Sebastiano del Piombo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Sainte Famille (c. 1520), Cathédrale Sainte-Marie de Burgos.

Sebastiano Luciani (vers 1485 à Venise - 21 juin 1547 à Rome) s'appela à Rome, Sebastiano Viniziano puis Sebastiano del Piombo. C'est un peintre italien de la renaissance, célèbre pour sa combinaison des couleurs de l'école vénitienne et des formes monumentales de celle de Rome.

Biographie[modifier | modifier le code]

À Venise, il fut un admirateur de Giorgione, mais en 1511, peut-être pour échapper à l'ombre du Titien, après avoir réalisé le retable de saint Jean Chrysostome, il part pour Rome. Il y rejoint le groupe d'artistes qui travaillent à la Villa Farnesina pour le richissime banquier du pape, le siennois, Agostino Chigi, aux côtés de Raphaël. Il ne revint presque jamais à Venise.

Quelques années plus tard, il change d'orientation et se lie d'amitié avec Michel-Ange dont il développe à plusieurs reprises les cartons et études de composition. Il subsiste trois dessins de Michel-Ange relatifs au groupe constitué par Lazare dans le tableau de Londres et Michel-Ange a probablement participé à la l'exécution de la figure du Christ[1].
En 1520, après la mort de Raphaël, Sebastiano est le peintre le plus important sur la scène romaine.

En 1531, pour le remercier d'être resté auprès de lui, barricadé dans le Château Saint-Ange, pendant le Sac de Rome (1527) par les armées impériales, Clément VII le charge des sceaux pontificaux[2]. Il prend alors le nom de Sebastiano del Piombo qui désigne sa charge, et qui a fait sombré dans l'oubli son nom de Sebastiano Viniziano[3]. Afin de bénéficier de la charge ecclésiastique des sceaux, ce père de deux filles, n'hésite pas à prononcer ses vœux, tout en écrivant à l'Arétin, qu'il est « le frère le plus gaillard de Rome ». Il encaisse les taxes d'enregistrement de tous les documents pontificaux scellés avec du plomb, mais cette réussite financière s'accompagne d'une quasi cessation de son activité de peintre[2].

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

Le Martyre de sainte Agathe
À Rome

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Giorgio Vasari le cite et décrit sa biographie dans Le Vite :
Page ?? - édition 1568
128 le vite, sebastiano del piombo.jpg

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Erika Langmuir, National Gallery : Le Guide, Flammarion,‎ 1997, 335 p. (ISBN 2-08-012451-X), p. 150-151
  2. a, b, c et d Stefano Zuffi, Le Portrait, Gallimard,‎ 2001, p.68 et 72
  3. Augusto Gentili, « Sebastiano del Piombo », dans Giovanna Nepi Sciré, La Peinture dans les Musées de Venise, Paris, Editions Place des Victoires,‎ 2008 (ISBN 978-2-8099-0019-4), p. 195
  4. a et b Vincent Pomarède, 1001 peintures au Louvre : De l’Antiquité au XIXème siècle, Musée du Louvre Editions,‎ 2005, 589 p. (ISBN 2-35031-032-9), p.306-307
  5. a et b Giovanna Nepi Sciré, La Peinture dans les Musées de Venise, Editions Place des Victoires,‎ 2008, 605 p. (ISBN 978-2-8099-0019-4), p.196-199
  6. a, b et c Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti : La Peinture à Florence, Editions Place des Victoires,‎ 2000, 685 p. (ISBN 2-84459-006-3), p. 256-259
  7. L’année exacte de création se référant à ce tableau fait l’objet de controverses. Il se pourrait aussi agir de l’année 1532 (?)
  8. Madone au voile
  9. Les attributions des tableaux du château de Chenonceau ne sont pas toujours fiables.