Joseph-Marie Vien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec son fils et élève, Joseph-Marie Vien dit Vien le jeune (1761-1848), également peintre

Joseph-Marie Vien, comte de l'Empire, né à Montpellier le 18 juin 1716 et mort à Paris le 27 mars 1809, est un peintre, dessinateur et graveur français, précurseur du néoclassicisme.

Il est le père du peintre Joseph-Marie Vien le jeune.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un simple serrurier, élève de Charles-Joseph Natoire et ami de Joseph Siffrein Duplessis, Joseph-Marie Vien est passionné par l’art antique, qu’il découvre lors d’un séjour à Rome entre 1743 et 1750 après avoir été lauréat du prix de Rome en 1743. Protégé du comte de Caylus, il est admis à l’Académie royale de peinture et de sculpture en 1754 et y crée un atelier où il forme nombre de disciples à ses théories. Il est directeur de l'Académie de France à Rome de 1775 à 1781 et premier peintre du roi en 1789. Il est considéré avec Pompeo Batoni comme un des précurseurs du néoclassicisme en peinture. Il est couvert d'honneurs par Napoléon Bonaparte. Il est nommé sénateur en 1799 et comte de l'Empire en 1808. À sa mort en 1809, il est inhumé au Panthéon.

François Boucher, son contemporain, le décrit comme un bon peintre mais un peu froid. S'il n'est pas étonnant que cette « froideur » néoclassique ait déplu au maître du rococo, il n'en reste pas moins que Vien ne sut pas toujours donner l'élan et la grandeur que les théories de son style préféré imposaient. Y étant parvenu, Jacques-Louis David reste, à juste titre, plus connu que son maître.

Sa femme, Marie-Thérèse Reboul, et son fils, Joseph-Marie Vien dit Vien le jeune, sont également peintres. Il est cité par Honoré de Balzac dans Sarrasine pour la beauté de son tableau Adonis. Il meurt en 1809 avec le titre nobiliaire de comte. Bonaparte lui fait l'honneur de funérailles nationales au Panthéon. Il est le seul artiste peintre reposant en ce lieu.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

En France
  • Musée national du château de Fontainebleau : La Marchande d'amours, 1763
  • Musée de Grenoble : L'Enlèvement de Proserpine, 1762
  • Paris, musée du Louvre :
    • Hermite endormi (1753)
    • Dédale dans le labyrinthe attachant les ailes à Icare, 1754
    • Jeunes Grecques parant de fleurs l'Amour endormi, 1773
    • Les Adieux d'Hector et d'Andromaque, 1786
  • Paris, École militaire, chapelle Saint-Louis : Saint Louis remet la régence à sa mère
  • Paris, église Saint-Roch : Saint Denis préchant, 1767
  • Musée des beaux-arts de Reims : Anachorète endormi
  • Église Sainte-Marthe de Tarascon :
    • L'Embarquement de sainte Marthe, 1751
    • Sainte Marthe recevant le Jésus-Christ à Béthanie, 1747
    • Funérailles de sainte Marthe, 1748
    • La Résurrection de Lazare, 1747
    • L'Agonie de sainte Marthe, 1748
    • L'Arrivée de sainte Marthe en Provence, 1748
    • La Prédication de sainte Marthe, 1748
Aux États-Unis
À Porto Rico

Galerie[modifier | modifier le code]

Élèves[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Thomas W. Gaehtgens et Jacques Lugand, Joseph-Marie Vien, peintre du roi : 1716-1809, Arthena, Paris, 1988. Avec un choix de textes du peintre.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :