Benvenuto Cellini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Benvenuto Cellini (homonymie).

Benvenuto Cellini

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Anonyme, Portrait de Benvenuto Cellini,
Vienne, Bibliothèque nationale autrichienne.

Naissance 3 novembre 1500
Florence
Décès 13 février 1571 (à 70 ans)
Florence
Activités Sculpteur, fondeur, dessinateur, orfèvre, médailleur
Mouvement artistique Renaissance italienne
Mécènes Cosme Ier de Toscane, François Ier

Œuvres réputées

Persée tenant la tête de Méduse
Neptune et Amphitrite (salière)
Nymphe de Fontainebleau
Crucifix
Raffaello Romanelli, Buste de Benvenuto Cellini sur le Ponte Vecchio à Florence.
Sa statue au piazzale des Offices de Florence.

Benvenuto Cellini, né, selon les sources, le 1er, le 2 ou le 3 novembre 1500[1] à Florence, mort dans la même ville le 13 février 1571, est un dessinateur, orfèvre, fondeur, médailleur et sculpteur de la Renaissance italienne, qui appliqua les techniques et la précision de l'orfèvrerie à son travail de sculpteur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Benvenuto Cellini est né à Florence. Son père, Giovanni Cellini, fils d'un maçon, est musicien et facteur d'instruments. Il épouse Maria Lisabetta Granacci, dont il a plusieurs enfants, Benvenuto étant le second, ainsi nommé parce que son père s'attendait à avoir une fille[2]. Son père tenta de l'orienter initialement vers une carrière musicale, le jeune Benvenuto montrant des prédispositions pour la flûte et le chant.

Les débuts[modifier | modifier le code]

En 1515, Benvenuto est admis comme apprenti dans l'atelier d'orfèvrerie de Michelangelo Brandini (it) (père du sculpteur Baccio Bandinelli qui deviendra le rival de Cellini), puis dans celui de Marconi. Après quelques années, le Conseil des Huit de Florence décide de l'exiler pour son implication dans différentes altercations. Il vagabonde à Bologne, Pise, Rome et étudie chez différents orfèvres[3], avant de se retrouver à Rome en 1522.

Les années à Rome[modifier | modifier le code]

Clément VII le remarque et le fait venir à ses côtés. Cellini reçoit plusieurs commandes pour des vases en argent, des chandeliers et des aiguières qu'il fabrique avec un soin qui lui attire les éloges. Cette période prospère prend brutalement fin avec l'invasion des troupes impériales de Charles Quint. Cellini se signale par sa bravoure, pendant le sac de Rome (1527), en défendant le château Saint-Ange assiégé par le connétable de Bourbon Charles III, qu'il tua, dit-il, lui-même d'un coup d'arquebuse; d'autres historiens évoquent le geste d'un prêtre dénommé Brantôme[4].

Après la reddition, Cellini doit retourner à Florence, mais il revient bientôt, appelé par le pape Clément VII qui lui commande un important travail, un fermail pour sa chape. Ce magnifique bijou en or, serti de pierres précieuses, sera fondu en 1797 dans le cadre du traité de Tolentino afin de défrayer une partie des indemnités dues par le pape Pie VI à Napoléon. La commande du fermail lui attire cependant l'inimitié d’un autre orfèvre, Pompeo de’ Capitanis, jaloux du succès de Cellini. L'animosité entre les deux hommes augmente au point où Cellini assassine Pompeo en pleine rue. Protégé un temps par le nouveau pape, Paul III, Cellini est finalement accusé d'avoir volé des pierres précieuses appartenant au trésor papal durant le siège de Rome. Emprisonné, mais s'estimant victime d’une injustice, Cellini réussit à s'échapper. Il se fracture cependant la jambe, est de nouveau arrêté et enfermé au château Saint-Ange. Il n'en sortira que plusieurs mois plus tard, grâce au cardinal de Ferrare qui intercède auprès de Paul III.

À la cour de François Ier[modifier | modifier le code]

À sa libération, en 1540, Cellini se rend en compagnie du cardinal à la cour du roi François Ier de France qui souhaite le prendre à son service. Le roi lui commande une série de douze porte-flambeaux, grandeur nature, destinés à éclairer sa table. Soucieux de bien faire et de prouver sa valeur, Cellini se disperse dans plusieurs réalisations. Seul le porte-flambeau en argent à l’effigie de Jupiter, aujourd’hui perdu, verra le jour[5]. Il se considère comme un artiste incompris, son caractère colérique et orgueilleux lui valant d'être surnommé « maledetto fiorentino » (maudit florentin)[6].

Cellini profitera de ses installations pour expérimenter la technique de la fonte en bronze. Il réalise un buste de Jules César, ainsi que la célèbre Nymphe de Fontainebleau, aujourd'hui à Paris au musée du Louvre. Ce relief de quatre mètres de large était destiné au tympan de la Porte dorée du château de Fontainebleau et devait s'inscrire dans un ambitieux projet de recomposition de la principale entrée de la résidence royale. Cellini n'eut cependant pas le temps de terminer la fonte des piédroits, qui devaient prendre la forme de deux satyres, et la Nymphe ne fut jamais posée à Fontainebleau[7].

Il signe également son chef-d’œuvre d’orfèvrerie, la salière représentant Cybèle, déesse de la terre et Neptune, dieu de la mer. Entre les deux, un récipient en forme de barque est prévu pour le sel, rencontre de la Mer et de la Terre. Des boules d’ivoire encastrées sous le socle permettent de déplacer la salière sur la table, au gré des convives. La salière, qui mesure trente-cinq centimètres de large par vingt-cinq de haut, constitue l’unique objet d’orfèvrerie de Cellini qui n’a pas été perdu.

Le retour à Florence et le Persée[modifier | modifier le code]

Mais bientôt, soumis à des intrigues et impliqué dans des poursuites, Cellini tombe en disgrâce, surtout à cause de la duchesse d'Étampes qui le déteste. En 1545, il se résout à retourner à Florence où Cosme Ier de Toscane le prend à son service. Il lui commande une statue à ajouter aux chefs-d’œuvre, dont le David de Michel-Ange, qui ornent déjà la Piazza della Signoria.

Le sujet choisi est Persée, personnage mythologique de la Grèce antique. Plusieurs thèmes sont juxtaposés dans ce mythe antique : les exploits d’un héros, le destin inévitable, la malédiction, le triomphe sur le mal et bien d’autres. Par cette commande, Cosme Ier voulait marquer la Loggia de son empreinte. Il avait demandé que la tête de Méduse soit brandie dans les airs par Persée, pose destinée à illustrer le triomphe du bien et de la vertu. Mais plus subtilement, le duc cherchait à symboliser la victoire des Médicis sur les républicains de Florence qui les avaient expulsés de la ville en 1494.

Le défi était de taille. En raison des éléments trop fragiles (ailes des sandales et du casque, sabre à la lame recourbée, bras tendu tenant la tête de Méduse, etc.) pour les sculpter dans le marbre, Cellini décide de recourir au bronze, en dépit de la hauteur projetée de six mètres. La technique de fonte des bronzes de grande taille était cependant perdue depuis l'Antiquité. Des bronzes équestres comme le Marc Aurèle étaient devenus des énigmes techniques. Aussi, pour faciliter la réalisation, ainsi que pour des raisons esthétiques, il coupe en deux la hauteur totale de la statue. Du pied droit de Persée à la tête de Méduse, la hauteur retenue est de 3,15 mètres, le reste étant dédié à un socle en marbre de 3 mètres pour la statue. De plus, comme la statue devait être placée sous une arcade, et non dos à un mur, il devait s'assurer que la statue soit harmonieuse de tous les points de vue possibles.

Après neuf ans d'efforts, d'obstacles et de tensions de toutes sortes, l'œuvre est enfin dévoilée au public le 27 avril 1554. Le Persée vaudra à Cellini l'admiration unanime. Mais malgré ce succès, la tension avec le duc demeure vive. De fait, Cellini ne recevra plus aucune commande d'importance.

Les dernières années[modifier | modifier le code]

Durant ses dernières années, Cellini écrit ses Mémoires sous le titre Vie de Benvenuto Cellini par lui même[8]. Ils furent rédigés de 1558 à 1567, puis il les interrompt pour publier, à Florence en 1568, le Traité sur la sculpture et la manière de travailler l'or. Son autobiographie est un récit vivant et coloré, parfois rocambolesque, des multiples péripéties de son existence. Elle reste l'une des autobiographies les plus célèbres de la Renaissance.

Il sculpte en 1556-1557 sa dernière œuvre majeure, un Crucifix de marbre qu'il destine à l'origine à son propre tombeau. Le crucifix est composé de deux blocs, un en marbre noir de Carrare, l'autre en marbre blanc à grain très fin. Le bloc noir servit à tailler la croix ; le blanc, le Christ, grandeur nature. Le Christ est représenté entièrement nu, dans une position douloureuse et très expressive, et dans la veine maniériste de l’époque. Le duc Cosme Ier, impressionné par le résultat, l’acheta à Cellini. Le duc François Ier de Médicis le fera ensuite installer en 1565 au Palais Pitti, avant de l'offrir au roi Philippe II d'Espagne. Il est aujourd'hui exposé à l'Escurial.

Benvenuto Cellini meurt le 13 février 1571 et il est enterré à Florence dans l'église de Santissima Annunziata.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sculpture[modifier | modifier le code]

  • Persée tenant la tête de Méduse, 1554, Florence, Loggia dei Lanzi.
  • Nymphe de Fontainebleau, bronze, musée du Louvre, Paris.
  • Narcisse, marbre, Musée national du Bargello, Florence.
  • Cosimo I de Medici, 1545-1547, bronze, Musée du Bargello, Florence.
  • Ganymède et l'Aigle, v.1548, marbre, Musée du Bargello, Florence. Il s'agit de la restauration d'un torse antique par Cellini.
  • L'enlèvement de Ganymède, bronze, Musée du Bargello, Florence.
  • Apollon et Hyacinthe, marbre, Musée du Bargello, Florence.
  • Satyre, 1542, bronze, J. Paul Getty Museum, Los Angeles.
  • Crucifix de marbre (1556-1557), conservé à l'Escurial.
  • Un Christ en ivoire de 93 centimètres qui lui est attribué a été exposé de 1968 à 1995 année où il fut volé, en la collégiale Notre-Dame-de-Grâce de Sérignan dans l'Hérault. Don du pape Pie VII au cardinal Isoard de Vauvenargues, cette œuvre est classée au patrimoine historique.
  • National Gallery of Art, Washington D.C. :
    • Alessandro de' Medici, 1510-1537, premier duc de Florence 1532, 1500-1571,
    • Pégase sur la Fountaine Hippocrene, 1537/1547.
    • Saints Côme et Damien, 1500/1571.
  • Flacon, vers 1550, en fer damasquiné en or et en argent, hauteur 33 cm, Novara - Italie, Urbano Quinto Collection.
  • Clé du secrète du coffre, 1550-1555, fer sculpté dans une seule pièce, ciselé, gravé et ajouré, hauteur 11 cm, Novara - Italie, Urbano Quinto Collection.

Orfèvrerie[modifier | modifier le code]

  • Neptune et Amphitrite, salière en ébène et or en partie émaillé. Vienne, Kunsthistorisches Museum. Elle fut réalisée pour François Ier, roi de France. Estimée entre 35 et 50 millions d'euros en 2006, elle avait été volée par un voleur amateur sans préparation en mai 2003 et récupérée en 2006 peu abîmée (photo).

Benvenuto Cellini dans la culture[modifier | modifier le code]

Il est le premier artiste à écrire son autobiographie « Vita », impertinente et irrévérencieuse[9], éditée pour la première fois en 1728, traduite par Goethe en 1803, adaptée à l'opéra par Berlioz en 1834. Alexandre Dumas le fait héros de « Ascanio » en 1843 et Giorgio Vasari écrit à l'égard de Cellini « qui a été en tout audacieux, fier, vivace, rapide, terrible, capable de dire leur fait aux princes autant que d'employer son esprit et sa main aux œuvres d'art » (1568)[10].

  • Cellini apparaît dans le roman d'Alexandre Dumas Ascanio, ou L'Orfèvre du Roi, en 1843. Ce roman s'inspire très librement des Mémoires de Cellini.
  • Benvenuto Cellini de Paul Meurice, drame en 5 actes et 8 tableaux (1852), est inspiré du roman de Dumas.
  • Ascanio (1890), opéra de Saint-Saëns sur un livret de Louis Gallet, est tiré de la pièce de Paul Meurice.
  • Benvenuto Cellini (1890), opéra d'Eugène-Emile Diaz de la Pena, contient l'air "De l'art splendeur immortelle".
  • Un roman a été consacré à Benvenuto Cellini : Messire Benvenuto[11].
  • Cellini apparaît dans le tome 4: Les clefs de Saint Pierre de la bande dessinée l'Histoire secrète publiée aux Éditions Delcourt.
  • Hector Berlioz, composa en 1838 un opéra du même nom : Benvenuto Cellini.
  • Étienne Mélingue, acteur ayant interprété Cellini dans le drame de Paul Meurice.
  • Georges Meliès réalise en 1904 un court métrage Benvenuto Cellini ou Une curieuse évasion.
  • 1945 : The Firebrand of Florence (L'incendie de Florence), musical de Kurt Weill, livret de Edwin Justus Meyer et Ira Gershwin.
  • Un épisode de la série télévisée Les Évasions célèbres lui est consacré.
  • Un film italien Una vita scellerata, titre français : Cellini, l'or et le sang, de 1990 par Giacomo Battiato.

Galerie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cellini dit, dans sa Vita, être né « una notte di Tutti i Santi, finito il dì d'Ognissanti a quattr'ore e mezza », c'est-à-dire non pas le 3 novembre, ni le jour de la Toussaint (1er novembre) mais le lendemain (2 novembre). Les encyclopédies Universalis et Larousse restent prudemment taisantes. La Britannica donne le 1er novembre, la Treccani en revanche donne le 3. La Wikipédia en italien donne le 2 mais sans précision de la source.
    La Vita ayant été « perdue » jusqu'au XVIIIe, et les seuls actes officiels en Italie étant jusque là les actes de baptême extraits des registres paroissiaux, pourrait expliquer la mention dans les biographies de la date du 3 novembre, seule date alors connue. L'indication du 1er novembre pourrait par la suite avoir résulté d'une lecture trop rapide de la relation de sa naissance par Cellini dans la Vita, omettant volontairement ou non le qualificatif « finito » qui précède « il dì d'Ognissanti » pour ne retenir que le jour de la Toussaint. Faute d'autre source et sauf à considérer qu'il s'agit d'une fantaisie de Cellini lui-même, la date du 2 (lendemain de toussaint —« finito il dì d'Ognissanto ») semble donc la plus raisonnable pour indiquer la date de sa naissance, le 3 pouvant vraisemblablement avoir été celle de son baptême.
  2. (it) Vita (Lire en ligne, vol. 1, pp. 11 et 12
  3. (it) Brève biographie sur le siteitalica.rai.it
  4. Audin : Histoire de Henri VIII et du schisme d'Angleterre 1847 L. Maison Libraire éditeur, p. 423.
  5. On peut voir un aperçu de cette œuvre dans le tableau de Alexandre-Évariste Fragonard (1780-1850) : François Ier dans l’atelier de Benvenuto Cellini (1820-1830), huile sur toile 65,5 x 81,5 cm, musée des beaux-arts de Montréal.
  6. (it) Marcello Vannucci, Benvenuto Cellini "maladetto fiorentino" : la storia di quell'artista geniale, che, tra Roma, Firenze e Parigi conquistò fama di rebelle impulsivo, di grande scultore e di orafo insuperabile, Newton Compton,‎ 1990, 253 p.
  7. Le projet d'ensemble de Cellini peut être restitué grâce à quelques dessins, des textes d'archives et des modèles réduits des satyres. Une représentation graphique a récemment été publiée par Thomas Clouet dans son article « Fontainebleau de 1541 à 1547. Pour une relecture des Comptes des Bâtiments du roi », dans Bulletin monumental, 2012, pp. 214-215 (résumé).
  8. (it) texte en pdf
  9. Irrévérence et impertinences dans la Vita de Benvenuto Cellini, par Michelle Bianchini
  10. 1500, La France entre Moyen Âge et Renaissance, exposition au Grand Palais, Telerama Hors série, La folle Vita, page 36. Dans la traduction de l'ouvrage de Vasari Vies des peintres, sculpteurs et architectes, traduites par Léopold Leclanché et édité par Just Tessier en 1842, la citation se lit comme suit (à la page 4 du Tome X) : « (...) qui, dans toute sa conduite, s'est constamment montré intrépide, fier, ardent, énergique, terrible, et non moins audacieux avec les princes que dans ses ouvrages; »
  11. 2001 : François Guérin, Messire Benvenuto, Les éditions JCL (ISBN 978-2-89431-244-5)

Iconographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Éditions en italien des écrits de Benvenuto Cellini
  • Vita di Benvenuto Cellini: orefice e scultore fiorentino, Francesco Tassi, G. Piatti éditeur, 1829
    • Volume 1, numérisé le 26 novembre 2007 à partir d'un original en provenance de l'Université d'Oxford (Lire en ligne)
    • Volume 2, numérisé le 26 novembre 2007 à partir d'un original en provenance de l'Université d'Oxford (Lire en ligne)
    • Volume 3 (Ricordi, prose e poesie), numérisé le 13 mai 2008 à partir d'un original en provenance de la New York Public Library (Lire en ligne)
Traductions en français des écrits de Benvenuto Cellini
  • Traité sur la sculpture et la manière de travailler l'or, Florence, 1568, traduit en français par E. Piot, 1843.
  • Vie de Benvenuto Cellini par lui même, traduit en français par André-Philippe Tardieu de Saint-Marcel, 1822, et par Léopold Leclanché, 1846.
  • La Vie de Benvenuto Cellini écrite par lui-même, nouvelle traduction de Nadine Blamoutier sous la direction d'André Chastel, 1986, Éditions SCALA.
Monographies
  • Michel Orcel, « La Fusion de soi » in Italie obscure, Belin, Paris, 2001
  • Émile Molinier, Benvenuto Cellini, Paris, 1894.
  • Angela Biancofiore, Benvenuto Cellini artiste écrivain : l'homme à l'œuvre, Paris, L'Harmattan, 1998.
  • Bertrand Jestaz, « Benvenuto Cellini et la cour de France (1540-1545) » in Bibliothèque de l'école des chartes, no 161-1, 2003, p. 71-132 [lire en ligne].
  • John Pope-Hennessy, Benvenuto Cellini, Paris, 1985.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]