Jade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jade (homonymie).
Jade
Catégorie IX : silicates[1]
Morceau de jade brut

Morceau de jade brut
Général
Formule brute jadéite : NaAl(Si2O6)
néphrite : Ca2(Mg, Fe)5((OH,F)Si4O11)2
Identification
Couleur variable
Système cristallin monoclinique
Échelle de Mohs 6,5 - 7
Propriétés optiques
Indice de réfraction 1,660
Biréfringence 0,02
Propriétés chimiques
Densité 3,34
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.
Boutons antiques en jadéite réalisés à la main (Chine).

Le jade est une pierre gemme très dure et tenace employée en ornementation et en joaillerie.

Son origine étymologique est espagnole : les conquistadors du XVe siècle la baptisèrent piedra de ijada - textuellement pierre pour la fosse (iliaque) : selon la croyance indienne, elle passait pour guérir les maux de reins et les coliques néphrétiques mais aussi pour éloigner les mauvais esprits[2].

Le jade désigne en fait trois minéraux distincts pouvant avoir une apparence semblable : la jadéite, la néphrite et le kosmochlor. Initialement les deux minéraux premiers ne sont pas différenciés. Les noms jade et néphrite ont la même origine : lapis nephriticus est l'équivalent latin de l'espagnol piedra de ijada, c'est-à-dire pierre du flanc, en référence à son utilisation par les peuples mésoaméricains pour guérir divers maux internes, dont les problèmes néphrétiques[3]. C'est en 1863 qu'Alexis Damour décrit et nomme la jadéite[4], après avoir observé une variété de jade dont la composition différait radicalement de celle d'une autre variété qu'il avait étudiée en 1846 (i.e. néphrite) et identifiée comme appartenant à la famille des trémolites[5]. On distingue depuis :

  • le jade néphrite composé essentiellement de néphrite, un silicate de calcium et magnésium du groupe des amphiboles, assez commun.
  • le jade jadéite composé essentiellement de jadéite, un silicate de sodium et aluminium du groupe des pyroxènes, plus dur, plus dense, plus rare et considéré comme plus précieux.

Les différentes variétés de jade étaient très employées à l'époque de la pierre polie pour la confection des haches. Les artistes chinois utilisent depuis longtemps cette pierre semi-précieuse pour réaliser de petits objets d'art.

Le jade est généralement d'un vert plus ou moins prononcé.
Le jade blanc est le jade pur
Le jade vert contient des sels de chrome
Le jade bleu-vert contient des sels de cobalt
Le jade noir contient des sels de titane
Le jade rose contient des sels de fer et de manganèse

Gisements[modifier | modifier le code]

Carte des principaux pays producteurs de jades dans le monde

On trouve de la néphrite en Chine, en Russie, en Nouvelle-Zélande et au Canada. La jadéite fut également utilisée au Guatemala par les Mayas ; elle provenait sans doute des hautes terres du pays (Sierra de las Minas).
Au Guatemala, le géologue Jay Ridinger et son épouse Mary Lou qui est archéologue, ont prospecté dans la région d'Antigua, les rives du fleuve Motagua. En 1974, ils y ont découvert les anciens gisements qui furent exploités à l'époque précolombienne. Dans les gisements qu'ils exploitent avec leur société Jade S.A, on trouve plusieurs couleurs de jade allant du blanc au noir en passant par la traditionnelle couleur verte ainsi que du jade rose très rare. Le jade bleu-vert est appelé « jade des Olmèques », le jade vert foncé « jade des Mayas ».

On en trouve aussi au Kazakhstan, et en Birmanie riche en kosmochlor (jade impérial).

Il existe des gisements de jadéite dans les Alpes italiennes, à proximité du mont Viso. Redécouverts en 2003, ils avaient été exploités au néolithique pour fabriquer des outils en pierre polie[6]. Une hache dont le matériau provient de ces gisements a été retrouvée en Angleterre[7],[8].

Faux jade[modifier | modifier le code]

L'Antigorite, une serpentine (minéral) est souvent utilisée, colorisée, afin de simuler du jade alors qu'elle est beaucoup plus courante et moins chère que le jade. L'autre raison étant que l'antigorite est nettement plus tendre que le jade et donc plus aisée à tailler[Atlas_RoMi 1].

En Chine[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

C'est, en l'état actuel des connaissances (2012) , dan la Culture de Hongshan[9] (une culture néolithique, v. 4700-2900 avant l'ère commune) du nord-est de la Chine (Hebei et de part et d'autre des cours supérieurs du Daling (大凌河) et du Xiliao (西遼河) au Liaoning et en Mongolie-Intérieure) et dans une moindre mesure dans la Culture de Zhaobaogou qui l'a précédé (v. 5000-4400) dans la même région, qu'apparaissent les premiers objets de jade en Chine. Ils sont donc contemporains des cultures : « pré-Yangshao » de la période 5500-4500 : cultures de Laoguantai à l'Ouest, et des phases finales des cultures Cishan-Peiligang à l'Est. La première « apogée » de cet art se trouve dans la culture de Liangzhu (v. 3300-2000 avant l'ère commune, dans le Delta du Yangzi Jiang), qui multiplie la production et en fait un usage cérémoniel systématiquement associé à l'émergence d'un groupe social distinct, où le mort disposant d'un prestige apparemment incontestable est littéralement enseveli sous le jade : une élite s'approprie ainsi une matière associée à un travail difficile et lent, et en fait sa marque distinctive. Cette pratique se poursuivra sous diverses variantes au cours des millénaires suivants, et la pierre toujours polie et plus ou moins travaillée de manière artistique restera attaché au prestige du rang social et de la beauté jusqu'à l'époque moderne.

Symbolique[modifier | modifier le code]

Il y a huit mille ans les habitants de ce qui est devenu la Chine actuelle, poussés par des motivations puissantes et un esprit créatif certain, se sont mis à polir consciencieusement ces pierres fines très dures pour en faire des ornements qu'ils portaient à même leur corps. Mais cette action très complexe et certainement très lente, associée aux formes singulières qu'ils choisissaient n'étaient certainement pas des actes dénués d'importance, voire de signification.

La Chine est ainsi le pays le plus important dans la production, la fabrication et l'utilisation du jade [10]

Au cours de la préhistoire de la Chine, le jade est devenu une pierre précieuse chargée de propriétés magiques. Ce que la tradition en a transmis peut se résumer dans son élégance, son caractère ferme, son aspect de tranquillité, de réserve, de pureté et de vertu. Les légendes ont contribué à cette image. Ainsi celle de Nuwa, la créatrice de l'humanité, lorsque le dôme du Ciel s'est fendu, Nuwa a scellé les fêlures du ciel en broyant ensemble cinq pierres de couleurs différentes. Cette poussière couvrit la terre pendant des éons. Sur terre les esprits du Ciel et de la Terre, les dieux des rivières, et le miel immortel dans lequel les fleurs et toutes les plantes baignent, ont pour la première fois rassemblé l'essence de la vie, et quand le temps fut venu, il s'est manifesté dans la douce splendeur des perles, l'incandescente brillance des gemmes, les compétences de la complexité et la pleine magnificence. Après quoi le jade apparu au sein de l'humanité. Le signe chinois porte en lui même une petite goutte qui semble posée à côté du pilier qui représente la Terre, cette goutte est cette matière précieuse que Nuwa a dispersé sur terre : le jade lui même[11]. Mais les chinois valorisent la beauté du jade pour manifester leurs aspirations à une meilleure qualité de vie. Ainsi la légende de Pangu, losque ce premier humain est mort son souffle est devenu vents et nuages, sa chair est devenue terre, et ses os des perles et du jade. Le jade est ainsi devenu une pierre de bon augure, créée avec la propriété magique d'écarter le mal.

Dans la symbolique chinoise, le jade était une pierre relative à l'empereur, symbole d'un pouvoir absolu. L'empereur se devait d'arborer un sceptre de jade (Ruyi) lors des grandes cérémonies. Les cinq rangs de princes recevaient chacun une tablette de jade d'un type particulier.

  • Le premier rang recevait une tablette oblongue avec deux colonnes gravées.
  • Le second rang recevait une tablette oblongue où figurait un homme debout, le corps droit.
  • Le troisième rang recevait une tablette oblongue où était représenté un homme courbé.
  • Le quatrième rang recevait une tablette annulaire sur laquelle figurait du millet.
  • Le cinquième rang recevait une tablette annulaire gravée de feuilles de jonc.

Chaque année, les princes se rendaient en audience devant l’empereur et rendaient leurs tablettes qui étaient alors comparées avec les formes-modèles conservées au palais. Si tout était conforme les tablettes leur étaient restituées. Le simple fait que l’empereur ne désire pas rendre une tablette signifiait la destitution du prince. Les envoyés de l’empereur et les ambassadeurs possédaient, quant à eux, des demi-tablettes coupées dans la longueur et qui se devaient de parfaitement correspondre à la partie complémentaire qui avait été confiée au correspondant. Posséder un jade, en Chine, est donc, en quelque sorte, pouvoir prétendre à une dignité impériale.

Par ailleurs, on plaçait dans la bouche des défunts une cigale en jade, symbole de la vie éternelle et de la résurrection dans l'au-delà. Les neuf orifices du corps bouchés par de l'or et de la pierre de jade étaient aussi censés le protéger de la putréfaction. En Orient, le jade est également assimilé à la semence du dragon. [réf. nécessaire]

Les noces de jade symbolisent les 26 ans de mariage dans le folklore français. Dans l'antiquité et jusqu'au Moyen Âge, le jade était censé protéger des maladies rénales.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, t. 1, Dictionnaires Le Robert,‎ 1992
  3. (en) Easby, Elizabeth Kennedy, Pre-Columbian Jade from Costa Rica, New York, André Emmerich Inc.,‎ 1968
  4. Alexis Damour, « Notice et analyse sur le jade vert. Réunion de cette matière minérale à la famille des Wernerites », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences, vol. 56,‎ 1863, p. 861-865 (lire en ligne)
  5. Alexis Damour, « Analyse du jade oriental, réunion de cette substance à la Trémolite », Annales de chimie et de physique, 3e série, vol. 16,‎ 1846, p. 469-474 (lire en ligne)
  6. (en) P. Petrequin et al., 2006 : The Neolithic quarries of Mont Viso (Piedmont, Italy). Initial radiocarbon dates. [Journal of Archaeology], vol. 9, no 1, p. 7-30 (ISSN 1461-9571) texte intégral (page consultée le 14 janvier 2010) ] 
  7. (en) « 14 », dans Neil MacGregor, Une histoire du monde en 100 objets [« A History of the World in 100 Objects »], Penguin Books,‎ 28 octobre 2010, 608 p. (ISBN 9781846144134), p. 85-89
  8. « Axe - British Museum » (consulté le 14 janvier 2010)
  9. Gu Fang and Li Hongjuan 2013, p. 43
  10. Gu Fang and Li Hongjuan 2013, p. 12: le professeur Gu Fang ( Institute of Archaeology Chinese Academy of Social Sciences, établi en 1950 à la suite de l'Academia Sinica. Situé à Pékin il constitue un "département" de http://bic.cass.cn/english/infoShow/Arcitle_Show_Cass.asp?BigClassID=1&Title=CASS] la Chinese Academy of Social Sciences, CASS [page établie en 2003] ) est aussi l'auteur de l'ouvrage monumental qui compile les jades découverts en Chine [1] : The Complete Collection of Jades Unearthed in China (15 vol.)
  11. Gu Fang and Li Hongjuan 2013, p. 12-13


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Gu Fang and Li Hongjuan (trad. Tony Blishen), Chinese Jade : The Spiritual and Cultural Significance of Jade in China, New York, Better Link Press,‎ 2013, 160 p. (ISBN 978-1-60220-129-3).
    Première édition (chinois), 2009, Cultural Relics Press. Édition anglaise, 2013, Shanghai Press and Publishing Development Company.
  • (en) Angeles Gavira and Peter Frances, Rocks and Minerals, The definitive visual guide, p. 280-281 [« Rock and Gem (2005) »], Londres (Grande-Bretagne), Dorling Kindersley Limited,‎ 2008, 364 p. (ISBN 978 1 4053 2831 9) (RoMiGuide)
  • Minéraux et Pierres de collection, Paris (France), Éditions Atlas,‎ 1996, 1246 p. (Atlas_RoMi)
  1. Serpentine (gemme)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]