Henri III de La Trémoille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Henri III de la Trémoïlle, duc de Thouars.jpg
Armes de Henri III de La Trémoïlle.

Henri III de La Trémoïlle ou Guy XXI de Laval, 3e duc de Thouars de 1604 à sa mort, né le 22 décembre 1598 à Thouars et mort le 21 janvier 1674, est un aristocrate et homme de guerre français du XVIIe siècle. Il est le fils de Claude de La Trémoille et de Charlotte-Brabantine d'Orange-Nassau.

Surnommé le « duc de La Trémoille », il est prince de Talmont et de prince de Tarente, comte de Laval (parfois appelé Guy XXI de Laval), seigneur de Montfort, baron de la Roche-Bernard, de Gaël, de Villefranche, comte de Guînes, de Jonvelles, de Taillebourg et de Benon, vicomte de Rennes et de Bais, et baron de Quintin, de Vitré, de Sérigné, de Didonne, de Loudun, de Mauléon, et de Berrie, marquis d'Espinay, baron de Quintin, seigneur d'Avaugour, châtelain du Désert-à-Domalain, seigneur de Bécherel et enfin Pair de France, chevalier du Saint-Esprit (reçu le 14 mai 1633).

Biographie[modifier | modifier le code]

Comté de Laval[modifier | modifier le code]

Pour l'Art de vérifier les dates[1], il succéda dans le comté de Laval à Guy XX de Laval, du chef de sa bisaïeule, Anne de Laval, seconde fille de Guy XVI de Laval, sous la garde-noble de Charlotte-Brabantine d'Orange-Nassau, sa mère.

Le 17 février 1606, la duchesse douairière Charlotte-Brabantine d'Orange-Nassau prête foi et hommage pour ces terres au nom de son fils et le 24 février, par lettres patentes, Henri IV de France lui fait don des frais usuels de rachats. Mais l'héritage est contesté par la comtesse douairière de Laval, la marquise de Mirebeau et, au nom de leurs fils, par la duchesse d'Elbeuf et la princesse de Condé. Charlotte-Brabantine de Nassau obtient gain de cause et réussit à maintenir la puissance territoriale des La Trémoille en Bretagne et en Mayenne.

Catholicisme[modifier | modifier le code]

Le 18 juillet 1628, Henri abjure entre les mains du cardinal de Richelieu lors du siège de La Rochelle le protestantisme et se convertit au catholicisme. Il prend cette décision considérant que le seul recours résidait en la personne du roi Louis XIII.

Il favorise ainsi l'implantation d'ordres catholiques à Thouars : les Ursulines en 1632, les Clairettes en 1652. Malgré cela, il ne cherche pas à obliger son épouse à se convertir ni à interdire le culte protestant sans ses possessions.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Louis XIII lui marque sa satisfaction en lui accordant la charge de Maître-de-camp-général de la Cavalerie légère.

En mars 1629 il participa à la campagne éclair d'Italie. S'étant trouvé, en 1629, à l'attaque du Pas-de-Suze, il y avait fait preuve de valeur, et l'année suivante il avait été blessé au genou à la prise de Carignan. Mais suite à une blessure qui l'empêchait d'exercer sa charge, il vendit cette dernière en 1633 et entreprit une carrière politique. Il servit ensuite, en 1636, au siège de Corbie.

Marie de La Tour d'Auvergne[modifier | modifier le code]

Peu à peu, son épouse Marie de La Tour d'Auvergne prend la place de la duchesse douairière Charlotte-Brabantine comme maîtresse de maison et exerce son « autorité par procuration » notamment sur les terres de Laval et de Vitré. Cette dernière, habile et ambitieuse, voulait que son mari fût prince, comme issu par la famille de Laval de Charlotte d'Aragon, héritière du royaume de Naples. En 1648, elle marie son fils aîné à sa cousine Amélie Élisabeth de Hanau-Münzenberg et obtient l'insertion d'une clause particulière dans le traité de Westphalie, accordant au duc le titre nominal de roi de Naples.

Aux obsèques du roi Louis XIII, en 1643, il remplit la charge de grand-maître. En 1668, Henri ayant la goutte, devint totalement impotent et laisse les affaires de son duché à son fils aîné. Il meurt le 21 janvier 1674, à l'âge de soixante-quinze ans. Son corps est inhumé à la collégiale de Thouars.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Il épouse sa cousine germaine Marie de La Tour d'Auvergne. Le contrat de mariage est passé le 19 janvier 1619 et le mariage est célébré le 18 février 1619 à Sedan. De cette union naissent :

Hôtel[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chronologie historique des sires, puis comtes de Laval, 1784, t. II, p. 864-875.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Correspondance d'Henri de la Trémoïlle conservée dans les fonds de La Trémoïlle aux côtes 1 AP 393 et 394 aux Archives nationales.
  • Acte de baptême d'Henri de la Trémoïlle, à Thouars le 22 décembre 1598, conservé aux Archives départementales des Deux-Sèvres, paroisse Notre-Dame-du-Château, registre 1586-1689, vue 13/165
  • Acte d'inhumation d'Henri de la Trémoïlle, à Thouars le 22 janvier 1674, conservé aux Archives départementales des Deux-Sèvres, paroisse Notre-Dame-du-Château, registre 1586-1689, vue 90/165

Articles connexes[modifier | modifier le code]