Aigueperse (Puy-de-Dôme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aigueperse.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Aigueperse (Rhône).
Aigueperse
Église d'Aigueperse
Église d'Aigueperse
Blason de Aigueperse
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Riom
Canton Aigueperse
Intercommunalité Communauté de communes Nord Limagne
Maire
Mandat
Luc Chaput
2014-2020
Code postal 63260
Code commune 63001
Démographie
Population
municipale
2 595 hab. (2011)
Densité 247 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 01′ 24″ N 3° 12′ 11″ E / 46.0233333333, 3.20305555556 ()46° 01′ 24″ Nord 3° 12′ 11″ Est / 46.0233333333, 3.20305555556 ()  
Altitude Min. 338 m – Max. 422 m
Superficie 10,50 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative de Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Aigueperse

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique de Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Aigueperse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aigueperse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aigueperse

Aigueperse est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région d'Auvergne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle est située le long de l’ex-RN 9 (la RD 2019), à 17 km au nord-est de Riom et à 9 km au sud de Gannat ; la RD 2009, ex-RD 448, qui relie Clermont-Ferrand à Moulins, la contourne par l’est.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Martyre de saint Sébastien, d'Andrea Mantegna, 1480, (toile, 255 x 140 cm, musée du Louvre, Paris), autrefois en l'église d'Aigueperse[1]

Du temps des Romains, la cité était appelée Aquae Sparsæ (les « eaux éparses »).

La ville fut la capitale du comté de Montpensier. Elle fit partie des treize bonnes villes d'Auvergne qui rejoignirent le camp de Charles VII lors de la Praguerie de 1440, en refusant d'ouvrir leurs portes aux rebelles. Privés de soutien, ceux-ci sont alors contraints de négocier le traité de Cusset.

Le 21 mai 1465, lors de sa campagne contre la ligue du Bien public, le roi Louis XI octroya, par ses lettres patentes, des droits aux bourgeois ainsi qu'à la commune, afin de leur remercier de la fidélité pour la couronne[2].

Gilbert de Bourbon-Montpensier épousa[3] en la cathédrale de Mantoue le 25 février 1481 Claire de Gonzague (°1464-† 1503), fille de Frédéric Ier, marquis de Mantoue et de Marguerite de Bavière. Le tableau de Mantegna, dit le Saint Sébastien d'Aigueperse, vendu au musée du Louvre en 1910, faisait sans doute partie de la dot et arriva peut-être à Aigueperse en même temps que Claire, le 22 juillet 1481.

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Montplâtre[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 1995 Gérard Boche UDF  
1995 2014 Gilbert Petitalot PS  
2014 en cours Luc Chaput[5] UMP Conseiller général

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 595 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
4 351 5 045 4 542 4 658 3 217 3 219 3 053 2 969 2 919
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 838 2 697 2 600 2 540 2 485 2 486 2 403 2 341 2 325
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 257 2 115 2 065 1 746 1 760 1 740 1 684 1 634 1 762
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
2 017 2 273 2 680 2 734 2 534 2 504 2 521 2 522 2 595
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Transport[modifier | modifier le code]

La Gare d'Aigueperse est desservie par les TER Auvergne.

Économie[modifier | modifier le code]

Selon l'Insee, la commune comptait 1 120 emplois lors du recensement de 2006. Ces derniers se repartissent selon les catégories suivantes :

Secteur Nombre  %
Agriculture 24 2,1 %
Industrie 216 19,3 %
Construction 66 5,9 %
Secteur tertiaire 814 72,7 %
Source : INSEE RP2006

En janvier 2010, selon le registre du commerce, Aigueperse comptait 181 sociétés enregistrées sur la commune, des sociétés civiles immobilières à de plus importantes entreprises. Parmi celles dont le siège est situé dans la commune, les plus importantes en termes de salariés sont :

Différentes agences bancaires sont présentes dans la commune : La Banque postale, la Caisse d'Épargne d'Auvergne et du Limousin et le Crédit Agricole Centre France.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Peintures murales

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Salle Jeanne d'Arc dans une maison du quartier du bourg, avec un plafond armorié du XVe siècle classé monument historique le 17 mai 1974.
  • L'ancien couvent des Ursulines, construit en 1650, occupé aujourd'hui par l'hôtel-de-ville. Son cadran solaire est surmonté d'un beffroi qui renferme une horloge et trois jaquemarts.
  • L'Hôtel de Marillac, de style Renaissance.
  • Le lavoir de Font-Froide.
  • Des bâtiments des XVe et XVIe siècles.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Il a été remplacé par une copie offerte par le musée du Louvre, dans la nef de l'église.
  2. http://books.google.fr/books?id=FZfHoyI8BKwC&pg=PA330 Lettres patentes de Louis XI, Montluçon, le 21 mai 1465
  3. Le mariage eut lieu par procuration ; Gilbert était représenté par ses envoyés, Guillaume Coiffier, son trésorier, et Jean de Tersac, seigneur de Ligonne. La veille avait été signé le contrat de mariage prévoyant une riche dot. Cf. Laurent Vissière, loc. cit., pp. 163 et 166.
  4. Aigueperse sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'EHESS, consulté le 23 juillet 2012.
  5. Liste des maires 2014, site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 9 juin 2014).
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2001 : Laurent Vissière, « Capitale malgré elle ? Aigueperse au temps des Bourbon-Montpensier (1415-1505) », in Le Duché de Bourbon des origines au Connétable, suivi d'un extrait du 'Désastre de Pavie' de Jean Giono, Actes du colloque des 5 et 6 octobre 2000 organisé par le musée Anne-de-Beaujeu de Moulins, Saint-Pourçain-sur-Sioule, Bleu autour, 2001, pp. 153–168 (ISBN 978-2-912019-16-5)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]