René Huyghe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Huyghe.

René Huyghe (Arras, 3 mai 1906 - Paris, 5 février 1997) est un écrivain français. Il a été conservateur du Musée du Louvre, psychologue et philosophe de l’art, professeur au Collège de France et académicien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

René Huyghe étudie la philosophie et l’esthétique à la Sorbonne et à l’École du Louvre.

Dès 1930, il est nommé conservateur adjoint des Peintures au musée du Louvre, puis, conservateur en chef et professeur à l’École du Louvre, à trente et un ans. Il fonde et dirige les revues L’Amour de l’Art et Quadrige.

Il est un des premiers à réaliser des films sur l’art, dont un « Rubens » primé à la Biennale de Venise et fonde la Fédération internationale du film sur l’art.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, en lien avec Jacques Jaujard, il organise l’évacuation des tableaux du musée du Louvre en zone non occupée et leur protection jusqu’à la Libération. Parallèlement, il fait partie de la résistance dans l’état-major des groupes Veny.

En 1950, il est élu au Collège de France et occupe la chaire de psychologie des arts plastiques. En 1966, il reçoit, le prix européen Érasme à La Haye. Il se définit comme psychologue et philosophe de l'art. En 1974, il est nommé directeur du Musée Jacquemart-André et publie La Relève du réel qu'il présente dans Italiques[1]. À cette époque remonte sa première rencontre avec le philosophe japonais Daisaku Ikeda.

Il préside la commission internationale d’experts de l’UNESCO pour la sauvegarde de Venise et le Conseil artistique des Musées de France. Il est le père de l'écrivain François-Bernard Huyghe.

Académie Française[modifier | modifier le code]

Il est élu à l’Académie française, le 2 juin 1960, au fauteuil 5 de Robert Kemp.

Décorations[modifier | modifier le code]

Liste des œuvres principales[modifier | modifier le code]

  • Histoire de l’art contemporain (Alcan, 1935)
  • Cézanne (Plon, 1936)
  • L'univers de Watteau, dans Hélène Adhémar, Watteau : sa vie, son œuvre. Catalogue des peintures et illustration (P. Tisné, 1950)
  • La Peinture d’Occident Cent chefs-d’œuvre du musée du Louvre (Nouvelles éditions françaises, 1952)
  • Dialogue avec le visible (Flammarion, 1955)
  • L’Art et l’Homme, Tome I (direction) (Larousse, 1957) Tome II (1958) Tome III (1961)
  • Van Gogh (Flammarion, 1958)
  • L’Art et l’Âme (Flammarion, 1960)
  • Delacroix ou le Combat solitaire (Hachette, 1964)
  • Les Puissances de l’image (Flammarion, 1965)
  • Sens et destin de l’art (Flammarion, 1967)
  • L’Art et le Monde moderne (direction avec Jean Rudel) 2 tomes (Larousse, 1970)
  • Formes et Forces (Flammarion, 1971)
  • La Relève du Réel, la peinture française au XIXe siècle, impressionnisme, symbolisme (Flammarion, 1974)
  • Ce que je crois (Grasset, 1974)
  • La nuit appelle l'aurore, dialogue orient-occident sur la crise contemporaine (avec Daisaku Ikeda) (Flammarion, 1976)
  • La Relève de l’Imaginaire, la peinture française au XIXe siècle, réalisme et romantisme (Flammarion, 1981)
  • Les Signes du temps et l’Art moderne (Flammarion, 1985)
  • Se perdre dans Venise (avec Marcel Brion) (Arthaud, 1987)
  • Psychologie de l’art, résumé des cours du Collège de France (Le Rocher, 1991)
  • Une Vie pour l'art. De Léonard à Picasso (De Fallois, 1994)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Italiques, deuxième chaîne de l'ORTF, 18 octobre 1974