupe 60 % de la surface du bassin, avec pour résultat un fleuve dont le débit est parfois à moitié constitué d'eaux usées[35]. Au début des années 1960, les scientifiques considèrent la Seine comme presque biologiquement morte, seules trois espèces de poissons sur les 32 endémiques étant parfois aperçues[35].

La loi sur l'eau de 1964 permet un redressement de l'écosystème des eaux de la Seine, complétée par la loi sur l'eau du 3 janvier 1992. Des indicateurs de pollution sont créés et une aide financière et technique est proposée aux municipalités, aux agriculteurs et aux industriels. Des 1991 à 2001, 10 milliards d'euros, dont 5,6 milliards par l'État, sont investis dans des infrastructures, dont 500 stations d'épuration[35].

En résultat, la qualité des eaux s'améliore de manière continue, surtout à Paris, qui abrite vingt espèces endémique de poissons. Cependant les taux en azote sont toujours trop élevés, 66 % de la pollution provenant de l'agriculture, et la pollution par les nitrates et pesticides augmente, là aussi à cause de l'agriculture. Une autre pollution est liée aux eaux de pluie qui entraînent des polluants des zones urbaines : celles de Paris représentent à elles seules l'équivalent de tous les rejets des autres municipalités du bassin[35].

La Seine est le fleuve européen le plus pollué aux polychlorobiphényle (PCB) depuis vingt ans. Toxiques, les PCB s'accumulent dans les lipides tout le long de la chaîne alimentaire[36]. D'après des analyses effectuées par l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques (ONEMA) depuis 2008, 70 % des espèces de poissons sont impropres à la consommation à cause d'une contamination aux PCB. L'usage des PCB est interdit depuis 1987 mais, très utilisés dans les années 1970, ils se sont accumulés dans l'environnement. L'association Robin des Bois dénonce une absence de réglementation au niveau de la pêche afin de protéger la population d'une consommation à Paris, dans le Val-de-Marne, les Hauts-de-Seine et les Yvelines[37]. Cette pollution aux PCB est étendue jusqu'à la baie de Seine où la pêche à la sardine est interdite en 2010[36].

En 2010, la Seine est touchée par une pollution de rondelles en plastique, pollution accidentelle, limitée et non dangereuse selon les autorités, provenant d'une station d'épuration[38].

Les déchets de la Seine normande représentent un volume d’environ 30 000 m3 ou 9 000 tonnes, soit la production annuelle de déchets ménagers des habitants d’une ville de 20 000 habitants[39].

Aspects culturels[modifier | modifier le code]

La Seine et les peintres[modifier | modifier le code]

La Seine a inspiré de nombreux peintres, et aux XIXe siècle et XXe siècles, les peintres suivants :

La Seine dans la littérature[modifier | modifier le code]

  • Honoré de Balzac a décrit la Seine sous tous les angles : à Paris, à la campagne. C'est dans Modeste Mignon (1844) qu'il lui accorde le plus de place : « Les quatre cavaliers, se trouvant dans un chemin assez large, allèrent de front et gagnèrent le plateau d'où la vue planait sur le riche bassin de la Seine, vers Rouen, tandis qu'à l'autre horizon les yeux pouvaient encore apercevoir la mer.- Dieu est un grand paysagiste, dit Canalis en contemplant ce point de vue unique parmi ceux qui rendent les bords de la Seine si justement célèbres[40]. » Il la décrit encore à Rouen[41] et au Havre[42].
  • Dans L'Éducation sentimentale (1869), Gustave Flaubert utilise la Seine comme métaphore de l'écoulement linéaire du temps, le symbole du déroulement narratif. Lorsque la Seine coule, c'est qu'il ne se passe rien, mais c'est également le temps qui passe. Elle est l'une des notions-clés dans la conception de cette œuvre en tant qu'anti-roman.

Tourisme et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le cours de la Seine est jalonné de nombreux points d'intérêts pour les touristes.

En amont de Paris :

À Paris, les rives de la Seine sont inscrites au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1991[43].

En aval de Paris :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Attention ! Pour les canoë-kayakistes, la « haute Seine », c'est plutôt en amont de Troyes !
  2. Espèces sans doute autochtones : lamproie de planer, brème commune, chevaine, vandoise, vairon, gardon, goujon, loche franche, brochet, truite fario, épinoche, épinochette, perche, chabot commun ; espèces probablement autochtones : spirlin, ablette, barbeau fluviatile, brème bordelière, rotengle, tanche, bouvière, lote; voir également les espèces migratrices
  3. Espèces non autochtones (année introduction) : carassin doré (XVIIIe siècle), carassin commun (XVIIIe siècle), carassin argenté (XXe siècle), amour blanc (après 1950), carpe commune (Moyen Âge, hotu (1860), toxostome (1990), carpe argentée (après 1950), able de Heckel (XXe siècle), ide mélanote (1995), blageon (vers 1980), pseudorasbora (XXe siècle), silure glane (1980), poisson-chat (1871), umbre pygmée (début XXe siècle), truite arc-en-ciel (vers 1880), omble de fontaine (vers 1880), ombre commun (vers 1950), perche soleil (vers 1885), black bass à grande bouche (vers 1890) ; Espèce migratrice : esturgeon de Sibérie (depuis 2000)
  4. Espèces migratrices autochtones disparues (année de leur disparition) : lamproie marine (1970), esturgeon européen (1917), grande alose (1920), alose feinte (1970), éperlan (vers 1970), saumon atlantique (1900-1910), truite de mer (en cours de réinstallation)
  5. Les deux autres espèces sont la lamproie de rivière et le flet

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Sandre, « Fiche cours d'eau - La Seine (----0010) » (consulté le 30 juin 2013)
  2. a et b D'après le repère de nivellement Z.C.R3-7 du service de géodésie et nivellement de l'IGN. L'altitude s'entend comme l'altitude normale dans le système IGN69, elle est exactement de 446,765 m pour un repère à 0,75 m du sol. Les coordonnées sont données dans le système WGS 84 et ont été obtenues par transformation depuis le système NTF en projection Lambert 2 grâce au logiciel Circé fourni par l'IGN.
  3. a, b, c, d et e EauFrance - MEDDTL, « Banque Hydro » (consulté le 22 novembre 2013)
  4. Louis-René Nougier, Pierre Brochard et Yves Cohat, La vie privée des hommes, Les Gaulois, collection dirigée par Pierre Miquel professeur émérite de la Sorbonne.
  5. Pierre-Yves Lambert, La langue gauloise, éditions Errance 1994, p. 131.
  6. Pierre-Yves Lambert, Op. cit., p. 111.
  7. De nominibus Gallicis, basé sur des copies, dont la plus ancienne date de 796.
  8. a et b Pierre-Yves Lambert, Op. cit., p. 202–203.
  9. Selon Projetlabel.org
  10. Pierre Gounand, « À qui appartiennent les sources de la Seine ? », Le Bien public,‎ 21 septembre 2003 (lire en ligne).
  11. Xavier Grizot, « La Seine reviendrait enfin aux sources — La ville de Paris pourrait céder son terrain au département », Le Bien public,‎ 13 janvier 2004 (lire en ligne)
  12. PIREN Seine : le bassin de la Seine, p. 9-10
  13. PIREN Seine : le bassin de la Seine, p. 11
  14. PIREN Seine : le bassin de la Seine, p. 12
  15. PIREN Seine : le bassin de la Seine, p. 13-14
  16. Bernard Lecomte, La Bourgogne Pour les Nuls, First-Gründ, coll. « pour les nuls »,‎ 2013 (ISBN 2754054871)
  17. Service de Prévision des Crues : Seine moyenne-Yonne-Loing.
  18. Service de Prévision des Crues : Seine amont-Marne amont.
  19. Jean-François Bazin, Les Compagnons du grand flot, Calmann-Lévy, coll. « France de toujours et d'aujourd'hui »,‎ 2013 (ISBN 2702152120)
  20. Jérôme Chaib, « Vallée de la Seine : entre naissance et renaissance », dans Études normandes no 2, 2007, (ISSN 00142158), p. 40.
  21. Jérôme Chaib, « Vallée de la Seine : entre naissance et renaissance », dans Études normandes no 2, 2007, (ISSN 00142158), p. 41.
  22. La Seine en amont de Paris. Région Île-de-France, service patrimoines et Inventaire.
  23. PIREN Seine : le bassin de la Seine, p. 15-18
  24. Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Seine à Poissy (H7900010) » (consulté le 15 décembre 2013)
  25. Le risque d'inondation dans le bassin de la Seine. 1910 et demain?
  26. a et b Charlotte Lacour-Veyranne, Les colères de la Seine, Éd. Paris-Musées, 1994, ISBN 978-2-87900-191-3.
  27. Barrage de Poses
  28. Bruno Lecoquierre, L'Estuaire de la Seine: espace et territoire, Universités de Rouen et du Havre,‎ 1998, 193 p. (ISBN 287775247X), p. 16
  29. PIREN Seine : le peuplement de poissons du bassin de la Seine, p. 9-12,40
  30. La restauration des fonctionnalités écologiques des voies navigables, VNF, p. 2. [PDF]
  31. Le retour du saumon en Seine, une réalité ! SIAAP.
  32. Une truite de mer pêchée à Paris, Le Figaro, 21 juillet 2008.
  33. Communiqué de la fédération nationale de pêche.
  34. Analyser le retour du saumon dans la Seine : quels enseignements pour la gestion des rivières ?, 05/08/2009, Fiche de Presse Info. disponible en ligne sur le site web de l'INRA.
  35. a, b, c et d (en) World Water Assessment Programme: Seine-Normandy Basin (France), UNESCO, 2001.
  36. a et b « PCB : les poissons de la baie de Seine touchés par la pollution », Paris Normandie, 14 mars 2010 extrait.
  37. Eaux: alerte à la pollution dans la Seine, 70 % des poissons contaminés, 20 Minutes, 2/6/2010.
  38. Embarras autour d'une pollution au plastique dans la Seine, Sophie Verney-Caillat, Rue89, 05/03/2010.
  39. Les Boucles de la Seine Normande et les macro-déchets.
  40. Édition dite du Furne, vol. 4, p. 310.
  41. Furne, p. 117–118.
  42. Furne, p. 116.
  43. Rives de la Seine sur le site du patrimoine mondial de l'Unesco.

Sources[modifier | modifier le code]

  • [PIREN Seine : Le bassin de la Seine] Billen, Silvestre, Barles et Mouchel, Le bassin de la Seine (Programme PIREN-Seine), CNRS et Agence de l'eau Seine Normandie,‎ juin 2009, 52 p. (ISBN 978-2-918251-00-2, lire en ligne)
  • [PIREN Seine : Hydrogéologie du bassin de la Seine] Viennot, Ducharne, Habets, Lamy et Ledoux, Hydrogéologie du bassin de la Seine (Programme PIREN-Seine), CNRS et Agence de l'eau Seine Normandie,‎ janvier 2009, 44 p. (ISBN 978-2-918251-01-9, lire en ligne)
  • [PIREN Seine : le peuplement de poissons du bassin de la Seine] Tales, Bekkuard, Gorges et Le Pichon, Le peuplement de poissons du bassin de la Seine (Programme PIREN-Seine), CNRS et Agence de l'eau Seine Normandie,‎ janvier 2009, 44 p. (ISBN 978-2-918251-03-3, lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]