Famille Albani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Albani.

Albani est le nom d'une illustre famille italienne, originaire de l'Albanie, d'où elle fut chassée par les Turcs, et qui vint s'établir à Rome et à Urbino.

armes des Albani: champ d'azur à une fasce d'or, trois montagnes en pointe, et une étoile en chef du même métal

Historique[modifier | modifier le code]

D'origine albanaise, de Laç de Kurbini, Michel Laçi, quitta l'Albanie avec ses deux fils, Georges et Philippe (combattants avec Skanderbeg) à cause des Turcs, s'installant à Urbino, en Italie, où il prit le nom d'Albani. Georges eut deux fils, Altobelli et Hannibal. Altobelli eut aussi deux fils, Horace et Charles. Horace s'installe à Rome, au Vatican, ou il fut nommé sénateur par le pape Urbain. Charles était le père de Gianfrancesco, qui deviendra le pape Clément XI.

Une autre branche de la famille Albani[réf. nécessaire] s'installa à Bergame, se distinguant avec Gian Girolamo Albani (1504-1591), chanoine, auteur d'ouvrages importants, qui devint cardinal en 1570.

Elle a fourni à l'Église catholique romaine un grand nombre de prélats distingués, dont le plus célèbre est :

  • Gianfrancesco Albani (1649-1721), devenu pape en 1700 sous le nom de Clément XI. Clément XI laissa plusieurs neveux qui devinrent cardinaux et qui jouèrent un rôle assez important :
  • Annibal Albani (1682-1751), évêque d'Urbino ;
  • Alexandre Albani (1692-1779), frère d'Annibal, connu par son goût pour les arts et par sa villa, dite villa Albani, ou il avait rassemblé des chefs-d'œuvre de toute espèce ;
  • Giovanni Francesco Albani (1720-1809), évêque d'Ostie : il prit parti contre les Français à leur entrée en Italie, fut en conséquence forcé de quitter Rome, et n'y rentra qu'après l'élévation de Pie VII, à laquelle il eut la plus grande part.
  • Joseph Albani (1750-1834), neveu du précédent, il fit partie du Sacré Collège à partir de 1801, fut chargé d'affaires à Vienne (1796), puis fut secrétaire des brefs et légat du pape à Bologne (1814), et enfin commissaire apostolique des quatre Légations. Il eut à réprimer des troubles à Bologne : on l'accuse, à cette occasion, de quelques actes de rigueur.

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.
  • Dizionario Storico-Portatile Di Tutte Le Venete Patrizie Famiglie, G.Bettinelli, Venezia, 1780.
  • Nouvelle relation de la Ville et République de Venise, Casimir Freschot, Utrecht, 1709, éd.Guillaume Van Poolsum.
  • Repertorio Genealogico delle Famiglie confermate nobili e dei titolati nobili esistenti nelle provincie Venete, Francesco Schröder, Venise, 1830, typografia Alvisopoli.
  • Saggio sulla Storia Civile, Politica, Ecclesiastica e sulla Corografia e Topografia degli Stati della Reppublica di Venezia ad uso della Nobile e Civile Gioventù, Ab. D. Cristoforo Tentori Spagnuolo, Venise, Éd. Giacomo Storti, 1785.