Jean Malouel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean Malouel

Nom de naissance Jan Maelwael
Naissance vers 1370-1375
Nimègue (duché de Gueldre)
Décès mars 1415
Dijon
Activités Artiste peintre
Maîtres Willem et Herman Malouel
Mouvement artistique Gothique
Mécènes Philippe le Hardi, Jean sans peur, Philippe le Bon

Œuvres réputées

  • Grande Pietà ronde
  • Vierge à l'enfant avec les anges

Jean Malouel, ou Jan Maelwael est un peintre et décorateur, né à Nimègue, dans le duché de Gueldre, dans les actuels Pays-Bas, à une date inconnue (avant 1370), et mort à Dijon en 1415. Le nom de Jean Malouel est associé à celui du duc de Bourgogne, Philippe le Hardi, dont il fut le peintre officiel.

Biographie[modifier | modifier le code]

Johan Maelwael naît dans une famille d'artistes du Duché de Gueldre. Etymologiquement, en néerlandais, le nom Maelwel signifie « qui peint bien ». Son père, Willem et son oncle, Herman Maelwael, sont tous deux peintres au service des ducs de Gueldre dans la ville de Nimègue. Il est signalé dans cette ville jusqu'en juillet 1386-1387, date à laquelle il quitte sans doute le duché[1].

Un traité de paix est signé entre la France et le duché de Gueldre en 1388, ce qui encourage les échanges entre les deux États. En septembre 1396, Johan Maelwel est employé par Isabeau de Bavière (1370-1435), femme de Charles VI et régente de France, à Paris, sous le nom francisé de Hennequin de Mallivieil. Il est alors indiqué qu'il réside à Paris et se voit commander des peintures d'armoiries. La duchesse de Gueldre, Catherine de Bavière, était la grande-tante de la reine Isabeau, ce qui pourrait expliquer le passage de l'artiste d'une cour à l'autre. Il est payé pour cette tâche en mars 1397[2].

À l'été 1397, il est appelé à Dijon à la cour du duc de Bourgogne ou il est nommé à la charge de varlet de chambre, et succède à Jean de Beaumetz comme peintre officiel le 5 août. Outre des peintures héraldiques, il participe à la décoration de la Chartreuse de Champmol. Il commence par réaliser un tableau avec saint Antoine et plusieurs apôtre, installé dans l'oratoire du duc. Par la suite, il peint cinq retables destinés à la chapelle de la chartreuse. Il réalise aussi la polychromie de plusieurs œuvres sculptées destinées au couvent. C'est le cas du puits de Moïse sur lequel il travaille pendant 24 jours[3].

Le peintre, qui réside à Dijon pendant toute cette période, reçoit régulièrement des récompenses de la part du duc. Après la mort de Philippe de Bourgogne en 1404, Jean Malouel pourrait s'en être retourné à Nimègue. Après un premier mariage avec une femme dont on ignore le nom, il se remarie avant 1406 avec Heylwig van Redinchaven, originaire de sa ville natale. Ils ont ensemble quatre enfants, trois filles et un fils. Il revient finalement à Dijon où il entre au service du nouveau duc de Bourgogne, Jean sans Peur, qui fait fréquemment appel à lui à partir de 1406. Malouel et sa femme semble cependant fréquemment à Nimègue où ils semblent avoir des biens immobiliers. Sa sœur, Metta, est la mère des trois Frères de Limbourg. Jean Malouel les fait venir à Paris pour suivre un apprentissage auprès d'orfèvres puis les fait embaucher par son protecteur, Philippe le Hardi. Il meurt en 1415, recevant un dernier paiement du duc le 11 mars de cette année-là. Sa veuve et ses quatre enfants reçoivent une pension annuelle du duc à partir du 1er avril de la même année[4].

Œuvres attribuées[modifier | modifier le code]

La grande Piéta ronde du musée du Louvre

Bien que de nombreuses œuvres de sa main soient mentionnées dans les archives, aucune d'entre elles n'a été conservée. Seules quelques œuvres lui sont attribuées sur des critères stylistiques.

  • Grande Pietà ronde, vers 1400, Paris, musée du Louvre (M.I. 692). Il s'agit d'une image de dévotion, destinée à l'usage personnel du duc Philippe, qui s'inscrit dans le courant de la Devotio moderna. Image composite, elle représente la Trinité (le Père, la colombe du Saint-Esprit et le Fils), l'homme des douleurs (le Christ à la couronne d'épines). Le corps du Christ soutenu par les anges évoque la descente de croix, la figure de la Vierge et celle de saint Jean appartiennent aux Pietàs.
  • Vierge à l'enfant avec les anges ou Vierge aux papillons (1412), Berlin, Gemäldegalerie ;
  • Pietà avec saint Jean et deux anges ou Le Christ de pitié soutenu par saint Jean, tempera sur panneau, Paris, musée du Louvre (acquis en janvier 2012 pour 7,8 millions d’euros grâce au mécénat du groupe AXA)[5] ;

Certains historiens de l'art lui attribuent au moins partiellement le Le Retable de saint Denis du musée du Louvre (M.I.674) attribué par ailleurs à son successeur à la tête de l'atelier ducal, Henri Bellechose[6].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Pieter Roelofs, « Johan Maelwael, court painter in Guelders and Burgundy », Rob Dückers et Pieter Roelofs, The Limbourg Brothers : Nijmegen Masters at the French Court 1400-1416, Anvers, Ludion, 2005, p. 35-53
  • (de) Friedrich Gorissen , Jan Maelwael und die Brüder Limburg, Ein Nimweger Künstlerfamilie und die Wende des 14 Jhs, Bijdragen en mededeelingen, ISSN 0923-2834 (1954), pag. 153-221
  • (en) Victor M. Schmidt, « Some Portraits by Johan Maelwael, Painter of the Dukes of Burgundy », Rob Dückers and Peter Roelofs, The Limbourg Brothers  : Reflections on the origins and the legacy of three illuminators from Nijmegen, Leiden/Boston, Brill, 2009 (ISBN 978-90-04-17512-9), p. 5-18
  • Dominique Thiébaut, Dimitri Salmon Attribué à Jean Malouel - Le Christ de pitié, coéd. Musée du Louvre et éd. Somogy, 2012, (ISBN 978-2-7572-0573-0).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pieter Roelofs, p.35 et 40
  2. Pieter Roelofs, p.40-41
  3. Pieter Roelofs, p.42-43
  4. Pieter Roelofs, p.45-46
  5. « L’acquisition de la Pietà de Jean Malouel par le Louvre », La Tribune de l'Art, 13/01/2012
  6. Pieter Roelofs, p.46-47