Hôtel de Condé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'hôtel de Condé, résidence des princes de Condé entre 1612 et 1770, d'après le plan de Turgot. Le théâtre de l'Odéon a été construit de 1779 à 1782 dans les jardins de l'hôtel.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hôtel de Condé (homonymie).

L'hôtel de Condé comprenait presque tout le terrain aujourd'hui circonscrit par les rues de Condé, Vaugirard, Monsieur-Le-Prince et le carrefour de l'Odéon dans le VIe arrondissement.

Il faisait suite au somptueux hôtel construit par Jérôme de Gondi (1550 - 1604), fidèle écuyer de Catherine de Médicis[1]. La famille de Gondi, après une ascension sociale fulgurante grâce à la protection de la reine, avait connu des difficultés financières et, entre 1609 et 1612, Jean-Baptiste II de Gondi dut vendre ses biens immobiliers parisiens. L'hôtel fut donné en 1610 à Henri II de Bourbon-Condé, par Marie de Médicis qui voulait le récompenser d'avoir consenti à épouser Charlotte-Marguerite de Montmorency. L'hôtel fut restauré et rebâti en grande partie par le nouveau propriétaire.

L'hôtel de Condé formait un vaste ensemble de bâtiments, aux ailes séparées par d'étroites cours intérieures, avec des enclaves et des mitoyennetés génantes, mais les principaux corps de bâtiment donnaient sur un vaste jardin à la française séparé par une belle grille de la cour d'honneur, et qui, par un ensemble de trois terrasses successives, allaient faire face, sur la rue de Vaugirard, au palais du Luxembourg. Ce jardin était si spacieux que, lorsque l'on était obligé de fermer le Luxembourg, on ouvrait les grilles de la demeure princière, et la foule pouvait s'y répandre sans le moindre encombrement.

Vue de la cour intérieure de l'hôtel de Condé.

Germain Brice, dans sa Description nouvelle de la ville de Paris, - Paris, 1707, t.II, p. 291 - a donné une description admirative du mobilier de l'hôtel de Condé : "Le plafond de la chambre et du cabinet de Mme la Princesse ont été peints par de Sève (...) Pour des meubles, il est difficile d'en voir dans aucun autre palais de plus riches et en plus grande quantité. On y trouve aussi des tableaux de maîtres du premier rang, entre autres un Baptême de Notre-Seigneur, de l'Albano (...) , des tapisseries extraordinaires et des pierreries plus qu'en aucun autre endroit. On y conserve aussi une nombreuse bibliothèque composée de livres curieux et des cartes à la main des plus rares."

Ce fut dans cette résidence, où sa mère, Marie-Éléonore de Maillé de Carman, avait ses appartements, en qualité de "dame d'accompagnement" et parente de la princesse de Condé, que naquit le 2 juin 1740 le marquis de Sade.

Les Condé s'installèrent en 1764 au Palais Bourbon et Louis XV acheta ces terrains et ces jardins en 1770. En 1778, Louis XVI offrit à son frère, le comte de Provence, le Luxembourg et l'hôtel de Condé. En 1779, le lotissement de l'hôtel de Condé fit l'objet d'une vaste opération immobilière, comparable à celle menée par le duc de Chartres au Palais-Royal. Le terrain fut percé de rues et partagé en lots. La rue de l'Odéon, dite primitivement du Théâtre-Français, la première de Paris pourvue de trottoirs, fut ouverte au milieu de l'hôtel de Condé, dans le même temps où s'édifiait la nouvelle salle du théâtre-Français, inaugurée en 1782 et qui devait en 1807 changer son nom en celui de théâtre de l'Odéon.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Guides Bleus Paris, Hachette, 1988
  • Dominique Leborgne, Saint-Germain des Prés et son faubourg, Parigramme, 2005
  • Gilbert Lely, Vie du marquis de Sade, Chez Jean-Jacques Pauvert, 1952-1957

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Pierre Babelon, Paris au XVIe siècle, Hachette, 1986, p. 133 et p. 250.