Espagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Royaume d’Espagne[1]

Reino de España (es) Prononciation du titre dans sa version originale Écouter

Drapeau
Drapeau de l'Espagne
Blason
Armoiries de l'Espagne
alt=Description de l'image EU-Spain.svg.
Devise nationale Plus Ultra
(latin : Encore au-delà)
Hymne national Marcha Real
Administration
Forme de l'État Monarchie constitutionnelle parlementaire unitaire
Roi Felipe VI
Président du gouvernement Mariano Rajoy
Langues officielles Espagnol[2]
Capitale Madrid

40° 26′ N 3° 42′ O / 40.433, -3.7

Géographie
Plus grande ville Madrid
Superficie totale 505 911[3] km2
(classé 52e)
Superficie en eau 1,04 %
Fuseau horaire UTC +1: (CET);
Heure d'été: UTC+2: (CEST)
Histoire
Union des couronnes de
Castille et d'Aragon
1479
Démographie
Gentilé Espagnol, Espagnole
Population totale 47 265 321[4] hab.
(classé 27e)
Densité 92,47 hab./km2
Économie
PIB nominal (2012) en diminution$1 352 milliards[5] (13e)
PIB (PPA) (2009) en diminution$1 360 milliards[6] (13e)
IDH (2012) en augmentation 0,885 (très élevé) (23e)
Monnaie Euro (EUR​)
Divers
Code ISO 3166-1 ESP, ES​
Domaine Internet .es
Indicatif téléphonique +34

L’Espagne, en forme longue le Royaume d'Espagne, en castillan España Prononciation du titre dans sa version originale Écouter et Reino de España, est un pays d'Europe du Sud et, selon les définitions, de l'Ouest, qui occupe la plus grande partie de la péninsule Ibérique. En 2009, le pays comptait 46 millions d'habitants, ce qui en faisait le vingt-neuvième pays au monde pour ce qui est de la population. Une des anciennes puissances coloniales européennes, le pays fut une puissance mondiale importante du XVe au XVIe siècle, mais commença à perdre de l'influence par la suite, particulièrement tout au long du XIXe siècle avec la perte de ses colonies.

L’Espagne est bordée par la mer Méditerranée au sud et à l'est, à l'exception du territoire britannique de Gibraltar et le détroit du même nom qui sépare le continent européen de l'Afrique. Au nord, les Pyrénées constituent une frontière naturelle avec la France, l'Andorre, et le golfe de Gascogne. Le Portugal et l'océan Atlantique bordent l'ouest et le nord-ouest. Le territoire espagnol inclut également les îles Baléares en Méditerranée, les îles Canaries dans l'océan Atlantique au large de la côte africaine, et deux cités autonomes en Afrique du Nord, Ceuta et Melilla, limitrophes du Maroc. Avec une superficie de 504 030 km², l'Espagne est le pays le plus étendu d'Europe de l'Ouest et de l'Union européenne après la France.

Du fait de son emplacement, le territoire espagnol a été l'objet de nombreuses influences externes, souvent simultanément, depuis les temps préhistoriques jusqu'à la naissance de l'Espagne en tant que pays. Inversement, le pays lui-même a été une importante source d'inspiration pour d'autres régions, principalement durant l'ère moderne, lorsqu'il est devenu un empire colonial qui a laissé un héritage de plus de 400 millions d'hispanophones à ce jour.

L'Espagne est une monarchie constitutionnelle au régime démocratique parlementaire. C'est un pays développé doté de la neuvième plus forte économie mondiale par PIB nominal (douzième à parité de pouvoir d'achat), et d'un niveau de vie « très élevé » (15e au classement IDH en 2007). C'est un membre de l'Organisation des Nations unies, de l'Union européenne, de l'Union latine, de l'OTAN, de l'OCDE et de l'OMC.

Histoire

Préhistoire, découverte de l'Amérique et unification (jusqu'à 1512)

Les populations autochtones de la péninsule Ibérique s'appelaient les Ibères. Mais des populations celtes, qu'on appelle les celtibères, viendront ensuite s'y agréger. À partir du IXe siècle av. J.-C., les Phéniciens, les Grecs et les Carthaginois installèrent des comptoirs sur les rivages méditerranéens.

Théâtre romain du Mérida.

Les Romains conquirent la péninsule au IIe siècle av. J.-C.. La langue principale, la religion et les lois dérivent en grande partie de la période romaine.

Lors de la chute de l'Empire romain au Ve siècle, des barbares germaniques, les Suèves, les Vandales et les Wisigoths envahirent l'Espagne. Les Vandales, installés momentanément au sud de la péninsule passèrent rapidement en Afrique du Nord (actuelle Tunisie) et les Wisigoths imposèrent leur loi jusqu'à la conquête musulmane.

Les Arabo-Berbères menés par Tariq ibn Ziyad conquirent le pays en 711. En 756, l'Espagne musulmane prit son indépendance, sous le règne des Omeyyades de Cordoue. En 929, le pays se transforme en califat. Au XIe siècle, le califat s'effondre et se fragmente en micro-États, les taïfas ; on en comptera jusqu'à 25.

Les chrétiens, réfugiés dans le nord au sein du royaume des Asturies, profitèrent de cet affaiblissement musulman et entamèrent la Reconquista (Reconquête en espagnol) qui prit fin en 1492 avec l'élimination du dernier bastion musulman, le royaume de Grenade, sous le règne des Rois catholiques. À la fin de cette même année, Christophe Colomb atteint l'Amérique pour le compte de ces derniers. L'unification de l'Espagne actuelle prit officiellement forme en 1512. À cette même époque, les conquistadors s'emparèrent pour l'Espagne de vastes territoires pour former un immense empire colonial.

Grande puissance d'Europe (XVIe siècle)

Pris dans l'exaltation religieuse de la Reconquista, les souverains espagnols décidèrent par le décret de l'Alhambra (1492) de contraindre les juifs d'Espagne à choisir entre la conversion et l'exil. La plupart d'entre eux ont trouvé refuge dans l'Empire ottoman. Les musulmans restés en Espagne, ou morisques, seront convertis de force dès le début du XVe siècle et seront finalement expulsés en 1609. En 1801, l'Espagne s'empare du district d'Olivenza situé au sud de Badajoz, territoire toujours revendiqué par le Portugal et sujet de discorde entre les deux pays.

Au XVIe siècle, l'empire des Habsbourg, dont la Monarchie espagnole était, avec le Saint-Empire romain germanique, l'élément essentiel, devient la première puissance européenne. En effet, s'ajoutent à ses possessions européennes l'empire colonial né de la découverte du Nouveau Monde. L'Espagne acquit en partie sa puissance politique, économique et militaire par un afflux considérable de métaux précieux en provenance des Amériques et par l'accès à un stock de monnaie. Une partie de celui-ci transite via Anvers, première place financière mondiale.

L'empire espagnol dura de 1516 à 1898, et constitua, vers le début de cette période, l'un des plus grands empires que l'Europe ait connus, ainsi qu'un des premiers empires coloniaux et de portée mondiale. Cela est dû à la possession par l'Espagne, en Europe, des territoires aragonais dans la Méditerranée (dont, entre autres, le sud de l'Italie actuelle), des Pays-Bas et la Belgique, ainsi que de territoires en Allemagne actuelle et en Franche-Comté ; l'entièreté de l'Amérique du Sud (l'union avec le Portugal ajoute les possessions des colonies portugaises, dont le Brésil), l'Amérique centrale et la moitié sud de l'Amérique du Nord actuelles, de même que les Philippines. Pendant plus d'un siècle, l'Espagne constitue la première puissance européenne et une des premières puissances mondiales.

Déclin (XVIIe siècle - 1975)

La puissance de l'Espagne déclina progressivement non seulement en raison des guerres coûteuses qu'elle mena et des révoltes qui éclatèrent, mais également du fait d'une économie artificiellement prospère due aux richesses tirées du Nouveau Monde.

En 1700, à la suite de la mort sans héritier mâle du dernier souverain Habsbourg, le petit-fils de Louis XIV, dont la première épouse était une infante espagnole, devint roi d'Espagne sous le nom de Philippe V, et fonda la dynastie des Bourbons d'Espagne, liés par le pacte de famille aux Bourbons de France.

En 1755, c'est le tremblement de terre de Lisbonne. Les ports de Cadix, Séville et La Corogne sont presque entièrement détruits. L'Espagne perd sa flotte militaire et marchande, et surtout son aura de pays indestructible, conquérant et gendarme du monde. La conséquence économique sera dramatique, le commerce avec les Amériques se déroutant vers les ports anglais, allemands, hollandais ou belges. Ce qui impliquera, aussi, une ingérence de ces mêmes pays dans les affaires latino-américaines.

Tres de Mayo, tableau du peintre espagnol Francisco de Goya.

Au XVIIIe siècle, des luttes entre les prétendants au trône affaiblirent la couronne. En 1808, Napoléon Ier envahit l'Espagne et y place sur le trône son frère Joseph Bonaparte. Rapidement, la résistance des civils sous forme de nombreuses révoltes et de guérilla prend de l’ampleur. Celle-ci, l'intervention militaire britannique, ainsi que plusieurs autres facteurs comme le redéploiement de 30 000 soldats français de l'Espagne vers l'Europe de l'Est pour renforcer la Grande Armée, qui se prépare pour la Campagne de Russie, mènent au retrait de l'armée française d'Espagne en 1814. Ce conflit est particulièrement sanglant et entraîne d'importantes pertes pour l'Espagne, qui ne put être pacifiée durablement.

Du fait de ces affaiblissements, l'Espagne perdit la plupart de ses colonies au XIXe siècle, surtout à partir des années 1820. Une Première République espagnole se mit en place brièvement en 1873 et 1874.

Les dernières colonies (Cuba, les Philippines, Porto Rico, Guam) se séparèrent de la couronne en 1898 après la guerre hispano-américaine. Quelque peu isolée du reste de l'Europe, l'Espagne connaît une période de stagnation économique et politique. Toutefois, ce déclin doit être relativisé étant donné que l'Espagne a elle aussi eu droit à sa part du gâteau "Afrique" ; elle a ainsi pris possession du sud Marocain en 1884, du nord en 1912, sans oublier bien sûr la Guinée équatoriale.

La Seconde République espagnole chassa la monarchie des Bourbons en 1931. Mais, après la victoire du Front populaire espagnol en 1936, les extrêmes droites (carlistes et phalangistes) organisent un soulèvement, soumettant l'Espagne, après une tragique guerre civile de 1936 à 1939, à la dictature du général Franco. Celui-ci, bien qu'originellement monarchiste, décida de conserver le pouvoir. La monarchie, quoique restaurée en 1969, ne fut vraiment effective qu'après la mort de Franco.

Restauration monarchique (depuis 1975)

À la mort de Franco, en 1975, la monarchie fut effectivement restaurée et Juan Carlos Ier, le nouveau roi, rétablit rapidement la démocratie représentative et le pays intégra, en 1986, l'Union européenne. La nouvelle Constitution, très libérale, rompt avec le centralisme très poussé de l'époque franquiste et met en place une très large décentralisation. De nombreux partis nationalistes locaux sont à nouveau légalisés, en particulier dans les provinces périphériques, où subsistent des langues régionales différentes du castillan (Galice, Pays basque, Catalogne). Certains revendiquent plus d'autonomie, d'autres parlent d'indépendance (en particulier au Pays basque et en Catalogne). Le parti communiste est aussi légalisé. L'indépendantisme le plus radical et le plus violent est celui de l'ETA basque, organisation terroriste prônant et pratiquant la lutte armée, l'assassinat et le racket.

La réussite économique de l'Espagne entre 1975 et 2007 fait naître l'idée d'un miracle économique espagnol, altéré toutefois par un taux de chômage très élevé par rapport au reste de l'Europe. Au milieu des années 1990, les réformes s'accélèrent avec le Pacte de Tolède, consensus de tous les partis politiques représentés au parlement pour garantir la viabilité économique du système de retraite en Espagne. Mais le pays connaît de graves difficultés économiques depuis 2008, lorsqu'il apparaît que ce miracle a reposé en grande partie sur le dynamisme du secteur de la construction, lui-même facilité par la spéculation immobilière qui a multiplié par trois la valeur des bureaux et des logements en moins de dix ans.

En 2004 le PSOE revient au pouvoir après avoir enregistré son meilleur score depuis 1989 avec 42,6 % des voix et en 2008 il remporte à nouveau les élections avec 43,8 % des voix, augmentant encore son emprise sur la vie politique espagnole. Le contraste entre les régions les plus industrialisées et celles qui sont en retard s'est creusé après que l'Union européenne eut diminué ses fonds structurels, compte tenu de son extension à 12 nouveaux pays, l'Espagne devenant un contributeur net de fonds après avoir été longtemps un bénéficiaire net.

Politique

Article détaillé : Politique en Espagne.

Depuis 1978, l'organisation politique de l'Espagne est régie par la constitution de la même année qui établit un régime de monarchie constitutionnelle et un État social et démocratique de droit et la pluralité des partis politiques.

Le monarque dispose de pouvoirs politiques et symboliques, définis par l'article 62 de la constitution : il est le chef de l'État et des armées, ratifie les lois, nomme le président du gouvernement, peut dissoudre le Parlement sur proposition de ce dernier. Par ailleurs (art. 56), il est le représentant de l'État espagnol dans les relations internationales, notamment vis-à-vis des liens avec le monde hispanique. L'actuel souverain est Felipe VI. Le pouvoir exécutif est néanmoins détenu par le président du gouvernement.

Le président du gouvernement (Presidente del Gobierno) (rôle comparable à celui d'un Premier ministre), est à la tête de l'exécutif pour une durée de quatre ans renouvelable. Le président du gouvernement est nommé par le roi après l'acceptation de sa candidature par le Congreso de los Diputados ; il préside le Conseil des ministres. Mariano Rajoy est, depuis le 20 décembre 2011, président du gouvernement.

Le pouvoir législatif est dévolu au Parlement (les Cortes Generales), qui constitue l'organe suprême de représentation du peuple espagnol. Il est composé d'une chambre basse, le Congrès des députés (Congreso de los Diputados), et d'une chambre haute, le Sénat (Senado). Le Congrès des députés compte 350 membres élus pour quatre ans au suffrage universel direct. Actuellement, le Sénat est constitué de 264 membres dont 208 directement élus et 56 désignés par les régions.

Le pouvoir judiciaire se compose du Conseil du Pouvoir judiciaire, organe d'administration et de supervision des juges et magistrats ainsi que du personnel exerçant une autorité juridique en Espagne ; le Tribunal suprême, qui chapeaute l'ordre juridique espagnol et juge en dernier appel pour les crimes et délits ainsi qu'en première instance pour certains crimes ou délits d'importance ; les tribunaux supérieurs de Justice, qui composent les hautes juridictions autonomes, font également partie de l'Ordre judiciaire espagnol et sont pour la communauté autonome de rattachement, l'équivalent du Tribunal suprême, ils demeurent toutefois soumis à ce dernier et leur rendus de jugements peuvent être pourvus en appel près du Tribunal suprême. Une spécificité espagnole réside dans l'existence de l'Audience nationale, sorte de tribunal "international" ne jugeant que les étrangers pour des crimes et délits à caractère international ou bien de thèmes particulier pouvant impliquer soit des États tierces, soit plusieurs Communautés, mais également des domaines d'actualité comme les actes terroristes, atteintes au bien de l'État et Communautés ou de ces représentants.

Le Tribunal constitutionnel n'entre pas dans l'ordre judiciaire et n'a que pour rôle, la défense de l'ordre constitutionnel et l'application de la Constitution et de vérification, validation ou suspension de toutes normes de l'État ou des Communautés contraires à cette dernière. Il est aussi juge du bon déroulement des élections et des résultats.

Communautés autonomes
Habitants
(2000)
Habitants
(2005)
Andalousie 7 340 052 7 849 799
Aragon 1 189 909 1 269 027
Asturies 1 076 567 1 076 635
Îles Baléares 845 630 983 131
Îles Canaries 1 716 276 1 968 280
Cantabrie 531 159 562 309
Castille-La Manche 1 734 261 1 894 667
Castille-et-León 2 479 118 2 510 849
Catalogne 6 261 999 6 995 206
Communauté valencienne 4 120 729 4 692 449
Estrémadure 1 069 420 1 083 879
Galice 2 731 900 2 762 198
Madrid 5 205 408 5 964 143
Région de Murcie 1 149 329 1 335 792
Navarre 543 757 593 472
Pays basque 2 098 596 2 124 846
La Rioja 264 178 301 084
Villes autonomes
Ceuta 75 241 75 276
Melilla 66 263 64 488

Les élections se déroulent normalement tous les 4 ans. Les dernières élections générales eurent lieu en novembre 2011.

L'Espagne est membre de l'OTAN et de l'Union européenne.

Géographie

Article détaillé : Géographie de l'Espagne.

Géographie physique

Localisation et topographie

Relief de l'Espagne
Frontières de l'Espagne
Pays Longueur
Portugal 1 214 km
France 623 km
Andorre 65 km
Maroc 15,9 km
Gibraltar 1,25 km

Située en Europe de l’Ouest, l'Espagne occupe la plus grande partie de la péninsule Ibérique, qu'elle partage avec le Portugal.

En dehors de la péninsule, le royaume comprend aussi deux archipels (celui des îles Canaries dans l'océan Atlantique et celui des îles Baléares dans la mer Méditerranée), deux villes (Ceuta et Melilla) et quelques îles et îlots au nord du Maroc, comme les îles Chafarinas, Peñón de Alhucemas, Peñón de Vélez de la Gomera ou l'îlot Persil. Par ailleurs, l'Espagne revendique la souveraineté sur le rocher de Gibraltar.

L'îlot d'Alboran, dans la Méditerranée de l'ouest, appartient également à l'Espagne.

L'Espagne est le quatrième plus grand pays d'Europe, après la Russie, l'Ukraine et la France, et le deuxième de l'Union européenne.

Les limites physiques de l'Espagne sont les suivantes : à l'ouest, le Portugal et l'océan Atlantique ; à l'est, la mer Méditerranée ; au sud, le détroit de Gibraltar, qui la sépare de l'Afrique (Maroc); au nord, les Pyrénées, qui constituent une frontière naturelle avec la France, Andorre et le golfe de Gascogne.

Les principaux systèmes montagneux sont les Pyrénées, le système ibérique, la cordillère Cantabrique, le système central et les cordillères Bétiques.

Plusieurs fleuves traversent l'Espagne dont le Duero, l'Èbre, le Tage, le Guadalquivir, le Guadiana, le Jucar et le Segura ; son relief en nombreux plateaux lui donne beaucoup de fleuves côtiers dont la Bidassoa.

Climat

Il existe trois grandes zones climatiques[9] :

  • Le climat méditerranéen : caractérisé par un été sec et chaud. Selon la classification de Köppen, il est dominant dans la péninsule, avec deux grandes nuances : le climat méditerranéen type (climat Csa), présent dans la partie sud et dans le nord-ouest du pays, avec des étés moins caniculaires du fait de la proximité de l'océan ou de l'altitude(climat Csb).
  • Le climat semi-aride (Bsk) : il est localisé dans un quart sud-est du pays (notamment dans la région de Murcie) mais aussi autour de Valladolid. Contrairement au climat méditerranéen, la saison sèche s'étend au-delà de l'été.
  • Le climat océanique : températures d'hiver et d'été pondérées par l'océan et épisodes de sécheresse moins accentués et moins réguliers que dans le reste de la péninsule (épisodes pluvieux en automne et en hiver). Le climat océanique-type est quasi-absent d'Espagne. Dans certains secteurs d'altitude en Galice et sur les côtes asturiennes et basques, on a essentiellement la nuance aquitaine, qui diffère du climat océanique type par les chaleurs d'été plus importantes et plus orageuses que dans le nord-ouest de l'Europe — température moyenne de juillet de 21° à Santander contre 16° à Brest ou à Liverpool.

Mis à part certains secteurs humides de montagne, les précipitations sont faibles et le manque d'eau est un problème dans une grande partie de l'Espagne. Les incendies de forêts sont un problème pour toutes les forêts de la péninsule[10].

Environnement

Article détaillé : Environnement en Espagne.

Géographie humaine

Démographie

Article détaillé : Démographie de l'Espagne.
Distribution de la population espagnole en 2005

L'Espagne comptait 40 499 799 habitants au 1er janvier 2000 et 45 116 000 habitants au 1er janvier 2007. La densité de population, de 87,41 hab/km², est inférieure à celle de la majorité des autres pays de l'Europe de l'Ouest et sa distribution à travers le territoire national est très irrégulière. Les aires plus densément peuplées se concentrent sur la côte et aux alentours de Madrid, tandis que le reste de l'intérieur se trouve très faiblement occupé.

La population espagnole a augmenté fortement depuis la fin des années 1980 grâce à l'arrivée de plus de trois millions d'immigrants. Entre 2000 et 2005, l'Espagne a connu le plus grand taux d'immigration du monde, en provenance principalement d'Amérique latine, d'Europe de l'Est et du Maroc. Entre 2001 et 2006, le pays a accueilli une moyenne de 600 000 personnes par an[11]. En 2006, 5 millions de personnes, soit 11 % de la population espagnole, étaient de nationalité étrangère[11].

Administration territoriale de l’Espagne

L'Espagne comporte un État central et trois niveaux d'administration locale :

Principales agglomérations

Cuatro torres business area, Madrid.
Paseo de la Castellana, Madrid.

Les plus grandes agglomérations sont (chiffres 2007) :

  1. Madrid : 5 900 000 habitants
  2. Barcelone : 4 856 579
  3. Valence : 1 764 970
  4. Séville : 1 417 098
  5. Malaga : 1 104 074
  6. Bilbao : 946 000
  7. Asturies : 910 199 (Gijón 380 000, Oviedo 220 000, Avilés 85 000, Mieres et Langreo)
  8. Alicante-Elche : 741 215 (Alicante 340 000, Elche 290 000)
  9. Baie de Cadix : 688 076 (Cadix 125 000, Jerez 210 000)
  10. Saragosse : 683 763
  11. Las Palmas de Gran Canaria : 656 903
  12. Murcie : 633 272
Grand Hotel Bali, Benidorm

Économie

Restée longtemps un pays agricole, l’Espagne a connu d’importantes mutations socio-économiques dans le dernier quart du XXe siècle. Elle possède aujourd’hui une économie diversifiée, grâce notamment à la croissance rapide de l’industrie depuis les années cinquante et à l’essor du tourisme. Entre 1995 et 2001, les emplois industriels ont augmenté de 38 %. À partir de 1964, une série de plans de développement a contribué à l’expansion économique du pays. Le développement des industries métallurgique et textile, de la construction navale et de l’extraction minière a été privilégié. L’Espagne est devenue en moins de vingt ans une grande puissance industrielle et agricole. Le tourisme est aussi très important, représentant 5 % du produit intérieur brut. Le pays reste toutefois dépendant de la construction de logements.

L'État-providence est peu développé en Espagne[12] : le pays possède un taux de prélèvements obligatoires très bas (37 % du PIB) et les dépenses sociales parmi les plus faibles de la zone euro (20,3 % du PIB)[12].

L'Espagne connaît actuellement une grave crise. Celle-ci a d'abord commencé avec une crise de la construction dû à l'effondrement des prix, puis la crise économique mondiale de 2008 a encore aggravé la situation. Cette crise se caractérise par une très forte montée du chômage, qui touche désormais plus de 26 % de la population active au deuxième trimestre 2012[13], contre environ 8 % un an auparavant. Le taux de chômage espagnol est désormais le plus élevé de l'Union européenne après celui de la Lettonie. Cette crise créée une fracture sociale en Espagne qui s'est propagée dans le reste du monde avec entre autres le mouvement des Indignés

Culture

Le Cabo Menor, baigné par les eaux de la mer Cantabrique, et, au fond, la ville de Santander, capitale de la Cantabrie.
Le pont du Kursaal, à Saint-Sébastien, capitale de la province basque du Guipuscoa et grande ville touristique.
Puerta del Sol, Madrid. Statue de l'ours et l'arbousier par le sculpteur Antonio Navarro Santafe.
Maison suspendue (XVe siècle) dans la province de Cuenca.
Cathédrale de Cuenca.
Place d'Espagne, Séville.
Articles détaillés : Culture de l'Espagne et Religion en Espagne.

Environ 70 % des Espagnols se disent catholiques et 25 % sans religion.

Parmi les éléments les plus connus de la culture populaire espagnole, on peut citer, notamment, le flamenco, typique du sud du pays et plus particulièrement de l'Andalousie, et une pratique parfois controversée, la tauromachie.

Le français fut pendant une longue période la première langue étrangère d’Espagne[14].

Fêtes et jours fériés
Date Nom français Nom local Remarque
1er janvier Jour de l'An Año Nuevo Fête de la nouvelle année
6 janvier Épiphanie Epifanía Fête des Rois mages
19 mars Saint Joseph San José Sauf en Andalousie, Baléares, îles Canaries, Communauté valencienne, Catalogne et La Rioja
Jeudi Saint Jueves Santo Sauf en Catalogne et dans la Communauté valencienne
Vendredi Saint Viernes Santo
1er mai Fête du Travail Día del Trabajo
2 mai Deux mai Dos de mayo Soulèvement contre l'occupation française à Madrid (ne se fête qu'à Madrid)
25 juillet Jacques le Majeur Santiago Apóstol Sauf en Andalousie, Aragon, Catalogne, Ceuta, Melilla et Navarre.
15 août Assomption Asunción
12 octobre Jour de l'hispanité Día de la Hispanidad Fête nationale
1er novembre Toussaint Día de Todos los Santos
6 décembre Jour de la Constitution Día de la Constitución
8 décembre Immaculée Conception Inmaculada Concepción
25 décembre Noël Navidad

La langue officielle de l'Espagne est le castillan. Cependant, cette langue n'est pas la seule qui soit usitée, certaines communautés autonomes ont leur propre langue officielle à côté de l'espagnol ; en voici la liste :

Article détaillé : Langues en Espagne.

Éducation en Espagne

Article détaillé : Éducation en Espagne.

Le système éducatif espagnol se caractérise par deux spécificités majeures : sa forte décentralisation, due à l'organisation administrative du pays, et la part importante de l'enseignement privé confessionnel.

Sport

Article détaillé : Sport en Espagne.

Le sport en Espagne a été dominé par le football dans la seconde moitié du XXe siècle. Les autres activités sportives populaires sont le basket-ball, le tennis, le cyclisme, le handball, la course de motos, la Formule 1, la natation, le golf et le ski. L'Espagne a aussi organisé de nombreux évènements internationaux comme les Jeux olympiques d'été de 1992 à Barcelone et la Coupe du monde de football 1982.

Codes

L'Espagne a pour codes :

Notes et références

  1. La forme longue est employée, entre autres, dans les traités et accords internationaux. Exemple - BOE no 86, 8 avril 2009 [PDF]
  2. Outre le castillan (ou espagnol), certaines langues sont coofficielles dans leur communauté autonome ; à savoir : le catalan en Catalogne, aux Baléares et dans la Communauté valencienne, le basque (euskara), au Communauté autonome basque et dans le quart septentrional de la Navarre, galicien (galego) en Galice.). L'aranais (dialecte de l'occitan parlé dans la val d'Aran) est coofficiel en Catalogne avec le catalan et le castillan.
  3. Entrée « Spain » dans l'Encyclopædia Britannica, version en ligne consultable au 30 juillet 2010.
  4. elperiodico.com (19 avril 2012). Consulté le 21 juin 2012.
  5. PIB nominal, d'après le Fonds monétaire international (FMI).
  6. PIB à parité de pouvoir d'achat, d'après le Fonds monétaire international (FMI).
  7. Kottek et al. 2006
  8. Buchot 2011
  9. a et b Les climats d'Europe d'après la classification de Köppen (voir page 3) http://www.schweizerbart.de/resources/downloads/paper_free/55034.pdf
  10. Classement en zones à risques d'après Iberianature
  11. a et b M. J. López « Les Marocains d'Espagne ont enfin leur discothèque », dans El País cité dans Courrier international du 15-10-2007,.! [lire en ligne]
  12. a et b Cécile Chambraud, « La vie sans filet d'une famille espagnole de "niveau moyen" dans un État social faible », dans Le Monde du 21-02-2008, mis en ligne le 20-02-2008, [lire en ligne]
  13. Institut Espagnol de la Statistique - Ine
  14. Synergies Espagne no 2, 2009, pp. 29-37, Joaquin Diaz - Corralejo Conde

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Espagne.

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes