Salomon Reinach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Reinach.

Salomon Reinach

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Salomon Reinach

Naissance
Saint-Germain-en-Laye, France
Décès (à 74 ans)
Boulogne-Billancourt, France
Nationalité Française
Profession Archéologue ; spécialiste de l'histoire des religions.

Salomon Reinach, né à Saint-Germain-en-Laye (Seine-et-Oise) le 29 août 1858 et mort à Boulogne-Billancourt (Seine) le 4 novembre 1932, est un archéologue français et un spécialiste de l'histoire des religions.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille de banquiers juifs-allemands (ses frères Joseph et Théodore feront aussi une brillante carrière), il suit les cours de l'École normale supérieure avant de rejoindre l'École française d'Athènes en 1879. Il s'intéresse à la philosophie, traduit l'Essai sur le libre arbitre de Schopenhauer en 1877 avant de publier Manuel de philologie classique en 1880 et Grammaire latine en 1886.

Archéologue de terrain, il mène dans le pourtour méditerranéen des fouilles qui auront un grand retentissement auprès de la communauté scientifique, notamment à Myrina, près de Smyrne, entre 1880 et 1882, à Kymé en 1881, dans les îles de Thasos, Imbros et Lesbos en 1882, à Carthage et Meninx (Djerba) l'année suivante, puis à Odessa en 1893.

À l'époque de l'affaire Dreyfus (1894-1906), il traduit en français l'Histoire de l'Inquisition au Moyen Âge de l'historien américain Henry Charles Lea.

Nommé assistant au Musée des antiquités nationales, à Saint-Germain-en-Laye, en 1887, il en sera le conservateur adjoint de 1893 à 1902, puis le directeur, de 1902 à sa mort. Il aménage les salles du musée, multiplie les catalogues et les inventaires, et compile des répertoires sur les statues grecques et romaines, les peintures du Moyen Âge et de la Renaissance, et les vases grecs et étrusques.

Ancienne maison de Salomon Reinach, au bord de la terrasse de Saint-Germain-en-Laye

En 1896, il devient membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres. La même année, il recommande l'achat pour 200 000 francs-or par le musée du Louvre de la tiare de Saïtapharnès qui se révélera être un faux.

Il crée en 1902 le cours d'histoire générale de l'art à l'École du Louvre : en vingt-cinq leçons, qui seront publiées ensuite sous le titre Apollo, il présente l'évolution de l'art depuis les origines jusqu'à l'Exposition de 1900. Il partage l'année suivante avec Edmond Pottier le poste de directeur de publication de la Revue archéologique, l'un des plus anciens périodiques scientifiques français.

Il entame son œuvre majeure, Cultes, mythes et religions en 1905, puis publie Orpheus en 1909, une vaste fresque sur l'histoire des religions. Ces deux ouvrages seront cités fréquemment par Freud dans Totem et tabou.

Sa passion pour l'archéologie l'amènera à se pencher sur l'affaire de Glozel, où il entame des fouilles en 1926 et en 1927, avant de soutenir l'authenticité du site.

Ardent défenseur de la culture et des droits des juifs, il est vice-président de l'Alliance israélite universelle et membre de la Société des études juives.

Mort en 1932 à Boulogne, près de Paris, où il habitait dans une rue qui porte aujourd'hui son nom, il est inhumé au cimetière de Montmartre.

Principales publications[modifier | modifier le code]

Répertoire de reliefs grecs et romains, publié en 1909
  • Manuel de philologie classique, Paris, Hachette, 1880 ; nouv. éd., 1883-1884, 2 vol. (vol. 1 ; vol. 2 : Appendice en ligne) ; éd. mise à jour de 1907 (en ligne).
  • Catalogue du Musée impérial d'antiquités (1882)
  • Traité d'épigraphie grecque (1885)
  • Grammaire latine (1886)
  • L'Origine des Aryens, histoire d'une controverse (1892)
  • Epona, la déesse gauloise des chevaux (1895)
  • La Sculpture en Europe avant les influences gréco-romaines (1896)
  • Répertoire de la statuaire grecque et romaine (1897-1930)
  • Répertoire des vases peints grecs et étrusques (1899-1900)
  • Les Chefs-d'œuvre du Musée du Louvre (1900)
  • Apollo : histoire générale des arts plastiques, professée à l'École du Louvre (1902-1903)
  • Recueil de têtes antiques idéales ou idéalisées, Gazette des Beaux-Arts, (1903)
  • Les Apôtres chez les anthropophages, conférences faites au Musée Guimet (1904)
  • Cultes, mythes et religions (1905-1923) (rééd. Robert Laffont, 1996)
  • Répertoire de peintures du Moyen Âge et de la Renaissance, (1280-1580) (1906-1923)
  • Orpheus, Histoire générale des religions (1907, 1924 nouvelle édition revue et augmentée, Librairie d'éducation nationale, Alcide Picard, Paris, XXII, 644 p.) (rééd. L'Harmattan, 2002)
  • Les religions à vol d'oiseau Société Coopérative "Volksdrukkerij",Gand (1908)
  • Les religions à vol d'oiseau Bibliothèque de propagande Bruxelles (1908-1909) réédition en 18 fascicules
  • Répertoire de reliefs grecs et romains (1909)
  • Eulalie, ou Le grec sans larmes (1911) (rééd. L'Harmattan, 1995)
  • Cornélie, ou Le latin sans pleurs (1912) (rééd. L'Harmattan, 1995)
  • Sidonie, ou Le français sans peine (1913) (rééd. L'Harmattan, 1995)
  • Chronologie de la guerre (10 volumes, 1915-1919)
  • Histoire de la Révolution russe (1917)
  • Catalogue illustré du Musée des antiquités nationales au château de Saint-Germain-en-Laye (1917-1921)
  • Répertoire de peintures grecques et romaines (1922)
  • Lettres à Zoé sur l'histoire des philosophies (3 volumes, 1926)
  • Glozel : la découverte, la controverse, les enseignements, avec vingt-trois modèles d'alphabets (1928)
  • Éphémérides de Glozel (1928-1930)
  • Amalthée - Mélanges d'Archéologie et d'Histoire (3 volumes, 1931)

Sur les autres projets Wikimedia :

Référence[modifier | modifier le code]

  • Robert Rey, 1932, « Le Cours de M. Salomon Reinach dans la Galerie Denon et le Cours de Léonce Bénédite au Séminaire de Saint-Sulpice », in L'École du Louvre, 1882-1932, Bibliothèque de l'École du Louvre, Paris, p. 101-108.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]