Ferdinand Bol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ferdinand et Bol.

Ferdinand Bol

Description de cette image, également commentée ci-après

Autoportrait de Ferdinand Bol

Naissance baptisé le 24 juin 1616
Dordrecht
Décès enterré le 24 juillet 1680
Amsterdam
Nationalité néerlandaise
Provinces-Unies Provinces-Unies
Activités Peintre
Maîtres Abraham Bloemaert,
Jacob Cuyp,
Rembrandt
Mouvement artistique Baroque
Portrait d'un garçon, huile sur toile, 158 × 121 cm, 1656 (Musée Boijmans Van Beuningen, Rotterdam).
Portrait d'un mathématicien, huile sur toile, 77 cm × 63 cm, 1658 (Musée du Louvre, Paris).
Portrait de Engel De Ruyter, 1669 (Mauritshuis, La Haye).

Ferdinand Bol[1] (baptisé à Dordrecht, le 24 juin 1616[2] – enterré à Amsterdam, le 24 juillet 1680[2]) est un peintre, graveur et dessinateur néerlandais (Provinces-unies) du siècle d'or, auteur de portraits et de tableaux sur des sujets bibliques. Il fut l'un des meilleurs élèves de Rembrandt.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ferdinand Bol est né en 1616 à Dordrecht, ville où son père exerçait la profession de maître-chirurgien.

C'est vraisemblablement à Utrecht qu'il commence son apprentissage, sous l'égide de Jacob Cuyp[2]. À Utrecht, il a également pu avoir pour maître Abraham Bloemaert[3]. En 1635, il est cité comme « Ferdinandus bol, schilder [peintre] » dans quelques documents de Dordrecht, sur lesquels figure également sa signature[4]. Sa première œuvre datée remonte cependant à 1642[5].

Avant cela, vers 1635, il part pour Amsterdam, où il devient apprenti dans l'atelier de Rembrandt. Il restera actif dans cette ville jusqu'à la fin de sa vie. Premier témoin de son séjour chez Rembrandt, son prénom – « ferdijnandus » – apparaît au dos d'un dessin du maître réalisé à la sanguine vers 1636 d'après une peinture de Lastman. En date du 30 août 1640, Bol est mentionné comme témoin de Rembrandt dans un acte notarié[6].

Bon nombre d’œuvres de Bol seront pendant longtemps attribuées à Rembrandt lui-même, qui vendra aussi des tableaux dont son élève était l’auteur. Lors d’une visite de Rembrandt à Ferdinand Bol, Rembrandt réalise un portrait du père de ce dernier, Balthasar Bol. C'est seulement après la mort de son père, survenue en 1641, que Ferdinand Bol s’établit comme peintre indépendant.

En 1652, il est inscrit comme bourgeois d’Amsterdam. En 1653, il épouse la fille d’un marchand, Elisabeth Dell, et vit au Voorburgwal, au sud-ouest de la ville, à côté de la banque nationale de Lening. En 1655, il devient le chef de la guilde des peintres. Ferdinand Bol réalise des œuvres pour l’Amirauté d’Amsterdam, ainsi que pour l’hôtel de ville (devenu aujourd’hui le palais royal de Dam).

En 1660, sa femme meurt et, en 1669, il épouse en seconde noce Anna Van Erckel. Le couple déménage au no 472 du Keizersgracht, dans un immeuble conçut par Adriaan Dortsman, où aujourd'hui se trouve le musée Van Loon. Son second mariage lui apporte une certaine aisance matérielle, si bien qu'à partir de ce moment, il ne peint plus qu’à de très rares occasions. Il s’occupe alors de la direction d'une léproserie. À la fin de sa vie, il part habiter chez son fils, Elbert, un avocat du Herengracht.

Ferdinand Bol meurt en août 1680 à Amsterdam. Il y est enterré dans la Zuiderkerk (« Église du Sud »), église dans laquelle on peut également voir l’une de ses œuvres.

Les Présidents de la guilde des marchands de vin d'Amsterdam, huile sur toile, 1663 (Alte Pinakothek, Munich).

Style pictural[modifier | modifier le code]

Les œuvres de Ferdinand Bol appartiennent au style baroque. Il compte parmi les « vieux maîtres hollandais ».

À Amsterdam, après 1650, il rencontra beaucoup de succès en tant que portraitiste. Il réalisa entre autres des portraits de Michiel et Engel de Ruyter, Jacob Van Campen et David De Wildt. Ses meilleures œuvres datent de la période allant de 1650 à 1669. Le portrait d’Elisabeth Bas (Rijksmuseum, Amsterdam), témoigne d’une forte influence de Rembrandt, à ce point qu'il fut considéré jusqu'en 1911 comme étant une œuvre de ce dernier (et encore aujourd'hui, certains contestent la réattribution de ce tableau en faveur de Bol). On connaît de lui aussi quelques autoportraits.

Aux environs de 1645, il changea son style. Son œuvre devint plus pathétique, bien que l’influence de Rembandt demeure toujours visible, notamment dans l’application du clair-obscur et celle de la couleur (rose). La lumière et les accessoires utilisés font également penser à Rembrandt.

Tableaux[modifier | modifier le code]

  • Elisabeth Bas
  • Jeune Polonais, 1656
  • Les Régentes de la léproserie d'Amsterdam, 1668

Musées[modifier | modifier le code]

Aux Pays-Bas, les œuvres de Bol ornent bon nombre de bâtiments publics. Ainsi, à Amsterdam, dans le cabinet des bourgmestres et échevins de l’ancien hôtel de ville, on peut voir de lui des tableaux de cheminée. Des peintures qui décoraient le 's Lands Zeemagazijn, actuel Nederlands Scheepvaartmuseum (le Musée de la Marine), ont quant à elles été perdues lors d’un incendie qui frappa le bâtiment en 1791. On trouve également de ses œuvres dans les hôtels de ville de Leyde, Gouda et Enkhuizen. Ses portraits font cependant plus souvent partie de collections privées.

En France, le Musée du Louvre possède plusieurs de ses toiles.

On peut également trouver des œuvres de Ferdinand Bol entre autres dans les musées suivants :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il ne doit pas être confondu avec le miniaturiste Hans Bol (1543-1593).
  2. a, b et c Rijksbureau voor Kunsthistorische Documentatie – RKD.
  3. (nl) Notice biographique sur Bol sur le site du Rijksmuseum.
  4. A. Blankert (1982), p. 17 en 71. – Cité par le RKD
  5. K.G. Saur (1996). – Cité par le RKD.
  6. A. Blankert (1982), p. 16-17, 71. – Cité par le RKD

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :